1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ces beaux riens qu’on adore, et sans sçavoir pourquoy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Savinien de Mauvière
Poete


Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 04/07/2009

MessageSujet: Ces beaux riens qu’on adore, et sans sçavoir pourquoy   Ven Juil 10 2009, 08:38

A raison de quinze liards la lettre, un homme riche aurait trouvé raisonnable de se payer une petite folie, étant donné l'importance toute particulière de la personne à qui il destinait l'épitaphe, et aurait fait graver un quatrain peut-être, un sonnet à l'extrême rigueur . Mais Savinien arrivait avec un poème de 25 vers, et pas si régulier que ça, en plus . Le sculpteur le regarda quelques instants avec des yeux ébahis, puis en déduisit qu'il n'aurait jamais de quoi payer, ou qu'il était fou . Savinien s'impatienta, tapa du pied, menaça d'aller voir la concurrence . L'homme lui rappela les prix . Savinien ramassa un outil et souleva sous son bras un bloc de marbre . Puisque c'était comme ça, il se débrouillerait pour le tailler lui-même ... L'homme réalisa que oui, il était fou . A grand peine, il calma le fou, relut le poème, le déclara très touchant, et se mit à l'ouvrage . Encore une belle histoire à raconter à ses petits enfants lorsque ceux-ci monteraient à Paris pour les fêtes ...

''Vous êtes sûr qu'il est bien judicieux, pour la mémoire de cette personne, de commencer par une telle apostrophe ?''
s'enquit-il une dernière fois avant d'entamer le premier mot . ''Il est sans doute des formules plus neutres ... plus conformes à ...''

''Je ne signe pas, si cela peut vous rassurer . Je l'ai écrit à son chevet, ce sont les derniers mots qui ont pu amener un sourire à ses lèvres, il est hors de question d'un changer le moindre tréma,''
grinça Savinien dans son coin, accoudé à deux murs qui se rejoignaient, l'air revêche au possible après toutes les difficultés qu'il venait de traverser pour, d'une part réunir les fonds nécessaires, d'autre part écrire le poème, lequel lui remplissait les yeux de larmes, ce qui est incommode pour écrire . Et maintenant cet importun de sculpteur qui semblait trouver toutes les objections du monde à cette simple requête : une épitaphe en vers pour le tombeau d'un mort . Cependant, il ne parvenait pas à bouder tout à fait . Rapidement, alors que l'homme se concentrait sur sa tâche sans plus oser émettre une critique, Savinien se remit à marmonner .

''Je n'aime pas Louis de Bourbon . Il m'exaspère . Ses lois m'indignent . Surtout celles qui touchent à la liberté . Mais je dois admettre que si les duels prenaient réellement fin ... non, j'irais sans doute me pendre, mais si ce duel-là, cet unique duel-là avait pu n'avoir jamais lieu ...''

Le sculpteur soupira . Il allait encore essuyer un regard entaché de foudre, à n'en point douter . Mais à son âge, il n'avait plus peur des petits jeunes turbulents comme celui qui menaçait d'entrer à ébullition en face de lui dès qu'il ouvrait la bouche .

''Je suis sculpteur sur marbre, messire, et non barbier . Vous ne pouvez vous y tromper, ma tâche n'a rien d'une statue de Poséidon . Ne voulez-vous pas aller boire un godet à la terrasse voisine ? J'en ai pour longtemps, vous savez, et j'ai besoin de concentration . Ne vous en faites pas, je déchiffre très bien votre écriture .''


Il valait mieux obéir, sans quoi Savinien sentait qu'il allait contrevenir à l'un de ses principes et se montrer vraiment désagréable - comprendre : davantage que verbalement - envers un vieillard sans défense . Non, les outils ne comptaient pas . Avec un grondement qui n'en pensait pas moins, il s'arracha à sa sombre contemplation de l'atelier et s'enfuit presque dans la rue, où le soleil l'éblouit brusquement, le laissant interdit, posé au milieu de la foule des vivants tout comme si c'était lui qui avait cessé d'y appartenir . Son pourpoint râpé, jadis flamboyant, une ère hélas révolue, fendit rapidement ce flot bruyant pour gagner la terrasse indiquée . C'est alors qu'il se rappela à quoi étaient vouées ses économies présentes . S'enivrer aux frais de la princesse n'était pas à l'ordre du jour, quelque envie qu'il en ait . Mieux valait encore, pour se distraire, chercher une mauvaise querelle ou écrire d'autres vers qu'il n'offrirait à personne, piètre richesse personnelle et amère satisfaction ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Van Haack
Poete


Nombre de messages : 88
Age : 38
rang : Ambassadeur des Provinces-Unies
Date d'inscription : 24/09/2006

MessageSujet: Re: Ces beaux riens qu’on adore, et sans sçavoir pourquoy   Lun Aoû 31 2009, 00:40

Curieuse coïncidence ou hasard "programmé"...

A la dite terrasse de cette taverne se trouvait justement attablé un autre bel et fringant jeune homme : Rodolph Van Hayden, premier secrétaire, particulier, de son excellence le marquis Van Haack d'Orange Nassau; ambassadeur en France des Provinces Unies.

Van Hayden était bien plus qu'un ami pour le bon Niklaus...et, peut être ami trop proche, selon certains.

Toujours était il que le messire se trouvait en ces lieux, à la demande de son très cher ami, afin d'y faire graver une fort belle médaille...Destinée à sa glorieuse majesté Louis le quatorzième!
Présent de la Hollande par l'intermédiaire de Van Haack visant a flatter l'impérieux souverain, et à faire oublier, mine de rien, la calamiteuse affaire des dites médailles.

Il en faudra certainement beaucoup plus pour instaurer un véritable et durable climat de confiance entre les deux nations, mais...n'est ce point le tout premier pas qui comptait? Encore fallait il ne pas se manquer et éviter de se prendre les souliers dans les tapis! ( persan? ) de Fontainebleau!

Et Van Hayden, qui avait les yeux partout, et pas uniquement rivés vers sa choppe de mauvaise bière, vit le militaire en loques sortir de l'échoppe du sculpteur qu'il venait, lui aussi, solliciter.

En sortir, pour ensuite approcher de l'entrée de la taverne, avant de s'immobiliser, visiblement indécis...

Aussi "intéressé" par le gentilhomme, qu'intrigué par son comportement, que...curieux d'en savoir plus sur l'artisan en question, il l'interpella avec courtoisie :

Bien le bon jour messire!
Je vois que vous quittez cette échoppe les mains vides...
Le travail de cet artisan laisserait il donc à désirer?

Désirer...le désir : comme celui qui commençait à titiller le charmant Rodolph?
Désir d'en connaître plus sur ce jeune inconnu, tout bonnement! :p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orcanie.forumactif.com/forum.htm
 
Ces beaux riens qu’on adore, et sans sçavoir pourquoy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment geler nos sens sans drogue? Avec la neige, bien sûr... [Rainer]
» Minecraft Serveur accessible sur simple demande (white-list)
» Le palais Sans-souci en Danger
» Nous sommes noirs et très beaux » Eloge de Anténor Firmin
» Il n'y pas de vie sans agriculture...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: