1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un malheureux dans la cour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Comte de
Invité



MessageSujet: Re: Un malheureux dans la cour   Dim Sep 25 2005, 19:56

Un léger sourir impérceptible passa sur les lèvres de de Guiche. Elle s'y prennait vraiment mal, et une question posé ainsi peut-être facilement contournée.
Pourtant, il estimait une femme de cour plus maligne mais dans son for intérieur il ne pouvait s'empêcher d'admirer cette jeune dame. Elle était naïve et c'était très dur de garder cette qualité, car c'en était une, à la Cour.
Il saisit la main de Sylvie et l'entraîna dehors. Tel un vrai courtisan qui se doit d'être hypocrite, il imita l'air le plus joyeux du monde pour ne pas eveiller de soupçons de la part de la bande de comères qui venaient de débarquer.

Dehors il la lâcha et cette fois, réellement sincère, il lui sourit. Et d'une voix amicale et rassurante lui dit


-Ne vous en faites pas, monsieur le comte a eu un différent avec un gentilhomme. Sa majesté royale veut regler l'affaire. Mais je vous le dis et le répète, tout va bien, il gagnera le procès.

En parlant ainsi, il ne croyait pas une seconde qu'Adrien était réelement impliqué dans une affaire entre gentilshommes. Ce n'est bien plus tard qu'il apprendra que par sa maladresse, il aura attiré le malheur sur Chastignac, comme le disait si bien un proverbe arabe.

-Maintenant, mademoiselle de l'Isle, je ne veux en aucun cas que cela se sache. Il n'y a que vous qui êtes au courant. Je compte sur vous

Le comte de Guiche appuya la derniere phrase avec un regard sévère et stricte.
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie d
Invité



MessageSujet: Re: Un malheureux dans la cour   Dim Sep 25 2005, 20:10

de Guiche venait de la prendre par la main et imiter les miguets de Cour que l'on pouvait voir. Elle suivit sans rien dire aussi vite qu'elle put.
Arrivés dehors elle soufla un peu peu.


Citation :
-Ne vous en faites pas, monsieur le comte a eu un différent avec un gentilhomme. Sa majesté royale veut regler l'affaire. Mais je vous le dis et le répète, tout va bien, il gagnera le procès.

Sylvie n'y croyait qu'a demi. Cette explication lui convenait. C'etait tout. Surement, pensa t-elle, elle aurait affaire avec Mme de Puyguilhem. Apres tout elle s'amuserait bien a l'embrouiller.



Citation :
-Maintenant, mademoiselle de l'Isle, je ne veux en aucun cas que cela se sache. Il n'y a que vous qui êtes au courant. Je compte sur vous


-Comptez sur moi, j'ai la chance de ne pas trop frequenter Mme la Baronne...
Revenir en haut Aller en bas
Comte de
Invité



MessageSujet: Re: Un malheureux dans la cour   Mar Sep 27 2005, 12:36

Guy-Armand sourit avec satisfaction. Et voilà! Tout était reglé et il n'avait même pas eu besoin de conter le malheur du comte de Chastignac quoiqu'il ne le connaissait même pas !
Avec une joie indescreptible il s'écria


-A la bonne heure Mademoiselle de l'Ilse!

Après s'être un peu calmé, il regarda de gauche à droite puis recula d'un pas pour avoir toute la place afin d'offrir à la demoiselle enface de lui la plus belle révérence.
Lorsque ce fut fait, il lui dit


-Maintenant, je m'en vais, j'ai à faire, veuillez m'excuser je vous prie !

C'est ce qu'il fit : il tourna les talons et d'un pas précipité il s'en alla et disparut derrière l'aile droite du palais royal.
D'un coup d'oeil, il avait aperçu à travers une fenêtre le visage pâle d'Adrien. Il ne savait pas où on l'emmenait. Mais il pensa que celui-ci sera assez bon ami pour le prevenir. Et le seul endroit où il pouvait le joindre était dans sa chambre...


[->chambre du comte de guiche]
Revenir en haut Aller en bas
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Un malheureux dans la cour   Lun Oct 10 2005, 18:33

¤~¤ONZE HEURES¤~¤


A peine Chastignac sortit-il du chateau qu'il se sentit happer par la froideur de la nuit... ou était-ce par la soudaine peur de se faire rattraper ?

Citation :
"Eh! C'est moi! Pas la peine de courir! Nous ne sommes ici que pour te pauser des questions de procedures pour l'incident du gouter!"

Le vent sifflait bruyamment aux oreilles d'Adrien, ne l'empechant pourtant pas d'entendre distinctement les paroles de Chateaubriand.
Tout d'abord alarmé qu'on ai pu le rattraper, il lui fallut un temps avant de comprendre qui lui parlait, et qu'il n'y avait aucun danger...

Le cheval l'attendait de l'autre coté de la cour, et Chastignac préféra ralentir sa course en se plaquant contre le mur, afin qu'on ne puisse l'apercevoir d'aucune fenetre. Enfin, il s'aretta et regarda Marius droit dans les yeux, quoiqu'il n'aperçut a peine son visage, le voile de brume empechant qu'il ne visse autre chose qu'une silhouette.

Le blessé était en sueur, adossé au mur, les mains appuyées sur ses cuisses, il soufflait comme un boeuf.


-Chateaubriand ? commença-t-il d'une voix cassée... Je n'ai pas le temps, il faut que je me sauve avant qu'on ne s'apercoive de mon absence !

Il voulu reprendre sa course, mais finallement renonça... reprendre un peu son souffle, laisser Marius répondre, puis s'en aller... oui, respirer...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: Un malheureux dans la cour   Sam Oct 15 2005, 10:40

Saint-Aignan trépignait silencieusement dans un carosse non loin, tremblant d'inquiétude bien plus que de froid. Mais que faisait donc Chastignac ?
Il souleva une enieme fois le rideau incolore par la nuit pour jeter coup d'oeil par la fenetre du fiacre, puis s'affala de nouveau sur la banquette, pas plus rassuré qu'avant.

Triturant la dentelle fragile de ses manches, il avait renoncé a déchiqueté sa perruque, François se laissait aller a la panique de l'impatience. Que faisait-il ? Mais que faisait-il ? Il avait pourtant signifier onze heure, et le cheval était là, a attendre, quelques mètres plus loin, juste en dessous de la fenetre de sa chambre !

Il sentit le carosse bouger un moment, puis reculer de nouveau : même les chevaux du carrosse s'impatientaient.

Ce n'était pas normal. A moins qu'Adrien persistait dans son envie de jouer les héros ? Non... il n'était pas si fou, pas si courageux...

Fébrile, il prit la montre qu'il avait renoncé a replacer dans sa poche et regarda l'heure a la faible lueur de lune : onze heure dix...
Il la jeta de nouveau sur la banquette, jurant interieurement _bon Dieu, où est-il ?_ , terriblement inquiet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Un malheureux dans la cour   Sam Oct 15 2005, 19:01

Chastignac avait renoncé a attendre la réponse de Chateaubriand, qui semblait se plonger dans un mutisme soupsçonneux... quoiqu'apres tout, Chastignac n'en savait rien, n'apercevant devant lui que des traits flous et grossiers et non pas les expressions du visage.
Il n'était plus temps d'attendre, si le mousquetaire renonçait a lui accorder sa fuite de vive voix, lui prendrait lui-même cette liberté.

A la faveur de la nuit et du brouillard, il se glissa durant quelques instants le longs du mur, marchant précautionneusement en crabe, et une fois l'angle du mur passé, courru a se rompre les os vers le cheval qu'il ne faisait que deviner. Mais il avait beau perdre son souffle et son sang a courir comme un damné, il ne le voyait ni ne l'entendait. Son retard aurait-il alarmé le valet qui aurait préféré se retirer ? Ou les gardes l'auraient repérés ?

Alors qu'il commençait a perdre espoir de revoir un jour son seul passeport salvateur, il crut enfin reconnaitre plus loin dans la cour les pas d'un cheval qui s'éloignait. Vite... plus que quelques pas et il réussirait peut-être a le rattraper.

Le souffle et le courage lui manquerent pour comettre la folie d'appeler, mais lorsque, au prix de nombreux efforts, il se sentit assez proche du cheval mené par un valet, il articula d'une voix rauque et si basse, étouffée par la brume, qu'elle en paraissait murmure :


-attendez !

Le cheval stoppa net. Son meneur devait se sentir soudain pris par le doute, car Adrien reconnu le cliquetis d'un mousquet qu'on arme.

-Non ce n'est pas la garde ! Ce cheval c'est pour moi....

La fin de la phrase avait été completement avalée, plus de souffle, il fallait respirer... le gentilhomme se tenait appuyé contre l'encolure du cheval qui semblait assez fin et rapide, mais dont il était impossible de distinguer la robe.

Le valet parut un moment septique, mais Chastignac l'assura encore une fois d'être dans le vrai.


-J'ai été retardé...

Il voulu monter, mais ne pu y arriver qu'avec la gracieuse aide de l'homme de main de Saint-Aignan qui executa ensuite un curieux manege.

Retenant le cheval par la bride, empechant ainsi Chastignac de fuir dans l'immédiat, il siffla trois fois de suite... le cavalier prit peur, conscient que si cet homme était un traitre, il était piégé comme un rat, sur cette monture dont il ne pouvait descendre...

Mais non, aucun soldat apparut... juste un carosse qui se mis a rouler et sortir de la brume vers les grilles de l'entrée du chateau. Le cocher présenta un plis aux suisses dont l'effectif avait été doubler, et le portail s'ouvrit comme par magie dans un grincement métallique.

Sans qu'il eut compris quoique se soit, le valet donna une claque bruyante sur la croupe du cheval qui s'élança a la suite du carosse... jusqu'a le dépasser et sortir du chateau.

Il était libre ! Si libre qu'il n'en entendit pas les suisses crier du renfort ni la mousqueteire qui s'en suivie, pas plus qu'il ne vit le fiacre s'immobiliser quelques metres derriere le portail, un vieil homme le visage maussade mais souriant collé contre la vitre.

Une balle siffla a ses oreille alors qu'il ralentissait son cheval, se croyant en sécurité. M'enfin, pourquoi s'inquiéter ? Si l'on entend la balle siffler, c'est qu'elle vous a raté ! Toutefois, pas vraiment ragaillardi par ce trait d'esprit, Chastignac donna des talons a sa monture qui relença son galop de plus belle. Il ne serait en sécurité que dans la ville de Paris même.

Le comte ne faisait pas vraiment attention a son allure : il était completement affalé sur l'encolure du cheval, reprenant son souffle, ses esprit, ses forces, et empechant ainsi son chapeau de s'envoler.

La ville apparaissait a présent... un peu plus loin... La brume ne l'avait pas atteinte et elle apparaissait a présent comme la petite étoile d'espoir a portée de main.

Mais où aller ensuite ?


(http://1663.forumactif.com/viewtopic.forum?p=7122#7122)

_________________


Dernière édition par le Sam Nov 12 2005, 09:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chateaubriand
Poete
avatar

Nombre de messages : 169
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Un malheureux dans la cour   Mar Oct 18 2005, 02:04

Chateaubriand qui se demandait comment cela se faisait-il que cet homme etait si gravement blesse, avait momentanement ete distrait par un bruit familier mais indistinct et s'etait fige pour mieux l'ecouter. On aurait dit des bruits de sabots et un hennissement venant d'un endroit imprecis dans le brouillard. Il scruta l'horizon, oubliant completement Chastignac qui pour lui, ne representait aucun danger. Il ne vit l'etat des choses que quand ce dernier passa a vive allure a cote de lui et qu'il le vit grimper sur un cheval a une dizaines de metres de la.

"Eh oh! Un moment!" Inutile, l'homme avait deja empoigne les rennes de sa monture et s'etait mise a galoper. Chateaubriand hela la garde alors composee de deux personnes qui arriva precipitamment. On tira un coup. La balle manqua le but de sa trajectoire, se perdant quelques part dans le brouillard qui protegea le fugitif dans sa fuite.

Marius sacra a voix haute. Si cet homme etait blesse et qu'il s'enfuyait, c'est qu'il devait etre coupable de quelque chose. Deux gardes a proximites qui avaient ete alertes, avaient reussit a monter sur 2 chevaux, se lancant a la poursuite de comte.

Le Major secoua la tete et soupira. Si les gardes ne le trouvaient pas dans ce foutu brouillard, chose fort poissible, il y aurait une tete de plus a afficher sur la place publique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Besméatix
Poete
avatar

Nombre de messages : 170
Date d'inscription : 12/08/2005

MessageSujet: Re: Un malheureux dans la cour   Mar Oct 18 2005, 15:01

La grosse patte de Besméatix vint se déposer sur l'épaule de Châteaubriand, en un geste plutôt paternel. On était bien loin de l'attitude de l'ours outré qui avait eu ce même geste, posé quelques minutes, à l'endroit du Comte de Guiche. Le bouillant Sous-Lieutenant, qui s'était calmé pendant sa courte marche, avait ruminé un plan à l'endroit de M. de Guiche et, plutôt satisfait, se sentait d'attaque malgré la fuite d'un important témoin.

- Ne vous inquiétez pas, mon ami, nous le retrouvons d'une façon ou d'une autre. Et puis m'est avis que nous pourrons réorienter nos recherches d'ici peu... En attendant, il se fait tard et je ne dirais pas non à un bon repas bien arrosé. Pas vous? En même temps, je pourrai en profiter pour vous résumé ma conversation avec ce petit insolent de Comte de Guiche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chateaubriand
Poete
avatar

Nombre de messages : 169
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Un malheureux dans la cour   Mer Oct 19 2005, 20:08

Chateaubriand redirigea ses yeux d'un endroit incertain brumeux au visage de Besmeatix. Oui, il avait raison, ce n'etait que partie remise. Bientot, d'une facon ou d'une autre, ils le retrouveraient...

Un sourire alluma le visage du jeune homme a la mention d'un bon repas bien arrose. Apres tout, son estomac n'avait rien eu depuis la nuit derniere...tout ce qu'il avait essaye de manger etait ressorti inceremonieusement un peu plus tard.

"Je vous invite Besmeatix! Choisissez l'endroit!"

Ils quitterent donc l'endroit pour aller se restaurer pres d'un bon feu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Besméatix
Poete
avatar

Nombre de messages : 170
Date d'inscription : 12/08/2005

MessageSujet: Re: Un malheureux dans la cour   Mer Oct 19 2005, 20:20

La bonne humeur naturelle de Besméatix, qui reprenait déjà lentement mais sûrement le dessus après sa guerre de mots avec le Comte de Guiche, fut immédiatement rétablie à son plein potentiel suite à l'invitation de Châteaubriand.

- Et bien il ne sera pas dit, mon cher ami, que je refuserai une invitation ma foi aussi tentante. Je vais vous amener dans une petite auberge ou l'on vous sert un de ces gigots... Et avec quelques bouteilles pour agrémenter le tout, nous ferons un repas de Roi!

Et ils s'éloignèrent vers la grille de Fontainebleau, se dirigeant vers la ville...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: Un malheureux dans la cour   Ven Oct 21 2005, 20:57

Saint-Aignan resta plusieurs minutes dans son carosse arrété a l'ombre des talus. Assez longtemps pour se rendre compte qu'on tirait sur Chastignac. Pourtant il ne bougea pas, il s'était assez mouillé comme ça, pas besoin d'apparaitre aux yeux des gardes comme le défenseur de celui dont il avait organiser la fuite !

Il s'appreta enfin a sortir, mais retint sa main sur la poignet de la porte cochere juste a temps : deux mousquetaires sortaient du chateau, l'ai bonhomme, la démarche nonchalente, et eux aussi auraient pu le repérer.
Enfin, la voie était libre.

Il sortit du fiacre et joua la carte de la surprise face a cette arquebuserie soudaine, parlant au garde qui était resté a son poste.
Mettant la main au coeur, comme étourdi et choqué, il parla d'une voie dont il accentua les tremblement de la vieillesse.


-Sang-Diou ! Qu'était ce donc que ce cavalier pour que les mousquet lui crache feu et poudre ?

Le garde, qui savait d'apres le pli qu'on lui avait mis sous le nez a la sortie du carosse qu'il avait affaire a une personne importante, balbutia quelques paroles incompréhensible, et François repris miraculeusement prestance :

-Il faut en informer Sa Majesté. Laissez moi passer.

Aussitot dit, aussitot fait, le garde n'osa pas opposer de résistance et Saint-Aignan marcha d'un pas assuré, quoique mû par la lenteur de l'age...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un malheureux dans la cour   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un malheureux dans la cour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Bienvenue dans la cour des grands ~
» Dans la basse-cour il y a, des poules, des dindons des oies ~
» Un jour, tu joueras dans la cour des grands
» Bienvenue dans la cour des grands [Mordred]
» VOTE DE CENSURE POUR JEA !HAUTE COUR DE JUSTICE POUR RENE PREVAL !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: