1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Du matin jusqu'au bal.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Delphine de Valentinois
Administratrice


Nombre de messages : 1788
rang : Canada
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Du matin jusqu'au bal.   Dim Juin 12 2005, 01:49

Delphine passa devant un miroir du couloir ou elle s'attarda quelque peu pour remettre une meche rebelle.

Elle avanca a travers le long couloir, croisant maints servants s'affairant au preparatif du bal de la soiree. C'etait un bal masque.

La duchesse voulait voir la couleur choisit de la salle avant de faire les denieres retouches sur son costume, qu'elle esperait, serait convenable pour l'evenement.

Elle apercut une personne qui regardait les preparatifs, comme elle, surement dans le but de dechiffrer la tendance de la soiree. Il lui vint l'envie de demander son opinion, histoire de voir si la personne avait une idee pour cette soiree qui se promettait d'etre amusante.

_________________
Mes salutations distinguées,

Mlle Delphine de Valentinois

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1663.forumactif.com
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Dim Juin 12 2005, 06:37

( L'appartement du comte de Chastignac )

Chastignac cherchait le comte de Saint Aignan, le seul homme dont la sympathie naturelle appaisait son esprit. Il le vit qui observait les préparatifs du bal masqué de ce soir. Adrien ne pu s'empêcher de sourire... ce cher comte, il était si futil quand il pensait a séduire Mme de Montespan qu'il était de toutes les fêtes, de tous les bals, des qu'il s'agissait de montrer sa beauté, sa grace et sa danse.Saint Aignan dansait en effet particulierement bien.

Adrien s'approcha donc sans hésité de son ami et lui tapota sur l'épaule.
Celui-ci sortit de sa rêverie et se retourna, son visage s'éclera a la vue de son ami.

"Embrasse-moi mon ami !"

Et il s'étreignirent comme deux freres.

-Que te voila heureux, François. Ta femme attendrait-elle un enfant ?

Les sourcils de Saint Aignan se froncerent. Adrien sourit. Il avait visé juste, le comte pensait à Mme de Montespan.

"Vous vous raillez de moi."

-Allons, jamais, vous le savez, j'essaye juste de vous rappeler a vos devoir d'époux, et vous sauvez d'une femme....

Saint Aignan le coupa :

"Et le renard reprocha au cerf son pelage trop roux!"

Chastignac s'inclina comme un homme qu'on encense. Le comte ne voulait pas entendre de mal de Montespan, au moins écouterait-il les remontrances qu'il aura a lui faire, à lui. Pourtant Adrien ne lui aurait rien reproché s'il n'avait choisi une autre femme, moins sulfureuse, et surtout, libre de l'amour du Roy.

-Fable digne de La Fontaine, bien qu'on dit que le renard ne choisirait qu'une seule compagne dans sa vie, et le cerf tout un harem... n'est ce pas ? Le renard est donc bien plus fautif s'il s'en va courir les autres terriers que le cerf les autres clairieres....

Saint Aignan compris sans difficultés l'allusion. Lui aussi était un excellent conteur, et un esprit vif. Il se mordit la levre et chercha une issus a ce combat. Ses yeux clair tomberent sur une jeune fille qui s'avançait vers lui. Il s'inclina le plus gracieusement du monde.

"Mademoiselle."

La curiosité de Chastignac fut piquée au vif et il se retourna vers la demoiselle. Au premier coup d'oeil il remarqua qu'elle ne devait pas avoir plus de vingt ans, elle était jolie, mais un peu trop brune a son gout. Pourtant son teint nacré rattrapait le tout aux yeux de Chastignac. Il s'inclina bien plus profondément que Saint Aignan et sourit en se relevant.

-N'est ce pas, Saint Aignan, qu'on ne trouve pas forcément les nymphes dans les bals costumés ?

"Certainement, Chastignac"

Aucun des deux hommes n'avaient quittés des yeux la nouvelle arrivante. Saint Aignan continua :

"Et en quelle déesse serez vous ce soir, si ce n'est trop indiscret.... mademoiselle de Valentinois ?"

Chastignac jeta un regard en biai à Saint Aignan. Essayait-il de faire fuir la demoiselle ? Alors comme ça il connaissait la jeune fille ? De nom, du moins, obligatoirement. Saint Aignan était un des hommes les plus instruits de la cour, favori du Roy.

-Ce que veux dire mon ami, c'est que vous ne pourrez être autre chose qu'une déesse, mademoiselle, que votre role fasse honneur a votre grâce.


Dernière édition par le Mar Juil 05 2005, 13:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delphine de Valentinois
Administratrice


Nombre de messages : 1788
rang : Canada
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Dim Juin 12 2005, 16:15

Delphine etait sur le point d'aborder l'homme qu'un autre, paraissant etre son ami la pris d'avance. Elle prefera arreter le cour de sa trajectoire pour bifurquer pres d'eux, vers un vase blanc d'une beaute exquisite. Elle feignit un examen interesse du vase alors que les deux converserent a quelques pas d'elle. Sans aucun doute, ils allaient l'aborder bientot. C'etait le moins des choses, d'apres l'etiquette.

"Mademoiselle."

Elle se retourna, afficha un sourire et esquissa une reference comme sa gouvernante lui avait montre devant un homme de la cour.

"Messieurs."

-N'est ce pas, Saint Aignan, qu'on ne trouve pas forcément les nymphes dans les bals costumés ?

"Certainement, Chastignac"

De la main gauche, Delphine prit le petit diamant qui changeait d'un rose au transparent, au vert et le fit jouer entre ses doigts, tout en laissant sortir un petit rire cristallin, legerement flattee par leurs beaux mots et amusee de voir ses deux hommes qu'elle ne connaissait pas encore lui envoyer des compliments.

Le plus age des deux lui demanda alors: "Et en quelle déesse serez vous ce soir, si ce n'est trop indiscret.... mademoiselle de Valentinois ?"

Delphine haussa un sourcil parfait, inquisiteur.

Le deuxieme homme sembla etre en desaccord avec la question de son ami.

-Ce que veux dire mon ami, c'est que vous ne pourrez être autre chose qu'une déesse, mademoiselle, que votre role fasse honneur a votre grâce.

Elle rit et ne s'en offusqua nullement. D'autres hommes avaient deja ete bien plus...entreprenant.

"Ne vous inquietez pas monsieur...? Je ne suis nullement effarouchee par cette question toute simple." Elle se retourna vers son premier interlocuteur, tournant legerement la tete et souriant avec minauderie: "Quelle deesse pensiez-vous que j'aincarnerai?"

_________________
Mes salutations distinguées,

Mlle Delphine de Valentinois

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1663.forumactif.com
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Dim Juin 12 2005, 17:51

Chastignac observa son ami d'un oeil amusé. Il était directement abordé par la demoiselle de Valentinois, si c'était son nom, et espérait bien avoir affaire a un jeu d'esprit de la part de Saint Aignan. Esprit dont il était devenu un maitre, et c'était toujours tres agréable que de l'entendre parler.

Saint Aignan s'inclina donc d'une façon gracieuse, jeta un coup d'oeil a son ami, et, voyant qu'il ne bougerait pas, commença a parler :

"Mais Diane, tout naturellement. Mon ami le comte de Chastignac et moi même parlions des animaux de la forêt quand, telle une apparition, nous avons remarqué une jeune femme pleine de charme, riante et agréable. N'est ce pas mon ami ?"

Saint Aignan s'en était plutot bien sortit, mais apparemment ne voulait pas continué la partie, il passait la main a Chastignac. Mais celui-ci sentait que dans ce jeu de paroles, il était bien moins calé que St Aignan. Alors il ne fit qu'approuver d'un signe de tête, continuant a observer la demoiselle et son ami.


Dernière édition par le Mar Juin 14 2005, 04:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delphine de Valentinois
Administratrice


Nombre de messages : 1788
rang : Canada
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Dim Juin 12 2005, 19:13

'Diane' inclina legerement la tete pour acquieser.

"Et vous messieurs? Quel sera votre costume ce soir?" Elle regarda le plus jeune. "Achille?" Regardant l'autre, "Ulysses?" Elle feignit alors de vraiment s'interroger sur la question. "Ou preferez-vous apparaitre comme des dieux? Assurement, Zeus sera deja pris par mon cousin le Roy... cela vous laisse...?"

_________________
Mes salutations distinguées,

Mlle Delphine de Valentinois

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1663.forumactif.com
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Lun Juin 13 2005, 05:11

Les deux hommes s'inclinerent respectivement quand le regard de Mlle de Valentinois se posa sur eux. Chastignac, fier qu'on le compare a Achille, regarda son ainé avec un sourire, regard qui voulait dire :
'a mon tour de parler'

Saint Aignan se recula d'un pas, laissant Chastignac au premier plan. Il reviendrait aider son ami s'il le fallait. Mais la demoiselle continua de parler, et le visage d'Adrien se décomposa quand elle nomma le Roy 'son cousin'. La cousine du Roy ?? Comment était-ce possible ? Et elle était encore demoiselle ? Chastignac se mordit la levre pour ne pas rire apres une telle pensée, il était perdu dans son raisonnement, mais c'était trop tard, il devait continué. D'une voix mal assurée, il prit donc la parole :

-Je ne suis pas homme assez important a la cour pour me permettre d'incarner un dieu, mais....

Sait Aignan ne put s'empecher d'intervenir, et ainsi rendre une fiere chandelle a Chastignac, que le regard sûr de la demoiselle troublait dans son argumentation. Nous l'avonc déjà dit, Chastignac était intelligent, mais ce n'était pas un poete.

"Le jeune Enee, aimé de toute femme et même de la grande Didon, fondateur d'Albes, guerrier sans peur et fils de Venus, vous irait a merveilles"

Chastignac rougit. Il compris l'allusion a sa mere, tres belle et tres aimée. Des bruits courraient sur elle, qu'elle rendait tres bien cet amour, mais la réputation de son pere rachetait tout cela. Adrien ferma les yeux. Son pere.... allons, il fallait penser a autre chose. Au moins Saint Aignan avait eu l'aimabilité de ne pas faire d'allusion a propos du vénérable Anchise.

-Et vous je vous verrait bien en Appollon, quoique vous préféreriez Orphée, le plus grand poete parmis les poetes ?

Ce fut au tour de Saint Aignan de rougir, Chastignac avait visé juste. On lui avait assuré que Mme de Montespan serait en Eurydice, il serait en Orphée. Il préféra donc changer la conversation.

"Mais le Roy a trop hésité a incarner Apollon pour que je me permette de songer a l'incarner.... le dieu du Soleil, vous comprenez ?"

Il regardait Delphine de Valentinois. Chastignac dû penser a faire des explications.

-M. de Saint Aignan est le favori du Roy.

Saint Aignan ne releva pas la remarque.

"Mais je crois que notre souverain aura préféré nous surprendre..... Ares, peut-être, je le crois même."

Mais Saint Aignan ne désirait pas directement contredire la demoiselle.

"Cependant je puis me tromper, rien n'est infaillible et l'esprit du Roy est changeant."

Chastignac rattrapa le coup.

-Comme l'esprit de tous les grands Roys de ce monde.


Dernière édition par le Mar Juil 05 2005, 12:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delphine de Valentinois
Administratrice


Nombre de messages : 1788
rang : Canada
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Lun Juin 13 2005, 22:53

Delphine etudiait ces deux hommes, mine de rien. Ainsi donc, voila St-Aignan. Elle avait souvent entendu parler de lui, mais jamais elle ne l'avait rencontre personnellement.

Citation :
"Le jeune Enee, aimé de toute femme et même de la grande Didon, fondateur d'Albes, guerrier sans peur et fils de Venus, vous irait a merveilles"

Delphine ecouta le plus age des deux proposer un seduisant personnage a son ami. Elle connaissait bien l'histoire de Enee. Du moins, d'une perspective particuliere {a lire: la trahison des dieux de marion zimmer bradley}. Ses yeux petillerent a la mention de Enee. Elle feignit pourtant ne pas se souvenir de tous les details sur ce personnage. Le plus vieux essayait-il inconsciemment, ou volontairement de la mettre en garde?
"Jai peur de ne pas me souvenir exactement de Enee. Il etait bien marie a une des soeurs de Paris, non? Ou etait-il en fait l'amant de la pretresse Cassandre avant de s'enfuir de Troyes et de fonder Albes? Etait-ce bien lui? Ou un autre?"

Elle continua de regarder les deux hommes se complimenter mutuellement, et rougir. Elle trouva cela franchement cocace.

Voyant la maladresse plutot bien dissimulee du plus jeune. elle decida d'en faire fie et de jouer le jeu.

"Il est vrai que mon cousin a bien des choix a sa portee, l'une plus grisante que la prochaine. Apollon, peut-etre? Apres tout, ne le surnommons-nous pas le Roy Soleil?"

Lisant sa robe et arborant un air completement aise, elle leur demanda: "Et la souveraine de notre souverain. Quelle personnage de l'Antiquite pensez-vous qu'elle incarnera ce soir? Hera?"

_________________
Mes salutations distinguées,

Mlle Delphine de Valentinois

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1663.forumactif.com
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Mar Juin 14 2005, 04:58

[Douah ! je vais peut-être me créer Saint Aignan en fin de compte... j'aime beaucoup le personnage et... lol! il est même pas crée que je le joue quand même !]

Citation :
"Jai peur de ne pas me souvenir exactement de Enee. Il etait bien marie a une des soeurs de Paris, non? Ou etait-il en fait l'amant de la pretresse Cassandre avant de s'enfuir de Troyes et de fonder Albes? Etait-ce bien lui? Ou un autre?"

Saint Aignan se redressa, fier d'avoir une adversaire a sa taille. Bien plus que Chastignac, elle comprenait ses sous entendu. Son ami le comte ne recevait que ce qu'il voulait, et il répondait d'une façon un peu moins subtile, quoique appréciable pour un homme de son age. Saint Aignan avec donc fait non seulement allusion a la mere d'Adrien, mais a ses nombreuses maîtresses, tandis que celui-ci n'avait répondu que par un compliment justifié, mais trop direct, de poete, cachant un sous-entendu pour lui seul. Chastignac avait encore des choses a apprendre.

Saint Aignan baissa donc la tête en signe d'assentiment, le visage rayonnant d'un sourire de satisfaction.

Citation :
"Et la souveraine de notre souverain. Quelle personnage de l'Antiquite pensez-vous qu'elle incarnera ce soir? Hera?"

Adrien se tut. Il n'en savait rien et se sentait un peu mis a l'écart dans ces conversations de gens d'un trop grand esprit pour lui. Par son silence, il obligea Saint Aignan à répondre.

"Hera, oui, peut-être. Quoique Vesta lui serait sans doute d'un meilleur gout"

Cette fois, François faisait référence au fait que Marie-Thérèse n'avait aucun esprit et ne participait nullement a la politique. Par tous, elle n'était considérée que comme une femme capable de donner des héritiers au Roy.

De son coté, Chastignac observait la jeune de Valentinois. Peut-être, s'il se liait d'amitié avec elle, pourrait-elle le rapprocher du Roy, et par conséquent... d'une terre et d'une plus grande pension ? Saint Aignan, malgré son influence, avait été en froid un moment avec une des maîtresse du Roy, il lui avait donc expliqué net qu'il serait inconvenent de lui servir de lien entre lui et son argent. Adrien devait se débrouiller seul, mais cette idée de Mlle de Valentinois lui donnais des frissons dans le dos. Si au moins elle avait été sotte....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Mar Juin 14 2005, 19:40

D'Artagnan se dirigeait vers le bureau du Roi et il traversa la grande salle avec quelques parchemins sous le bras. Se faisant, il remarqua trois jeunes gens qui discutaient. Des gens de la cour, fort probablement... Il enviait encore un peu ces jeunes gens, qui pouvaient se permettre de voler au-dessus des agitations de la ville, levant le nez sur tout ce qui ne touchait pas de près ou de loin leur rang. Mais d'un autre côté, il savait très bien que cette existence, souvent faite de faux-semblants et d'hypocrisie, ne lui aurait pas convenu. L'épé était rarement hypocrite, tandis qu'une balle de mousquet ne blessait pas que l'orgueil. Une existence dangereuse, soit, mais honnête et bien plus valorisante.

Néanmoins, D'Artagnan s'efforçait de ne pas se faire d'opinions préconçus des futurs dirigeants de demain, préférant donner leur chance aux coureurs. Et tous ces jolies visages qui fréquentaient la cour n'était pas pour lui déplaire le moindre du monde. Il gardait toujours espoir qu'un de ces courtisans réaliserait un jour que la gouverne d'un peuple amène aussi de lourdes responsabilités, et pas seulement une place d'honneur lors des banquets.

Passant près du petit groupe, il les salua poliment, accordant un regard particulier à Dame Delphine de Valentinois. Comme tout Mousquetaire, D'Artagnan savait reconnaître la beauté lorsqu'il la croisait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Delphine de Valentinois
Administratrice


Nombre de messages : 1788
rang : Canada
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Mar Juin 14 2005, 22:25

Citation :
"Hera, oui, peut-être. Quoique Vesta lui serait sans doute d'un meilleur gout"

Delphine se retint de pouffer et se contenta de sourire derriere sa main. Elle dut pourtant s'arreter lorsqu'elle sentit l'incessant regard de Chastignac pose sur elle. Pourquoi donc la regardait-elle avec cet air songeur?

Elle vit le Lieutenant des mousquetaires passer non loin d'eux, valeureux personnage dont elle avait ouie tant de prouesses lors de sa jeunesse, racontees par sa gouvernante d'antan. Elle fut satisfaite de voir que l'homme d'age mure etait aussi bel homme que l'on racontait et, sans aucune gene, flattee de voir qu'elle avait su captiver son regard lors de son passage qui semblait neanmoins plutot hatif. Peut-etre s'attarderait-il en sa compagnie? Elle avait bien envie de connaitre ce personnage heroique.

_________________
Mes salutations distinguées,

Mlle Delphine de Valentinois

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1663.forumactif.com
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Mer Juin 15 2005, 12:35

(HJ : Votre souhait sera exaucée, Madame de Valentinois...! ;-))

Au dernier instant, D'Artagnan sembla se raviser. Certe, il se devait de parler au Roi. Mais il était d'humeur plutôt sombre et il se dit que c'était là de bien mauvaises dispositions pour rencontrer un souverain. Aussi, puisqu'il avait l'intention d'être présent au bal de ce soir, aussi bien faire immédiatement connaissance avec quelques gens, question de ne pas passer la soirée seul à siroter abusivement quelques coupes de vin... ce qui, il devait bien l'admettre, n'aiderait en rien son humeur. Il s'approcha donc du petit groupe, retrouvant du coup une attitude plus détentue.

- Bien le bonjour, jeunes gens. Je suis D'Artagnan, Lieutenant des Mousquetaire de Sa Majestée. Je vois que les préparatifs pour le bal de ce soir vont bon train. Auriez-vous des suggestions de costume adéquats pour un vieux soldat comme moi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Mer Juin 15 2005, 17:25

Le coeur de Chastignac se serra lorsqu'il vit se poser sur lui le regard sévère de Mlle de Valentinois, et il détourna la tête. Son observation avait été trop insistante, et elle l'avait remarquée..... Oh, quel homme malchanceux que ce Chastignac ! Si au moins la cousine du Roy avait été idiote ! Mais non, c'était une femme d'esprit, ce qui n'était pas pour déplaire à son compagnon, qui paraissait se délecter de la présence de Delphine.

Chastignac, pour ne pas avoir à reposer son regard sur Mlle de Valentinois, feignit ressentir un vif interêt au mousquetaire qui passait rapidement dans la salle.

Pourtant, le mousquetaire s'aretta soudain, comme en proie a une hésitation, et décida finallement de s'approcher du groupe.
Chastignac baissa les yeux, reconnaissant un homme intelligent, sage et surtout, ayant beaucoup vécu. L'expérience donne la sagesse, Chastignac venait de subir un échec cuisant aupres de Mlle de Valentinois, nul doute qu'il ne retenterait pas la même chose avec ce mousquetaire, qui lui devait avoir encore beaucoup plus d'expérience sur tout les domaines..... et une épée au coté.

Adrien se sentit soudain mal à l'aise, et Saint Aignan, en bon ami, essayait de comprendre cette gene de Chastignac et de lui "redonner courage" d'un regard. Il tournait le dos à d'Artagnan, et ainsi ne l'avait pas aperçut, ce qui expliquait son manque de compréhension quant à l'envie de Chastignac de se rendre discret, afin de ne pas faire de sottise a nouveau.

Non, Chastignac n'avait pas peur, il était juste dans un jour où il se sentait le devoir d'être prudent.


Dernière édition par le Mar Juil 05 2005, 12:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saint-Aignan
Dramaturge


Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Mer Juin 15 2005, 18:15

Saint Aignan était aux anges. C'est vrai, ce n'était pas la premiere fois qu'on réagissait a ses jeux d'esprit, mais Delphine de Valentinois était la cousine du Roy, et elle-même tres spirituelle. Saint Aignan avait fait mouche, et il en était ravis.

Soudain son ami frissonna d'une maniere si visible que François eut l'impression de le ressentir aussi. Il tourna la tête vers Chastignac et vit sa face piteuse qu'il ne tentait même pas de cacher.

François l'appela a se redresser par un regard sévère. Adrien parut l'écouter, se remis un peu, mais pourtant garda sa face renfermée d'un jeune chien timide. Saint Aignan ne comprenait pas grand chose a ce jeu de Chastignac, et il l'observa, curieux, toujours curieux, de connaitre la raison de la chose.

Citation :
- Bien le bonjour, jeunes gens. Je suis D'Artagnan, Lieutenant des Mousquetaire de Sa Majestée. Je vois que les préparatifs pour le bal de ce soir vont bon train. Auriez-vous des suggestions de costume adéquats pour un vieux soldat comme moi?

François sursauta. Se retournant comme une fleche, il vit devant lui le lieutenant des mousquetaire, M. D'artagnan, qu'il avait déjà croisé plusieurs fois de loin, et surtout entendu parler.
Mais ce qui réjouit et amusa François, ce fut ce terme : "jeunes gens". D'Artagnan ne le connaissait pas et ne s'était surement pas aperçu qu'il avait affaire à un ainé.
La raison pourtant indiqua a Saint-Aignan de se taire, et surtout, surtout, de ne pas offusquer un homme aussi honorable et influant que le capitaine des mousquetaire.

Il s'inclina donc légèrement, se mordant la levre pour ne pas rire et poussa d'un geste discret de la main le pauvre Chastignac devenu bleme, l'appelant a en faire autant.

-Lieutenant. C'est un réel plaisir que de vous rencontrer.... Vous participerez donc à la fête ce soir ? Ce sera alors un bal exeptionnel, car vous ne nous avez quasiment jamais honoré de votre présence a ces festivitez mondaine jusqu'à maintenant....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Mer Juin 15 2005, 19:49

D'Artagnan fut quelque peu surpris lorsque le Comte de St-Aignan se retourna, lui révélant ainsi un homme plus vieux qu'il ne s'y attendait. Le Comte paraissait certe plus jeune qu'il ne l'était en réalité, et, n'eut été de l'expérience qu'il devinait dans le regard de son interlocuteur, il lui aurait probablement donné dix ans de moins. Lui aussi vieillissait... Du moins, c'est ce que son miroir lui révélait tous les matins. Et il constatait que son état de conservation ne serait probablement pas aussi satisfaisait que celui du Comte d'ici une dizaine d'années... Sa mine de déterré, qu'il avait acquis depuis quelques temps en raison du climat actuel dans la ville, n'avait rien pour arranger les choses. Au moins pouvait-il constater avec bonheur, lors des entraînements avec ses hommes, qu'il n'avait rien perdu de sa vitesse et de sa forme physique.

Citation :
-Lieutenant. C'est un réel plaisir que de vous rencontrer.... Vous participerez donc à la fête ce soir ? Ce sera alors un bal exeptionnel, car vous ne nous avez quasiment jamais honoré de votre présence a ces festivitez mondaine jusqu'à maintenant....

- Le plaisir est partagé, cher Comte, dit-il en tendant la main vers le Comte St-Aignan. La poignée de main qui suivit fut ferme, et témoignait bien du service militaire qu'avait effectué St-Aignan. D'Artagnan en fut heureux : au moins y'avait-il quelqu'un dans cette pièce qui connaissait bien les préoccupations des soldats.

- Mais ma présence au bal n'aura rien d'exceptionnel. On me voit rarement, mais je suis pratiquement toujours présent. Je ne suis malheureusement pas un aussi habile discoureur que vous, messieurs, et il me faut généralement attendre qu'une de ces magnifiques jeunes demoiselles se libèrent de votre compagnie et daignent m'accorder une danse pour que je puisse moi aussi me délier un peu les pieds.

Tout en prononçant la dernière phrase, il avait reporté son regard vers Delphine de Valentinois, en lui souriant. Il retrouvait peu à peu son sens de l'humour. La sécurité du Château et de ses occupants était parfois une lourde tâche qui lui causait bien des tracas, et il se devait de prendre un peu de recul par moment afin que cela ne joue pas trop sur son entrain habituel. Car malgré son aspect taciturne des derniers jours, il n'en restait pas moins que D'Artagnan était d'abord quelqu'un de foncièrement positif. Le bal de ce soir serait une bonne occasion pour lui d'oublier quelque peu ses soucis actuels...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Delphine de Valentinois
Administratrice


Nombre de messages : 1788
rang : Canada
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Mer Juin 15 2005, 22:48

Delphine effectua une petite reverence aux premiers mots du mousquetaire.

"Monsieur le Lieutenant." prnonca-t-elle entre sa plongee et son ascension en toute grace.

Elle remarqua la mine plutot triste en renfermee du plus jeune des 3 hommes alors que les deux autres converserent entre eux.

Citation :
- Mais ma présence au bal n'aura rien d'exceptionnel. On me voit rarement, mais je suis pratiquement toujours présent. Je ne suis malheureusement pas un aussi habile discoureur que vous, messieurs, et il me faut généralement attendre qu'une de ces magnifiques jeunes demoiselles se libèrent de votre compagnie et daignent m'accorder une danse pour que je puisse moi aussi me délier un peu les pieds.

Dephine soutint son regard et inclina legerement la tete.
"Monsieur me verrait honoree et ravie s'il voulait bien me promettre une danse ce soir." dit-elle en souriant. Elle etait vraiment contente que le sort ne lui offre cette occasion pour mieux le connaitre. Il etait un personnage qu'elle crut, serait interessant et divertissant a faire plus ample connaissance.

St-Aignan aussi avait de l'humour, et un bel esprit qui etait elle aussi, bien interessante. Voulant se faire quelques amis de plus, elle se tourna vers les deux autres: "Et vous messieurs, ferez-vous balser les deeses ce soir?"

_________________
Mes salutations distinguées,

Mlle Delphine de Valentinois

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1663.forumactif.com
Saint-Aignan
Dramaturge


Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Jeu Juin 16 2005, 05:03

Citation :
- Mais ma présence au bal n'aura rien d'exceptionnel. On me voit rarement, mais je suis pratiquement toujours présent. Je ne suis malheureusement pas un aussi habile discoureur que vous, messieurs, et il me faut généralement attendre qu'une de ces magnifiques jeunes demoiselles se libèrent de votre compagnie et daignent m'accorder une danse pour que je puisse moi aussi me délier un peu les pieds.

A ces mots, Saint-Aignan baissa la tête en signe d'accord, sourit en montrant ses dents encore blanches, signe qu'il trouvait la boutade amusante. Mais il chercha discretement une sortie. Il comprenait que le lieutenant désirerait être seul sans doute avec Delphine de Valentinois, surement même, étant donné ce regard du mousquetaire qu'il avait intercepté. C'était une bonne façon de se rendre dans les graces de d'Artagnan... s'éclipser pour qu'on s'en souvienne ensuite.

Citation :
"Et vous messieurs, ferez-vous balser les deeses ce soir?"

Saint Aignan s'aretta dans sa recherche. Trop tard.... il sourit a Mlle de Valentinois, cherchant un léger mot qui puisse lui plaire.

-Toutes les déesses ne se valent pas, Mademoiselle. Mais certainement quelque unes d'entre elles, plus généreuses que les autres, auront pitié de ce pauvre et mortel Orphée, que leur éclat aveugle. Et peut-être, dans un élan de courage, daignerons se rabaisser quelques secondes, lui offrant l'immense honneur de lui donner leur divine main...

Saint Aignan n'osa pas joindre le geste à la parole et n'éffleura même pas le bout des doigts de Delphine.
Il ne lui restait plus qu'a attendre que d'Artagnan s'avance à nouveau, pour enfin s'éclipser, se faire un débiteur de plus. On en avait jamais trop, et surtout, surtout, un obligé de la grandeur du mousquetaire.... c'était quelque chose que même le prince de Conde ne pouvait s'offrir avec tout son argent et tout son pouvoir.


Dernière édition par le Jeu Juin 16 2005, 09:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Jeu Juin 16 2005, 05:13

Chastignac sentit ce geste de SAint Aignan qui l'incita au respect. Surement le mousquetaire était-il quelqu'un d'important. Il baissa la tête, baissa les yeux, baissa les mains de dépit. Rien dans les mots ni dans les paroles de ses compagnons ne lui avait permis de revenir sur les devant de la scene, et il se sentait bien petit, bien perdu.

Citation :
- Mais ma présence au bal n'aura rien d'exceptionnel. On me voit rarement, mais je suis pratiquement toujours présent. Je ne suis malheureusement pas un aussi habile discoureur que vous, messieurs, et il me faut généralement attendre qu'une de ces magnifiques jeunes demoiselles se libèrent de votre compagnie et daignent m'accorder une danse pour que je puisse moi aussi me délier un peu les pieds.

Chastignac n'osa pas rire, mais ce fut une phrase qui lui remonta un peu le moral.... ses yeux pétillerent de joie, riant a sa place. D'Artagnan était donc un joyeux luron qui pouvait rire de lui-même.... mentalité appréciable, encore plus chez un proche du Roy.

Citation :
"Et vous messieurs, ferez-vous balser les deeses ce soir?"

Chastignac se mordit la levre pour ne pas ajouter une bêtise :" il n'en fera danser aucune, si elle n'a été visiter les enfers avant de visiter Fontainebleau...."; Mais ces mots étaient de trop mauvais gouts, et Saint-Aignan le prendrait mal. Il était vrai que Montespan passait pour pratiquer magie, mais elle ne pratiquait pas encore les messes noires à l'époque, et il n'est jamais bon d'insulter la dame devant l'amoureux....

Citation :
-Toutes les déesses ne se valent pas, Mademoiselle. Mais certainement quelque unes d'entre elles, plus généreuses que les autres, auront pitié de ce pauvre et mortel Orphée, que leur éclat aveugle. Et peut-être, dans un élan de courage, daignerons se rabaisser quelques secondes, lui offrant l'immense honneur de lui donner leur divine main..

Chastignac commençait a se poser des questions. François essayait-il de séduire Delphine ? Non... c'était impossible. Saint-Aignan était l'homme d'une seule femme, et si celle-ci n'était son épouse, ce n'était pas non plus la premiere demoiselle qu'il rencontrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Jeu Juin 16 2005, 14:50

Delphine de Valentinois a écrit:
Dephine soutint son regard et inclina legerement la tete.
"Monsieur me verrait honoree et ravie s'il voulait bien me promettre une danse ce soir." dit-elle en souriant.

- Tout l'honneur sera pour moi, mademoiselle, et, de par votre générosité, vous faites bien plaisir au vieux soldat que je suis, dit-il en s'inclinant légèrement. Il faudra par contre pardonner ma maladresse, moi qui n'ait malheureusement pas souvent l'occasion de pratiquer mes pas...

C'était là un innocent petit mensonge... D'Artagnan était en fait un très bon danceur, bien qu'il ne reconnu généralement pas ses talents en ce domaine. Son jeux de pied à l'épé, indispensable au succès sur le champ de bataille et lors de duels, se transposait très bien au plancher de danse. La majorité des Mousquetaires étaient, de ce fait, de très bon danceurs car, bien que cela ne fut connu que de ceux qui pratiquaient l'escrime, le rythme était aussi un élément important lors des combats à l'arme blanche. Dans le cas de D'Artagnan, ses nombreuses années d'expérience lui donnait un avantage de plus.

Il remarqua alors St-Aignan, qui semblait se tenir en retrait, lui laissant toute la place. Il en fut quelque peu surpris, s'attendant plutôt à ce qu'il se mette au-devant de la scène, comme le font généralement les courtisans de la cour. D'une certaine façon, il lui en fut reconnaissant. Mais il avait aussi l'habitude qu'on cherche à entrer dans ses bonne grâces. De tels actes, bien qu'appréciables, ne reflétaient en rien la vraie personnalité d'un être, et D'Artagnan avait assez vécu pour l'apprendre à ses dépends dans sa jeunesse. Accepter d'être redevable d'autrui pour de petits gestes souvent intéressés pouvait être dangereux. Mais D'Artagnan saurait avisé la situation en temps et lieux, nul n'était besoin de démontrer une quelconque émotion à ce sujet si rapidement, aussi se contenta-t-il de lui adresser un sourire reconnaissant.

Se tournant légèrement, il constata que le dernier participant de ce petit conciliabule se tenait légèrement en retrait. Probablement un signe de timidité, se dit le Mousquetaire.

- Je ne crois pas que nous ayons eu l'occasion d'être présentés officiellement, jeune homme, mais votre nom est tout de même parvenu à mes oreilles. Il me fait plaisir de vous rencontrer, M. le Comte de Chastignac.

Au même moment, il entendit le Comte St-Aignan revenir à la charge avec la jeune femme. La beauté de son discours, bien que semblable au sien dans sa signification, était indiscutable et D'Artagnan si dit soudainement que ses efforts avec Dame de Valentinois serait peut-être vain, après tout. Au moins avait-il pu lier connaissance, et ceci n'affecta pas sa bonne humeur retrouvée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Saint-Aignan
Dramaturge


Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Jeu Juin 16 2005, 17:20

Saint-Aignan, apres son petit discour qui n'avait rien d'interressé, remarqua que les épaules de D'Artagnan se baisserent a peine durant une seconde, comme du découragement. Allons donc, François se retint a grand peine de se frapper le front. Quel idiot... il avait tout fait pour laisser la place au mousquetaire, et voilà qu'il complimentait Delphine ? Mais quelle monumentale erreur... il aurait mieux fait de se taire ou de se montrer stupide.

Oui, a un moment, Saint-Aignan avait penser a la vieille tactique de bonne guerre, qui est celle de danser avec toutes les femmes sauf celle que l'on désire séduire. Mais le Roy, sans aucun doute, tentera la même chose, aussi cette idée s'était vite éclipser de son esprit. Il danserait avec sa femme ce soir, et tenterait de séduire Mme de Montespan en lui adressant directement la parole.

Aussi son petit discours n'était nullement une invitation, juste une éloge, toujours avec pour idée de plaire. Vouloir plaire.... voilà un des principaux défauts de notre ami Saint Aignan. Toujours a tenter d'entrer dans les bonnes graces des gens.... lui a parfois attirer le contraire...

Citation :
- Je ne crois pas que nous ayons eu l'occasion d'être présentés officiellement, jeune homme, mais votre nom est tout de même parvenu à mes oreilles. Il me fait plaisir de vous rencontrer, M. le Comte de Chastignac.

Saint-Aignan sourit. Sans nul doute, d'Artagnan venait de monter dans son estime. Seul un homme généreux, ou extremement calculateur, aurait osé ramener dans la barque un homme qui se noie, alors qu'il lui était totalement inconnu.

Mais l'oeil pétillant de Saint-Aignan remarqua le valet du Roy qui sembalit vouloir s'approcher, sans oser interrompre la conversation.
Et bien la voilà l'occasion de partir ! Pourtant Saint-Aignan fit un mine déçue et impatiente en le voyant, ne voulant surtout pas offusquer les trois autres discoureurs en leur montrant un visage joyeux a l'idée de partir.

Aussi François soupira et frappa du pied, ne cessant de fixer ce valet indécis.
Il finit par faire une révérence, adressant un regard d'encouragement a Chastignac, un autre de reconnaissance a d'Artagnan, et baissa les yeux devant Delphine.

Il réussit ainsi a partir sans trop se faire remarquer, et s'adressant au valet, murmurant :

-Qu'y a-t-il ?

Le valet lui répondit du même ton :

"Un nouveau venu... le Roy m'a demander de le guider jusqu'à vous, pour lui offrir sa chambre..."

Saint Aignan réfléchit tout en marchant :

-De quel maison fait-il parti ?

"De la sienne apparement"

-Il est donc assez puissant et assez riches pour loger et nourrir ses propres gentilhommes ?

Saint-Aignan cacha sa surprise, qu'il avait manifesté quelques secondes plus tot en écarcillant les yeux.... Quelque Seigneur caché, sans nul doute. Mieux valait faire profil bas. Le valet ne lui avait pas répondu... la question ne demandait aucune réponse, et l'on était arrivé devant l'antichambre où se tenait de Leon. Le valet fit signe a Saint Aignan de la présence de monsieur, et se retira sur un signe de François.

( le cabinet du Roy--> l'antichambre )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Jeu Juin 16 2005, 19:38

Citation :
- Je ne crois pas que nous ayons eu l'occasion d'être présentés officiellement, jeune homme, mais votre nom est tout de même parvenu à mes oreilles. Il me fait plaisir de vous rencontrer, M. le Comte de Chastignac.

Chastignac s'inclina respectueusement, heureux que l'on fasse de nouveau attention à lui.

-Mais le plaisir est pour moi, M. le lieutenant, je suis absolument ravis de faire enfin connaissance d'un homme dont l'art de la guerre n'est pas étranger.

Adrien n'avait pas vraiment mouillé sa chemise, n'osant prononcer le nom du lieutenant, n'étant pas vraiment sûr de celui-ci...

Chastignac ressentit un réel découragement lorsque Saint-Aignan se retira du groupe, mais le laissa partir sans ne rien laisser échapper de plus qu'un soupir.
Il sentait que bientot son tour viendrait de tirer sa révérence...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delphine de Valentinois
Administratrice


Nombre de messages : 1788
rang : Canada
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Ven Juin 17 2005, 00:34

Delphine prit bonne note du nom du jeune homme en avant de lui. Elle suivit leur conversation et bien, qu'elle fut fort interessee de rester la a discourir avec ces hommes fort aimables, elle ne put s'y resoudre alors que son estomac cria famine.

"Messieurs, je dois vous laisser. J'ai bien peur que mon estomac ne reveille l'armee du Roy avec ses cris de famines. Aussi, me voyez-vous desolee, je dois vous laisser."

Faisant un leger sourire et arquant son sourcil droit, chose qu'elle avait apprise a utiliser parfaitement au fil des annees avec les hommes de la cour, elle fit une legere reverence et leur donna rendez-vous ce soir-meme.

_________________
Mes salutations distinguées,

Mlle Delphine de Valentinois

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1663.forumactif.com
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Ven Juin 17 2005, 03:58

D'Artagnan vit St-Aignan s'éclipser avec un air contrarié, et se diriger vers un valet du Roi. En son fort intérieur, D'Artagnan sourit. Un adversaire de moins, se dit-il, bien qu'il réalisa lui-même le ridicule d'une telle pensée. Décidémment, même lorsqu'il surmontait sa maladresse et s'appliquait à faire la cour à une dame, il réfléchissait en soldat... Mais c'était là toute sa vie.

Sa réjouissance fut cependant de courte durée, puisque Dame Delphine choisit précisément ce moment pour leur fausser compagnie.

Citation :
"Messieurs, je dois vous laisser. J'ai bien peur que mon estomac ne reveille l'armee du Roy avec ses cris de famines. Aussi, me voyez-vous desolee, je dois vous laisser."

- Mais cela est tout à fait normal. Je tacherai, ce soir, de vous faire tenir promesse, mademoiselle, et de ne pas trop vous écraser les pieds, lui dit-il avec un sourire en guise de salutation.

Il l'observa ensuite alors qu'elle s'éloignait d'un pas élégant. Observant sa démarche, il se dit que le bal de ce soir serait décidémment peut-être plus intéressant qu'il ne l'avait d'abord imaginé... Se tournant vers Chastignac, arborant toujours un sourire détendu :

- Et bien voilà ce qu'on appelle se faire larguer en beauté, cher ami. Cette charmante jeune dame vient de nous laisser en plan sans que nous eussions même la possibilité de protester... Ce qui ne m'avance guère dans ma recherche de costume.

Se rappelant qu'il avait prévu de rencontrer le Roi, sa mine se renfrogna un court instant. Cependant, il s'empressa de retrouver le sourire, afin de ne pas insulter Chastignac. Après tout, le monde n'avait pas à écoper de ses états d'âme...

- Mais bon, le départ de cette charmante créature me rappelle que je dois moi-même me presser. Ne m'en veuillez donc point si je vous abandonne ainsi à mon tour. Peut-être aurons-nous l'occasion de discuter plus amplement ce soir, cher Comte.

Sur ce, il le salua et, ses parchemins toujours installés sous le bras, se dirigea vers le bureau du Roi Louis XIV.

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Ven Juin 17 2005, 12:43

Adrien laissa partir aussi Delphine, a la fois contrarié de n'avoir pu assez se rapprocher d'elle pour que son écho parvienne au Roy, et soulager d'être débarrasser de ses yeux inquisiteurs.

Citation :
- Et bien voilà ce qu'on appelle se faire larguer en beauté, cher ami. Cette charmante jeune dame vient de nous laisser en plan sans que nous eussions même la possibilité de protester... Ce qui ne m'avance guère dans ma recherche de costume.

Chastignac ne put s'empêcher de rire aux éclats cette fois. D'Artagnan lui plaisait beaucoup. Un bel esprit, un bel humour.

-Certes, mais vous finirez bien par trouver, je vous le dis. Un guerrier tel que vous ne peut qu'incarner un autre guerrier. Cherchez bien, vous ferez surement bel impression a cette demoiselle.

Sans s'en apercevoir, Chastignac venait de proposer ce qu'il espérait lui même faire.

Citation :
- Mais bon, le départ de cette charmante créature me rappelle que je dois moi-même me presser. Ne m'en veuillez donc point si je vous abandonne ainsi à mon tour. Peut-être aurons-nous l'occasion de discuter plus amplement ce soir, cher Comte.

-Allez bien, M. le Lieutenant. Je vous retrouverais avec plaisir ce soir.

Chastignac s'inclina un peu plus disposé qu'il ne l'était il y a quelques minutes.

Il s'en retourna ensuite a son tour, décider a prendre des informations sur ce mousquetaires aupres de Saint Aignan.

( La Chambre du comte de Saint-Aignan )


Dernière édition par le Mar Juil 05 2005, 13:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Lun Juin 20 2005, 20:19

Elrohir entra dans la grande salle. Il remarqua qu'elle était vide. Il regarda derrière lui, mais il fut heureux de voir que le révolution n'était qu'une pure invention et que personne ne l'avait suivi pour lui faire la peau.

Elrohir enleva son chapeau et passa la main dans ces cheveux. Il commença à devenir grisonant.... mais il ne s'en laissa pas imposer. Bien qu'il commençait à se faire vieux, il savait qu'il parviendrait encore à bout de plusieurs hommes en même temps s'il était nécessaire.

Elrohir s'approcha des escaliers, mais il s'arreta net. Il était, pour la premiere fois, perdu dans le chateau. Il regarda en haut pour voir s'il reconnaitrait un endroit, mais non, rien de tout cela ne lui revint à l'Esprit. Un noble sortit d'un porte et Elrohir feinta l'homme qui enleva une poussière sur son soulier pour ne pas paraitre perdu.

Il attendit qu'un mousquetaire sorte d'une porte pour pouvoir ainsi trouver son chemin

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héloïse
Administratrice


Nombre de messages : 769
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Lun Juin 20 2005, 21:50

Héloïse cherchait son tailleur. En effet, elle avait peur que certains aspect de son costume pour le bal n'aille pas. Elle avait enveloppé la robe dans une autre étoffe, afin de ne pas la laisser paraître. Elle voulait éviter d'autres commentaire comme ceux que Delphine de Valentinois avait énoncé au sujet de la couleur du costume. Elle passa par la grande salle du même coup pour admirer les décors. Elle sourit de ravissement devant tant de raffinement. Tout semblait avoir été calculé au centimètre près. L'endroit ou l'orchestre allait s'exécuter, conduit évidemment par le maître en musique, Lully. Peut-être même que Molière présenterais une de ses nouvelles pièce. La jeune demoiselle était impatiente. Elle se dépêcha de se retourner pour aller voir le tailleur, mais un détail retint son attention. Il lui sembla qu'un homme attachait ses souliers. Ce n'est pas tant cela qui l'étonna, mais plutôt le regard perdu qu'il jetait autour de lui. Héloïse décida d'aller aider cette personne. Elle s'en approcha et vit par son habit qu'il s'agissait d'un mousquetaire. Elle comprit qu'il n'était peut-être pas un habitué de Fontainebleau.

"Bonjour monsieur...avez-vous besoin d'une direction? Le plancher ne vous en donnera pas malheureusement."

Son ton n'était ni moqueur ni méchant, elle ne cherchait qu'à détendre l'atmosphère. Elle lui sourit et se présenta.

"Je me nomme Héloïse de Neufchatel, enchantée de faire votre connaissance."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Du matin jusqu'au bal.   Aujourd'hui à 14:14

Revenir en haut Aller en bas
 
Du matin jusqu'au bal.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» (james) Deuxième étoile à droite et tout droit jusqu’au matin.
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» bonjour [pv Petit Matin]
» Editorial Le Matin: Pourquoi l'haitien s'autoflagelle-t-il autant?
» Yosei, l'étoile du matin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: