1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Exploration des rues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jeanne L
Invité



MessageSujet: Exploration des rues   Mer Juil 27 2005, 20:05

Jeanne commenca a marcher les rues en regardant les différents marchants qui voulaient lui offrir ce qu ils ont à vendre, Jeanne étant trop curieuse décida de les vister toutes une à unes par contre elle était allée trop loin, elle ne reconnaisait plus son quartier, elle continue à avancer en espérant retrouver son chemin
Revenir en haut Aller en bas
Adeline
Invité



MessageSujet: Re: Exploration des rues   Mer Jan 11 2006, 15:46

Adeline sortait de l'évêché. Ne connaissant pas encore bien Paris elle s'était dit que par cette magnifique matinée ensoleillée il serait agréable de visiter la ville. Vagabondant de rue en rue, elle finit par se perdre...paniquant quelque peu, elle respira profondément et se calma puis essaya d'aller à droite. Elle arriva dans une grande avenue, jusque là tout allait bien.Puis elle du choisir à un carrefour....à gauche ou à droite? Elle tourna à gauche et se perdant de plus en plus dans les ruelles elle finit par se retrouver dans un quartier mal famé de Paris.

*Diantre, où suis-je tombée?.....ce quartier me fait penser aux bouges de subure...à vous faire froid dans le dos*pensa-t-elle.

Elle serra contre elle une petite dague qu'elle gardait toujours près d'elle. Elle avançait prudemment dans la ruelle, passant devant des prostituées, des mendiants, des hommes à l'aspect louche qui la regardaient avec un drôle d'air. Se sentant suivie, elle accéléra le pas. Soudain, elle entendit courrir derrière elle, elle commença elle aussi à courir et se prit ses pieds dans sa robe. Elle chuta et se retourna. Debout dans l'obscurité, devant elle, se tenait un homme balafré. Il lui dit d'une voix rauque:


"Alors Mademoiselle, on s'est perdue? On est pas resté à la cour de sa majesté?on était pas assez libre là bas?"

Dans l'ombre, Adeline crut mourir de peur mais elle crut reconnaître la voix d'un viel ami. L'homme explosa de rire et dit en se mettant à la lumère:

"Alors duchesse, on s'est égarée? Je crois qu'il va falloir que vous fassiez plus attention si vous voulez rester en vie. Cela fait combien? dix ans qu'on ne s'est pas vu? Mon métier a un peu altéré mon visage je vous l'accorde.

- Justin, c'est vous?

-Pour vous servir, mais ne restez pas par terre."

Il l'aida à se relever. Justin était maréchal ferrant. C'était un homme d'une quarantaine d'années, qui avait le visage abimé sans doute à cause de ce quartier dans lequel il travaille. Dans l'ombre de la ruelle, Adeline ne l'avait pas reconnu. Il l'amena à l'auberge.
Revenir en haut Aller en bas
Pierre-E
Invité



MessageSujet: Re: Exploration des rues   Mer Jan 11 2006, 19:21

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Un claquement de sabots se fit entendre quelques minutes plus tard.
Pierre Elvis, au petit trot, se posait exactement les mêmes questions que celle qui avait occupé la place avant lui. Sans oser arrêter son destrier, il tressaillit et murmura :


« Allons bon, me voilà au seuil des portes de l’enfer, sans doute ! Quel est cet endroit de cauchemar, il fait si sombre qu’on n’y distingue rien… Rien que les yeux luisants de ces coupe-jarrets femelles ! Hue donc ! »

Il passa son chemin, et de rue en rue, parcourut le chemin inverse de la précédente naufragée. Il arriva donc sur une grande avenue, et, se disant qu’il avait le gosier bien sec, chercha des yeux un honnête passant qu’il eût pu inviter à vider une bouteille, et qui par là lui indiquerait le chemin de son auberge.

[topic libre]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exploration des rues   Ven Jan 13 2006, 00:17

Eva passait par la, venant d'acheter un nouveaux parfum qui lui servirait très certainement prochainement. Les petits dédales de rues l'avaient amenée dans une allée un peu plus commerçante, sur laquelle elle avait pu flâner un peu, admirant ça et là les divers étalages des commerçants, qui allaient peu à peu à fermer boutique.
La jeune femme respirait l'air de la ville, le seul air qu'elle n'ait jamais connu. Elle aimait bien voir les gens s'agiter dans les rues, et le roulement des activités la rassurait.
Le soir arrivait, mais le soleil ne s'était pas encore couché. Pour Eva, la journée et le travail commençeraient bientôt.
Un jeune homme arriva sur sa monture, et la courtisane remarqua qu'il semblait chercher quelque chose. En effet, il dévorait l'allée des yeux, comme en quête d'une quelconque adresse. Elle s'approcha de son déhanchement habituel, et lui demanda gentillement.


"Alors mon bon monsieur, seriez-vous perdu?"
Revenir en haut Aller en bas
Pierre-E
Invité



MessageSujet: Re: Exploration des rues   Sam Jan 14 2006, 16:51

Pierre-Elvis admira la démarche de pouliche de celle qui lui avait parlé et siffla doucement entre ses dents.

*Peste !*

Il sauta à bas de sa monture et salua d’un ample geste du chapeau.

« Moi, perdu ? Mais je connaissais ces rues comme ma poche !
Il faut croire cependant que de trop jolis yeux peuvent désorienter les pauvres passants… Voilà sans doute la cause de mon désarroi. En réparation, je vous supplie humblement de bien vouloir m’accompagner à l’auberge, où le propriétaire vous régalera de ses mets les plus fins… »

Fit le jeune homme d’une voix qui malgré ses efforts n’avait absolument rien d’humble.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exploration des rues   Dim Jan 15 2006, 15:29

Eva s'était reculée de quelques centimètre lorsque l'étranger étant descendu, assez vigoureusement il fallait le dire, de son destrier. Il la salua brèvement, avec pourtant bien de la grâce.

Citation :
Moi, perdu ? Mais je connaissais ces rues comme ma poche !

Eva eu un sourire en coin. Il dirait ce qu'il voudrait, elle ne l'avait jamais vu ici, alors qu'elle vivait parmis ces rues et ruelles depuis maintenant fort longtemps. Et son regard un peu plus tôt avait tout l'air d'indiquer qu'il cherchait quelque chose d'introuvable à ses yeux.

Citation :
Il faut croire cependant que de trop jolis yeux peuvent désorienter les pauvres passants… Voilà sans doute la cause de mon désarroi.

Son sourire se transforma en un éclat de rire discret. Les compliments de la sorte l'amusaient grandement. Qu'est-ce que ne va pas chercher un homme pour éviter de perdre la face? Eva avait cette manie de penser que personne n'était complètement honnête et que tout le monde avait toujours quelque chose à dissimuler, elle la première. Le jeune homme continua toujours sur le même ton de voix, tandis que les yeux noirs de la jeune fille de joie détaillait son interlocuteur.

Citation :
En réparation, je vous supplie humblement de bien vouloir m’accompagner à l’auberge, où le propriétaire vous régalera de ses mets les plus fins…


"Il me ferait plaisir de vous indiquer l'auberge. Pour un habitué des lieux, vous savez sans doute qu'elle se trouve à quelques minutes d'ici."

Elle aimait jouer sur le sarcasme, sans pour autant paraître méchante. Son ton était plus amusé qu'autre chose. Eva lui fit signe de la suivre, tandis que d'un pas lent, elle amorçait la petite marche qui les séparait de l'auberge la plus proche.
Revenir en haut Aller en bas
Pierre-E
Invité



MessageSujet: Re: Exploration des rues   Dim Jan 15 2006, 16:23

Pierre-Elvis sourit à la moquerie de la demoiselle. Au moins, elle n’avait pas le crâne vide, ce qui, selon le musicien, était fort rare chez la gente féminine. Il décida donc de lui parler franchement et non comme à une dinde… Pour l’instant.
Il remit son chapeau et suivit son guide en tenant son cheval par la bride. Comme elle ne marchait pas vraiment rapidement, et même plutôt lentement, ils avaient le temps de discuter.
Pierre-Elvis se racla la gorge et avoua :


« Vous avez raison, je ne suis qu'un pauvre musicien, je viens d’arriver, et je ne connais rien de ce Paris. Mais c’est loin d’être votre cas, à ce que je vois. Peut-être connaissez vous un certain Racine, que je recherche ? Permettez que je vous débarasse de ceci ? »

Il tendit la main vers le paquet que portait la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exploration des rues   Mar Jan 17 2006, 22:04

Eva nota le mince sourire se dessiner sur le visage de son interlocuteur. Avait-elle piqué sa curiosité? La courtisane au moins, ne semblait pas avoir été trop loin dans ses paroles. Combien de femmes devaient se contenter de se taire et d'éviter de telles remarques?
Pierre-Elvis emboita le pas aux côtés de la jeune demoiselle, très naturellement, et tenta d'engager une conversation.


Citation :
Vous avez raison, je ne suis qu'un pauvre musicien, je viens d’arriver, et je ne connais rien de ce Paris

Un musicien...voilà qui était bien nouveau pour elle. Elle n'en n'avait jamais rencontré auparavant. Il faut dire que les gens qui se payaient ses services étaient généralement plus ou moins bien nantis, et les musiciens à Paris, exceptés ceux qui travaillaient à la cour, n'étaient pas les mieux payés de la ville.
Eva rigola un peu de cette auto dérision que semblait démontrer le jeune homme face à sa propre condition. Elle-même était très critique devant la sienne. Elle sentait pourtant une légère pointe d'ironie lorsqu'il pesait certains de ses mots.


Citation :
Peut-être connaissez vous un certain Racine, que je recherche ? Permettez que je vous débarasse de ceci ?

Elle n'eut pas le temps de réagir que son paquet n'était plus dans ses mains. Il se la jouait gentleman...elle le remercia d'un petit sourire rapide, sans pour autant descendre de son masque de fierté qu'elle arborait.

"Racine? Mouais, j'ai déjà entendu parler...un artiste comme vous non? Si nous parlons bien du même, j'ai entendu dire qu'il se produirait à la cours du roy..."

Sans même s'en rendre compte, une mou était apparue sur le visage délicat d'Eva, dès qu'elle avait mentionné Louis 14, qu'elle considérait comme un être qui ne méritait pas son titre.

"Sans doute que vous le trouverez à Fontainebleau."
Revenir en haut Aller en bas
Pierre-E
Invité



MessageSujet: Re: Exploration des rues   Mer Jan 18 2006, 19:49

Pierre-Elvis dressa l'oreille.
Il avait certes noté la réticence de la jeune femme, mais l'aubergiste avait eu presque exactement les même paroles au sujet de Racine. Ce qui faisait bigrement l'affaire du musicien.
Ce Racine commençait réellement à l'interresser.
Il se fit encore plus chaleureux et questionna:


"Vraiment ? A Fontainebleau, à la cour du Roi ? Mais dites moi, ma chère, y entre-t-on bien facilement, dans ce Fontainebleau ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exploration des rues   Sam Jan 21 2006, 16:17

Eva trouvait ce monsieur plutôt étrange. En effet, il semblait vraiment désirer quelque chose. Son attitude galante sonnait faux aux oreilles et aux yeux de la jeune fille. Le musicien s'intéressait grandement à Jean Racine, ce qui étonnait un peu Eva. Ce dramaturge travaillait désormais à la cour, et elle se demandait vraiment comme il pourrait ne serait-ce que l'atteindre.
Il sembla comme lire dans ses pensées, et continua sur la même ligne de questionnement. La courtisane répondait comme elle le pouvait. De toute façon, elle n'aurait pas beaucoup d'informations à lui procurer
.

Citation :
"Vraiment ? A Fontainebleau, à la cour du Roi ? Mais dites moi, ma chère, y entre-t-on bien facilement, dans ce Fontainebleau ?"

"Bah mon cher monsieur, je pourrais pas vraiment vous dire. Vous voyez vraiment une fille comme moi entrer à la Cour?"

Elle eut un rire assez ironique.

"Je suppose qu'avec un peu d'astuces vous pourriez avoir une audience ou rencontrer Racine directement..."
Revenir en haut Aller en bas
Pierre-E
Invité



MessageSujet: Re: Exploration des rues   Ven Jan 27 2006, 01:40

[HJ: XP désolé pour l’affreux retard… Je me jette à vos genoux tears ]

Une expression perplexe passa rapidement sur le visage du jeune homme, vite remplacée par l'air concentré de celui qui cherche à tirer son avantage d'une situation inattendue.

Citation :
"Bah mon cher monsieur, je pourrais pas vraiment vous dire. Vous voyez vraiment une fille comme moi entrer à la Cour?"

"Et bien, ma chère demoiselle, comme je n'ai jamais vu d'autre cour que la mienne, et que je vous y aurais laissé entrer bien volontiers...
Je gage que vous pourriez tout aussi bien passer la porte de celle du Roy lui même.
Non que je me compare à notre souverain, notez le bien... Mais en vous donnant quelque peine, vous n'auriez sans doute pas à attendre longtemps les hommages dûs à votre jolis minois."

Pierre-Elvis courba son étroite échine en une révérence exercée.

"Vous m'avez bien aidé, Mademoiselle, et voici l'auberge que je cherchais. Puis-je faire quelque chose pour vous remercier de votre complaisance ? Vous plairait-il d'entendre un jour quelque sonatine composée tout en votre honneur ?"

Pierre-Elvis brûlait d'impatience à l'idée de se rendre à la cour, mais sa réputation aurait souffert de l'abandon prématuré de la charmante créature qui l'avait aidé à retrouver son chemin. Il attendit donc la réponse de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exploration des rues   Sam Jan 28 2006, 17:22

( ne t'excuse pas voyons, je suis loin d'être la reine de la ponctualité aussi. Retard tout bien pardonné Wink )

Eva observait ce curieux musicien avec un air amusé. Certainement, il se reprenait sur la situation que la jeune femme avait tourné en dérision. Ses manières faussement charmantes l'amusaient grandement, et elle trouvait ce monsieur bien malin et intelligent. Il retournait bien la situation pour qu'elle soit à son avantage et maniait les mots avec bien de l'audace.
Pierre-Elvis salua la jeune demoiselle, en recommençant à lui envoyer une kyrielle de compliments.


Citation :
Vous m'avez bien aidé, Mademoiselle, et voici l'auberge que je cherchais. Puis-je faire quelque chose pour vous remercier de votre complaisance ? Vous plairait-il d'entendre un jour quelque sonatine composée tout en votre honneur ?

"Allez monsieur le musicien...c'est ici que je vais vous laisser je crois bien. On a vu ce Racine souvent dans cette auberge, s'entretenant avec une demoiselle. Peut-être aurez vous plus d'indices...et puis pour votre balade, le jour une une fille comme moi vous inspirera, vous n'aurez qu'à demander Eva, je l'écouterai votre morceau."

Avec une dernière courbette provoquante et un déhanchement scandaleux, elle continua sa route sur la longue rue.
Revenir en haut Aller en bas
Pierre-E
Invité



MessageSujet: Re: Exploration des rues   Dim Jan 29 2006, 18:59

Les allures de la jeune femme provoquèrent plus d'effet sue le le musicien que l'étrange dédain dont elle semblait faire preuve à l'égard de son métier.
Il la regarda s'en aller et se rendit compte qu'il tenait un paquet dans ses mains arachnéennes.


"Hé ! Mademoiselle Eva, vous oubliez votre paquet, ce me semble !"

Pierre-Elvis la rattrapa à grandes enjambées et lui mit son paquet dans les bras avec un sourire un peu narquois, qui disait clairement sa certitude d'avoir provoqué chez cette femme, comme chez toutes les autres, des pensées assez troublantes pour lui faire uoblier le reste. Il se trompait sans aucun doute, mais ne parvint pas à se défaire de ce sourire peu flatteur: sa nature de garçon orgueuilleux lui jouait parfois de ces tours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Exploration des rues   Jeu Fév 02 2006, 18:32

À peine eut-elle fait quelques mètres que le jeune homme l'avait rattrapé. Avec un drôle de sourire, il lui rendit son paquet contenant ses derniers achats. Encore une fois, le musicien avait une lueur malicieuse qui transperçait son regard. Même Eva, celle qui était l'aguicheuse déstabilisante se retrouva désarçonnée et pleine de questions sans réponses, devant les manières de Pierre-Elvis.
À peine eut-elle pu murmurer un merci rapide qu'il s'en était retourné, s'engouffrant dans l'auberge. Certainement là aurait-il les renseignements qu'il désirait. À Paris, il suffit de s'adresser aux bonnes personnes...


(Suite: Arriver et découverte de Paris)
Revenir en haut Aller en bas
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Exploration des rues   Lun Aoû 28 2006, 20:32

-------------------------------------------------------------------------------------

Elrohir vint de sortir de l'auberge, il fait nuit, froid, pleut et il y a peu de personnes. Il marcha, non-couvert de rien pour le maintenir au chaud. L'eau tombe sur son chapeau, coulant largement dans son cou. Ses plaies à l'abdomen et au bras ne lui font pas mal, ni le froid qui fait courir plusieurs passants dans la rue.

Il prit meme le temps de s'arrêter au coin d'une rue. Il ne regardait pas vraiment à quelques parts, ni nul part. Il prit le temps de regarder à gauche et à droite... mais rien ne vint. Il était là, à écouter les bruits qui venaient du fond de la rue. Rien à part l'eau qui tombe du ciel. Son visage est trempé d'eau de pluie et ses lèvres commencèrent lentement à tourner au bleu.

Minuit devait être passé et il n'avait pas dormi depuis deux nuits. Il était trop fatigué pour dormir. Il se mit à penser, là seul au milieu de la rue, comment une situation pouvait autant dégénérer et surtout, le pire, il ne peut rien faire pour réparer tout cela.

Tout d'un coup, un homme furtif marcha discrètement dans la rue, au loin. Elrohir commença à marcher dans sa direction, comme heureux de ce qu'il venait de voir. Il s'approcha de lui mais ce dernier ne l'avait pas vu, il ne savait pas quel fauve allait lui tomber dessus dans quelques instants.

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Exploration des rues   Mer Aoû 30 2006, 11:52

Elrohir arriva derrière l'homme qui eut à peine le temps de se retourner pour voir qu'il y avait quelqu'un. En voyant le visage d'Elrohir, l'homme recula de deux pas et il posa la main sur sa garde de son épée. Elrohir s'était arrêté, regardant l'homme. Ce dernier semblait moins sûr de lui que la dernière fois qu'il s'était rencontré. Il demanda:

- Qu'est-ce que tu me veux?

Elrohir attendit de nombreuses secondes. L'eau continuait à tomber du ciel vigoureusement. Les vêtements d'Elrohir était trempés. Il fixa l'homme et il finit par dire:

- Je dois dire que j'espèrait bien te voir, Maranda. Voilà longtemps que j'essai de t'attraper je dois dire, mais cette fois-ci, tu ne m'échapperas pas.

Maranda fit un petit sourire, comme si quelqu'un de la trempe d'Elrohir était en mesure de l'arrêter. Il lacha la garde de son épée et il fit un sourire sarcastique. Il fixa Elrohir dans les yeux et il lui dit:

- Parce que tu crois que tu peux et que tu as le droit de m'arrêter? Qu'ai-je donc fait mon cher? Je crois que ce n'est pas illégal de se promener en pleine nuit, ou bien de profiter du talents des merveilleuses femmes de joie que nous avons à Paris?

Elrohir s'essuya la bouche du revers de sa manche. Il ajouta:

- Tu crois vraiment que je suis ici, en cette nuit où le ciel a décidé de déchainé ses enfers juste à cause de ce que tu viens de dire? Je dois dire que tu es plus crétin que j'espèrais. Tu penses vraiment que ces petits détails que tu viens de me dire m'interesse? Ce qui m'interesse est bien plus ce que tes amis ont dit à leur captive il y a quelques temps. Maranda, espèce de sale traitre. Maintenant, tu vas me dire pour qui tu travailles, parce que je ne pense pas que tu aies l'intelligence requise pour exécuter ce genre de plan

Du coup, Maranda était pris. Mais il ne se laisserait pas prendre de la sorte. Sans crier gare, il sortit son épée et il l'envoya en direction d'Elrohir. Ce dernier se pencha vers l'arrière pour éviter cette attaque. Il tenta de donner deux ou trois autres coups à Elrohir, mais il les évita facilement. Maintenant, Maranda essaya d'abattre son épée sur le crâne d'Elrohir, mais il attrapa la main de Maranda et il s'arrêta. Pris la main au-dessus d'Elrohir, Maranda sourit et dit:

- Je crois que si mes contacts ont raison, ça devrait être ici

Il saisit fermement le bras d'Elrohir là où il y avait sa blessure. Mis à part un peu de sueur qui s'échappa du front d'Elrohir, il ne grimaça pas. Mais cela n'enlevait rien à la blessure intérieur qu'il subissait. Alors que Maranda lui serra le bras de plus en plus fort, Elrohir lui frappa sur le visage, directement sous le menton et l'homme partit vers l'arrière, tomba lourdement..

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Exploration des rues   Mer Aoû 30 2006, 21:15

Maranda tomba sur le dos lourdement et glissa quand Elrohir avait enchainé son coup de poing avec un coup de pied. Il voulait à tout prix se débarasser de l'emprise que Maranda lui faisait. Elrohir entendit Maranda sortir une dague en plus de son épée. Un peu de sang coulait de la bouche de Maranda et il cracha sur le sol. Il était au beau milieu d'un trou d'eau et l'eau s'agitait quand la pluie tombait dedans, lourdement. Maranda se releva, faisant secouer violement l'eau. Il regardait Elrohir et il lui dit:

- C'est ça, vient de battre petit peureux, tu n'as pas su protéger ta femme le moment venu et maintenant tu crois encore pouvoir arrêter un bandit?

Elrohir garda son calme... ce qui était étonnant selon les circonstances. En temps normal, cela ferait longtemps qu'il lui aurait planté son épée au milieu du front. Mais maintenant, il respira lentement, faisant sortir de la fumée par sa bouche à cause du froid. Deux sons métalliques se firent entendre et l'épée d'Elrohir brillait en face de lui. De son autre main, il prit son chapeau et il le lança au loin. Il remit cette main en position de combat, avec une dague dans la main. Il attendit que Maranda s'exécute en premier, ce qu'il fit rapidement.

Maranda tenta de frapper Elrohir des deux cotés à la fois, mais ce dernier se protégea en ouvrant les bras. Des bruits de métal qui se frappèrent répercutèrent dans la rue. Maranda enchainna immédiatement en le frappant dans le ventre, précisément à l'abdoment où il y avait sa blessure. Elrohir recula de trois pas, tentant de reprendre son souffle. Mais Maranda le suivait et il frappa Elrohir avec son épée à la haute de la gorge. Elrohir leva sa dague pour contrer cette attaque. Alors que Maranda donna un coup avec sa dague vers la tête d'Elrohir, le mousquetaire se penchant, faisant faire un demi-tour à Maranda qui venait de manquer la tête. Avec son épée, et frappa sur la cuisse de l'homme, faisait gigler le sang qui s'éparpillait sur le sol à l'aide de la pluie. Rapidement, Elrohir mis son pied sur le genou encore en santé de Maranda et il se propulsa en l'air pour faire un tour complet sur lui même, en profitant de cette culbute pour envoyer son pied au menton du brigand

Elrohir retomba lourdement sur ses pieds et il se propulsa maintenant vers Maranda qui était un peu sonné. Le brigand tentant de frapper Elrohir, mais il s'écarta à nouveau. Avec sa main qui contenait sa dague, Elrohir saisit le bras de Maranda, et avec la mains qui avait son épée, il frappa Maranda directement sur le nez avec le manche de son épée. Un son de métal qui brisa un os se fit entendre. Maranda en colère dit:

- Dis moi ce que tu aimes, et j'aurai le plaisir de tout détruire pour te rendre ta mort encore plus médiocre.

La pluie tombait de plus belle et de plus en plus fort. Maranda recula de quelques pas, la main au visage. Devant lui, Elrohir se tenait debout, les armes au poing, la respiration qui s'accélèrait et la fumée qui sortait de sa bouche à cause du froid. Maranda fondit à nouveau sur Elrohir. Il le frappa avec son épée vers l'abdomen, mais Elrohir fut assez rapide pour y mettre son épée. Maranda combina son attaque avec une tentative de frappe à la tête et à l'abdomen coup sur coup. Mais encore une fois, en guise de réponse, un son métallique de deux épées qui se frappèrent. Maranda usa de sa force pour pousser Elrohir plus loin, mais il ne tomba pas. Elrohir resta debout, mais fit quelques pas par en arrière pour tenter de garder l'équilibre. Il regarda Maranda avec des yeux de mort, de colère et de vengeance. Un regard qui ferait glacer le sang de plusieurs. On entendit un murmure au travers de la pluie, la voix d'Elrohir qui semblait si sombre:

- Tu ne comprends donc pas. Même si je te le disais, tu ne comprendrais pas

Elrohir leva ses armes et avança rapidement, sans courir, vers Maranda qui leva ses armes. Elrohir tenta de frapper Maranda sur les deux flancs, mais il fut arrêter. Elrohir évita un coup de pied que Maranda venait de tenter de lui donner. Il pivota sur lui-même pour frapper Maranda dans le haut du corps, mais il fut bloquer, il retourna sur lui-même pour le frapper vers l'abdomen, mais encore arrêter. Maranda en profita pour tenter de couper Elrohir en deux dans le long du corps, mais il évita l'attaque. Rapidement, Maranda bloque de justesse une attaque d'Elrohir sur le flanc, et une autre de l'autre flanc. Il tenta de frapper Elrohir au cou, mais Elrohir bloqua l'attaque.

Elrohir se pencha un peu en se tournant sur la gauche et de sa main droite, l'épée, il donna un violent coup en diagonale devant Maranda. Ses vêtement commencèrent à déchirer et un commencement de sa peau, mais Maranda interposa ses deux armes. Rapidement, Elrohir fit suivre sa dague et il atteint le bras droit de Maranda. La lame traversa tout le bras et Maranda n'eut d'autre choix que de crier et de lacher son arme. Elrohir tordit la lame dans la plaie, faisant crier Maranda de plus belle.

Il poussa Maranda sur le sol et il se jeta sur lui, faisant voler une flaque d'eau. Il lui serra la gorge et il remarqua que Maranda saignait abondament de sa plaie. Le sang coulait au sol rapidement, donc Maranda n'avait pas beaucoup de temps à vivre. Il serra la gorge de plus en plus fort, voulant lui faire comprendre que maintenant, c'est Elrohir qui menait la vie de Maranda

(HS To be continue...)

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Exploration des rues   Mar Sep 05 2006, 12:04

Elrohir, de son autre main, serra la plaie de Maranda avant qu'il ne perde son sang trop rapidement. Il voulait le faire parler et ce qui est de plus dommage dans la vie, c'est que les morts ne parlent pas, bien qu'il soit plus facile à trouver une fois qu'ils sont morts. Alors, sous le serrement d'Elrohir, Maranda fit une grimace de douleur. Mais, tout cela, cette torture pour le garder en vie, Elrohir s'en fichait totalement, puisque Maranda était sur le point de mourir.

Elrohir commença son interrogatoire:

- Dis moi qui est le maitre de cette mutinerie? Réponds vite Maranda, ou bien tu connaitra vraiment ce que c'est de souffrir.

En guise de réponse, Maranda lui fit un sourire avec ses dents pourries et recouvertes de sang. Il lui cracha au visage. Elrohir s'essuya rapidement du revers de la main et de sa main droite, il lui envoya son poing au visage. En tournant le visage, Maranda au le visage trempé dans l'eau. De l'eau boueuse coulait maintenant du visage de l'homme. Il se retournait pour regarder à nouveau Elrohir qui lui demandait:

- Qui mène cette opération? Dis le moi avant que je m'énerve vraiment

L'eau ne cessait de tomber, une eau glacée. Étant penché au dessus de Maranda, Elrohir faisait tomber de l'eau sur le visage de son prisonnier. Les cheveux trempé d'Elrohir lui tombait aux cotés du visage. Il serra encore plus fort le gorge de Maranda, voulant le faire parler. Après quelques secondes, on entendit un murmure:

- Regarde moi Elrohir, tu crois vraiment que tout s'arrête avec moi? Tu crois vraiment que tu as réussi à tout arrêter en m'éliminant? Bien sûr que non, il y a des gens bien plus placer que tu puisse le penser, il y a bien plus de mousquetaires que tu puisses imaginer. Mais, le pire dans toute cette histoire, c'est que tu ne sais même plus à qui faire confiance. Pour avoir autant de traitres, tu dois te demander qui les dirigent. Alors, moi je te dis bonne chance pour savoir qui est avec qui et surtout, je ne dormirai pas pendant quelques jours si j'étais toi, ou bien comme ta femme, madame de Montberry

En disant ces mots, Elrohir avait, sans s'en rendre compte, serrer un peu plus la gorge de son prisonnier. Pas encore Evangéline, pourquoi ne pas la laisser tranquille après tout ce qui s'est passé. Il fallait se demander si ce n'était pas l'intervention de Dieu, mais alors que Maranda lui parlait, en plus de la pluie, des éclairs sortaient du ciel.

Elrohir aurait voulu lui crier de la laisser tranquille, qu'elle n'avait rien à voir avec tout cela, mais il savait que cela lui servirait à rien. En guise de réponse, Elrohir lui lacha la plaie au bras, faisait couler le sang de Maranda dans l'eau qui tombait du ciel. Maranda était devenu blanc comme un drap. Elrohir se leva, lentement pour bien regarder Maranda, et puis il fit signe de non de la tête à Maranda.

Rapidement, il ramassa ses armes et il se dirigea en direction du chateau. Il devait maintenant aller voir Evangéline, voir si elle allait bien ou bien si Maranda lui avait dit des mensonges. Pendant ce temps, la fin de Maranda était en train de le frapper car un dernier souffle s'échappa de sa bouche avant qu'il ne s'éteigne

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exploration des rues   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exploration des rues
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Defi pour futurs maires: les marches publics dans les rues
» La realite des enfants des rues, article du Sun-Sentinel
» Garage des rues : véritable casse-tête !
» exploration (pv Mine de charbon)
» Un rp avec un gamin des rues ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: