1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un petit coup de peinture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cabellion
Epicurien


Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Un petit coup de peinture   Mar Oct 25 2005, 19:19

Comme à l'accoutumée, les murs blancs du chateau se dégradaient sans arret. Le blanc devenait gris et donnait un effet sale au chateau. Louis XIV ne supportaient pas cela et voulait que son chateau soit le plus magnifique possible. C'est pour cela que des peintres sur l'ordre de certains ministres vinrent en se jour pour repeindre la facade est du chateau qui était en tres mauvais état. Comme d'habitude trois quatre gardes les accompagnerent pour les surveiller dans leur travail et les peintres purent commencer leur travail, avec leur peau de peinture et leurs pinceaux. Il était 8 heures. Ils travaillerent d'arrache pied et en une matinée, ils avaient fait la moitié du travail. Mais les gardes qui se lassaient de les surveiller sans arret, parlaient de choses et d'autres, de leurs familles... et l'attention sur les peintres vint à diminuer. L'un d'eux remarqua cela puis il se baissa peignant le bas du mur. Sans que personne le remarqua. Il souleva une motte de terre et vit un trou assez gros qui avez été fait auparavant par un jardinier. Il y mis rapidement un sot de peinture ainsi qu'un pinceau, puis il remit la motte par dessus. Personne ne l'avait remarqué et il continua son travail comme si de rien n'était. Il repensait à ce trou qui avait été superbement bien camouflé, il revit rapidement l'emplacement du trou et fut ravi parce que personne ne pourrait découvrir cet emplacement à part celui qui connaissait l'emplacement exact. L'homme qui l'avait payé... Les peintres continuerent le travail jusqu'à la fin de la journée où ils eurent fini leur travail. Ils repartirent fourbu et l'un d'eux était content. Les gardes comme si de rien n'était les raccompagnerent. La nuit se couchait doucement sur le chateau. La lune commencait à apparaitre, mais que faiblement, le ciel était couvert de gros nuages gris qui ne prevoyaient rien de bon, plongeant le chateau dans une obscurité. En effet quelques minutes apres une pluie assez puissante commencait à tomber. Les heures passerent, la pluie tombait de plus en plus fort, mais aucun incident ne se produisit. les gardes continuerent leur habituel ronde. Ils ne firent pas attention à ce faible bruissement de feuille dans le bois. Ce léger son avait été provoqué par un etre tout de noir. Une ombre... * Ca va aller. Les nobles sont au chateau, les mousquetaires dans leurs quartiers, seuls les gardes pourraient m'opposer à ma quete. Mais les nuages couvriront mon image et la pluie couvrira mes pas.* Voici ce que pensait cet etre en ce moment. Il arriva à la lisiere de la foret d'une agilité surprenante et sans faire le moindre bruit. Il grimpa à un arbre et contempla le décor qui s'ouvrait à ses yeux. De là il pouvait voir le chateau, au bout de ses jardins. *Qu'est ce qu'il m'a dit déjà? Ah oui entre la 12 eme et la 13eme fenetre. Mince la quinzieme est éclairée. Il va falloir jouer serrer.* Il descendit doucement de son arbre puis comme un félin il arriva jusqu'au chateau de buis en buis sans que les gardes s'en apercoivent. Il était entre un buis et la huitieme fenetre de l'aile est. De là les gardes ne pouvaient pas le voir, mais la peinture était à 4 fenetres et là il serait à découvert et éclairer par la lumiere de la quinzieme fenetre. Avec une rapidité surprenante, il arriva entre la 12 et la 13 fenetre, il y trouva rapidement le pot de peinture dans le trou et le pinceau et peigna vite sur le mur. Il écrivit ces 2 mots avec sa peinture ROUGE: FRANCE LIBRE. Mais quand il écrivit la derniere lettre. Il entendit une voix, loin derriere lui, criant: "ALERTEEEEE!!!!! Un intrus pres du chateau." Sur ces mots, l'ombre lacha le pot par terre apres avoir répandu le reste de la peinture sur le mur à coté des mots. Puis il se cacha derriere le buis. Il avanca en rampant rapidement. Il était dans l'obscurité, on ne pouvait le voir, mais des dizaines de paires de pas s'approcherent vers l'endroit où il était. *Dans 5 minutes j'aurais toutes l'armée aux trousses* Quand les gardes furent assez pret il sauta d'un seul bon et sortit ses deux catanas et trancha la gorge de deux gardes. Les autres surpris eurent un temps de réaction en moins et l'ombre eut le temps de planter ses deux catanas sur deux autres gardes. Puis sautant au dessus d'eux, il partit en courant vers la foret. Les gardes le poursuivirent. Il entendit plusieurs coups de mousquets, mais dans le noir et ses vétements de la meme couleur donnait du fil à retordre au gardes et à la précision de tir. Il put réussir à atteindre la foret, mais les gardes ne lacherent pas la poursuite. Il s'apercut que les gardes s'étaient donné le mot et d'autres gardes l'attendaient dans la foret. Il y en avait encore 6 ou 7 qui foncait devant lui. Il sauta sur un arbre, rebondissa sur un autre, puis sur un autre, prenant de la hauteur. Et s'abattit comme une ombre sur les gardes qui le chercherent en tous sens. En retombant. Il fit tomber un garde et en tua deux autres. Des qu'il s'aperceverent de sa présence au milieu du groupe. Ils n'eurent pas le temps de pointer leur arme sur leur agresseur qu'une fine lame traversa leur corps avec une grande rapidité. En 3 secondes, les 5 autres gardes étaient touchés à mort et 2 secondes plus tard, ils s'étalerent tous par terre comme des feuilles mortes. Mais les poursuivants de derriere arriverent comme il en arrivait de tous les cotés. Il se faufila préférant éviter le combat. Puis se cacha dans des broussailles. L'entrée des égouts étaient juste là. Mais lesgardes l'entourerent sans l'apercevoir. Avec grande délicatesse et grande discrétion, il ouvrit la trappe et s'engagea dans les égouts, les gardes ne semblaient pas l'avoir vu. Puis il courra dans les égouts espérant, que personne ne l'ai vu...

[HS Je laisse la parole aux mousquetaires ou a des nobles. Soit pour une poursuite, soit pour une enquete le lendemain]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saint-Aignan
Dramaturge


Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: Un petit coup de peinture   Sam Nov 05 2005, 17:14

Ce n'est ni un mousquetaire, ni un noble, ni même un suisse qui remarqua le lendemain avec effroi l'ecatombe et les mots peints a la peinture rouge comme une sentence écrite dans le sang... mais un simple page, un petit page de Saint-Aignan qui s'enfuit prévenir son maître sans avoir apporté a destination la lettre qu'il tenait jusqu'alors précieusement dans sa main...

Aussi incroyable et insensée que l'histoire puisse paraitre aux oreilles poétiques de François, le ton apeuré, et même boulversé du petit d'homme le résolu a venir lui-même constater la situation.

Chose qu'il fit tres vite, pour courir ensuite jusque dans le cabinet du Roy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 39
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Un petit coup de peinture   Lun Nov 07 2005, 20:59

(HRP : Ce serait quand même bien, quand même, la prochaine fois, de ne pas tuer 16-17 gardes à toi tout seul...! Parce que bon, quand même, ce ne sont pas tous des imbéciles, les gardes! Je suis d'accord pour les arts martiaux, mais faut pas que ça te rende invincible non plus... Et tuer quantre gardes pratiquement simultanément en corps-à-corps... bref, j'ai des doutes... m'enfin...!)

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 39
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Un petit coup de peinture   Lun Nov 07 2005, 21:09

La scène, dans l'enceinte de Fontainebleau, n'avait rien de bien agréable. Plusieurs corps gisaient, inanimés, au milieu de marres de sang. De grandes lettres rouges avaient été tracées sur les murs du château. D'Artagnan restait muet devant le mur, la mâchoire serrée, les muscles du visage contractés par la rage. Il serrait les poings si fortement que c'était un véritable miracle que ses jointures n'éclatent pas sous la pression. Dans son champ de vision, au moins quatre cadavres... et tout ça pour quoi? Un grafiti sur un mur... Si telle était la nature de la révolution, le Lieutenant des Mousquetaires en était dégoûté au plus haut point. Et le coupable paierait dans les plus brefs délais, il y verrait... Dans sa tête, le résultat du procès était clair, et, s'il en avait l'occasion, il appliquerait lui-même la sentence.

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Cabellion
Epicurien


Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Un petit coup de peinture   Mer Nov 09 2005, 16:03

[ HRP Et oh c'est pas de ma faute si on m'a attaqué lol. Non je dec. Je sais que je suis ptet aller rapidement dans la description et que j'ai ptet un peu exagéré. Mais d'un autre coté tout cela se fait dans la nuit noire donc il est difficile de viser quand on y voit presque rien surtout quand l'autre est en noir... Mon perso est juste habituer à combattre de nuit c'est tout. Ca se ferait de jour, jamais j'aurais réussi... Voici ma défense]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Roy


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Un petit coup de peinture   Ven Nov 11 2005, 17:20

-Charles...

Louis avait posé sa main sur l'épaule du soucieux d'Artagnan, qui ne l'avait pas entendu arrivé... ou du moins n'avait-il pas bougé a son approche.
Louis aurait voulu le rassurer peut-être, voyant, ce qui arrivait si peu, son capitaine de roc se briser contre les flots... mais il ne pouvait pas. On ne chassait pas une nature capricieuse et puérile avec un bon sentiment. Aussi le mousquetaire dût-il sentir son épaule broyés sous les doigts royaux, et l'incompréhension qui s'échappait de la voix souveraine :


-Qu'est ce ?

Tant d'interogations avec si peu de mots...
La garde suivait de pres, l'on ramassait les morts. Une dizaine, peut-être plus. Les blessés étaient pansés : ils avaient passé toute une nuit sans soin et les plus mutilés risquaient la gangrene.

Et puis, inévitablement, le regard de Louis s'accrocha a ces mots rouge comme le sang versé : FRANCE LIBRE. Louis ne comprenait pas. Louis ne comprendrait pas. Louis ne voulait pas comprendre. Comment pouvait-on faire le rapprochement avec le peuple ? L'on était a une époque où la monarchie avait atteint son apogée, le peuple n'était plus rien. Rien. Sa liberté... balayée. Ses opinions... ignorée. Pouvait-il seulement penser ? Une voix unique pouvait-elle s'élever de ce brouaha de mécontentement ? Jamais.


-La France n'est pas sous le joug de quelconque seigneur illégitime au trône. Elle est libre...

Se justifiait-il ou cherchait-il une cause a cette écatombe, autre que celle qu'il refusait d'entendre ?
Et puis... la colere. La colere, le plus vil des sentiments. Le Roy ne pouvait tolérer cela !


-C'est pour écrire une phrase sans aucun sens que l'on massacrâ mes gardes ? Charles, vous savez ce que vous avez a faire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 39
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Un petit coup de peinture   Mar Nov 15 2005, 04:12

Pendant un infime instant, D'Artagnan comprit ce que ressentait de Verchère en présence du Roi, cette envie pressante de lui écraser votre poing au beau milieu de la figure. Cette envie pressante de le prendre au collet afin de lui faire entendre un minimum de raison. Les poings toujours crispés, le Lieutenant D'Artagnan tentait de recouvrer son calme. Mais devant ce Roi qui considérait liberté cette chance qu'avait les citoyens de payer des impôts surélevés pour que les nobles festoyent, cette chance qu'avait les Français de payer fortune pour quelques fruits et légumes pourries tant l'inflation faisait des ravages, cela relevait du défi. Devant ce Roi qui considérait des gardes comme siens une fois seulement qu'ils étaients morts, cela relevait d'une mission impossible. Car leRoi, D'Artagnan n'en doutait pas une seule seconde, regrettait la perte des gardes comme il eut regretté qu'on lui vole quelques bibelots. Il voyait le défi porté à son autorité, mais pas la vie des hommes qui venaient de périr afin de le protéger.

"Légitimité sur les hommes ne devraient point être acquise par la naissance, ou du moins devrait-on écarter les inconscients", pensa-t-il pour lui-même, se gardant bien de parler tout haut et de prononcer des paroles qui, quoique véridiques, seraient regrettables.

Lentement, les yeux toujours enflammés, il tourna la tête vers le Roi.

- Oui, je sais ce que j'ai à faire.

Malgré la colère, il n'avait pas parlé sur un ton de reproche, mais de façon déterminée. Alors qu'il s'éloignait à grandes enjambées vers le quartier des Mousquetaires, D'Artagnan pensait à ce qu'il ferait. Il était maintenant bien décidé à nettoyer les égoûts de toute la racaille qui y traînait. Et ses hommes auraient pour instruction de ne pas faire de quartier...

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Louis XIV
Roy


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Un petit coup de peinture   Mer Nov 16 2005, 16:36

Louis ne dit rien, laissant partir le d'Artagnan qu'il ne reconnaissait plus. Il n'avait jamais vraiment su le cerner, certes, mais ces réactions lui étaient d'ordinaires étrangeres. Aussi préféra-t-il attribuer cette colere contenue a la mort des gardes.

S'en retournant penau, faché et soucieux, il s'aperçu soudain qu'Evangéline devait déjà l'attendre dpuis longtemps, aussi pressa-t-il sa marche sans courir pour autant, contournant le chateau pour emprunter le passage secret mille fois utilisé déjà
.

( Evangéline )

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un petit coup de peinture   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un petit coup de peinture
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boire un petit coup c'est agréable, boire un petit coup c'est doux [PV : La Veuve Noire]
» Un petit coup de main ? (pv Shitsu)
» Petit coup de déprime [Jeremy]
» Un petit coup de pouce pour la promo d'un livre ^^
» Dans le Nord, il n'y a pas que des corons.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: