1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 quartier du marais, cherche couturière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexei
Poete


Nombre de messages : 161
Age : 34
rang : Grand Duc
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: quartier du marais, cherche couturière   Dim Mar 29 2009, 11:33

(je me permet de lancer ce rp pour faire avancer "la course aux costumes" pour le bal... )

La jeune servente du Duc Alexei ,membre de la cour princière russe en visite à la cour du roi-merveille, la jeune edvokia, souffre-douleur de service et dame de chambre du duc, déambulait ce jour là dans le quartier bourgeois du Marais. Elle se rendait à une adresse particulière, pour y rencontrer une jeune femme, la fille d'un maître couturier de la cour de Sa Majesté.

Edvokia était mal à l'aise dans ce monde français, et elle se sentait un peu perdue dans la faune de ce quartier parisien si palpitant, la russie était un pays tranquille, la vie à la campagne était d'une tristesse et d'une mélancoline à fendre les coeurs. Mais était-ce mieux d'être au service d'un prince cruel et arrogant qui vous trainait jusque dans des contrées si lointaines? Edvokia n'avait pas trop le temps de réfléchir, elle était plus habituée à obéir et chercher des solutions pour éviter les colère de son "joli prince". C'était sa tâche...

Deux hommes de l'escorte du Duc la suivait derrière elle pour la protéger. Mais ces deux là étaient des rustres, ils ne faisaient que s'amuser et penser à boire ou à se battre! Une rumeur alimentait le quartier, les appartements du capitaine des mousquetaires avaient flambé il y a quelques nuits...l'on en faisais les gorges-chaudes, n'avait-il personne dans cette ville pour venger l'honneur des mousquetaires? Edvokia elle tremblait, elle savait que son maître était le terrible responsable de cet odieux méfait. Mais elle aurait voulu ne pas le savoir!

Une jeune fille attira l'attention du regard de la servente. Une petite échoppe de vêtements devant une maison. Peut-être étais-ce la fille de maître Volange, Cécile, celle qu'Edvokia cherchait désespérement en évitant les pinces-fesses des bourgeois gras de la cité, et les mains agilent des tire-bourses déguisés avec leur grands chapeau à plume.

La jeune française semblait bien mignonne et dégagait une énergie inspirante; celle de la liberté. Edvokia ne savait rien de la liberté. Les paysans en russie était des esclaves, et elle-même n'était qu'une esclave un peu plus chanceuse que les autres...elle pouvait manger un peu plus, mais lorsque le fouet claquait c'était encore plus rude... Une petite larme coula sur ces joues. Ces gens là étaient libres. Ou du moins l'oppresion des puissants n'atteignaient pas le coeur simple ces gens de la cité. Edvokia était heureuse de servir tout simplement, mais son coeur parfois la poussait à des dérives... Elle hocha la tête et prit la parole.

-Pardonnez moi ma dame, mais êtes vous la fille de maître Volange, Cécile? Je suis Edvokia et je recherche les talents d'un éminant couturier pour le service de mon Seigneur. Mais celui-ci est très exigent...il payera bien, mais il demandera qu'on lui démontre un grand respect et qu'il soit satisfait de vos habiles services.

-Je vous demande humblement de m'aider gentille dame, la commande de mon duc est très importante, je sais que ce n'est facile de satisfaire un homme si près de dieu par sa sagesse, mais si vous m'aidez, que les grâces vous soient rendus...

-Il faudra aussi une attention particulière pour cette commande...hum vous me rappellez les filles de mon village...ce maquillage est si léger et votre tenue radieuse... vous avez beaucoup de chance dame Volange...

Et elle même n'avait que la malchance...Edovokia baissa la tête légèrement.


Edvokia...servente du Duc Alexei
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cécile Volange
Poete


Nombre de messages : 9
Age : 25
rang : Bourgeoise
Date d'inscription : 24/03/2009

MessageSujet: Re: quartier du marais, cherche couturière   Dim Mar 29 2009, 13:40

La jeune Cécile était dans la petite boutique de son père, attendant des clients en jouant de la harpe. Elle avait remarqué que la douce mélodie rrivait quelques fois à attirer certains gentilshommes. Mais en ce moment, le commerce marchait peu et cela faisait quelques jours que personne n’était venu. La jeune fille gardait seule la boutique tandis que son père était à la taverne pour prendre des nouvelles de ce qu’il c’était passé chez les mousquetaires. Il paraîtrai que l’appartement du capitaine aurait brûlé mais personne ne savait encore ce qu’il c’était réellement passé et ce qui avait déclenché cet incendie.

Cécile s’arrêta lorsqu’elle aperçut une jeune femme approcher. Celle-ci avait l’air triste, de longs cheveux bouclés lui descendaient le long du dos. Elle avait les yeux humides et une petite larme coulait sur sa joue. La jeune fille, suivit de deux hommes, s’avança vers Cécile et se présenta. Elle se nommait Edvokia et son maître avait besoin des services d’un éminent couturier. La servante s’était adressée à la bonne personne. Le père de Cécile travaillait pour la cour du Grand Roi et tous les grands seigneurs venaient s’adresser à la famille Volange.

Edvokia précisa alors à la jeune fille que la commande de son maître était très importante et que celui-ci était très exigent. Cécile voulut alors savoir de qui il
s’agissait.


- Vous ne vous êtes pas trompée ma dame, je suis bien Cécile Volange. Mais puis-je vous demander qui est votre seigneur et ce qu'il désir exactement ?

- Ne vous inquiétez pas ma demoiselle, je porterai une attention particuliaire à la commande de votre seigneur et il ne sera point déçu.


Puis Edvokia dit à Cécile que celle-ci avait beaucoup de chance. La jeune fille en déduit que la servante n'en avait pas. Elle était attachée à son maître et sa vie devait être bien plus dure que celle de la couturière.

- Appelez-moi Cécile, ma demoiselle. Je vous remercie, il est vrai que j'ai de la chance mais j'aimerais tellement entrer à la cour ! Je suppose que votre seigneur est un homme haut placé, n'est-il pas ?

Cécile ouvrit un cahier et prit note de ce que voulait le maître de la jolie servante.

(HJ : Merci ! Et désolée, ce n'est pas très long ...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexei
Poete


Nombre de messages : 161
Age : 34
rang : Grand Duc
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: quartier du marais, cherche couturière   Lun Mar 30 2009, 06:11

Edvokia soupirait, heureusement elle s'était adressée à la bonne personne et cette dernière l'assurait de l'aider pour le costume de son Excellance.

-Mon seigneur est un prince chez lui...

Voila ce qui explicait tout. Pour Edvokia tout les nobles étaient des princes de toute facon. Car ils étaient si riche devant la misère de leur serfs et sujets.

Elle releva fièrement la tête. Alexei avait beau la tourmenter, elle était fiere que son duc soit aussi parfait, beau et brillant ! Son service auprès de quelqu'un d'aussi bien né lui éviterait peut-être l'Enfer à sa mort. Elle connaissait déja! La jeune fille sortit un carnet pour écrire. Edvokia hocha la tête.

-Mon Prince est un homme qui aime bien se vêtir, il doit bien paraître pour la Marquise ou les autres damoiselles qu'il abu...courtise à l'occasion.

Sa langue avait glissé! Zut! Elle palit légèrement, elle espérait que la jeune couturière n'avait rien entendu. Elle ne devais pas exprimer sa pensée... Elle reprit en essayant de se concentrer, car son regard ne cessait de se captiver sur les jolies étoffes devant la boutique...

-Je crois dam...Cécile... que vous devriez venir rencontrer Mon Duc pour bien jauger le costume qu'il devra lui être confectionner, il possède la taille d'un Loup de la Steppe....Ainsi vous pourrez peut-être appercevoir cette Cour qui vous fascine tant...

Edvokia était de nature généreuse, mais elle comprenait mal pourquoi la jeune femme désirait entrer a la cour auprès d'homme mauvais et de femmes machiavéliques, elle semblait déja très heureuse ici, Edvokia aurait bien échanger leur deux place!

-Je crois que mon maître se prend à la cour du sultan turc.... Il souhaite :

" Une étoffe de soie parfumée d'or et d'encens, brillante sous les rayons de lune et capable d'emprisonner les doux regards voilés. Que le tissus soit aussi fin que le satin, mais aussi élogieux que milles feux et bénit des grâces de dieu. La puissance du loup devra s'y retrouver dans le pourpoint, et pas moins de deux coudés de soie devront l'entourer d'une attrayance inégalée."

-Enfin mon duc espère vous chargez d'une autre tâche qui fera votre fortune et votre entrée à la cour certainement si vous y consentez...
-Afin de s'assurer de gagner les regards des plus belles et des grands, mon Duc s'inquiète de la grâce d'un rival inquiétant... Puisque vous avez vos entrée auprès des gardes-robes des autres princes... Voila, il s'agira d'entrée dans celle d'un autre prince, et de saboter sa plus belle tenue avant le bal... Cet homme s'apelle François-Xavier Farnèse de Savoie-Carignan c'est un prince rustre,mauvais et brigand, il n'y a donc pas de remord à avoir celui-ci... Ne dites rien pour le moment douce Cécile, mais réfléchissez à cet offre de mon prince...

-Venez d'abord comme je vous l'ai proposée sous les feu de la cour y appercevoir les merveilles auquel vous rêver....

-Si vous choissiez de sauver l'honneur de mon duc je vous aiderai bien sur...

Edvokia glissa doucement le revers de sa main sur la joue de la jeune Cécile. Cela était la stratégie d'Alexei...gant de velours dans un gant de fer... elle même était très effrayée de toute ces intrigues, mais elle ne pouvait qu'obéir aux instructions, une autre larme lui glissa des yeux. Mais elle reprit vite un sourire aussi bien confectionner que les rubans de la couturière. Il était temps de retourner au château.

-Alors souhaitez vous m'accompagner à la Cour, Cécile?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cécile Volange
Poete


Nombre de messages : 9
Age : 25
rang : Bourgeoise
Date d'inscription : 24/03/2009

MessageSujet: Re: quartier du marais, cherche couturière   Mer Avr 01 2009, 19:45

Edvokia semblait soulagée d'avoir trouvé la bonne personne. Elle précisa à Cécile que son maître était un prince chez lui. D'où pouvait-il venir ? Cécile ne connaissait pas les gens de la cour, c'était son cher père qui faisait les déplacement quand il y avait besoin tandis que l'aînée de ses filles restait à l'atelier. Mais ce matin il était parti et Cécile se dit que c'était l'occasion rêvée pour voir la Cour et le château.

La servante donna à la jeune couturière quelques indications sur ce que désirait le Prince. Edvokia fit la liste précise de ce que désirait son maître à l'allure d'un loup des steppes. Cécile se demandait d'où il venait. Du Nord sans doute mais elle n'aurait pu donner un pays précis. Celui-ci désirait :

" Une étoffe de soie parfumée d'or et d'encens, brillante sous les rayons de lune et capable d'emprisonner les doux regards voilés. Que le tissus soit aussi fin que le satin, mais aussi élogieux que milles feux et bénit des grâces de dieu. La puissance du loup devra s'y retrouver dans le pourpoint, et pas moins de deux coudés de soie devront l'entourer d'une attrayance inégalée."

*Et bien ! Il sait ce qu'il veut ce Prince !* pensa Cécile.
Cécile avait tout noté dans son petit carnet puis elle regarda de nouveau Edvokia. Aurore fronça les sourcils en se rendant compte de quelque chose qu'elle se tint de dévoiler à la concernée. Edvokia semblait en réalité bien triste quand elle est arrivée. Serait-ce à Cause du Prince ? Qu'est-ce qu'il aurait bien pu faire à la jeune fille ? Elle semblait si malheureuse ! Pourtant, à présent, Edvokia affichait un beau sourire mais ses yeux la trahissait, ils étaient encore un peu humide et à cela, la servante ne pouvait rien faire.

Celle-ci dit alors à Cécile qu'il y avait une autre tâche que le Duc voulait lui donner et qui pourrait sans doute la faire entrer à la Cour. Cécile se mit à sourire mais tachant tout de même de rester dans les convenances. La mission que Cécile pourrait accomplir pour accéder à son rêve serait de saboter la tenue d'un certain François-Xavier Farnèse de Savoie-Carignan. Mais la jolie servante précisa de suite à la couturière qu'il n'était pas nécessaire à cette dernière de répondre tout de suite. Le sourire discret de Cécile disparut. Que devait-elle faire ? Elle ne pouvait décemment pas ruiner la réputation d'un homme, qu'il soit un grand seigneur ou un Prince rustre, mauvais et brigand. Ce n'était pas dans les habitudes de la jeune fille et elle ne savait que penser. Edvokia rassurait la belle, lui disant de ne point s'inquiéter pour le moment et lui re-proposant de venir avec elle à la cour dont l'enfant rêvait tant.

La servante s'avança alors de Cécile et lui glissa le revers de sa main sur sa joue. Une larme se mit à couler de sa joue. Cécile en était sûr à présent, Edvokia était malheureuse. Quelque chose se passait et Cécile était peinée pour elle. Cécile ne pu s'empêcher de prendre les mains de la servante. Jusque là elle n'avait pas beaucoup parler, ne faisant qu'acquiescer à ce que disait la servante, mais elle s'empressa de réconforter la jeune fille.


- Mademoiselle, vous allez bien ?

Celle-ci reprit de suite un si beau sourire que l'on ne pouvait penser que l'instant précédent elle pleurait. Elle demanda alors à Cécile si elle voulait toujours l'accompagner à la cour et celle ci lui répondit en souriant.


- Avec grand plaisir ma demoiselle. Je viens.

Cécile déposa alors un mot pour son père avant de se préparer rapidement. Sur l'heure, elle n'était pas présentable pour aller à la Cour et se présenter devant un Prince étranger. Cécile se changea, et se vêtit d'un jolie robe verte mais très simple, qui mettait en valeur ses yeux de biche. Elle garda ses détachés qui lui descendait le long du dos en dessinant de belles boucles. La jeune fille était fin prête. Il ne lui avait fallu qu'une courte minute et elle sortit avec son matériel rangé dans son panier. Elle alla alors retrouver Edvokia qui l'attendait devant la boutique.

Les deux jeunes filles se mirent alors en route, suivies par l'escorte du Prince. Cécile suivait Edvokia. Elle ne s'était encore jamais rapprochée du château et ne pouvait que se laisser guider par la servante. La jeune fille repérait les rues par lesquelles elle passait, espérant pouvoir y repasser très prochainement. Finalement, Cécile aperçu le beau château Fontainebleau. Son cœur commença à battre plus fort dans sa poitrine. Enfin, après tant d'années, elle verrait ce qui l'avait toujours fasciné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: quartier du marais, cherche couturière   Aujourd'hui à 20:20

Revenir en haut Aller en bas
 
quartier du marais, cherche couturière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cherche skinneur
» Cherche un échappement akrapovich pour RMZ 450 2009
» Un quartier de Mordheim
» Grosse bébête poilue cherche...
» GYPSIE BICHONNE DE 10 ANS (95) URGENT CHERCHE ADOPTANT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: