1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Manoir de Cabellion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Lusior (
Invité



MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Mer Aoû 03 2005, 09:50

Citation :
"Je sais c'est normal de qualifier ca étrange qu'un riche bourgeois puisse manger à la meme table que ses domestiques. La plupart des gens aisés ne supporte pas leur présence auprés d'eux et encore moins à table. Mais si je ne suis pas comme tous ces gens là, c'est parce qu'à l'époque je representais trois fois moins que mes domestiques. Oui mon cher à l'époque je vivais dans une famille de paysan qui souffrait tellement de la misere qu'ils sont venus à abandonner leur enfant. Et voilà ce qu'est devenu cet enfant, un grand bourgeois."

"Vous venez donc d'une famille paysanne, bien. Vous vous êtes plutôt bien sortit d'un pétrin pareil. Mais faut savoir user de votre titre et oubliez votre passé malheureux."

Il regarda ses serviteurs qu'il n'aimait guere. Il goutta à la salade nicoise. Il avait l'air l'apprécié. Et il l'appréciait

"C'est délicieux. Pour vous dire vrai, c'est la premire salade que je mange. Je suis prince de Castille mais je n'ai jamais été sur mes terres, par révolte, et j'ai été élevé sur vos terres, par une famille ne connaissant rien à la bourgoisie, proprement dites."
Revenir en haut Aller en bas
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Mer Aoû 03 2005, 12:17

Citation :
C'est délicieux. Pour vous dire vrai, c'est la premire salade que je mange. Je suis prince de Castille mais je n'ai jamais été sur mes terres, par révolte, et j'ai été élevé sur vos terres, par une famille ne connaissant rien à la bourgoisie, proprement dites."

"Donc vous avez décidez de vous réfugiez aupres de notre bon vieux Roy. C'est pour cà que vous etes venus dans la région, n'est ce pas?"

Apres la salade se succederent les pintades, le boeuf bourguignon, les chevreux... Un vrai petit festin en quelque sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lusior (
Invité



MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Jeu Aoû 04 2005, 04:44

Citation :
"Donc vous avez décidez de vous réfugiez aupres de notre bon vieux Roy. C'est pour cà que vous etes venus dans la région, n'est ce pas?"

"heu... oui"

*on a cas dire*

Il mangea ce qu'ils suivirent
Revenir en haut Aller en bas
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Jeu Aoû 04 2005, 08:16

"Vous verez. Le Chateau est magnifique et les fetes superbes. Vous allez vous y plaire."

Casachris fit un petit sourire. Ce qu'il détestait c'était ca. Les nobles qui s'amusent dans le luxe et les autres qui travaillent dans la misere. Ils continuaient à discuter à propos de politique, du passé... pendant ce temps les plats défilerent. Bientot le repas toucha à sa fin.

"Ah c'était un bon repas. Ce fut un plaisir d'avoir une discussion avec vous. Mais le voyage a du vous épuiser non? Vous devriez aller vous reposer. Une grande journée vous attend."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lusior (
Invité



MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Jeu Aoû 04 2005, 08:37

"Merci beaucoup, mais je dois rejoindre maintenant la cour du ROy au plus vite."

Il salua le noble, la soeur, regarde froidement les serviteurs et sortit du logement. Il se mit sur son cheval, et partit en direction de la cours du Roy, à Fontainebleau.
Revenir en haut Aller en bas
Jeanne C
Invité



MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Jeu Aoû 04 2005, 10:01

Le reste de la soirée se passa rapidement. Elle parlait avec ses voisins de table. Les domestiques riaient entre eux et elle aussi. Coupfol le jardinier faisait le clown comme d'habitude et faisait rire son entourage. Il était devenu maitre dans les tours de passe passe. La soirée se finissait dans cet ambiance décontracte et amusante. Seul l'invité et son frere ne prenait pas part à la fete. Ils parlaient de choses sérieuses. En voyant le duc, cela lui avait fait repenser à son comte. La fin du diner arriva. Le duc pressé s'en est vite allé. Il nous salua et mon frere et moi firent de meme. On avait tous les deux remarqué le regard noir du duc envers les gens qui parlaient encore à table. Il partit et je m'adressa à mon frere:

"Il n'a pas l'air commode ton duc.
- Que veux tu, c'est un noble et il ne supporte pas la présence d'un moins que rien. Tout ce qu'il voulait c'était fuir au plus vite ce manoir de paysan. Mais bon cela ne va pas nous empécher de faire la féte. Amaury, dit il en s'adressant à son valet, ramene ta troupe et dansons."

Le prétendu Amaury et d'autres valets disparurent puis réapparurent avec des instruments. Ils commencerent à jouer de la musique paysanne provencale. Cabellion fut le premier à danser et les autres le suivirent. Il répliqua à sa soeur:

" Quel bonheur de retrouver l'ambiance du pays"

Il se mit à danser tout joyeux. Elle préféra se retirer et s'éloigna discretement vers sa chambre pou écrire quelques lettres
Revenir en haut Aller en bas
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Jeu Aoû 04 2005, 10:55

La fete continua et continua. Cabellion ne s'était jamais aussi bien. Mais tard dans la nuit il arreta la fete et tous allerent se coucher sauf Henri et lui qui allerent dans son bureau. Cabellion s'assit à son bureau et Henri devant lui.

"Alors Henri, raconte moi tout.
- J'ai appliqué ce que vous m'avez demandé à la lettre. La rumeur est en route. Elle a atteint Epernay à l'est, Compiegne au nord, Dreux à l'Ouest et Etampes au Sud.
- J'apprends par mes lettres qu'une bonne parti de la Provence est au courant et cela commence à s'étendre sur le Languedoc et le Dauphiné. L'Aquitaine, le Poitou, le Nord est au courant. Une parti de la Normandie aussi. Il ne manque plus que le Centre de la France.
- Et la Bretagne qu'en faites vous?
-Je lui réserve une autre tache tres importante. Ca sera à ce moment là que j'aurais besoin de notre cher vicomte. Sinon où sont rendus les travaux des égouts?
- Ils n'ont pas encore fini. Ils ont dit que tout sera fini dans 3 semaines.
- 3 semaines? Mais qu'est ce qu'ils font. Normalement tout devrait etre fini.
- Je sais, mais ils vont mettre au point un systeme colossal, du jamais vu. Meme Dédale n'en aurait paas fait autant.
- Depuis quand t'interesse tu à l'antiquité grecque, dit Cabellion avec un petit sourire. D'accord donc tout marche comme prévu.
- Euh...les ingénieurs ont découvert la planque d'une bande de brigand.
- Hm Ca pourrait compromettre nos plans. On s'entretiendra avec eux. Maintenant je vais te parler de mon voyage qui a réussi avec succés. En Allemagne les artisans nous fabriqueront de la poudre et des armes à feu et les Italiens nous fabriqueront la majorité de nos Hallebardes. Je leur ai imposé un type d'arme nouveau que j'ai inventé. Ce sera une espece de grande lance de 2 metres de longs auquel on aura rajouté une paire de lame dentée de chaque coté de la lance. Cela lui fera 4 lames dentées mais 2 de chaque coté. Ce sera une arme légere car avec les artisans on a trouvé un alliage de métal léger. Un alliage que j'emploie pour alléger mes canons mais qui les rends solides. Au lieu de peser 13 livres, elle en pese 8. Plus légere et plus solide qu'une hallebarde. Ce sera une arme assez cher, mais bon je suis un grand armateur et je suis tres bon pour faire des affaires. Le plus marant c'est que ce sont les caisses de l'Etat qui vont payer sans le savoir ces armes. C'est notre bon Louis qui va financer la révolution. Demain je vais aller voir notre bon Roy pour lui rendre compte de l'affaire Marseille. Mais maintenant allons nous coucher."

( L'antichambre )


Dernière édition par le Mar Aoû 09 2005, 18:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Mar Aoû 09 2005, 12:52

( Bibliotheque )

Cabellion rentrait du ministere fourbu. C'était bien ce qu'il pensait. Les ministres goutent au plaisir de la cour et il y a personne qui s'occupe de l'économie de la France. Casachris avait du travailler double. Il arrivait pres de son manoir quand il vit son majordome sur le perron. Quand sa voiture s'arreta, Henri vint lui ouvrir sa porte.

" Comment va monsieur?
-Tres bien Henri. Te rends tu compte que je suis ministre. (Cabellion était surexcité)
-Bravo Casachris. Pour vous féliciter, le manoir vous offre une surprise.
-Une surprise?"

Henri ouvrit la porte du hall et laissa bouche bée le bourgeois. Devant eux se tenait un homme d'origine asiatique, qui devait avoir la cinquantaine, entrain de prendre un verre. Cabellion courut et sauta dans ses bras.

"Tcheng qu'est ce que tu fais là?
- Cher ami répondit il avec un leger accent japonnais, je suis venu m'installer dans la capitale et j'ai appris que tu étais là toi aussi, alors je suis venu te voir et je m'apercois que mes conseils t'ont donné fruits.
- Et comment. Tiens viens dans le salon me raconter ce que tu as endurer pendant tout ce temps. "

Aussitot Casachris, Tcheng, Jeanne et Henri s'installerent dans le salon. Le maitre de maison commenca à prendre la parole.

"Oh mais laissez moi raconter le début pour que nos amis comprennent. Tout a commencé il y a 17 ans. Mon pere adoptif me battait alors que ma mere faisait tout son possible pour me protéger. C'est elle qui prit en main mon éducation. Elle m'envoya chez plusieurs professeurs dont un était un ancien samouraï qui s'était converti au commerce. Un professeur du nom de Tcheng Tong originaire de l'empire du Soleil Levant. Il m'apprit le fonctionnement du commerce, de l'économie... Enfin il m'a tout appris. Pour moi c'était plus qu'un ami, c'était un pere... Enfin bref le temps passa et 7 ans plus tard ma mere mourut et mon pere me chassa. Celui ci attendait ce moment depuis longtemps. Alors je commencais à trainer dans les rues quand Tcheng me prit sous son aile. Il parfit mon éducation puis à 18 ans je pris mon envol et en 7 ans suis devenu ce que je suis maintenant. Grand armateur richissime qui plus est ministre du Commerce. Mais maintenant Tcheng il faut que tu m'éclaircisses ce qui t'es arrivé pendant ces 7 ans.
- Tu étais parti, mon ame me parlait de faire de meme. Apres un long voyage, je revins chez moi y remettre de l'ordre. Je consultais mes maitres, je continuais mon marché... Mais je ne retrouvais pas mon coeur, j'ai remarqué qu'il était resté aupres de toi. Je décidais un jour de revenir le récupérer. Et c'est ce que j'ai fait. Je l'ai cherché partout. Aa Toulon, à Paris et je l'ai enfin trouvé ici en ce jour."

Il y eut un silence. Cabellion était ému
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeanne C
Invité



MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Mar Aoû 09 2005, 21:52

Jeanne apres son bain quotidien, alla dans sa chambre. Adrien ne lui avait pas repondu, elle se posait des questions. Quand soudain Henri l'interpella.

" Jeanne, un inconnu est arrivé, il est dans le hall"

Puis il redescendit avec elle. *Il n'avaait peut etre paas repondu mais il était venu c'était encore mieux.* Mais quand elle vit l'homme, elle soupira. En effet cet homme n'avait rien à voir avec le comte qu'elle avait croisé l'autre jour. Cet homme avait le teint légerement jauni, et ses cheveux blancs montraient qu'il n'avait pas moins de cinquante ans. Elle arriva devant lui et lui fit une révérence qui fut renvoyé par l'étranger. Elle lui demanda de se présenter.

"- Mon nom est Tcheng Tong je suis un tres ancien ami de votre mari madame.
- De mon mari?
- Oui de Casachris Cabellion
- Aah mais non. C'est mon frere.
- Votre frere!?! J'ignorais qu'il avait une soeur.
- Je me nomme Jeanne. Jeanne Cabellion. Euh... Voulez vous une coupe de Champagne?
- Volontiers."

Le temps passa. L'inconnu voulait prendre des nouvelles de son frere quand celui ci arriva. Il avait une mine bien fatigué, mais en voyant l'inconnu, son visage fut rempli de joie et de surprise. Apres des retrouvailles enthousiaste, ils allerent tous au salon. Elle apprit plus sur l'étranger japonnais. Et les paroles de celui ci l'avaient ému également. * Voici le modele d'un amour entre un pere et un fils* Mais une question la tracassait.

"Mais si vous étiez samouraï, comment avez vous pu devenir un marchand. Tout le monde sait qu'un samouraï n'est bon que pour faire la guerre.
- Faux. On voit bien que vous occidentaux ne savez rien de notre monde. A l'époque je vous l'accorde les samouraïs étaient des guerriers valeureux qui aimaient bien se battre comme vos chevaliers. Mais depuis peu des samouraïs sont devenus philosophe, commercant... Les hommes se lassent des guerres tout comme moi et preferent se cultiver, s'ouvrir au monde, penser au lendemain...
-Pourquoi vous etes vous lancé dans le commerce?
-Pourquoi? parce qu'à l'époque j'aimais bien voyager, découvrir de nouvelles terres, parler à differentes personnes... Le commerce pouvait me l'offrir. J'ai choisi cette voie. Je suis arrivé en France, je me suis attaché à ce pays, à ces gens, à cette maniere de vivre. Je me sentais bien."

Un silence s'installa. Pour elle interminable mais reellement que quelques secondes
Revenir en haut Aller en bas
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Mer Aoû 10 2005, 14:02

Le japonnais rompit le silence:

"Alors as tu réussi à avoir ta place au ministere?
- Comment le sais tu?
- Ton talent a donné sa permission."

Cabellion regarda sa soeur. Il remarqua qu'elle était étonné. C'est normal c'était une particularité de certains japonnais qui parlaient en dictons. Ce que voulait dire Tcheng signifiait qu'il avait un tel talent que c'était obligé qu'il devienne ministre. Casachris continua:

" Oui je viens d'etre nommé aujourd'hui ministre du commerce par notre bon Roy. Je voulais vous en faire la surprise..."

Casachris raconta donc sa journée, comment il avait été promu... Ils passerent à table où ils continuerent à discuter. A la fin du repas Casachris annonca:

" Allons nous coucher. Tcheng voici les clés de votre nouvelle maison. C'est la maison bleu, la maison la plus proche du manoir, à l'est, à 500 metres.
- Caschris puis je te parler seul à seul."

L'armateur hocha la tete puis l'ammena dans son bureau. Il ferma soigneusement les portes. La piece avait été faite de telle facon que personne ne pouvait entendre.

"Te rapelles tu de mn enseignement?
- Euh... oui, pourquoi?
- Tout ce que j'ai dit n'était que comédie. Si je suis venu c'est que j'ai eu vent de ta révolution et je suis venu pour parfaire ton éducation.
- Je vois ce que tu veux dire."

Casachris S'éloigna et s'approcha d'une étagere où étaient exposés des vases miniatures provenant du Japon et valant tres cher. Il en saisit un et le fit reculer. Rien ne se passa. Puis il s'approcha d'un tableau, l'ouvrit et découvrit dedans un levier qu'il actionna. Toujours rien. Tcheng questionna:

"Euh... Qu'est ce tout ceci?
- C'est la facon d'ouvrir une porte. Le vase me permet d'ouvrir le tableau et le levier de celui ci me permet d'ouvrir la porte.
- Et où est elle cette porte?
- (s'appuyant contre le mur) Ici"

Sitot apparut une petite ouverture dans le mur. Tcheng était étonné. Caschris le pria d'entrer devant. Tcheng le fit et l'armateur le suivit refermant le passage derriere lui. Il descendirent les escaliers sombres et humide. On ne pouvait voir que la lampe de Casachris. Bientot les escaliers s'arreterent et menerent à un couloir tout aussi sombre. Au bas des marches, le francais commenca à compter les pas. Au bout de 90 pas ils s'arreterent. Cabellion éclaira le plafond. On ne voyait toujours rien à part le meme plafond de granit. Mais Casachris en connaisseur approcha ses mains du plafond et empoigna une pierre qu'il tira. C'était une trape de la meme teinte que le plafond. Impossible à trouver si on ne connaissait la combine. Ils monterent tous les deux et se retrouverent dans une vaste salle. Casachris s'empressa d'allumer les torches pour éclairer la salle. Le japonnais était stupéfait par ce qu'il voyait. Une salle d'entrainement complete. Le francais prit la parole.

"Alors qu'en penses tu?
- Mais comment as tu fais cela? Avec quels moyens?
- Avec l'argent du beurre. répondit il avec un sourire.
- Je savais que tu étais on en ce qui concerne les affaires mais je n'aurais jamais cru à ce point là."

Cette salle était en fait une salle d'entrainement au combat. Mais pas une salle comme ont les mousquetaires. Une salle du type asiatique, employé par les samouraïs et par les espions japonnais (HJ ninja). Sur les murs se trouvaient differentes armes qu'un occidental trouverait étrange. Sinon dans la salle se trouvait differents objets pour entrainer son agilité, sa force physique, sa rapidité aux armes... Casachris s'éloigna et revint avec deux batons aux mains. Il en lanca une à Tcheng. En combat ses batons comportent une lame de chaque coté. Une arme comme celle là aux mains d'un professionnel peut etre extremement dévastatrice. Tous les deux se tenaient pres pour le combat. Le japonnais était vieux mais il était expérimenté. Le combat commenca. Tous les deux virevoltaient en tous sens. Ils sautaient partout et étaient d'une rapidité phénoménale.

" Mon éleve a fait des progres
- Oui j'avais oublié de vous prévenir
- Bon nous allons pouvoir élever le niveau."

Le vieux redoubla de puissance et de rapidité. Ce qui surprit Cabelion qui fut éjecté par un coup dans le ventre. Il reparta rapidement à l'assaut et essaya de tenir le niveau de son maitre. La domination venait toujours du maitre mais l'éleve tenait bravement. C'était tellement rapide qu'on ne voyait pas les coups. Un moment le vieux s'arreta.

"Bravo tu as fait des progres considérables. Tu pourras donc passer à l'entrainement supreme.
- L'entrainement supreme? Qu'est ce?
- Tu vas maintenant apprendre des coups que seuls les champions peuvent accomplir. Réussis l'entrainement et tu seras fin pret à me succeder. Veux tu commencer l'entrainement? Quoique nous commencerons demain, il se fait tard et nous devrions nous coucher.
- Oui vous avez raison Tcheng.On reprendra demain."

Casachris éteigna toutes les torches puis ils ressortirent par la trappe. Ils arriverent dans le couloir et Tcheng interrogea Casachris:

"Où mène ce couloir?
- A 2 lieux du Manoir
- Pourquoi est il si long?
- C'est en cas de fuite. Personne ne connait l'existence de ce couloir à part moi."

Les deux hommes rentrerent au manoir. Ils sortirent du passage et regagnerent leurs chambres respectives apres avoir naturellement refermé le passage.

( L'entrée de la cour)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Jeu Aoû 25 2005, 10:45

( entrée de la cour)

Cabellion revenait comme d'habitude du ministere. Seul une chose différenciait ce jour des autres. Ce jour là Casachris bouillonnait de rage. Il était aussi rouge qu'une tomate. Il rentra vivement sans meme dire un bonjour au majordome, puis alla dans son bureau où il s'assit, pensif et ruminant sa rage. Tcheng accourut vers le raffut et il se tenait avec Henri à l'encadrure de la porte. Henri risqua:

" Euh Que se passe t'il monsieur?
- Rien"

A cet réponse Tcheng et Henri, inquiet se regarderent pour savoir si l'autre comprennait, puis ils entrerent dans la piece. Pendant qu' Henri ferma la porte, Tcheng s'avanca vers l'armateur et dit:

"Tu as eu des problemes aujourd'hui?
- Est ce que vous avez entendu parler de ce qui s'est passé dans les bois de Fontainebleau?
- Euh...
- Oui répondit Henri qui s'avanca à son tour, une troupe de bandits ont attaqués Fontainebleau et par surcroit des gens de la cour.
- Voilà et vous savez ce que cela représente?
- Non répondirent les deux
- Cela signifie que notre bon Roi va renforcer les surveillances aux alentours de Fontainebleau mais aussi dans Fontainebleau. Donc on sera surveillé tout le temps. Et je crains pour notre cher vicomte qui sera dans la ligne de mire. Maintenant nous devrons accélerer les choses. Il faut vite que les ingenieurs finnissent leurs travail et que la CL puissent se réunire avant que d'autres incidents de ce genre ne se reproduisent. Quand meme si je mettais la main sur ce censuré qui a été à l'origine de cette attaque, je le censuré
-Surveille ton language répliqua le japonnais, De toute facon Louis ne pourra pas nous découvrir.
- Je l'espere. Henri peux tu nous laisser s'il te plait. J'aimerais discuter seul avec notre ami."

Puis quand le majordome repartit Tcheng et Cabellion repriren-t une discussion

" Il va falloir imaginer tous les cas de figure. Tcheng je dois te confier un secret. Si je viens à etre capturé ou meme tuer, je voudrais que tu prennes ma place en tant que meneur.
-Qui moi? Mais , je ne saurais jamais comment me débrouiller. Je n'ai pas ton intelligence.
- Mon corps sera peut etre dans une tombe, mais mon esprit non."

Il sortit d'un tiroir un vieux carnet sombre.

"Dedans sont indiquées toutes les indications à propos de la Révolution, du débu jusqu'à la fin, des réunions de la CL jusqu'au plan d'attaque du chateau. Ceci est composée de plusieurs variantes. Ton role sera juste de les adapter face à la situation c'est tout. Tu vois je mettrais ce carnet là."

Puis il mit le carnet dans une cachette que maintenant seul lui et Tcheng connaissent.

"Maintenant je vais te communiquer mon plan si je suis découvert. Alors si les mousquetaires du Roi savent que c'est moi l'instigateur, voilà ce qu'on va faire..."


Dernière édition par le Sam Oct 22 2005, 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Ven Sep 09 2005, 17:55

Dimanche, jour de repos, il n'irait pas travailler. Il était assis dans le salon dans son fauteuil qu'il affectait tout particulierement pour sa confortabilité. Vétu d'une robe de chambre de velours, il buvait une tasse de thé. Seul, dans la tranquilité, loin du monde bruyant. Il songeait au calme, seul le martelement de la pluie sur les vitres rompait ce silence. Soudain la porte s'ouvrit avec un grand fracas, ce qui le fit sursauter et renverser le contenu de sa tasse sur lui. Henri courut comme un dératé et reprenait son souffle comme s'il avait couru plusieurs lieux sans s'arreter. Mais Casachris ne s'occupait pas de ca. Il essuyait sa tache, mécontent qu'on l'ait dérangé. Il s'adressa à son majordome:

- J'éspere que tu as une bonne raison de m'avoir déranger.
-Oui... monsieur ... les ... ingénieurs, les ingénieurs ont terminés.

Ces paroles le fit dresser subitement. * Ca y est la CL pourra avoir lieux, la révolution pourra se mettre bien en marche.* Il fit un sourire radieux et lui fit signe de l'accompagner à son bureau. Ils entrerent et refermerent la porte tres soigneusement. Il s'avanca vers son bureau et regarda dans ses papiers qui jonchaient sur la table. On pourrait se demander comment il faisait pour se retrouver, mais il savait tres bien s'en sortir et pouvait trouver des documents en un rien de temps. Quelques secondes plus tard, il mit la main sur un dossier qui était en fait un calendrier tres détaillé sur les marchés.

- Dans 5 jours se tiendra à Paris, un grand marché où accourent des centaines de marchands et des milliers et des milliers de personnes. La CL se tiendra cette nuit là. Henri tu enverras des maintenant nos quatorze cavaliers. Ils partiront dans des directions différentes et devrons prévenir les 84 chefs de division. Tu répartiras Henri, tu sais faire cela?
- Oui je...
- Bon, si on calcule bien les cavaliers devront en prévenir 6 chacun. Il y a 7 hotel qui ont acces aux egouts et qui sont avec nous. 2 cavaliers préviendront à eux deux 12 chefs et leurs diront de s'installer par exemple dans l'hotel de St Augustin. 2 autres cavaliers préviendront 12 autres chefs et leur diront d'aller à l'hotel de la Paix... Euh est ce que tu comprends?
- Euh oui je crois comprendre...
- C'est tout bete, chaque cavalier devront avertir 6 chefs. A toi de leur donner leur plan d'action. Et tu donneras à 2 cavaliers le nom d'un hotel qu'il devront transmettre. D'accord?
- Oui je comprends mieux déjà.
- Evidemment, la discrétion va de soi. Les cavaliers devront agir incognito, ne devront pas révélé leurs vraies intentions à une police, et surtout ne devront pas porter d'arme. De toute facon ca été interdit par le Roi à partir de l'attaque du bois. Je pense que ca sera tout. Sinon tu as le plan avec les pieges?
- Tiens le voila
- Parfait, tu peux te retirer maintenant.

Il s'assit à son bureau et contempla la carte. Tout était parfait, les égouts étaient maintenant trufés de pieges. Seul un long chemin qui prenait beaucoup de virages, et qui raccordait les 7 hotels à la chapelle ne semblait rien avoir, à part quelques pieges de secours. Bien évidemment les pieges ne seront pas en fonction tout le temps. Des commandes permettront de mettre en route les mécanismes. Les commandes étaient toutes au meme point, la chapelle.Ce fut un tres beau boulot qu'on fait les ingénieurs. Un véritable progrés dans l'ingénieurie. Il prit une grande feuille puis recopia la carte, enfin simplement les chemins des égouts et le chemin à prendre point. Il ne s'attarda pas à mettre les emplacements des pieges qui étaient trop nombreux. Il devait en copier 7. Beaucoup de boulot, pour un jour de repos ( Wink )

(Un cavalier solitaire)


Dernière édition par le Sam Oct 22 2005, 19:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Lun Sep 12 2005, 21:10

(Un cavalier solitaire

Le jours d'apres Cabellion repensait aux egouts et pensait aux problemes qu'il pourrait rompre ses projets. Puis soudain une idée lui vint à l'esprit. LES BRIGANDS. Il devait absolument les contacter. Il irait en personne encagoulé... Il regarda l'horloge du salon et vit 21 heures. Il devait y aller maintenant, comme ca le boulot sera fait. Il prévint Henri qu'il irait dans son bureau pour y travailler et que cela pourrait prendre toute la nuit. Henri fit un signe d'approbation puis repartit à ses taches. Pendant ce temps là Casachris se dirigea vers son bureau, l'alluma et referma la porte. Il ouvrit le passage secret, avanca dans le couloir et arriva à la salle d'entrainement. Là y était entreposé la tenue de guerre que lui avait offerte Tcheng. Une tenue en soie noir et un foulard noir qu'il devait mettre comme les bédouins. Il se prépara puis pris ses armes: sa lance à double lame qu'il accrochait à son dos, et deux catanas à sa ceinture. Puis il sortit de la salle et ressortit a l'autre bout du sous terrain. A quelques pas il y'avait l'écurie où il y prit un étalon noir. Il ne savait pas tres bien monté, mais connaissiat les bases. Il galopa en direction de Paris.


Dernière édition par le Sam Oct 22 2005, 19:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Dim Oct 02 2005, 16:21

Cabellion revint dans son bureau, il était 5 heures. Il avait evidemment enlever son deguisement qu'il avait entreposer dans la salle d'entrainement. Il n'aurait pas le temps de se reposer et décida de repenser à ce qu'il avait vécu ce soir. Le chef des brigands, d'accord pour l'aider, et cet homme mystérieux qui se prétendait comploteur. Mais un comploteur aussi serein était inimaginable. Il était certain que celui ci l'avait menti, il était de plus en plus persuader qu'il faisait parti de la police, meme s'il avait aucune preuve. Meme ce poison , il n'en était pas convaincu. Enfin si le Roi avit été victime d'un attentat ca se saurait. Il alluma sa pipe et continua à se promener dans ses pensées. Le tabac était un bon moyen de mieux se concentrer. Le lendemain il devrait retourner à la cour dans la chambre des ministres où il commencait à se faire une bonne réputation auprès de Colbert le ministere des finances qui étaient plus que ravi de ses performances. Par contre sa réputation baissait de jour en jour aupres des autres ministres qui le regardait avec une certaine pointe de jalousie. Il emit un petit rire. Colbert le prenait sous sa protection parce que Cabellion faisait rapporter aux caisses enormément d'argent, beaucoup plus que l'année derniere. Cabellion réduisait enormément le deficit de l'Etat bien qu'il existât encore. Il resta figé sombrant dans ses pensées.

2 jours plus tard, il apprit la mort d'un de ses courriers, heureusement qu'un autre eut l'intelligence et l'initiative de prevenir ceux qui ne l'étaient pas encore. Mais il craignait les repercussions, il avait entrainé dans sa mort plusieurs policiers. Heureusement il n'avait pas parlé et qu'il avait raconté sur une lettre urgente pour Bordeaux, il aura moins de mal à se justifier. Ce meme jour il entendit parler d'un sergent qui fut blessé suite à une explosion pres d'Orléans. Cela ne faisait aucun doute c'était lui et s'il était venu à Fontainebleau cela signifira une enquete. Il ne réagirait pas pour l'instant mais plutot apres le débutde la foire, apres le rendez vous de la CL.

Le fameux jour arriva, le début de la grande foire à Paris, ce fameux jour où des milliers de marchands accouraient des quatre coins de l'Europe, d'Afrique et de Proche Orient. Et des milliers de gens s'amassaient dans les hotels, auberges... Ce matin Henri fit un rapide tour de plusieurs hotels, certains des vrais hotels appartenant à la CL, d'autres completement au hasard. Il devait vérifier si tout le monde était là, les 84. Si des gens curieux lui posait la question pourquoi? Il répondait tout simplement qu'il cherchait un membre de sa famille, ce qui était tout à fait logique, car on se perdait aisément dans Paris pendant les grands marchés. Une fois qu'il s'apercut de la presence de tous les membres il vint s'en retourner au manoir où il fit le compte rendu satisfaisant qu'attendait Cabellion. Celui ci avait prévenu auparavant le chef des brigands de la date de la reunion et lui avait prévenu de ce qu'il avait à faire. Henri et Cabellion attendirent la nuit dans le calme, puis à 21 heures ils fermerent le bureau, les rideaux et ouvrirent le souterrain. Cabellion s'équipa, avec des armes et de sa tenue noir qu'il avait pris à sa derniere excursion. Tcheng était là également. Il était dans une tenue identique à Cabellion....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Mar Oct 18 2005, 17:59

Le soleil rayonnait au dessus du domaine de l'Arbre de Provence. Cela représentait bien l'état d'esprit qu'épruvait Cabellion à son retour de son entrevue avec le Roy. Meme si il se demandait pourquoi le Roy était plus froid que d'habitude. A chaque fois qu'il le voyait il était chaleureux ..., aujourd'hui la lumiere brillait un peu moins. Mais qu'à cela ne tienne. Il était ravi que son projet fut accepté. Cela lui rapporterait énormément et la majorité de l'argent servira à financer la Révolution. * Merci beaucoup votre majesté de payer votre chute* ria intérieurement Casachris. Son carosse arriva devant le manoir. Il vit ses amis l'accueillirent comme à l'habitude, puis ceux ci retournaient à leurs taches tandis que Cabellion se dirigea vers son bureau. Tcheng l'y attendait. Casachris fut quelque peut étonner mais il ferma quand meme la porte et salua son pere adoptif.

- Mais que fais tu là? demanda le ministre
- La question est plutot "Qu'as tu fait?" répondit Tcheng avec son accent japonnais
- Bien pour te répondre, le grand ministre Colbert m'a présenté au Roy, disant que je suis un grand héros...
Sur ces mots il s'assit à son bureau en face de Tcheng tout en faisant rolling eyes Puis il continua:
- Il en faisait beaucoup trop, mais bon d'un autre coté je remonte dans l'estime du Roy. Et puis ensuite je lui ai montré mon nouveau canon revolutionnaire...
- Je vois que mon apprenti ne suit pas les conseils de son maitre coupa l'ancien samouraï
- Pourquoi?
- Mon jeune ami s'est fait piégé comme un petit chiot. Tu es naïf. Je ne connais rien de votre monde. Mais je sais qu'un grand ministre qui se respecte, ne laissera jamais une petite mouche lui voler devant le nez. Il prendra tous les moyens pour l'écraser.
- Qu'est ce qu'il faut comprendre à tout cela? demanda Cabellion completement étonné.
- Ta puissance grandit. Ton Colbert l'a remarqué. Il essaye de faire valoriser ta puissance pour faire répéter l'histoire de l'ancien surintendant des finances...
- Fouquet!!!!! mais je ne suis pas...
- Non. trancha le marchand. Mais le Roy n'est pas passé à coté de cela. Il voit en toi celui qui a redresser le déclin, celui qui à stabiliser la France. Tu es maintenant considéré comme un héros. Tu en a fait beaucoup plus que Fouquet, la seule chose qui t'a sauvé est ta discrétion. Mais combien de temps cela va durer?
- Que dois je faire?
- Tu ne peux plus reculer, mais tu dois renforcer ta discrétion. Il ne faut pas l'etre de trop sinon on pourrait se poser des questions. Contente toi d'obéir au grand Lion. Sinon vient nous allons devoir continuer ton entrainement.
- Mais je dois ecrire des lettres pour...
- Tu les écriras plus tard. Rien ne saurait faire attendre le grand art..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Ven Oct 21 2005, 16:44

Apres avoir ouvert le passage, ils se dirigerent tous deux dans le souterrain. Quelques minutes plus tard, ils arriverent dans la piece secrete. Sitot rentré Casachris ne remarqua pas que son pere sautait sur lui. Sous le choc, le ministre fut projeté. Il se releva promptement pret à faire face à toute attaque.

- Tu vois il y a tout un entrainement à faire, cingla Tcheng.
- C'est inutile, je suis au point répondit Casachris d'un sourire narquois.

Sur ces mots celui ci se jeta sur son maitre qui paradait tous les coups de poing et coups de pieds de son apprenti. Casachris décida de miser sur sa rapidité et bougea en tout sens tout en attaquant. Mais Tcheng se révéla tres puissant, et meilleur. L'armateur se retrouva plusieur fois au tapis. Puis Tcheng s'arreta et sortit un foulard de sa poche et bandit ses yeux pour ne plus voir. Il se tenait immobile face à son apprenti.

- Attaque moi maintenant répliqua Tcheng.

La colere montant en lui, Casachris se rua sur l'ex samouraï qui parada encore une fois. Il fit ensuite plusieurs autres tentatives en se déplacant énormément, mais ce fut sans succes alors que Tcheng restait presque immobile. Fatigué et surtout étonné Cabellion s'arreta.

- Comment faites vous ca?
- Le bruit de tes pas souria Tcheng, le bruit de tes mouvements, le bruit de ta respiration. Tant d'éléments qui te trahissent. Ceci est ta derniere lecon et celle ci est la plus difficile. Si tu sais maitriser cela, alors enfin tu seras pret.
- Par où est ce qu'on commence?
- La premiere chose que tu dois savoir et qui est la base de tous les champions c'est " Tes yeux seront ton épée, tes oreilles ton bouclier." Ceci et la chose que tu dois garder à tout prix dans ta tete. On défend mieux avec un bouclier que sans. Ici c'est la meme chose.
- D'accord maitre.
- Pour commencer je vais t'apprendre à différencier les sons.

Et l'apprentissage commenca. Un apprentissage tres difficile où Casachris ne réussit à différencier certains sons qu'au bout de 3 heures. 5 heures plus tard, il y eut quelques progres encore. Il se faisait tard, le soleil était couché depuis longtemps, les horloges avaient sonnés 12 coups depuis un certains temps. Mais Casachris et Tcheng n'éprouvait aucune fatigue, malgré les efforts considerable qu'ils faisaient. Ils étaient tous les deux poussés par une force invisible. L'un par le désir d'apprendre, l'autre par le désir de faire apprendre. Ils continuerent inlassablement jusqu'à ce que Casachris percoit au lointain le chant du coq. Casachris avait fait des nets progres, mais ils étaient encore loin du compte. Il arrivait à percevoir les sons mais ne s'était pas entrainé au combat, ce qui allait etre le plus dur. A cet instant Tcheng mit fin à l'entrainement et s'approcha de son éleve:

- C'est tres bien je suis fier de toi. Tu as été beaucoup plus rapide que je l'aurais imaginé. Si je t'ai fait entrainé ce stade c'est parce que je voudrais que tu me rendes un service. Mon cousin qui est marchand s'est fait arrete ainsi que plusieurs autres personnes. La cause: ils sont accusés de détournement d'argent, mais je sais tres bien que c'est faux, mon cousin est tres honnete. La seule raison c'est le fait que ces marchands soient de couleur différentes. Et ils vont les pendre ce midi sur la place publique de Reims.
- Ce midi, en 5 heures? Mais il faut partir tout de suite. Tu me dis ca que maintenant. Il va falloir voyager léger.

Tcheng s'enveloppa de toiles noir, que fit exactement Casachris. Leurs habits étaient composés d'un long foulard noir qui recouvrait leur tete à la mode bédouine, d'une tunique noire, drappée, à longue manche et de lanieres de lin noir recouvrant leurs jambes. (Je pense que ca sera suffisant, a moins qu'il faille décrire les chaussures aussi Wink ) L'ex samouraï prit deux catanas, l'armateur préféra sa lance à double tranchant. Apres s'etre habillé ils sortirent en courant de la salle, prirent le souterrain en allant à l'oppose du manoir et arriverent pres des ecuries. Là ils attelèrent deux chevaux noirs comme l'ébene et partirent à toute allure. Casachris ouvrant la cavalcade...

(Pendaison à Reims)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Lun Oct 24 2005, 18:27

Ils arriverent tous sain et sauf au manoir. Le cousin fut logé dans une maison à Paris et les deux comperes purent enfin s'en retourné chez eux. Ils passerent par le souterrain et s'arreterent à la salle d'entrainement où ils se changerent. Ensuite au grand déplaisir de Casachris ils continuerent l'entrainement. Cette fois il appliqua ce qu'il avait appris sur les sons au combat. Combat à l'épée. Il distingua grace à certaines astuces, la direction que prenait une épée les yeux bandés. Tout comme avec une hache qui avait un son plus lent et lourd... Ensuite Tcheng tira avec des mousquets à plusieurs distances, pour que Cabellion se fasse une idée de la distance de son ennemi. Il s'entraina comme cela au combat. Il recut plusieurs blessures à cause de ses mauvaises interprétations, ou d'une hésitation, ce qui provoqua les sermons du maitre qui enerverent Casachris à un plus haut point. Cet enervement lui fit redoubler d'effort et il réussit à maitriser un peu mieux cet art car il était impossible de maitriser cet art à fond en si peu de temps. Puis Tcheng fit arreter le combat et demanda à son éleve de s'asseoir. Ce que fit Casachris qui avait toujours les yeux bandés.

- Suis de ton doigt mes déplacements.

Dans un plus grand silence, un silence de mort, Tcheng se déplaca aléatoirement autour de Cabellion. Celui ci obéit sans broncher mais il eut beaucoup de mal car Tcheng était extremement silencieux. Plusieurs fois, de nombreuses fois ils se trompaient et il recut plusieurs fois ces memes paroles " Vide ton esprit! Concentre toi sur le bruit du vent, sur le bruit de ma respiration s'il le faut! " Mais c'était une tache trop difficile et Casachris eut beaucoup de mal. Quand la lumiere vint à disparaitre, Tcheng arreta l'entrainement. Il voulait que son éleve prenne un peu de repos, car il en avait bien besoin apres cette rude journée. Ils rentrerent tous deux par le bureau et alors que Tcheng quittait le manoir pour rejoindre sa résidence, Casachris regagna tranquillement sa chambre pensant à la mission qu'il devrait bientot accomplir pour la CL...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Ven Oct 28 2005, 06:26

c'est au trot tranquille, tranquille comme il ne l'était pas, que Chastignac pris le chemin du domaine.... en pleine nuit, bien entendu.
Il avait mis assez longtemps pour se renseigner du domaine de l'arbre de provence pour, pensait-il, qu'il soit l'aube. Mais non... pas encore...
Il avait rencontré plusieurs personnes sur son chemin, pas toutes bien intentionnées, pourtant aucunes ne l'avait attaqué. Il y en avait un qui l'avait même salué du chapeau. Lui qui pensait ne trouver personne a cette heure... enfin voilà, il était devant la porte de Jeanne Cabellion.
Decedant de cheval sans vraiment de pensées heureuses dans sa tête, il ne fut pas rassuré en scrutant les alentours... des bosquets aux formes et ombres inquiétantes qui bruissaient avec le vent, rien que ça, lui donnait la chair de poule.

Son cheval tenu par la bride, il fini par frapper 3 coups assez vifs pour se faire entendre d'un endormi au gond de la porte, avant de se blottir dans sa cape...

_________________


Dernière édition par le Sam Nov 12 2005, 09:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Ven Oct 28 2005, 10:16

Comme à l'accoutumée, ce fut Henri, le majordome qui se chargea d'ouvrir la porte. * Casachris qui rentre de son expédition surement...* Mais quel était sa surprise apres avoir ouvert la porte, quand il vit que l'homme en face de lui était tout autre. Cet homme tenait à coté de lui son cheval. Il était sale et plutot mal en point. Surement demandait il asile, chose fréquente. Beaucoup de paysans demandaient le souper chez Cabellion, qui acceptait à chaque fois avec grand plaisir. Mais cette fois ci c'était différent. Malgré la saleté il émanait de cet homme une certaine noblesse. C'est ce qui fit douter Henri qui ne faisait pas trop confiance aux nobles. Etait il là pour arreter Casachris?

- Bonsoir messire. dit il en s'inclinant, que puis je faire pour vous?

Son visage ne laissait ni trace de joie, ni trace de haine. Un visage totalement indifférent comme font les bons majordomes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Ven Oct 28 2005, 20:14

Chastignac ne pu réprimer un sursaut lorsque la porte s'ouvrit devant lui soudain, alors qu'il pensait s'enraciner sur le perron...
Mais quelle peur infondée que celle de la surprise ! Ce n'était qu'un majordome... un homme, simplement... un homme.
D'ordinaire Adrien aurait pris son air suffisant habituel, quoique plus amical envers un correspondant masculin. Mais là... il était si penau qu'il n'aurait pas même oser insulter un cafard en pensée.


-Bonsoir... bredouilla-t-il. Je...

Il se racla la gorge, cherchant a reprendre une certaine tenue face au "portier".

-Pardonnez ma visite en cette nuit, mais je suis sans abris, sans biens et sans conaissances en cette ville, hormis une demoiselle que j'ai croisé il y a peu... Mademoiselle Jeanne Cabellion m'a-t-elle dit. Elle m'avait alors invitée a lui rendre visite, et je réponds a cette invitation bien que je concoive que ce soit importun durant la nuit...

Chastignac ne se serait rabaissé pour rien au monde, même blessé. Et pour lui, insister sur des soins a apporter, ou sur sa condition de miséreux completement paumé en ce moment, était extrémement humiliant. Il n'allait pas non plus parler de sa mésaventure avec le fiancé d'Adélaïde a un étranger. Alors, peut-être le majordome prendrait ce zele excessif pour de la superbe... et Chastignac éspérait bien que non.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Ven Oct 28 2005, 20:44

Citation :
Pardonnez ma visite en cette nuit, mais je suis sans abris, sans biens et sans conaissances en cette ville, hormis une demoiselle que j'ai croisé il y a peu... Mademoiselle Jeanne Cabellion m'a-t-elle dit. Elle m'avait alors invitée a lui rendre visite, et je réponds a cette invitation bien que je concoive que ce soit importun durant la nuit...

Henri fit un sourire rassurant.

- Messire est un ami de Jeanne? Oh mais, que messire est l'obligeance de rentrer. Que monsieur ne s'inquiete pas pour son cheval, un homme va le mettre à l'écurie et le soigner.

Puis le majordome se retourna et cria "COURTEPATTE" Et le dénommé Courtepatte arriva en trombe dans le hall. Un homme de petite taille qui ne devait mesurer que la moitié du majordome, mais qui avait un visage souriant. Tout de lui dégageait la joie de vivre.

- Oui Henri
-Accompagnes le cheval de messire à l'écurie. Apporte lui les soins qui conviennent.
- D'accord.

Puis celui ci partit avec le cheval apres avoir fait un timide bonjour à l'inconnu. Pendant ce temps là, Henri pria l'invité de le suivre. Ils arriverent dans le salon, toujours aussi richement décoré et Henri fit asseoir l'ami de Jeanne tout en lui servant un bon Cognac.

- Je suis malheureusement désolé de vous l'apprendre. Mademoiselle Jeanne est absente. Elle est parti en Lombardie, pres des magnifiques lacs. Son frere voulait qu'elle voit la beauté des paysages du sud pres de leur terres natal. Mais que monseigneur ne s'inquiete, elle reviendra dans deux jours. Et monsieur Cabellion, je pense, ne fera aucune objection à ce que monsieur soit hebergé ici puisqu'il aime beaucoup avoir des invités. Surtout quand ceux ci sont des amis de sa soeur.

Puis Henri se tourna vers l'horloge puis ajouta:

- Monsieur ne devrait pas tarder, il est parti se promener avec son pere dans le domaine... D'ici là, si monsieur a besoin de quelque chose je suis à sa disposition.

Henri resta planté devant lui, attendant la réponse de l'inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Ven Oct 28 2005, 21:09

Chastignac fut completement dérouté de la rapidité de la scene qui suivit. A la notion de Jeanne, le majordome se dérida soudain et le fit entrer sans autre forme de proces, sans demander de réponse a ses propres questions. Adrien se laissait faire, pantois, quasi poussé dans le dos, en jetant parfois des coups d'oeils derriere lui avant que la porte d'entrée ne se referme. Soit. On lui faisait bon accueil, n'était-ce pas une bonne nouvelle ? Mais... où avait-il atteri ?

Ses inquiétudes laisserent place a l'étonnement lorsqu'on le fit assoir dans un fauteuil de damas, alors qu'autour de lui, la piece _le salon, semblait-il_ n'était que lumiere et dorures en pleine nuit ! Il entrait dans une atmosphere intimiste et rassurante, le feu crépitait tranquillement a son coté, répendant douceur et chaleur dans toute la salle. On peut dire, oui, qu'Adrien était a son aise, mais tellement abasourdis qu'il n'en avait pas enlevé ni sa cape ni son chapeau.

Henri lui versa un verre de cognac auquel le comte ne toucha pas d'abord... une fois finis l'inspection immobile des lieux, il retira son feutre d'un geste lent pour le poser devant lui sur un coin de la table, alors qu'il tournait la tête vers le majordome, immobile, aux ordres.
Sans même répondre a sa question, pas plus qu'interessé au devenir de Jeanne, il articula seulement :


-Monsieur Cabellion est donc fort puissant...

Puis, apres un nouveau regard circulaire sur la piece chaleureuse, il se reprit et bu son verre d'un trait.

-J'attendrais donc Mlle Cabellion, il faudra également que je remercie le maître des lieux de son hospitalité.

Il s'aperçu soudain qu'Henri ne bougeait toujours pas... Chastignac, sans être confus, n'était pourtant pas sadique au point d'aimer voir rester un homme debout sans rien faire durant toute la nuit.

-Je n'ai besoin de rien... merci bien. A moins que... sans vouloir abuser... j'ai laissé mes ballots sur ma monture, et il se trouve que j'aurais grand besoin de me changer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Ven Oct 28 2005, 21:17

Citation :
-Monsieur Cabellion est donc fort puissant...

- Puissant non... Simplement, il a réussi à se frayer une place dans le monde malgré les classes. Lui qui était fils de tres pauvres paysans et devenu en tres peu de temps ministre des commerces. Choses tres rares au temps qui courent.

Citation :
Je n'ai besoin de rien... merci bien. A moins que... sans vouloir abuser... j'ai laissé mes ballots sur ma monture, et il se trouve que j'aurais grand besoin de me changer.

- Que monseigneur ne s'inquiete point de cela. Courtepatte se chargera de ramener vos affaires dans votre chambre. Et si monsieur veut bien le permettre, je le conduirais en ses appartements.

[HS si tu affirmes, je te laisse faire la description de ta chambre. Je t'ai réservé la plus belle. A toi d'imaginer Wink ...][/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Dim Oct 30 2005, 13:00

Adrien sourit involontairement au nom de "Courtepatte" mais suivis sans broncher le majordome. Il n'était pas temps de faire des remarques désobligeante a un homme qui vous offre l'hospitalité.
Au passage, il ramassa son chapeau et le garda a la main, marchant derriere Henri non sans des oeillades curieuses dans toutes les pieces et recoins du "palais".

Il pénétra dans sa chambre, s'attendant exactement a ce qu'il voyait : une piece où le luxe et le confort brillaient ostensiblement, comme pour faire jalouser tous les voyageurs qui ne pouvaient rester ici qu'un temps.

Le lit était immense et recouvert de courtepointes de laine de saison. Les bagages d'Adrien avait été en effet montés, et celui-ci laissa échapper un soupir de satisfaction en penchant sa tête de coté : il était vraiment soulagé, mais nullement surpris. Il allait enfin pouvoir se reposer...

Chastignac se dirigea avec un naturel quasi désinvolte vers le bureau de bois précieux _ il avait déjà adopté l'appartement_ et y posa son feutre a plume. Il défit aussi sa cape, le foyer dans la cheminée procurait assez de chaleur pour le permettre, laissant dévoiler sa chemise rouge et moite de sang.

Henri attendait toujours a la porte, et Adrien lui adressa un sourire, sans plus se soucier des regards hypothétiques vers sa blessure.


-Prévenez moi lorsque le maître de maison sera rentré, je désire lui adresser mes hommages. N'ayez crainte de m'éveiller, surtout. Merci bien.

C'était autant une demande de courtoisie qu'un ordre de congé bien formulé. Chastignac avait vraiment besoin de se changer... et de voir la tête qu'il avait...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Dim Oct 30 2005, 17:04

Citation :
Prévenez moi lorsque le maître de maison sera rentré, je désire lui adresser mes hommages. N'ayez crainte de m'éveiller, surtout. Merci bien.

- Comme monsieur le voudra. Si monsieur a ce souhait, les bains sont au fond du couloir. Bonne soirée. Je vous préviendrais quand Mr Cabellion sera de retour.

Puis la silouhette du majordome s'effaca, apres avoir fermé la porte. Celui ci regagna l'étage inférieur pour donner les directives aux cuisiniers de faire plus d'efforts que d'habitude, et pour prévenir les autres de la venue du jeune seigneur. Tous attenderent l'arrivée de l'armateur avec impatience...

[ HS Je te laisse faire ce que tu veux. Je ferais arriver mon perso apres ton post meme s'il est en pleine bataille Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   

Revenir en haut Aller en bas
 
Manoir de Cabellion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Manoir Oublié
» [VENTE] Donjon (= Manoir) a vendre
» RP dans le Manoir Hanté. Frissons garanties !
» [Manoir des Melasinir] Préparatifs et retrouvailles. [Roxane]
» smial hanté et course du manoir ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: