1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Manoir de Cabellion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Lun Oct 31 2005, 08:31

Adrien entendit la porte se refermer derriere lui et se sentit soudain plus libre de ses mouvements. Pas que le majordome le genait mais... en fait si, il le genait... un peu...

Une aube toute palotte commençait a poindre dans le ciel : deux trois rayons qui perçaient difficilement les ténebres, et rendaient l'atmosphere grise au lieu de noire. Pas de quoi s'affoler.
Le feu dans la cheminée par contre, bien qu'il soit sur le point de mourir, produisait plus de lumiere que le jour naissant... c'était un peu paradoxal, mais Chastignac s'en fichait royalement, il n'était pas là pour penser philosophie. Aussi ranima-t-il le foyer avec un tisonier et puis resta un long moment a observer accroupi les hautes flammes dansantes, leur chaleur qui lui lechait le visage...

Difficilement, il se releva sans bien savoir ce qu'il allait faire. Un regard circulaire sur la piece le lui montra aussitot : il se dirigea d'emblée vers un miroir a pied, tres beau, plus grand encore qu'Adrien, qui occupait tout un coin caché de la piece.

Mais le comte ne s'interessa pas a cadre de bois précieux, ni aux gravure qui s'y trouvaient... plutot a l'homme qu'il y voyait. Un homme qu'il ne reconnaissait pas. Le teint cireux, les joues creuses, le dos vouté, les membres flasques et les vêtements dégoutants lui donnaient l'air d'un mourrant.
Adrien n'avait plus rien du beau jeune homme qui avait plu a Jeanne Cabellion.

Il écarta lentement avec ses mains le rideau de cheuveux gras qui lui cachaient le visage, et puis, ahuri, se tata le front, passa ses doigts sur ses cernes énormes, sans comprendre...


-Dieu ! Il va falloir remédier a tout ça...

Et non, même sa radicale transphormation ne l'avait pas rendu péssimiste et philosophe... elle ne l'avait amené qu'a parler tout fort. Soit, il fallait changer cette allure, il fallait et il y arriverait. On ne change pas comme ça définitivement... n'est ce pas ?

Vite, Chastignac chercha dans ses ballots entreposés sur le lit une chemise propre, qu'il ne trouva pas... mais au moins une chemise seche.
Il se déchaussa et retira sa chemise, puis chercha dans tous les coins une bassine et un pichet... qu'il trouva miraculeusement apres aavoir sérieusement songé a rappeler Henri. Mais il le savait bien, il y avait tout ce qu'il fallait dans cette chambre.

Adrien passa le mouchoir trempé sur son visage, tout en se regardant, a genoux devant le miroir. Il en vint même a tremper entierement sa tête dans la bassine pour nettoyer sa chevelure de jais, ce qui ne lui arrivait pas souvent, disons les choses comme elles sont...
Puis il en arriva au plus délicat : sa blessure. Avec moult précautions, il retira son bandage sale et saturé... sa blessure saignait encore, mais bien moins abondemment.
Il pris le mouchoir qui lui avait servit plus tot a se nettoyer le visage, et, sentant des gouttes perler de son nez, de son menton et de sa chevelure sur son dos et son torse, frissona un peu. Bon, il fallait terminer tout ça au plus vite... pas qu'il n'aimait pas l'eau... mais... il ne l'aimait pas TROP.. surtout lorsqu'il s'agissait de faire sa toilette. Mais là, c'était devenu quasiment vital.

Il se frictionna d'abord vigoureusement toutes les parties de son torses qui n'étaient pas ensanglantées avec son mouchoir humide, puis le retrempa de nouveau, le pressa pour l'essorer et... se dressa en bombant le torse et retenant sa respiration... quelle chochotte....
Par petits coups, il entreprit de laver le sang AUTOUR de sa blessure, mais quand il n'eut plus d'excuse pour ne pas s'y attaquer, il du bien se résoudre a la nettoyer elle... ce ne fut d'ailleurs pas aussi douloureux qu'il n'y avait pensé.

Ensuite, il chercha des yeux un bandages, n'osant pas bouger de son inconfortable posisition. Mais si ils avaient tout prévu pour cette chambre, Henri n'avait pas préciser que c'était un hôpital, tant pis... il allait devoir sacrifier un tissus qu'il avait emporter.
Un draps blanc ferait tres bien l'affaire... encore faudrait-il l'attraper. Il se résolu finallement a se lever... pauvre, pauvre Chastignac qui fait l'effort de se lever de devant le miroir pour aller chercher dans ses ballots.... !

Il trouva le draps et le déchira sans difficultées, mais la blessure avait saigné a nouveau, et le sang s'était dilué a l'eau... alors, avec un bout sec de l'ancien bandage, il essuya la plaie et, ensuite seulement, la recouvrit a nouveau.
voila, voila... il ne lui restait plus que les formalités... se secher les cheuveux en les frictionnant avec un torchon, se les natter comme il y arrivait si bien et enfiler la chemise seche. Le pourpoint par dessus, le pourpoint qui lui était propre, et cachait ainsi la tache marron-rouge du sang séché sur l'épaule.

Il jeta ensuite négligemment son ancien bandage et sa chemise dans la bassine et enfila une paire de chausse qu'il avait apportée... elles n'étaient pas superbes, sans frou-frous excessifs comme on les aimait a la cour, mais elles étaient confortable et c'était toujours mieux que les bottes crasseuses de voyage.

Sans plus s'occuper de ranger sa chambre qui était devenue un véritable cafarnaüm ( des bottes étendue en plein milieu du passage, des ballots par terre, d'autres sur le lit, une bassine remplie de tissus et d'un liquide rouge, un pichet devant le miroir... enfin bref, comme on l'a dit, un véritable cafarnaüm.), Adrien fit le beau devant le miroir. Et même si 'lon doit avouer que ces toilettes n'avaient pas changer grands choses a ses cernes et son allure fatiguée, il avait repris un maintien droit puisqu'il en avait pris conscience, son teint était un peu mpoins... vert, enfin bref, il s'était un peu améliorer.

Soupirant de contentement, quoiqu'il soit un peu déçu qu'une bonne fée ne lui ai pas rendue son apparence initiale, il s'allongea sur le lit, les mains derriere la tête, esperant tuer le temps en admirant le plafond.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Lun Oct 31 2005, 10:28

Le temps passait, le soleil tout entier apparut et Cabellion n'était toujours pas revenu. Quand un léger frottement retentit dans le bureau. Une porte s'ouvrait dans le mur, laissant apparaitre Tcheng, le pere adoptif de Cabellion et enfin celui ci. Le pere se sentait en pleine forme, tandis que le fils, on pouvait le voir, avait quelques blessures, surtout sur son bras droit. Mais rien de genant non plus, son visage avait été epargné. Ils sortaient tous deux du bureau, quand ils virent le jardinier Coupfol, venant à eux.

- Alors Coupfol meugla Cabellion avec une certaine hauteur. Quelle farce nous as tu encore inventée
- Je ne suis pas venu pour te faire une farce répondit l'interpelé d'une voix grave. Juste pour te prévenir qu'un invité est parmi nous.
- Ah bien. dit il d'un air ravi. Qu'on l'ammene sur le champs et qu'on prenne notre déjeuner. (a l'époque le petit dejeuner n'existait pas, on disait déjeuner)
- C'est que, l'invité est un noble, il est venu ppour vous poser des questions...
- Des questions??? Est il seul?
- Oui seul
- Dans ce cas amener le moi quand meme. Mousquetaire ou pas, il va savoir qu'ici c'est moi le maitre.

Coupfol partit en dératé, en cachant son fou rire. L'invité n'avait rien d'un mousquetaire, mais sa blague comme il en faisait d'habitude se révélerait plus qu'amusante pour lui. Il arriva devant la porte et frappa:

- Monsieur! Monsieur Cabellion est arrivé et souhaiterait vous voir pour déjeuner avec.

La porte s'ouvrit et le noble de belle allure fut présent à l'encadrure. Le jardinier lui fit signe de le suivre et s'en alla vers la grande salle à manger, avec la longue table. Les lustres d'or qui étaient illuminés au dessus malgré que le soleil soit levé. Au bout de cette table se tenait deux hommes. L'un plus petit que l'autre avait des traits asiatique, et portait des lunettes le rendant plus intelligent. Sous ses lunettes on pouvait voir deux petits yeux songeurs qui examinaient le nouvel arrivant. A sa droite, un homme un peu plus grand, à la longue chevelure noire, portait une petite moustache, cachant un sourire froid. Une mine sévere se dressait sur tut son visage et son regard fixait d'un air dédaigneux l'invité. * Un mousquetaire seul, voilà qui n'est pas intelligent. Je pourrais le faire découper en rondelle. Il est entré dans l'antre du loup, il n'aura aucune chance de s'en sortir. * Voilà à quoi pensait Cabellion, il était pret à l'interogatoire. Puis il quitta sa mine sévere pour une joyeuse, et accourant vers l'aristocrate, il dit d'une voix solennel:

- Ah comment allez vous monsieur? J'espere ne pas vous avoir fait trop attendre, j'ignorais totalement votre venue. A qui ai je l'honneur d'une pareille visite?

Puis apres la réponse de l'invité, il le pria de s'asseoir sur une chaise à sa droite, puis il s'assit à son tour et Tcheng vit de meme à sa gauche. Cabellion étant assis au bout de la table, frappa deux fois des mains et une foule de domestiques arriva pour s'asseoir également à table. Il remarqua qu'Henri n'était point là et c'est Coupfol qui avait pris sa place et mis à coté de l'invité. Puis il fit signe aux cuisiniers d'apporter le déjeuner. Ceux ci sortirent de table et revinrent avec plusieurs bols énorme en argent, (taille d'un tres grand saladier) et le poserent à différents endroits de la table et se rassirent. Cabellion prit le couvercle du bol juste en face de lui et le souleva, révélant une bonne soupe chaude aux légumes. Pas n'importe quelle soupe. Une soupe réalisée par de grands cuisiniers. On pouvait sentir l'onctuosité du breuvage par quelques secrets qu'ils avaient. Un petit gout de sucré se mariait parfaitemant avec les légumes. Un met de pauvre, rendu exquis par ses cuisiniers dont ils pouvaient etre fier.

"Vous m'en direz des nouvelles dit il en servant l'invité avec un sourire"

Puis apres s'etre servit, il continua et son sourire s'effaca.

- Bon revenons à nos moutons. Je sais pourquoi vous étes là, alors commencez maintenant!

Cabellion voulait en finir avec cette interrogatoire. Plus tot ceci sera fait, plus tot il en sera débarassé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Mer Nov 02 2005, 09:15

Contrairement a ses attentes, ce ne fut pas Henri qui vint le chercher mais un autre homme a l'allure bonasse qui lui pria de le suivre. Chastignac s'appuya nonchalement, un bras au dessus de la tête, sur l'encadrure de la porte, pret a lui poser des questions, mais l'homme était déjà parti, tout guilleret, et le comte dû bien se fixer sur son pas.

Adrien pu d'autant plus admirer les pieces qu'il traversait que le jour était levé, mais rien n'y changeait, c'était tout aussi superbe et ostentatoire.
Enfin il entra dans la salle a manger, et le maître de maison, sans lui avoir été présenté, apparut a Adrien comme une évidence : c'était l'homme le mieux habillé, et puis celui qui semblait le plus sûr de lui, quoique avec une mine assez renfrognée.
A coté de lui se trouvait un autre homme, moins trapus, les yeux bridés et de drôle de monocles sur le nez.

Chastignac salua sobrement, mais la mine tout a fait respectueuse.


Citation :
- Ah comment allez vous monsieur? J'espere ne pas vous avoir fait trop attendre, j'ignorais totalement votre venue. A qui ai je l'honneur d'une pareille visite?

Cabellion avait quitté son air sévere en disant ces mots, et Chastignac a son tour fit en sorte d'avoir l'air plus joyeux que fatigué... m'enfin, il essayait quoi...

-C'est le comte de Chastignac qui vous remercie de votre hospitalité monsieur, dit-il d'un air assez désinvolte, et je vais comme je peux en ce monde !

Il esquissa un sourire en esperant que sa boutade fasse dérider completement le maître des lieux, et enchaina avec d'autres formules de politesse.

-Votre maison est l'antre de la providence ! Si le Seigneur ne m'avait pas mis sur le chemin d'une maison si accueillante, j'ignore où je serais a présent... dans un caveau, découpés en morceaux peut-être...

Adrien avait dit cela d'une façon completement détachée et joyeuse, tout sauf dramatique en somme. Il essayait de détendre l'atmosphere et non de l'apesentir.

On le pria de s'assoir, ce qu'il fit de bonne grasse, mais, comble de la surprise, tous les domestiques de la maison vinrent faire de même. Adrien fit en sorte de rester stoïc devant le curieux manege de la maison. Il ne fallait pas juger les moeurs d'un hote généreux, même d'un regard... Pourtant cela ne faisait que le surprendre, jamais Chastignac ne se serait offusqué de recevoir des serviteurs a table, même s'il ne l'aurait pas fait lui-même. C'était juste qu'il s'attendait, vu l'étalage de tichesse de la maison, a ce que le maître soit un semblant d'aristocrate, et serve un repas en conséquence : une grande table avec les deux hommes au bout, seuls, quelques serviteurs qui allaient et venaient prendre et servir les plats.

On le servis d'une simple soupe qui ravis pourtant le comte, heureux de pouvoir manger en agréable compagnie et quelque chose qui semblait, avouons le, vraiment tres bon.
Adrien, observant les serviteurs, cherchait a savoir comment manger dans une telle demeure. Il fit ainsi en consequence et, avec une grande cuillere en argent, commença son bol de soupe.


Citation :
- Bon revenons à nos moutons. Je sais pourquoi vous étes là, alors commencez maintenant!

Le comte failli tout recracher devant la froideur de ces paroles, et surtout... devant la surprise que lui inspirait ces mots ! On lui reprochait quelque chose, soit, mais quoi ? Il y avait tant a blamer dans Chastignac que celui-ci ne pouvait deviner de quoi il s'agissait cette fois... et mieux fallait ne pas devancer les reproches sans quoi il pourrait en dire plus que Cabellion ne le soupsçonnait !

-Pardon... commença-t-il d'un air un peu ahuri, un peu begayant, mais... j'ignore de quoi vous voulez parler !

Il préféra tout nier d'un bloc, jouer l'innocent jusqu'au bout des ongles.

-Je suis venu parce que je me trouvait dans le besoin d'un logement...

Il expliquait d'un air tres convaincant, parlant avec ses mains, bougeant comme si elles étalaient a plat sur la table ses paroles. Il avait l'air d'autant plus sincere qu'il ne disait que la vérité, ne cherchant pas a mentir, juste a cacher certaines choses.

-... Et que Mlle Jeanne Cabellion m'avait autrefois invité. Or je n'avais jamais pu répondre a cette invitation qu'aujourd'hui et l'on m'a prévenu qu'elle était absente...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Mer Nov 02 2005, 12:35

Citation :
C'est le comte de Chastignac qui vous remercie de votre hospitalité monsieur, dit-il d'un air assez désinvolte, et je vais comme je peux en ce monde !

*Un comte, mais bien sur.* C'était les pensées de Cabellion à ce moment là. Il n'y croyait pas du tout, il était sur ses gardes. Le mousquetaire logiquement conservait sa double identité, c'était son devoir, mais nul ne peut berner aussi facilement le grand armateur de France.

Citation :
Votre maison est l'antre de la providence ! Si le Seigneur ne m'avait pas mis sur le chemin d'une maison si accueillante, j'ignore où je serais a présent... dans un caveau, découpés en morceaux peut-être...

*Et beh, pour une telle histoire qu'on peut croire vraie, le Roy a du envoyer un de ses meilleurs éléments sur cette affaire. Le Roy aurait il autant de doute sur lui? Tcheng aurait il raison?* Ces questions se bousculernet dans sa tete. Ce n'était pas pour lui de perdre la face devant l'espion.

Citation :
Pardon... commença-t-il d'un air un peu ahuri, un peu begayant, mais... j'ignore de quoi vous voulez parler !

Casachris fit un petit sourire narquois. L'espion était géné qu'il soit ainsi découvert. Parfait. Cela confirmait ses pensées.

Citation :
Je suis venu parce que je me trouvait dans le besoin d'un logement...Et que Mlle Jeanne Cabellion m'avait autrefois invité. Or je n'avais jamais pu répondre a cette invitation qu'aujourd'hui et l'on m'a prévenu qu'elle était absente...

*Alez y defendez vous comme vous le pouvez de toute facon c'est trop tard.* Mais d'un autre coté il se demandait comment il connaissait lexistence de sa soeur. *Elle a surement du le rencontrer par hasard en ville et celui ci lui aurait pris des informations sur son compte.* Il répondit à tout ce discours par:

- Je vois que vous connaissez beaucoup de chose sur moi et sur mon entourage. Mais ne me faites pas perdre patience avec tous ces palabres. Je sais qui vous etes. Alors que voulez vous savoir de plus sur moi?

Ses yeux colériques se fixerent sur ceux de l'invité. Mais malgré cette colere, sa voix essayait tant bien que mal de rester calme. Quant à Tcheng, il fixait toujours l'invité d'un air songeur en froncant les sourcils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Mer Nov 02 2005, 13:22

Au fur et a mesure de ses explications, Chastignac sentait sa cause perdue... des sueurs froides goutaient dans son dos, il sentait chaque regards autour de lui comme hostiles, il se sentait piégé dans l'antre d'un loup... la maison accueillante s'était révélée un piege.
Un sourire caustique sur les levres de Cabellion l'assura que rien d'amical ne sortirait de sa bouche et Adrien ignorait comment réagir.
Il avait déjà vécu un interrogatoire, mais alors il était dans son élément, au chateau... en face d'un grand personnage, certes, mais accompagné d'un ami... et puis, il avait été préparé, il savait a quoi s'attendre, il savait quoi répondre...

Là, tout était différent. Il était seul, tous semblaient l'accuser, mais il ignorait de quoi.

Pourtant il fallait se calmer. Il ne pouvait s'abaisser a réagir comme un enfant, a pleurer et a demander de l'aide. Il était en face du comte de Chastignac ou non ?

Citation :
- Je vois que vous connaissez beaucoup de chose sur moi et sur mon entourage. Mais ne me faites pas perdre patience avec tous ces palabres. Je sais qui vous etes. Alors que voulez vous savoir de plus sur moi?

La sentence était tombée. Que voulait savoir Chastignac sur Cabellion ?

-Mais rien du tout !

S'indigna-t-il en se levant bruyemment de table. Il avait pensé tout haut, et avait crié plus de surprise que de colere. Il restait ainsi, debout, les yeux ronds qui clignaient parfois d'incompréhension, un peu comme un idiot, a tenter de déméler la situation dans son esprit.
Peu a peu, il chercha a se calmer, comprenant qu'agir violemment ne le ferait passer que pour un coupable... mais un coupable de quoi ?


-Je dois vous avouer Monsieur Cabellion que me sens completement égaré et étranger a cette scene quoique j'en sois apparemment le principal acteur. Vous devez faire une méprise monsieur le juge ! J'ignore qui vous pensez que je suis et le motif de l'inculpation, mais tout ce que je sais, c'est que je suis innocent !

Il avait proférer cela d'une voix qui avait retrouvé son calme et son humour... un peu déplacé pour la situation. Mais même lorsqu'il l'avait appelé "monsieur le juge" Chastignac était resté sérieux, pour ne pas paraitre imbécile jusqu'au bout.
Tout ce qu'Adrien comprenait a l'histoire, c'est qu'il fallait prouver, en donnant des détails, n'importe quoi, mais des détails, qu'il n'était pas ce que Cabellion croyait qu'il était tout en ignorant ce qu'il l'accusait d'être.


-J'ai rencontré Mlle Cabellion il y a quelques semaines de cela au marché, elle en témoignerait elle-même si elle avait été présente, explica-t-il en ouvrant les bras d'impuissance, je revenais alors d'un achat d'un étalon de cours...
Elle m'a alors invitée, et j'ai profité de cela pour venir ici car je ne connais en rien la ville de Paris, ayant passé mon enfance a Blois et les trois dernieres années a Fontainebleau. Que j'ai d'ailleurs dû quitter précipitemment pour... raisons politiques... disons que... certains gentilhommes ne m'appréciaient pas a la cours...

Chastignac n'aimait pas cela et sentait comme un gout amer dans la bouche lorsqu'il s'expliquait. C'était tellement humiliant de devoir se rabaisser ainsi a conter son histoire pour se justifier d'un crime incommis !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Mer Nov 02 2005, 14:09

Citation :
Je dois vous avouer Monsieur Cabellion que me sens completement égaré et étranger a cette scene quoique j'en sois apparemment le principal acteur. Vous devez faire une méprise monsieur le juge ! J'ignore qui vous pensez que je suis et le motif de l'inculpation, mais tout ce que je sais, c'est que je suis innocent !

Casachris commenca à avoir des doutes et il vit Tcheng se pencher vers lui

" Je crois malheureusement qu'il est dans le vrai. Ce seigneur à la voix nette et il ne s'exprimerait pas autant sachant que sa cause est perdue. "

Casachris fut obligé de l'accepter et n'ecoutant à peine le discours de la vie du seigneur, il sonda ses pensées.
* Mais alors, s'il n'est pas un espion, que peut il etre? Un seigneur, un comte... Une noble et honnete personne qui demandait un abri et qui plus est un ami de sa soeur...* Puis la lumiere s'alluma enfin * Coup...* Il se tourna vers son jardinier qui l'avait prévenu et vit que celui ci avait du mal à contenir son fou rire.

Citation :
j'ai d'ailleurs dû quitter précipitemment pour... raisons politiques... disons que... certains gentilhommes ne m'appréciaient pas a la cours...

- COUPFOL interrompit Casachris

Le prétendu coupfol fit éclater au grand jour son rire, et quitta la table en courant. Cabellion se leva et s'adressa au comte qu'il savait bien non espion

- Excusez moi, rasseyez vous s'il vous plait, je vous expliquerais plus tard.

Puis il sortit de table ordonna à trois valets de le suivre et ils coururent à la suite de ce mauvais plaisantin... Tcheng qui était resté parla à la place de Casachris.

- Excusez sa conduite monseigneur, nous vous avions pris pour un espion qui voulait connaitre les secrets de son métier. Mr Cabellion est ministre du commerce et il a des secrets concernant sa facon de commercer. Des secrets vitaux pour la survie du pays. On vous a prit pour un de ceux là. Vous savez Mr Cabellion n'est pas un homme méchant, seulement prudent. Voyez, il invite meme ses serviteurs à partager le pain. C'est un homme tres social et tres gentilhomme. Et il est tres en colere qu'un homme ait pu le tromper, et faire passer un honnete homme qui plus est proche de sa soeur, pour un espion. Pardonnez nous donc monsieur ce quiproquo.

A ce moment là Casachris revint rouge, trainant derriere lui son jardinier qui riait toujours.

- Je je suis confus... monsieur le comte... Je , je ne voulais pas... C'est cet homme qui... Enfin je suis terriblement désolé de ma conduite. S'il y a quelque chose à laquelle nous puissions faire pour nous pardonner... Et si vous le permettez, veuillez qu'on reprenne tout à zéro.

Citation :
Sa voix avait perdu sa sérénité, il bafouillait, tremblait de honte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Jeu Nov 03 2005, 18:52

Tout d'abord ce fut l'incompréhension qui domina Chastignac. L'incompréhension de se faire ainsi couper la parole pour entendre le maître de maison hurler un mot inconnu jusqu'alors : "coupfol". Et puis un curieux manege, qui ne l'amusa pourtant point, se dressa devant les yeux : voila un homme qui rit et qui fuit et Cabellion qui se rabaisse a le poursuivre.

Adrien n'était pas soulagé, il était plus serein et amer, mais l'apaisement n'était pas là.

Il se rassit donc, écoutant d'une oreille, un gout âpre dans la bouche, les explication du vieil asiatique. Il laissa ses deux mains a plat sur la table, baissant les yeux pour ne pas laisser voir son ressentiment. Il avait été humilié, et pour rien ! Qu'en avait-il a faire que Cabellion ai des secrets de fabriques ? Le seul avantage qu'il y voyait était la richesse consequente de Jeanne, et il ne pensait pas le moins du monde a elle en cet instant. Adrien, en dehors de la cour, n'était plus courtisans. Humilié, il n'était plus curieux. Alors qu'on lui reproche quelque chose, soit, qu'on le rabaisse devant des serviteurs, soit, mais que se soit justifié !!

Casachris revint et Adrien n'avait pu placer un mot apres le discours de Tchen. Il leva les yeux, où plus un monceau de colere ne s'y voyait, mais son sourire s'était enfuis.


Citation :
- Je je suis confus... monsieur le comte... Je , je ne voulais pas... C'est cet homme qui... Enfin je suis terriblement désolé de ma conduite. S'il y a quelque chose à laquelle nous puissions faire pour nous pardonner... Et si vous le permettez, veuillez qu'on reprenne tout à zéro.

Le comte sentait la gene s'installer chez l'armateur, mais n'y voyait que justice.

-Peu m'importe. Vous m'offrez le gîte, et je vous en suis reconnaissant. Passons je vous pris, j'ai déjà oublié.

Et comme pour appuyer ses paroles, sa main gauche balaya l'air d'un geste désinvolte...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Ven Nov 04 2005, 16:49

Casachris répondit machinalement, se mettant encore plus inférieur. Jamais il avait été autant humilié.

- Bien... Messire... Merci... Euh naturellement.

Puis il se rassit et mit un terme à la discussion en changeant de sujet.

- Alors comme cela vous connaissez ma soeur? C'est étonnant. Elle qui ne fréquente jamais personne. A moins que...

Soudain une pensée vint à son esprit. Il fut comme illuminé...

- Serait ce vous le seigneur dont elle m'a tant et tant raconté?

Si c'était vraiment le cas. Jeanne ne lui pardonnerait jamais sa conduite. Une lueur de frayeur passa dans ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Sam Nov 05 2005, 11:30

Bon, cela avait assez duré. Cabellion se montrait maintenant d'une extreme humilité, voir timidité, et n'avait plus rien du maître de maison qui reçoit un invité... la soirée promettait de passer de mal à l'aise en gêne complete...

Et puis finallement, comme une évidence, le sujet dériva sur la seule personne qu'ils connaissaient tous deux, quoique connaitre, pour Chastignac, soit un bien grand mot...


Citation :
- Alors comme cela vous connaissez ma soeur? C'est étonnant. Elle qui ne fréquente jamais personne. A moins que...

Adrien voulu répondre mais Cabellion lui coupa a nouveau la parole, inquiet semblait-il...

Citation :
- Serait ce vous le seigneur dont elle m'a tant et tant raconté?

Adrien s'appuya contre le dossier de son fauteuil, laissant voir un grand sourire... Ainsi, il lui aurait tapé dans l'oeil mais beaucoup plus qu'il n'y pensait !

-Je l'ignore... mais si c'est le cas, j'en suis vraiment flatté...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Sam Nov 05 2005, 11:50

Casachris reprit son sourire et sa bonne humeur, il fallait apaiser cette histoire.

- Enfin je vous souhaite la bienvenue au domaine de l'arbre de Provence. Vous etes ici chez vous. Vous remarquerez ou vous avez pu remarquer qu'ici, j'ai fait disparaitre les classes et que chacun est égal envers l'autre. J'ai remarqué qu'en appliquant cette regle tout le monde vit bien. Et vous pourrez remarquer cette bonne humeur se propager dans tout le manoir. C'est pourquoi je vous prierais de prendre vos aises et d'oublier vos soucis. Vous vous sentirez mieux.

Son ton s'était fait calme, apaisant, douce, mélodieuse, voire presque envoutante. Ses paroles dégageaient de la chaleur, il fallait rechauffer la tension qui était glaciale. Le comte devait se sentir chez lui. C'est pourquoi il le laissa s'exprimer puis il reprit quand celui ci eut terminé:

- Oh mais par ma maldresse j'ai oublié de me présenter. Casachris Cabellion, ministre du commerce pour vous servir. Quel bon vent vous ammene par ici? Vous cherchez à atteindre Fontainebleau ou à la quitter?

Il est vrai que c'était impardonnable de poser une telle question. Le comte lui avait expliquer aupâravant et cela montrerait qu'il n'avait pas écouté. Espérent que le comte ne prenne pas cette question du mauvais coté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Dim Nov 06 2005, 12:16

Citation :
- Enfin je vous souhaite la bienvenue au domaine de l'arbre de Provence. Vous etes ici chez vous. Vous remarquerez ou vous avez pu remarquer qu'ici, j'ai fait disparaitre les classes et que chacun est égal envers l'autre. J'ai remarqué qu'en appliquant cette regle tout le monde vit bien. Et vous pourrez remarquer cette bonne humeur se propager dans tout le manoir. C'est pourquoi je vous prierais de prendre vos aises et d'oublier vos soucis. Vous vous sentirez mieux.

Adrien acquiesca poliment a ce monologue qui se voulait rassurant... préférant ne pas donner son idée sur la disparition des classes... Enfin, apres tout, il comprenait un peu cela, lui même n'étant plus rien qu'un hors-la-loi-du-Roy a présent.

Citation :
- Oh mais par ma maldresse j'ai oublié de me présenter. Casachris Cabellion, ministre du commerce pour vous servir. Quel bon vent vous ammene par ici? Vous cherchez à atteindre Fontainebleau ou à la quitter?

Le comte se posa quelques questions... Il ne l'avait pas entendu ? Oh mais tant mieux apres tout ! Comment pouvait-il lui avouer qu'il n'était plus qu'un noble sans le sous que l'on devait activement rechercher ? Il pourrait le dénoncer... en tant que ministre...

-Je quitte Fontainebleau, monsieur. Je me ressources quelques temps loin de la cour !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Lun Nov 07 2005, 17:15

Citation :
Je quitte Fontainebleau, monsieur. Je me ressources quelques temps loin de la cour !

- Aaaah Fontainebleau. Où le but de chaque homme et de monter dans l'estime du Roy, alors qu'à coté les pauvres miséreux cherche la survie. Ce n'est pas un monde ca. Mais rien n'y changera, rien ne pourrait y changer d'ailleurs. Et puis d'un autre coté, j'approuve votre décision. Trop de nobles restent enfermés dans leur prison doré, ne connaissant rien du monde qui l'entoure, à part dans des livres... Rien ne vaut une vie sans tracas, en pleine province, à la conquete d'aventures. Chose que je ne puis faire que rarement étant donné mon statut. Mais je vous invite parmi nous et si vous le voulez bien je vous offre de séjourner dans une résidence de mon domaine où vous serez libre de faire ce que vous voulez. Qu'en pensez vous?

Pendant que le comte répondait, il fit signe aux cuisiniers d'apporter la suite. Filet de Merlan à la provencale, accompagné de pintades farcies. De succulents plats réalisés par des mains de maitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Mar Nov 08 2005, 17:40

Adrien se taisait durant le discours de Cabellion, sans pour autant l'approuver. Il appréciait Fontainebleau, il approuvait les décisions royales, il respectait son Roy. Fontainebleau avait été son refuge, le but de sa vie durant tant d'années ! Certes, il partait sans regret, car comme nous l'avons déjà fait remarquer, rien n'accrochait vraiment le coeur de Chastignac, mais il ne quittait pas non plus le chateau par plaisir. Il n'avait pas d'espoir pour le lendemain, il vivrait au jour le jour. Point. Barre.

Citation :
Mais je vous invite parmi nous et si vous le voulez bien je vous offre de séjourner dans une résidence de mon domaine où vous serez libre de faire ce que vous voulez. Qu'en pensez vous?

Adrien n'en attendait pas moins d'un homme tel Cabellion, tel l'homme qu'il voyait en lui plutot, désireux de plaire a l'amoureux de sa soeur et homme prodigue autant que riche.

-Cela me ferait grand plaisir, sachez le ! J'ignore si je pourais un jour vous rendre la pareille...

Son visage s'était illuminé, mais ce n'était pas innocent : commençant a avoir l'habitude de toutes ces largesses, Adrien n'était plus surpris, il fesait juste en sorte de le paraitre...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Mer Nov 09 2005, 15:57

- Ne me rendez rien. C'est tout naturel. Je vous met dans une belle demeure au milieu de la foret, pres d'un lac. Un bon endroit pour se détendre.

Il afficha un petit sourire puis continua sur un ton qui se voulait ironique.

- Dans deux jours votre chere amie sera de retour parmi nous. Je pense qu'elle se fera un plaisir de vnir vous voir là bas... Vous pourrez passer de petits moments tranquilles...

Il éclata un petit rire. Ce que Cabellion voulait insinuer était tres evident. Il était de plus en plus convaincu, que l'homme en face de lui était celui qui avait pris le coeur de sa soeur. C'est pour cela qu'il était si sur de lui, et qu'il en profitait pour s'amuser...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Sam Nov 12 2005, 09:20

Citation :
- Dans deux jours votre chere amie sera de retour parmi nous. Je pense qu'elle se fera un plaisir de vnir vous voir là bas... Vous pourrez passer de petits moments tranquilles....

Adrien sourit a cette allusion, sans éclater de rire comme le faisait le maître. Un sourire a la fois gené et carnassié... celui d'un séducteur qui se souvient...
Mais Adrien n'aimait pas Jeanne, il ne l'aimerait jamais. Plus que cela, par cette simple allusion, elle lui était déjà antipathique. Si elle l'aimait, c'est qu'elle était bien sotte !
Toutes les femmes n'étaient que des démons qui cherchaient le pouvoir ou bien des idiotes qui se laissaient prendre par le premier venu !
Mais l'habitude... l'habitude lui faisait taire ses frissons de dégouts lorsqu'une femme l'appelait "mon chaton" ou lui sussurait a l'oreille "je t'aime"... l'habitude lui faisait retenir sa main qui tremblait de vouloir gifler...

Il faudrait encore supporter cela avec Jeanne. Mais Jeanne le rapprocherait de son frere et de l'argent, de la protection.


-Il me tard d'être a deux jours monsieur. Je voudrais tellement la remercier de m'avoir invité dans la demeure de pareils hôtes.

Dit-il apres un temps de réflexion, le temps durant lequel les rires s'étaient calmés...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Dim Nov 13 2005, 19:38

Citation :
Il me tard d'être a deux jours monsieur. Je voudrais tellement la remercier de m'avoir invité dans la demeure de pareils hôtes

-Oh ce n'est rien. C'est notre habitude de venir en aide, cela nous donne un peu de compagnie. Ami ou pas, on vous aurrait accueilli de la meme facon. Non, vous m'etes sympathique. Chose rare chez ces nobles qui ne recherchent que le pouvoir et l'argent, et qui n'arretent pas de s'en vanter. Enfin vous serez toujours la bienvenue dans mon humble demeure.

Il porta son verre à ses levres qui purent ressentir la douceur et la fraicheur du vin du pays. Cela lui faisait penser à sa jeunesse passée, ses arbres, cette dureté mélangé à ces couleurs. Cette sécheresse et le ruisellement des ruisseaux. Ce magnifique pays qu'est la Provence... Puis il se demanda de quel pays pouvait provenir l'homme en face de lui.

- Je me demande, Chastignac, c'est un nom du midi. D'où venez vous? Du Languedoc, de Gascogne, du Bearn, du Roussillon?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Mer Nov 16 2005, 16:17

Citation :
-Oh ce n'est rien. C'est notre habitude de venir en aide, cela nous donne un peu de compagnie. Ami ou pas, on vous aurrait accueilli de la meme facon.

Chastignac sourit, simplement. Oui, pensa-t-il, j'en ai fait l'expérience. Mais il n'était plus amer. Il était a présent a peine surpris d'une tel réaction de la part d'un armateur. A peine. Peut-être Casachris avait-il drogué la soupe pour qu'Adrien se retrouve dans un état, non pas d'euphorie, mais tout simplement de bien être ?

Son esprit se mis a divaguer au moment même où celui de Cabellion filait de son coté... aussi un silence s'installa-t-il, quoiqu'Adrien pensait a tout autre chose... a ses souvenirs heureux de son enfance... sa soeur... qu'il avait aimé, et qu'il haissait a présent. Mais, encore une fois, était-ce l'effet d'une drogue ?, il ne ressentit aucun dégout en y repensant.

Tout ce qui avait fait son bonheur, il le réfutait, il n'avait plus d'origine, plus de racine, il était perdu. Il s'était retrouvé a la cour, a présent il l'avait quittée. Son enfance était loin a présent... elle en était devenue étrangere. L'habitude aussi, tapissait sa haine, et lui apparaissait encore le sourire de celle qui n'était pas encore Madame de Vigny. Mais ce souvenir ne lui apportait pas cette chaleur de la nostalgie qu'il recherchait peut-être, et lorsque Cabellion le coupa dans ses réflexion, il lui en fut une nouvelle fois reconnaissant.


Citation :
- Je me demande, Chastignac, c'est un nom du midi. D'où venez vous? Du Languedoc, de Gascogne, du Bearn, du Roussillon?

A nouveau Chastignac sourit. Ces souvenirs là, il les aimait et les détestait a la fois. Sa terre, oui, c'était bien sa terre seule qui ratachait encore la partie de son coeur capable d'aimer a son enfance. Oui, mais c'était aussi sa terre qu'il avait perdu qui ravivait alors en lui toutes les raisons de tuer l'homme qui l'avait désheriter... son propre pere...
Il n'en resta pas moins calme. Ce n'était pas le moment de se livrer, ni l'endroit, ni vraiment l'homme a.


-De Gascogne en effet. Mais je suis originaire de Blois. On m'a offert cette petite terre en héritage, je n'y suis pourtant allé que tres peu. Et je le regrette, si vous saviez ! Je me souviens du soleil, des couleurs chatoyantes, et des moulins... des meuniers... de leurs filles...

Chastignac éclata de rire soudain. Il avait oublié son pere au profit de l'une de ses conquettes... ou plutot non-conquette. A l'époque, il n'avait rien contre la gent féminine, et son coeur s'était emballé pour une demoiselle...

-...brune et sauvage comme le pays ! ma joue se souvient encore d'une gifle bien méritée ! J'ai appris a mes dépends ce jour là comment courtiser les femmes !

_________________


Dernière édition par le Sam Nov 19 2005, 08:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Mer Nov 16 2005, 17:28

Gwenael s'approcha du manoir qui était plus important et plus imposant à chaque foulée.Elle était maintenant près de l'entrèe mais n'osait pas s'approcher plus.Les bosquets bougeaient à cause du vent assez fort et ses cheveux lachés, s'envolaient et lui retombaient sur le visage.

-Eh bien, ce n'est pas un petit manoir....Qu'est-ce que j'aimerais me promener dans ces magnifiques jardins.....

Pour elle, il était gigantesque, évidemment n'ayant jamais vu de château avant.Elle regarda attentivement, les nombreuses fenêtres l'impressionnait tout comme la hauteur du batiment.Elle sursauta quand son cheval bougea un peu, montrant son impatience.Surtout qu'elle montait en amazone.

-Oui oui, on va bientôt rentrer, attend juste un moment, j'arrive...

En disant cela, elle avait reculée et l'avait accrohé un peu plus loin du manoir.

-J'ai envie de voir ces jardins et je les verrais.Après tout, je n'ai rien à perdre, à part ce bon cheval.Je ne sais même pas qui habite ici, enfin je ne me souviens plus de son nom si je l'ai su un jour.

Elle pénétra dans les jardins avec un peu de mal à cause de sa robe bien que légère.Quand elle fut vraiment dans les jardins eux-mêmes, elle en resta époustouflée, ils s'étalaient sur des kilomètres, somptueux.Elle restait émerveillait devant les haies, les fleurs de toutes sortes et plus belle les unes que les autres.Elle s'avança prudemment, restant toujours le plus près du manoir mais admirant les jardins avec plein de ferveur.Elle croyait qu'à tous moments, tout allait se brisait et elle serait dans sa pauvre maison, se réveillant d'un rêve merveilleux.Elle se retourna du côté du château et regarda les nombreuses fenêtres.Peut-être le maître de cete demeure regarde par l'une d'elle, pensait-elle, et peut-être m'a-t-il vu?Oh et puis tant pis, autant en profiter.....
Revenir en haut Aller en bas
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Sam Nov 19 2005, 08:59

Le soleil a présent était assez haut pour réchauffer toute l'atmosphere de la piece. Adrien, placé de dos a une fenêtre, sentait les rayons sur ses bras commencer a les lui brûler. Oh, pas une méchante brûlure, non. Quelque chose qui réveille, qui réconforte, qui appelle a la beauté de la journée naissante.

Chastignac se leva, encore sous le coup de sa soudaine euphorie, mûe par l'envie de bouger, où n'importe quoi, c'était d'instinc.

Il s'accouda a la fenêtre, observant les jardins baignés de lumieres, splendides. Une femme s'y promenait a cheval. Adrien sourit. Il ne voyait pas son visage, mais il se doutait que se ne pouvait être Jeanne. Elles n'avaient pas la même chevelure, et puis Adrien se souvenait surtout de cette candide timidité qui emanait de Mlle Cabellion. Elle, en bas, elle était sereine, et ne faisait que se promenner. Si elle avait été Jeanne, elle se serait précipité de saluer son frere.


-Mr Cabellion... m'auriez vous caché une autre soeur ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Dim Nov 20 2005, 08:19

Cette reaction il la connaissait bien, la nostalgie de ses racines. Lui meme repensait aux siennes, avec ses longues étendues de lavande bordé par des oliviers.

"Pourquoi donc n'iriez vous pas un de ces jours revoir vos terres? Vous n'en seriez que ravi et vous pourrez ainsi revoir vos conquetes d'un jour. En espereant que ma soeur ne correspondent à ce cas là..."

Sur ces paroles, il fit transparaitre son sourire, mais il voulait aussi juger la fidélité de celui ci. Il n'aurait jamais accepté qu'un homme puisse lui faire encore souffrir apres tout ce qu'elle avait endurer... Puis il fut étonné que le comte se leve de table pour s'accouder à la fenetre. Son visage indécis était entrain de s'attaquer à un morceau de pintade lorsqu'il vit la scene.

" Vous allez bien messire?

Citation :
-Mr Cabellion... m'auriez vous caché une autre soeur ?

- Une autre soeur ma foi non. Si j'en avais une autre, elle se trouverait en Provence et dans un tel etat de misere qu'elle aurait disparu de la vie.

Il s'approcha de lui et regarda par la fenetre. Et là il vit une belle dame se promener pres des bosquets de mimosas. De là où il était il avait du mal à la décrire. Celle ci était de dos et se trouvaient quand meme assez loin. Enfin cela ne lui dérangerait pas de l'accueillir à bras ouvert.

- Mon cher comte, apres ce copieux repas, que diriez vous d'une ballade dans les jardins fit il avec un grand sourire radieux.

[HS Dsl pour mon absence j'ai eu des ptit blem ac mon adsl qui ne marchait plus]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Armand D
Invité



MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Dim Nov 20 2005, 09:10

Enfin, il avait mit le temps à trouver cette satanée maison, il s'était même salit... Enfin bon, il n'avait pas été suivit, du fait que peu de monde était au courant de son retour, voir du fait qu'il était en vie...

"Eh bien mon cher, on ne salut pas un vieil ami ? Ahaha !"

Armand avait toujours eut le don pour se trouver aux endroits les plus innatendus...
Revenir en haut Aller en bas
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Dim Nov 20 2005, 16:55

Citation :
"Pourquoi donc n'iriez vous pas un de ces jours revoir vos terres? Vous n'en seriez que ravi et vous pourrez ainsi revoir vos conquetes d'un jour. En espereant que ma soeur ne correspondent à ce cas là..."

Chastignac s'était levé et regardait par la fenêtre, laissant sa bouche libre de faire la grimace. Ainsi Cabellion le voyait déjà amant et marié avec sa soeur... !

-Je connais suffisemment votre soeur pour accepter son invitation, trop peu pour me permettre de me déclarer son amant ou son prétendant. Nous avons discuté, cela n'est pas allé plus loin. Et cela n'ira peut-être jamais plus loin.

Ainsi, il réffrénait le frere, lui montrant que rien encore n'était sûr. Et si Jeanne devait devenir sa maîtresse, chose aisé certes, cela ne dépendait que de lui, Casachris en serait surement ravi. Si, d'un autre coté, il trouvait meilleur gibier ailleurs, il ne pourrait pas dire ne pas avoir été prévenu.
Adrien faisait cela, parce qu'il ne voulait pas, finallement, faire de tort a l'homme qui l'accueillait les bras ouverts. Il irait plus lentement avec Jeanne, se comportant peut-être pour la premiere fois de sa vie, comme un gentilhomme avec une dame.


-Mr Cabellion... m'auriez vous caché une autre soeur ?

Cabellion s'approcha alors, aussi placide qu'intrigué. C'était étrange... Oui, Adrien trouvait le maitre de maison étrange. A sa place, il aurait bondit de sa chaise, comme réveillé d'un sommeil sans reve, et se serait approché en courant de la vitre.

Citation :
Mon cher comte, apres ce copieux repas, que diriez vous d'une ballade dans les jardins

Chastignac sourit a son tour.

-C'est une tres bonne idée. Cela nous permettrait de digérer pour mieux attaquer cette journée qui s'annonce ! Et puis... vous me ferez visiter votre parterre pleins de jolis fleurs !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Lun Nov 21 2005, 18:49

Citation :
C'est une tres bonne idée. Cela nous permettrait de digérer pour mieux attaquer cette journée qui s'annonce ! Et puis... vous me ferez visiter votre parterre pleins de jolis fleurs !

-Et bien allons y!

Quand soudain il fut arreter dans son mouvement. Un homme de haute taille et d'une bonne carrure se dressait devant lui. * Le vicomte de Bretagne!!!! Mais que fait il là? Il disparait du jour au lendemain et il reapparait chez moi!!!* Il essaya de reprendre ses esprits et lui dit d'une voix surprise mais neutre.

- Tiens monsieur le Vicomte je suis content de vous revoir. Je vois que vous etes venu pour régler cette affaire qui m'énerve tant à propos de vos nobles qui ... enfin vous comprenez. Voudriez avoir l'obligeance d'aller dans mon bureau avec mon pere ici présent que vous ne connaissez pas encore. Il vous éclaircira certaines choses nouvelles. Enfin j'allais raccompagner messire à sa future demeure et on allait se promener par les jardins, ca pourrait prendre du temps. Monsieur le comte, vous venez?

Puis il partit suivit de pres par le comte. Ils disparurent par l'encadrement et sortirent sous une brise légere qui faisait voleter les cheveux de Cabellion au vent. Ils passaient dans les allées de pins, on pouvait entendre les fontaines murmurer, les ruisseaux couler. ces jardins étaient un veritable enchantement. Les fleurs bleux contrastaient avec les jaunes, les rouges... rendant un parterre magnifique. Il se pencha vers le comte et murmura:

- On va aller à la rencontre de cette soi disant soeur, elle est juste dans l'allée de droite. Alors silence!

N'importe qui se serait demandé comment il savait qu'elle était là car au moment où ils l'avaient vue elle était bien plus loin que cet endroit là. Cabellion marcha à pas feutré et arriva à 20 metres de la jeune dame. Puis d'une voix solennel:

- Ne sont elles pas magnifiques ces roses d'Hollande.

----------------- EN PARALLELE-------------------

Quand Cabellion fut partit, Tcheng le japonnais s'essuya la bouche de sa serviette et s'avanca vers le nouvel arrivant.

- Mon ame est apaisé de voir votre présence parmi nous. Mon nom est Tcheng, je suis le pere de ce petit agneau et je sais la raison de votre venue. Venez, fuyons ces oreilles mal intentionnes.

Il l'emmena vers le bureau du maitre de maison et le fit asseoir sdans un fauteuil.

- Cabellion aimerait connaitre la raison de votre disparition et où vous étiez depuis tout ce temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Lun Nov 21 2005, 19:58

Gwenael, perchée sur son cheval regardait toutes les plantes, s'émerveillant devant toutes.Elle avait maintenant fait de nombreuses allées et ne se souciait plus de tomber sur quelqu'un, étant plongée dans un quasi demi-rêve.Elle pensa alors à sa piètre maison, et à cette peur de toujours la voir brûler ou qu'un jour, des gens la lui prennent.Elle entendait le bruissement des fontaines et se délectait de tous les parfums qu'elle sentait.A un moment, son cheval sembla ressentir une présence mais elle le calma aussitôt et continua sa petite balada avant de s'arrêter devant des fleurs particulièrement magnifiques....

Citation :
Ne sont elles pas magnifiques ces roses d'Hollande.


Quand elle entendit cette voix portée, elle sursauta et faillit en tomber de son cheval.Celui-ci avait d'ailleurs fait un écart, et elle ne savait par quel miracle elle n'était pas tombée.Quand elle vit l'homme, elle ne sut quoi faire, mais quand elle en vit deux, elle décida de surmonter sa peur.Elle resta d'abord immobile, puis, décidant que ce n'était pas très poli de rester en hauteur, elle se laissa glisser le long de sa monture.Elle remit un peu mieux sa robe, mais savait pertinemment que de quelques manières qu'elle soit, elle n'était pas présentable.Le vent qui soufflait dans son dos lui envoyait ses cheveux en pleine figure et se mêlait.Ses mains restaient fermement accrochées aux rênes, comme pour se donner du courage et elle commença à trembler légèrement. *Non, il ne faut pas que tu trembles, il ne faut pas que tu trembles, il ne faut pas que tu trembles.... *Elle fit un pas, puis s'avança doucement vers eux, quand elle fut à distance raisonnable, elle décida de se lancer.

"Euh...excusez-moi messieurs, mais...enfin....vos jardins avaient l'air tellement beau que....que je n'ai pas pu résister.Je suis désolée si je vous ai dérangée."

Elle ne baissa pas la tête mais sentit la honte l'envahir et son visage s'empourprer.Elle observa les deux hommes devant elle et, sentant leurs regards braqués sur elle, baissa les yeux.Son corps était encore agité de tremblements soudains et imprévus, mais, son cheval à ses côtés lui fit reprendre courage et lever les yeux…
Revenir en haut Aller en bas
Armand D
Invité



MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   Mar Nov 22 2005, 16:17

----------------- EN PARALLELE-------------------

"Bien le bonjour sieur Tcheng... Quan au lieu ou je me trouvé... Oh, vous savez, beaucoup de monde aimerait le savoir... Il ne vous apporterais que des ennuis si je vous le disait, je préfère donc passer cette épisode sous silence... Quand à la raison, disons... Une raison familiale... tout ce que je puis vous dire, c'est qu'un duché me tant les bras..."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Manoir de Cabellion   

Revenir en haut Aller en bas
 
Manoir de Cabellion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Manoir Oublié
» RP dans le Manoir Hanté. Frissons garanties !
» [Manoir des Melasinir] Préparatifs et retrouvailles. [Roxane]
» smial hanté et course du manoir ...
» Souray au Manoir playboys avec la coupe!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: