1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Evangéline

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Louis XIV
Roy


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Evangéline   Mer Nov 16 2005, 16:47

Le passage passé, Louis se retrouva dans son cabinet. Vide. Tant mieux, personne ne serait surpris de le voir apparaitre soudain d'un mur caché.

-Garde !

Le dit suisse se présenta aussitot, aussi humble qu'un chien grondé, le museau bas, devant sa Majesté.

-Mlle de Montberry attend-t-elle ?

"Oui sire"

-Faites la entrer

"Sire, monsieur d'Arcours attend depuis longtemps maintenant et..."

sans violence, Louis le coupa pourtant net :

-Grand bien lui fasse ! Attendre encore apprendra a cet arrogant le respect qui m'est dû.

Aussitot, le garde, s'inclinant deux fois en reculant, partit prévenir Evangéline que le Roy l'attendait.

_________________


Dernière édition par le Sam Jan 07 2006, 15:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangéline
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 616
Age : 30
Date d'inscription : 25/10/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Jeu Nov 17 2005, 12:48

Lorsque la porte du cabinet s'ouvrit, Evangéline ne put réprimer un léger sursaut, bien qu'elle sache, pourtant, que c'était pour elle. Elle referma son éventail et se leva prestemment. Le marquis d'Arcourt jaillit de son coin est apostropha le garde:

"Trois heures que j'attend! Et trois heures qu'on me dit que le Roi doit me recevoir d'un instant à l'autre!"

Le garde embarassé lui répondit prenant bien garde de ne point offenser cet homme aussi ombrageux que mesquin, aux multiples relations:

"Je reçois mes ordres du Roi lui-même, Monsieur. Veuillez ne pas perdre patience. Sa Majesté a fort à faire."

Le marquis ne répondit pas et fusilla Evangéline du regard, le souffle rauque:

"Oui, à n'en point douter..."

Celle-ci serra la machoire et soutint son regard, puis passa devant lui avec noblesse se dirigeant vers la porte, ne laissant derrière elle que son parfum.



Assis dans son royal fauteuil, plume à la main, Louis XIV ne releva la tête que lorsque le garde annonça Evangéline. Deux semaines hors de la Cour, une éternité pour n'importe quel courtisant... Pourtant son absence ne fut pas vaine et elle revenait avec la preuve indéniable que le procureur de Paris fournissait des renseignements aux Provinces-Unies sur les législations en vigueur dans le Royaume de France concernant les taxes, les droits de douanes et le commerce maritime et terrestre. Depuis longtemps déjà les Provinces-Unies n'appréciaient guère les tarifs en vigueur sur les produits importés de France, les produits de luxe surtout. Les idées de Colbert ne plaisaient pas partout... Le procureur De Marigny avait bien su tirer profit de son savoir et des failles du système pour en informer l'Empereur, au détriment de son propre Roi... Evangéline avait là d'ailleurs une lettre qui laissait clairement apparaitre ce que le procureur pensait de son souverain et, à la vérité, elle avait presque honte de devoir la soumettre au Louis XIV comme si elle en avait l'auteur... Tant pis! De Marigny avait fait son choix et, elle, son travail...
Lorsque le battant de la porte se fut refermé derrière elle, elle garda la tête et les yeux baissés et s'inclina bien bas dans une révérence:


"Sire..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Roy


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Sam Nov 19 2005, 09:08

Comme d'habitude, Louis avait refusé de paraître attendre comme une potiche son invité. Il était le Roy, et c'étaient aux autres d'attendre, aux autres ! Même si les autres se résumaient a de belles actrices... mais Louis ne réfléchissait même plus a cela. C'était presque un réflexe.

Aussi s'assit-il derriere son bureau l'ordre donné au suisse, et remis le nez dans ses parchemins. C'est dans cette position qu'Evangéline le trouva, grattant du papier avec sa plume vaporeuse.

Il leva le nez lorsque la porte se referma en un léger cliquetis derriere la Montberry, et lui sourit. Evangéline était belle, et Louis aimait les belles femmes. Mais elle était également intelligente, et c'était autant un atout qu'un inconvénient. En sa présence, il ne pouvait se permettre un seul faux pas. Car alors elle le trahirait aussi bien qu'elle l'avait servis jusque là.


-Mademoiselle Montberry ! C'est un véritable plaisir de vous retrouver enfin, et en si bonne santé a ce que je vois !

Il désigna un siege devant lui de sa plume, puis la reposa dans son encrier et repoussa d'un revers de main les parchemins qui encombraient son bureau.

-Que m'apportez vous comme nouvelles ? Des bonnes, j'espere...

Il jeta un furtif et dernier coup d'oeil sur la porte, s'assurant qu'elle était fermée, avant de reporter définitivement toute son attention sur son espionne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangéline
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 616
Age : 30
Date d'inscription : 25/10/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Sam Nov 19 2005, 19:33

Evangéline accepta avec un petit mouvement de tête l'invitation à s'asseoir du Roi. Elle s'avança donc et prit place en fasse du souverain gardant les yeux baissés en signe d'humilité.

Louis XIV a écrit:
-Mademoiselle Montberry ! C'est un véritable plaisir de vous retrouver enfin, et en si bonne santé a ce que je vois !

"Je remercie Sa Majesté de bien vouloir me recevoir... Et j'espère de tout coeur qu'elle sera satisfaite de mes recherches..."

Louis XIV aimait à montrer à sa Cour que chaque regard, chaque parole de sa part, bref, toute marque d'une considération quelconque, même la plus infime, était un honneur accordé. Pouvoir prétendre capturer son attention même un instant était un privilège. Ainsi se comportait-il avec tous les courtisants, mais aussi, sans distinction, avec ceux qui servaient les intérêts du Royaume: ministres, maréchaux, voire même princes d'Europe...
Evangéline avait bien conscience de la constante épée de Damoclès qui se balançait au dessus de sa tête. Le moindre écart, la moindre faute, ou bien tout simplement encore, la seule volonté du Roi, et, sans ménagement, elle serait écartée sans plus de façon, emportant les secrets amassés toutes ces années dans quelque couvent de carmélites... Soumise au silence à vie... La jeune femme ne plaignait pas de sa situation. Elle l'avait choisi et l'assumait en tant que telle. Et quand bien même aurait-elle voulu un jour l'abandonner, ce n'aurait pas été sans rendre de lourds comptes... C'est qu'on n'entrait pas si impunément dans les affaires de l'Etat...


Louis XIV a écrit:
-Que m'apportez vous comme nouvelles ? Des bonnes, j'espere...

Evangéline baissa la voix de façon notable, autant par précaution envers des oreilles indiscrètes que par habitude sans doute:

"Je crains, Sire, que les preuves indéniables d'un trahison par l'un des plus grands magistrats du Royaume n'entrent pas dans les meilleures nouvelles que je puisse vous apporter..."

Lentement, elle dénoua les liens de l'aumonière pendue à son poignet et en sortit une liasse de document soigneusement pliée et ficellé. Elle la tendit à Louis qui la prit et elle expliqua:

"Quatre mois que Votre Altesse m'a mandé d'enquêter sur les agissements du procureur de Paris et voici le résultat des deux dernières semaines où sa confiance m'était toute acquise..."

Devant le Roi s'étalait des lettres et des titres bancaires et Evangéline crut bon d'en décanter le contenu:

"Voici les preuves que De Marigny entretenait une correspondance assidue avec la Hollande. Il leur fournissait, depuis près d'un an, les moyens, légaux, d'outrepasser les taxes et autres frais de douanes sur les marchandises venant de France, en leur indiquant comment manier, à leur profit, les points faibles de la législation. Ceci a, comme Votre Majesté s'en doutait, contribuer à creuser une bonne partie des revenus qui devaient revenir de droit au Royaume, ou tout du moins à les limiter considérablement..."

Sentant le Roi contenir sa colère à la vue d'une missive dans laquelle le magistrat critiquait sans retenue sa façon de gouverner, elle se tut un instant et marqua une pause. Les yeux de Louis XIV balayèrent rapidement ensuite un des multiples titres bancaires rapportés, elle reprit donc, comme il se devait:

"Comme Sa Majesté peut le voir, il apparait que Monsieur De Marigny touchait des gages conséquents de la part de l'office de l'Empereur pour ses... services..."

Evangéline s'arreta et laissa au Roi le temps de prendre connaissance de tous ces documents, ô combien infâmants pour lui et la politique qu'il menait d'une main de fer depuis maintenant 2 années. Elle sentait qu'il fulminait de rage.

*Monsieur le Procureur, vous avez voulu jouer... Vous avez perdu..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Roy


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Dim Nov 20 2005, 16:36

Louis écouta avec une attention grandissante le discours argumenté avec soin de mlle Montberry.
Pour appuyer ses accusations qui lui faisaient sortir les yeux de la tête, elle donna au Roy des parchemins qui furent la cause d'un rictus de dégoût. Bien sûr, si le Roy avait envoyé Evangéline aupres de Marigny, c'était qu'il avait déjà quelques soupçons. Mais ces soupsçons avaient été formulés par Colbert, et Louis n'y avait jamais vraiment adhérer jusqu'a ce jour.

En ayant assez lu, il jeta les parchemins sur son bureau, comme pour les mettre le plus loin possible de lui-même.

Evangéline, pendant ce temps, avait tout commenté, d'une façon la plus neutre et respectueuse possible et lorsque Louis leva les yeux sur elle, il la sentit aussi détachée que sa voix l'indiquait. Mais au fond de ses yeux, une petite lueur, celle de la victoire.

Louis enrageait. Mais Evangéline avait bien fait son travail, et il n'y avait pas de raison qu'elle serve d'exutoire.

Aussi se leva-t-il et contourna le bureau, félin et royal, pour se retrouver en face de la demoiselle en qui il avait assez confiance pour la mettre dans les secrets d'Etat.
Il lui prit la main, y déposa un léger baiser avant de prendre la parole.


-Mademoiselle, vous avez accompli votre mission aussi parfaitement que je l'aurais souhaité.

Il lui adressa un sourire, se forçant quelques peu, ayant toujours en mémoire la trahison de Marigny. Et puis, une flamme de colere s'alluma soudain dans ses yeux, il avait cessé de sourire.

-Il va de soit que le procureur sera puni en consequence. Arreté, jugé, et.... nous verrons bien.

Sa voix sourde aurait pu faire peur a Evangéline si elle avait eu un motif pour déplaire au Roy, mais ce sourire carnassier et ses sourcil froncés n'étaient pas pour elle.

-De votre coté, dit-il en retrouvant mine légere, faites bien attention a ce que Marigny ne soit au courant de rien, que sa fuite précipitée ne contrecarre pas mes plans.

-Sinon, vous êtes officielement en repos. De quoi nous faire rire au larme dans quelque pieces de Moliere....

Puis, il se rassit a son bureau, écrivit l'ordre d'arrestation de Marigny, faisant mine de se désintéresser de la demoiselle. Baissant la voix sur un ton de confidence, il lui adressa pourtant la parole :

-Officieusement, par contre, j'aimerais que vous vous rapprochiez discretement de quelques mousquetaires.... Discretement, car d'Artagnan a un oeil de lynx. Mais vous n'êtes pas encore en mission, vous la préparez. Je veux tout d'abord savoir si j'ai raison d'avoir quelques soupçons. Ensuite, si c'est le cas, je veux découvrir qui et quoi. En ces temps troubles je ne peux me permettre d'avoir des traitres dans les rangs de mes soldats les plus proches.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héloïse
Administratrice


Nombre de messages : 769
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Dim Nov 20 2005, 17:24

(suite de la chambre de Louise de La Vallière)

Héloïse était arrivée dans les bureau du Roy. Elle avait toujours été intimidé par l'endroit...tout semblait si sévère, elle avait toujours l'impression qu'elle n'était pas la bienvenue. Arrivée dans l'antichambre, elle fut surprise de voir que personne n'y était. Sans doute était-elle arrivé ou les gardes se relayaient au poste.
La courtisane, qui n'avait jamais pris une quelconque gêne à interrompre Louis dans son travail, pris une chance et poussa la porte du cabinet du Roy. Depuis plusieurs jours, elle n'avait même pas aperçu l'ombre du monarque. Sans doute était-ce plus facile pour lui.
Lorsqu'elle vit que Louis s'entretenait avec quelqu'un elle se rétracta automatiquement.


"Veuillez m'excuser sir, j'ai cru que vous n'étiez pas occupé. J'attendrai mon audience dans l'antichambre."

Elle referma la porte, sans même regarder si Louis se fâcherait, ou serait indifférent. Héloïse prit un banc et attendit donc d'être reçue, tandis qu'il garde revenait à son poste. Plusieurs questions se bousculèrent dans sa tête. Louis avait-il été mis au courant pour le poison? Comment avait-il réagit? Comme Héloïse allait-elle pouvoir annoncer l'heureuse nouvelle concernant La Vallière?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangéline
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 616
Age : 30
Date d'inscription : 25/10/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Lun Nov 21 2005, 12:01

Dans son siège, Evangéline s'efforçait de se faire la plus petite et la plus invisible possible après qu'elle eut terminé ses explications. Grand Dieu! Elle avait déjà assisté à quelques colères mémorables du Roi, mais elle les préférait de loin à ce bouillonement contenu!
Il ne lui semblait reprendre sa respiration que lorsqu'il s'approcha pour la féliciter.


Louis XIV a écrit:
-Mademoiselle, vous avez accompli votre mission aussi parfaitement que je l'aurais souhaité.


"Je suis votre servante, Majesté..."

Elle ne craignait pas l'emphase et la flatterie, même s'ils lui pesaient. Mais force était néanmoins de constater qu'elle n'avait pas beaucoup le choix, comme personne ici d'ailleurs...
Quoiqu'il en soit, elle était intérieurement ravie que le procureur ait été mis à jour. Ces 15 derniers jours passés en sa compagnie et celle de son épouse avait tenu du supplice. Malhonnêteté et corruption s'invitaient à leur table et ils les accueillaient à bras ouvert. Et c'est en réprimant un petit sourire qu'elle entendit la sentence royale.
Louis XIV, quant à lui, s'efforçait de prendre un air relativement détaché, pourtant sa contrariété dissimulée ne trompait pas.


Louis XIV a écrit:
-De votre coté, faites bien attention a ce que Marigny ne soit au courant de rien, que sa fuite précipitée ne contrecarre pas mes plans.

En disant cela il avait retrouvé un air plus serein. Sans doute la fureur de la trahison avait-elle maintenant laissé place à la jubilation de la punition. De Marigny allait prendre une peine si lourde que toute sa vie et celle des 3 prochaines générations ne suffirait sans doute pas à l'éponger.
Evangéline hocha la tete mais cette fois ne put contenir ce léger sourire qui ne demandait qu'à sortir depuis tout à l'heure:


"Il en sera fait selon vos désirs, Sire, je continuerais mes visites et hommages comme de coutume en attendant les ordres de Son Altesse, et je puis vous assurer que rien ne saurait le faire douter de ma bonne amitié..."

Le Roi lui adressa un sourire quasi imperceptible mais qui ne cachait pas son excitation à punir le magistrat.


Louis XIV a écrit:
-Sinon, vous êtes officielement en repos. De quoi nous faire rire au larme dans quelque pieces de Moliere....

"Monsieur Molière doit justement me faire parvenir dans les prochains jours les premiers manuscrits de sa toute dernière production... J'espère que nous saurons vous divertir, Sire..."

Perdu dans son écriture, Louis ne l'écoutait plus... Evangéline se sentait à présent inutile. Tant de travail et d'inquiètude constante depuis plusieurs mois venait de lui être otés des épaules et à présent elle se sentait légère... Trop en fait. La fin de cette affaire, qu'elle souhaitait pourtant tous les jours pendant qu'elle s'en occupait, au lieu de lui causer soulagement la rendait presque mélancolique. Comme chaque fin de pièce d'ailleurs...

Louis XIV a écrit:
Officieusement, par contre, j'aimerais que vous vous rapprochiez discretement de quelques mousquetaires.... Discretement, car d'Artagnan a un oeil de lynx. Mais vous n'êtes pas encore en mission, vous la préparez. Je veux tout d'abord savoir si j'ai raison d'avoir quelques soupçons. Ensuite, si c'est le cas, je veux découvrir qui et quoi. En ces temps troubles je ne peux me permettre d'avoir des traitres dans les rangs de mes soldats les plus proches.

Les yeux de l'actrice se remirent à briller doucement:

"Je vais m'acquitter de cette tache avec tout le zèle qu'il m'est possible, Votre Majesté et vous tiendrez informé aussi souvent que vous le souhaiterez et aussitôt que j'aurais des éléments pertinants..."

Ce fut à ce moment là que la porte s'ouvrit sur la jeune Héloïse de Neufchâtel qui n'avait été pas été annoncée, elle sortit aussitôt et Evangéline s'amusa de la fraicheur de la favorite qui devait ravir le Roi autant que l'embarasser. Surtout lorsqu'il s'agissait d'entorse à l'Etiquette.
Sentant l'entrevue touchait à sa toute fin et s'immaginant que Louis XIV n'avait plus maintenant que la seule idée de faire entrer sa maitresse, Evangéline se leva pour prendre congé de son royal auditeur:


"Merci de m'avoir reçue et écoutée, Sire..."

suite

_________________


Dernière édition par le Dim Juil 30 2006, 13:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Roy


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Lun Nov 21 2005, 17:32

Evangéline répondit aux éloges et commandements du Roy aussi bien que l'aurait fait le plus parfait des courtisans. Soumise et, c'était si perceptible que Louis arrivait a le deviner sans la regarder, soulagée de ne pas être mise au "chômage technique". Louis l'avait deviné tres tot, Evangéline n'était pas faites pour rester neutre dans les affaires. Il savait qu'elle aimait autant intriguer que jouer sur scene, et la prendre comme espionne royale avait été une évidence une fois qu'il eut la certitude de pouvoir lui laisser sa confiance.

Et puis, alors qu'elle l'assurait d'être heureuse de sa nouvelle mission, la porte grinça doucement, poussée par les doigts d'une femme, pour laisser apparaitre a l'embrasure le frais minois d'Heloïse de Neufchatel.

Le coeur de Louis tomba dans ses talons. Il avait, sans vouloir se l'avoué, tout fait pour l'éviter jusque là. Et même lorsqu'Elorohir lui avait apporté la nouvelle du poison, quoique terriblement inquiet, une fois assuré de sa bonne santé, il n'avait osé se déplacer jusqu'a elle.
Pas encore... pas a ce moment là. Il n'était pas pret. Pas plus maintenant qu'il y a une semaine.

Heloïse avait toujours été distante, mais elle ne refusait, a l'époque où ils étaient encore amant, jamais la visite hebdomadaire du Roy. Aujourd'hui, c'était lui même qui s'éloignait d'elle, alors qu'il lui avait proposé une relation plus construite et basée sur la confiance.

Mais Louis avait peur, avait peur de sentir sa colere, ou peut-être bien sa honte, empourprée ses joues. Elle lui avait préféré un mousquetaire.
Il avait également peur de devoir respecter leur nouvelle relation qu'il avait lui-même instauré. Jamais il n'avait vraiment respecté une femme qu'il avait auparavant désiré. Elles devenaient ses maîtresses et puis, si cela devait s'arretter, il s'en désinteressait.


Citation :
"Merci de m'avoir reçue et écoutée, Sire..."


-Oh, oui... dit-il comme se reveillant, c'est moi qui vous remercie d'être venue si promptement, et d'accepter de si bonne grace mes demandes.

Il lui fit un nouveau baise-main.... distrait, Louis était d'une politesse extreme.

-Je crois que notre entretien est terminé... vous pouvez vous retirer a vos appartements, je ne vous retiens plus.

Il lui fit un léger sourire, mais tout son esprit n'était qu'accaparé vers cette porte.... derriere laquelle attendait une femme qu'il savait aimer toujours... a sa façon. A la façon d'un Roy.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héloïse
Administratrice


Nombre de messages : 769
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Lun Nov 21 2005, 23:54

Héloïse était assise dans l'antichambre, attendant quoi Louis ne termine son entretient. La jeune femme était assise sur le bout de son siège, comme si elle était pressée de se lever et de s'en aller. Elle regarda furtivement le garde, qui l'observait également, sans doute étonné de voir Héloïse de Neufchatel n'affichant pas ses manières. Elle admirait tout autour d'elle, voulant chasser de ses pensées que cet entretient pourrait mal se terminer, ou être terriblement gênant. Plusieurs portraits ornaient les murs...des peintures des ancêtres du Roy, et une de Louis lui-même, encore enfant.
La porte s'ouvrit, et la demoiselle dont elle avait sans doute interrompue l'entretient sorti, le sourire aux lèvres. Héloïse était certaine d'avoir déjà croisé ce visage à Fontainebleau. La courtisane se leva et passa aux côtés de la dame, en exécutant une petite révérance de politesse, et en lui adressant un sourire.
Comme elle l'avait tout le temps fait auparavant, la jeune femme mis de côté ses faiblesses, pour les cacher derrière un port de reine, une façade indifférente mais très élégante. Elle se glissa par la porte du cabinet du Roy, qui était debout, bien droit, et qui fixait la porte. Leurs regards se croisèrent, et ni l'un ni l'autre ne baissa les yeux, chacun étant beaucoup trop orgueilleux pour afficher une quelconque faiblesse face à l'autre. Cet fierté devant l'autre venait sans doute du fait qu'ils se connaissaient par coeur.
Héloïse sentait que cette fois-ci, il serait peut-être plus dur pour elle de rester droite et stoïque. Tant de choses s'étaient produites et étaient restées inachevées. Elle détestait se trouver dans une situation ou elle ne saurait comment bien réagir, ou personne ne savait quoi dire, bref, une situation exactement comme celle qui se déroulait.
La courtisane savait qu'elle avait sans doute terriblement déçu le Roy, et que personne ne lui tenait tête de cette façon. Sans doute avait-il été blessé par Héloïse plus profondément qu'il voulait le laisser paraître, ou qu'il ne se l'avouait lui-même. La jeune femme s'éclaircit la voix, comme si elle était sur le point de commencer une phrase. Elle pensa se rétracter, mais continua tout de même, qui sait combien de temps cet interminable et incorfotable silence aurait continué.


"Sir, permettez moi de vous souhaiter le bonjour. J'étais venue dans le but de savoir comment...vous alliez, mais également dans celui de vous porter une nouvelle, qui je l'espère, vous ravira."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Roy


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Mar Nov 22 2005, 18:31

La porte grinça a nouveau et Louis leva le menton, plus tres sûr de la posture a adopter devant cette femme qui avait en vérité su... le dompter. Dans le doute, il resta comme il avait toujours appris a faire, droit, fier, limite méprisant. Au fond de lui pourtant, il doutait... arriverait-il a contenir sa colere ? Sa honte ? Sa rancoeur ?

Et puis le minois blanc apparue a nouveau, et Louis su qu'il n'y avait jamais eu ni colere ni rancoeur sinon contre lui-même. Ou contre Elrohir... Mais enfin, Heloïse ne lui inspirait que cette anxiété des gens qui ne se savent plus a leur place.

Aucun n'abaissa les yeux, et Louis compris que Mlle de Neufchatel préférait rompre ce silence qui n'aurait pu que dégénérer :


Citation :
"Sir, permettez moi de vous souhaiter le bonjour. J'étais venue dans le but de savoir comment...vous alliez, mais également dans celui de vous porter une nouvelle, qui je l'espère, vous ravira."

-Oui...

Il ravala sa salive et s'appuya fébrilement contre le bureau. Il fallait donner une autre image de lui-même ou il aurait a présent trop honte pour jamais adresser la parole a Heloïse.
Reprenant constance, il osa alors lever a nouveau les yeux, ne cessant de se répéter qu'elle était là, devant lui, comme une simple amie... mais le mot amie le faisait trembler, et finallement il préféra penser "courtisane". Parlez, damoiselle la courtisane. Votre Roy vous écoute. Non... vous AUTORISE a être écoutée.


-Et quelle est donc cette nouvelle que vous entourez de tant de mystere ?

Bravo, Louis. Tu as l'air tres convaincant. On a en effet vraiment l'impression d'un Roy implacable et sévere parlant a un inférieur qui ne mérite que mépris. Mais Heloïse ne méritait pas le mépris...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héloïse
Administratrice


Nombre de messages : 769
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Mar Nov 22 2005, 19:00

La jeune femme détaillait les moindres mouvements et réactions du Roy. Il semblait particulièrement inconfortable, et essayait presque de dominer la conversation. Le monarque réussissait très bien a cacher son agitement, en restant lui aussi, le plus distant possible et aussi droit qu'un monarque se doit d'être.

Citation :
Oui...

Était-ce encore cet inconfort qui traduisait l'hésitation du Roy en entamer la conversation? Héloïse aurait souhaité que tout se passe le plus normalement possible...Elle voyait le regard de Louis passer du plancher, à elle, à la fenêtre, puis au plafond. Dans ses yeux passaient mille et unes émotions qui semblaient s'entrechoquer. Gêne, fureur, inconfort...mépris? La courtisane, qui dans le fond n'était sans doute que ça, garda sa façade, ne permettant personne lire en elle ou pénétrer son coeur. Louis ré-essaya de s'exprimer, tentant d'être plus sur de lui.

Citation :
Et quelle est donc cette nouvelle que vous entourez de tant de mystere ?

Héloïse aurait aimé savoir dans quelles dispositions étaient le Roy, mais il passa directement au vif du sujet. La courtisane fut quelque peu pris de court, ne sachant pas vraiment comment exposer la nouvelle de la naissance de l'enfant. Cherchant rapidement comment le dire, elle laissa tomber et fut quelques peu directe.

"Et bien, votre...amante Louise de La Vallière, vient juste de donner naissance à en un enfant..."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Roy


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Jeu Nov 24 2005, 17:30

Louis compris que sa question posée sans préambule surpris la courtisane, qu'il vit soudain ouvrir la bouche et se redresser légerement, sans qu'aucun son ne lui parvienne a la gorge. Cela ne dura que quelques secondes, quelques secondes où le Roy vit ces yeux noirs tressaillir sous le coup de l'icertitude, ou de la déstabilisation.
Et puis, elle repris un semblant de constance, mais commença sa courte phrase d'une voix incertaine :


Citation :
"Et bien, votre...amante Louise de La Vallière, vient juste de donner naissance à en un enfant..."

Louis mis du temps a comprendre. Quelques secondes, des heures... et puis, sous le coup de la nouvelle, se sentit a la fois libéré d'un poids énorme et vaciller jusqu'a se rattraper a son bureau.

-Que dites vous ?

Louise... Sa Louise... enfin soulagée de l'enfant qui la clouait dans sa chambre ! Enfin ils pourraient se voir ! Mais surtout... surtout cet enfant, c'était Son enfant, le sien, une petite chose qu'il avait déjà eu l'occasion de voir avec le dauphin, mais dont il ne se lasserait jamais...
son visage s'était transformé, illuminé. Il ne se sentait plus gené en présence d'Heloïse car il avait retrouvé une place, sa place. Il était l'amant de Louise, il était pere a nouveau. A présent mademoiselle de Neufchatel était elle aussi libérée de la jalousie royale, Louis s'était retrouvé. Mais cela, il ne s'en rendait pas compte. Il avait juste en tête l'image de Lavalliere, et l'imaginait un poupon dans ses bras, souriante comme avant sa grossesse...

Tournant la tête, il reconnu qu'il n'était pas seul, et qu'Heloïse attendait sans rien dire une manifestation de son Roy. Louis s'approcha d'elle, pris ses bras d'une poigne affermie par la joie, et lui accorda le plus beau sourire qu'il ne lui avait jamais montré. Car celui-ci était sincere. Mais celui-ci, il était pour une autre.
Louis compris la gene du début, il compris qu'Heloïse ait eu du mal a lui annoncer la nouvelle, aussi dit-il sans méchanceté aucune :


-Que ne me l'avez vous annoncé plus tôt ! Est-ce un garçon ?

Et puis, il observa la porte, il avait la bougeotte, une envie folle de retrouver sa maîtresse....

-Ne me répondez pas ! Je vais m'y assurer moi-même.

Il sortit a grand pas de la piece, et, remarquant que la courtisane ne le suivait pas, il s'aretta et fit volte face :

-Et bien, venez !

Il partit ensuite, se retenant a grand peine de rire, rire simplement d'un rire frais et vrai.

(suite : http://1663.forumactif.com/viewtopic.forum?p=8255#8255 )

_________________


Dernière édition par le Sam Jan 07 2006, 15:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Héloïse
Administratrice


Nombre de messages : 769
Date d'inscription : 06/06/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Ven Nov 25 2005, 01:58

Héloïse vit le visage du Roy s'illuminer, comme si c'était la plus belle nouvelle qu'il ait entendu de la journée. Pourtant, ce n'était pas la première fois qu'il était père. La courtisane observait, un sourire en coin, le changement brutal dans la physionomie de Louis. Un espèce de comportement enfantin naissait dans ses agissements, il semblait sautiller sur place, lui qui généralement restait si impassible et droit.
La jeune femme ricana intérieurement de voir à quel point les relations qu'il entretenait avec ses différentes amantes étaient superficielles. Elle en arriva même à se demander si l'amour que Louis avec eu pour elle avait été au moins une fois sincère...
Héloïse restait toujours stoïque, mais un léger sourire éclairait les traits de son visages. Personne n'aurait pu dire si ce sourire était sincère ou non, même pas la principale concernée. Il ne faisait qu'être là, sur les traits fins de la demoiselle, dont le regard était fixé sur le visage rieur de Louis, qui ne faisait que regarder la porte, désirant visiblement quitter les lieux au plus vite.


Citation :
Que ne me l'avez vous annoncé plus tôt ! Est-ce un garçon ?

Héloïse, d'abord offusqué de la remarque, tenta une réponse, que le Roy ne lui donna même pas le temps de donner.

"Comment monsieur? Mais je..."

Citation :
Ne me répondez pas ! Je vais m'y assurer moi-même

Il se déplaça à grandes enjambées vers la porte. La courtisane ne bougea pas, d'abord furieuse de l'attitude du Roy. Cela faisait plusieurs jours qu'ils ne s'étaient pas vu, il avait blâmé Elrohir pour le moindre défaut de sa vie pour cause de jalousie, et maintenant, il la traitait avec une grande rudesse. Puis, lorsque leurs regards se croisèrent à nouveau, Héloïse y lu la joie suprême du nouveau père. Toute sa rancoeur s'envola, laissa place à un pur attendrissement, devant ce Roy, qui était dans le fond un vrai gamin.

Citation :
Et bien, venez !

Héloïse le vit passer le pas de la porte, et elle le suivit, de sa démarche lente et gracieuse habituelle, lui laissant un peu d'avance, afin qu'il ne puisse rester quelques moments seul avec Louise.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Jeu Avr 06 2006, 14:05

Elrohir arriva dans l'antichambre qui menait à la salle de trône du roi. Il devait voir le roi pour lui rapporter les mauvaises nouvelles de son enquete. Elles consistaient en: Le chateau n'est plus sûr, il y a effectivement un complot de part les mousquetaires et que, pour le moment, au suspect ne peut être.... suspecté.

Alors, il s'arrêta aux gardes et il leur demanda:

- Je voudrais voir le roi si vous me le permettez.

Elrohir fit demi-tour sur ses talons et il recula des gardes de quelques pas. Il savait qu'il devait attendre. Espèrons seulement que le roi ne devait tarder, il avait hâte d'aller retrouver Héloise.

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangéline
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 616
Age : 30
Date d'inscription : 25/10/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Ven Avr 07 2006, 16:23

[...]

Evangéline, fraiche et pimpante, marchait d'un pas vif dans les couloirs de Fontaineblau. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas eut à faire son travail à l'intérieur même du château... Le fait surtout que cela implique les mousquetaires et des proches du Roi lui plaisait déjà beaucoup moins.
Elle arriva devant la porte de l'antichambre et se présenta:


-Evangéline de Montberry, je sollicite une entretien avec Sa Majesté...

Tandis que le valet l'invitait à attendre un instant et rentrait à l'intérieur de l'anti-chambre, une voix aigue interpella la jeune femme:

-Mademoiselle de Montberry! Vous revoilà donc parmi nous! On nous a parlé d'un départ précipité...

Evangéline se retourna et reconnut la marquise d'Aubervilliers, une dame qui n'était plus toute jeune déjà mais qui savait encore se montrer coquette et de fort bonne conversation par ailleurs. Hélas, elle était aussi de celle qui avait la langue un peu trop pendue et qui faisait de chaque confidence un véritable secret de Polichinelle...
L'actrice lui sourit à son tour et l'accueillit par une petite révérence comme il était dû à une personne de rang supérieur mais aussi une embrassade, la dernière mode parmi les précieuses...


-Marquise... Je suis bien aise de vous revoir! Des affaires pressantes à Paris voyez-vous...

Elle hocha la tête doucement puis voyant que la marquise attendait plus, Evangéline admit qu'en effet c'était un peu mince pour faire taire les rumeurs et ajouta donc:

-Un placement facheux aux Indes Occidentales... Toute une plantation dévastée par les cricquets... Mais heureusement, l'assureur que l'on m'avait recommendé est en tout point parfait!

Madame d'Aubervilliers acquièsca, tout en penseant qu'elle n'avait jamais entendu parler d'une telle acquisition de la part de cette famille, néanmoins elle se devait d'être au courant de tout:

-Oui, oui, bien sur! La nature a de rudes lois en ces pays...

A ce moment là, le valet revint et invita Evangéline à entrer, celle-ci s'excusa auprès de la marquise et la ronde des saluts se refit de même. Tout en tournant les talons, la jeune femme se dit que c'était une véritable aubaine que ce soit la première personne de qualité qu'elle ait rencontré, elle était sûre que la nouvelle allait se répandre comme une trainée de poudre. Au pire, elle n'avait plus qu'à forger les détails de son histoire...

Elle était encore toute dans ses pensées lorsqu'elle pénétra dans l'antichambre. Elle releva la tête et se figea un instant. Elrohir de Verchères était assis là, qui parcourait la pièce du regard. Evangéline inspira légèremment et tout en marchant vers un siège ne manqua pas de le saluer bien poliment d'un mouvement de tête:

-Monsieur le sous-lieutenant...

Pourquoi diable fallait-il qu'au même moment, ils se retrouvent ensemble au même endroit...

_________________


Dernière édition par le Dim Juil 30 2006, 14:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Ven Avr 07 2006, 18:22

Elrohir, concentré dans ses pensées leva la tête lorsqu'il entendit le mot sous-lieutenant. Il lui sourit et il se leva en disant:

- Je vous en pris, bonjour à vous dame de Montberry

Elrohir s'inclina et il se rassit. Il se mit à penser à sa journée, à tout ce qu'il avait dit avec Philippe de Rocroy sur l'enquete, le moindre détail qui pourrait lui être utile.

Il regarda un moment le visage d'Évangéline sans vraiment trop y prêter attention. Elle avait un visage lisse, de beau cheveux tombant sur ses épaules et des yeux... des yeux... il croyait les avoir deja vu à quelque part... il n'y a pas si longtemps.

Qu'importe, il devait avoir trop pensé ou bien avoir senti trop d'odeur des égouts parce qu'il ne parvenait pas à avoir les idées claires. Il fit l'inventaire rapide des objets qu'il avait trouvés sur le cadavre... Philippe avait gardé la majorité de ceux-ci. À vrai dire, Elrohir avait dû fouiller lui-même le cadavre devait le dégout de Philippe...

Il regarda à nouveau le visage d'Évangéline.... baissant lentement les yeux......................... QUOI!!! Le bijou de Philippe au cou d'Évangéline??? Pourtant, Philippe avait dit ne pas avoir de femme. Peut-etre sa soeur, il y avait une ressemblance dans les yeux de cette femme. Mais en général, on ne partage pas le même bijou....

Il devait en avoir le coeur net. Elrohir savait que le rire de Philippe était, pour le moins, assez féminin. Il devait tenter de la faire rire de façon subtil.

Elrohir se leva pour faire quelque pas. Il semblait songeur, mais il pensait toujours à un moyen pour la faire rire. Il serait plus simple de lui demander directement, mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer. Et puis, d'ailleurs, s'il se trompait, il ne voulait pas demander une question aussi ridicule à une dame de la cours.

Il vit une vieille armure du moyen-age. Elrohir sourit en coin. Maintenant, il devait attirer l'attention d'Évangéline. Il se disait qu'elle devait être nerveuse, alors la moindre niaiserie la ferait rire de nervosité. Il remarqua meme un peu de sueur sur le bord des cheveux. Il lui dit:

- Dame Évangéline, dites-moi

Il marqua une pause pour essayer de penser à quoi dire. Il eut une idée:

- Vous êtes particulierement en beauté ce soir, (mieux que lorsque vous etes déguisée en homme et que vous jouez dans les égouts se dit-il) avez-vous quelque chose de particulier à fêter ou bien vous êtes dans votre aparat de tous les jours.

Lorsqu'il termina de dire sa phrase, il accrocha légerement le tapis qui lui fit perdre pied. Il se souvint que Philippe avait bien rit de la chute d'Elrohir dans les égouts et que, Philippe avait été un tantinet maladroit lui aussi.

Bref, en tombant, il tenta de s'accrocher à l'armure qui cèda immédiatement sous le poids du mousquetaire. Un véritable vacarme métallique se fit entendre. Elrohir se disait que le roi devait maintenant savoir qu'Elrohir l'Attendait pour un entretien.

Durant que l'armure tombait, Elrohir avait également saisit le rideau. Mais la pôle cèdait et elle tomba, ainsi que les rideaux. Elrohir était maintenant sous les rideaux. Il accrocha une colonne qui risquait dangereusement de tomber. Une statuette du roi sur cette colonne glissa légèrement. Elrohir, qui ne voyait rien en essayant de se débattre sous les rideaux, perdit pied dans les rideaux et tomba derrière la colonne. La statuette tomba lourdement sur Elrohir, mais miraculeusement, il ne se fracassa pas. Il eut mal aux côtes, venant de recevoir cette statue.

Elrohir tendit l'oreille à cet instant, ne bougeant plus pour deux raisons: La premiere, il voulait entendre Évangéline rire, et la seconde, il n'en était plus capable, immobilisé par les rideaux.

Bref, il avait fait toute cette scène dans l'espoir d'entendre rire Évangéline pour comparer avec celui de Philippe

(HS J'espere que ca va fonctionner, bien que mon raissonnement est un peu tordu Wink)

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Roy


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Sam Avr 08 2006, 08:09

[j'vais attendre de voir comment Evy s'en sort avant de m'incruster demon ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangéline
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 616
Age : 30
Date d'inscription : 25/10/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Sam Avr 08 2006, 08:47

Lorsqu'elle se fut assise, il sembla à Evangéline entendre voler tous les mouches de la pièce. Droite sur son fauteuil, les mains entrecroisées sur ses cuisses, elle essayait de faire tout son possible pour que son regard ne l'amène pas dans la direction d'Elrohir. Il lui semblait que quoi qu'il fit, tous ses gestes trahiraient Philippe de Rocroy à l'intérieur.
Pourtant Elrohir de Verchères, s'il paraissait la regarder de temps à autre, n'avait l'air de se rendre compte de rien. Penseait-il que quelques longues heures auparavant c'était avec la même personne qu'il avait poussé la porte du bordel le plus notoire de tout Paris? Cette pensée fit sourire Evangéline autant qu'elle rosit ses joues, quelle honte si cela se savait!
En songeant à cela, elle n'avait pas noté le regard insistant du mousquetaire sur son bijou, elle ne releva la tête que lorsqu'il se mit à faire quelques pas lents dans la pièce. Il était vrai que les séjours dans l'antichambre pouvaient être d'une longueur exaspérante, surtout par les fortes chaleur d'été et, bien que l'on fut au crépuscule, cette soirée ne dérogeait pas à la règle...
Evangéline ne pouvait définir ce qui, entre la chaleur et la nervosité, lui donnait une telle impression d'étouffement... Elle déploya son éventail et l'agita pour calmer légèremment ses esprits.
Tout ce que la jeune femme espérait c'est que le mousquetaire ne se sente pas d'humeur à converser ce soir... Ce fut manqué...


Citation :
- Vous êtes particulierement en beauté ce soir, avez-vous quelque chose de particulier à fêter ou bien vous êtes dans votre aparat de tous les jours.

Sous un ton badin, Evangéline crut y trouver un je-ne-sais-quoi d'étrange et de calculé. Puis elle se reprit intérieurement, elle n'avait plus rien d'un homme à présent, il était impossible qu'il la reconnaisse ainsi au premier regard. Voyons ce n'était pas écrit sur son front! La jeune femme se détendit donc et sourit amicalement:

-C'est très gentil à vous, monsieur le sous-lieutenant! Je crains d'ébranler ma modestie si je répond que ce sont là mes parures les plus ordinaires... Je ne connait personne qui rencontre Son Altesse en toilette négligée. Vous même avez fort bonne allure...

Sa phrase était à peine achevée qu'Elrohir, dans sa dextérité désormais légendaire, se prit les pieds, elle ne sut où... Voyant la chose arriver, Evangéline n'eut que le temps de pousser un léger cri surpris, mais le malheur était déjà fait... La belle armure reluisante s'affalait sur le sol, avec perte et fracas. L'actrice ferma les yeux en entendant un tel vacarme, tout le château avait été ameuté, il ne pouvait en être autrement! Un autre bruit lui fit rouvrir les paupières et vit une cascade de velours rouge déferler et envelopper Elrohir. La scène aurait pu être risible, mais le pauvre semblait mal en point. Un buste du Roi, par malheur!, posé dans le coin se retrouva lui aussi mélé à la maladresse du mousquetaire. Evangéline vit vaciller Louis pendant de longues secondes, sans même songer à le rééquilibrer. Pariant plutôt sur son sort...

*Tombera, tombera pas... Tombe...*

L'actrice esquissa une moue de douleur partagée lorsqu'Elrohir se la prit sur le ventre. Elle se précipita vers la scène du désastre:

-Seigneur! Vous allez bien?

Sur ce, elle entreprit de soulever la statue pour en libérer De Verchères. Dieu, qu'elle était lourde! Dans ce moment, peu propice à l'ironie, une pensée traversa tout de même son esprit:

*On peut dire que le Roi lui est tombé dessus... Présage?!*

Tout le comique du spectacle lui revint alors en mémoire et elle se vit, faisant mille efforts pour tenter de remettre la dignité royale sur son piédestal... C'est fut trop pour ses nerfs. Elle pouffa d'un rire qu'elle ne pouvait même pas dissimuler sous sa main, toute encombrée qu'elle était...


[Evy, elle se dépatouille! mdrr!]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Dim Avr 09 2006, 13:48

Elrohir, envahit par tous les rideaux qui l'enterraient, fut content de voir qu'Évangéline qui venait lui preter main forte. Il devait dire que... son petit manège a été plus dommageable que prévu.

Bref, malgré tout cela, Elrohir eut enfin ce qu'il voulait entendre. Le rire d'Évangéline était... féminin certe, mais de la même façon que celui de Philippe.

Ne voulant pas attirer l'attention sur ce qu'il venait d'apprendre, il lui répondit:

- Si je vais bien, mais bien sûr. J'ai déjà été dans de bien mauvais drap, sans vouloir faire de jeu de mots

Elrohir accepta la main d'Évangéline et il se remit sur les deux pieds. IL regarda pendant quelques instants dans les yeux. Maintenant, il en était sûr. Mais pourquoi, pourquoi envoyer une femme pour espionner Elrohir. Le danger était bien plus présent.

Mais, ce qui le chicotait le plus, c'était tout les commentaires qui lui avaient dit... à propos des femmes, sur ses traits un peu féminin... Le pire, comment diable s'en était-elle tiré avec les femmes de joie.

Elrohir se donna un léger coup sur la tête. IL venait de se souvenir de ce qu'il lui avait dit dans la taverne. Bon Dieu, s'il avait su plus tot. NE voulant pas attirer l'attention, il dit:

- Mais j'ai tout de même un peu mal à la tête. Merci Philippe, finit-il tout bas

Elrohir lui fit un sourire en lui pointant le bijou à son cou. Il se dirigea vers sa chaise.

Une fois assis, il regarda le garde devant la porte. Se dernier se dirigea vers l'extérieur de l'antichambre pour surveiller l'entrée. Elrohir était seul maintenant avec Évangéline. Cette dernière semblait toujours pétrifié de peur, ou de surprise.

Qu'importe, Elrohir devait lui dire ce qu'il avait à dire

- Vous n'avez rien à m'Expliquer, je suis seulement content de pouvoir compter sur une femme pour m'épauler, vous êtes bien plus intelligente que nous... les hommes.

Elrohir lui fit un clin d'oeil. Il n'était en rien faché, cela devait être un manège du roi. Une chance qu'ils n'étaient pas tombé sur un groupe de résistants, parce que Elrohir ne savait pas qu'il devait la défendre. Maintenant qu'il savait, il pourrait changer de manières d'Agir et surtout, mettre un frein à certains de ces commentaires.

- Si vous voulez mon avis, vous êtes bien plus jolie en femme qu'en homme.

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangéline
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 616
Age : 30
Date d'inscription : 25/10/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Dim Avr 09 2006, 16:15

Au prix de nombreux efforts qui lui empourprèrent les joues, Evangéline réussit à remettre le pauvre Louis sur son socle.

*Ah! Majesté, vous avez bien meilleure allure ici que sur le ventre de monsieur de Verchères!*

Ceci la fit pouffer de nouveau et entendait des bruits de voix étouffée derrière elle se retourna pour voir qu'Elrohir était toujours prisonnier de l'étoffe rouge. La jeune femme l'aida à s'en dégager et lui tendit la main pour l'aider à se relever. Elle s'en voulut aussitôt et l'aurait retirer s'il ne l'avait pas déjà prise. Quelques jours passés dans la peau d'un homme et elle oubliait ses manières de dame, de dame de Cour plus exactement! Le geste s'est fait si naturellement! Il ne lui manquait plus qu'elle lui flanque un bon coup dans l'homoplate pour compléter le tableau! Etonnament, le mousquetaire ne sembla pas y prêter attention.
Il se retrouva donc sur ses deux pieds et lorsqu'il regarda Evangéline, sans savoir pourquoi, celle-ci eut la certitude d'être faite...


Citation :
- Mais j'ai tout de même un peu mal à la tête. Merci Philippe

Cette phrase ne sonnait à ses oreilles que comme la continuité du regard d'Elrohir et ne la fit pas réagir plus que cela lorsqu'elle l'entendit. Elle resta immobile une seconde à le regarder s'éloigner et se rasseoir sur son siège comme si de rien n'était. C'était tout simplement impossible! On ne reconnaissait pas si aisément quelqu'un qui s'était déguisé! Bon certes, ce qu'elle avait finit par faire de Philippe était très en deça des projets qu'elle avait concernant sa virilité mais enfin... Elle baissa alors le regard vers le collier qu'Elrohir avait pointé du doigt. Le camée de sa mère.

*Oui et alors?! A l'auberge, je l'avais bien mis dans son co.... Dieu du ciel!*

Non, elle ne l'avait pas mis dans son coffre, elle ne l'avait mis nulle part. Pendant tout ce temps, il se balançait gaiement autour de son cou, à peine dissimuler peut etre sous le col de sa chemise... Evangéline ne songea pas un instant à répliquer, profondément honteuse d'avoir pu être si sotte!
Finalement, elle déglutit et tenta d'amorcer un semblant de réponse, tout en sachant parfaitement qu'elle ne ferait qu'appuyer De Verchères dans ses affirmations:


-Monsieur, je...

Mais alors, le mousquetaire lui coupa la parole.

Citation :
- Vous n'avez rien à m'Expliquer, je suis seulement content de pouvoir compter sur une femme pour m'épauler, vous êtes bien plus intelligente que nous... les hommes.

Dans son état normal Evangéline aurait ironisé et répondu que oui, cela ne faisait aucun doute... Mais c'était la première fois qu'elle avait été mise à jour et elle ne savait comment réagir. Tout ce qu'elle trouva à faire c'est de s'avancer vers le siège d'Elrohir et de se laisser tomber, dépitée, sur celui d'à coté en attendant les foudres royales.
Magré toutes ces révélations, le mousquetaire ne semblait pas d' humeur contrite et prêt à divulguer tout et n'importe quoi.


Citation :
- Si vous voulez mon avis, vous êtes bien plus jolie en femme qu'en homme.

Cette remarque réussi tout de même à arracher un semblant de sourire à l'espionne qui se blâmait toujours intérieurement.

-Comment? Mon Philippe n'avait-il pas belle allure?!

Elle rit un peu, malgré la honte qui la tenait toujours. Il ne servait à rien de nier quoi que ce soit. Ce qui était fait, était fait et elle ne pouvait plus maintenant que s'assurer de sauver ce qui pouvait encore l'être de son identité.

-J'ais été mandaté par Sa Majesté, car cela fait un moment que je travaille pour elle et qu'elle a, ou du moins, avait confiance en mes compétences. C'est pourquoi je vous fait la demande expresse de ne point divulguer ce que vous savez. A qui que ce soit... Je pense pouvoir compter sur votre parole d'homme d'honneur...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Roy


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Lun Avr 10 2006, 04:55

C'est à ce moment précis _un moment peu opportun, j'en conviens, mais qu'y puis-je? Je ne suis que l'auteur_ qu'un garde se décida à sortir du cabinet et à paraître devant eux.

-Monsieur de Vercheres, le Roi vous demande!

Louis refusait en effet la formule "le Roi peut vous recevoir". Le Roi pouvait toujours recevoir, c'était simplement lui qui décidait où et quand.

Sa Majesté avait donc compris qui l'attendait dans l'antichambre. Qui d'autre aurait pu faire un tel vacarme? Aussi, lorsqu'il avait sursauté et brisé sa plume, lorsque Colbert s'était reçu une belle tache d'encre sur le pourpoint, Louis avait soupiré et s'était débarassé des affaires qu'il entretenait au plus vite. Le ministre était à présent sorti par le passage secret, Louis était libre.

Bien droit, bien fier, un peu coincé, le garde jeta un oeil condescendant à ce qui n'était qu'un "mousquetaire"....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Lun Avr 10 2006, 12:33

(HS ouin, tu tombes un peu mal Razz)

Elrohir voulait répondre à Évangéline, mais le garde vint couper leur conversation. En guise de réponse, il inclina la tête avec un sourire en coin. Il lui dit:

- Bien dame Évangéline, il en sera selon vos souhaits

Elrohir se dirigeait vers le roi quand il s'arrêta aux cotés du garde. Elrohir se tourna vers le garde, qui avait un air de boeuf légendaire. Il le regardait d'un air sérieux et il lui dit:

- Allez souriez mon vieux, cela ne vous fera pas craquer le visage.

Sans attendre de réponse, Elrohir se dirigea vers le roi et il s'inclina à bonne distance de sa majesté. Il dit:

- Majesté, j'ai des nouvelles de ma mission. Par contre, j'ai le regret de vous annoncer qu'elles ne sont pas des meilleurs.

Elrohir se releva lorsque le roi lui fit signe, plutot un signe d'impatience. Elrohir aurait voulut lui dire: Hey petit con, si tu ne veux pas les savoir, je remballe mes clics et mes clacs et je pars. Mais il préfèra se contenir.

Il fit deux pas en direction du roi. Il s'arreta et il ajouta:

- Nous, moi et Philippe, avons fait la découverte d'un cadavre dans les égouts, à l'endroit même où nous avons effectué notre descende il y a quelques jours avec de nombreux mousquetaires. Tous semblent nous laisser croire que ce cadavre est arrivé après cette aventure et qu'un mousquetaire serait en cause avec ce cadavre.

Elrohir marqua un pause pour bien lire les traits du visage du roi. Il continua:

- Ce faisant, nous avons trouvé quelques indices qui nous permetterons de prendre quelques pistes. Il va de soi que le ou les mousquetaires en cause n'auront pas agit seul. Il doit y avoir une ou des personnes plus influentes qui sont également en cause.

Tout allait de mal en pis. Ce n'était pas seulement des mousquetaires, mais bien un réseau dans lequel Elrohir et Évangéline étaient maintenant tombé. Il continua:

- Deux noms ont été retrouvés sur le cadavre, soit la marquise de St-Yve et Henriette d'Angleterre. La première des deux femmes est la fille du l'homme tué dans les égouts. Pour la seconde, nous allons lui parler bientot pour lui demander des informations sur ce sujet. Une seconde piste nous a mené à la taverne du masque rouge. Philippe a dû usé de son charme et sa séduction pour arracher un nom à ses dames. Il s'agit d'une d'entre elle que nous allons rencontrer.

Elrohir se mit à penser au fait que Philippe était Évangéline.... son charme et sa séduction. En utilisant ses mots, le roi NE POUVAIT se douter que Elrohir était maintenant au courant que Philippe était une femme... et qu'elle était envoyé pour espionner Elrohir.

Avec l'affirmation qu'Évangéline venait de lui faire, Elrohir était en droit de se dire qu'il était fin seul dans cette enquête, étant espionné par son partenaire. Mais eu lieu de cela, il préfèrait utiliser les talents de cette femme pour l'aider, espionner des endroits auxquels il n'avait accès, se servir également de l'intelligence de cette femme et, comme on le dit si bien, deux têtes valent mieux qu'une. Bref, Elrohir était très content de voir Évangéline avec lui. Il n'en était nullement contrarié.

Il reprit:

- Ce sont ça les nouvelles majesté. Le chateau n'est plus sûr pour vous.

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Roy


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Mer Avr 12 2006, 15:33

Comme à son habitude, Louis grattait du papier. Mais qu'est ce que c'était, à la fin, que toute cette paperasse? Le Roi pouvait-il lui-même le dire...?

-Ah! Monsieur de Verchères!

Dit-il en relevant le nez. Il fit ensuite un geste rapide de la main pour lui signifier de se redresser, ouvrant grand les yeux et les oreilles.

-Parlez, je vous écoute.

Il semblait pourtant que Verchères n'aurait pas attendu l'ordre pour commencer sa tirade: il débitait ses informations l'une après l'autre d'un ton de plus en plus mélodramatique, prenant des pauses comme pour se remettre du choc que lui provoquait ses propres paroles.

Il était vrai qu'elles n'étaient pas bien bonnes. Cependant, le Roi souriait... la faute à une imagination débordante : la vision d'une Evangéline coincée dans un bordel était des plus risible, et faisait oublié à Sa Majesté qu'elle aurait peut-être du s'indigner.

Soudain, un nom lui revint à l'esprit.

-Attendez... Henriette d'Angleterre?

Louis suffoqua en se levant, croulant presque sous la surprise.

-Henriette D'Angleterre? Vous voulez dire LA Henriette D'Angleterre? La seconde femme la plus puissante de France?

Louis était devenu tout blanc, blanc comme un linge, vraiment. Pouvait-on simplement envisager d'impliquer sa belle sœur dans l'affaire?

-Je vous en prie, ma sécurité a peu d'importance face à l'image que je donne aux princes et au peuple. Soyez discret, très discrets et ne concluez pas hâtivement. Evitez tout ce qui n'est pas des plus subtils avec Madame... envoyez plutôt Ev...

Comment s'appelait-il déjà? Comment l'avait appelé Verchères?

-Rocroy.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Mer Avr 12 2006, 19:09

Elrohir écoutait les réponses du roi et il ne fut guère surpris de le voir un peu... paniqué de ses découvertes. Il répondit à la question du roi sur Henriette d'Angleterre:

- Je crois que oui, il s'agit que LA Henriette d'Angleterre, la deuxième femme plus puissante de la France. Mais à savoir qu'elle est son implication dans toute cette tragédie... il faudrait effectivement lui parler.

Quand le roi lui suggéra d'envoyer Philippe de Rocroy à sa place, il demanda:

- À vrai dire, j'ai vu agir de Rocroy sur le terrain, et je dois dire qu'il est meilleur pour faire parler les femmes de joie. Je ne sais pas pourquoi, mais il a du charisme ou bien il possède un don au lit pour faire parler ses femmes. Alors, à moins que vous désirez qu'il fasse preuve de ce même don envers votre belle soeur, je crois que je devrais lui parler. Je suis un sous-lieutenant de mousquetaire, alors j'ai de l'autorité comparativement à Monsieur de Rocroy

Elrohir s'arrêta un moment pour ne pas rire de ce qu'il venait de dire. Philippe/Évangéline doué au lit pour faire parler les femmes.... Définitivement, avec une affirmation de la sorte, le roi n'était vraiment pas en mesure de savoir qu'Elrohir savait:

- D'ailleurs, qui est monsieur de Rocroy, je veux dire, pour donner une mission de la sorte à un homme, on doit lui faire confiance, il doit avoir un passé qui vous permet d'avoir confiance à son jugement. Je dois dire que moi, je l'ai vu pour la première fois dans l'auberge, il n'avait pas d'histoire avant. Mais bon, si vous insistez, je pense que Philippe de Rocroy pourrait venir avec moi pour rencontre Henriette D'Angleterre, je dois dire que j'aimerais bien voir le visage de cette femme pour analyser et me donner des faits pour l'enquete.

Elrohir s'éclaircit la voix et il ajouta:

- Ah moins bien sûr que vous refusez

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louis XIV
Roy


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/06/2005

MessageSujet: Re: Evangéline   Mar Avr 18 2006, 14:58

Louis ne savait plus bien comment réagir quant aux paroles bien peu politiquement correctes du mousquetaire.
Evangéline ! Il faudrait lui en faire part...

"Totorze le Nain" ne releva pourtant pas ce manque de respect flagrant à la dites Henriette d'Angleterre... Disons qu'il avait pris l'habitude de fermer les yeux sur les maladresses de langage du mousquetaire qui le lui rendait bien d'une toute autre manière.

Citation :
- D'ailleurs, qui est monsieur de Rocroy, je veux dire, pour donner une mission de la sorte à un homme, on doit lui faire confiance, il doit avoir un passé qui vous permet d'avoir confiance à son jugement. Je dois dire que moi, je l'ai vu pour la première fois dans l'auberge, il n'avait pas d'histoire avant. Mais bon, si vous insistez, je pense que Philippe de Rocroy pourrait venir avec moi pour rencontre Henriette D'Angleterre, je dois dire que j'aimerais bien voir le visage de cette femme pour analyser et me donner des faits pour l'enquete.

Bon. Elrohir n'avait pas confiance en Rocroy... Louis, accoutumé à mentir, repris derechef :

-Je n'aurais point confié de mission à un homme dont le passé m'est inconnu. S'il ne vous l'a point révélé je n'y suis pour rien. Je connais l'habileté de cet homme, sûrement plus homme de paroles que d'action. Vercheres, si vous l'accompagnez, assurez moi au moins que vous ne piperez mot.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Evangéline   Aujourd'hui à 00:09

Revenir en haut Aller en bas
 
Evangéline
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sur la route t'attendent une révélation et une requête royale (Pv Evangéline)
» Evangeline AK McDowell
» La tête pleine (pv Evangéline)
» présentation d'Evangeline Flynn [Validée]
» Laël-Manoé-Uriel-Caleb-Stanislas-Virgil-Levi-Adonis-Darel-Siamh-Evangéline-Haziel ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: