1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Roxane (
Invité



MessageSujet: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Mar Oct 04 2005, 18:17

Roxane suivit d'Eva, arriva à une chambre, elle n'était pas très grande, mais tout de même très chaleureuse, et ayant un assez grand confort.

"Eva, c'est ici que vous logerez... si vous êtes prises bien entendu. Mais je ne penses pas qu'il y aura de problèmes."Elle avait vu le regard de Cassandre, et la connaissant elle savait qu'elle était interessée par la jeune femme.

Roxane demanda à l'une des servantes de ramener des robes de plusieurs tailles, ainsi qu'à une autre de ramener de quoi laver la jeune demoiselle.

Elles arrivèrent quelques instants plus tard déposant des robes sur le futur lit d'Eva. Roxane d'un oeil expert les analysa pour voir laquelle lui irait le mieux.

Sur un ton des plus naturel.


"En attendant que je trouve celle qui vous irez le mieux, déshabillez vous..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Mar Oct 04 2005, 18:25

Eva entra dans la pièce, avec plein d'espoir. Malgré la petite taille de la pièce, c'était plus grand et plus propre que ce qu'elle avait connue. Enfant, elle avait eu droit à une chambre avec sa mère seulement, mais lorsque celle-ci la quitta, elle du se loger avec le reste des femmes. Il n'était pas étonnant que les maladies se propageaient rapidement, et Eva était elle-même surprise qu'en tant qu'enfant, elle n'ait jamais rien attrapée de mortel.

Citation :
Eva, c'est ici que vous logerez... si vous êtes prises bien entendu. Mais je ne penses pas qu'il y aura de problèmes.

La jeune fille lui sourit, Roxane se voulait rassurante, et était d'une très grande gentillesse. Le monde des prostituée était souvent dur et tout le monde concurençait tout le monde, mais il lui semblait qu'une certaine chaleur humaine régnait ici. Deux femmes amenèrent des robes et une bassine d'eau. Eva n'eut pas vraiment le temps de regarder les robes qu'elle devait se laver. Elle ôta sa robe, enfin ce qu'il en restait, et se recroquevilla dans le bain, dont l'eau était tiède. Elle trempa également se cheveux, qu'elle sentait sal, et savoura la sensation de l'eau dégoulinante sur sa peau.
Revenir en haut Aller en bas
Roxane (
Invité



MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Mar Oct 04 2005, 18:41

Roxane jeta un coup d'oeil lorsque la jeune femme entra dans l'eau, affichant un mince sourire au coin des lèvres la voyant apprècier ce moment.

Puis elle reporta son regard sur les robes, elles en avaient ramenées beaucoup, bien qu'elle avait une idée de la taille d'Eva, elle ne pouvait être sûre. Elle les dépliaient de temps à autres, les soulevant pour mieux les examiner.

Celle-ci non trop grande, la jeune femme étant plus petite qu'elle, elle pouvait avoir une légère idée de ce qui convenait.

Elle tomba sur une robe de couleur crème pour le bas de celle-ci, le corset était dans les mêmes teintes, mais des roses finement brodées parsemées celui-ci. le corset était des plus cintré, laissant sans nul doute à la vision de tous certains atraits de celle qui la porterait.

Elle voulait qu'Eva l'essaie, si cette dernière lui allait elle pourrait apporter les differents accessoires pouvant aller avec celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Mer Oct 05 2005, 23:03

Eva se frottait doucement, mais avec énergie, les bras et les jambes, pouvant enfin apprécier le doux parfum de la propreté. Elle avait attrapé un peigne qui traînait sur la comode de la chambre, et tentait de démêler ses cheveux noirs. La jeune femme sortie de la baignoire et laissait derrière une eau sale. Une serviette avait été déposée à son égard, et elle s'y enroula et frotta par la même occasion ses cheveux pour les libérer de l'eau qui s'égouttait lentement au plancher.
Roxane lui présentat cette robe couleur crème ou blanc cassé. Il est certain que cela contrasterait avec les cheveux et les yeux très foncé de la demoiselle. Avec une pudeur inutile, Eva se mis dos à Roxane et enfila la robe. Sans se retourner, elle demander doucement à celle qui s'occupait d'elle de lui attacher le corset. Roxane le fit et le serra le plus possible. Le corset révéla une taille plus fine à Eva que ses haillons ne le laissaient paraître, et de la façon de sa poitrine était remontée, celle-ci semblait plus "plantureuse" qu'elle ne l'était. Ne sachant de quoi elle avait l'air, elle se retourna vers Roxane pour que celle-ci puisse lui donner son appréciation.
Revenir en haut Aller en bas
Roxane (
Invité



MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Jeu Oct 06 2005, 16:42

Roxane à la demande de la jeune femme de lui serrer le corset s'executa, étant on ne peu plus habituée à le faire. Elle regarda la jeuene femme, la robe lui allait magnifiquement bien et faisait ressortir des charmes qui n'étaient pas visibles il y a quelques instants lorsqu'elles venaient de se rencontrer, mais il restait à reegler quelques détails tout d'abord la coiffure qui dans son état actuel ne la mettait pas du tout en valeur, puis il faudrait l'accessoirisait et bien sûr lui trouvait un masque.
Elle resta quelques instants à observer la jeune femme.


"Je dois avouer que cette robe vous met bien en valeur."La courtisane était très satisfaite du choix qu'elle avait fait, l'habitude sans doute rendait son oeil intrompable quand au choix des vêtements.

Elle se plaça juste devant elle, pour qu'elle puisse relever les cheveux de la demoiselle et étudiait comment la rendre encore plus désirables aux yeux de la cliente de la taverne du masque rouge.

Eva avait une nuque magnifique et à l'évidence il ne fallait pas cacher cet atout par ses cheveux mal soignés, de plus couper un petit peu les pointes pour raffraichir sa coupe ne lui ferait pas de mal non plus.


"Vous êtes très belle. Bien qu'il y ait quelques détails que nous devrions changer.."Elle lui sourit et prit quelques instants avant de trouver ce qu'elle cherchait un peigne, elle n'avait pas le temps de lui couper les cheveux pour l'instant, sans doute plus tard.

Après l'avoir peigné, elle lui remonta ses cheveux.


"Bien maintenant nous devons choisir tous ce qui accompagnera cette robe."

En fait Roxane ne laissait que peu de choix à la jeune demoiselle. Elle lui prit un loup dans les tons crèmes, où sur le bord droit une rose rouge y avait était brodée qu'elle tendit à Eva.

Elle chercha également un petit quelque chose en plus, un éventail pourquoi pas, elle en trouva un à son goût restant dans les couleurs de la robe.

Ainsi parée, la courtisane regarda Eva, fière de cette transformation, révélant la jeune femme le côté qu'elle recherchait. Habillée de cette manière la jeune recrue avait un côté assez simple tout en restant élegante, timide mais avec un côté éspiègle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Dim Oct 09 2005, 02:06

Citation :
Je dois avouer que cette robe vous met bien en valeur

Eva tournoya sur elle-même, essayant de se regarder sous toutes les coutures. Elle murmura un "merci" à Roxane. Elle n'avait jamais reçu de compliment quant à son apparence. Les clients qu'elle avait déjà reçus dans le passé se contentaient de profiter de ses charmes sans vraiment la regarder, elle. Sa bienfaitrice regardait la jeune femme, mais semblait encore insatisfaite. Eva n'arrivait pas à cerner ce qui pouvait se cacher derrière les pensées de Roxane. Il lui semblait qu'ici, les femmes qu'elle avait vu étaient impénétrables, comme si elles étaient cachées derrières des murs épais, ne se laissant dévoiler entièrement à personne.
Elle se pencha avec Roxane au dessus de la multitude d'accessoire qui s'offraient à leur regard. La courtisane lui tandis un éventail et un superbe lou. Eva, quant à elle, trouva un collier raz du coup, en velour rose, qui s'agençait bien au masque.
Il ne restrait plus qu'à arranger ses cheveux, au gout de Roxane.
Revenir en haut Aller en bas
Roxane (
Invité



MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Dim Oct 09 2005, 07:57

Eva avait complétement changé d'apparence, elle ressemblait de plus en plus aux courtisanes qu'il y avait à la taverne du masque rouge, bien qu'elles aient chacune leur spécificité et leur charme bien à elle. Mais l'agencement de ses vêtements l'avait métamorphosé et la rendait d'autant plus sublime. Qui aurait pu se douter de tous les trésors que pouvait cacher cette jeune femme en haillons, sales il y avait quelque instants encore.

Roxane se plaça derrière Eva et commença à tresser ses cheveux, elle n'allait pas les lui couper pur l'instant cela prendrait trop de temps surtout qu'en cette nuit, les clients se faisaient nombreux. Après les avoir tressé, elle remonta les nattes en un chignon. Ce n'était sans dout pas la coiffure qui lui allait le mieux, mais pour l'instant cela permettait de cacher les défauts que sa coiffure naturelle comprenait et surtout cela dégageait sa nuque qu'elle avait des plus exquises.

Elle se déplaça pour venir face à la jeune demoiselle, et avec un sourire satisfait.


"Bien, je crois que cela convient."

Elle se dirigea vers la porte puis se retourna faisant signe à Eva de la suivre.

"Nous allons voir Cassandre, qu'elle avise ce qu'il adviendra de vous."Mais Roxane n'était pas sûre que sa soeur de lait soit libre pour le moment, mais elle éspèrait qu'elle trouve un moment pour la jeune femme.

Sur ce, elle sortit suivie d'Eva vers les appartements de Cassandre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Dim Oct 09 2005, 18:45

* suite dans le bureau de Cassandre =) *
Revenir en haut Aller en bas
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Ven Jan 06 2006, 21:11

Adrien entra le premier dans la chambre, le pas alerte, mais les yeux fixés derriere lui. Eva était derriere lui. Elle lui avait ouvert la porte, avant d'entrer elle même et de les enfermer.
Il faisait a présent si noir que Chastignac n'aperçut pendant un moment que deux étincelles dans les pupilles d'Eva, le temps que ses yeux s'habituent aux ténèbres et puissent le guider jusqu'a une chandelle qu'il alluma lui-même, prenant ses aises.

Il avait suivit Eva sans se presser, sans la ralentir pourtant, les deux cas ne faisant que prouver son empressement ou ses efforts pour se contrôler, autrement dit : son désir.
Aussi l'avait-il suivit avec une aisance dans sa démarche, naturelle chez lui, qui passait bien souvent pour de la condescendance. Ce qui n'était pas entièrement faux.
Il cachait en fait une certaine appréhension. Adrien n'avait pas peur, oh ça, ce n'était pas chose courante chez lui, mais les évènements semblaient lui échapper, si jamais il avait jamais su les maîtriser.
En effet, savait-il vraiment ce qui l'avait poussé à entrer dans la taverne ? Un simple hasard... ou de la curiosité?
Et aurait-il agit de la même façon envers une autre serveuse qu'Eva ? Avait-il simplement l'idée de mettre une catin a ses pieds en s'asseyant à la table de l'auberge ?

La chandelle dans sa main, qu'il levait assez haut, il se désintéressait à présent d'Eva pour observer sa chambre qu'il éclairait partie par partie.

La flammèche oscillait au simple mouvement de rotation d'Adrien, si lent soit-il, et les ombres sur le sol et les murs, grandies, vacillaient à leur tour, dansant encore et toujours la valse inquiétante de la nuit.

Chaque meuble devenait un secret à découvrir dans cette atmosphère si noire, si mystérieuse, et Adrien préféra s'imager la pièce d'ensemble plutôt que de penser aux quelques fantômes cachés dans les tiroirs...

La pièce était petite, bien meublée, les rideaux tirés, comme intentionnellement, et un lit à baldaquin aux longues et lourdes tentures attendait patiemment que l'on s'occupe enfin de lui.

Chastignac, l'inspection finie, tourna en direction d'Eva, faisant entrer dans cette clarté estompée le visage qui, parcouru de noir, ressortait d'autant plus qu'il avait parut se noyer dans l'ébène de la chambre...

Il s'approcha timidement, ne sachant pas vraiment ce qu'elle voulait elle. Ici, il était dans son intimité, il ne pouvait tout se permettre, en tout cas beaucoup moins qu'en bas, où la foule le protégeait, en quelque sorte.

Une commode sur son passage servit d'appuie à la bougie qui continuait de consumer, tandis que le jeune homme récupérait ses deux mains libres.


-Alors ?

Susurra-t-il à son oreille, jouant comme elle l'avait fait auparavant...

Il recula ensuite légèrement pour faire de nouveau face à la belle de nuit, avant d'appuyer son front contre le sien, comme le font les pères à leur fille, ou les frères, mais pas les amants.

Ne sachant pas quoi faire de ses mains, il entoura la gorge de nacre d'Eva, comme tout à l'heure, lorsqu'elle l'avait embrassé...


-Tu es chez toi ici. Et moi, je suis à ta merci...

Il déposait sa carte franc-jeu sur la table, mais dévoiler ses véritables pensées lui servirait-il ?

Il se détacha d'elle et s'approcha de la fenêtre, soulevant le rideau du bout des doigts. Il faisait plus clair dehors que dans la chambre.
Le visage du jeune homme devenait bleutés par les rayons de lune qui traversait le carreau.

Chastignac regarda le jardin sur lequel donnait la vue, puis se retourna, s'asseyant à demi sur le rebord.


-Que veux-tu ? Mon nom ? Apres tout, je sais le tien... Eva, n'est ce pas ?

Il sourit avec un air malicieux, il avait retenu l'interpellation d'un buveur. Et il souriait donc de lui montrer son léger avantage.
Il le lui dirait son nom, pourtant. Mais dans l'unique cas où elle le demanderait.

Il écarta alors ses bras, les lui tendant, l'invitant à s'y blottir, perdant son sourire supérieur pour en prendre un plus bienveillant.


-viens...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Dim Jan 08 2006, 17:24

La jeune femme avait ouvert la porte, et avait fait entrer Chastignac avant elle. Depuis le peu de temps qu'elle travaillait ici, c'était le premier qui entrait par cette porte. En effet, Eva avait jusque là toujours été affectée en bas. Elle avait pourtant décidé de prendre cette initiative ce soir là. Tandis que son client pénétrait les lieux, elle prit soin de bien fermer la porte derrière eux.
La courtisane observait Adrien, qui semblait entrer ici comme on le fait dans une chambre d'auberge. En effet, il venait de se munir d'un bougeoir et utilisait le mince faisceau de lumière que la petite flamme lui procurait, afin de détailler les lieux. Eva ne le pressait en rien, voulant éviter de le voir changer d'idée, comme il l'avait déjà fait plusieurs fois jusqu'à maintenant.
La demoiselle éprouvait tout de même une drôle de sensation de voir cet étranger découvrir l'endroit ou elle vivait. C'est comme s'il venait d'entrer le seul coin privé qu'elle possédait. Il venait de franchir une nouvelle limite, qui le rapprochait obligatoirement de la fille de joie.
On n'entendait aucun murmure dans la pièce, et la respiration des deux jeunes gens était également presque inaudible. La seule chose qui paraissait vivante était cette flemme qui se muait au rythme des battements du coeur de son propriétaire.
Chastignac semblait avoir terminé de faire le tour des lieux, et sembla satisfait de l'endroit. Il semblait pourtant éprouver une certaine gêne face à la situation.


Citation :
Alors ?

Étonnamment, Eva ne savait pas quoi lui répondre. Généralement, ce n'était pas à elle de dire ce qu'elle devait faire, mais plutôt de donner ce que ses amants désiraient.
Il se rapprocha encore plus d'elle, et entoura son visage tandis que leurs regards se confondaient, une fois de plus.


Citation :
Tu es chez toi ici. Et moi, je suis à ta merci...

"Tu sais bien qu'être ici ou en bas se résume à une chose: je suis tienne."

Elle avait exprimé cette vérité tout naturellement. Il est vrai que toute cette masquarade se résumait à une chose. À lui appartenir autant et aussi longtemps qu'il serait là et qu'il paierait ses services. Cela dit, elle ne continua pas sur cette ligne de pensée, tous deux le savaient pertinemment.
Chastignac cependant, se détacha d'elle et alla près de la fenêtre. Eva tenta rapidement de détailler cet homme avec qui elle avait passé la dernière heure. Il possédait un certain charme, ses traits pouvaient tantôt être autoritaires et secs, tout en étant rieurs. Elle ne se limita qu'à cette constatation, car il avait refermé le rideau, et qu'ils étaient revenus dans la noirceur de la pièce
.

Citation :
Que veux-tu ? Mon nom ? Apres tout, je sais le tien... Eva, n'est ce pas ?

Elle eut un sourire en coin.

"Je ne te demanderai pas le tiens maintenant, mais je le saurai certainement avant la fin de la nuit..."

Il lui sembla qu'il avait sourit également, mais la noirceure et la seule oscillation de la mince flamme l'avaient peut-être leurrée.
Adrien ouvrit les bras, sans doute dans le but qu'Eva ne vienne s'y blottir. Seulement, elle ne bougea pas. Il lui sembla qu'il s'agissait là plus d'une étreinte maternelle que celle d'un amant d'une nuit.
Intrigué, il baissa les bras et c'est à ce moment qu'elle s'approcha de lui, l'embrassant une nouvelle fois avec plus de vigueur, dans l'intimité de ce lieu clos.
Elle passa ses mains dans son dos, et fit maladroitement tomber la cape qu'il avait revêtit, lorsqu'il avait fait mine de quitter la taverne un peu plus tôt. Eva ne murmura qu'un léger "oups" ...
Revenir en haut Aller en bas
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Dim Jan 08 2006, 19:19

"Tu sais bien qu'être ici ou en bas se résume à une chose: je suis tienne."

Adrien ne s'était pas donné la peine de répondre, pas à une phrase toute faite : c'était inutile.

Et puis, lorsqu'il ouvrit les bras, ce ne fut que pour essuyer un refus. Les bras ballants, désappointé _quoi de plus normal lorsqu'on est orgueilleux comme lui ?_ il la vit finallement s'approcher avec un sourire railleur...


"Je ne te demanderai pas le tiens maintenant, mais je le saurai certainement avant la fin de la nuit..."

-Tu es bien sûre de toi...

Eût-il le temps de répondre avant de fondre a nouveau sur le bout de ses levres.
Chastignac, cette fois, ne se refusait plus. Il l'entourait completement de ses bras, la laissant lui oter sa cape...

Il avait l'impression d'enlacer quelque chose de frêle, de tout petit, quelque chose qu'il pourrait broyer en une pression des bras... il est vrai qu'il dépassait Eva d'une bonne demi-tête, mais c'était surtout qu'il aimait cette sensation de pouvoir !
Toutefois, tout ça n'était que physique...
Eva ne l'aimait toujours pas. Il n'était même pas sûr qu'elle ne le veuille.

Il l'embrassa dans le cou tout en riant, riant de dépit face à la force de caractere d'Eva...

Pouvait-il seulement se dérober encore ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Jeu Jan 12 2006, 16:49

Citation :
Tu es bien sûre de toi...

Intérieurement, Eva se dit que pour faire le métier qu'elle exerçait, elle n'avait pas le choix d'avoir confiance en elle, ou du moins, d'en démontrer si elle n'en possédait pas assez. Le monde de la rue était dur et rude, et encore là, la jeune courtisane était bien chanceuse de vivre dans cette Taverne. En d'autres conditions, les gens n'ont pas le choix de bien calculer leurs gestes et de toucher juste, dans le but de survivre.
Tandis que ces pensées avaient lieu, Eva ne pu faire autrement que de voir que pour la première fois de la soirée, Chastignac semblait se détendre, et se laissait un peu plus aller aux caresses et aux douceurs de la jeune femme. Il lui rendait ses baisers, de façon aussi intense qu'elle ne les lui donnaient. Elle l'entendait rire, mais elle ne savait pas pourquoi. Peut-être avait-il décidé de se laisser tenter au goûts des plaisirs charnels?
La chaleur de leurs corps respectifs se mélangeaient en une parfaite union qui rendait la passion apparente plus ardente. La jeune courtisane ne se cachait plus derrière le masque froid, se laissant aussi absorber par le moment présent. Elle s'en rendit compte et luttait intérieurement pour ne pas ressentir une once de plaisir ou de bonheur. Cela, Eva se l'interdisait ne croyant pas en l'amour.
En toute conscience de ses geste, elle entrainait son client vers le lit dont les draps étaient tiré. Calculant mal ses distance, le couple s'enfargea dans le bord du meuble invitant, et se retrouvèrent presque allongé. La brusquerie du mouvement fit que leurs lèvres s'étaient détachéés. Comme durant tout leur entretient dans la pièce d'en bas plus tôt, ils se regardaient maintenant dans les yeux. Adrien respirait rapidement, comme envoûté et déçu que ce baiser ardent n'ait pris fin.
Eva se sentit légèrement déstabilisé par l'instance de ce regard et détruisit instinctivement cet instant.


"Désolée..." avait-elle murmuré, un sourire en coin.
Revenir en haut Aller en bas
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Sam Jan 14 2006, 21:27

Eva à présent le menait en laisse et Adrien la suivait avec plaisir...

Ces femmes, il les respectaient un minimum tant qu'elles le méprisaient; le refusaient; lui résistaient; mais une fois couchées il les jetait comme un torchon malpropre.
Eva, elle, ne lui résistait pas : mais c'était elle qui le couchait.

Il aimait batailler dans l'intrigue et l'amour, à défaut de batailler à la guerre, aussi appréciait-il particulierement ce jeu de séduction; quoiqu'il ait dû s'avouer vaincu. Peut-être était-ce mieux.... Sa victoire sur la gent féminine ne lui apportait que dégoût de celle dans son lit. Aussi, une femme que l'on mettait longtemps à mater était-elle plus délicieuse, puisque ce jeu apprécié avait duré.

Mais a n'en pas douter qu'Adrien n'en resterait pas là avec elle. Il reviendrais à la charge... une autre fois.
Il n'y avait pas d'autres fin que le triomphe.

Il triompherait d'Eva...

C'était ce qu'il se disait en se liquéfiant sur le bout de ses levres...
L'issu était certaine, mais... prenons notre temps. Oui... un peu plus de temps. On verra demain pour revenir à l'assaut. Là, laissons nous aller...

Elle est si belle...

Alors qu'il perdait conscience de lui-même, un brusque mouvement le réveilla de sa torpeur : Eva l'avait conduit jusqu'au lit, mais ils étaient tombés dessus, brisant leur étreinte.

Adrien resta un moment la bouche entrouverte, un peu ahuri, fixant la belle de son regard le plus ardent...

Il ne cherchait pas à recoller les morceaux de ces baisers où il s'était abandonné... ces baisers qui ne donnaient rien si ce n'est son asservilissement.
Non. Sans tenter de reprendre le dessus, il reprenait ses moyens :
Il voulait guider les pas de danse, même s'il ne cherchait plus à connaitre les sentiments de la cavalière.

Qui aime le pouvoir, le suit jusqu'au bout...


"Désolée..."

Eva avait-elle peur ? Se donnait-elle un air espiegle pour éviter de subir plus longtemps son regard exalté ? Parlait-elle pour abattre cette pseudo-magie ?

Adrien avait-il des chances de redevenir maître ?

Peut-être...

Sûrement sans s'en apercevoir, Chastignac repris un peu de son jeu hypocrite : chaque geste redevenait calculé...

Il s'approcha de la courtisane en s'aidant de son bras appuyé sur le lit; il ne s'était pas laisser-aller à sourire en réponse à celui d'Eva, et, au contraire, était resté grave... on aurait pu penser qu'il prenait ce batifolage tres au sérieux..

S'asseyant sur le lit, il domina Eva de sa hauteur et regardait la demoiselle allongée les yeux demi-clos.

Il se baissa lentement, et vint blottir son visage contre la nuque de la donzelle, effleurant sa peau avec ses levres humides.
Tandis que sa main droite, elle, _son autre main servant d'appui_, parcourut d'une unique caresse la taille, la jambe, puis le pied d'Eva, d'où il retira la chausse...
Le même traitement attendit l'autre pied; pauvre de lui... nue comme un vers, nu comme Chastignac le voudrait du coeur de la catin.

De la poupée sans volonté il ne restait que le désir; Adrien était plus tendre, moins soumis, plus contrôlé et plus amoureux à la fois.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Sam Jan 28 2006, 18:25

La petite chute ne semblait pas avoir découragé Chastignac de l'instant qu'il avait commencé à vivre. Eva le regardait, et observait chaque fraction de mouvement que ce client difficile effectuait. Du bout de ses doigts, il caressait le corps de la jeune femme, ayant même osé aventurer cette main baladeuse en dessous de la jupe de la courtisane. Un baiser humide s'était déposé doucement dans son coup, tandis qu'elle fermait les yeux pour reprendre contrôle de la situation. Elle se sentait frémir, tandis que son sang bouillonnait dans tout son intérieur, exalté. Un soupir langoureux s'échappa de sa gorge, tandis que son esprit se battait pour ne pas succomber aux faux charmes d'un homme qui ne la voulait que pour assouvir ses besoins. Elle rouvrit les yeux au moment ou elle sentit son corsage tomber, puis se fut elle qui se retrouva au dessus de Chastignac.
Eva ne se laisserait certaiment pas dompter, c'était elle qui était maîtresse des lieux, c'était elle qui le chevaucherait le le mènerait au bout de la nuit. Elle déploya ses charmes et ses caresses calculée. Elle découvrit les points faibles d'Adrien pendant qu'elle s'activait à son travail pour le rendre encore plus «heureux».
Seuls les murs et la lune connurent les secrets de cette nuit. L'activité incessante de la taverne avait certainement étouffé la présence de la fille de joie et d'un client inhabituel.
De doux rayons de soleil chatouillèrent le visage Eva, qui se réveilla le matin suivant, entourée du bras d'Adrien qui ne tarderait pas de sortir de son sommeil. En effet, il devait maintenant repartir, avant que l'on ne voit qu'il se trouvait encore dans l'établissement. De plus, la jeune femme devait commencer sa journée. Elle n'osa cependant pas le réveiller brusquement. Peut-être s'était-elle prise d'affection pour cet homme capricieux, mais cela, elle ne se le serait jamais avoué. Elle passa sa douce main sur son visage, et embrassa le coin de ses lèvres. À ce contact, ses yeux s'ouvrirent difficilement.
Eva se leva d'un bon, ne voulant pas lui faire croire à un geste amoureux de sa part. Attrapant rapidement sa robe de la veille qui traînait au pied du lit, elle l'enfila sans pudeur, devant celui qui la regardait faire, très décontracté. Elle lui envoya un regard pressé.


«Adrien, il est temps que tu t'en ailles»

Interloqué, il la fixa de plus belle.

«Je t'avais dit que j'aurais connu ton nom au matin...»
Revenir en haut Aller en bas
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Dim Jan 29 2006, 10:01

C'est un doux contact, celui de lèvres rassasiées d'amour sur les siennes, qui éveilla Chastignac.
Ouvrant des petits yeux fatigués _il avait passé une nuit assez longue_ le visage diffus d'Eva lui apparut en premier.
Il la tenait entre ses bras nus; elle était nue, elle aussi, et se fut la deuxième chose que remarqua Chastignac.
La troisième, c'était qu'il faisait déjà jour.
Enfin, il reprit tout à fait ses esprits.

Eva se détacha de lui assez violemment, comme pour le repousser au cas où il aurait... d'autres envies. Il avait payé pour une nuit, pas plus.

Elle se leva tout à fait en laissant son corps boire le soleil qui envahissait la chambre à présent, les cui-cui d'oiseaux louant ces courbes qu'ils admiraient, voyeurs à plumes, derrière la fenêtre.
Adrien aussi, admirait. Sans gène, il la regardait s'habiller, sans gène, elle s'habillait devant lui. Apres une nuit d'amour, toutes les conventions avaient disparus. D'ailleurs, avant leur nuit d'amour, elles n'avaient jamais existées. Pas de règles dans ce lieu; sauf celles du plaisir et de l'argent.

Le comte, la tête appuyée sur l'oreiller blanc, cherchait à se rappeler cette nuit, fixant Eva sans cesse pour redonner des images à leurs ébats qu'il avait moins bien vu que sentis.

Ce matin, il n'avait pas mal à la tête, pas comme les lendemains de nuits d'ivresse où il violait presque ses compagnes qui le repoussaient gentiment; il n'avait pas envie de frapper Eva, comme les femmes qui s'étaient laisser-aller trop vite dans ses bras. Il se réveillait bien, simplement. Repus.

Il se souvenait de cette nuit parfaitement a présent. Il se souvenait de cet abandon total et mutuel, plus personne ne prenait le dessus, c'était la jouissance qui commandait leurs gestes. Bien sûr, la dernière à avoir été consciente de ses actes, ça avait été Eva. Sûre d'elle et pleine de l'expérience du métier. Adrien n'avait eu aucune chance... Mais simplement parce qu'il tâtait le terrain. Cela ne se passerait pas tout le temps ainsi.


«Adrien, il est temps que tu t'en ailles»

Le comte, stupéfait, ouvrit de grands yeux qui la fixèrent sans comprendre.

«Je t'avais dit que j'aurais connu ton nom au matin...»

Il laissa échapper un commencement de rire, une sorte de hoquet étouffé, tournant en dérision ses propres pensées.
Il se tourna ensuite sur le dos, fixant le plafond.


-Ainsi, je parle durant mon sommeil ? Et que t'ais-je dis d'autre ?

Il s'étira comme un chat, prenant toute la largeur du lit avec ses bras, et repoussa d'un geste brusque et raide avec ses pieds le draps qui le recouvrait encore jusqu'a la taille.
Il laissait à son tour sa nudité dévoilée au grand jour; même si les oiseaux ne louaient plus ce corps d'apollon... ils préféraient amplement les yeux de la belle.

Pas plus gêné que la catin tout à l’heure _n'était-il pas lui-même une sorte de putain ?_ il enfila ses habits déjà sales d'un mélange de sueur de désir et de parfum féminin oppressant.

Il s'habillait sans grâce, leur jeu de séduction était d'ores et déjà terminé... il ne cherchait plus à plaire et restait a présent presque lui-même.

Une fois qu'il eut mis chemise, bas, bottes et secoué sa tignasse, il s'approcha d'Eva et la pris dans ses bras encore une fois. Elle portaient sur elle encore son odeur mêlée a la sienne. Apres l'avoir embrassée sur l'épaule, il lui glissa à l'oreille :


-Je reviendrais...

Et il rit en lui prenant son visage dans ses mains, puis se détacha d'elle pour mettre son chapeau, posé sur un meuble, et plier sa cape sur son bras.

Il ouvrit la porte, arbora un dernier sourire rien que pour elle, et s'en fut en galopant dans l'escalier.

A travers la porte qu'il avait laissé ouverte, la belle pouvait encore entendre le cataclope des chaussures de Chastignac et l'air de chasse qu'il sifflait allègrement.

Vraiment, une belle journée s'annonçait...


[ Marche dans les rues ... ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine
avatar

Nombre de messages : 2227
Age : 39
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Ven Mar 17 2006, 15:08

Le Marquis Charles-Henri de St-Yve pénétra dans la pièce à la suite de la courtisane qu'il avait rencontré dans le salon. Dans les yeux du Marquis, on ne pouvait lire que de l'avidité. Certainement, ce client ne serait pas des plus agréable pour la jeune courtisane, car il y avait bien longtemps que le Marquis n'avait eu l'occasion de fréquenter un tel endroit. Oh, bien sûr, il lui arrivait fréquemment de détrousser les servantes de son domaine, mais tout cela n'avait rien à voir avec le chic de l'endroit où il se trouvait actuellement. Paris... Tout ici sentait la grande classe, le pouvoir et l'argent, choses qui avaient cruellement manquées au Marquis au cours des dernières années. Mais à partir d'aujourd'hui, les choses allaient changer. Le poids de la bourse qu'il portait à sa taille le surprenait encore, mais il ne pouvait que s'en féliciter. Et cette fois-ci, son argent, il n'irait pas la placer n'importe où...

Relativement de bonne humeur, le Marquis s'installa à son aise dans un magnifique fauteuil disposé dans un des coins de la pièce. Normalement, lorsqu'il était encore d'humeur morose dans son domaine pratiquement désert, le Marquis de St-Yve s'isolait dans un mutisme effrayant, l'air sombre, songeant à un moyen de se sortir du pétrin dans lequel il se trouvait. Certe, sa fille lui envoyait quelques fois des nouvelles de Paris, mais le Marquis trouvant que les choses avançaient trop lentement, cherchait des alternatives... Et tout lui était finalement tombé du ciel! Il y avait bien longtemps qu'il n'avait eu si belle occasion de se dépeindre positivement...

- Vous savez Mademoiselle, vous avez de la chance! C'est un véritable Marquis qui se tient devant vous. J'ose croire que ce n'est pas tout les jours que vous rencontrez des hommes aussi important.

Malgré son âge, le Marquis agissait pour l'heure en jeune vaniteux. C'était bien impétueux, et il en était conscient. Mais tout cela n'était que le reflet du bonheur que lui procurait cette fortune retrouvée...

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Sam Mar 18 2006, 18:15

Eva tentait d'installer cet homme dans sa chambre le plus confortablement possible. Elle avait espéré ne plus être affectée à ce genres de services pendant quelques temps. En effet, le dernier à avoir franchi cette porte avait été le fameux Adrien de Chastignac qui lui avait promis son retour. Comme par pudeur, Eva, qui malgré elle avait cru que ce client avait été différent, ne voulait se réserver qu'à lui. C'est ainsi que depuis sa visite, elle ne s'était donnée à aucun autre client. Pourtant, comme elle aurait du s'en douter, le beau parleur ne lui avait jamais redonné signe de vie, et la patronne de l'établissement avait bien fait comprendre à la courtisane qu'elle se devait de servir les clients pour garder sa place. Depuis ce temps là, la jeune femme se maudissait d'avoir presque succombé aux charmes de Chastignanc, malgré qu'elle ne se l'avouait toujours pas.

Tandis que son nouveau client prenait ses aises, Eva apprêtait ses appartements, commençant par fermer les rideaux et allumant quelques bougies afin de créer un petit éclairage dans la noirceure de la nuit. Elle ferma également sa porte à double tour, pour faire comprendre aux autres que la jeune femme avait un client.

Puis, elle se retourna et observa ce drôle de personnage, qui semblait prêt à payer une belle somme si Eva faisait bien son travail. Elle oublia ses sentiments présents et revêtit son masque coquin d'aguicheuse. L'homme était certes d'âge mur, mais agissait comme s'il n'avait pas plus de 25 ans. Sa façon de s'habillait prouvait une certaine coquetterie vaniteuse. Il s'était installé dans le seul fauteuil de la pièce, et semblait préoccupé. C'est sans doute pour oublier tous ces soucis qu'il était venu se réfugier dans cette taverne.


Citation :
Vous savez Mademoiselle, vous avez de la chance! C'est un véritable Marquis qui se tient devant vous. J'ose croire que ce n'est pas tout les jours que vous rencontrez des hommes aussi important.

Elle vint s'assoir sur le bras droit du fauteuil de façon à ce que son corps soit à quelques petits millimètres de l'homme. Eva décida de le faire parler un petit peu afin d'en connaître un peu plus sur lui. Son allure et sa venue ici intriguaient légèrement la courtisane.

"Et qu'est-ce qu'un Marquis tel que vous vient faire à Paris? Vous devez sans doute être bien occupé non...?"
Revenir en haut Aller en bas
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine
avatar

Nombre de messages : 2227
Age : 39
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Dim Mar 19 2006, 06:20

Le Marquis de St-Yve savait que tout, dans ses occupations actuelles, avait intérêt à demeurer secret. Il jouait un double-jeu fort dangereux, mais qui se révélerait, sous peu, encore plus payant qu'il ne l'avait déjà été. Mais en face de cette courtisane, qu'il ne verrait que pour une seule et unique nuit, il lui semblait que le risque était absent... et il y avait bien longtemps que le Marquis n'avait eu l'occasion de se vanter quelque peu. D'un autre côté, il fallait aussi bien admettre que la proximité de la jeune femme avait de quoi lui faire perdre toute inhibition... et ce à bien des niveaux!

- Ah, mais Paris, Mademoiselle, c'est la ville des Grands de ce monde, aussi je dois moi-même m'y pointer de temps à autres! Néanmoins, c'est dans le plus grand secret que je suis dans la Capitale, et ce pour le service de notre Majestée le Roi Louis XIV, Dieu veille sur lui!

Voilà comment on alliait, en deux petites phrases, vantardise et modestie...! On aurait presque pu croire que le Marquis tentait de séduire la jeune femme... alors que son argent seul aurait pu faire le travail! Besoin de se rendre sympathique, besoin de croire qu'on le considérait de nouveau comme un homme important, besoin d'impressionner? Possiblement que toutes ces hypothèses pouvaient expliquer, en partie, le comportement actuel du Marquis. Mais pour le noble, il s'agissait aussi d'une répétition des discussions qui ne manqueraient pas de se produire à la cour de Fontainebleau, et St-Yve voulait être prêt. Il y avait longtemps qu'il n'avait pu pratiquer ses mots d'esprit...! Aussi, le Marquis se donnait des airs théâtraux...

- Du fond de mes terres, j'ai ouïe dire que des gens mal intentionnés cherchaient à faire du mal à mon Souverain, ce que je ne pouvais tolérer!

Ses yeux s'étaient rétrécis légèrement, et il avait parlé d'une voix mystérieuse... La comédie était, dans l'ensemble, complètement ratée, mais le Marquis semblait quant à lui plutôt content de son effet...!

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Sam Mar 25 2006, 16:56

Eva s'étonna de voir le marquis s'ouvrir aussi facilement. Non pas qu'elle cherchait à savoir quoique ce soit, mais de le voir entâmer un sujet un peu plus personnel et intéressant ne fit qu'aiguiser sa curiosité. Tout en jouant sur ses charmes, elle continuait à l'écouter. Peut-être avait-il un réel besoin de disctuer? Les tracas peuvent souvent être trop lourds pour une seule et unique personne.

Citation :
Néanmoins, c'est dans le plus grand secret que je suis dans la Capitale, et ce pour le service de notre Majestée le Roi Louis XIV, Dieu veille sur lui!

Eva sentait dans sa voix un brin de fierté, mais elle se doutait également qu'il aurait sans doute dû éviter d'aborder le sujet. Un secret si mal gardé pouvait peut-être lui être dangereux. Pourtant, le marsique de St-Yves avait l'air de prendre tout cela come un jeu. Il semblait vouloir défiler et s'exhiber comme le ferait un paon. L'orgueil et la fierté primaient clairement dans le caractère de cet homme. Toujours avec le même air, il continuait sur sa lancée.

Citation :
Du fond de mes terres, j'ai ouïe dire que des gens mal intentionnés cherchaient à faire du mal à mon Souverain, ce que je ne pouvais tolérer!

La courtisane, de nature révolutionnaire et contre le souverain, s'en trouva encore plus intéressée. Ses espoirs finiraient-ils par prendre forme? Avec sa voix sensuelle habituelle, elle continuait à tenter de le faire parler.

"Du mal au monarque? Je ne peux le croire ... êtes vous certains de ce que vous avancez? Monsieur, sans remettre votre honnêteté en cause, je vous avoue avoir du mal à vous suivre..."
Revenir en haut Aller en bas
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine
avatar

Nombre de messages : 2227
Age : 39
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Lun Mar 27 2006, 20:12

Ravi de voir que la courtisane l'encourageait sur le chemin de la confession, le Marquis en oublia le petit signal d'alarme qui retentissait dans son esprit. Néanmoins, le Marquis était homme à savoir que le mystère est encore plus attirant que ce que l'on connaît en détail. Aussi, moins par soucis du secret que par soucis d'obtenir pleinement les faveurs de la belle, le Marquis de St-Yve décida de s'exprimer subtilement.

- Et bien disons simplement qu'il est des institutions auxquelles on croît pouvoir faire confiance mais qui, dans les faits, sont plus corrompues qu'il n'y paraît...

Mais au fait... qui n'était pas corrompu en ces temps? Que l'Église et les Mousquetaires le soit tout autant que certains bourgeois et nobles de bas étages, qui avait-il là de bien surprenant? Et d'autre part, n'eut été du profit appréciable qu'il croyait pouvoir faire, le Marquis de St-Yve n'eut probablement pas prononcé mot. Simplement, en homme qui sait où se trouve son profit, il allait s'avancer sur une voie tout aussi dangereuse que profitable... Et considérant le tout, quel mal y avait-il, maintenant, à jouer humblement les héros?

- Mais pour votre propre sécurité, charmante demoiselle, je ne saurais vous en révéler plus. Le Roi semble m'avoir oublié dernièrement, mais je ne suis pas rancunier et ne peut mettre de côté le serment que j'ai porté à la couronne... Après tout, nous sommes tous Ses Humbles sujets!

Satisfait de son jeu, le Marquis enlaça la courtisane et l'attira sur ses genoux, la faisant ainsi quitter le bras du fauteuil sur lequel elle s'était réfugiée.

- Et certains sujets sont définitivement plus agréables à regarder que d'autres...

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Sam Avr 01 2006, 15:51

Eva écoutait le discour du marquis chez qui une lueur d'excitation était apparue dans les yeux. Il avait adopté un ton qui évoquait la conspiration; en effet, il chuchottait presque. La courtisane qui voulait en entendre plus se prenait à son jeu, tendant l'oreille aux moindre paroles, et battant avantageusement des cils lorsqu'il hésitait à aller plus loins.
Le parfum de la chambre avait soigneusement été choisi par la demoiselle, et il ennivrait visiblement St-Yves qui s'aventurait de plus en plus sur des terrains glissants.


Citation :
Et bien disons simplement qu'il est des institutions auxquelles on croît pouvoir faire confiance mais qui, dans les faits, sont plus corrompues qu'il n'y paraît...

Eva sentait qu'elle tenait ici quelque chose d'important, elle se leva quelques instants, et servit une coupe de vin à son invité de marque, puis se rassis sur le rebord du fauteuil. Le marquis, visiblement sous le charme de la courtisane l'attira dans ses bras.

"Corrompu messire? Mais quelle genre d'institution pourrait trahir un roi aussi bon que celui nommé le Roy Soleil?"

La jeune femme se répugnait de parler de la sorte, mais elle jouait son jeu parfaitement. D'ailleurs, sans qu'il ne s'en rendit compte, St-Yves avait déjà la coupe dans les mains, prêt à boire pour goûter aux paradis artificiels qu'offraient la chambre d'Eva. Celle-ci lui susurra à l'oreille.

"Messire, votre présence est la seule sécurité qu'il me faut"

La demoiselle avait bien compris qu'enfler l'égo de son client était la meilleure façon d'en découvrir davantages, et malgré que tout ce qu'elle disait n'était que le fruit d'un personnage improvisé, la courtisane l'incarnait à merveille!
Revenir en haut Aller en bas
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine
avatar

Nombre de messages : 2227
Age : 39
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Dim Avr 02 2006, 21:46

Le Marquis de St-Yve se vaûtrait dans la flatterie comme un cochon dans une flaque de boue! Eut-il tenté de demeurer stoïque face aux cajoleries de la belle qu'on n'aurait pu lui accorder le moindre soupçon de crédibilité, tellement il aimait la situation dans laquelle il se trouvait actuellement! Ah, la gloire et la reconnaissance... il les avait tant recherchés et ce depuis des années...! Quel mal y avait-il à faire ses débuts auprès d'une si jolie demoiselle?

- Mais vous êtes en sécurité avec moi, gente demoiselle. Vous ne devez rien craindre, alors même que ce que je vous dis pourrait, en temps normal, vous apportez le danger... Mais je ne parlerai à personne de votre magnifique chevelure, dussent-ils me torturer!

Un beau héros de pacotille, que le Marquis de St-Yve, alors même que ses promesses étaient vaines avant même qu'il ne les prononce...! Bien évidemment que son futur interlocuteur pourrait apprendre l'existence de la courtisane, puisqu'il attendait fort probablement déjà à l'extérieur à l'heure qu'il était! Mais, tenant à affirmer sa situation de supériorité, le Marquis n'hésiterait pas à le faire patienter une heure ou deux...

- Mais néanmoins, je ne peux trop vous en révéler, si ce n'est que les uniformes, quels qu'ils soient, ne sont pas toujours gages de bienfaits... La croix, quelle qu'elle soit, ne pas toujours gage de bonté...

Et, sur un coup de tête, le Marquis se résolut de ne plus s'étendre sur les détails... et c'était moins par soucis de sécurité que par jeu, question de conserver intact l'intérêt apparamment grand de la jeune femme. Satisfait de ses réparties, le Marquis porta à ses lèvres le verre qu'il tenait dans ses mains, se demandant au passage comment il était arrivé là... Mais après tout, quelle importance, alors que l'atmosphère était si propice à la relaxation... horizontale! Voulant montrer sa vigueur, il déposa la coupe sur la table, et se releva, avec un peu de difficulté, tout en portant Eva dans ses bras, comme un couple de jeunes mariés! L'effet eut été, pour un quelconque observateur, des plus risibles. Mais rien, en cet instant, ne pouvait troubler l'esprit euphorique du Marquis...

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   Lun Avr 10 2006, 01:37

Eva continuait à flatter l'égo plutôt déjà enflé du marquis. Ce jeu l'amusait: elle trouvait cela intéressant de constater le pouvoir que peuvent avoir les mots sur les Hommes. C'est que le vieil homme se complaisait dans cet état de fausse modestie. Il semblait se prendre pour un homme de la Rome ancienne, entourée de jeunes servantes lui donnant à manger.

Citation :
- Mais néanmoins, je ne peux trop vous en révéler, si ce n'est que les uniformes, quels qu'ils soient, ne sont pas toujours gages de bienfaits... La croix, quelle qu'elle soit, ne pas toujours gage de bonté...

La croix...les uniformes...les mousquetaires!
Ainsi certains mousquetaires allaient probablement se rebeller contre le Roy? Ce n'était pas trop tôt, se dit la courtisane. Eva était elle-même déterminée a trouver le responsable de la CL, qu'elle avait eu l'occasion de voir parler lors d'une réunion, il y a quelques semaines de cela. La jeune femme retourna son attention sur St Yves, qui l'observait, plongée dans ses pensées. Il ne parlerait plus, il en avait trop dit et cela le marquis venait de s'en rendre compte. La courtisane repris le rôle qu'elle devait tenir et pensa qu'il vallait mieux en finir le plus rapidement possible. Il fallait satisfaire le marquis pour ce qu'il avait demandé et payé. Surtout que le couple se trouvait désormais sur le lit, meuble de prédilection pour une fille de joie...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aile des courtisanes (Chambre d'Eva)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un pot de Chambre, signé Jean Erich René
» Chambre des députés / Fin de Mandat / « Qu’ils partent », soutiennent la société
» Démission de la vice présidente de la Chambre de commerce
» La Chambre Basse veut voler au secours de la population et renvoyer Alexis
» A PLATEFORME ALTERNATIVE SEMBLE EMPÊCHER L'INITE DE CONTROLER LA CHAMBRE BASSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: