1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Appartements du marquis de Condor cousin du duc de Montaigne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe
Invité



MessageSujet: Appartements du marquis de Condor cousin du duc de Montaigne   Mar Sep 13 2005, 14:35

Un homme précédait d'une jeune servante parcourait les couloirs. Ils ne se dirigeaient ni plus ni moins vers les appartements de cet ignoble personnage : le marquis de Condor.

Vous qui lisez ces quelques lignes, vous spectateur malheureux du dessein de cet homme perfide et infâme, il vous est encore temps d'arrêter cette lecture. Car Dieu seul sait qu'elle idées monstrueuses peuvent germer dans sa tête.

Personne n'aurait aimé être à la place de la jeune servante. Etre une jeune femme belle, simple, généreuse dans le sens informel de ce mot et de plus qu'une simple servante, assurance d'un silence totale sur tout ce qui pourrait advenir en ces appartement en la présence insuportable que peut représenter ce marquis. Non vous n'aimeriez pas être à sa place. Le marquis sait-il lui même le nombre de servantes dont il a profité de leurs charmes.

Arrivés devant les appartements, la servante lui indiqua de sa voix fluette qu'ils étaient arrivés.

Et imaginé notre surprise lorsque le marquis la congédia. Ce n'est pourtant pas dans ses habitudes. Et renier un moment de plaisir indiquait certainement d'autres projets sans doute plus interessant qu'avait projeté Philippe et qu'il voulait à l'évidence mettre rapidement à exécution. A moins que ce ne soit la fatigue du au voyage mais ce n'est que très peu probable.

Dans son calme habituel, sûr de lui, ses affaires ayant été déjà apporté dans son appartement, le marquis se changea, enfilant un costume de circonstance voulant faire bonne impression. Ce brin de toilette terminé, il se dirigea d'un pas nonchalant dans les jardins à la recherche de sa tante. Le moment tant attendu des retrouvailles avec ses "chères" cousines ne tarderait pas à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Philippe
Invité



MessageSujet: Re: Appartements du marquis de Condor cousin du duc de Montaigne   Dim Oct 23 2005, 16:08

Une ombre traversait les couloirs à vive allure, le château était encore endormi et seuls certains domestiques laissaient aperçevoir la vie qui pouvait y régner. Cette ombre qui se dessiné peu à peu était celle d’un homme des plus mesquin pouvant exister sur cette terre, bien que la cour du roy n’était remplit, pour la plupart, que de manipulateurs ayant tous un but plus ou moins noire. Et le dessein qu’envisageait cet homme n’était pas des plus heureux en tout cas pour les pauvres victimes lui permettant d’arriver à ses fins. Il était fort difficile de perçevoir le véritable jeu de cet homme perfide.

Philippe de Condor ésperait que son absence de cette nuit ne s’était trop remarqué. Son esprit était hantée par celle-ci, cette nuit à la taverne du masque rouge.

Il entra dans ses appartements, les domestiques présents ne furent de loin pas étonnés de cette rentrée tardive.
Il s’installa confortablement dans le fauteuil en face de son bureau, rengeant précautionneusement les quelques documents disposés sur celui-ci, s’attardant à certains moments sur des passages plus ou moins interessants.

C’est alors qu’il tomba sur le document que lui avait fournit sa chère tante, complice à moitié dans les funestes projets qu’il entreprenait. A moitié ? En effet, car sa tante bien qu’étant loin d’être sotte ne pouvait imaginer toutes les idées noires qui germaient dans l’esprit de son neveu.

Il analysa avec attention le dit document, le signer serait sceller le pacte qu’il avait entreprit, un mariage d’interêt cela ne conviendrait sûrement pas à sa chère cousine mais avait-elle réellement le choix, elle devrait faire avec et le Marquis ne se souciait nullement de l’état qu’engendrerait cette nouvelle chez la jeune femme, et puis connaissant sa mère elle devait sans doute se douter qu’il se tramait quelque chose.

Mais étant maître dans l’art de la manipulation de la tromperie, il voulait s’assurer que tout s’agence au mieux. Il demanda à l’un de ses valets étant restés debout dans un coin de s’approcher avec un signe de la main.


“Toi.. va me chercher Fronsac.“

Fronsac était son fidèle bras droit, il avait l’art de se rendre invisible, complice dans tout ce que Philippe entreprenait. Il était de nature assez grande, le teint très pâle et le visage meurtrit par les épreuves qu’il avait subis, de nombreuses cicatrices parsemant celui-ci ainsi que son corps.

Il arrivait quelques instants plus tard, un sourire malsain sur le visage, sourire qu’il gardait la plupart du temps.
Le Marquis lui fit signe de s’assoire en face de lui, et il congédia le valet demendant à ce dernier à ce que personne ne les dérange.


“Bien, les évenements progressent en notre faveur. Mais comme tu le sais j’aimerai que cela se règle au plus vite, et j’ai eu l’étrange impression que l’une des deux soeurs se doutent de quelque chose.”

Philippe s’arrêta quelques instants, tandis que Fronsac l’oeil brillant observait le marquis, attendant avec impatience les ordres qu’il devra executer, ésperant que ces derniers soient des plus abominables. Le Marquis ne reprenant pas la parole, Fronsac se décida à la prendre, avec une voix nasillarde.

“Qu’attendez vous de moi Monseigneur ?”

Il ne tarda pas à lui avouer ce qui lui trottait dans la tête.

“Je ne veux pas agir à la légère, et j’ai besoin de tout savoir sur les deux soeurs, apportes moi le plus d’élements possibles sur elles, de ce qu’elles font la journée, leurs amis à leur couleur préférée... mais ne limites pas tes recherches à elles seules, tâches de savoir ce que font leurs amis. Je ne dois pas me tromper.”

Fronsac semblait déçu, il aurait sans doute préféré avoir une tâche encore plus noire à accomplir, mais ce n’était pas pour cette fois, voyant que le Marquis n’avait rien à ajouter il se leva, faisant un semblant de courbette.

“Ce sera fait selon votre désir Monseigneur.”

[i]Il sortit de la pièce, laissant Philippe de Condor devant des papiers qu’ils devaient se chargeaient de terminer. Il préférait ne pas prendre de secrétaire en tout cas pas tant que ses projets auraient aboutis n’accordant sa confiance qu’à peu de monde.
Le Marquis regardait son bras droit partir, murmurant.[i]

“J’y compte bien.”
Revenir en haut Aller en bas
 
Appartements du marquis de Condor cousin du duc de Montaigne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [¨Palais du Marquis de l'épine dorée.] ... Père...
» Jessica Marquis ( Fini )
» Rapha Condor - Sharp
» Anselme de Bastylle [Noble Serramirois, marquis prétendant][Aetius][Validé]
» Faisons pâlir tous les marquis de Sade... [Perrine & Paris] *Terminé*

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: