1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La dépendance de Chastignac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Ven Mai 19 2006, 19:12

Gwenaël regardait toujours le Vicomte. Celui-ci semblait attendre depuis longtemps le moment où il rencontrerait ce Monsieur D'Artagnan. Elle pensa avec inquiétude qu'elle ne faisait pet-être pas partie du voyage... Et pourtant le Comte lui avait dit qu'elle "pourait toujours être avec lui"... Paris. C'était loin, et si grand pour elle. Déjà que le Manoir de Cabellion semblait immense pour elle, elle n'osa penser aux grandes demeures et bâtisses de Paris...

Sortant de sa torpeur, elle vit le Comte de la Fère, debout devant elle, lui tendant son bras. Qu'elle accepta aussitôt. Aïe! Elle aurait vraiment du dormir cette nuit. Ses pauvres jambes ne tenaient pas la route, et la conversation qu'ils avaient tenu l'avit un peu bouleversé, ramenant enocre plus de courbatures et autres...
Revenir en haut Aller en bas
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Sam Mai 20 2006, 11:27

La Fère accepta l'encas et Chastignac, simple, familier et spontané comme on le connaît, allait de suite héler un valet ou préparer lui-même un bouillon.
Mais son invité s'approcha à pas feutré, d'une manière de confidence : il l'intriguait, et Adrien sentit un pincement au cœur, une sorte d'inquiétude. Que se passait-il?

Il en fut vite mis au courant, dans un chuchotement : La Fère voulait l’entretenir de Gwenaëlle.
Chastignac posa les yeux sur la jeune fille et l’observa un instant pensif, puis reprit son attention sur le comte, qui cette fois lui proposait, en remerciement de son hospitalité, de les accompagner en ville.

Adrien pâlit un peu. D’Artagnan ? Le comte ignorait totalement ce qu’il s ‘était décidé dans le huis clos du bureau de Sa Majesté mais pensait, dans son orgueil tout enflé d’une jeunesse avide d’aventure et de danger, que le Roy avait lancé à sa poursuite toute la cohorte de mousquetaires qu’il avait sous la main.
Aussi, le nom de D’Artagnan, homme qu’il avait déjà croisé, certes, mais lieutenant des mousquetaires avant tout, le rebuta à accepter la proposition.

Mais le pouvait-il seulement ?


-Très bien, comte, j’accepte.

Il n’aurait qu’à s’esquiver le moment venu. Paris… le certain visage d’une catin lui revint en mémoire, et il se prit à sourire.

Puis il ajouta tout bas :

-Venez dehors, nous serons plus tranquille pour parler pendant qu’ils prendront leur repas.

Il cria ensuite le nom d’un laquais en lui ordonnant de préparer quelque chose de consistant, afin de tenir une journée de voyage.

_________________


Dernière édition par le Sam Mai 20 2006, 20:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte de la Fère
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 218
rang : London Ontario, "Blois, domaine de Bragelonne"
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Sam Mai 20 2006, 19:38

Athos vit la fugitive pâleur sur les joues de Chastignac lorsqu'il mentionna le nom du lieutenant, et cela le surprit quelque peu. Il passa outre cependant. Il serait toujours temps d'éclairçir cela plus tard.

Adrien de Chastignac a écrit:
-Très bien, comte, j’accepte.

- Fort bien! J'en suis heureux!

Citation :
- Venez dehors, nous serons plus tranquille pour parler pendant qu’ils prendront leur repas.

Hochant la tête, Athos accompagna la jeune fille jusqu'à la table de la salle à manger, suivi de près par Raoul, qui souriait, joyeux. Puis, il suivit Chastignac à l'extérieur de la dépendance. Dès qu'ils le virent, les deux chevaux du comte cessèrent de brouter et s'approchèrent vivement, quémandant une caresse, souhait auquel Athos s'empressa de répondre avec affection. Il vit avec satisfaction que les deux chevaux avaient été bichonnés avec soin, et qu'ils paraissaient fringuants et repus. Cet examen ne dura que quelques secondes. Il se tourna alors vers Chastignac, qui n'avait rien dit, attendant apparemment de savoir pourquoi le comte souhaitait lui parler de la jeune demoiselle.

Il ne savait trop par où commencer. Il ne connaissait ce jeune homme que depuis la veille, mais l'expérience lui avait appris à juger du caractère des gens assez fidèlement. Le comte de Chastignac était cependant plus difficile à déchiffrer. Un regard hautain, une démarche de conquérant, une assurance qui frôlait l'impertinence... Mais en même temps, il voyait l'hésitation, l'effroi même dans son visage qui n'indiquait pas 25 ans. Un regard brillant d'intelligence et de courage, une expression déterminée... Décidément, l'homme était mystérieux.


- Il y a lontemps que vous connaissez la jeune Gwenael, comte?

Il fixa son regard doux dans les yeux du jeune homme.

- Au cours de la nuit, j'ai eu une conversation avec cette jeune fille qui m'a fort étonné. J'ai appris entre autre qu'elle habite seule sans protection, et que ses parents ont vraisemblablement été assassinés. Avez-vous entendu parler de cette sombre histoire?

_________________
En souvenir des jours passés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine
avatar

Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Sam Mai 20 2006, 19:40

(HS J'ai une petite question, j'ai peut-etre l'air con, mais une dépendance... c'est la maison de Chastignac ou bien je suis dans le champ?)

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte de la Fère
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 218
rang : London Ontario, "Blois, domaine de Bragelonne"
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Sam Mai 20 2006, 19:47

(HRP: non, tu n'es pas dans le champ, c'est bien ça! ^^ C'est un peu comme une maison plus petite, qui sert habituellement aux serviteurs.)

_________________
En souvenir des jours passés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Sam Mai 20 2006, 20:48

Les deux comtes sortirent après avoir laissé les 'enfants' aux mains du cuisinier. Le vent fouetta le visage de Chastignac et finit totalement de le réveiller.
Les chevaux de La Fère vinrent à leur maître insensible aux bourrasques et celui-ci montra qu'en plus d'être humaniste, il aimait les bêtes... Il les flatta avec une réelle affection et Chastignac observa cette scène touchante sans trop s'émouvoir : il attendait surtout que le comte daigne lui parler.

Comme s'il lisait dans ses pensées, La Fere se retourna et lui demande de but en blanc :

- Il y a longtemps que vous connaissez la jeune Gwenael, comte?

Chastignac fut un peu pris au dépourvu, se demandant ce que cachait cette question. Cependant il n'eut le temps que de bredouiller un "euh" avant que La Fere ne poursuive :

- Au cours de la nuit, j'ai eu une conversation avec cette jeune fille qui m'a fort étonné. J'ai appris entre autre qu'elle habite seule sans protection, et que ses parents ont vraisemblablement été assassinés. Avez-vous entendu parler de cette sombre histoire?


Chastignac soupira, un peu soulagé, sentant son cœur s'alléger un peu, quoique le malaise ne fut pas entièrement envolé.

-Non point, en aucune façon. Je ne connaît cette jeune demoiselle que depuis quelques jours, et nous n'avons pas eu l'occasion de nous confier l'un l'autre. Cependant j'allai lui offrir l'hospitalité aussi longtemps qu'elle l'aurait désiré.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte de la Fère
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 218
rang : London Ontario, "Blois, domaine de Bragelonne"
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Dim Mai 21 2006, 17:21

Adrien de Chastignac a écrit:
-Non point, en aucune façon. Je ne connaît cette jeune demoiselle que depuis quelques jours, et nous n'avons pas eu l'occasion de nous confier l'un l'autre. Cependant j'allai lui offrir l'hospitalité aussi longtemps qu'elle l'aurait désiré.

L'air surpris de Chastignac était éloquent, mais la nouvelle avait de quoi surprendre. Athos médita quelques instants sur les paroles de son interlocuteur en flattant distraitement l'encolure de l'un des chevaux.

- Hum... J'imagine qu'il y a des circonstances qui prêtent davantage à la confidence...

Il fit quelques pas, absorbé dans ses pensées, puis il releva la tête. De l'endroit où ils se trouvaient, ils pouvaient facilement apercevoir le manoir de ce Cabellion dont il avait rencontré la soeur la veille. Il se demandait bien comment un tel homme, qui était de toutes apparences un simple bourgeois, avait pu acquérir un tel domaine. Il fit une légère moue réprobatrice, puis se tourna de nouveau vers Chastignac, qui le suivait du regard, patient.

- Malgré la tranquilité évidente de ce domaine de campagne, je crois qu'il serait dangereux de laisser la jeune fille ici, d'autant plus qu'elle est seule, craintive et possiblement en danger...

Il se tut quelques instants, contemplant la dépendance. Il posa à nouveau son doux regard sur le visage de Chastignac, mais cette fois, avec un ton légèrement plus sérieux.

- Mais vous-même, comte, je suis un peu surpris que vous résidiez dans une dépendance attenant au domicile d'un bourgeois... Si j'ai bonne mémoire, n'avez-vous pas votre terre de Chastignac, dans le voisinage de la ville de Blois?

Tout en posant cette question, Athos s'était rapproché à nouveau des chevaux et fouillait à présent parmi les sacs et bagages qui encombraient la selle de celui qu'il montait la veille. Il trouva finalement ce qu'il cherchait: sa rapière. Il la sortit de son fourreau et l'examina d'un oeil critique. La garde, faite d'or et recouverte de pierreries, était à ses armoiries. Après un examen satisfaisant de la poignée, il entreprit de fourbir et de tester la solidité de la lame, qu'il n'avait pas sortit de son fourreau depuis plusieurs années.

_________________
En souvenir des jours passés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vicomte de Bragelonne
Poete
avatar

Nombre de messages : 24
rang : Gatineau, "Blois, domaine de Bragelonne"
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Dim Mai 21 2006, 18:48

Raoul s'assit tranquillement à la table devant Gwenael, que le comte venait d'escorter. Il lui fit un charmant sourire, puis rougit de sa propre audace. Elle semblait pâle et fatiguée, aussi prit-il le parti de ne pas la déranger. Le cuisinier posa sur la table quelques plateaux dans lesquels il vit de bons fruits et du pain frais. Gentilhomme, il laissa la jeune fille se servir la première, puis il se servit.

Il avait du mal à contenir sa joie. Il allait rencontrer le lieutenant, et peut-être le roi, et il savait d'après le visage de son tuteur qu'il y avait de gros changements qui se planifiaient. Il entreprit de manger un solide repas, pour faire face à toute éventualité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Lun Mai 22 2006, 16:35

- Hum... J'imagine qu'il y a des circonstances qui prêtent davantage à la confidence...

Adrien resta de marbre, haussa un sourcil, sceptique. Athos avait presque parlé pour lui même, d'une manière pensive, et Chastignac se demandait quel soupçons pouvait-il bien avoir contre lui. Car après tout, ce regard dans le vague, dû à ses propres mots, n'était-ce pas un soupçon?

- Malgré la tranquillité évidente de ce domaine de campagne, je crois qu'il serait dangereux de laisser la jeune fille ici, d'autant plus qu'elle est seule, craintive et possiblement en danger...

Apres les avoir haussé, Adrien les fronça, les sourcils. Il se retourna sans rien dire du coté de la demeure et observa par la fenêtre les silhouettes déformées par la vitre du vicomte et de Gwen.
Il baissa la tête, comprenant que La Fère voulait emmener la demoiselle.

Se convaincant qu'il n'en avait cure, qu'il était loin de s'être attaché à Gwenaëlle, Adrien haussa les épaules et redonna son attention au comte qui avait cessé de marcher de long en large et le sondait du regard.

-Mais vous-même, comte, je suis un peu surpris que vous résidiez dans une dépendance attenant au domicile d'un bourgeois... Si j'ai bonne mémoire, n'avez-vous pas votre terre de Chastignac, dans le voisinage de la ville de Blois?


Le dit comte baissa les yeux, gêné plus que rageant au souvenir qui refaisait surface. Il se passa la main dans les cheveux, toujours en évitant des yeux l’ancien mousquetaire.

-Non… non, pas tout près de la ville de Blois. Beaucoup plus au sud… à la périphérie de Béarn mais…

Sa voix devint presque inaudible.

-Je…

C’était une telle honte ! Avouer avoir été déshérité ! Et puis quoi encore ? Voulait-on sa mort ?

-Mon père gère les affaires de mon domaine.

Il avait terminé sa phrase d’une traite et puis se racla la gorge, levant soudain la tête au ciel en jouant des pieds, extrêmement embarrassé. Enfin Chastignac, tu es un homme !
Il tenta de reprendre tout à fait contenance et se redressa un peu.


-Et à dire vrai, cette demeure me convient très bien. Agréable, spacieuse, reculée et le dit bourgeois est presque un ami…

Pendant qu’il parlait ainsi, La Fère s’était approché de sa monture et avait dégainé d’un geste vif et adroit sa lame, ce qui n’avait pas fait sursauté Adrien, mais l’avait au moins intrigué. Il observait à présent en silence le comte tester l’élasticité de son arme.

_________________


Dernière édition par le Mer Mai 24 2006, 14:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte de la Fère
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 218
rang : London Ontario, "Blois, domaine de Bragelonne"
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Lun Mai 22 2006, 16:49

(HRP: et... quoi? tears il en manque un bout!!!!)

_________________
En souvenir des jours passés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte de la Fère
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 218
rang : London Ontario, "Blois, domaine de Bragelonne"
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Lun Mai 22 2006, 18:36

Adrien de Chastignac a écrit:
-Non… non, pas tout près de la ville de Blois. Beaucoup plus au sud… à la périphérie de Béarn mais…

Sa voix devint presque inaudible.

-Je…

C’était une telle honte ! Avouer avoir été déshérité ! Et puis quoi encore ? Voulait-on sa mort ?

-Mon père gère les affaires de mon domaine.

Athos perçu l'hésitation dans sa voix, et, levant les yeux de sa rapière, qu'il était en train d'aiguiser, il regarda le comte dans les yeux un moment. La rougeur de ses joues et la réponse qu'il lui fit étaient éloquentes. Il y avait quelque noirceur dans le passé du jeune homme... Il posa un instant sa pierre à aiguiser, et tendit la main à Chastignac, avec un sourire de compréhension.

- Je comprends, cher ami. Ne vous en faites pas. J'ai fait bien des erreurs dans ma jeunesse, probablement pire que les vôtres. Prenez patience, cette situation ne durera certainement pas.

Il recommança de fourbir la lame avec patience, jusqu'à être satisfait de la besogne. L'épée n'avait pas souffert de l'inaction. Cette constatation le fit sourire, et endossant son beaudrier, il remit son épée au fourreau.

- Ainsi donc, ce Monsieur Cabellion est un ami à vous? Il doit être aimable, si j'en juge d'après les qualités de sa soeur.

_________________
En souvenir des jours passés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Mer Mai 24 2006, 14:27

[QUOI? Nooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooon me souviens plus de ce que j'avais mis!!]

[mais non c juste une répétition en fait!]


Adrien pris avec reconnaissance cette main que lui tendait son nouvel ami. Il ignorait ce que La Fère pensait en lui tendant une paume ouverte à la compréhension, mais ce qu'il se disait intérieurement n'avait que peu d'importance puisque extérieurement il ne demandait pas plus d'explication.

Saint-Aignan aurait sûrement dit que ce pouvait être pire car Athos pouvait s'imaginer des scénarios des plus rocambolesques, mais au contraire Chastignac préférait garder le silence sur cette partie de sa vie, une période houleuse et honteuse.

- Je comprends, cher ami. Ne vous en faites pas. J'ai fait bien des erreurs dans ma jeunesse, probablement pire que les vôtres. Prenez patience, cette situation ne durera certainement pas.

Adrien acquiesça de la tête, sachant néanmoins pertinemment qu'il n'en était rien.

- Ainsi donc, ce Monsieur Cabellion est un ami à vous? Il doit être aimable, si j'en juge d'après les qualités de sa sœur.

Le comte fit un sourire gêné à son interlocuteur. Jeanne... il l'avait oublié celle là. Il aurait d'ailleurs bien aimé l'oublier encore. Cette petite n'avait de qualité (pour lui) que d'être la sœur de son frère.
-Oui...

Adrien fit une petite moue involontaire, et, pour justifier cela, reprit:

-son frère nous voit déjà marié...

Cette fois c'est un sourire à la fois amusé et impuissant qu'il offrit à Athos, comme pour dire "n'est ce pas comique? Mais je n'y peux rien."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte de la Fère
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 218
rang : London Ontario, "Blois, domaine de Bragelonne"
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Mer Mai 24 2006, 18:13

Citation :
-Son frère nous voit déjà mariés...

Athos ouvrit des yeux ronds, absolument muet d'étonnement. Le sourire fataliste du jeune comte l'abasourdit davantage. Un noble épouser une bourgeoise! Il ne savait trop que dire. Il scruta les traits d'Adrien... et éclata d'un rire sonore!

- Morbleu! Cela... sort un peu de l'ordinaire, non? Mais dites-moi, me tromperais-je où bien n'êtes-vous pas très enthousiaste à l'idée de cette union?

_________________
En souvenir des jours passés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vicomte de Bragelonne
Poete
avatar

Nombre de messages : 24
rang : Gatineau, "Blois, domaine de Bragelonne"
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Mer Mai 24 2006, 18:32

Quel bon repas! Raoul soupira de satisfaction, se sentant en pleine forme et d'attaque pour la journée. La jeune fille n'avait pipé mot du repas, sans doute en raison de la gêne. Le vicomte prit le parti de ne pas l'intimider davantage. Il demanda un panier au cuisinier, qui le lui apporta, un peu étonné d'une telle demande.

- Il s'agit tout simplement d'apporter quelques aliments à mon tuteur, qui est à l'extérieur, et qui n'a pas eu le temps de manger.

Le cuisinier sourit, compréhensif. Raoul prit le panier et l'emplit de fruits, de petits pains et de pâtisseries, puis il y ajouta quelques serviettes et une bouteille de vin que le cuisinier lui apporta. Il remerçia avec candeur et sortit de la cuisine, non sans avoir jeté un regard à la jeune fille. Est-ce qu'elle les accompagnerait à Paris? Il ne savait, mais l'espérait, car il la trouvait bien gentille.

En arrivant près de la porte extérieur, il entendit l'éclat de rire de son tuteur, et il sortit, ayant l'air très intrigué. Il savait que celui-ci ne se laissait que rarement aller à de telles démonstrations. Il interrogea du regard à la fois le jeune comte, qui semblait un peu gêné, et son tuteur, qui s'efforçait de se contenir, mais il ne put rien apprendre de cet examen. Il haussa donc les épaules, fit un petit sourire, et s'approchant des deux hommes, il leur tendit le panier.

- Je vous ai apporté de quoi déjeuner, Messieurs. Je vous remercie de votre hospitalité, Monsieur de Chastignac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Mer Mai 24 2006, 19:49

Chastignac se sentit complètement désarçonné par l'éclat de rire soudain de La Fère. Et encore, il ne savait pas que c'était si rare d'entendre cette manifestation de joie de la part du comte...! Il ne s'en serait alors pas remis.

Le comte semblait très carré quant aux mésalliances... c'était pourtant assez courant chez les familles nobles ruinées, et alors Adrien compris que ce n'était pas au comte qu'il faudrait parler des tendances de la jeunesse, des nouvelles modes étranges et des mœurs de débauché qu'il affectionnait : toute une génération les séparait.

- Morbleu! Cela... sort un peu de l'ordinaire, non? Mais dites-moi, me tromperais-je où bien n'êtes-vous pas très enthousiaste à l'idée de cette union?

Assez gêné :


-Je dois bien admettre que...

Chastignac se tut soudain comme s'il voulait se reprendre.

-Non pas que mademoiselle Jeanne ne soit charmante! Disons qu'elle... n'est pas vraiment à mon goût.

Chastignac hocha la tête dramatiquement en se demandant si La Fère ne verrait pas ça encore plus curieusement comme si Chasty cherchait à faire un mariage d'amour (ce qui peut-être pour lui serait en effet une chose étrange).

Ainsi donc, plongé dans ses pensées, le comte n'entendit pas approcher le jeune Raoul qui le fit sursauté lorsqu'il parla soudain: c'était comme s'il venait d'apparaître.

- Je vous ai apporté de quoi déjeuner, Messieurs. Je vous remercie de votre hospitalité, Monsieur de Chastignac.

Adrien se sentit plus à l'aise en face de la gentillesse toute simple incarnée que devant son tuteur. Vraiment Raoul était d'une candeur à croquer.
Chastignac sourit en montrant ses dents comme s'il voulait justement le dévorer...


-Mais de rien voyons, c'est le moins que l'on puisse faire.

Il pris une pomme en remerciant d'un signe de tête le garçon et croqua dedans à pleine dents. Il avait décidément très faim.

-Alors, réussit-il à articuler entre deux bouchées, vous voulez partir bientôt ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte de la Fère
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 218
rang : London Ontario, "Blois, domaine de Bragelonne"
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Jeu Mai 25 2006, 01:52

Athos essuya un oeil humide en reprenant sa respiration. La gêne de Chastignac était bien évidente, et le comte s'en voulu de s'être laissé aller de cette manière. Quel manque flagrant de maîtrise de soi! Il voyait bien que sa nuit blanche avait bien malgré lui laissé des traces. Il se reprit, concervant néanmoins un sourire amusé. Après tout, il y avait bien longtemps qu'il n'avait pas rit de cette façon.

- Je dois bien admettre que... Non pas que mademoiselle Jeanne ne soit pas charmante! Disons qu'elle... n'est pas vraiment à mon goût...

- Eh bien, ce n'est pas chose faite, et tant que vous n'avez pas prononçés les voeux...

Athos redevint sérieux, pensif. Lui-même avait été marié deus fois. La première fois, il s'agissait d'un mariage passionnel, et son honneur en avait conservé une tache sombre, sanglante... Il réprima un frisson à ce souvenir.

Raoul était sortit de la maison, un panier à la main. Athos l'accueillit avec un sourire remplit de tendresse. Son deuxième mariage, aussi merveilleux que bref, avait été un mariage d'amour autant que de convenance, ce qui était rare. Et de cette union, il lui restait cet enfant, ce trésor inestimable qu'il chérissait plus que sa propre vie.

Lorsque Chastignac eut prit sa pomme, Raoul lui tendit le panier. Athos opta pour une pâtisserie. Le dîner de la veille lui paraissait fort loin, et il n'était pas peu content de manger.


- Alors, vous voulez partir bientôt?

- Nous partirons lorsque vous le voudrez, comte. Il est encore tôt, de toute façon... C'est à votre convenance.

Athos termina la pâtisserie, s'essuya soigneusement les mains sur une serviette, s'approcha du cheval de son fils, de la selle duquel il décrocha une deuxième épée, légèrement plus petite, celle de Raoul. Il la dégaina et procéda au même examen qu'il avait fait subir à sa propre arme. L'épée lui semblait en très bon état, et la lame bien affûtée. Il tendit l'arme avec un sourire approbateur au jeune vicomte.

- C'est bien, Raoul, vous avez bien prit soin de votre épée, comme je vous l'avais demandé. C'est l'heure de votre leçon d'escrime.

Raoul sourit, très joyeux. Les leçons d'Athos étaient toujours riches et intéressantes. Athos mit l'épée à la main et se mit en garde. Il jeta un regard narquois à Chastignac.

- Voulez-vous me montrer votre savoir-faire, Monsieur le comte?

_________________
En souvenir des jours passés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Jeu Mai 25 2006, 17:00

[Gyaaaaaa je suis vraiment pas doué.....toujours en retard!!]

Gwenaël suivit donc le Comte de la Fère jusqu'a la grande table à manger. Elle se retourna et vit Raoul, qui semblait avoir, lui, bien dormi. Voyant les deux Comte partir, une petite ueur d'inquiétude s'alluma en elle. Non pas que raoul lui fasse peur, mais...elle n'était tout de même pas aussi à l'aise qu'avec le Comte...

La collation se fit sans un mot. La jeune fille releva la tête de son repas pour voir Raoul qui lui sourit avant que ses joues ne prennent une belle teinte rôsatre. Elle sourit doucement. Le jeune homme trépignait d'impatience, elle le sentait. Pourquoi? Surement à cause de ce D'Artagnan qu'il devait rencontrer...

Raoul demanda un panier. Elle aussi, elle ne comprit pourquoi sur le fait. Mais quand il eut expliqué la situation, elle sourit. Le jeune homme semblait très attaché à son "tuteur". Elle se demanda ce qu'il ferait quand il saurait sa vraie liaison avec son tuteur...


*J'espère pour le Comte qu'il réagira bien..*

Elle finit son plat, puis se leva. Suivant le jeune Raoul, elle vit par l'encadrure de la porte les deux Comte et le Vicomte. Celui-ci leur tendait son panier. Ils prient tous deux quelques choses. Puis, elle apperçut la silhouette de la Fère s'approcher d'une des montures et prendre une épée, qu'il examina. L'arme finit par se retrouver dans les mains de Raoul, ce qui lui fit penser qe c'était suremement la sienne.

Elle s'avança un peu, voulant voir ce que faisait les trois hommes...
Revenir en haut Aller en bas
Vicomte de Bragelonne
Poete
avatar

Nombre de messages : 24
rang : Gatineau, "Blois, domaine de Bragelonne"
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Jeu Mai 25 2006, 22:20

Raoul regarda Athos prendre une pâtisserie avec beaucoup de joie. Le comte avait parfois tendance à négliger ces choses importantes que sont le sommeil et les repas, et il s'en ressentait parfois. Il retint son souffle d'anticipation tandis que son tuteur examinait son épée avec soin. Depuis qu'il possédait cette épée et savait s'en servir, il en prenait soin comme de la prunelle de ses yeux. Il en était fier!

Il vit avec beaucoup de surprise que le comte avait également apporté sa rapière de guerre. Il n'avait vue cette arme que très rarement, et il la savait très lourde mais aussi très forte.


- C'est bien, Raoul, vous avez bien prit soin de votre épée, comme je vous l'avais demandé. C'est l'heure de votre leçon d'escrime.

À ces mots, Raoul sourit, prit son épée des mains d'Athos, le regarda dégainer. Il se mit en garde et croisa le fer. La question que fit Athos à Chastignac lui fit espérer que le jeune comte acceptât l'invitation. Une démonstration était toujours bienvenue dans cet art qu'est l'escrime.

Il entreprit les exercices que son tuteur lui demandait, écoutant ses conseils pleins de sagesse.


- Vous pouvez avancer davantage en cette position, vicomte... Bien... Prenez garde dans cette passe-ci, vous vous fendez trop, vous n'arriveriez pas à temps à la parade... C'est mieux... Bien!

Légèrement essouflé, il rompit d'un pas pour désengager, et sourit avec fierté. Il s'approcha de Chastignac, souriant toujours, et lui tendit son épée avec l'espérance qu'il la prenne.

- Vous me feriez bien plaisir si vous acceptiez de faire une démonstation, Monsieur le comte.

Il recula de quelques pas et s'assit sur les marches devant la porte principale, voyant que Gwenaël était également sortie de la dépendance. Il lui sourit d'un air amical.

- Je viens de demander à Monsieur le comte de nous faire une démonstration d'escrime avec mon tuteur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Ven Mai 26 2006, 09:40

Le temps était venu de la leçon de Bragelonne, et Adrien croisa les bras en s'adossant au mur, prêt à observer sans broncher.

Le soleil peu à peu enflammait le ciel, la terre, et la nuque de Chastignac qui se passa la main sur celle-ci pour la rafraîchir un instant avant de reprendre sa position immobile.

- Voulez-vous me montrer votre savoir-faire, Monsieur le comte?


-Hum?

Chastignac était loin de penser se mêler en tant qu'acteur à la scène. Il accepta néanmoins avec plaisir l'épée que lui tendait le vicomte, et s'il avait encore quelques réserves, ses mots tout simples les dissipèrent.

Il empoigna la rapière d'une main ferme et fit face à La Fère, en souriant une dernière fois à Bragelonne, il remarqua alors que Gwen était là aussi, et il lui adressa un signe de tête.

Enfin, il revint à son adversaire, mais voulut le prévenir:


-Sachez que mon escrime est loin d'être.... traditionnelle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Ven Mai 26 2006, 18:29

Gwenaël s'approcha des homes avec une curiosité non feinte. Le cou légèrement tendu en avant poivait montrer qu'elle essayait de voir ce qu'ils faisaient. Une légère brise souleva légèrement ses cheveux et la fit frissonner de tous ses membres.

Arrivant à quelques mètres des hommes, elle ralentit sa marche, ne voulant paraître ni préssée ni impatiente de savoir ce qu'ils faisaient. Elle vit Chastignac un peu en arrière, adossé à un mur...

Elle reporta son regard vers les deux autres qui, visiblement, s'entraianaient aux armes. Ou plutôt Le Comte entrainait son jeune pupille.


Citation :
- Vous pouvez avancer davantage en cette position, vicomte... Bien... Prenez garde dans cette passe-ci, vous vous fendez trop, vous n'arriveriez pas à temps à la parade... C'est mieux... Bien!

Elle l'entendait dire ses conseils et ordres, avec une voix ferme, qui changeait de celle qu'elle avait pu entendre.

Avisant les chevaux des mousquetaires,-ou presque-elle apperçut bientôt son bon vieux cheval qui semblait avoir été bichoné avec soin. Jamais elle ne l'avait vu si reluisant, malgré ses quelques efforts pour le faire briller...

Elle s'approcha rapidement de celui-ci et lui flata l'encolure. L'animal répondit par un léger coup de naseau sur sa nuque, ce qui lui arracha un sourire. Elle le caressa longuement avant de voir que Chastignac s'approcher des deux escrimeurs pour leur "montrer son savoir-faire".

Elle lui rendit son salut et le regarda repartir vers Raoul. S'appuyant sur son cheval, car elle n'était pas encore tout à fait remise, elle observa attentivement ce qui allait suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Comte de la Fère
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 218
rang : London Ontario, "Blois, domaine de Bragelonne"
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Ven Mai 26 2006, 18:59

La joie de Raoul faisait plaisir à voir. Lorsqu'il désengagea de la ligne, Athos sourit de fierté.

- Je suis fier de vos progrès, Raoul.

Adrien de Chastignac a écrit:
Il empoigna la rapière d'une main ferme et fit face à La Fère, en souriant une dernière fois à Bragelonne, il remarqua alors que Gwen était là aussi, et il lui adressa un signe de tête.

Enfin, il revint à son adversaire, mais voulut le prévenir:


-Sachez que mon escrime est loin d'être.... traditionnelle.

La mine de Chastignac fit sourire le comte une nouvelle fois, d'un singulier sourire cette fois. Il était intrigué par cet avertissement qu'Adrien venait de lui faire. Il observa la démarche du jeune comte, évaluant son maintien, sa manière de tenir son arme, sa posture... Et il hocha la tête en homme qui comprend. Il salua avec son épée, et se mit en garde. Cette leçon promettait d'être très enrichissante pour Raoul!

Il engagea le fer d'une main assurée, explorant la méthode de défense et d'attaque du jeune homme, et constata en connaisseur que son adversaire avait un jarret de fer. Il para tout juste une pointe audacieuse, et sourit de l'assurance qu'Adrien démontrait.

- C'est très bien! Voyez Raoul, de quelle façon le comte tient le terrain et équilibre ses feintes et ses attaques. Prenez-en bonne note.

Athos rompit d'un pas et se réengagea d'une autre ligne, changeant sa méthode d'approche. Il fit une feinte très audacieuse, et avant que son adversaire ne parvienne à la parade, posa la pointe sur sa gorge. Il sourit ce faisant.

- Touche!

La pointe de l'épée n'avait qu'effleuré la peau du jeune comte. Athos recula d'un pas, attendant de voir la réaction d'Adrien. Il était impressionné par la manière pleine d'assurance que son adversaire démontrait en se battant. Lui qui avait autant d'années d'expériences que son adversaire avait vécu, il trouvait à qui se mesurer. La dernière personne qu'il avait connue avec un tel poignet à un aussi jeune âge était son meilleur ami, d'Artagnan.

Pendant la brève pause qu'il y eu, il jeta un regard de côté, et vit que Gwenaël était également à l'extérieur, et qu'elle tenait en main une monture. L'animal semblait âgé, mais doux et bien dressé. Cela réglait une difficulté pour le cas où la jeune fille souhaiterait les accompagner à Paris. Il lui fit un sourire plein d'affection et porta de nouveau son attention à Adrien.

_________________
En souvenir des jours passés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Ven Mai 26 2006, 20:44

On aurait dit que cette parole de pré-combat avait piqué la curiosité de La Fère, et Chastignac empoigna plus fermement la garde de l'épée : il ne faudrait pas paraître une tafiole, le comte serait d'autant plus déçu.

Il se mis en position, attendant avec une certaine anxiété le premier coup de son adversaire. Mais de l'extérieur, il voulait absolument paraître désinvolte. Il l'était un peu, certes, et n'avait pas vraiment besoin de se forcer pour sembler un petit péteux d'insolent. Mais il était beaucoup moins sûr de lui en vérité.

Le comte joua, et Adrien se concentra surtout sur son jeu de jambe qui avait empâti par le manque d'entraînement.
Cependant le combat avec un certain « cavalier noir » lui revint en mémoire… il avait alors montré beaucoup plus d’assurance. Il se demanda de quoi il avait l’air en ce moment, et regretta de ne pas avoir affaire avec un jeune homme efféminé… La stature d’Athos en imposait plus que celle de ce mystérieux cavalier. Il ne s’était pas vu alors, mais il s’était très bien imaginé : audacieux, effronté, on avait alors de quoi l’admirer.

Mais depuis le début du combat, il n’avait fait que garder ses arrières, fendant avec des coups de poignets secs et mesurés, ne prenant aucun risque. Voyons ! Ce n’était pas du Chastignac, ça !
Et au moment où il se persuadait de la chose, La Fère profita de ce regard dans le vague pour feinter et attaquer d’un geste vif et précis comme la piqûre d’une guêpe. Chastignac eut juste le temps de parer de sa manière peu « traditionnelle » : il se cambra en présentant son profil et la lame d’Athos fendit le vide juste à quelques centimètres de sa colonne vertébrale.

Adrien souffla d’aise, heureux d’avoir échappé à cela… cette attaque lui avait fait retrouvé tout son jeu culotté, qu’il n’eut pourtant pas le temps de beaucoup utiliser : Athos, juste après l’avoir donné en exemple à son pupille (Chastignac gonfla sa poitrine d’orgueil : ce fut peut-être ce qui le perdit), rompit admirablement et le jeune comte (à distinguer du vieux mdrrr) se retrouva la pointe sous la gorge…

Sachant pertinemment que son ennemi d’une minute n’irait pas jusqu'à lui trancher la carotide, il leva ironiquement les mains en signe de soumission, et puis hésita sur la petite touche comique… Devait-il dire « il ne fallait pas m’encenser devant Bragelonne pour ensuite m’humilier, comte » ? Non, cela pouvait être perçu comme du miel enduit derrière un profond ressentiment… Finalement il opta pour :


-Je me suis déjà rasé ce matin. Merci, comte.

Une phrase toute simple mais qui décidément ne manquerait pas de faire rire certain… Ou tout du moins de le faire rire lui-même… [Lol !]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vicomte de Bragelonne
Poete
avatar

Nombre de messages : 24
rang : Gatineau, "Blois, domaine de Bragelonne"
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Sam Mai 27 2006, 16:53

(HRP: J'ai mis un point d'exclamation aux endroits où j'ai un peu présumé de certaines choses, s'il y a des objections, je vais éditer, d'ac?^^)

Raoul observair la scène, fasciné par la dextérité des deux adversaires. Il connaissait bien la manière de se battre de son tuteur, et il voyait que dans cette démonstration, il avait affaire à forte repartie. Il vit le coup de pointe rapide de Chastignac, la parade non moins rapide de son tuteur, et en eut le souffle coupé. Quelle adresse!

Contrairement à ses espérances, la feinte d'Athos mit fin au combat. Raoul applaudit la démonstration de tout coeur, et éclata de rire à la remarque ironique d'Adrien. Athos, un sourire amusé aux lèvres, remit son épée au fourreau, tandis que le jeune vicomte s'approchait de Chastignac et lui serrait la main avec effusion.


- Superbe démonstration, Monsieur le comte! Voudrez-vous m'enseigner cette parade spéciale que vous avez utilisée tout à l'heure? C'était extraordinaire!

Athos s'approcha en souriant de l'exubérance de son pupille.

- Davantage que vous ne le croyez, Raoul. Monsieur le comte que voici est un brillant adversaire, et il aurait pu avoir le dessus... Remarquable technique, mon cher comte, quoique je préfèrerais la prochaine fois que vous soyez moins distrait par vos souvenirs. Je ne sais à qui vous pensiez tandis que nous nous escrimions, mais j'admets volontiers que je ne voudrais pas être dans ses chausses!

Là-dessus, il releva sa manche gauche, laissant voir une longue estilafade sur son avant-bras. Raoul s'exclama de surprise et Athos vit que Chastignac était bien près de faire de même (!).

- Allons, ce n'est rien d'autre qu'une égratignure. J'en ai vu de pires et de plus douloureuses, croyez-moi!

Il alla au panier choisir une apétissante poire et prit une bouchée, tandis que Raoul examinait son bras, l'épongeant avec son mouchoir trempé dans un peu de vin. Le comte essuya une légère sueur sur son front pâle et sourit à son pupille qui finissait d'appliquer un léger bandage à la plaie.

Il regarda autour et avisa une petite rivière (!) coulant non loin, bordée par des arbustes touffus. Il fouilla un moment dans un des sacs de voyage sur sa selle, et en sortit une tunique de lin fin pour le vicomte et une deuxième pour lui-même. Il ôta son lourd pourpoint, sous lequel on apercevait une chemise, légèrement déchirée et tachée de sang au bras. Il déposa le vêtement brodé, et, imité par Raoul, prit une savonnette et une petite malette et se dirigea vers la rivière pour s'y rafraîchir et s'y laver. Il s'assura bien que le rideau d'arbustes les cachait bien des regards avant de procéder à ses ablutions.

Dix minutes plus tard, ils remontèrent vers la dépendance, les cheveux encore humides et vêtus de frais. Ils firent une dernière inspection de leurs chevaux, et le comte s'approcha de Gwenaël et de sa monture, qu'il examina également. Il lui fit un sourire affectueux.


- Nous devons aller à Paris, Gwenaël. Croyez-vous pouvoir faire toute la route à cheval?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Sam Mai 27 2006, 17:38

Contrairement à son attente, ce fut Bragelonne qui intervint le premier par un éclat de rire, une explosion d'eau fraîche qui ruissela dans le cœur de Chastignac et nourrit sa pousse d'orgueil vorace.
Il tourna la tête afin de lui adresser un sourire, tandis qu'Athos abaissait sa rapière à temps : un peu plus et Adrien se faisait percer la pomme d'Adam par son geste inconscient.

- Superbe démonstration, Monsieur le comte! Voudrez-vous m'enseigner cette parade spéciale que vous avez utilisée tout à l'heure? C'était extraordinaire!

Chastignac serrait toujours la petite main du vicomte mais son sourire se transforma quelque peu, pour devenir presque rictus ironique...

Il allait dire qu'il n'avait jamais appris cette parade et était étonné lui-même de l'avoir si bien réussie, que c'était une affaire d'instinct, quand le comte pris à son tour la parole, cherchant sans doute à réprimer l'enthousiasme débordant de Bragelonne.
Chastignac préféra se taire.

Il crut un instant d'ailleurs que le comte allait dire que ce n'était pas si extraordinaire que cela... mais tout au contraire, on l'encensa encore. A force d'être brossé dans le sens du poil, Adrien finirait par éblouir le soleil de son pelage étincelant.

- ...quoique je préfèrerais la prochaine fois que vous soyez moins distraits par vos souvenirs.....

Interloqué, le comte fronça les sourcils. Comment... que... quoi? Lisait-il dans ses pensées?

-... Je ne sais à qui vous pensiez tandis que nous nous escrimions, mais j'admets volontiers que je ne voudrais pas être dans ses chausses!...

Là dessus, le comte souleva sa manche et le rideau laissa apparaître le tableau de la scène : un trait fin qui jurait de son vermillon sur la peau blanche de La Fère, et d'où perlait quelques gouttes du précieux rubis.

Chastignac se retint de hoqueter de surprise, d'ailleurs son étonnement fut noyé dans les jérémiades du vicomte. Celui-ci s'attela immédiatement à guérir son tuteur et Adrien se pris à envier un ami si dévoué.

Mais enfin... il aurait donc blessé sans s'en apercevoir? C'était bien fort! Il était même plus fort en rêvant qu'éveiller! Cela en devenait inquiétant.

La Fère et son pupille partirent au ruisseau, et lui aussi décida d'aller se rafraîchir : il avait bien transpirer. Mais Adrien avait son propre bac dans sa chambre.

Lorsqu'il descendit, il surprit tout juste la phrase de son hôte adressée à Gwenaëlle. Il ne la regarda même pas. Il n'avait pas à influencer son choix.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte de la Fère
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 218
rang : London Ontario, "Blois, domaine de Bragelonne"
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   Dim Mai 28 2006, 19:12

(HRP: Tu me ferais très plaisir de répondre bien vite, jolie petite Gwenaël, j'ai bien hâte de rejoindre mon ami à Paris!^^)

La trempette dans la rivière avait été plus que rafraichissante. Hormis une légère fatigue causée par sa nuit blanche, Athos se sentait vraiment bien. Ils était tous sur le départ pour Paris, et le comte faisait les dernières vérifications pour le trajet, en particulier en ce qui concernait la jeune fille, qui n'avait pas dormi non plus. Il regarda son pâle visage juvénile, repensants aux tourments qu'elle lui avait confiés dans la nuit, et il se renouvela le serment de la venger... Cela viendrait en temps et lieu, lorsque Gwenaël pourrait lui donner davantage de détails sur ces événements fatidiques de son passé. Pour le moment, il ne voulait pas la brusquer, car elle avait surtout besoin de protection et de soutien.

Les chevaux, sentant que l'on s'apprêtait à partir, caracolaient impatiemment avec leurs sabots. Raoul, qui avait endossé ses plus beaux habits, passa sa rapière au fourreau et la pendit avec fierté à son beaudrier brodé de fils d'or. Puis il monta légèrement en selle, tandis qu'Athos aidait la jeune fille à faire de même. Lorsque ce fut fait, il sauta légèrement sur son cheval comme s'il n'eut que vingt ans, attendit que Chastignac en fasse de même, et enfin la troupe s'ébranla.


- Dites-moi, Gwenaël, où se trouve donc votre propriété? Je crois qu'il serait sage d'y passer brièvement pour prendre de vos effets personnels. Pouvez-vous me dire aussi qui gère la maison et le terrain familial?

_________________
En souvenir des jours passés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La dépendance de Chastignac   

Revenir en haut Aller en bas
 
La dépendance de Chastignac
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: