1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jardin de Diane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Henriett
Invité



MessageSujet: Jardin de Diane   Mer Mar 01 2006, 15:31

Cheminant sous les ombres fraîches dispensées par le haut bâtiment de brique bordant le jardin de Diane, les trois dames allaient d’un pas aussi alerte que le leur permettaient leurs souliers et l’élégance que se devait d’avoir toute femme à la Cours. Le bruit de leur conversation semblait parfaitement en accord avec l’esprit du lieu. Pourtant il aurait été étonnant que les sujets traités soient aussi légers qu’ils auraient pu paraître de prime abord. Et pour cause la jeune femme encadrée par ses deux suivantes était bien connue pour son âme d’intrigante.

La jeune Duchesse d’Orléans mettait un point d’honneur à se tenir au courrant du moindre changement à la Cours, de la plus petite rumeur, des intrigues les plus bénignes aux autres moins… Le savoir est l’un des piliers du pouvoir, particulièrement lorsque l’on est une femme en ces temps. Mais finalement, ce n’était qu’un jeu comme un autre, faire et défaire des relations, éclairer ou jeter dans l’ombre qui l’on voulait pourvu que l’on est assez de doigté.

Pour l’heure le trio féminin ne semblait pas porté à de telles spéculations. La jeunesse est aussi faite pour être insouciante, n’est ce pas ? Arrivant non loin de la fontaine ornée d’une Diane chasseresse, Madame s’assit gracieusement sur l’un des petits bancs installés là à cet effet, faisant s’évaser le tissus de sa robe d’un bleu pâle autour d’elle. Une main tendue élégamment reçut le livre qu’elle demandait silencieusement.


" Françoise, seriez vous assez bonne pour rechercher un page qui pourrait nous servir de quoi nous rafraîchir ? Cette marche m’en a donné le besoin. Et accompagnez la donc, Isabelle. J’aimerais un peu de solitude pour entamer cet ouvrage. "

Deux charmantes révérences en réponse à un charmant sourire, et voilà les deux dames de compagnie reparties en sens inverse, conversant tout aussi joyeusement qu’à leur arrivée. Quant à la seconde Dame de France, après avoir un instant apprécié la reliure du livre qu’elle s’apprêtait à lire, elle l’ouvrit d’un doigt fin.
Fine bouche dans tout ce qui avait trait à l’art et la littérature, Henriette était déjà toute au texte,
La vraie histoire comique de Francion du sieur Charles Sorel. En vérité c’est en relisant l’Astrée qu’il lui en était venu l’envie puisque la première devait être la parodie de la seconde.
Le charme et le calme du lieu, accompagnés de la musique de l’eau, et la Cours fut oubliée… pour un moment.
Revenir en haut Aller en bas
Isabelle
Invité



MessageSujet: Re: Jardin de Diane   Jeu Mar 02 2006, 19:55

Isabelle c'était encore introduit dans les jardins de Fontainebleau,un endroit qui la faisait tant réver.Elle s'était caché dans des buissons pour ne pas etre vu par les gardes,sans quoi elle risquait la prison.Elle sentit que quelqu'un lui tiré le bas de sa robe,elle se retourna,c'était Jean son frère de lait,de 5 ans son cadet.

"Belle Isa...tu vas avoir des problème si Croquemitaine te sait ici."

Cela exaspérait Isabelle,on s'inquiété toujours pour un rien.

"Je rentrerais bientot,part devant..."

Jean partit sans demander son reste,il détestait les noble et tout ce qui les concernait.Isabelle se leva et n'ayant pas vu les branches par terre,elle se prit les pieds dedans et se retrouva les quatre fers en l'air,à la vu de tous.
Revenir en haut Aller en bas
Henriett
Invité



MessageSujet: Re: Jardin de Diane   Sam Mar 04 2006, 14:28

Comme les mots se succédaient les uns aux autres, la Duchesse d’Orléans finit par oublier tout ce qui l’entourait, ainsi que le charme de la musique peut agir sur celui qui l’écoute. Mais la représentation n’était apparemment pas au point, ou bien Lachesis s’était un instant assoupie sur son ouvrage, car alors que la jeune femme poursuivait sa lecture, une première fausse note vint troubler l’harmonie ambiante, bruit sec de branches qui se brisent et se cassent, froissement des feuilles maltraitées.

Relevant brusquement la tête, ce fut pour voir un mélange de tissu, de verdure et de chevelure fondre vers le sol et finir en une chute pour le moins comique, que n’auraient pas reniée les comédiens de la Comedia dell Arte.

Le mouvement ayant cessé, il fut immédiatement plus facile d’identifier celle qui était à l’origine de toute cette agitation impromptue. Il s’agissait d’une jeune fille dont le visage reflétait la jeunesse mais son apparence, deuxième fausse note, ne laissait pas de doute quant à sa basse extraction et fournissait donc matière à réflexion concernant sa présence en ces lieux.

Pourtant Henriette était brusquement partagée entre la tendance à la sévérité qu’un tel fait inspirait habituellement aux nobles et plus encore aux Princes et Princesses du Sang, l’amusement qu’avait provoqué la chute et l’absurdité de la situation et enfin la surprise. Ce fut finalement ce dernier sentiment qui prit le dessus, la curiosité n’étant pas la moindre des caractéristiques qui avait fait d’elle ce qu’elle était alors, et tout jugement étant pour le moment reporté.


« Qui êtes vous ? »

Ni aménité, ni suspicion dans le ton qui fut employée, seulement les intonations de quelqu’un de suffisamment habitué à donner des ordres pour que la dureté ne soit pas synonyme d’agressivité. En vérité, si l’on exceptait l’accent d’autorité qui habitait indéniablement les mots, il n’y avait pas trace du moindre sentiment. En revanche si les sourcils s’étaient légèrement froncés, la bouche tendait à sourire de la situation, marquant l’indécision de la Duchesse. Et bien sûr le regard exprimait toute la foule de questions qui se pressait derrière ces jolis yeux : que faites-vous ici ? Comment êtes vous entrée ? Depuis quand êtes-vous ici ? Que fais-je bien faire de vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Isabelle
Invité



MessageSujet: Re: Jardin de Diane   Sam Mar 04 2006, 17:04

Isabelle se releva précipitemment et enleva les feuilles qui s'étaient accrochées à sa robe.Elle regarda la femme qui venait de lui adresser la parole,à en juger par ses atours,elle devait etre une grande dame.Elle se racla la gorge et plongea dans un révérence.

"Je suis Isabelle,madame"

Puis elle ajouta:

"Simple fille du peuple,qui vient depuis prés de 10 ans dans ces jardins.Vous etes la première à me surprendre et si il vous plairez d'appeler les gardes pour me faire jeter en prison faites le,je sais que je n'ai rien à faire ici."

Elle planta son regard bleu dans celui de la dame et entendit sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Henriett
Invité



MessageSujet: Re: Jardin de Diane   Mer Mar 08 2006, 15:02

La présentation de la jeune fille lui arracha un sourire dans un premier temps. Celle-ci paraissait pleine d’une vitalité toute à son honneur et une franchise qui paraissait surprenante entre ces murs qui abritaient la Cours du Roi Soleil.

Si la Duchesse avait été de ceux qui agissent spontanément, comme ils sont censés le devoir ou comme l’envie leur en prend, il aurait été certain qu’en dépit de cette bonne impression, elle aurait fait rapidement appeler la garde. Chacun sa place après tout. La jeune Isabelle avait joué un jeu dangereux en venant ici et semblait finalement l’avoir perdu.
Mais c’était bien entendu sans compter sur l’esprit à l’affût de la moindre opportunité d’Henriette. Il avait suffi de quelques mots bien particuliers : « … depuis près de dix ans dans ces jardins. Vous êtes la première à me surprendre… ». Ca n’était pas grand chose, mais la Duchesse d’Orléans n’avait pas manqué de les remarquer.

Quelqu’un capable de tant de discrétion… Etait-ce vraiment possible ? Après tout, elle s’était découverte d’une façon qui ne laissait pas entendre tant de facilité. Pourtant la jeune fille ne semblait pas mentir, et Madame était passée maîtresse dans l’art de percevoir le mensonge sous les paroles trompeuses de tant de courtisans. Et bien sûr l’utilité d’avoir quelqu’un capable de se faire à ce point invisible sautait aux yeux. Les serviteurs en général n’étaient pas vraiment remarqués. La plupart des nobles commettaient souvent l’erreur de les mépriser au point de ne pas penser qu’ils les espionnaient peut être pour le compte de quelqu’un d’autre. Quant à elle, elle avait déjà quelques petites et charmantes mouches à la Cours que personne n’irait soupçonner. Pourtant parfois cela ne suffisait pas, et si cette Isabelle qui autrement lui avait assez plu de prime abord…


« Allons bon ! Je suis bonne chrétienne, Isabelle. Je n’aimerais pas voir les gardes vous mettre ainsi au dehors comme une personne mal attentionnée. Vous n’étiez pas mal attentionnée n’est-ce pas ? »

L’idée lui avait un instant traversé l’esprit que la fille avait justement été envoyée par l’un de ses ennemis. Mais cela lui avait finalement paru peu probable. Hypothèse non écartée cependant jusqu’à vérification.

« Mais vous attisez ma curiosité. Vous venez en ces lieux depuis dix ans, avez-vous dit ? J’avoue que vous devez être fort habile, car nos soldats ne sont pas si obtus que d’aucun aiment à le croire quand il s’agit d’arrêter une charmante jeune femme. Que faites-vous donc ici ? N’avez-vous pas un labeur qui vous retienne ? »

Elle avait retrouvé son charmant sourire, celui qu’elle réservait habituellement à celles de ses servantes qui avaient sa préférence. La relation qu’elle avait avec elles était bien différente de celle qu’elle entretenait d’ailleurs avec ses suivantes, ces jeunes femmes issues de la noblesse mais qui s’octroyaient parfois des libertés qui n’avaient pas lieu d’être. Avec ses petites gens en revanche, qu’elle avait toujours choisies pour leur fidélité, elle s’était toujours montrée bonne à la manière dont son rang et son éducation le lui avaient enseigné.
Revenir en haut Aller en bas
Isabelle
Invité



MessageSujet: Re: Jardin de Diane   Mer Mar 08 2006, 19:54

Isabelle fut d'abord surprise de la réaction de la jeune dame,elle s'attendait plus à la voir appeller la garde qu'a lui sourire amicalement,elle restait perplexe.Pendant un moment,elle détailla la jeune femme de haut en bas et un sourire s'afficha sur son visage.

"Non,je ne suis pas de celles qui pour un peu d'argent n'hésiteraient pas à trahir leurs propres parents."

Elle regarda autour d'elle de peur qu'un garde ne la surprenne.

"Ce que je fais ici?J'observe tout simplement,je ris de certaines qui sont plus que ridicule en se pavannant devant le "Soleil"(le roi) comme des poules se pavannant devant un coq...."

Plus sérieusement elle ajouta.

"Le calme de ses jardins est une autre raison de ma venue,ici,c'est comme une sorte de repère,meme si Paris n'en manque pas,mais quoi de plus beau que les jardins du "Soleil".Je n'ai rien qui me retienne,je suis libre,je fais partie de ces gens qui vivent encore dans la cour des miracle,cette citée souterraine si légendaire autrefois.Seul peut-etre mon père adoptif ne supporte pas l'idée de me savoir dans ses jardins."

Elle avait dévoilait une partie de sa vie à cette femme qu'elle ne connaissait pas,mais elle lui inspirait confiance et n'hésitait plus à lui parler.Un bruissement de feuilles se fit entendre et une petite tete blonde apparue,un enfant de 5 ans,les cheveux hirsutes et le visage sale se jeta dans la jupe d'Isabelle.

"Belle Isa...papa Croquemitaine te cherche partout."

Le petit leva ses doux yeux noirs vers la jeune noble et dis sur un ton appeuré.

"Elle va te mener à la bastille la dame."

Isabelle se pencha et pris l'enfant dans ses bras.

"Non petit Pierre."

Elle regarda la femme et lui dit:

"Excusez le,madame,il est encore trés jeune."

Elle serra l'enfant qui cacha sa tete dans le cou d'Isabelle
Revenir en haut Aller en bas
Henriett
Invité



MessageSujet: Re: Jardin de Diane   Dim Mar 12 2006, 16:31

Si elle avait d’abord semblé un peu anxieuse, la jeune fille paraissait ensuite se détendre très rapidement. La Duchesse d’Orléans ne manqua pas de note cependant sa manière si particulière de s’exprimer. C’était loin d’être déplaisant, et ses lèvres s’étirèrent légèrement à l’évocation des poules, même si ce fut vite réprimé alors qu’elle se rappelait le rang des-dites volailles et de celle qui les critiquait si joliment. Pour autant, difficile de ne pas apprécier la comparaison surtout qu’il ne vint pas un instant à l’esprit d’Henriette qu’elle pourrait être assimilée à ces petites sottes. Au contraire cela trouvait un certain écho à sa détestation de tout ce qui portait le nom de favorite.

Le sérieux et le calme d’Isabelle étaient quant à eux, de très bon augure pour les projets de Madame s’il s’avérait qu’elle se décide finalement à les mettre en application, même s’ils pouvaient paraître surprenants chez une fille aussi jeune et de sa condition.

Mais les yeux clairs d’Henriette s’écarquillèrent quelque peu sans qu’elle puisse s’en empêcher à l’évocation de la Cours des Miracles. N’était-elle pas censée avoir disparue ? On avait compté tant d’histoires à son sujet… Les bohémiens, les voleurs, les hors-la-loi… Il y avait de quoi laisser rêveur. Et la jeune fille ne semblait pas fabuler, parlant librement comme si elle n’avait rien à craindre de personne, ni rien à prouver.

Ses réflexions furent brusquement interrompues par l’arrivée inattendue d’un tout jeune garçon, visiblement effrayé. Ecoutant leur échange, la jeune duchesse eut la brève impression d’être tombée dans quelque pièce de théâtre. Loin d’être désagréable, ça n’en restait pas moins étrange.
Elle inclina gracieusement la tête en signe de compréhension face aux excuses de la jeune fille, toujours sourire aux lèvres.
La distance de son attitude tenait autant à l’habitude qu’au fait qu’elle hésitait quelque peu sur la marche à suivre : il n’était pas évident que quelqu’un se sentant libre à ce point, ou du moins à ce qu’Isabelle en disait, puisse accepter de se mettre au service d’une noble, d’aussi haute naissance soit-elle.
Finalement, le compromis apparut, évident, continuer encore à se renseigner un peu, laisser quelques questions d’apparence innocentes pour mieux cerner la jeune fille qui lui faisait face.


« Je ne dirai rien de ton secret. Pourquoi voudrais-je te nuire ? Ce doit être une bien jolie vie que tu mènes ainsi. La liberté… C’est vrai, ces jardins sont magnifiques, comme le Soleil l’a voulu. Mais as-tu déjà eu l’occasion de pénétrer dans les murs de Fontainebleau ? Il me semble que cela te serais difficile, pourtant… Si tu sais si bien apprécier la beauté des parterres et le calme de ces lieux, je suis certaine que tu aimerais la splendeur de la Cours en dépit de ces faux-semblants. »

Le regard épanoui, le sourire charmant et presque parfaitement sincère, les mains fines calmement posées à plat sur le livre fermé, lui-même reposant sur sa robe, rien ne laissait entendre que sa décision dépendrait de ce que dirait ensuite la jeune fille. Pourtant c’était bel et bien le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Isabelle
Invité



MessageSujet: Re: Jardin de Diane   Lun Mar 20 2006, 19:18

L'enfant s'agita mais Isabelle ni pris pas garde,elle sourit en écoutant les propos de la duchesse.Non elle n'avait jamais pénétré ces murs et c'est une chose qui la faisais réver.Petie il lui était arriver de s'imaginer etre une princesse dans une belle robe avec un beau chevalier à ses cotés mais ce n'était que des réve de gamine.

"Je ne pense que vous voudriez me nuire enfin je l'espère...Il est vrai que j'aimerais pouvoir pénétré ce chateau,pouvoir participer à un de ces magnifiques bals que le Roi donne...Toutes les filles du peuple en reve."

Elle entendit un bruit d'arme se rapprocher et de peur d'etre surprise elle prit congé de la jeune dame.

"Madame,ce fut un fort belle rencontre et je ne risque pas de vous oublier.Mais je ne tiens pas à me faire prendre aujourd'hui et finir à la Bastille.Aussi je vais disposer et reganer mon domaine avec mon frère.Au plaisir de vous revoir un jour et peut etre de vous servir"

Elle s'inclina dans une révérence parfaite et disparue dans les buissons avant que les gardes ne la surprenne.
Revenir en haut Aller en bas
Saint-Aignan
Dramaturge


Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: Jardin de Diane   Mer Avr 12 2006, 15:47

Certes ses talons faisaient ployer l'herbe dans une sorte de frous-frous semblable à un froissement de fine dentelle, mais vraiment, François ne pensait pas que seuls ses pas pouvaient ainsi faire peur.

En effet, à peine eut-il bifurqué à droite d'un imposant chêne qu'une gazelle sauta les fourrés suivit de son faon.
Ne comprenant pas trop bien ce qu'ils faisaient là, ce cher Saint-Aignan continua sa marche sans quitter des yeux le buisson par lequel l'animal avait disparu.

Il est étonnant de voir la part du hasard dans toute rencontre : peut-être François n'aurait pas continué sa marche s'il n'avait vu cette chose s'enfuir, peut-être n'aurait-il pas vu Madame si le soleil ne l'avait obligé à détourner la tête.


Sang-Diou! Qu'avait-il troublé?

-Diantre! Ais-je fait fuir la biche de la déesse Diane? J'en suis confus...

Il s'inclina, réellement désolé. Il savait que "Diane" en ses mauvais jours n'était pas du genre à pardonner le moindre écart...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jardin de Diane   Aujourd'hui à 15:08

Revenir en haut Aller en bas
 
Jardin de Diane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» henri II à Diane de poitiers( lettres inédites)
» pour les amoureux de jardin
» Les travaux au jardin
» Le jardin des amants...
» Un petit reportage sur la préparation du jardin pour les PdT.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: