1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 longer les bois... pour quitter Fontainebleau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Ven Juil 15 2005, 16:47

Chastignac avait peur d'avoir trop troublé Angélique par ses paroles pessimistes. Il avait préféré longer le bois pour atteindre Paris, afin que les chevaux ne suent pas trop par la chaleur. Mais de l'autre coté des arbres, on entendait les rires et les voix railleuses des courtisans a leur promenade.

Chastignac baissa la tête en soupirant. Il laissait Mlle de Sencé a ses réflexions, pendant qu'il plongeait dans les siennes. Il ne faisait plus vraiment attention a ce qu'il l'entourait, avançant au rythme saccadé du petit trot de sa monture.
Il pensait que ce monde fait d'or et de paillettes; cachant des visages pourries de laideur comme il l'avait si bien dit; n'était peut-être pas le sien, s'il n'était pas a lui. Personne n'avait su reconnaitre sa valeur, tous n'avait reconnu que ses défauts, sont inutilité dans les intrigues de cours... peut-être devrait-il s'engager au front ?

Mais son cheval s'aretta soudain, se cabrant presque. Angélique poussa un léger cri, et réveilla Adrien de sa torpeur. Un homme, sale, mal habillé, tenait son cheval par la bride et l'empechait d'avancer, tendit que l'on infligeait le même traitements a Angélique. L'homme en face d'Adrien sourit a pleine dents, crasseuses et pourries, les dents, et tendit sa grosse main noire. Il avait un aspect repoussant, mais sa physionomie n'attirait pas la pitié, plutot le dégout et la peur. On sentait sous ses infectes habits quelques forces qui ne l'avaient pas abandonnés, preuve qu'il mangeait si ce n'est a sa faim, presque du moins.


-L'aumone, mes bons seigneurs...

L'aumone ? Depuis quand Chastignac donnait-il l'aumone ? Il était déjà suffisemment pauvre comme cela !
Le cavalier fronça les sourcils et se teint de toute sa hauteur. Sans même répondre, il talonna sa monture, qui fut immédiatement stoppée par le mendiant. Celui-ci ne lachait pas prise, et Chastignac avait du mal a contenir les ardeurs de son cheval qui se débattait.


-Laissez nous passer !

Finit par ordonner Chastignac, tout en regardant le mendiant avec des yeux rouges de colere, tenant fermement sa cravache, pret a frapper.
Mais le mendiant réitéra sa demande, refusant d'obéir a l'injonction de Chastignac, les yeux remplis d'une maligneté à n'en pas douter.


-Laissez nous passer, répugnantes créatures !

Il voulut le frapper avec sa cravache, mais le "mendiant" l'attrapa au vol et la brisa d'une poignée ferme. Adrien commençait a paniquer, tout en se disant qu'il le savait depuis le début, c'était un voleur plus qu'un mendiant. Il tenta de calmer sa monture, effrayée par la cravache de tout à l'heure.

L'autre se recula, présentant un mousquet. Il visait la poitrine d'Adrien. Celui-ci suait, mais, calmement, en tentant de ne pas attirer l'attention des deux malfrats, il approchat sa main des fontes de ses mousquets.
Le gitan avec qui Chastignac avait eut a faire siffla, et une troupe d'une dizaine de voleurs légerement moins écoeurant que ne l'étaient les premiers, monterent les grilles du bois pour se retrouver sur la route.

Adrien compris. Ils les avaient épiés depuis le début dans le petit bois, et maintenant ils étaient a leur merci.

Mais Adrien ne voulait ni donner sa bourse, ni mourir. Aussi se résigna-t-il, attendant que tous les malfrats soient en place et cessent de penser a une action de sa part.

Ils souriaient, tous, sans exeption. Sûrs de leur coups, ils allaient être supris. Adrien n'était pas de ces poulets de cours qui ne font que caquetter lors d'un danger.

Un des voleurs s'approcha, mimant une femme en train de faire l'aumone, s'approcha tres pres, se dandinant comme une donzelle, et les autres riaient aux éclats, tandis qu'Adrien fulminait.

Il préféra s'approcher d'Angélique, caressa le nouvel étalon de Chastignac avec ses mains grasses, et souffla entre ses dents :


-Votre bourse, madame.

Adrien en eut assez d'attendre, il était trop pres, beaucoup trop pres, il le payerait. Aussitot il sortit un des mousquet de sa fonte, l'arma et tira dans le dos du mendiant, avant même que ses compagnons aient pu dire ouf.
Il tomba, raide mort, tandis que la fumée cachait a moitié Chastignac et que ses oreilles bourdonnaient. C'était parti, il ne fallait plus attendre, on en était a la bagarre.

Chastignac lança sa monture au galop pour percer le mur de brigands estaumaqués de trouver une résistance. Il en renversa un au passage, le piétinant sans remords.

Mais Chastignac fit faire volte face a son hongre, refusant de fuir comme un lache. De l'autre coté il restait Angélique, son cheval, les secours.
Il replongea donc dans la mélée, mais cette fois les bandits tiraient, reprenant leur esprit, mais jusque là Adrien n'avait rien reçut, évoluant avec rapidité et aisance à cheval.

Il tira son deuxieme coup avec son second mousquet, a présent inutilisable. Tant pis, il lui restait son épée, qu'il dégaina aussitot.
Il restait au moins 7 hommes pres a se battre, et seul, avec Angélique a protéger, il n'y arriverait pas a bout.
Il soupira, mais ses sens restaient en éveil, pret a parer le moindre coup qu'on lui portait.

Les chevaux s'agitaient, et dans un soubressaut, alors qu'on visait Chastignac, se fut son étalon qui reçut une balle dans la croupe. Pourtant il ne désarçonna pas Angélique, et durant une seconde, son propriétaire fut fier de lui-même, pour avoir trouver une si belle bête.

Pendant cet instant où son esprit divagua à des pensées plus futiles qu'a se battre, un voleur a l'aspect plutot féroce brisa le genou droit de sa monture avec la crosse de son fusil. Elle s'écroula dans un henissement horrible, et Adrien se retrouva a pied, suant a grande goutte, seul avec son épée. Il ne pouvait pas penser constemment a protéger sa vie, celle d'Angélique et celle de son étalon. Si personne ne venait a son secours, c'était la mort assurée pour un des trois, peut-être plus.

Adrien avait peur, ce sentiment le prenait au ventre et tordait ses tripes, pourtant, des qu'il le vainquait et frappait une premiere fois avec son épée, fendant l'air et les chairs, dans les sifflements du vent et les hurlements de douleurs, il avait l'impression d'en ressortir plus fort.
C'était la premiere fois depuis bien longtemps qu'il se battait, et peut-être la toute premiere fois qu'il mettait sa vie en danger, dans ce qu'on pourrait nommer un "champs de bataille".

L'adrenaline l'envahissait et guidait son bras parmis les fusils et les fourches, il n'avait jamais su jusqu'ou sa pratique à l'épée pouvait aller, et était presque surpris de s'être battu si longtemps sans autre chose que des égratignures.

Parfois, il se retournait, adressant un regards rassurant a Angélique, tout en paniquant presque de ne voir arriver personne.

_________________


Dernière édition par le Ven Juil 15 2005, 17:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héloïse
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 769
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Ven Juil 15 2005, 17:22

Héloïse arrivait, à la suite des autres membres de la cour. Tous s'arrêtèrent assez rapidement, ayant peur d'entrer dans la mêlée. La majorité de ces personnes ne savaient pas se battre, n'ayant jamais eu un entraînement, ou si peu. La jeune courtisane constatait la situation. Elle fut surprise de voir le jeune Chastignac seul au milieu de ces brigands. D'autres sortaient de la forêt ou ils étaient si bien caché. Une jeune demoiselle qu'Héloïse ne connaissait pas était sur son cheval, et semblait avoir prit peur. Son protecteur se battait du mieux qu'il pouvait, mais n'allait certainement pas résister encore longtemps. La jeune fille fulminait de voir ces courtisans rester la sans rien faire, préférant rester cachés. Elle constata sa propre impuissance face à la bataille. Les brigands aperçurent les membres de la cour s'approcher, et une leur de contentement brilla dans leurs yeux. Ces personnes impuissantes face à leurs attaque étaient des proies faciles, et paréesde richesses. Héloïse avait perdue de vue Louis ou n'importe qui qu'elle connaissait. Tout d'un coup, quelque mousquetaires, sans doute déjà à l'extérieur et alertés par le bruit, arrivèrent et prétèrent main forte à Chastignac à repousser ces brigands. Héloïse regarda une nouvelle fois la jeune fille à cheval et essaye de lui faire des signes pour lui faire comprendre de venir de son côté, elle serait plus en sécuritée peut-être...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine
avatar

Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Ven Juil 15 2005, 20:44

Elrohir était l'un des mousquetaires qui avaient entendu l'alerte générale. Il devait mettre toutes ces personnes en sécurité. Il y avait tellement de monde affolé, tellement de civil qui pouvait se faire abattre si rapidement. Peut-etre que Elrohir était le maitre des gaffeurs sur la plan... de la vie courante, mais en période de crise et de guerre, il était certainement l'une des machines de guerre les plus redoutables avec toutes son expérience.

Elrohir courait en direction des brigands alors que plusieurs nobles affolés couraient en sens inverse. Il finit par se frayer un chemin et atteint un premier brigand qui tentait de s'en prendre à une noble. Elrohir eut tot fait de lui couper la main et de l'assomer avec son manche d'épée

Il regarda au loin et il vit un homme qui combattait plusieurs brigands à la fois. Tout en scrutant l'horizon, il vit Héloise. Son coeur failli s'Arreter. Il avait un conflit d'interet. Devait-il aider l'homme ou bien aller dire à Héloise de quitter le plus rapidement possible. Il décida de scruter l'ensemble de l'endroit ou était Héloise et de voir la quantité de brigands qu'il y avait.

Du groupe de mousquetaire, Elrohir était le plus gradé, bien que bien bas en grade. Il dit à trois mousquetaires de le suivre, et le reste de partir en direction de l'homme. C'est alors qu'Elrohir courut vers Héloise, se laissant bousculer par quelques nobles apeuré au passage.

- Bonjour, j'aurais aimé vous rencontrer dans de meilleurs conditions dame Héloise. MAis je ne pense pas que le champ de bataille de la sorte soit un endroit convenable pour une noble tel que vous.

Elrohir se pencha pour éviter un coup d'épée d'un brigand. Il lui répliqua et lui donna un coup de pied dans le ventre et suivit de son épée dans la gorge:

- Je vous suggère fortement de partir, sur le champ. Allez a l'intérieur, vous y serez en sécurité. Allez Chercher D'Artagnan, il pourra nous etre utile

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Ven Juil 15 2005, 21:28

Adrien commençait a désespérer quant au secours apres s'être fait froler de pres par un couteau, ce qui lui avait valu une impressionnante entaille, quoique inoffensive, a l'épaule. Il avait crut en cet instant y passer, et avait été surpris de ses propres réflexes.

Des bruits, des murmures, puis des cris et des affolements le distraireent de son combat, il se retourna laissant son épée en garde mais sans plus bouger.

Que faisait tout ce monde inutile ici ? Incroyable ! Venaient-ils assister a l'execution d'un gentilhomme par des bandits, un spectacle qui les sortirait sans nul doute de l'ordinaire, de quoi assouvir leur soif de cruauté et calmer les ardeurs de certains a empoisonner traitresement les autres.

Un brigand profita du moment d'inatention d'Adrien pour tenter d'en finir avec lui, mais Chastignac se retourna a temps pour apercevoir l'arme. Apres une exclamation de surprise devant sa mort pointée a quelques centimetres devant lui, il reprit ses esprits, se baissa, et évita ainsi de justesse le poignard. Tandis son ennemi, entrainé par son propre poids, bascula par dessus son épaule.

Chastignac ne se retourna pas pour voir si l'autre avait fait ou non une mauvaise chute, son ouïe lui indiqua qu'il s'en sortirait sans trop d'égratignure apres avoir roulé pres des nobles.

Mais lui avait d'autres chats à fouetter, on s'en prenait a son étalon et a la cavaliere. Son bras nerveux faisait reculer les plus téméraires, mais il semblait arriver des renforts coté adverse. Il ruminait en se battant avec toute l'énergie dont il était capable, afin d'éviter qu'ils ne les encerclent. Jusqu'ici il n'avait tué que quelques hommes, 5 tout au plus, et blessés plusieurs. Mais avant de connaitre la bataille, il ne comprenait pas comment on pouvait se lasser de tuer; maintenant, il entendait cela, bien qu'il employasse plus volontier "fatiguer" que "lasser". On a pas idée comme cela coute en énergie de planter son épée dans la chair, jusqu'a ce que le sang en pisse.

Adrien crut que son coeur bondissait de joie quand il aperçut enfin les mousquetaires. Ils étaient peu, mais viendraient a bout des brigands, lui n'avait presque plus de force dans son poignet. L'épée d'acier est bien plus lourde dans la main qu'au fourreau....

_________________


Dernière édition par le Sam Juil 16 2005, 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chateaubriand
Poete
avatar

Nombre de messages : 169
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Sam Juil 16 2005, 16:47

Chateaubriand se lanca a la suite de son superieur, avec une poigne d'hommes. Les autres ne devraient plus tarder a arriver. L'alerte avait ete sonnee.

Le mousquetaire degaina son epee en pleine course et se lance sur un des mecreants. Heureusement pour les soldat,s ils etaient superieurs en agilite et experience.

Marius engagea l'epee et croisa le fer avec un des hommes et apres quelques minutes de coups pares et de feintes, il l'asomma viollemment du poing gauche et passa au suivant, se frayant un chemin vers le groupe de stupides aristocrates qui regardaient la scene comme une piece d'opera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 30
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Sam Juil 16 2005, 16:59

Racine contre l'avis de Saint-Aignan se précipita à la suite de la cour afin de savoir ce qui avait déclenché ces coups de mousquet...
Il tomba dénu en voyant ce qu'il se passait : un fier gentilhomme se battait contre une horde de bandits tout en protègeant une jeune femme.
Le héros -car Racine le considérait déjà comme tel- brandissait son épée à défaut d'armes à feu qui étaient déjà déchargées.

L'écrivain observa toute cette cohue avec la plus grande attention. Alors qu'Héloise de Neufchâtel faisait signe à la jeune femme en détresse de se rapprocher des courtisans, le héros continuait sa croisade contre les malfaiteurs.

Il sembla qu'à un moment il fut sur le point de succomber à tant d'attaques mais les mousquetaires se joinrent à lui ! C'était magnifique, un véritable ballet de brigants tombant mort sous les coups, de capes voltigeantes, d'épées s'entrechoquant !!

Racine s'en retrouva l'esprit à vif, il mémorisait tout ce qui lui était donné à voir et à entendre...
Il était venu à Fontainebleau pour écrire sa tragédie et il se retrouvait en plein drame : tout allait pour le mieux !

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 12:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Héloïse
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 769
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Sam Juil 16 2005, 17:29

(desolee pour le manque d'accent, je suis pour le moment sur un clavier en anglais)

Heloise n'etait pas certaine que la jeune demoiselle ne l'avait vu, et eu meme peur de la voir etre desarsonee de son cheval. Elle voulu s'approcher d'elle prudemment, mais quelqu'un la retint. La jeune fille se retourna et vit le mousquetaire de Verchere. Il semblait determine a la retenir loin du conflit, pour sa securite. Ses paroles vinrent appuyer ce qu'Heloise pensait.


Citation :
Bonjour, j'aurais aimé vous rencontrer dans de meilleurs conditions dame Héloise. MAis je ne pense pas que le champ de bataille de la sorte soit un endroit convenable pour une noble tel que vous. Je vous suggère fortement de partir, sur le champ. Allez a l'intérieur, vous y serez en sécurité. Allez Chercher D'Artagnan, il pourra nous etre utile.

La jeune fille lui sourit, attendrie par son inquietude. Mais elle ne pouvait se resigner a rester la sans rien faire. La protegee de Chastignac etait en danger direct, alors qu'Heloise ne craignait rien pour le moment.

"Monsieur Elrohir, je vous avoue que pour cette troisieme rencontre, le climat n'est pas des plus ideal. Je ne voudrais pas laisser cette jeune dame dans la position ou elle est, cela pourrait etre plus dangereux pour elle que pour moi... je ne voudrais pas avoir la meme image de ces nobles appeures qui se contentent de regarder un spectacle au lieu d'y participer afin d'aider...sans doute d'Artgnan devrait-il arriver d'un moment a l'autre non?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chateaubriand
Poete
avatar

Nombre de messages : 169
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Dim Juil 17 2005, 01:49

Les brigands commencaient a etre maitrises. Encore quelques-uns qui se battaient par-ci et par-la, mais la majorite etait aux arrets. Enfin, le chef de la bande etait entre 2 lames apposees sur le cou. Le reste baisserent les armes. Chauteaubriand etait surpris. Tiens, les brigands aussi avaient de la loyaute?

On fit descendre la jeune femme, un medecin fut demande vite fait. On s'enquit du gentilhomme qui s'etait battu fougueusement et on essaya du mieux que l'on pouvait de faire evacuer la scene de l'aristrocratie bien que ce fut difficile puisque quelques dames etaient en pamoison.

Marius chercha du regard si son capitaine etait sur les lieux, pour lui demander les ordres a suivre, par protocole meme s'il etait evident qu'il faudrait garder ca le plus secret possible -chose impossible a la cour-, chercher la cause de tout ce rafut, les failles de la securite, et surtout, enlever toutes traces de l'incident.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwelda (
Invité



MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Dim Juil 17 2005, 11:09

Iwelda s'était tenu à l'écart pendant toute la promenade, se sentant réellement exclu et mise de côté. De toute manière elle ne pouvait plus partir, surtout vu l'état de santé de sa nouvelle patronne.
Elle avait revêtu une robe d'une simplicité élégante en mousseline verte.
Elle s'amusa à la pensée qu'avec un peu de chance, elle pourrait se camoufler dans la nature.

Elle écouta les bavardage, planant un peu à l'extérieur du groupe puis l'attaque eu lieu.
Iwelda sentit le flot de souvenirs revenir en elle, comme l'attaque de son arrivée. Cette France était-elle à se point rempli d'hommes de cette espèce?

Elle se figea sur place, si touts les membres de la cour l'avait ignoré probablement que les briguands en feront autant.
Certains hommes de la cour se précipitèrent pour les défendre, des femmes affolées poussaient des cris stridents et désagréable.

Iwelda chercha sa maîtresse des yeux, elle était près de la bataille et alors qu'elle voulu se rapprocher d'elle, un des mousquetaire vint à la rescousse d'Héloïse. Oh moins une de protégée...
Elle observa de nouveau autour d'elle, les femmes affolées et les hommes qui tentaient de trouver une solution pour les sortir de là.

Iwelda avait souvent assisté à des scènes semblables vu les temps de guerre qui occupait l'Irlande et elle savait qu'aucun des briguands se s'abaisseraient à blesser une dame lors d'un combat...après par contre...
Alors qu'elle réfléchissait, elle sentit une main ferme et masculine lui saisir le bras.

- Vous ne devriez même pas être là, lui dit une voix dure derrière elle.
Revenir en haut Aller en bas
Angéliqu
Invité



MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Dim Juil 17 2005, 12:16

Angélique avait rejoind une jeune femme qui lui avait signe. Elle était pâle comme un linge. Depuis l'arrivée des mousquetaires, tout s'était enchainé à une vitesse incroyable. Mais lorsque les bandits étaient apparus, elle s'était sentie totalement impuissante et une colère sourde bouillait en elle et la faisait trembler. Elle n'avait rien pu faire et s'en voulait.

*pourquoi je n'ai rien pu faire?! Pourtant je n'ai plus quatre ans !*

Elle se sentait responsable de ce qui venait d'arriver comme elle se sentait responsable de la mort de ses parents. Ses mains tremblaient en serrant le harnais du cheval.

Angélique se retourna, les mousquetaires étaient en train de venir à bout des brigands. Ils étaient désormais supèrieurs en nombres et en équipement.

La jeune fille se souvint que le cheval du comte était blessé. Angélique mit pieds à terre et passa sa main le long de l'encollure du cheval.
Revenir en haut Aller en bas
Aramis
Invité



MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Dim Juil 17 2005, 12:20

On lui avait indiqué que les membres de la cour se trouveraient certainement dans le bois en se moment.
Aramis s'était donc rendu d'un pas vif vers l'endroit indiqué, il obersvait les lieux, comme pour s'assurer que rien avait changé en son absence. Puis un coup de feu le fit sortir de sa rêverie.

Il fit l'abandon de la cape qui le recouvrait et il tira son espadon. Il se précipita vers la provenance du coup de feu, décidement il se passait toujours quelque chose ici!
Il arriva près de la bataille, des hommes se défendaient déjà et Elrohir était déjà en position.
Il évalua rapidement la situation, premièrement il fallait faire évacuer les femmes d'ici, les instructions du Roy étaient jsutes et réfléchis. Mais l'excécution des ordres tardait de toute évidence.

Il se précipita vers un groupe de courtisanes et leur indiqua un chemin à prendre pour s'enfuir. Il releva la tête et tenta de citer le Roy.
Son regard fouilla la foule, les briguands se mèlaient au gens de la cour et tout devenait plus confus. Un briguand bondit vers lui mais Aramis l'embrocha rapidement, le corps tomba à ces pieds.
Il tenta de nouveau d'analyser la situation. Il fallait localiser le Roy, mais impossible avec cette foule. Il fallait donc faire évacuer tout ceux qu'il pouvait.

Il reconnaissait la plupart des gens de la cour puis il vit une petite forme, un peu à part du groupe. Il reconnu la jeune dame qu'il avait vu plus tôt dans la matinée. Il s'avança vers elle et lui saisit le bras.

-Vous ne devriez même pas être là ! Vous ne trouvez pas que vous vous êtes assez mit en danger depuis votre arrivée?

Il ne savait pas trop pourquoi il avait dit ça, ce n'était pas sa faute mais il trouvait étrange qu'elle soit mélée deux fois à une attaque en si peu de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 30
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Dim Juil 17 2005, 13:39

Les mousquetaires ne mirent pas longtemps à calmer le conflit. Les bandits rescapés de la sanglante mêlée furent mis aux arrêts et emmenés à la Bastille. On s'inquiéta de la santé des courtisans, surtout de celle de Delphine de Valentinois et d'Héloise de Neufchâtel.
Enfin, moults compliments furent adressés au gentilhomme qui se nommait en réalité Adrien de Chastignac.

Racine restait encore émerveillé devant l'événement qui avait eu lieu alors que tous se seraient crus en sécurité à Fontainebleau, coeur du Pouvoir de Louis XIV !
Il voulut rejoindre son héros afin de le complimenter mais il était déjà assailli de part et d'autres par ses nouveaux admirateurs... Soit, il remettait cela à plus tard !

En effet, l'écrivain avait hâte de consigner par écrit tout ce qui ferait la trame de sa future tragédie ! Il se rua donc littéralement vers le château afin de trouver un endroit calme et serein...

Il devait absolument retranscrire chaque moment marquant de cette journée qui avait été si riche ! Il se souvint alors du prénom du jeune gentilhomme qui s'était illustré dans sa bravoure : son oeuvre porterait le nom d'Adrien !


La Suite : Dans l'entrée donnant sur le Jardin ...

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Dim Juil 17 2005, 13:40

Chastignac était aux anges, tout sourire, presque riant. Il s'encquit d'Angélique a un des nombreux nobles qui formaient un mur compact et bruyant, entourant les briguands qui commenaçaient a se rendre.
Adrien laissait les mousquetaires finir le travail, pendant qu'il sautillait entre les nobliaus ébahis par son "courage" alors qu'ils avaient été tous si laches.

Il n'avait pas remis son épée du fourreau, et les gens s'écartaient un peu, parfois pourtant, il était obligé de donner des coups dépaules, et riait de la figure de ceux qui s'était reçus du sang sur leur habits dorés.

Lorsqu'il arriva pres d'Angélique, elle flattait l'encolure de sa monture. Il fit de même, euphorique, tellement euphorique, qu'il en brulait. Peut-être aussi que son effort physique lui donnait chaud. Il enleva son pourpoint pour ne porter plus qu'une chemise grise de sueur et rouge de sang. Il laissa son vêtement déchiré au sol, et, toujours avec un grand sourire, observa les alentours.

Il remarqua plusieurs personne qui lui étaient totalement inconnues, quoiqu'il devinait leur importance. Plusieurs mousquetaires, ayant finis leur travail avec les brigands, essayaient de calmer les dames affolées.

L'un d'eux croisa son regard, et Adrien ne manqua pas de faire une jolie courbette en abaissant son chapeau, comme remerciement.

Il se retourna ensuite vers Angélique, et lui parla, d'une voix haletante.


-Je suis heureux que vous n'ayez rien.

Il flatta son étalon et l'embrassa sur la joue.

-Ni toi non plus.

Et se mit a rire de sa propre plaisanterie; Il était des plus excité depuis la bataille, et ne manquait plus une occasion de se faire remarquer avec ses éclats de rire. Maintenant enfin allait-il peut-être se faire voir de la cour.

Mais en parlant de cheval, il avait completement oublié l'autre, qui devait être en train d'agoniser parmis les cadavres des brigands. Aussitot, apres avoir salué une derniere fois Mlle de Sencé, il recommença son slalum parmis la foule, attrapa un mousquet plein au vol, et s'approcha de la bête.

Il se pencha, quelqu'un avait eut pitié du pauvre animal et lui avait brulé la cervelle avant qu'il n'arrive. Elle baignait a présent dans son sang, autant ou plus que la chemise de Chastignac.

Des femmes se pamaient déjà en apercevant son état, alors que la plupart de ce sang n'était pas le sien. Décidemment, Adrien se plaisait dans les champs de bataille.

Un chirurgien vient s'encquerir de sa blessure à l'épaule, qu'il décretta innofensive sous la menace d'Adrien, qui refusait catégoriquement d'avoir a subir une saignée.

_________________


Dernière édition par le Dim Juil 17 2005, 19:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héloïse
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 769
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Dim Juil 17 2005, 15:28

Tout semblait se calmer, Elrohir n'était pas très loin. Mlle Delphine revêtait son allure calme et posée, toujours maîtresse d'elle-même. Louis avait disparu, sûrement protégé et emmené dans le château. Héloïse tournait sur elle-même, et aperçue sa protégée, demoiselle Iwelda. La courtisane courru vers elle, se faisant bousculer par mousquetaire et autres nobles. Arrivée à sa hauteur, elle aperçue un mousquetaire qu'elle ne connaissait pas, qui semblait l'avoir pris en charge. Elle le salua légèrement, sans plus de présentation, mais avec un sourire. Iwelda se semblait pas remuée par la bataille qui se jouait et qui se terminait. Héloïse pris la main de son amie.

"Enfin vous voilà Iwelda... lors de la promenade vous ne vous approchiez jamais, ce qui fait que je vous ai perdu de vue dans la cohue générale! Vous portez-vous bien?"

Héloïse s'inquiétait sincèrement pour la jeune irlandaise. Elle avait manqué à son rôle, elle était en parti responsable de la nouvelle arrivante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwelda (
Invité



MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Dim Juil 17 2005, 21:36

Iwelda regarda un instant le mousquetaire près d'elle, puis elle vit Héloïse s'adresser à elle. Les paroles de sa patronnes lui firent monter les larmes aux yeux, quelqu'un pensait donc à elle?
Elle lui sourit à travers les larmes en acquiesçant de la tête.

-Ne vous en faîtes pas pour moi mademoiselle, je vous bien grâce à monsieur Aramis...Mais et vous? Vous n'avez rien? J'ai cru voir que vous aviez également un mousquetaire à votre chevet...., dit-elle avec un petit sourire malin.
Revenir en haut Aller en bas
Héloïse
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 769
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Dim Juil 17 2005, 22:39

Héloïse ne compris pas les larmes d'Iwelda, et supposa que peut-être était-ce l'émotion, mais de cela, la courtisane en doutait. Elle se contenta de serrer la main de son amie. Celle-ci l'introduisit à Aramis, qu'elle félicita d'avoir pu garder un oeil sur sa protégée, alors qu'elle était en danger.

Citation :
Ne vous en faîtes pas pour moi mademoiselle, je vous bien grâce à monsieur Aramis...

"Monsieur Aramis, permettez moi de vous remercier sincèrement d'avoir agit pour aider la demoiselle que voilà. Les mousquetaires sont, et je le constate tous les jours, des personnes remarquables et toujours étonnantes."

Citation :
Mais et vous? Vous n'avez rien? J'ai cru voir que vous aviez également un mousquetaire à votre chevet...

Le teint pâle d'Héloïse rosit légèrement à la remarque d'Iwelda. Elle remarqua son sourire et le lui rendit.

"Je me porte bien, ne vous inquiétez pas pour moi, mais j'avoue que le soleil m'avait quelque peu déboussolée plus tôt. Et oui, comme vous avez remarqué, messire Elrohir de Verchère m'a gentillement prêté main forte."

Elle se retourna pour vérifier ou était le mousquetaire, et le vit dans l'action, en train de remettre un peu d'ordre dans la mêlée, aidé par ses collègues. Le reste de la noblesse semblait se remettre de leur émotions, et certains avaient même recommencé à plaisanter. Héloïse soupira devant cela. Chastignac allait se faire soigner, sa compagne était descendue de cheval et semblait aller bien. Au final, il y aurait eu plus de peur que de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 30
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Lun Juil 18 2005, 07:53

Après avoir quitté Saint-Aignan dans l'entrée du Château, Racine revint sur les lieux de l'altercation.
Les mousquetaires continuaient leur ouvrage, déblayant les corps ou soutenant deux ou trois courtisanes qui avaient été perturbées par les cris et le sang...

Il se haussa sur la pointe des pieds afin d'apercevoir Adrien de Chastignac : il se faisait panser par un médecin.
Racine attendit donc que l'homme de science eut terminé et il s'approcha doucement de son héros tout en dissimulant sa grande joie de lui parler :


- Monsieur, je tiens d'abord à vous féliciter de votre bravoure tout à l'heure. Mais je me présente, je suis Jean Racine et je viens aux nouvelles de la part du Comte de Saint-Aignan qui... -Racine cherchait ses mots- a eu un empêchement de dernière minute !

Il salua donc le jeune homme tout en parlant et garda un sourire de convenance.

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Aramis
Invité



MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Lun Juil 18 2005, 11:22

Citation :
"Monsieur Aramis, permettez moi de vous remercier sincèrement d'avoir agit pour aider la demoiselle que voilà. Les mousquetaires sont, et je le constate tous les jours, des personnes remarquables et toujours étonnantes."

-Je vous remerci demoiselle mais c'est notre devoir de veuiller à votre sécurité et je déplaure que cette situation ait seulement eu lieu. Heureusement les blessés sont peut nombreux mais ces malfras deviennent de plus en plus audatieux et s'attaquent à des innoncents. Croyez bien mesdemoiselles, que les mousquetaires n'accepteront pas cela. Pour ce qui est de votre protégée, vous devriez la surveiller, elle a déjà beaucoup d'aventure en si peu de temps.

Il lâcha finalement le bras de la concernée et rangea son épée. Les autres mousquetaires avaient définitivement reposés l'ennemi et les courtisans se dirigeaient maintenant l'intérieur.

-Je vous conseille mesdames de suivre l'exemple des autres membres de la cour, ce n'est point un endroit pour des dames.
Revenir en haut Aller en bas
Elrohir
Fils de La Fontaine
avatar

Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Lun Juil 18 2005, 13:31

Elrohir n'avait plus de balles dans ces deux pistolets, mais il lui en restait sur lui. Il tendit ses armes à un courtisan, lui demandant de les charger. Il regarda ensuite Héloise, Iwelda et une autre dame, qui semblaient mieux se controller. Il sourit à Héloise, bien heureux de la voir en bonne santé malgré le choc qu'elle avait du subir. Une fois que ses armes étaient prêtes, il regarda Aramis et lui dit:

- Aramis, j'ai vu du mouvement en forêt. Sincerement, je crois qu'il serait mieux d'envoyer une patrouille en reconnaissance. S'il s'avérait qu'il y a encore des brigands terrés, prêt à nous bondir aux visages ou bien se sauver.... qui sait, de l'information gratuite ca peut toujours nous être utile. Je me porte volontaire pour mener la patrouille

Il rangea ses pistoles et sortit son épée, prêt à foncer

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine
avatar

Nombre de messages : 2227
Age : 39
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Lun Juil 18 2005, 15:07

D'Artagnan arriva à la course sur les lieux, suivis des deux Mousquetaires qui étaient venus le chercher dans la salle de commandement. Il vit alors plusieurs brigands qui avaient été maîtrisés, d'autres gisaient morts, leur corps transpercé par les épés agiles et entraînées de ses hommes. Il en ressentit d'ailleurs une certaine fierté. S'approchant de quelques hommes, il prit la situation en main.

- Amenez les survivants aux cachots, nous les interrogerons plus tard.

Il s'approcha d'Elrohir et d'Aramis.

- Que s'est-il passé exactement ici.

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Héloïse
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 769
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Lun Juil 18 2005, 16:29

Héloïse vit Elrohir s'approcher et parler à Aramis. Ils préparaient un nouveau plan d'action, tandis que d'Artagnan arrivait en courant, suivit de d'autres mousquetaires. Tous commencèrent à se concerter, le capitaine demandait des explications. La courtisane pensait qu'il n'était pas vraiment la place des dames de se trouver au milieu de ses soldats à un moment pareil. Elle prit Iwelda par le bras pour qu'elles s'éloignent un peu en adressant un salut d'Artagnan et à Aramis et un sourire à Elrohir, pour le remercier de son action de tout à l'heure.

"Ma chère Iwelda, je crois que notre place est à l'écart de ces concertations d'hommes."

Elle avait dit ça en rigolant et pas loin du terrain ou l'action s'était déroulée, elle s'assoya sous un arbre et invita Iwelda à faire de même. Ainsi elles pourraient se remettre de leurs émotions et retrouver un semblant de calme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delphine de Valentinois
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1788
rang : Canada
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Lun Juil 18 2005, 16:52

Delphine avait regarde les femmes se pamer une apres l'autre et roula dramatiquement les yeux. Pourquoi diable se pamer alors que les mousquetaires avaient tout en main? Ah mais oui, logiquement, pour attirer l'attention. Elle soupira, un peu exasperee. Les jeunes hommes ne se firent pas prier pour tenir les evanouies, les tapotant sur la joue, certains defaisant meme le corsage de leur epouse.

La duchesse balaya la scene du regard. Tout etait sous controle maintenant. Elle decida donc de retourner toute son attention sur mlle de Neufchatel, a qui elle devait assurer sa securite de toute facon.

Elle la suivit un peu en retraite jusqu'a l'arbre ou elle les salua et mine de rien, s'assit a cote d'elle et d'une jeune fille.

"Eh bien, on en parlera pendant des jours de cette mesaventure! Ne pensez-vous pas?"

_________________
Mes salutations distinguées,

Mlle Delphine de Valentinois

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1663.forumactif.com
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Lun Juil 18 2005, 16:55

Chastignac avait réussi a se débarasser du chirurgien, apres l'avoir menacé silencieusement, mais explicitement : il fottait son épée avec le doigt, et jetait des coups d'oeils réguliers aux cadavres; sa vie était a présent a ses admirateurs, et non a ses charcutiers.

Il fut presque déçue qu'Angélique soit partie si vite, il aurait aimé l'accompagné, lui donner encore plus l'air d'un gentleman, se faire passer pour encore plus bienveillant qu'il ne l'avait été en la protégeant des voleurs. Bien sûr elle devait être sous le choc, et une petite visite pour s'enquérir de son rétablissement ne paraitrait pas déplacée.

Mais d'abord, il fallait retiré la balle de la croupe de son étalon, qui attendait nerveusement qu'on vienne le soigner, tandis que des palfrenier tentaient désespérement de le calmer.

Tiens, peut-être que le chirurgien pouvait se rendre utile cette fois ?
Adrien se retourna et l'attrapa par le collet, alors qu'il se sauvait, pensant peut-être se faire embrocher. Chastignac, apres cet exploit, se sentait plus grand que grand, et ne respectait plus rien. C'était SON heure de gloire, et jusqu'a demain, voir aussi loin que durera sa notoriété, il jouera les célébrités. Peut-être se calmerait-il apres une bonne nuit de sommeil, mais là l'excitation du moment lui interdisait toute réfléxions sur ses manieres.

Il ne respectait donc pas plus ce midi le chirurgien que les plantes sous ses bottes.

-Tu sais soigner un cheval ?

Sans attendre la réponse, il le poussa, pas trop brusquement tout de même, vers le dit animal, et lui désigna la plaie sanglante a la croupe.

-C'est une balle a extirper, pas besoin de saignée... compris ?

Il lança un regard persuasif, et le chirurgien acquiesca, sans demander son reste.

Citation :
- Monsieur, je tiens d'abord à vous féliciter de votre bravoure tout à l'heure. Mais je me présente, je suis Jean Racine et je viens aux nouvelles de la part du Comte de Saint-Aignan qui... -Racine cherchait ses mots- a eu un empêchement de dernière minute !

Adrien se retourna, surpris qu'on s'adresse a lui directement et non qu'on murmure sur sa "bravoure" apres son passage.
Il n'avait jamais entendu parler de Jean Racine, tout ce qui touchait de pres ou de loin a la poesie de toute façon.... ne l'intéressait pas le moins du monde.

Il s'inclina tout de même, touché par le compliment du beau jeune homme, qui lui ressemblait quelque part, lorsqu'il était encore un petit provincial de Blois. Et puis il ignorait completement la condition de celui-ci. Tout ce qu'il savait, c'était qu'il était envoyé par Saint-Aignan. Un homme donc important, ou en passe de l'être.


-Mr de Saint-Aignan est toujours homme fort occupé; aussi je ne m'étonne point qu'il ai pris un intermédiaire pour s'informer de ma santé. Vous pourrez le rassurer, et pour toute confidence...

Il s'approcha un peu de Racine, comme pour lui révéler un secret d'importance capitale, et murmura.

-Je m'inquiete bien plus de mon cheval.

Adrien se recula en riant a gorge déployée; son animal était au main d'un chirurgien expérimenté, mais un chirurgien quand même.
Adrien jeta un regard circulaire sur la foule qui avait envahis la route, ramarquant avec regret que le nombre de courtisans s'était sensiblement diminué, pour laisser place aux mousquetaires.
Il soupira insensiblement; les mousquetaires n'étaient pas de la même trempe que les autres, et viendraient plutot l'interroger que l'admirer...


-Et si nous rentriions a Fontainebleau ? Il y a tellement foule ici...

( le jardin )

_________________


Dernière édition par le Mar Juil 19 2005, 18:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine
avatar

Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Lun Juil 18 2005, 20:12

Elrohir commenta ce qui c'était passé il y a un instant. Des brigands avaient pris d'assaut le Fontainebleau. Lorsqu'Héloise partie, Elrohir lui rendit son sourire en disant:

- En espérant de vous revoir bientot... et dans d'autres circonstances Dame Héloise

Par contre, Elrohir n'était pas sur que le danger était vraiment écarté:

- D'Artagnan, il y a du mouvement dans les arbres, les feuilles bougent et les oiseaux s'envolent. Je ne souhaite en rien une nouvelle vague d'assaut. Donc, c'est avec votre permission que je partirais avec un groupe pour explorer les forets. Nous n'avons rien à crainte... du moins je présume

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héloïse
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 769
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Lun Juil 18 2005, 22:48

Héloïse regardait au loin le groupe de mousquetaires, ils semblaient si sérieux, et prêt à tout pour défendre le château. La jeune courtisane avait fermée les yeux en quête de calme, malgré qu'était proche de l'endroit ou l'attaque avait eu lieu, elle entendait un bourdonnement de vois les unes sur les autres. Iwelda était à ses côtés, et n'avait rien dit encore. Puis une voix la sortie de sa rêverie. Delphine de Valentinois se joignit au deux demoiselles. Elle ne passa aucune remarque déplaisante sur la courtisane et semblait même vouloir partir un sujet de discussion.

"Vous avez raison très chère...un petit incident plutôt banale risque de faire courir bien des bruits! Mais je dois vous l'avouer, l'action était beaucoup plus excitante et intéressante sur le terrain. Il est peut-être déplacé our une femme de dire une telle chose, mais je le pense.... au fait, je ne sais pas si vous avez déjà été introduite à mademoiselle Iwelda?"

Elle envoya un regard interrogateur à la jeune irlandaise également, la question se posant à elle aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   

Revenir en haut Aller en bas
 
longer les bois... pour quitter Fontainebleau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» RETRAITE , QUITTER LC POUR INDÉTERMINÉ... TOUJOURS PEUT ETRE
» [RP] Du bois pour le Maistre.
» Mizukawa fait son cirque pour quitter l'île
» LES SERRES D'AUTEUIL (entre la Porte d'Auteuil et le bois de Boulougne)
» [Nouvelle Règle] Baril de Poudre noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: