1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La grande chasse du mois.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Lun Sep 12 2005, 23:50

[J'ouvre un parallèle Jeanne sinon la chasse sera finie avant qu'on puisse y mettre un pied ! MDR !]

Racine avait entendu parler de la grande chasse du mois, événement très marquant à Fontainebleau ! La dernière personne qui l'avait tenu au courant de cette manifestation était Saint-Aignan en personne qui lui avait proposé de venir...
L'écrivain n'était pas particulièrement chasseur mais il était assez bon cavalier pour suivre le groupe lancé au grand galop à travers les allées boisées !

De plus, un tel rassemblement de nobles était sujet à nombreuses études et qui dit études disait Tragédie dans l'esprit du jeune homme... Enfin c'était un bon moment pour faire évoluer Jeanne à la Cour et ainsi au risque de la perdre totalement, lui permettre de faire ses preuves !

Il avait toutefois choisi d'arriver un peu avant elle, ne voulant pas trop se faire remarquer accompagné. Il ne voulait pas qu'aux yeux des courtisans l'image de le Demoiselle soit associée en permanence à la sienne !!

Le Dramaturge arriva donc au pas, maintenant son cheval dans un état d'ebullition maîtrisée et alla directement saluer son protecteur qui se trouvait non loin de là... Il fit signe à la jeune femme de ne pas le suivre mais de rester à l'écart.
En effet, Racine répugnait de mentir à la seule personne qu'il adulait plus que tout à la cour et qui se trouvait être le seul bienfaiteur de toute son existence !
Arrivant au niveau du Comte, il stoppa sa monture et faisant un signe de tête, il dit :


- Cela fait trop longtemps François que nous ne nous sommes pas croisés ! Je desespérais d'avoir de vos nouvelles !

Racine se demanda un moment si le premier gentilhomme de la Cour s'était aperçu de sa présence car il demeurait, le regard vide, signe d'un trouble profond...

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Sep 16 2005, 08:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Delphine de Valentinois
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1788
rang : Canada
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Mar Sep 13 2005, 04:14

Citation :
-Sicée de Sicée Madame.... , Quand a votre invitation je m'y rendrais si mes obligations ne m'y retardent pas ... Je ne voudrais faire languir une dame telle que vous ...

Delphine rit (snort en anglais) de l'effronterie de la jeune femme. Erreur numero un: ne pas plaire aux personnes hauts placees a la cour. De toute evidence, elle n'avait pas vecut longtemps a la cour. Soit elle etait bien sotte, soit bien arrogante. Qu'importe. Delphine eut un sourire narquois tout en faisant tourner sa bride pour quitter.

"Comme il vous palira. Si vous etes trop occupee pour le Roy...je retire l'invitation." La duchesse se controla de pouffer a la mine qu'elle imaginait sur le visage de l'autre. Ainsi, elle avait publiquement renoncee a une rencontre avec le Roy.

Alors qu'elle etait dans son petit groupe, elle engagea conversation avec Mlle de Neufchatel, discutant de sa parure. Apparemment, la favorite du Roy le trouvait a son gout. Delphine s'en rejouit. Au moins, les deux femmes ne se disputaient plus pour des anneries.

"Je vous enverrai mon tailleur personnel si vous le voulez. Surement pourra-t-il vous confectionner quelque chose a votre gout!"

La duchesse lissa ses gants noirs qu'elle avait revetis et enleva son chapeau en attendant le depart. Il faisait chaud.

"Belle chaleur non? Ce sera d'autant plus facile pour chasser!" Bien que la cousine du Roy n'aimait pas particulierement tuer elle-meme les animaux, elle aimait l'esprit de la chasse, ce sport noble.

_________________
Mes salutations distinguées,

Mlle Delphine de Valentinois

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1663.forumactif.com
Sybélia
Invité



MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Mar Sep 13 2005, 12:12

Sybélia eu un sourire on essayait de la testée, d'une voix calme et tendre elle répondit a la confrontation ..

-Le Roy comprendra surement qu'une parole n'a qu'une seule valeur ... Ainsi si je dois venir en retard car je repond aux demande du très haut en aidant les plus nécéssiteux je suis sure que tous comprendront ... Bien quil est rare de voir de hautes personnes répondre a l'appel du seigneur dans les hospices... Mais ma promesse a la mère supérieure ne sera etre trahit pour un moment de plaisir en badinage .... Et je m'en excuse si cela vous offense ...

Sybélia garda le visage serein, qui pourrait lui faire offense lorsqu'il s'agissait de religion.... Servir l'église pour annoncer une hypothétique refus d'invitation , elle n'avait point refuser ... Juste émis une éventuelle responsabilité qui la ferait venir en retard voir pas du tout ... Si la jeune femme osait la provoquer encore, cela pourrait faire une esclandre ... De plus il était hors de question de pas répondre a une promesse qu'elle avait faite pour qui que ce soit ... Sa parole avait toujours était tenue ....

Elle soupira pourquoi sa soeur ne donnait signe de vie , peut etre attendait elle le bal ... N'ayant était présenter a la cour, celle ci voulait augmenter surement la pression ... Elle regarda aux alentour, ne voyant personne qu'elle connaissait ...
Revenir en haut Aller en bas
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Mar Sep 13 2005, 20:23

Citation :
- Cela fait trop longtemps François que nous ne nous sommes pas croisés ! Je desespérais d'avoir de vos nouvelles !

Tandis que rien n'aurait pu gacher la bonne humeur de Sa Majesté, l'air maussade de Saint-Aignan ne s'éffaca pas même a la vue de son protégé que seul il appréciait parmis tant d'autres... qui aurait donné leur honneur pour une bourse de sa main. Il ne sourit pas, mais releva la tête, fixant de ses yeux fatigués la mine émerveillée de Racine.

Racine, Racine... il avait toujours une mine plus ou moins émerveillée celui-là, lui donnant parfois l'air bêta, un peu simple, tout le contraire de ce qu'il était en réalité... cette mine lui était surement venue avec l'habitude de partir dans les dédales de ses pensées des l'instant qu'il était sans occupations, ne serait-ce que quelques secondes. Un paradoxe de la vie, ce Racine. Un rêveur, un idéaliste, et pourtant un audacieux, un esprit d'initiative, parfois un peu effronté... un grand penseur qui ne voyait pas le bout de son nez... un optimiste toujours déçu. C'était pour ce caractere si particulier que François l'avait pris comme poulain, voir comme ami. Il savait qu'un jour Jean aurait son heure de gloire, ne serait-ce que pour finir a la potence. Le dramaturge était un investissement risqué, mais pas stagnant. Il n'y avait plus qu'a attendre.

Le gentilhomme grogna donc alors qu'il aurait voulu répondre : la bouche un peu pateuse, et surtout le manque d'envie lui avait fait perdre l'usage de la parole.


-Le ciel est gris cette nuit, le soleil néanmoins rayonne....

C'était tout ce qu'il avait pu trouver dans l'instant pour faire comprendre a son protégé l'état de sa pensée : gris foncé virant au kaki...
Comme voulant se justifier, Saint-Aignan sembla se reprendre, nul besoin de paraitre pour un fou non plus.


-J'ai beaucoup travaillé apres le couché d'Appollon, la fatigue se venge a présent sur moi, et j'ai du mal a partager plaisirs de la cour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Mar Sep 13 2005, 23:04

C'était un Saint-Aignan encore plus morne que celui que Racine avait laissé quelques jours auparavant lors de leur entrevue dans la chambre du gentilhomme... Le Comte paraissait alors préocuppé par le fait de sa vieillesse, le rendant presque inutile à ses dires. Mais aujourd'hui, François semblait tombé si bas dans le morfond que rien ni personne ne pouvait le secourir !
Le Protégé avait pourtant essayé une fois mais pour quel résultat ? Il fallait comprendre que Saint-Aignan s'attaquait à ses propres chimères, combat que seul lui pouvait gagner... et qui mieux que Racine pouvait comprendre cette lutte acharnée ?

Pourtant, François faisait preuve d'une grande maîtrise de soi et son état pouvait s'en trouver quasi métamorphosé du tout au tout lorsque son devoir le rappelait... C'est ce qui se produisit après cette phrase si belle que Racine la nota en sa mémoire : "Le ciel est gris cette nuit, le soleil néanmoins rayonne..." Quel bonheur que l'aspect poétique d'une telle réponse. Réponse qui aurait pu rester un non-sens pour un esprit peu affuté mais qui se révélait dans son ensemble pour l'Ecrivain : La morosité de l'homme le plus proche du Roy n'entachait en rien l'humeur de sa Majesté surtout lorsqu'il s'agissait de s'amuser ! Peut-être que Saint-Aignan aurait souhaité plus d'attention de la part de ce Monarque auquel il était entièrement dévoué. Quelle charge que celle-ci... Mais la réalité rattrapait certainement le Comte : il demeurait seul dans sa tristesse face à ce monde virevoltant de Courtisans qui ne jurait que par la distraction !

Le Dramaturge aurait voulu ajouter une phrase qui aurait allégé le moral de son bienfaiteur mais tout semblait harasser tant et tant ce dernier qu'il n'osa rien pour le moment.


Citation :
-J'ai beaucoup travaillé apres le couché d'Appollon, la fatigue se venge a présent sur moi, et j'ai du mal a partager plaisirs de la cour...

Une seule partie de cette phrase semblait vraie, la dernière. Le reste n'était qu'une excuse pour ne pas se révéler. Racine connaissait trop Saint-Aignan pour s'y tromper. Il choisit donc de répondre ceci :

- Lorsque l'onde noire vous happe, les plaisirs semblent fades et les rires sonnent faux ! Faire semblant ne résoud rien mais vous donne le loisir de réfléchir à votre aise... Cependant une oreille attentive peut se révéler être la solution pour alléger son tourment... Libre à vous de choisir : se delester avant le combat ou combattre seul !

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Jeanne L
Invité



MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Mar Sep 13 2005, 23:21

Jeanne etait arrivée quelques temps après Jean, elle regarda avec étonnements tous ces perroquets de la cours, qui se tenaient aurjourd'hui devant elle. Elle n'avait pas à ce cacher cette fois, seulement bien agir en fonction des paroles paradoxales des nobles. Elle crut appercevoir Jean au loin mais ¸ne laissa aucun signe d'excitement.De toute manière elle l'avait assez ennuyer avec ses histoires, qu'elle ne voulait plus l'enbeter. Elle continua à marcher au travers des riches en essayant de graver chaque instant dans sa mémoire. Après un bref moment, elle prit comme décision d'aller pour minimum de reconaissance celui qui l'avait aidée. Elle alla d'un pas enjoué, les cheveux virevoltants, le sourire aux lèvres voir Jean

- Cher cousin, vous ne pouvez savoir à quel point vous m'avez manquer.
Revenir en haut Aller en bas
Louis XIV
Roy
avatar

Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Mer Sep 14 2005, 15:05

Cela devenait un vrai fourmillement de personnes dans tous les coins. Le Roy était ravi, littéralement. Delphine l'amusait grandement avec son petit manege, et il n'intervint pas pour sortir Mlle Sicée de Sicée du mauvais pas où elle s'était fourrée... surement bien involontairement. Il pensa que les femmes étaient telles des fauves a ne pas mettre en présence d'un seul morceau de viande... Il les observa donc, se chamaillant sous des demis mots, Delphine semblant lui envoyer des quasis menaces de mort.

Seule sa favorite resta en dehors de l'histoire, Louis la savait plus calme, moins fiere et moins pointilleuse que Delphine. Celle-ci s'offusquait d'un rien, et son rang de cousine du Roy lui permettant une grande liberté d'action, elle en profitait au maximum. Ce qui plaisait au cousin, justement, cette assurance permanente dont elle faisait preuve, justifiée d'ailleurs, par ses bons conseils, lui donnait un air d'impératrice.... même dans un accoutrement peu communs, avec des manieres déplacées (se souvenir du carnet au bal), Delphine restait dans le ton : elle était son propre ton.

Louis fit en sorte d'approcher son cheval de celui d'Heloïse, observant, toujours aussi détaché de la scene, le manege de la vierge éffarouchée et de la lionne prétentieuse.
Doucement, il lacha les renes de cuir pour glisser ses doigts entre ceux de Mlle de Neufchatel. Apres un langoureux baise main il détacha sa main pourtant. C'était frustrant, il n'avait rien ressentit. Ou rien de ce qu'on pourrait apeller de la passion. Pourtant il était sûr, il aimait Heloïse. Mais pouvait on aimer sans désir amoureux ? Il appréciait sa compagnie, son bon sens, son détachement... tout, il appréciait tout en elle, même ses défauts. Alors quoi ? qu'y avait-il ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelina
Invité



MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Mer Sep 14 2005, 15:15

Pour sa première sortie dans le Royaume, Angelina avait choisi de se rendre à la chase organisé par le Roi en personne. Jusqu'à présent elle n'avait entendu que des ragots sur lui, mais ne l'avait jamais rencontré en personne pour se faire sa propre opinion. En France c'était pourtant comme une obligation d'aimer et d'approuver les décisions du le Roi, alors comment autant de petits commérages pouvaient exister?
Les activités et les loisirs ici n'étaient pas du tout les mêmes que dans son royaume, en Egypte. Mais cela ne la dérangeait pas, elle aimait découvrir de nouvelles choses. Angelina regardait autour d'elle et observait, espérant pouvoir trouver un peu de compagnie car elle commençait à se sentir de plus en plus seule loin de ceux qu'elle aime et de son royaume...
Revenir en haut Aller en bas
Delphine de Valentinois
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1788
rang : Canada
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Mer Sep 14 2005, 20:41

Delphine sourit a la reponse de la prenomee Sicee. Meme si cette derniere avait repondu a la pique de la duchesse alors qu'elle s'en allait deja avec son cheval vers Heloise et ses gens, elle l'entendit tout de meme.

"Vous entendez cher cousin? Nous avons une nonne parmi nous. Il faudra lui presenter les Abbes et Eveques que nous connaissons, un jour."

Elle vit alors le Roy qui etait fort occupe a embrasser la main de sa favorite. Delphine sourit, un peu maternellement et decida de faire bifurquer son cheval, pour ne pas les deranger.

Elle apercut a une dizaine de metres, d'autres personnes qui se joignaient a la partie, dont une femme qui retint son attention. Elle etait habillee, elle aussi, d'une facon peu commune. Elle lanca son destrier vers la nouvelle venue puis s'arreta a sa hauteur.

Delphine hocha legerement de la tete avant d'engager la conversation. Elle n'avait encore jamais vu pareil accoutrement.

"C'est une bien jolie robe que vous avez la."

_________________
Mes salutations distinguées,

Mlle Delphine de Valentinois

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://1663.forumactif.com
Héloïse
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 769
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Mer Sep 14 2005, 22:32

Héloïse avait le sourire au lèvres en voyant Delphine se battre avec la nouvelle venue, qui d'ailleurs, se défendait très bien contre la cousine du Roy. La courtisane n'avait jamais vu autant d'orgueil chez une femme que chez la duchesse de Valentinois. Cela donnait des résultats plutôt intéressants...captivée par la scène, elle ne se rendit pas compte que le Roy arrivait à ses côtés, et c'est lorsqu'elle sentit les doigts de Louis se mêler aux siens qu'elle su qu'il était là. Elle lui envoya un tendre regard, qui était en même temps une sorte d'excuse de sa disparition de la semaine. Il embrassa le creux de sa paume, geste qu'Héloïse trouva particulièrement touchant. Lorsque leurs regard se recroisèrent, la jeune femme trouva dans les yeux de Louis une sorte d'étonnement, mêlé à un certain mécontentement. Ne sachant d'ou venait cet air, la courtisane le questionna du regard. Le Roy n'avait pas lâché sa main encore et semblait toujours préoccupé par elle ne savait trop quoi. Assez préoccupée, elle ne remarqua pas l'arrivée d'une nouvelle femme à l'allure assez exotique, et très belle. Elle se fit un peu plus insistente quant à l'air du Roy. Sa voix douce ne ressemblait qu'à un murmure, inquiet.

"Qu'avez-vous Louis?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Jeu Sep 15 2005, 00:13

Citation :
- Cher cousin, vous ne pouvez savoir à quel point vous m'avez manquer.

Racine eut un sursaut d'agacement en entendant cette voix qu'il reconnaissait bien... Pourquoi fallait-il qu'elle soit venue l'interrompre lors d'une conversation avec son protecteur !
Le mouvement fut imperceptible à Jeanne tandis que Saint-Aignan aurait pu voir se hausser les yeux de l'Ecrivain vers le ciel s'il n'avait pas eut le regard plongé dans le vague...

Il se retourna donc et aperçut sa "Cousine" comme il s'y attendait. Il lui sourit ou plutôt se força à sourire un peu... La jeune fille ne pouvait pas imaginer qu'elle dérangeait. Il dut mettre sa convervation avec François entre parenthèse : il ne pouvait plus reculer, il devait présenter Jeanne à son bienfaiteur. Il dit, de manière assez guindée, peut être que le Comte y comprendrait des explications sous-jacentes...


- Mon cher, voici Jeanne Léonois, la fille de ma tante qui nous arrive tout droit d'un couvent suisse... Nous nous sommes quittés alors que nous étions petits. Ma tante l'a placée sous ma protection afin de lui faire voir la Cour...

Racine avait improvisé cette explication dans l'immédiat. Il mentait mais il n'associait pas Jeanne directement à lui... pas une seule fois il n'avait prononcé "ma cousine".

L'Ecrivain espérait que l'état de Saint-Aignan allait faire que la présentation de Jeanne allait tomber aux oubliettes et qu'il ne s'arrêterait qu'à la phrase précédente !

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Sybélia
Invité



MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Jeu Sep 15 2005, 11:39

Sybélia eu un sourire en entendant cette phrase
"Vous entendez cher cousin? Nous avons une nonne parmi nous. Il faudra lui presenter les Abbes et Eveques que nous connaissons, un jour."
Si cette femme pensait pourvoir lui porté un tel affront elle se trompait .. Sybélia fit faire demi tour a sa jument, et regarda la jeune femme qui s'en allait pensant que personne n'oserait lui porter tête ...

-Madame je vous demande de présenter les excuses de votre affront !! A moins que vous désiriez porté affront a notre sainte mère l'église ...

Sybélia fesait désormais face, ne disant plus, elle préférait lui faire la suprise de celle qui se tenait en face d'elle ... Celle ci semblait ignorait tout sur son nom , mais aussi son rang, tant mieux, cela allait peut etre lui donné une lecon ...

Si en tant que jeune femme pieuse elle se moquait éperduement de ce que pouvait penser ces nobles , en tant qu'héritière elle et sa soeur a avoir droit a la couronne de Montaigne , il lui fallait laver l'affront fait devant tous ...

Elle fixa de ses yeux percants la jeune femme, la silouhette qui paraissait fragile et si douce se transformait en une grace d'une prestance qui démontrait ses origines, malgrès le voile qui dissimulait son visage, Sybélia devenait une femme dont le charisme prenait un nouveau tournant ...
Revenir en haut Aller en bas
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine
avatar

Nombre de messages : 2227
Age : 39
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Jeu Sep 15 2005, 15:08

D'Artagnan arriva sur les entrefaits, fièrement perché sur sa monture d'un noir profond. Les jeunes Mousquetaires responsables des écuries veillaient à ce le cheval de leur Lieutenant soit impeccable en toute occasion, et l'animal avait été brossé et ferré le matin même. Comme s'il savait qu'il avait fier allure, le cheval avançait la tête bien haute, répondant néanmoins fidèlement aux commandes de son maître.

D'humeur plutôt sombre par les temps qui courraient, la journée d'aujourd'hui faisait néanmoins exception pour D'Artagnan qui accueillait avec joie cette partie de chasse. Dès son arrivée sur les lieux, il put constater que quelques escarmouches entre nobles avaient déjà vu le jour. D'un oeil amusé, il vit une jeune femme qui lui était inconnue réclamer des excuses. Son sourire moqueur s'estompa cependant lorsqu'il constata que ces paroles étaient adressées à Delphine de Valentinois, Dame pour qui il avait un profond respect. Alors qu'il avait l'intention d'aller la voir dès son arrivée afin de prendre rendez-vous pour leur promenade improvisée dans les rues de Paris, il décida que ce n'était peut-être pas là le moment propice et demeura plutôt à l'écart, en profitant pour respirer à pleins poumons l'air frais du matin.

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Angelina
Invité



MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Jeu Sep 15 2005, 16:27

Citation :
Elle apercut a une dizaine de metres, d'autres personnes qui se joignaient a la partie, dont une femme qui retint son attention. Elle etait habillee, elle aussi, d'une facon peu commune. Elle lanca son destrier vers la nouvelle venue puis s'arreta a sa hauteur.

Delphine hocha legerement de la tete avant d'engager la conversation. Elle n'avait encore jamais vu pareil accoutrement.

"C'est une bien jolie robe que vous avez la."

Angelina se retourna vers la personne qui lui adressait pour la première fois la parole.

"Une bien jolie robe qui est apparment unique en France..." répondit Angelina d'un petit sourire ironique , en regardant les robes des autres jeunes femmes de La Cour.

Puis son regrd se porta sur la robe que portait son interlocutrice.

"Je vous retourne le compliment Madame."

Même si Angelina n'avait jamais encore vu de pareils robes, cela ne l'empêchait pas de les admirées. Elle sentit que son cheval était un peu nerveux....'comme elle?' songea t-elle? Elle n'avait jamais assité à une telle chasse auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Louis XIV
Roy
avatar

Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Jeu Sep 15 2005, 17:46

Louis se sentait gené devant le regard insistant d'Heloïse... qu'avait-il a lui répondre ? Rien. Il ne pouvait rien dire car il ignorait lui-même ce qu'il en était. L'arrivée de Delphine lui permis de détourner la tête.

Citation :
"Vous entendez cher cousin? Nous avons une nonne parmi nous. Il faudra lui presenter les Abbes et Eveques que nous connaissons, un jour."

Le rire du Monarque sembla aussi sarcastique que bref et faux. La boutade l'amusait, l'impertinence aussi, mais il n'avait plus vraiment la tête a se désolpiler, son esprit occupé par sa maîtresse.

Citation :
"Qu'avez-vous Louis?"

Cette fois il ne pouvait y échapper. Peut-être que sa réponse lui permettrait de se liberer le coeur que le plaisir de la chasse occuperait a nouveau.
Ses yeux paraissait triste et son visage sincerement navré, comment formuler un sentiment flou, incertain et surtout blessant ?

Il pris encore une fois la main a Heloïse, baissant la tête et soupirant. Ses yeux, pourtant, la fixaient sous ses sourcils broussailleux.


-Des maîtresses, je puis en avoir des dizaines a ma fantaisie. Vous êtes ma favorite, et je ne puis vous en offrir plus... mais je sais que vous voudriez quelque chose de différent... ou du moins, je l'espere.

Il laissa un cours instant de silence s'installer, où il s'autorisa a détourner le regard, observant avec amour les doigts gantés et graciles de la jeune femme.

-Je ne puis vous toucher sans avoir des remords.... Voudriez vous être la tendre oreille qui m'écoute, la douce épaule qui me soutient, les mains chaudes qui me consolent ?

Finallement, Louis se sentit légerement idiot... il ne savait pas s'il s'était fait vraiment comprendre, et cela le mettait horriblement mal a l'aise. Il tournait la tête en se raclant la gorge, quand l'atercation de Mlle de Sicée attira son attention. Les femmes, ainsi donc il était impossible de les laisser seules sans qu'elles s'entretuent !

-Ne me répondez pas dans l'immédiait Heloïse. J'aimerais que vous y réfléchissiez mûrement.

Il aperçut aussi d'Artagnan un peu en retrait. Ce fut difficile de remarquer son cheval noir alors qu'il se cachait dans l'ombre, a l'abris des éclairs que lançaient Delphine et Sybélia. Le Roy lui-même, se sentant d'humeur frivole, refusait d'intervenir, apres tout, il n'était plus dans son cabinet, et devant lui, il était impossible qu'elles en viennent réellement aux mains.

Il passa donc sans gene, donnant des éperons aux flancs de son cheval, entre sa cousine et Sybélia en colere pour rejoindre le chef de ses mousquetaire.


-Mon cher Charles ! s'exclama-t-il joyeusement. Ainsi vous prendrez part a ce loisir primitif, sanglant et brutal qui effarouche tant de demoiselles ?

C'était ironique, bien sûr... jamais Louis n'aurait pensé une telle chose sérieusement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvie d
Invité



MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Jeu Sep 15 2005, 17:54

Sylvie, qui en tant que noble de la cour se devait d'assister a la grande chasse du mois. En esperant qu'elle arrive a suivre...
Elle n'avait jamais vraiment fait de chasse mais avait deja chevauché.
La plus grande noblesse serait presente. Sylvie pensa qu'elle allait voir beaucoup de beau monde pendant cette chasse.

Elle ne conaissait pratiquement persone. Elle se sentait un peu seule. Suivre le roi... Facile a dire mais pas a faire...On disait le Roi tres bon cavalier. De toute façon on verrait bien.

Habilée assez simplement vu les circonstances. sa robe assez blanche dans les tons marron,cremes et blancs voletait un peu derriere elle.
Revenir en haut Aller en bas
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine
avatar

Nombre de messages : 2227
Age : 39
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Ven Sep 16 2005, 16:58

D'Artagnan vit le Roi s'approcher. Louis semblait d'humeur joyeuse et, pour une rare occasion, le Lieutenant des Mousquetaires était bien enclin à partager cette joie. La journée s'annonçait pour être des plus belle pour la chasse, et D'Artagnan comptait bien en profiter pour laisser de côté le poids de ses responsabilités.

- Il m'arrive parfois de croire, Majestée, que ce loisir primitif sanglant et brutal ne soit en fait qu'une représentation simpliste de ce qu'est, au fond, la vie. Des pièges sont tendus, des proies s'y enfoncent et tentent tant bien que mal de s'en sortir.

Le sourire au lèvre, il avait indiqué, d'un mouvement du menton, Delphine et son adversaire.

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Victoria
Invité



MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Ven Sep 16 2005, 17:17

Victoria était nouvelle à La Cour et ne connaissait pas grand monde. Elle regardait ce qui l'entourait du haut de son cheval. Un pareil effectif, juste pour une chasse? Elle n'avait encore jamais vu de choses semblables. C'était une vraie chasse : aussi bien au sens propre que figuré. Les dames s'entretuaient entres elles aussi bien que d'autres essayaient de tuer le moindre animal. En amazone sur son cheval, Victoria allait au petit trot. Elle appréciait de monter à cheval et il faut dire que celui sur lequel elle était aujourd'hui était magnifique, un étalon sûrement. Elle aperçut le Roy entouré de plusieurs jolies demoiselles, comme à son habitude et d'un homme plus agé qui portait un uniforme
Revenir en haut Aller en bas
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Ven Sep 16 2005, 18:52

Saint-Aignan ne ressentait plus rien, et l'arrivée de Jeanne ne lui fit ni chaud ni froid. Il ne se confierait pas plus a Racine sans qu'avec la présence de sa cousine.

-enchanté demoiselle.

Il baissa légerement la tête, en un salut courtois mais bref. Un moment, il baissa les yeux sans rien dire, sans plus s'apercevoir qu'il pouvait ainsi mettre Racine et Jeanne mal a l'aise devant un mutisme prolongé de sa part... Il regardait fixement, les yeux haguards, le pommeau de sa selle comme si quelque chose d'interessant et de particulierement ennuyeux a la fois s'y trouvait. Une mouche vint s'y poser puis s'envoler en un bourdonnement caractéristique, mais Saint-Aignan n'y fit pas attention. Pourtant ce son si désagréable sembla bénéfique. Laissant de coté ses réflexions, il se souvint ne pas être seul : son regard morne se promenna autour de lui, ne reconnaissant pas tout le monde parmis ce fourmillement de personne.

-Et bien, il y a foule....

Deux jeunes femmes qu'il n'avaient jamais vu apparurent quasi simultanément... l'une habillée assez modestement, l'autre au contraire vêtue de riches parures. Cette scene l'intrigua légerement par l'harmonie de leur arrivée, et parce qu'elles semblaient encore perdues, comme si elles ne s'étaient pas trouvée malgré le choeur parfait, et surtout le contraste qu'elles dégageaient : Sylvie paraissait si simple, si fraiche et pourtant habillée pauvrement, comme un fleur des champs. Au contraire, la tenue soignée de Victoria, son maintien digne du plus haut rang aurait été moulée pour le role de la princesse qui cueille et respire avec grace cette fleur sauvage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héloïse
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 769
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Ven Sep 16 2005, 19:26

Héloïse était troublée par ce que Louis venait de lui dire. Elle ne se serait jamais douté qu'un tel revirement de situation entre eux aurait lieu aujourd'hui, et surtout de manière si subite. Non pas que la proposition du Roy le lui déplûe, au contraire, cela l'arrangeait même. Ce qui la tracassait plus, était de savoir pourquoi le monarque avait pris une décision aussi soudaine. Son amour pour elle avait toujours été passionel, et la flamme venait de s'éteindre, comme si un mauvais coup de vent avait balayé tout sentiment. La courtisane avait l'impression que tout ce qu'elle avait bâti pendant ces dernières années s'était éffondré, et que c'était à cause d'elle qu'il n'en restait rien. Héloïse se demandait si son absence quelque peu prolongée avait été la cause de tout cela. Ou peut-être Louis avait des vues sur une autre demoiselle? Cette Sybélia éventuellement...le goût du Roy pour les femmes était connu, et malgré que la jeune femme n'avait pas été en mesure d'aimer Louis autant qu'il ne l'aimait, elle avait du mal à se faire à l'idée qu'une autre prendrai sa place, qu'il en couvrirait une autre de cadeaux, de confidance et d'attention. Héloïse ne dit pas un mot durant le discour qu'il venait de lui improviser, sachant que son silence serait plus dur au monarque à accepter. Sans doute pour se sortir de ce mauvais pas, Louis s'éloigna très rapidement, sans un dernier regard, pour fuir. La courtisane ne l'avait jamais connu lâche en aucune situation, mais comme pour la plupart des hommes qu'elle avait connu, il se sauvais devant les sentiments qu'il aurait du affronter. Héloïse resta sur son cheval, sans bouger. Delphine avait terminé de se disputer avec Mlle Sicée de Sicée, de nouvelles personnes avaient fait leur apparation et elle, s'effaçait tranquillement.
Elle savait qu'au final, elle serait bien meilleure "soeur" pour Louis que maîtresse, mais de se faire dire, le jour de son "retour" officiel devant la cour alors qu'elle avait fait un effort impressionant pour être présentable et agréable à tous, qu'elle n'était plus capable d'attiser la passion, était un coup assez dur à prendre. C'est surtout son orgueil qui venait de se faire blesser en réalité.
Ses yeux se voilèrent et son regard devint plus noir. Elle était fâchée contre elle-même surtout. Malgré que son âme bouillonait, elle continuait de projeter une image de jeune femme calme, posée et rayonnante. C'est ainsi qu'elle étira un sourire à Delphine, qui s'était remêlé à la foule.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvie d
Invité



MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Ven Sep 16 2005, 20:35

l'oeil ien entrainé de Sylvie remarqua le regard furtif qui se posa sur elle puis sur la jeune femme pas loin d'elle. au moins quelqu'un aurait remarqué que la Vicomtesse de l'Isle etait venue... Et pas la moindre persone. M de Saint Agnan en persone...

ce n'etait pas tout d'etre remarquée elle ne voulait rester seule durant toute la chasse. Elle aurait voulu discuter comme tout le monde qu'elle pouvait voir. En Bretagne on ne lui avait pas apris a faire la conversation ni la chasse. Le Rouge lui monta aux joues elle avait l'impression que tout le monde l'observait. et surtout, à coté de la princesse, elle se sentait fade.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Ven Sep 16 2005, 22:35

Une fois que le Comte de Saint-Aignan eut salué la jeune femme, Racine se pencha vers cette dernière et lui glissa à l'oreille :

- Retirez-vous maintenant et attendez que je vous rejoigne à l'écart.

Il avait énoncé cela d'une manière froide : leur dernière dispute affleurait encore à son esprit, lui faisant perdre une nouvelle fois toute couleur marquant une bonne santé. Il n'avait toujours pas décidé du sort de la Demoiselle et il voulait en parler loin de tous ces Courtisans...
Il la congédia donc d'un geste sec de la main, essayant de ne pas faire d'esclandre public ce qui n'aurait arrangé en rien son image ! Il aurait tellement préféré que de honte Jeanne s'en aille de Fontainebleau sans qu'il n'ait à jouer le rôle de Juge !!
Il fut pour la première fois heureux que François soit si perturbé ce qui permettait que son oeil aiguisé ne remarque rien à toute cette affaire...

Le Dramaturge fit de nouveau face à son protecteur qui débitait une banalité qui ne lui ressemblait guère :


Citation :
Et bien, il y a foule....

Racine se retint de répondre de manière sarcastique... Il avait perdu son humeur enjouée à cause de sa "Cousine" et regrettait amèrement que Saint-Aignan ne lui soit d'aucune aide ! Mais comment demander un appui à quelqu'un lorsque celui-ci se morfond déjà sans vous ?
Il finit par desserer la machoire :


- En effet, beaucoup sont venus pour assister à cet évenement et y participer.

L'Ecrivain ne pouvait s'enterrer dans ces formes d'usage... Maintenant Jeanne partie, personne ne pouvait les entendre alors il ajouta plus bas :

- Que s'est-il donc passé François ? Qui a pu vous plonger dans cet état que j'ai si souvent traversé moi-même ?

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Sam Sep 17 2005, 08:40

Citation :
- En effet, beaucoup sont venus pour assister à cet évenement et y participer.

Saint-Aignan preta autant oreille a ces paroles que d'interêt pour la cour du Roy. Racine ne l'interessait pas, pas aujourd'hui. Peut-être pas demain, peut-être plus jamais... comment savoir si François saurait se remettre de quelque chose qu'il ignorait encore ? Comment savoir ce qui allait se passer ensuite, et si le comte s'en sentirait coupable ?

Citation :
- Que s'est-il donc passé François ? Qui a pu vous plonger dans cet état que j'ai si souvent traversé moi-même ?

François ne réagis pas plus a cette phrase qu'a l'autre, et laissa passer quelque secondes d'inerties, avant de s'apercevoir que Racine avait visé quelque chose de sensible.... sensible parce qu'il n'en savait que légerement plus que lui. Il cligna deux ou trois fois des paupieres, entrouvrit la bouche pour prendre une respiration, mais renonça a parler.

Pourquoi ? Parce que tout changement fondamental lui était d'un désagréable... mais le changement qui allait se produire, non seulement il en serait un des commanditaires, mais il lui ferait perdre un ami... ou un ennemi... selon sa façon de faire. Comment savoir s'il quitterait ou non Chastignac, et comment savoir s'il le quitterait en bon termes ? Mais apres tout quelle importance, s'il continuait sur le chemin qu'il s'était choisi, l'impertinent serait pendu au levé du jour pour trahison envers son Roy, ou bien empoisonné dans les basses fosses de la Bastille.
Sa mort importait peu, Chastignac n'était pas connu et n'avait pas de sang de haute noblesse, on ne le garderait pas prisonnier...


-Je pensais être arrivé à un âge où la vie ne suit plus que le cour quotidien et monotone des choses... mais tellement rassurant. Etes vous déjà aller a Venise ? Moi oui. C'est sur ces lentes et basses gondoles, où l'on entend le seul clapotis de l'eau pres de soi, les cris de la foule ne devenant plus que des murmures au loin que j'aurais aimé passer ma vie...

Il s'était décidé a parler, un peu plus vif, mais ne laissait transparaitre sur son visage ni amertume, ni tristesse : juste une sorte de profond désespoir...
Son discours pourtant, était d'un illogisme palpalbe : François n'avait jamais été inactif, il ne l'avait jamais non plus souhaité. Il adorait courir pour les intrigues, construire la réputation d'un homme, une carriere, détruire celle des incapables qu'il aurait décelé. Mais il ne déstestait pas se tromper sur quelqu'un, cela le décevait seulement. Pour ainsi dire, ça ne lui arrivait pratiquement jamais. Racine aurait été un incompétent qu'il l'aurait descendu comme une fleche, aussi vite qu'il l'avait lancé... mais Jean n'était pas cela, il était intelligent et s'était devenu un ami. Pour Chastignac, c'était différent. Il ne l'avait pas monté, il l'avait pris en pitié, puis en affection. Contrairement a Racine, il n'avait pas du tout les mêmes opinions que lui, et cela permettait souvent a François de garder les pieds sur terre, alors qu'un entretien avec le dramaturge l'aurait soutenu dans son ascension chimerique vers les nuages.

Ainsi donc jamais Saint-Aignan n'avait cherché de profit en "aidant" Adrien. Il ne pouvait donc s'être trompé, il avait vu depuis le début ce que pouvait lui reserver un tel homme. Mais que tout ceci s'arette si tôt, apres une période assez houleuse entre eux, le rendait tres mal a l'aise... enfin, bien plus que cela : il en était quasi anéanti. Mais anéanti de façon égoïste. Il ne pensait pas a la mort de Chastignac directement, il pensait "je vais être seul", il ne cherchait pas a se rassurer dans la religion, esperant une vie posthume, un paradis, cela lui était bien égal... il regrettait amerement de devoir changer quelque chose qu'il appréciait dans sa propre vie.

Non, François ne pensait pas qu'Adrien puisse s'en sortir. Non pas parce qu'il était rationnel, mais parce qu'il devenait défetiste. Le comte n'avait plus la jeunesse neccessaire aux espoirs fous, mais assez d'imagination pour deviner ce qui se passerait au cabinet. Il était aussi assez rêveur pour penser a ce qui en résulterait. Mais de tout ça, rien de bon.

Il tourna la tête vers Racine, l'ayant laissé de nouveau tomber, le menton collé a son torse, les épaules affaissées durant ses réflexions. Son jeune protégé lui sembla roidis, comme de colere, mais cela lui était bien égal. Il n'était pas respondable des sautes d'humeur de tout le monde, il en avait bien assez avec lui-même.


-Ou est passée votre cousine ?

Dit-il en s'apercevant enfin qu'elle était partie... cela l'intriguait, par ce qu'il ne s'en était pas aperçut avant, comme ayant manqué un bout d'une piece de théatre, la reprenant en court et se demandant, bien qu'elle soit d'un ennui mortel, que s'était-il passé pour qu'on n'y comprenne plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victoria
Invité



MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Sam Sep 17 2005, 15:24

Victoria se senait de plus en plus seule dans cet environnement hostile. Elle se sentait fixée, comme une proie que l'on observe et qu'on exmaine avant de la tuer. Elle essayait de trouvée des regards parmis tant d'autres auxquels se raccrochée...puis elle aperçut une autre jeune femme, qui à peu près comme elle était dépaysée. Elle décida d'allez à sa rencontre. Elle s'approcha de cette personne (Sylvie de L'Isle) et lui adressa la parole.

"Vous semblez être aussi perdue que moi, Madame" lui lançà t-elle, lui souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   Sam Sep 17 2005, 17:05

Racine tombait dans un état d'inactivité semblable à celui dont faisait preuve François. A croire qu'il était contagieux de ruminer de noires pensées en étant tout à fait hermétique au monde extérieur !
Le Dramaturge ne s'attendait donc plus à une réponse de la part de son protecteur qui semblait ne plus le considérer assez proche pour les confidences... Mais le jeune homme était d'une curiosité dévorante ce qui le poussa à observer du coin de l'oeil le Comte de Saint-Aignan : il surprit alors sur ce visage poudré, une once de vie qui semblait vouloir s'exprimer au grand jour et qui pourtant avait besoin de la force de son détenteur pour surgir tout à fait... et visiblement le premier gentilhomme de la Cour attendait que cette force s'impose à lui.

Racine ne tenta pas de lui arracher une parole, cela aurait été grossier et malvenu et l'Ecrivain respectait énormément son bienfaiteur pour agir ainsi. Il attendit donc patiemment que la pensée qui avait éveillé le visage de François un peu plus tôt, fasse son chemin jusqu'à sa bouche... Durant un instant le propre esprit du jeune homme d'égara vers le sujet qui semblait récurent aujourd'hui : Jeanne !

Ce fut donc agréablement qu'il revint dans le monde des vivants en entendant la voix de son protecteur :


Citation :
-Je pensais être arrivé à un âge où la vie ne suit plus que le cour quotidien et monotone des choses... mais tellement rassurant. Etes vous déjà aller a Venise ? Moi oui. C'est sur ces lentes et basses gondoles, où l'on entend le seul clapotis de l'eau pres de soi, les cris de la foule ne devenant plus que des murmures au loin que j'aurais aimé passer ma vie...


Pourquoi s'était-il finallement décidé à se confier ? Cela restait un mystère mais Racine était trop heureux de ce retournement de situation pour plancher sur ce sujet qui ne mènerait à rien...
Il resta donc attentif à la révélation émanant de François. Il fut tenté de dire qu'il n'était jamais allé à Venise... l'Ecrivain n'était jamais allé plus loin que les provinces les plus proches de Paris ! Mais ce simple exemple n'était que la forme de cette phrase...

En fait, Racine aurait aisément avoué qu'il ne comprenait pas ce que Saint-Aignan révélait à cet instant. Il ne pouvait imaginer sa vie comme en rêvait François !
Pour le Dramaturge, le calme plat c'était le désastre, le desespoir profond qui l'amènerait jusqu'à la mort ! Bien qu'il considérait que sa propre folie le porterait vers une fin identique, il préférait y aller avec l'exaltation de son inspiration !!
Racine secoua lentement la tête comme s'il n'était pas sûr de ce qu'il venait d'entendre... Cela ressemblait si peu à Saint-Aignan toujours au fait de tout ce qui se tramait au Château ! Le jeune homme restait donc sous le coup de cette surprise, incapable d'appuyer ou de réfuter quoi que ce soit. Il en perdait son langage et ses pensées... Comment pouvait-on en arriver là ?

Le Dramaturge était tellement choqué qu'il n'entendit que vaguement la seconde phrase de François... Il resta la mâchoire lâche aussi lâche que ses idées... Il balbutia donc :


- Ma Cousine ? Mais quelle Cousine ?

Le fait était que Racine avait complètement oublié Jeanne et sa Tragédie, il était plongé dans cette profonde réflexion qu'était le but de la vie d'un homme. Il se reprit de justesse, Saint-Aignan pourrait mettre cette erreur sur l'inattention de son protégé :

- Heu, ah oui vous parlez de Jeanne...

Il secoua vigoureusement la tête, comme pour se réveiller :

- Mais quelle importance ? Elle doit s'être retirée pour nous laisser seul... -Racine ne savait même plus que c'était lui qui avait renvoyé la jeune femme !- Enfin François ! J'avoue ne plus vous reconnaître... Quel intérêt qu'une vie vide d'action donc vide de sens ?

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La grande chasse du mois.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La grande chasse du mois.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» [INTRIGUE] La grande chasse (les impériaux) Monologue
» La grande chasse aux cauchemars - Pv Evy [Terminé]
» DOLLY chiot femelle croisé fox-yorkshire 5 mois SPA DOUAI 59
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» La plus grande fraude de l'histoire?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: