1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 longer les bois... pour quitter Fontainebleau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Delphine de Valentinois
Administratrice


Nombre de messages : 1788
rang : Canada
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Sam Aoû 13 2005, 16:06

Delphine regardait les deux dames, trempees et extenuees.

"Valet. Prenez ce cheval, la, et apporter immediatement couverture et carosse." Son ton etait sec, et autoritaire. C'etait celui qu'on lui reconnaissant en situations similaires. Voyant la coupure sur le front de la jeune femme, elle rajouta, les dents serres, "et un bandage." Le valet parti sous la pluie battante, laissant son parapluie a Delphine qui essayait tant bien que mal d'abriter les deux femmes.

A la mention de D'Artagnan, elle leva le regard vers le bois. Esperant qu'il ne soit pas en pis etat que ses deux femmes, elles les entraina un peu plus loin du bois, au cas ou...

"Qui a ose vous infliger ceci?" demanda la duchesse, songeuse, pointant le front de la maitresse de son cousin. A la reponse de cette derniere, Delphine etait sure, le Roi sera sans misericorde aucune quand il aura appris la nouvelle. Elle se demandait aussi ou etait Iwelda, si elle allait bien, et si D'Artagnan et ses mousquetaires n'allaient pas se faire un peu reproche ce qui etait arrive... le lax de securite sur les lieux et tout... Il faudra qu'elle aille parler a son cousin avant quoi que ce soit. Delphine soupira en meme temps que le carosse arriva en trombe a ses pieds.

_________________
Mes salutations distinguées,

Mlle Delphine de Valentinois

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1663.forumactif.com
Sylvie d
Invité



MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Sam Aoû 13 2005, 16:41

Sylvie se tenait a l'ecart de la conversation des deux femmes. Elle regarda le valet partir et etudia le ton de la dame en pensantt que c'etait vraiment un ton,un timbre qu'elle aimerait avoir,i force au respects. le valet etait parti depuis quelques secondes et Sylvie l'observait partir. Le Roi n'allait pas etre content c'etait sur. Elle se demanada vaguementt si elle aurait a comparaitre devant lui. Elle sacha cette idée lugubre.



Elle remonta un peu ses cheveux decoiffés pour pouvoir y voir quelque chose. Vivement que ce Valet revienne pensa t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Héloïse
Administratrice


Nombre de messages : 769
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Sam Aoû 13 2005, 20:14

Citation :
"Qui a ose vous infliger ceci?"

Héloïse eu un ricanement amer, ce qui lui donna un air qui ne lui allait pas du tout.

"Les brigands qui ont attaqués plus tôt dans la journée très chère..."

La calèche arriva presque aussitôt que le valet était parti, et Delphine fit monter Sylvie et Héloïse devant elle. Elle les rejoignit à son tour et leur tendit deux couvertures qui était dans la voiture. Comme pour le mouchoir, la courtisane tacha de sang le linge, et pesta contre elle-même intérieurement. Héloïse était passé de la peur, à la tristesse, à la mauvaise humeur. Pour se calmer et détendre l'atmosphère elle décida d'achever les présentations.

"Sylvie, je vous suis très reconnaissante de m'être venue en aide pour me ramener. Je vous présente la duchesse Delphine de Valentinois, cousine de notre monarque Louis 14."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delphine de Valentinois
Administratrice


Nombre de messages : 1788
rang : Canada
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Dim Aoû 14 2005, 01:46

La duchesse s'assit en face des deux femmes trempees, leur tendit les couvertures et les laissa se frotter energiquement pour se rechauffer. Elle Elle ouvrit la fenetre de la porte attenant au cocher.

"Ou est le valet? Je veux mes pansements."

Elle reporta son attention sur Heloise et Sylvie.

"Les brigands qui ont attaqués plus tôt dans la journée très chère..." Les sourcils de Delphine se froncerent et ses levres se tirent en une fine ligne. Son cousin allait massacrer personnellement ses truands avant de les envoyer a l'echafaud. Decidement, elle se devait de lui parler avant que quiconque ne lui apprenne la nouvelle. "Ils payeront de leur actes, cela, je le promet." Elle n'avait aucune idee de ce que le mousquetaire avait fait dans le petit bois.

Quelques secondes plus tard, la fenetre de la petite voiture qui filait a vive allure s'ouvrit pour laisser passer une main et un petit sac avec des pansements ainsi qu'un flacon de vinaigre.

Avant que la petite fenetre ne se referme, Delphine haussa le ton de sa voix: "Valet, courez a l'avant et depechez 4 femmes de chambres dans ma suite, dites leur de preparer 2 bains chauds, des serviettes chaudes, qu'on depeche des habits pour ces dames, des boissons chaudes et quelque chose a manger, de la soupe... Allez chercher le Roy, je veux voir le capitaine des mousquetaires aussi des qu'il pourra."

Elle referma fermement la fenetre et s'avanca vers le banc d'en face. Elle ouvrit le petit sac et en sortit les necessaires pour nettoyer la coupure sur le front de celle dont elle avait la responsabilite. Louis allait etre furieux, elle le sentait deja. Heloise avait un ton de plus en plus ironique et agace, elle le voyait, et le comprenait tres bien. Elle etait mouillee, violentee, frustree et autre encore!

Elle se retourna vers Sylvie. "Et vous, comment vous portez vous? Votre nom?"

_________________
Mes salutations distinguées,

Mlle Delphine de Valentinois

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1663.forumactif.com
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Dim Aoû 14 2005, 03:08

D'Artagnan, portant toujours Iwelda inconsciente dans ses bras, sortit des bois, Besméatix à ses côtés. Tout au long de leur trajet, il ne s'était guère prononcé de paroles. D'Artagnan était perdu dans ses pensés, et Besméatix, connaissant bien son ami, savait qu'il valait mieux le laisser réfléchir. Étrangement, les pensées de D'Artagnan n'allait pas vers l'entretien inévitable qu'il devrait avoir avec le Roi. Il était clair que la sécurité avait été défaillante, et D'Artagnan ne chercherait pas de faux fuyants. Certe, côté sécurité, le Roi ne lui avait jamais vraiment facilité la tâche. Mais néanmoins, il était de sa responsabilité de s'assurer que rien ne puisse dégénérer, peu importe la situation. C'était là le côté suicidaire du poste de Lieutenant des Mousquetaires.

Durant le trajet qui l'avait mené à la sortie du bois, il avait surtout repensé au visage de l'homme qui l'avait défié, peu avant que son complice ne lui tire une balle dans la tête. D'autres viendront... Pourquoi? D'Artagnan redoutait plus que tout la réponse à cette question. Car il était à présent déchiré entre son devoir envers le Roi et la souffrance du peuple. Néanmoins, il ne pouvait accepté qu'on ait recours à des criminels. Il savait bien que les hommes qui avaient péri aujourd'hui n'avaient rien en commun avec les honnêtes citoyens. Par contre, c'était là un des premiers symptômes...

Il sentit alors Besméatix qui lui tirait sur la manche. Il regarda dans la direction qu'il lui pointait et aperçu un carosse. Ils s'y dirigèrent donc afin que Mlle O'Ceannaigh puisse recevoir les soins adéquats dans les plus brefs délais.

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Sylvie d
Invité



MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Dim Aoû 14 2005, 14:12

Citation :
Sylvie, je vous suis très reconnaissante de m'être venue en aide pour me ramener. Je vous présente la duchesse Delphine de Valentinois, cousine de notre monarque Louis 14

-Vous savez je n'ai pratisuement rien fait a part etre au mauvais endroit au mauvais moment... M. D'Artagnan vous a sauvée et puis moi je n'ai fait que vous ramener. Et puis d'ailleurs je n'aurais jamais retrouvé le chemin sans les deux mousquetaires...



Dans la voiture l'air etait tout de meme plus chaud qu'a l'exterieur et Sylvie se sentie beaucoup mieux.


Citation :
Et vous, comment vous portez vous? Votre nom


je suis Sylvie de L'Isle. Une provinciale qui vient d'arriver a Fontainebleau. Enchanté de vous connaitre ...
Revenir en haut Aller en bas
Héloïse
Administratrice


Nombre de messages : 769
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Dim Aoû 14 2005, 15:00

Citation :
-Vous savez je n'ai pratisuement rien fait a part etre au mauvais endroit au mauvais moment... M. D'Artagnan vous a sauvée et puis moi je n'ai fait que vous ramener. Et puis d'ailleurs je n'aurais jamais retrouvé le chemin sans les deux mousquetaires...

"Ne vous inquiétez pas mademoiselle, vous avez fait plus que vous ne le pensez. Votre présence a été particulièrement appréciée, soyez en sure"

Son ton s'était radoucit, Héloïse ne voulait pas paraître hargneuse à ceux qui ne lui avait rien fait. Disons qu'elle était plus fâchée contre elle-même qu'autre chose.

Citation :
Ils payeront de leur actes, cela, je le promet.

"Je ne le sais que trop bien..."

Héloïse songea avec peur de ce que Louis dirait...elle ne voulait pas qu'il monte sur ses grands chevaux. Tout n'avait été qu'un accident, si il devait s'en prendre à quelqu'un, c'était bien à la jeune fille elle-même. La calèche s'immobilisa tandis qu'Héloïse était plongée dans ses pensées. Elle remercia tout le monde présent, pris une couverture et marcha hors du véhicule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvie d
Invité



MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Dim Aoû 14 2005, 22:27

Citation :
Ne vous inquiétez pas mademoiselle, vous avez fait plus que vous ne le pensez. Votre présence a été particulièrement appréciée, soyez en sure

Sylvie se sentie beaucoup mieux, elle etait beaucoup plus a l'aise. Elle s'envelopa dans une couverture comme un pertit chat et se sentie rechaufée. Neamoins, elle avait toujours ses vetements mouillés.Elle pensa alors a un bain chaud. tres chaud. Comme ce sera agreable !



Citation :
"Je ne le sais que trop bien..."

Sylvie regarda l'air grave de Heloise. Qu'allait t-il se passer devriat aller voir le roi ? Comment reagirais t-il ? Elle ne l'avait pas vu une seule fois mais on lui avait dit que le roi louis pouvait entrer dans des coleres noires... Elle chassa alors tout ça de son esprit.Elle suuivit alors Heloise dehors,toujours enmitouflées dans sa couverture.
Revenir en haut Aller en bas
Héloïse
Administratrice


Nombre de messages : 769
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Lun Aoû 15 2005, 00:14

Héloïse attendit que les deux femmes ne sortent avant de continuer plus loin. Protégée par la couverture, le portrait de la favorite était plutôt insolite. Plusieurs tête se tournaient en direction du groupe qui descendaient de la calèche. Déjà, des murmures fusaient, et les rumeurs avaient commencées à courir un peu partout. La courtisane espéra que Louis ne les entendent pas par d'autres bouches que la sienne ou celle de Delphine. La duchesse de Valentinois jetait des regards assassins à ceux qui observait avec trop d'intensité Sylvie et Héloïse. Cette dernière lui en était reconnaissante, elle savait que la cousine du Roy voulait éviter que son courroux ne s'éveille. Héloïse s'adressa à Delphine, d'une voix assez basse pour que seule et et Sylvie ne puisse l'entendre.

"Très chère, je pense qu'il serait plus prudent que nous ayons un entretiens avec le Roy le plus vite possible, avant qu'il n'apprenne par la mauvaise personne que les brigands ont fait plus de dommage qu'il n'en avait été laissé paraître. "

Delphine fronça les sourcils et évalua rapidement les deux dames devant elles. Biensur, elles étaient dans un état assez pitoyable, et le regard de la duchesse le fit bien comprendre à Héloïse. Seulement, cette dernière voulait perdre le moins de temps possible. Avec un ton un peu plus pressant, elle continua sur sa ligne de pensée.

"Delphine, si le peuple commence à se révolter de la sorte, votre cousin se doit de le savoir par la bouche de ceux qui ont été témoin, et le plus tôt sera le mieux non? Les mousquetaires ne sont pas encore revenus..."

Elle se surpris à penser à de Verchère et espéra qu'il n'était rien arrivé à aucun des mousquetaires, ni à Iwelda, qu'elle n'avait pas encore vu réapparaître. Elle espérait la voir sortir à un détour, avec son entrain habituel. Héloïse se sentait terriblement coupable, et si quelque chose était arrivée à l'Irlandaise, elle était en partie fautive d'avoir manqué aux responsabilités qu'on lui avait données.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delphine de Valentinois
Administratrice


Nombre de messages : 1788
rang : Canada
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Lun Aoû 15 2005, 02:57

Delphine les dirigea vers ses appartements personnels ou tout ce qu'elle avait demande serait la, comme prevu. Le Roy devait aussi y eter, convie d'urgence par sa cousine.

Elle montra son dedain envers les courtisans qui posaient mille questions sur leur passage, et irritee, elle claqua des doigts. Un serviteur se presenta, et apres avoir ecoute ses ordres, il s'organisa en quelques secondes seulement. Quatres valets leurs servaient d'escorte, empechant les indesirables de s'avancer jusqu'a eux pour leur poser des questions. Une chose etait sure, la cousine du Roy trouverait chatiment a quiconque oserait se mettre sur son chemin. Cela, son regard, l'indiquait clairement.

"Très chère, je pense qu'il serait plus prudent que nous ayons un entretiens avec le Roy le plus vite possible, avant qu'il n'apprenne par la mauvaise personne que les brigands ont fait plus de dommage qu'il n'en avait été laissé paraître. "

Delphine hocha de la tete, sans rien dire. Elle s'inquietait de la reaction de son cousin.

"Delphine, si le peuple commence à se révolter de la sorte, votre cousin se doit de le savoir par la bouche de ceux qui ont été témoin, et le plus tôt sera le mieux non? Les mousquetaires ne sont pas encore revenus..."

Delphine la regarda un court moment, et lui fit un grand sourire.

Alors que la procession tournait le dernier coin, les femmes de chambres coururent a leur rencontre. Elles s'occuperent immediatement des 2 rescapes et essayerent de persuader la duchesse de les laisser l'aider a changer sa robe pour une autre plus sec, mais elle fit un geste de la main qui ne laissa pas a l'argumentation. Toutes se depecherent alors d'assister les deux autres femmes alors que les serviteurs montaient garde a la porte de la suite.

(suite dans mes appartements)

_________________
Mes salutations distinguées,

Mlle Delphine de Valentinois

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1663.forumactif.com
Sylvie d
Invité



MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Lun Aoû 15 2005, 10:33

Sylvie suivait le groupe entourée des valets et derriereles deux femmes. Elle regardait a la derobée les autres couyrtisan squi les montraient du doigts et qui commençaient deja a jaser sur leur retour.



Citation :
Très chère, je pense qu'il serait plus prudent que nous ayons un entretiens avec le Roy le plus vite possible, avant qu'il n'apprenne par la mauvaise personne que les brigands ont fait plus de dommage qu'il n'en avait été laissé paraître

Elle etait horrifiée par ce qui se passait. Le roi mecintent ? Elle etait finie car elle n'etait ni favorite ni sa cousine. De plus elle ne l'avait jamis vu

Citation :
Delphine, si le peuple commence à se révolter de la sorte, votre cousin se doit de le savoir par la bouche de ceux qui ont été témoin, et le plus tôt sera le mieux non? Les mousquetaires ne sont pas encore revenus..."

Le peuple se revolter ? Le roi n'aimera pas. Elle avait interet a se faire petite ... Le roi ne la conaissait pas... Mortifiée elle suivit les uatres vers les appartements de le Duchesse.
Revenir en haut Aller en bas
Besméatix
Poete


Nombre de messages : 170
Date d'inscription : 12/08/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Lun Aoû 15 2005, 15:00

(HRP : bon ben je crois qu'on va rentrer à pied alors...! LOL! Wink)

Besméatix s'approchait du carosse lorsque celui-ci démarra en trombe. Les occupants semblaient trop occupés pour avoir remarqué leur présence. Il se tourna vers son chef avec un air dépité :

- Je crois que nous allons devoir marcher, D'Artagnan.

Il remarqua que l'expression sur le visage de son chef avait maintenant changée. Et ce visage, il le connaissait trop bien. La colère. Retenue, certe, à l'intérieure, mais alimentée par un feu dont Besméatix pensait connaître les causes. Cette colère, D'Artagnan ne la libérait que trop rarement. Sur le champ de bataille, elle se révélait une arme terrible, comme Besméatix avait pu en apercevoir les résultats quelques minutes plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Lun Aoû 15 2005, 18:06

Les sombres pensées de D'Artagnan avaient maintenant fait place à une colère contenue. Car il était maintenant devenu évident dans son esprit que quiconque avait commandité cet acte, c'est sur le peuple que la répression se ferait sentir. Il lui sembla que cette personne, malgré le fait qu'elle sembla poursuivre un but plus ou moins noble, ne se souciat guère des vies qui pouvaient y être sacrifiées. Et cela enragea le Mousquetaire. En tant que soldat, il pouvait concevoir que la pensée militaire exige le sens du sacrifice. Ma chaque soldat était consentant dans cette démarche, chacun savait à quoi s'en tenir. Et chacun l'acceptait par qu'ils considéraient que c'était là un idéal valant bien plus que leur propre vie. Mais pouvait-on vraiment se donne le droit de décider ainsi à la place des gens qu'un idéal quelconque valait plus que leur propre vie? Conduire une révolution, en ayant le peuple derrière soi, c'était une chose. Mais faire de sa propre volonté celle du peuple, cela relevait de l'orgueil.

D'Artagnan était certe dans un moment difficile, tentant d'y voir clair dans ce qu'il considérait être son devoir envers le peuple et envers le Roi de France. Qui devait passer en premier? Dans le meilleur des mondes, il n'aurait pas eu à faire de choix. Mais les choses avançaient bien trop vites maintenant, et il sentait qu'il aurait bientôt à faire face à un tel dilemme. L'inconscience du cerveau des attaques d'aujourd'hui faisait certe pencher la balance du côté de la couronne. Toute révolution, selon lui, aurait dû s'enclencher par des manifestations plus modérées avant d'évoluer vers de tels actes d'une rare violence. Mais un léger doute continuait, jour après jour, à s'insinuer dans son esprit.

C'est alors qu'il vit le carosse quitter les lieux. Il leva les yeux vers le ciel. Décidémment, tout allait de mieux en mieux...

- En effet, Besméatix, en effet...

Il s'en voulait quelque peu de son impatience, mais savait que son ami ne s'en formaliserait pas. Ils entreprirent donc la marche, silencieusement. Après une cinquantaine de pas, Besméatix entreprit de le faire parler un peu, se remémorant quelques grands épisodes qu'ils avaient vécu ensembles sur les champs de bataille.

- Tu te rappelles notre charge au Fort St-Phillipe? Ces Espagnols n'ont jamais compris ce qui les avait frappé...

Et D'Artagnan se revit donnant l'assaut, Besméatix quelques pas derrières lui, alors qu'ils chargeaient une ouverture par le côté, ne laissant sur leur passage que des cadavres. Cette journée-là, la situation leur avait paru désespérée. Mais le jeune D'Artagnan avait ouvert la voie pratiquement à lui seul, expédiant dans l'autre monde plusieurs soldats ennemis qui couvraient le flanc blessé du fort. À cette époque, D'Artagnan se posait bien moins de questions. Quelques heures plus tard, ils hissaient le drapeau Français sur la plus haute tour du dongeon.

- Si je m'en souviens... Il me semble qu'à l'époque, on savait pourquoi on se battait, Besméatix. Pour l'honneur d'un Royaume qui nous semblait être le plus grand. Pour la plus grande gloire de la France. Crois-tu toujorus que c'est pour cela que nous combattons?

Sa question était sincère. Il vit son ami hésiter quelques instants.

- Et bien je crois que nous nous battons pour une cause qui fut juste, et qui ne demande qu'à le redevenir. Il ne faut pas perdre espoir, Charles.

D'Artagnan acquiesa en silence. Il se dit soudain qu'il devrait inévitablement parler au Roi, et que ce serait peut-être là le bon moment pour le ramener subtilement à l'ordre.

Au détour de la petite route, ils virent deux chevaux attachés à un chêne. S'approchant, ils purent constater que plusieurs armes étaient rangées sur la selle de chacun, confirmant ainsi ce qu'ils avaient pensé depuis le début : c'était là les montures des brigands. Chacun en pris une, D'Artagnan installant avec précaution Iwelda en avant de lui. Il avait passé ses bras sous les siens pour tenir les rênes, afin de maintenir son corps droit. Ils prirent la route de Fontainebleau.

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Mar Aoû 16 2005, 14:00

Elrohir était toujours dans les bois avec d'autres mousquetaire. Peut-etre que le calme était revenu plus près du chateau, mais ici, les ténèbres gagnaient du terrain. Il dit à trois mousquetaire:

- Nettoyer cette zone, et ne laisser personne passer.

Les trois hommes partirent en une direction, tandis que Elrohir et deux autres dans une autre. Il tombèrent maintenant au centre de cinq brigands armés de mousquet. Elrohir réagit instantanément, il se pencha et bondit pour envoyer son poing sous le menton d'un homme. Avant qu'il ne tombe, Elrohir le saisit pour s'en servir de bouclier de deux brigands qui venaient de faire feu. Pendant ce temps, il prit un poignard qu'il envoya droit dans la gorge d'un autre. Il lacha sa victime et fonça maintenant droit vers les trois hommes qui venaient de faire feu, maintenant sans mousquet.

Il envoya son pied pour casser le genou du premier, en se retournant, il attrapa le bras d'un autre et il lui cassait rapidement. Avec son épée, il atteint le dernier à la gorge, lui coupant la jugulaire. Elrohir se tenait maintenant au milieu de ces cinq victimes, dont deux étaient seulement blessé. Il entendit des pas dans les bois. Des coups de feu suivirent. Elrohir plongea au sol et attrapa deux mousquets vident des brigands. Il les lança en direction des coups de feu tout en maudissant les ennemis.

Une fois que les coups de feu cessèrent, Elrohir fonça en compagnie des deux autres mousquetaires vers les brigands. Elrohir sauta en l'air et envoya son pied dans la figure du premier, tombant le nez cassé. Il tourna sur lui-même et il envoya sa cape sur un autre, le rendant aveugle quelques instants. Elrohir en profita pour l'achever. Il saisit la dague de l'homme et il l'envoya dans un autre brigand, l'atteignant à l'abdomen. Il criait maintenant:

- D'Artagnan, si tu veux venir faire un miracle, ça serait le moment!!!!!

Ils étaient maintenant que deux hommes. Les trois autres mousquetaires envoyé dans l'autre flanc devaient être mort. Elrohir remarqua que le nombre de brigands ne cessaient de croitre.... Il entendit des balles de mousquets cillier pres de lui. Il fondit sur un homme, distrubuant des coups ici et la, évitant de se faire atteindre lui-même.... Il eut même l'audace de saisir une branche accroché à un arbre, la tirer de toute ses forces et de la lacher dans le visage d'un brigand. Il se disait pour lui-même:

- Bon dieu, ou est D'Artagnan quand on a besoin de lui?

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Mar Aoû 16 2005, 14:32

(HRP : Désolé, j'étais occupé à sauver tout le monde sur l'autre flanc...! Wink Je t'envoie des renforts...)

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Besméatix
Poete


Nombre de messages : 170
Date d'inscription : 12/08/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Mar Aoû 16 2005, 14:51

Après avoir laissé D'Artagnan avec Dame de Valentinois, Besméatix s'était rapidement dirigé vers les locaux des Mousquetaires. En route, on lui avait fait part de rapport selon lesquels plusieurs hommes étaient encore dans l'eau chaude dans les bois. Sans perdre un instant, les ordres furent donnés : avec une rapidité phénoménale, les chevaux furent sellés, et une vingtaine de cavaliers, avec Besméatix à leur tête, s'enfoncèrent dans les bois. Il avait renoncé à aller chercher D'Artagnan, celui-ci étant fort probablement en discussion avec le Roi. Et en tant que Sous-Lieutenant, il avait le grade nécessaire pour mener de lui-même ce genre de mission.

En bon stratège, Besméatix espérait bien prendre avantage de la faible densité des bois entourant Fontainebleau pour faire des ravages avec la chevalerie. Galopant en tête sur une bête au pelage gris foncé, il avait certe fière allure, toujours aussi droit que lorsqu'il avait fêté son 20e printemps... quoique légèrement plus rond sur l'avant. Ils arrivèrent bientôt en vue des lieux où se déroulaient les derniers combats. La première chose qu'il vit, se fut Elrohir de Verchère qui envoyait une branche au visage d'un adversaire. Il se démenait comme un diable dans l'eau bénite, et il était plus que temps que les renforts arrivent. Besméatix leva bien haut son épé, lâchant un cri de guerre afin de motiver ses hommes.

Sur le champ de bataille, on entendit soudainement un grondement de tonnerre alors que la cavalerie faisait son entrée en jeu. Un groupe de brigand, qui avait eu le malheur de se retrouver sur la route du convoi, fut écrasé en moins de temps qu'il n'en eu fallu à Besméatix pour engouffrer une pointe de tarte. La course folle des Mousquetaires sur leur monture n'avait même pas été ralentie. Adoptant soudain une formation en V, les Cavaliers défoncèrent un nouveau groupe, ouvrant un grand trou dans cette ligne ennemie désespérée. En moins de cinq minutes, la cavalerie de Besméatix avait contourné le champ de bataille, anéantissant les rebelles pris au dépourvu avec une facilité déconcertante. Les brigands ne pouvaient absolument rien contre cette troupe bien guidé et bien entraînée.

Une fois les principales forces éliminés, les cavaliers descendirent de monture pratiquement tous au même moment avant de foncer épé au poing sur les hommes restant. Plusieurs duels furent ainsi entreprit, dont la très grande majorité se soldèrent par la mort d'un rebelle. Du côté ennemi, c'était la débandade et les derniers survivants prirent finalement la fuite.

Lorsque les choses se calmèrent, Besméatix repéra Elrohir et se dirigea vers lui. Arrivé à proximité, il lui posa une main sur l'épaule.

- Je crois, mon ami, que vous aurez bien mérité vos futures journées de congé.


Dernière édition par le Mar Aoû 16 2005, 16:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Mar Aoû 16 2005, 15:08

L'ombre agrandissait, les brigands devenaient de plus en plus nombreux... Elrohir et le seul autre mousquetaire était cote à cote, protegeant chacun un coté pour leur survie. Il entendit le sol gronder. Il se retourna et vit que les mousquetaires arrivèrent rapidement à cheval pour son plus grand bonheur. Il commença à sourire mais il le perdit immédiatement, s'apercevant que la rangée de mousquetaire allait droit sur eux.

Elrohir se retourna et poussa son ami le plus loin possible, faisant tomber quelques brigands au passage, il allait courir mais il était trop tard, les mousquetaire à cheval était trop près. Il tourna sur lui même tout en se déplaçant sur le coté pour éviter des coups de lames perdues. Il du meme en bloqué quelques une qui allaient l'atteindre. Il en manqua une et il fut atteint dans les cotes.

Le combat continua et Elrohir se tenait le flanc droit, atteint par un mousquetaire malhabile. Lorsque le combat fut enfin terminé, Elrohir vit Besméatix venir le voir et lui parler. En guise de réponse, Elrohir lui envoya son poing sous le menton et lui dit:

- Pauvre imbécile, depuis quand nous envoyons la cavalrie alors que nos hommes sont sur le terrain. Regardez, ce mousquetaire se portait bien avant que vos chevaux le pétiennent comme un vulgaire insecte.

Elrohir tomba à genou, la douleur était vive. Ce n'était pas certe sa premiere blessure, mais venant d'un allié, oui. Il montra le sang couler de son flanc à Besméatix:

- Regardez, à cheval, les chevaliers n'ont pas le temps de voir sur qui ils frappent, j'ai donc été atteint par un mousquetaire. Vous voyez, les sauveurs qui tuent les sauvés.... très très intelligent.

Elrohir vit le monde s'assombrir, les arbres tournaient et le sol également. Il ferma les yeux et tomba raide inconscient sur le sol

(HS C'est qui Besméatix?? Wink)

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Besméatix
Poete


Nombre de messages : 170
Date d'inscription : 12/08/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Mar Aoû 16 2005, 19:52

(HRP : ??? Attend-la... T'oublies plusieurs petits détails :
1- Les habits des Mousquetaires sont d'un gros bleu pétant... Bref, visible à environ 20 m à la ronde
2- La cavalerie a CONTOURNÉ le champ de bataille, anéantissant le gros des forces qui se trouvait autour des deux Mousquetaires isolés. Relis mon texte comme il faut...
3- Si tu lis bien mon texte encore une fois, tu vas pouvoir lire que j'ai très bien vu l'endroit où tu te trouvais... Bref, tu crois pas que, puisque je savais où tu trouvais, j'aurais forcément fait un détour?
4- Je suis arrivé avec 20 hommes, pas un régiment complet... Donc pour les coups de lames perdus, on repassera... Wink)


Besméatix se releva prestement. C'était la surprise plus que la force du coup qui avait causé sa chute. Il bouillait de rage devant la tournure des évènements. Tous les hommes présents se regardaient, à la fois embarassés par la situation et indignés qu'on ait pu ainsi remettre leur compétence en doute. Elrohir croyait-il vraiment qu'ils avaient été imbéciles au point de foncer sur ses propres hommes? En arrivant avec ses troupes, Besméatix avait bien pris soin de localiser les Mousquetaires restants. Malgré les combats ardents qu'ils avaient affronté, leurs habits bleus ornés d'une croix argentée, représentant la France et sa couronne, étaient encore bien visibles à bonne distance. Il avait donc guidé ces hommes de façon à assurer la sécurité de ses collègues.

En homme raisonnable qu'il était, Besméatix refusa de s'emporter plus à l'endroit du Sous-Lieutenant de Verchère, mettant sa réaction sur le compte d'un accès de folie momentanée suite à l'intense bataille qu'il avait dû mener pour rester en vie. Il fit donc signe rapidement signe à deux de ses hommes de s'occuper rapidement d'Elrohir. On se chargea immédiatement de lui prodiguer quelques soins de base, afin de stopper l'hémoragie. Lorsque son état paru s'être suffisamment stabilisé, deux hommes le déposèrent sur une civière de fortune et repartirent vers Fontainebleau.

Pendant ce temps, Besméatix se dirigea vers le corps sans vie du Mousquetaire qui avait combattu auprès d'Elrohir. Il se pencha vers le cadavre, qui était étendu de côté dans l'herbe, et le retourna afin qu'il lui fasse face. Pendant un court instant, il resta interdit : le choc devant la mort inutile d'un autre de leurs hommes. Il n'eut pas besoin de le regarder bien longtemps pour voir la cause de la mort du jeune homme : un manche de poignard se dressait sur son torse, à la hauteur du coeur. Il examina l'arme attentivement, sans la déplacer, par respect pour cet homme qui avait vaillamment combattu. Il était clair qu'il ne s'agissait pas là d'une des armes réglementaires des Mousquetaires. Lentement, il se redressa. Il appela alors un de ses hommes afin de lui faire part de ses constatations, lui indiquant ses découvertes. Tout semblait indiquer qu'Elrohir avait prononcé ses accusations sous le coup de l'énervement. Il faudrait qu'ils en discutent lorsque le Mousquetaire se porterait mieux.

Après s'être assuré que les lieux étaient maintenant sécuritaires, Besméatix fit rassembler les prisonniers. Ils furent emmenés sous bonne garde à la Bastille en vu d'un interrogatoires prochains. Il ne faisait aucun doute que la majeure partie d'entre eux seraient exécutés sur la place public, afin de servir d'exemples. Il envoya aussi chercher plusieurs charettes afin de rapatrier les corps : ceux des brigands seraient brûlés dans une fosse commune, ceux des Mousquetaires morts au combat auraient droit à une sépulture digne de leur dévouement.

Lorsque tout avait été accompli, le soleil pointant bien bas à l'horizon, Besméatix se permit un dernier tour de vérification. Après quoi, fermant la marché derrière le sombre cortège, tous rentrèrent à Fontainebleau...


Dernière édition par le Mer Aoû 17 2005, 04:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Roy


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Mar Aoû 16 2005, 20:16

[ ouhou... Elrohir se fait traiter de fou !!! LOL !
Citation :
leurs habits bleus ornés de la fleur de lys dorée
raté ! c'est un habit bleu orné d'une croix d'argent... aïe, nan, me tape pas, aïe, C'est bien la preuve que je lis tes briques entierement et avec attention, non ?]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Besméatix
Poete


Nombre de messages : 170
Date d'inscription : 12/08/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Mer Aoû 17 2005, 04:41

(HRP : whistle Je vois vraiment pas de quoi vous parlez, mademoiselle... Wink)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iwelda (
Invité



MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Sam Aoû 20 2005, 13:17

[si on doit aller faire dans les briques et bien je vous suit ^-^ ]


Ces pensées embrumées, ces yeux lourds, ses mains tremblantes, elle sentait une coulée chaude et visqueuse sur son cou et sa cheville, du sang.
Elle cligna doucement des yeux, tentant de reprendre possession de ces esprits.
C'est alors qu'elle sentit les bras autour d'elle, la mémoire lui fit défaillance pendant quelques minutes, puis elle se remémora l'attaque et sa capture. Dans une réflexion trop rapide pour un esprit encore sous le choc, elle en conclut que son assailant l'avait amené à cheval.
La tête basse, elle n'apercevait que le sol, ne voyant pas le chemin qu'ils empruntaient.

Elle doutait que l'homme, car la force de ces bras et ces mains prouvaient bien d'une puissance toute masculine, la croit de nouveau consicente.
Elle analysait les possibilités qui s'offrait à elle, pendant qu'elle reprenait des forces entre les bras fermes et...presque rassurant.
Mais voyons quelle folie! Elle devait partir au plus vite.
Avec sa cheville en sang, il lui était impossible de courir, la fuite était donc à illiminer.

Un moyen d'attirer l'attention saurait d'avantage porter ces fruits. Elle opta d'abord pour un cri d'appel au secours mais ça lui semblait bien misérable comme tactique.
Une idée lui vint à l'esprit, dans un mouvement elle pourrait repousser son assailant et tomber du cheval et ensuite appeler à l'aide, le bruit et les mouvements attireraient peut-être l'attention et prouveraient à l'homme qu'elle ne comptait pas se laisser faire.

Elle prit une profonde inspiration pour se donner un peu de courage, sentait encore son petit coeur faible battre à toute allure.
Elle compta dans sa tête, prête à surprendre le briguand...1...2...3!
Elle se défit facilement des bras qui l'entouraient et elle sauta de cheval, tombait dans l'herbe mouillée.
À se moment elle voulut appeler au secour mais le choc de la chute, qu'elle n'avait pas prévu, lui coupa le souffle pendant quelques secondes.
Elle se retrouva étendue à moitiée dans l'herbe humide, sa robe vert doux était complètement trempée et moulait doucement ces jambes.
Elle entendit l'homme reprendre habillement le contrôle de son cheval et vit maintenant les sabots se poser devant elle, très calme, attendant qu'elle se calme.

Tremblante, elle leva très doucement le visage vers le briguand qui la détaillait pour la première fois de toute évidence. Ces yeux vert était brillait et sa longue chevelure châtaine glissait sur ces épaules nues. Montant doucement le regard, elle aperçu tout d'abord le cheval puissant et noble puis le visage du "briguand" s'offrit à ces yeux consternés.
Le visage de D'Artagnan, ruisselant de pluie, le souffle rapide à cause de la surprise, les mains puissantes sur les rênes de son cheval, la regardait avec un petit sourire en coin.

Ainsi l'avait-il sauvé...quelqu'un avait prit la peine de venir à son secours alors qu'elle se croyait définitivement prise sous l'emprise de ces malfaiteurs.
Elle gardait le visage levé vers cet homme, le regard incrédule et admiratif. Elle ne pouvait que rester muette et figée devant le spectacle de cet homme fier en uniforme de mousquetaire sur sa monture du plus bel effet, digne d'une statue.

Puis elle le vit descendre de cheval, consilliant, avec un sourire pour se diriger vers elle. Elle retint son souffle quelques secondes, prète à se faire gronder comme une gamine.
Revenir en haut Aller en bas
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Lun Aoû 22 2005, 16:01

(HRP : petit retour dans le passé... Wink)

D'Artagnan, perdu qu'il était dans ses sombres pensées, n'avait même pas réalisé qu'Iwelda avait repris conscience. Aussi fut-il plus que surpris lorsque la jeune femme se laissa subitement glisser en bas du cheval. En fait, il sursauta à un tel point qu'il failli lui aussi se retrouver au sol...

Il observait maintenant la jeune femme, du haut de sa monture, avec un sourire en coin. Il était heureux de voir que la jeune femme se portait mieux qu'il ne l'avait d'abord anticipé. Il mit le pied à terre et s'avança vers Iwelda, lui tendant la main afin de l'aider à reprendre pied. Il lui parla d'une voix douce empreinte de solicitude.

- Je vous souhaite re-bienvenue parmis nous, Mademoiselle O'Ceannaigh. Vous nous avez fait bien peur pendant un moment.

Voyant que la jeune femme semblait un peu étourdie, il se pencha finalement près d'elle, afin de lui offrir un appui plus solide.

- Si vous le voulez bien, Besméatix et moi allons vous reconduire à Fontainebleau afin que vous y receviez quelques soins. Je crois que vous devriez vous en sortir seulement avec quelques hématomes. En somme, il y a eu plus de peur que de mal...

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Iwelda (
Invité



MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Mar Aoû 23 2005, 13:02

Iwelda accepta le soutiens que lui offrait le chevalier, la cheville douloureuse, la tête un peu égarée, elle se laissa conduir en écoutant du mieux qu'elle pouvait les mots que lui offrait D'Artagnan.

- Je suis navrée monsieur d'avoir, à l'évidence, conclu attivement et vous remerci de la bonté que vous me faîtes en prenant soin de moi. Votre courage est grand et votre coeur est bon, mais vous vous devez tout d'abord à vos mousquetaires qui on, je le pense, bien besoin de l'appui de leur capitaine. Je vous serez toujours d'une infini reconnaissance de m'avoir sauvée, soyez en certain. Peut-être juste faire quérir un homme de moins au grade pour qu'il m'accompagne jusqu'à ma maîtresse.

Elle baissa ensuite les yeux en signe de politesse à un rang supérieur au sien et lui sourit faiblement du mieux qu'elle pu.
Revenir en haut Aller en bas
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Mar Aoû 23 2005, 18:54

(HRP : Bah, j'ai pas vraiment le choix de te ramener de toute façon... Wink : http://1663.forumactif.com/viewtopic.forum?t=138&postdays=0&postorder=asc&start=0)

D'Artagnan sourit à la demande de Mademoiselle O'Ceannaight qui, de toute évidence, se sentait gênée d'avoir réagit ainsi.

- Je pourrais toujours vous laisser aller avec Besméatix ici présent, mais je ne suis pas sûr qu'il soit raisonnable de vous laisser seule avec ce vieux séducteur. D'après ce que j'ai pu voir, mes hommes sont en train de reprendre le contrôle et ils sont bien menés sur le terrain par les sous-lieutenants Elrohir et Aramis.

Il sourit un peu de sa blague au dépend de Besméatix, qui le regardait maintenant avec un air sévère en balançant la tête d'un côté à l'autre. Ce fut tout juste s'il ne leva pas les yeux au ciel en signe de désespoir. Néanmoins, le regard de D'Artagnan s'assombrit quelque peu, repensant de nouveau à l'affrontement inévitable qu'il devrait avoir avec le Roi Louis XIV. Il tenta de n'en rien laisser paraître, afin de ne pas gêner Mlle O'Ceannaigh.

- Et de toute façon, je crois que ma présence est requise à Fontainebleau, mademoiselle. vous aurez donc l'honneur d'être escortée par deux Mousquetaires du Roi.

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Iwelda (
Invité



MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   Mer Aoû 24 2005, 21:13

[hrpg : heureuse de vous permettre d'accomplir vos obligations rolling eyes ]

Un peu secouée, elle répondit tout de même d'un ton normal.

- Hé bien c'est un honneur monsieur, alors ce sera donc moi qui vous accompagnerai jusqu'à destination si je comprend bien? Flattée de rendre votre route moins solitaire, dit-elle avec un sourire et une pointe moqueuse dans la voix. Rien de méchant, seulement un peu de taquinerie.

Le chevalier l'aida à remonter en scelle, sa cheville et quelques autres écorchures n'aidèrent pas mais il fit un effort pour ne pas compliquer la tâche au mousquetaire.

Elle tourna ensuite la tête vers l'homme qui les accompagnait et lui sourit également.

- Je suis également ravie et flattée de votre présence mon cher. Devrais-je prendre les paroles de votre confrères à la lettre?, demanda t-elle sur le même ton amusant et malicieux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: longer les bois... pour quitter Fontainebleau   

Revenir en haut Aller en bas
 
longer les bois... pour quitter Fontainebleau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» RETRAITE , QUITTER LC POUR INDÉTERMINÉ... TOUJOURS PEUT ETRE
» [RP] Du bois pour le Maistre.
» Mizukawa fait son cirque pour quitter l'île
» LES SERRES D'AUTEUIL (entre la Porte d'Auteuil et le bois de Boulougne)
» [Nouvelle Règle] Baril de Poudre noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: