1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 hum hum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eloïse T
Invité



MessageSujet: hum hum   Jeu Mar 16 2006, 14:54

La jeune femme déboucha d’un petit sentier vêtue d’une magnifique robe en soie.
Elle disait encore merci à sa marraine Victoria de sangue d’avoir accepté d’aller chez elle sur le domaine des trevegne et lui ramener ses effets.
En effet, ce n’est pas le cavalier noir qui devait faire son entrée à la cour, en tout cas pas maintenant, mais la jeune trevegne.

Eloïse avait l’impression de ne plus respirer à cause de ce maudit corsé. De plus les jupons sous sa robes n’arrangeaient pas les choses ,
Eloïse faisait attention à ne pas marcher dessus et avait l’impression qu’à chaque mouvement elle allait s’envoler.


*Si on savait que le cavalier noir s’était moi j’imagine déjà les éclats de rire de ces bouffons pompeux, sevrés jusqu’à l’os *


Eloïse avança avec grâce dans les petits chemins du parc priant pour qu’une personne apparaisse…

*Je suis qui déjà…..ah oui Anne de Chambort nièce de Victoria de sangue….et si jamais quelqu’un connaît cette Anne ? impossible elle est parti dans le pays de son mari…et si le savent *

Elle haussa les épaules en se disant qu’elle n’aurait qu’à inventer des choses insensées n’ayant ni queue ni tête.
La jeune femme afficha un sourire rêveur sur ses lèvres en pensant à son enfance mais quand elle revenait à la réalité ça devenait encore plus dure.
Au bout d’un moment elle sentit qu’elle commençait à avoir mal au pieds à cause de ses chaussures.
Les bottes de cavalier, les pantalons d’homme étaient la parfaite antithèse de cette tenue.

Elle s’installa donc sur un banc près d’un veux chêne, leva son visage vers le soleil en fermant les yeux..
Revenir en haut Aller en bas
intendant
Poete


Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: hum hum   Sam Mar 18 2006, 20:36

Gaspard se rajusta un peu, jaugeant d'un oeil sans préjugés la demoiselle qui marchait d'un air gauche dans les jardins.

Se prenant les bords du gilet avec les pouces, il murmura un "on y va" avant de se lancer au devant d'Eloïse.

Il aurait bien profité encore un peu du repos mérité qu'il prenait chaque apres-midi, mais c'était son contrat : qu'on le dérange à l'heure de la sieste où à celle du souper, il devait être présent.
Il faut avouer que pour ce peu d'inconvénient, il y avait gros aventages.

Quand il fut arrivé assez proche pour que la donzelle l'entende s'il parlait et le remarque d'emblée s'il faisait un brusque mouvement (il l'abordait en effet par une allée perpendiculaire à la sienne) il ôta ses mains de son gilet et prit une position plus avenante.


-Mademoiselle...

Finit-il par dire, alors qu'ils s'étaient presque rentrés dedans.
Il s'excusa par une belle révérence.


-Vous êtes nouvelle au chateau? Je suis l'intendant, et je puis vous aider en quoi que se soit... à vous montrer votre chambre, par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eloïse T
Invité



MessageSujet: Re: hum hum   Dim Mar 19 2006, 10:52

Perdue dans ses pensées plus ou moins joyeuses. Elle n’entendit pas l’intendant arriver. Elle sursauta donc légèrement quand une voix masculine la tira de ses songes. La jeune femme ouvrit les yeux et regarda l’homme qui devait en aucun doute travailler au château.

*st il la depuis longtemps ? *

Eloïse décida d’utiliser l’éducation que sa mère et sa grand-mère lui avait enseigné pendant ces longues années afin de paraître comme les autres. Ces femmes belles qui ne pensent qu’à se pomponner pour trouver un mari qui les protégera…Protéger ? cela faisait bien rire la jeune intrépide, un mari pour elle était la fin de la liberté… déjà qu’elle n’obéissait pas trop à son ancienne gouvernante, Madame Sheldon, une vieille fille ayant l’air aussi raide et sec qu’un piquet.

Sourit coquette en se moquant d’elle-même

*la prochaine fois je vais me faire payer pour faire ça mais bon c’est le seul moyen*

« bonjour…belle journée n’est ce pas ? »

le regarde

« oui je suis nouvelle et j’avoue que je suis un peu perdue »

*au moins c’est pas une personne que j’ai déjà croisé en faisant le cavalier noir*

Eloïse repensa à Chastignac
Revenir en haut Aller en bas
intendant
Poete


Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: hum hum   Dim Mar 19 2006, 14:24

Gaspard retrouva dans la simplicité d'Eloïse toute l'innocence des jeunes filles perdue dans ce grand temple de l'intrigue. Ainsi, il n'y avait aucune surprise, et il pouvait appliquer le savoir de l'expérience à la lettre.

Tout d'abord, afficher un visage toujours jovial : pas de probleme, la figure même de l'intendant reflétait sa bonhommie habituelle. Ensuite, éviter de... gargouiller du ventre. Trop tard... héhé... c'est qu'avant de commencer sa sieste, il avait oublier de prendre un morceau.

Faisant semblant de n'avoir rien entendu, comme si le fautif n'était pas son propre ventre, mais peut-être un gargouillement venu du plus profond de la terre, Gaspard ni ne rougis, ni ne cessa de fixer les beaux yeux d'Eloïse.


-Oui c'est une magnifique journée!

Il leva les yeux vers le ciel et pensa que c'était une magnifique journée pour manger un poulet rotit.

-Perdue ?

Dit-il en regardant de nouveau Eloïse.

-C'est bien normal, et je puis vous guider, c'est mon travail. Vous avez fait longue route sans doute? La fin doit vous tirailler! Pauvre enfant! Venez, je vais vous conduire à une salle où vous pourrez prendre quelques collations et une boisson.

Du haut de ses 52 ans, Gaspard n'avait toujours pas perdu ce franc-parlé de jeune homme...
L'intendant ne lui proposa pas son bras _ ce n'était qu'un intendant_ mais lui emboita le pas, l'attendant pour la guider jusqu'a la salle à manger.
Ah! sacré Gaspard!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eloïse T
Invité



MessageSujet: Re: hum hum   Lun Mar 20 2006, 09:46

L’homme qui lui adressait la parole était plutôt de taille moyenne, devait avoir la cinquantaine et d’après Eloïse était un bon vivant.
Elle se demandait si elle devait le suivre ou pas, en même temps elle n’allait pas rester éternellement dans les jardins du Parc.
De plus elle se demandait pourquoi elle s’inquiétait autant puisque sa marraine lui avait tout arrangé…sûrement car cette femme est une tête de linotte et fait souvent des bourgues , bien entendu sans le faire exprès.
Elle chassa toutes ses idées négatives, jusqu’ici elle s’en était biens sorti, défiant à l’épée tout ceux qui osaient lui barrer la route.
Le cavalier noir était une énigme, ceux qui l’avait croisé au mieux ne commentaient que la façon de se battre de celui-ci et au pire que s’était un homme assez grand, large, bien baraqué ayant aucune pitiés et vous noterait qu’ Eloïse est plutôt frêle, pas vraiment très grande et assez douce mais bon s’était un moyen comme un autre qu’avait les hommes de justifier leurs défaites.

La jeune Trevegne se leva et fut surprise de s’habituer assez vite à cette tonne de jupon mais le corset qui lui serrait la poitrine n’arrangeait pas les choses.


*Comment ces femmes peuvent porter ça à longueur de temps ? à mon avis dès leurs plus jeunes âges elles apprennent à ne plus respirer !!!!*

Elle eut un franc sourire face à cette homme. Sans savoir pourquoi elle l’aimait bien. Elle le suivit donc sans arrière pensées
Revenir en haut Aller en bas
intendant
Poete


Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: hum hum   Mar Mar 21 2006, 17:32

L'intendant était un homme discret, réservé, muet et sourd quand il le fallait. Toutes les qualité d'un bon intendant, en fait.
Aussi resta-t-il, reflet même de sa fonction, à attendre sur le bord de l'allée, les yeux baissée, que la demoiselle se décide à le suivre.

Une fois qu'elle eut soulevé sa tonne de jupons et réussi apres moult effort à le rejoindre, Gaspard recommença sa marche, toujours un peu en retrait.

Bien sûr, son devoir était également d'accueillir les nouveaux à la Cour, et donc d'être par définition... accueillant. Aussi était-il tout sourire.

Enfin, il se devait également de connaitre la personne.

-Excusez moi, je failli à ton mes devoirs: puis-je savoir votre nom et si vous occupez quelque fonction à la Cour?

Ah, que c'était compliqué d'être intendant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eloïse T
Invité



MessageSujet: Re: hum hum   Ven Avr 07 2006, 15:51

Elle le rejoignit et faillait par m’égard marcher à ses côtés mais Eloïse se rappela avant de faire une bêtise difficilement réparable qu’un noble devait avoir le moins de contact possible avec les domestiques.
La jeune Trevegne trouvait ce règlement assez idiot et dévalorisateur,
c’est pour ça que petite fille elle se comportait comme une sauvageonne mais en ce moment elle se disait qu’elle aurait dût mieux écouter les recommandations du dragon, soit sa gouvernante au lieu de grimper dans les arbres pour manger une pomme.

Eloïse de mit donc à l’écart de l’intendant un peu à contre cœur, s’était bien une des premières fois qu’elle respectait ce genre de futilité…
Un homme est un homme et les plus pauvres sont bien souvent les plus honnêtes.

Lorsqu’il posa la question fatale, elle se mordilla la lévre inférieure, hésita puis lui répondit


« Je suis la nièce de Victoira de Sangue, je suis Anne de chambort »

*en faite je suis une pauvre cruche qui s’appelle Eloïse et je me bat avec une tonne de jupon et j’ai l’impression de ne plus respirer à cause de ce foutu corset *

réfléchit

*une fonction ? je vois pourquoi on m’appelait tête de linotte *

« je suis ici en visite… je fais une escale à paris afin de rejoindre ma tante malade »

*mon dieu ! le ciel va me tomber sur la tête si je continue de mentir ! *
Revenir en haut Aller en bas
intendant
Poete


Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: hum hum   Ven Avr 07 2006, 19:14

L'intendant se tut simplement apres un "ah très bien" sans conviction. Il n'était pas là pour faire la conversation ni pour juger. Ce n'était pas le piliers des rumeurs ici, et tout le monde savait que si l'on voulait papoter et lancer des potins, il n'était pas l'homme à qui s'adresser. Pour les confidences, si, peut-être... mais c'était lui-même qui parfois faisait taire l'homme trop bavard, car des révélations trop indiscrettes pouvaient lui être dangereuses.

-Vous ne resterez donc sûrement pas longtemps... Mais je me dois de vous faire connaitre les coins et les recoins de ce chateau. Enfin, ce qui pourra vous être utile.

C'est ainsi que cheminant sans peine entre les bosquets taillés droits, ils monterent les quelques marches qui menent à une entrée dérobée... enfin, dérobée mais connue de tous : celles qui donnait directement sur la salle à manger.

http://1663.forumactif.com/viewtopic.forum?p=12160#12160
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: hum hum   Aujourd'hui à 23:00

Revenir en haut Aller en bas
 
hum hum
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: