1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Eva à son 2e rendez-vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Eva à son 2e rendez-vous   Sam Mai 13 2006, 18:10

5 jours après avoir rencontré Tcheng, Eva avait attendu avec impatience cette date. Elle devait se rendre dans la forêt des Trois-Joyaux, afin de prendre connaissance des premiers ordres qu'elle recevrait, entant que membre officiel de la CL. La courtisane avait l'impression que son nouveau "statut" lui donnait le pouvoir de pouvoir faire changer les choses dans ce pays injuste. Elle avait toujours eu ce sentiment d'invincibilité, et elle le sentait encore plus réel maintenant.
Eva avait réussi à se faufiler à l'extérieur de son lieu pêcheur de travail, mais savait qu'elle disposait de temps limité. Elle n'avait pas eu de mal à trouver la forêt. La fontaine des Miracles était assez connue, et cet endroit ne se trouvait qu'à quelques mètres de là. La jeune femme ne voulu pas entrer tellement en pronfondeur des arbres, de peur de se perdre. Elle savait qu'elle était attendue, et qu'on viendrait probablement la trouver dans peu de temps. Il était maintenant presque 19 heures...
Revenir en haut Aller en bas
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Eva à son 2e rendez-vous   Sam Mai 20 2006, 15:21

Alors que le soleil, rouge de honte commencait à se cacher sous la ligne d'horizon, une cariole tiré par un ane à l'aspect vieux se promenait sur le long fil de terre. Sur sa gauche, une foret aux arbre à perte de vut, à sa droite, une petite colline où s'étendent les verts paturages, et des moutons sous la garde d'un grand chien qui de sa haute stature regardait le spectacle qui s'offrait à ses yeux. Il n'était pas coutume pour lui de voir du monde sur cette route, mais il avait l'habitude de ces chariots transportant de gros monticules orés et odorant que les hommes appellent "paille". Il n'aboya donc pas, cela n'offrait aucun dangers pour ses protégés. Le manque de vigilance un e fois lui avit couté la disparition d'un agneau, et la privation de nouritture pendant trois jours. Il avait compris la lecon. Une autre fois, il avait aboyé sur de memes gens transportant de la "paille" et les avait attaqué. Lorsque son maitre le prit par le col, le fit comprendre qu'on ne devait pas attaquer ses "amis", terme qu'il comprenait toujours pas, et qu'il s'était vu interdit de manger une nouvelle fois pendant trois jours, il avait comprit la lecon.

Il laissa ainsi passer devant lui ces trois étranges personnages.

Un homme au centre, portant un grand chapeau de paille, le torse nu qui mettait en valeur la puissance de ses muscles, d'une couleur légerement teinté. Un vieux pantalon tout déchiré et des sabots aux pieds, il était entouré par deux ravissantes femmes qui portaients des coiffes locales, et qui riaient aux éclats sur les plaisanteries du paysan. Ainsi allait ses trois paysan, sur cette route cahotique. Il transportait une grande quantité de paille, c'était d'après leur dire pour un ami d'Hamellin qui en avait grand besoin pour ses chevaux.

Soudain ils arriverent tous trois devant la foret des trois joyaux, le village se trouvait de l'autre coté. Soudain une voix fluide et douce se fit entendre.


- Chéri peu on passer par la fontaine, on dit qu'elle peut guérir certaine blessure.
- Mais certainement lui répondit le mari au centre dans un sourire pleins de sous entendu qui devait signifier bien plus que des apparences.

Ainsi ils s'enfoncerent dans la foret, à la fois sombre et mystérieuse. Il y avait tout juste de koi faire passer la carriole. On aurait dit que les arbres essayaient d'empecher de leur branches, cette petite troupe de passer. Mais ils arrivèrent enfin devant la fontaine, et une jeune femme toute de noir vetu fit son apparition sous leur nez. Le paysan prit la parole avec un grand sourire:

- Que fais donc une si belle madame, aussi loin de tout. Si je ne vous connaissait pas, je dirais que vous attendez quelqu'un.

Il sourit et continua.

- Par chance il n'est pas encore 19 heures.

Et voilà ces quelques phrases révélaient maintenant son identité. On aurait été loin d'en douter que cet homme qui parlait et qui était habillé d'une facon aussi décontracte soit le même qui fut à l'auberge, calme et sombre. Les deux demoiselles descendirent à son tour. Elles étaient les deux autres recrues qu'était parti chercher Li-Fu. Celui ci les fit venir près de la fontaine et s'arreta. Il contempla cet oeuvre. C'était un petit bassin rectangulaire mesurant à peine plus de deux pieds de hauteur, trois pieds de largeur et 5 de longueur. Au bout se dressait une grande stèle qui s'addossait aux herbes folles environnantes. On disait que ceux qui pouvait boir cette eau lors de la pleine lune pourrait guérir de certaines blessures. D'où le nom de fontaine des miracles. Enfin après avoir contemplé le petit édifice de pierre rongé par la verdure, il se retourna et dit d'une voix solennel.

- Vous vous demandez surement pourquoi je vous ai fait venir là? N'est ce pas? Pourquoi ici et pas dans une autre foret. Bien parce que je voulais vous montrer un secret, rarissime et qui emprunte sa beauté de l'histoire. Je m'explique. Vous connaissez l'histoire de cet endroit, des vertus de la fontaine etc... Bien son histoire est plus ancienne. Comment je le sais? Tout a commencé il y a trois ans. A l'époque je n'étais qu'un pauvre vagabond qui avait soif d'aventure et de conquete. Par de nombreux contact, j'ai cherché en vain un fabuleux trésor comme le disait une archive à Byzance. Mais lorsqu'après plusieurs mois de peine, je réussis à mettre la main sur ce soi disant trésor, je ne pus trouver qu'une seule chose, une lettre datant d'il y a deux cents ans environ, vu son aspect. Elle ne comportait qu'un poeme et le nom de celui qui l'avait écrit.

Lorsque le soleil tombera
La blanche Lune de ses pleurs
Sous l'oeil des sages protecteurs
De sa lumiere éblouira
La clé du chemin étoilé
Où il règne à l'éternité.

Etonné je ne pus comprendre un traitre mot de tout cela, mais je suis parti sur les traces de l'auteur. Je n'eut pas de mal à le retrouver. Apres avoir consulté Byzance, Rome, enfin les plus grandes bibliotheques, je réussis à cueillir des informations. Et cela me fit un choc car je vis que l'auteur était un pretre qui avait vécu au IV siecle. Il ne pouvait donc pas etre l'auteur du poeme. Mais peut etre était ce une piste qu'on m'offrait. J'ai regardé les biographies et j'ai eu le résultat suivant. C'était un grand pretre romain, qui croyait en tous ces dieux, tels Jupiter, Apollon... Et justement j'ai essayé de faire le rapprochement entre le pretre et ce poeme. Entre la religion et ce poeme. Il m'a fallu ces deux années pour coprendre enfin.

Le solail représentait autrefois le dieu apollon, et la lune sa soeur Diane, la déesse vierge d'où la "lune blanche". L'oeil des sages protecteurs j'ai eu du mal à trouver, mais il fallait trouver le rapport avec Diane. Elle vivait dans des bois donc ca m'a amené au résultat que les sages protecteurs étaient des chenes. L'endroit indiqué se déroulerait donc dans une foret. De plus il y avait "étoilé" qui me frappait. Et j'ai compris. Connaissez vous la légende d'Orion? Diane en était éprise et pour s'etre rapproché de l'Aurore, Diane de rage le transperca de mille fleches. Or certains savants appelent un groupement d'étoiles Orion. Il regne pour l'éternité, signifiait donc que ce poeme indiquait l'endroit où ce fameux Orion reposait. J'ai donc décidé à chercher l'endroit, qui je le savais se trouver en France, puisque le pretre était originaire de Gaule.

J'ai regardé dans des documents, et j'ai remarqué qu'au IV eme siecle le temple de Diane dans la ville de Sens avait été rasé pour la constructon de fortifications. Je n'ai pas cru au hasard et ca m'a poussé à croire que à cause de cette destruction, le pretre fit construire un autre temple. Un temple caché qui ne subirait pas le pillage et où les fideles pourraient se réunir en l'honneur de Diane. Le temple se trouvait donc dans une foret dans la région or je n'ai jamais pu la trouver. Une année a passé et je l'ai trouvé par chance dans le bureau de mon frere. Il gardait sur lui beaucoup de cartes de sa région, la raison je ne sais pas. Enfin quoiqu'il en soit, c'est que je suis tombé sur la carte de la foret des trois joyaux. Et à mon grand étonnement, en relevant des collines et certains édifices historique comme la fontaine et en les reliant, cela me donna un grand H. J'avais sous mes yeux la constellation d'Orion avec en soncentre la fontaine. Or il me manquait un point dans la foret juste à coté du centre. a m'a donné la conclusion suivante, c'était ici que se trouvait le temple.

Or je suis allé il y a deux mois et je n'ai rien trouvé. Je me suis donc panché de plus près sur le poeme. Lorsque le soleil tombera, il fallait donc attendre le crépuscule. La blanche Lune signifiait la vierge Diane mai pouvait aussi signifier la pleinelune. Et les pleurs devait etre l'eau de la fontaine. De sa lumiere, la lumiere du soleil? de la lune? Je ne savais pas. La clé du chemin étoilé. Ca veut dire que dans pareil condition on peut trouver l'entrée du temple dédié à Diane et où repose son amant... Le mois suivant je suis retourné, le jour de la pleine lune, j'ai attendu que le soleil se couche et c'est là que j'ai vu, la clé, la clé qui ouvre le temple. Je n'y suis pas entré. Je vous ai fait donc venir, pour qu'on partage ensemble cette découverte.

Approchez vous de la fontaine, le spectacle va bientot commencer.

Et en effet, les pales rayons de la lune reluisait dans l'eau de la fontaine, mais on eut la curieuse impression de voir... l'image de la stèle. Le ciel commencait à s'assombrir, la lueur du soleil commencait à disparaitre, lorsqu'un mince rayon toucha l'eau limpide. La combinaison de la lune et du soleil. La combinaison de Diane et d'Apollon. Le rayon pointait sur l'image reflété de la stele un point bien précis. Puis quelques secondes après le rayon disparut.

Maintenant si vous vous approchez de la stèle, vous remarquerez que la gravure est celle ... de Diane en personne. Et pour terminer voilà l'oeil du sage protecteur.

Il s'approcha de la gravure et appliqua la pointe d'une plume à l'endroit indiqué par le rayon de soeil sur l'image dans l'eau, c'est à dire sur le tronc du chaine. AUssitot un mince déclic se fit entendre et Li-Fu ouvrit la stele. A l'intérieur se trouvait une clé poussiereuse qui devait etre en or à l'époque mais qui avait terni. Sa forme était particuliere, elle représentait un grand H, comme la constellation. Il la prit et l'enfonca dans la serrure au fond du "coffre-stèle". Soudain l'eau tomba à grande eau. Voilà où était l'entrée du tombeau d'Orion. Le fond de la fontaine était en pierre brute mais elle coulissa pour montrer un petit passage bas de plafond, à peine si un homme pouvait s'y tenir à quatre pattes. La seule facon de l'emprunter c'était en rempant. Et comme il le prévoyait, l'entrée déviait sur la gauche là où se trouverait le dernier point de la constellation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eva à son 2e rendez-vous   Jeu Mai 25 2006, 18:09

Eva attendait près de la forêt, scrutant l'horizon et les alentours en espérant voir arriver veux qui l'avait convoquée en ce lieu. Elle entendit un bruit s'approcher de plus en plus, et vit arriver une petite charette avec trois personnes à son bord. Pleine d'espoir qu'il s'agissait de son rendez-vous, son coeur commença à battre la chamade. Pourtant, elle vit qu'il ne s'agissant en apparence que de trois paysans. En les voyant entrer dans la forêt, elle décida cependant de les suivre. Ils n'allaient à très vive allure, et la courtisane n'avait aucune difficulté à les suivre. Toute de noire vêtue, elle se déplaçait entre les arbres, avec une agilité féline et habile. Eva entendait leurs voix, mais n'arrivait pas à saisir un seul mot de leur conversation. En s'approchant pour essayer de bien comprendre, elle eu un geste maladroit et se découvrit à leurs yeux. L'homme fut le premier à la voir, et s'adressa à elle.

Citation :
Que fais donc une si belle madame, aussi loin de tout. Si je ne vous connaissait pas, je dirais que vous attendez quelqu'un.

Déçue de s'être ainsi faite remarquer, elle ne fit que lui lancer un regard oblique, sans même se donner la peine de répondre. De plus, la jeune femme ne pouvait pas trahir la raison de sa venue dans la forêt. Le paysan continua pourtant, d'une voix plus douce et le visage souriant.

Citation :
Par chance il n'est pas encore 19 heures

Surprise, Eva observa le visage de son interlocuteur pendant une bonne minute complète, sans prononcer un mot. Elle reconnu bien entendu le visage du jeune homme qui était venu la quérir à l'auberge, 5 jours plus tôt. La jeune femme esquissa un léger sourire, geste qu'elle faisait plutôt rarement. Ses deux accompagnatrices descendirent de la cariole et se postèrent près d'Eva, qui les détailla du regard rapidement mais sicrètement.

Le "paysan" descendit à son tour, et s'approcha de la fontaine, avant d'entamer une tyrade. La courtisane portait une attention toute particulière à chaque parole qui était prononcée. Elle avait l'impression d'être redevenue une enfant, avide d'écouter une histoire fantastique. Il faut dire que ce que le jeune homme racontait s'apparentait drôlement à une légende oubliée mais merveilleuse. Plus le récit avançait, moins Eva comprenait le rapport que cela avait avec la raison de sa venue. Sa patience diminuait, mais elle n'en laissa rien paraître, voulant éviter de faire mauvaise figure devant ceux qui semblaient lui accorder une certaine confiance.


Citation :
Approchez vous de la fontaine, le spectacle va bientot commencer.

Les trois jeunes femmes exècutèrent "l'ordre" qu'elles venait de recevoir. Eva plongea son regard dans le bassin qui s'étendait devant elle. L'eau était limpide, pure et calme. Son propre reflet apparu devant ses yeux, et la jeune femme se détourna de cette vision, comme si elle avait peur de se retrouver en face d'elle-même. Lorsque l'obscurité commença à apparaître, la jeune femme suivit du regard le dernier faisceau lumineux qui se reflétait dans la fontaine.

Citation :
Maintenant si vous vous approchez de la stèle, vous remarquerez que la gravure est celle ... de Diane en personne. Et pour terminer voilà l'oeil du sage protecteur.

Sans voir tous les mouvements du jeune homme, Eva le vit prendre une clef antique avec laquelle il réussi à trouver une entrée cachée. Toute l'eau qui était présente déferla et s'échappa de son contenant. Les trois jeunes femmes se regardèrent, ne sachant trop que penser du spectacle qui se déroulait sous leurs yeux. Le jeune homme lui, avait gagné son pari, et observait avec beaucoup d'attention l'entrée du tombeau d'Orion. Eva s'y adressa le plus simplement du monde, brisant le silence mystique qui régnait maintenant sur les lieux.

"Devons-nous entrer là dedans?"
Revenir en haut Aller en bas
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Eva à son 2e rendez-vous   Ven Mai 26 2006, 17:32

En effet il examinait le passage avec une grande attention. Le bàoyau n'était pas grand mais il était très solide, puisque il devait etre taillé à même la pierre. On remarquait aussi sa légere inclinaison vers le bas. Cela se trnasformait presque en toboggan, mais la pente n'était pas assez raide pour glisser jusqu'en bas. Ils devraient donc y aller tete la premiere, et ramper comme de serpents.

Soudain les paroles d'Eva déchirèrent le silence. nElle était surprise et puis il est vrai que le fait d'entrer dans un tombeau n'enthousiaste guère. Mais pourquoi les aurait il fait venir ici si c'était pour rester planter là.


- A moins que vous ne préfereriez rester ici à écouter la voix des sages, et à vous geler sous leurs ramures.

Et il s'engouffra lui meme dans le conduit apres avoir au préalable allumé une torche. Et à son plus grand plaisir, il entendit une respiration juste derriere lui signifiant que la troupe suivait. La respiration haletante, il rampait lentement sur les genoux et les coudes. Le voyage était difficile, car l'intérieur du boyau, dont la partie inférieur était tapisée d'une couche épaisse de poussiere qui à chaque mouvement se soulevait provoquant la suffocation des compagnons, n'offrait pas une surface lisse, mais des saillies coupantes. Li Fu sentait l'arete aigüe des pierres lui froler les cheveux, ses doigts s'écorchaient, mais ils devaiet continuer. Iol n'avait pas prévu que le voyage serait si éprouvant. Mais en repensant qu'il s'agissait de l'entrée pour les fidèles de la déesse, cela ne l'étonnait pas. C'était comme un pélerinage, une passion, reproduire physiquement la douleur morale de la déesse par la mort de son amant.

De temps à autre, il entendit des jurons étouffés. Il continua et retourna sa tête en disant:


- Ca suit?

Puis il recontinua et enfin, dans la chaleur suffocante crée par toute cette poussiere, un courant d'ait vint leur rafraichir leur visage. La fin du boyau bien que invisible dans la noirceur était toute proche.Et ainsi à son plus grand soulagement, Li-Fu put se dresser de tous son long. Et d'un geste instinctif il tendit la main vers les demoiselles pour les aider à se relever. Eva avait fermer la marche.

Enfin il regarda le grand vide noir et humide. Sa torche ne représentait qu'un pale halo dans cette immensité noiratre. De son esprit logique, il devina qu'il devait bien y avoir d'autre torche ou bougies ppour éclairer cete espace puisqu'elle réunissait en son temps des centaines de fideles. C'est ainsi qu'en tatonnant, il posa la main sur du métal froid et métallique. Un métal qui s'harmoniait parfaitement avec la paume de sa main. Il avait l'impression au déut de toucher un long tube,ou le manche métallique d'une hallebarde, mais quand sa main descendit, il s'apercut que le tube prenait une forme arrondi, puis sa main se cogna sur d'autres tubes de ce genre, et soudain l'image se fit dans sa tete. Meme s'il le voyait pas, il était en face d'un candélabre, il approcha donc sa torche du haut de l'objet éspérant y trouver des bougies, et par miracle, la salle commenca à s'éclairer. On put apercevoir d'autres candélabres qu'on s'empressa d'allumer et ainsi de suite.

Et la salle s'illumina devant leurs yeus surpris. Le plafond était vouté en ogive comme dans une crypte, sauf qu'au centre on voyait dépasser les racines de ce qui semblait etre un grand chaine. Le sol était fait de dalle, parfaitement agencée les uns aux autres montrant qu'il y avait eu du travail de fait dans l'aménagement de cette salle qui avait la particularité d'être circulaire. Les candélabres eux ne touchaient point le mur mais empruntaient la même forme puisque également disposé en cercle, et au centre entourée de deux statues en or, se dressaient un tombeau, d'une architecture exceptionnelle. Elle était formée dans le style d'un temple égyptien avec un fronton mais en miniature et les colonnes avient été gravées en bas relief sur le pourtour du sarcophage. On ne pouvait ne pas exprimer de sentiments en posant son regard sur ce chef d'oeuvre. Malheureusement, il était entouré d'un tapis noir et sang et dessus était enreposé des crucifix retourné et pleins d'objets étranges venaient compléter ce décor qui n'avait pas demandé ce surplus de malheur. Il ne fallait pas être un génie pour remarquer que ce lieu n'avait pas seulement servi à des pratiques religieuses dédié à la déesse et aux étoiles.


- Voilà, si je vous ai fait veir ici, c'est parce que c'est le lieu le plus protégé et le plus secret qu'on puisse trouver en France. Ce lieu, il n'y a aujourd'hui que quatre personnes qui connaissent l'existence. Et on a choisi un lieu comme tel, puisque si vous l'auriez remarquer, la police se fait plus présente ces temps ci, et de très bons espions ont été recrutés jusqu'alors. Nous traversons en ce moment une crise très grave, et cet endroit et le lieu le plus sûr. Il est tout bonnement impensable que quelqu'un découvre l'existence de ce tombeau qui sort tout droit de la mythologie et de la superstition. Incroyable que quelqu'un puisse connaitre l'endroit exact. Impossible qu'il puisse y pénétrer sans ceci...

A ces mots il montra par dessus son épaule la clé étrange qui rayonnait sous les feux des candélabres.

- ... et...

Il s'arréta net. Il s'aprétait à dire autre chose mais se tut. Il y avait certaines choses qu'il fallait garder secret au cas où. Pas qu'il n'avait pas confiance, mais avec tout ce que le gouverneur avait déployé il fallait s'attendre à tout.

- Bien maintenant je vous laisse faire l'état des lieux je reviens.

Puis il s'engouffra à nouveau dans le tunnel. Où allait il? Aucune des femmes ne le savait. Préparait il une surprise? Serait ce un piege? Li-Fu faisait il mparti de ces espions qu'il avait nommé précédemment et avait il crée toute une comédie pour les entrainer dans un piege. Emprisonnant ainsi trois femmes de renom qui faisait des misères à la justice jusqu'alors. Il est vrai que dans ce milieu d'assassin, il était difficile de faire confiance en qui que ce soit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eva à son 2e rendez-vous   Lun Mai 29 2006, 02:40

Il lui semblait que tout était maintenant plus tendu. Le silence s’alourdissait et perdait de sa magnificence. Eva ne tenait plus en place, et même Li-Fu était maintenant plus impatient de connaître l’issu de ses trouvailles. Chacun d’entre-eux détaillaient du regard l’entrée vers le tombeau, se demandant comment ils pourraient tous entrer par là.

Citation :
A moins que vous ne préfereriez rester ici à écouter la voix des sages, et à vous geler sous leurs ramures

La courtisane leva discrètement les yeux vers le ciel, comme exaspérée de cette remarque. À peine eut-elle ramené son attention sur le chef de leur petit groupe, elle s’aperçut que celui-ci était déjà entré tête première dans le passage. Les deux autres demoiselles ne demandèrent pas leur reste et le suivirent sans hésiter. Eva ne voulait pas paraître comme la moins courageuse, mais elle devait se l’avouer, entrer dans ce tombeau légendaire était loin d’être rassurant. C’est pourquoi elle s’aventurer dans ce tunnel à la suite de ses compatriote.

L’air semblait beaucoup moins respirable, dès les premiers mètres du chemin. Elle sentait la moisissure se coller a ses vêtements et à sa peau à chaque mouvement qu’elle effectuait. Le passage était très étroit, et la jeune femme remerciait le ciel de lui avoir donné une constitution mince, mais assez robuste pour arriver à suivre le groupe. Elle entendait la respiration difficile de la fille qui se trouvait devant elle. Cette dernière s’arrête brusquement, et effrayée par ce geste sec, Eva se rétracta maladroitement. À cause de ce geste gauche, son coup se frotta trop fort sur la paroi, et l’éraflure laissa apparaître quelques gouttes de sang. Elle lâcha un juron, frustrée de sa maladresse.

Citation :
Ca suit?

Les deux autres répondirent à sa place, et le groupe continua sa route. La poussière piquait les yeux de la fille de joie et irritait sa légère plaie. Enfin, le groupe arriva à destination. Li-Fu était déjà debout et tendait la main aux demoiselles pour les aider à se redresser. Il passa sa torche, seule source de lumière, devant leur visage, comme pour s’assurer qu’elles étaient bien toutes présentes. Tandis qu’Eva tentait d’adapter sa vision à l’épaisse obscurité de la salle, leur guide réussi a l’éclairer. Le spectacle qui s’offrait à leurs yeux était particulièrement spécial. Autant la pièce était magnifique, autant on pouvait imaginer qu’elle avait été le lieu d’atrocités. L’ambiance unique qui régnait ici émue la jeune fille, mais un frisson la parcourue également. Li-Fu sorti les 3 femmes de leur contemplation.

Citation :
Voilà, si je vous ai fait veir ici, c'est parce que c'est le lieu le plus protégé et le plus secret qu'on puisse trouver en France. Ce lieu, il n'y a aujourd'hui que quatre personnes qui connaissent l'existence. Et on a choisi un lieu comme tel, puisque si vous l'auriez remarquer, la police se fait plus présente ces temps ci, et de très bons espions ont été recrutés jusqu'alors. Nous traversons en ce moment une crise très grave, et cet endroit et le lieu le plus sûr. Il est tout bonnement impensable que quelqu'un découvre l'existence de ce tombeau qui sort tout droit de la mythologie et de la superstition. Incroyable que quelqu'un puisse connaitre l'endroit exact. Impossible qu'il puisse y pénétrer sans ceci...

Voilà pourquoi ils venaient d’effectuer cette traversée. Il s’agissait donc d’un espèce de quartier général, bien en dehors de la ville. Loin de tout soupçons. L’endroit parfait! Eva souriait maintenant, détaillant chaque recoin de l’endroit des yeux. Elle ne se rendit même pas compte du dernier mot de Li-Fu…il cachait un secret, mais qui n’en n’avait pas?

Il s’en alla par ou ils venaient tous d’arriver. Sans donner plus d’indication, il disparu. Les trois demoiselles se regardèrent, ne sachant trop que dire. Elles n’allaient tout de même pas le rattraper pour lui demander des explications. Eva commença à longer les murs, pour essayer de s’imprégner de l’endroit, et les deux autres découvraient également en même temps qu’elle ce qui se cachait ici. Tout en marchant, elles se présentèrent l’une à l’autre rapidement. Ce fut le premier contact qu’elles eurent entre-elles. Le jeune homme ne revenait pas, et pourtant, la courtisane n’était pas inquiète, même plutôt confiante de son retour. De toute façon, s’il tardait trop, elles pourraient toute les trois faire comme lui et remonter vers la surface.
Revenir en haut Aller en bas
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Eva à son 2e rendez-vous   Jeu Juin 01 2006, 09:06

Soudain des raclements se firent entendre dans toute la salle. Qu'est ce que c'était nulle ne le savait. Mais ces raclements se produisaient à mouvement saccadé comme si quelqu'un poussait un objet qui avait l'air très lourd. Quelques minutes passèrent, puis un coffre d'une assez grande taille sortait du trou par où ils étaient passé auparavant. Un coffre rectangulaire en bois noir au couvercle arrondi sur le dessus. Pour lui maintenir résistance, il était entouré par des barres de fer. Si on y faisait plus attention on apercevrait des résidus de paille un peu partout. Li-Fu se dessina derriere. Voilà pourquoi il avait amene un chariot pleins de paille, c'était pour cette précieuse cargaison. Mais quel était ce?

Li Fu se releva en sueur, il avait à moitié enlevé sa chemise. Il est vrai que poussé un coffre de ce poids dans un conduit aussi étroit. Ce n'était pas si évident. Le temps qu'il reprit sa respiration il s'expliqua ainsi.


- Voilà. Vous devez vous demander ce qu'il y a dedans. Et bien je me suis dit, que comme nos objectifs étaient bien simple, on irait pas attendre sagement que la nuit tombe et qu'on aurait pu commencer dés maintenant. Je vous ai fait venir, parce que je sais que chacun de nous a un talent qui lui est propre, chacun a sa particularité, mais tous vous avez la volonté de protéger les pauvres et les faibles. Evidemment vous allez dire que c'est le role des mousquetaires, mais cette organisation sera anti-mousquetaire dans le sens que leur capitaine a choisi d'etre sous les ordres du Roy, nous serons sous les ordres du peuple et de nous mêmes. Voilà la différence essentiel. Il viendra bientot le moment où il faudra choisir entre la sauvegarde des caprices d'un seul homme et la survie de la liberté de tous les francais. Chacun aura le choix, le votre vous l'avez déjà fait en venant ici. Vous serez les nouveaux protecteurs du peuple voici votre métier et... voici vos outils.

D'un coup vif, il tapa du pied contre la serrure du coffre qui s'ouvrit tout en grand, laissant apparaitre une quantité d'armes toutes différentes les unes des autres. Des épées, des couteaux, des lames de lances, et des armes encore inconnus pour elles.

- Bien que certains puissent vous paraitre étrange, je suis là pour vous faire entrainer à tout cela. A la fin vous saurez manier n'importe quel arme, que ce soit de la lance au bout de bois, vous devrez apprendre à tuer et à paralyser l'adversaire. Vous apprendrez des mouvements que seuls les plus grands de mon pays sachent accomplir, vous bénéficierez d'une puissance encore jamais inégalé, et il n'est pas impossible que vous me surpassiez par la suite. Mais pour l'instant ce n'est pas le cas, et tout au long de ces apprentissages je serais votre maitre et donc je vous autorise à ne m'appeler que par "maitre". Nous commencerons dés aujourd'hui les entrainements. Bien que ce ne sera pas compliqué aujourd'hui ce ne sera pas toujours le cas par la suite. ok? Bien pour aujourd'hui je vous ferai la lecon sur les différents types d'armes et je vous montrerai des démonstrations avec chacune d'elle. Vous regarderez, vous vous en inspirerez si vous le souhaitez. Et si on a le temps vous pourrez commencer à vous entrainer au combat.

Il avait dit tout cela d'un ton sec, il ne prenait pas ces cours à la légeres. Il semblait pour lui que cela serait très important s'ils souhaitaient rivaliser avec les mousquetaires. Un petit groupe de 4 hommes équipés et entrainés de la sorte, étaient parfois plus efficaces quand ils étaient uni, qu'une vingtaine voir plus de mousquetaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eva à son 2e rendez-vous   Ven Juin 02 2006, 19:11

Un bruit très sonore détourna l'attention d'Eva de sa contemplation. Il venait du tunnel par ou le groupe était entré. Les trois jeunes femmes se regardèrent, se questionnant du regard. Aucune d'entre elles n'arrivaient à saisir ce dont il s'agissait. C'est pourquoi elles se munirent chacune d'un objet traînant par là, et qui pourrait servir pour assomer l'intru, si celui-ci n'était pas Li-Fu. Heureusement, il s'agissait en effet de ce dernier qui arrivait, poussant une étrange boîte...vu sa taille, il s'agissait plutôt d'un coffre et il devait sûrement être très rempli.

Soulagée, les trois demoiselles lachèrent leurs "armes" de fortune, et se dirigèrent vers le jeune homme, qui semblait avoir bien du mal à pousser ce coffre. Malgré sa petite taille, Eva tenta de l'aider, suivie par les deux autres, qui tirèrent avec lui le coffre jusqu'au milieu de la pièce. Elle n'était pas du genre à se laisser servir, et savait que si elle espérait obtenir quelque chose de sa vie, c'était à elle de travailler pour l'obtenir.

Li-Fu reprit tranquillement sa respiration et ses forces, et replongea dans ses explications. Enfin, il abordait le rôle précis qu'Eva et ses nouvelles coéquipières auraient à jouer dans l'avenir de la France. Elle se sentait comme étant soldate de la liberté. Elle se rendait compte que tout le monde ici cultivait une haine contre le Roy, et avaient les mêmes convictions: c'était à cause de ce Louis 14, que le peuple vivait de peine et de misère. Lui qui était représenté par le soleil, devrait bientôt affronter des guerriers se cachant dans la nuit. La Lune triompherait sûrement sur le Soleil. À force de trop briller, il était la seule cause qui attisait la flamme de rage dans les coeurs des pauvres citoyens
.

Citation :
Chacun aura le choix; le vôtre, vous l'avez déjà fait en venant ici. Vous serez les nouveaux protecteurs du peuple voici votre métier et... voici vos outils.

Li-Fu ouvrit le coffre, qui débordait d'armes de toutes sortes. Curieuses, les trois jeunes femmes se penchèrent d'un seul et même mouvement sur ces objets qui venaient de leur être découverts. À chaque seconde qui passait l'action se concrétisait, au plus grand bonheur de la fille de joie. Elle dévorait des yeux ce qui était mis à sa disposition, tandis que le jeune asiatique continuait à s'adresser à elles.

Citation :
Bien que certains puissent vous paraitre étrange, je suis là pour vous faire entrainer à tout cela. A la fin vous saurez manier n'importe quel arme, que ce soit de la lance au bout de bois, vous devrez apprendre à tuer et à paralyser l'adversaire. Vous apprendrez des mouvements que seuls les plus grands de mon pays sachent accomplir, vous bénéficierez d'une puissance encore jamais inégalé, et il n'est pas impossible que vous me surpassiez par la suite

Eva s'imaginait déjà à Fontainebleau, suivie par des centaines d'hommes et de femmes armés, pour récupérer ce pays qui leur ait donné de par leur naissance. Le caractère impétueux et impatient de la jeune fille jouait parfois à son désavantage, mais le fait qu'elle possédait une très grande détermination compensait largement.

Pour l'instant seulement, de nouvelles règles s'appliquaient, et elle n'était qu'une apprentie. Li-Fu voulait qu'elles ne l'appelle "maître" et pour une fois dans sa vie, Eva se soumis à ce qu'on lui disait de faire, même si cela ne lui plaisait pas forcément. Les trois demoiselles se reculèrent de quelques pas, pour laisser place aux démonstrations. Le jeune homme semblait manier chacune des armes avec une dextérité et une habileté hors du commun. Il leur fit découvrir de nouvelles armes qui ne venaient certainement pas d'Europe. Il semblait entrer en communion avec chacune d'entre elle, afin qu'elle devienne comme une extention de son corps. Lorsqu'il eut terminé, il reposa toutes les armes sur le sol. Les 3 femmes en choisirent alors chacune une, et essayèrent de les utiliser chacune leur tour, contre Li-Fu. Il était patient avec elles, et poussaient leurs capacités jusqu'au bout.

Eva quant à elle, pris une épée qui ressemblait à un fleuret, bien qu'elle ne sache pas exactement ce dont il s'agissait. Elle avait pris cette arme, car il lui semblait que c'était la même que portait les mousquetaires. Ils avaient choisi de servir le Roy par l'épée, et bien elle, avait choisi la même armes pour servir le peuple. Elle commença par peser l'arme, et la trouva plutôt légère. Eva était quelqu'un d'asser forte, mais surtout d'agile. C'est pourquoi le poids de l'épée l'avantageait. Elle essayait de reproduire les mouvements qu'avaient fait Li-Fu, et se rendait compte qu'elle n'apprenait pas aussi vite qu'elle aimerait. Elle s'acharnait de plus en plus sur son arme, espérant être capable bientôt de la manier parfaitement.
Revenir en haut Aller en bas
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Eva à son 2e rendez-vous   Ven Juin 16 2006, 17:49

[ HS J'te réponds avec beaucoup de retard cause bac. ]

La démonstration fut courte. Il y montrait plusieurs figures acrobatiques. Courir dessus et se servir des murs, mais aussi plusieurs figures dans un cercle minuscule qu'il avait tracé sur le sol. C'était plutot impressionant à voir. Mais il s'arreta vivement. Combattre dans du vide ce n'était pas trop son genre de truc. Il arriva près d'elle qui montrait beaucoup de stupéfaction. Oui il leur apprendrait à faire tout cela. Il s'approcha du coffre, puis prit la parole en prenant un à un chacunes des armes.

- Vous verrez différentes épées. Certaines vous correspondront plus que d'autre. Vous devez essayez de trouver votre ame dans chacune d'elle. SI vous la trouvez vous pourrez la maitriser. Vous avez des plus lourdes des plus longues, mais aussi des plus légeres et des plus fines. Choisissez celles qui vous conviennent. L'épée étant la plus basique, sera votre premiere arme à savoir utiliser. Bien Héléna prenez place!

La sus dites, pris une épée au hasard. Sa main tomba sur une épée, à lame longueet au manche assez lourd. Aussi Héléna était doté d'une carrure assez imposante. Elle avait l'air si fine, si gracieuse, mais de ses bras dégageait une puissance éblouissante. C'est ainsi qu'elle n'eut aucun mal à s'en saisir et à la porter. Elle le fit tournoyer un peu dans les airs, montrant ainsi ce qu'elle savait faire. Li-Fu point impressionné prit ainsi une arme semblable et invita son adversaire à se mettre en face de lui au centre de la salle. Les premiers fers échangés étaient assez violent. La femme mettait de la hargne dans ses frappes, mais il était clair que Li Fu ne se démenait pas pour autant. La hargne et les cris de rage de vaincre de la femme contrastait fortement face au mutisme de l'homme. Au début il était assez surprenant que la femme résiste aussi longtemps à l'Oriental. Mais on voyait bien par là qu'il ne faisait rien puisque pour cela était un test qu'il faisait passer à un élève.

Puis sans mot dire il porta un coup vif du plat de la lame sur la jambe de la femme en disant d'une voix sec: "De la retenue" Celle ci s'affaisca légerement du coté du coup. "De l'initiative" fit il en touchant l'autre jambe. Les fers se croiserent à nouveau , leurs visages étaient si pres. L'une lancait un regard à la fois effrayés et en colère, l'autre lancait un regard chaleureux et rieur. "Et..." Il se retourna vivement et assenéna un coup de la paume de l'épée sur le dos de la jeune femme qui tomba à terre.
"... du panache. Voilà les trois bases d'un mousquetaire accompli. Je vous ai fait la démonstration ici de comment agiront vos ennemis. Ils combattent tout d'abord sous les règles puis ils laissent libre cour à leur fantaisie à leur imagination. Tel est l'arme des mousquetaires. Mais nous elle est différente. Completement opposé. Pourquoi? Parce que les mousquetaires doivent respecter des règles au combat ils doivent penser de la meme facon que leur ont donné leurs formateurs. On en revient ici donc à la tyrannie des puissants et donc du Roy. Même dans leurs attitudes de se battre les mousquetaires sont à la tutelle du Roy. Mais nous on est pas ça. Nous sommes libres. C'est pourquoi je vous le dit, ce que je vous apprendrais ne sera pas votre arme. Car votre arme viendra de vous même du plus profond de votre ame. Chacun est libre, chacun à sa maniere de combattre et c'est cela qui fera votre force. Notre force. Tandis que les mousquetaires ne font que recopier leurs maitres, leurs coups sont ainsi très prévisible. Tous la même démarche, tous le même mouvement. En plus notre système de combat se fixe sur la liberté, ce qui laisse entendre que vous n'etes pas obligé de rester fixé au même endroit devant votre adversaire. Vous n'etes pas enfermer dans une cage, vous etes libre. Montrez le! Héléna debout!"

Il l'aida à se relever et lui tendit son épée en lui glissant à l'oreille.

- Ecoute mon conseil tu t'en tireras beaucoup mieux.

Puis il se releva et s'éloigna:

- Bien nous pouvons commencer. Allez y!

Là le spectacle fut tout autre en effet au lieu de se cogner contre l'épée, Héléna se déplacait dans des sens différents elle sautait, assénait des coups à différents endroits, se baissait, se relevait courrait. Elle se retrouvait bientot en sueur. Mais elle offrait un meilleur visage que précédemment et Li Fu en avait l'air ravi. Puis il fit cesser le combat et se rapprocha d'elle en murmurant:

- Bien Helena vous etes sur la voie. Le chemin sera peut etre tres long, mais vous n'avez pas emprunté une impasse et cela va vous raccourcir les choses. Mettez vous avec Constance, je la connais fine lame. Montrez lui aussi la voie.

Puis il s'approcha d'Eva et lui dit d'un ton réjoui d'y aller. Elle prit un espèce de fleuret, il en prit un également. Ils se disposèrent tous deux au centre de la piece, déjà à coté d'eux résonnaient le fer des deux autre sfemmes.

- Quant à vous Eva, en choisissant le fleuret, vous avez choisi la rapidité. Tenez donc bien ce critère et celui que j'ai donné à votre compagne.

Le combat commenca. Il était évidant qu'Eva avait du mal. C'était tout à fait logique. Mais on pouvait apercevoir quelques points positif dans son jeu de jambe. Apres quelques échanges, il lui fit la remarque:

- Vous vous tenez trop statique, bougez un peu plus vos sens, j'irai même jusqu'à vous dire de vous lacher completement, d'oublier le danger le monde qui vous entoure. Fiez vous à votre instinct. Cela pourrait vous paraitre ridicule, mais ainsi, toute votre ame sera concentré dans la lame de votre épée et dans son mouvement. Soyez l'épée.

Et là un changement se fit. Elle ne devint pas en deux seconde l'égale d'une fine lame tel d'ARtagnan, mais elle avait acquis une certaine agilité que l'on pouvait ignorer. Elle tournait en tout sens et donnait des coups très aléatoires à des moments très variés ce qui était difficile à prévoir et à contrer mais ce n'était pas un problème pour Li Fu qui contrait sans problème. Il ne tentait aucune attaque et se contaentait de défendre. Puis il la fit arréter en pointant sa lame au milieu du ventre.

- Bien comme pour Helena, ce n'est pas l'exploit d'un grand personnage, mais continuez sur cette voie et vous progresserez énormément. Et je suis déjà surpris de votre niveau. Croyez moi! si mes pensées sont exactes vous deviendrez quelqu'un de très important bien plus grand que ma personne. Mais...

De sa lame il la remonta pour balayer les meches rebelles de la jeune femme qui lui cachait les yeux et fit d'un sourire.

- ... ne prenez pas une tête énorme. La modestie est une denrée rare qui est vitale. Vous verrez cela plus tard.

Il se défit d'elle, recula puis fit d'un ton enjouée.

- Voulez vous que je vous apprenne certains tours?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eva à son 2e rendez-vous   Ven Juil 07 2006, 20:06

Eva avait observé tout l'échange qui s'était effectué entre Li-Fu et la jeune femme qui portait le nom d'Héléna. Elle avait été plutôt surprise de la violence dont faisait preuve leur intructeur. En même temps, elle se dit qu'il ne pouvait pas vraiment faire autrement, afin de leur faire acquérir tout ce qu'il fallait pour devenir de bonne combattantes. Héléna s'emportait beaucoup trop. Au début, elle ne semblait pas réfléchir, ne voulant que prouver sa force physique. Li-Fu la mis a terre, et la jeune femme semblait fulminer de s'être ainsi laisser avoir. Eva se demandait comment elle avait pu même croire qu'elle pourrait réussir a égaler l'oriental.

Citation :
Même dans leurs attitudes de se battre les mousquetaires sont à la tutelle du Roy. Mais nous on est pas ça. Nous sommes libres. C'est pourquoi je vous le dit, ce que je vous apprendrais ne sera pas votre arme. Car votre arme viendra de vous même du plus profond de votre ame. Chacun est libre, chacun à sa maniere de combattre et c'est cela qui fera votre force. Notre force. Tandis que les mousquetaires ne font que recopier leurs maitres, leurs coups sont ainsi très prévisible. Tous la même démarche, tous le même mouvement

Li-Fu était un bon orateur. Chaque parole s'imprégnait en Eva qui faisait résonner le mot liberté dans sa tête. Elle se voyait déjà sur les terrains de Fontainebleau, avec plusieurs révolutionnaires s'opposant aux mousquetaires. La courtisane n'allait pas décevoir le peuple.
Héléna se relevait, mais on pouvait voir que son corps la faisait souffrir. Eva ne pu qu'admirer la façon dont elle recommença le combat, avec une force égale a plus tôt, mais avec davantage de sagesse que lui avait transmis Li-Fu.


Après quelques minutes, se dernier félicita son élève et se dirigea vers Eva, qui avait déjà son fleuret à la main. Elle espérait pouvoir impressioner leur maître, mais n'avait aucune expérience de combattante. Lorsque leur fer se croisèrent pour la première fois, la jeune femme en ressentie la vibration se propager dans son corps. Légèrement déstabilisée, elle eu du mal a rattraper le rythme de l'oriental qui s'en rendait compte. Elle n'arrivait pas a prévoir les coups et les déplacements, et ne faisait que suivre au lieu de mener.
Citation :
Vous vous tenez trop statique, bougez un peu plus vos sens, j'irai même jusqu'à vous dire de vous lacher completement, d'oublier le danger le monde qui vous entoure. Fiez vous à votre instinct.

Eva essayait de focuser sur l'action dont elle faisait partie et voulait effacer tout ce qui se trouvait autour d'elle.

Citation :
Soyez l'épée

Ayant enfin saisi le message que Li-Fu essayait de leur faire passer, Eva réussi a fusionner esprit, force, agilité et épée. Certes, il y avait encore beaucoup de maladresse dans ses mouvements, mais elle se sentait plus confiante. Elle osait guider et attaquer. Elle bougeait, rapidement puis lentement et parfois même, tournoyait. Une trop grande bouffée de confiance monta à la tête de la jeune femme qui pensa réussir a déjouer la lame adverse. Celle-ci s'arrêta sur son ventre. Eva fut si surprise qu'elle en lâcha son épée et retint sa respiration.

Citation :
Bien comme pour Helena, ce n'est pas l'exploit d'un grand personnage, mais continuez sur cette voie et vous progresserez énormément. Et je suis déjà surpris de votre niveau. Croyez moi! si mes pensées sont exactes vous deviendrez quelqu'un de très important bien plus grand que ma personne. Mais...

Ses yeux s'agrandir de fierté et un petit sourire arrogant se dessina sur ses lèvres. Elle se baissa pour reprendre le fleuret en main, et senti la lame de Li-Fu lui caresser le visage.

Citation :
ne prenez pas une tête énorme. La modestie est une denrée rare qui est vitale. Vous verrez cela plus tard.

Cette dernière recommandation devait être l'un des plus importantes que le professeur donna à cette élève. Trop de confiance en elle et d'arrogance pouvait la mener à sa perte. Eva avait du mal à se figurer qu'elle n'était pas invincible. Elle qui avait passé à travers tellement de choses et qui avait toujours eu le pouvoir sur les hommes n'avait encore jamais été défaite. Son sourire se figea de gêne, et elle se releva complètement.

Citation :
Voulez vous que je vous apprenne certains tours?

Elle acquiesça de la tête, et se mis en position face à Li-Fu.
Revenir en haut Aller en bas
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Eva à son 2e rendez-vous   Lun Juil 31 2006, 11:40

Noir. Tout est noir autour de lui. La nuit ne l'effraie en aucune facon puisque le ciel n'a pas eu la bonté de lui offrir la vue. Par conséquent ses autres sens ont été favorisé bien heureusement pour lui. Il se bouge dans ce milieu qu'il connait si bien. Celui des vers de terre et autres insectes. Ceux ci ont plutot bon gout pour lui, comparés à ces fourmis qui l'avaient assaillis l'autre fois alors qu'il fit un trou dans une fourmilière sans le faire exprès. Enfin il n'était point là, il cherchait plutot ses futures victimes pour satisfaire son apétit. Soudain ses petits bras ne sentirent rien devant lui. Il était arrivé dans un grand espace. Il sentit une bourrasque de chaleur balayé sa chevelure de jais. Mais bientot il sentit un contact plus froid. Un objet inconnu pour lui, mais qui ne lui faisait aucun doute était pointu et causait une douleur insupportable. Bientot il sentit un instant de fraicheuret un voile de lumiere blanche le couvrit, puis il ressenti plus rien. Il ne ressentira plus jamais rien...



- Oups désolé. Je ne pouvais pas savoir que cette taupe surgirait à l'instant.
- On ne peut pas dire que tu ais loupé ta cible Héléna.
- Mais maitre...
- Chut!

Le dénommé maitre, un homme halé, drappé d'une tenue noire, s'approcha de la paroi d'une salle superbement éclairé par des chandeliers. Un autel se dressait au milieu de la pièce et tout autour s'étendait des rangées et des rangées d'armes alignés. Des tapis de velours vert étaient étendu par terre par ci par là. Des cercles étranges étaient peint sur le sol à certains coins de la pièce. La paroi duquel s'approchait le maitre était mouchetée de petits disques en métal gros comme la paume de la main et possédant des pointes sur les bords permettant ainsi d'etre planté contre des cibles peintes en rouge sur le mur. L'une de ces cibles était troué en son centre et une petite silhouette en ressortait avec l'un de ces petits disques planté entre les deux yeux. Le maitre s'approcha de la taupe, inerte évidemment, la prit de sa main droite et la brandit devant une troupe de femme plutot surprise. Elles étaient au nombre de huit et le maitre s'appelant Li Fu s'approcha d'elle en disant d'une voix solennel:

- Les guerriers de l'ombre respectent la nature et ses fruits. Mais il ne doit en aucun cas éprouver de sentiments. Que ressens tu Helena?
- R...rien
- Bien. Si vous flanchez ne serait ce qu'un seul instant sur ce type d'évènement vous serez une proie facile à n'importe qui.

Il balanca la taupe inerte derriere lui comme s'il balancait une vulgaire chaussette. Ce geste bien qu'insultant était de sorte un test. Celle qui craquerait aurait encore beaucoup de chemin à faire. L'une d'elle était sur le point de se révolter quand elle se retint de justesse.

- Continuez à vous entrainer. Constance, Héléna et Eva suivez moi.

Les trois femmes désignées se détachèrent du groupe et vint à sa suite. Ils s'assirent tous les quatre sur un tapis vert à l'autre bout de la pièce. Avant que quiconque lui demande pourquoi, il entama la conversation.

- Voici trois semaines aujourd'hui qu'on s'est rencontré en ce lieu et vous avez fait des efforts considérables. Evidemment ce n'est pas parfait, il vous reste encore beaucoup à apprendre et en plus vous devez faire face à vos problèmes. Héléna je sais que tu as du mal à controler tes sentiments. Constance tu as une fine lame mais tu ne te bouge pas assez. Eva toi il te manque encore la précision. Les attaques à distance ne sont pas trop ton point fort. Je sais que vous vous demandez qu'à vous trois vous vous complétez parfaitement. Mais imaginez qu'il en manque un? C'est pourquoi vous devez excellez dans tous les domaines. Enfin ces lacunes, vous les comblerez au fur et à mesure avec les temps. Si je vous ai fait venir ce n'est pas pour avancer des critiques mais pour vous dire que je vous crois en connaissance suffisante des éléments de base et qu'il est temps pour vous de passer au niveau supérieur. Etant donné que je dois assurer la formation des cinq qui sont arrivées la semaine dernière, je ne pourrais pas etre partout à la fois et c'est ainsi que j'ai fait appel à un guerrier peut etre plus puissant et surtout plus sage que moi. Vous l'appellerez maitre Tcheng. Maintenant que vous connaissez les bases, il vous apprendra les techniques et il vous fera travailler d'arrache pieds. C'est pourquoi je vous demanderais d'oublier votre emploi pendant un bout de temps. Je sais Constance et Héléna célibataire et sans emploi, ca ne posera pas de problemes pour vous. Mais vous Eva si vous souhaitez etre à 100%, je vous souhaite oublier quelques instants votre taverne. Racontez leur une excuse valable dont il ne se méfierait pas. Par exemple que vous etes marier à un petit bourgeois et que vous avez décidé de refaire une vie. Pour une fille de joie ca ne devrait pas trop poser de problèmes. Bien, sur ce, je vous prierais de rejoindre les autres et de vous entrainer avec elles pour l'instant. Tcheng ne dvrait pas tarder à arriver. Si vous avez des questions à me poser je suis à votre disposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eva à son 2e rendez-vous   Mar Aoû 08 2006, 14:36

Eva et Constance s'entraînaient l'une contre l'autre. Depuis les quelques semaines ou elle venait ici quotidiennement parfaire sa technique avec les armes, on pouvait voir que la fille de joie avait amélioré son jeu de jambes et sa rapidité. Elle avait décidé de garder le fleuret, cette arme qui selon elle, lui convenait parfaitement. Rapide et souple, mais aussi dangeureux que mortel. Constance semblait elle aussi beaucoup plus forte qu'avant, mais également bien plus en confiance qu'au début. Il était facile pour leur maître de remarquer les défauts dans les gestes de ses élèves, mais il était indéniable qu'elles avaient fait du chemin depuis leur premier rendez-vous.

Soudain, la voix de Li-Fu interrompit tout le monde. Il était en face d'Héléna, qui semblait avoir tué un animal. Le visage de la jeune femme dégageait de la gêne de s'être ainsi laissé emporter et d'avoir tué cette taupe par erreur. Toutes les élèves étaient rassemblées autour du maître, et chacune tentait de se contenir devant la Mort. Eva ne s'était jamais demandé quelle sensation elle éprouverait après avoir tué sa première victime. Un animal ne la sensibilisait pas vraiment, mais un Homme? Quelqu'un de sa propre race? Ses pensées s'interrompirent lorsque Li-Fu s'adressa à elle, Constance et Héléna
.

Citation :
Continuez à vous entrainer. Constance, Héléna et Eva suivez moi.

Elles s'échangèrent un regard entre-elles, et suivirent le maître pas à pas. Aucune d'elle n'osa parler, ne sachant pas de quoi il voulait les entretenir. Le silence se brisa lorsque Li-Fu s'adressa à elles comme il l'avait toujours fait, en professeur.

Il commença par énumérer les lacunes de chacune d'entre-elles. L'orgueil d'Eva en fut touché, mais comme il se doit avec le maître, elle ne broncha pas et n'en fit rien paraître. Elle avait pourtant pensé qu'elle se débrouillait bien avec la précision de ses coups. Dans son arrogances elle s'était dit que les attaques de loin ne valaient pas le corps à corps. Mais la jeune femme en avait encore beaucoup à apprendre sur l'art de la guerre... En revanche, elle fut plus que ravie de savoir qu'elle aurait accès à une "éducation supérieure". Cela prouvait donc que malgré ce qu'il disait, Li-Fu faisait confiance au trois demoiselles et avait noté leurs efforts. Eva ne pouvait attendre d'en apprendre plus, car cela était le signe que les jours de Grand Changements arriveraient sous peu.


Citation :
C'est pourquoi je vous demanderais d'oublier votre emploi pendant un bout de temps. Je sais Constance et Héléna célibataire et sans emploi, ca ne posera pas de problemes pour vous. Mais vous Eva si vous souhaitez etre à 100%, je vous souhaite oublier quelques instants votre taverne.

Eva grimaça à cette remarque. Elle ne pouvait pas laisser la Taverne du Masque Rouge. Elle en était de plus en plus responsable, et ce petit commerce rapportait des sommes plutôt rondelettes. Lorsqu'il mentionna la taverne, la fille de joie se rappela des évènements de la veille. Elle devait parler à Li-Fu du général Winderfield.

Quand le maître congédia les trois jeunes femmes à l'entraînement en attendant Tcheng, Eva ne se leva pas et resta face à lui. Il la regarda avec un air impassible attendant visiblement qu'elle n'explique son comportement. Elle se lança donc.


"Maître vous seriez surpris de ce qui se fait entendre dans ma taverne, comme vous dites. Les clients m'apprennent souvent des choses peu banales."

Li-Fu n'avait probablement pas une grande estime pour les "clients" qui fréquentaient ce genre d'endroits, et cela se marqua sur son visage. Eva n'en prit aucune considération et continua plutôt.

"Sachez qu'un de mes clients les plus récents est un homme haut gradé dans les armés du Roy. Il se dit général...le général Jean Winderfield. Il est même plutôt étrange de voir la haine que ce général, voue à sa majestée. Maître, il m'a affirmé qu'il y a des traîtres à l'intérieur même de l'armée, et probablement même au sain des mousquetaires. Je crois qu'un complot se prépare..."
Revenir en haut Aller en bas
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Eva à son 2e rendez-vous   Mar Aoû 08 2006, 18:30

Li-Fu fut subjugué par cette nouvelle.

- Il a réussi à vous faire avouer cela?

Sur le signe d'acquiescement d'Eva, ses sourcils se réhaussèrent montrant sa surprise.

- Et bien vous feriez une espionne hors pair, mais écoutez moi. Je sais tous les bénéfices que vous faites dans cette taverne mais essayez vous de vous décommander disons pendant trois semaines. Prétextez je ne sais quoi. Si vous avez de la famille quelque part vous leur avouez que vous devez aller le voir, mais aussi un autre conseil, ne bluffez pas! Vous ne pouvez bluffez que si vous pouvez contre attaquez par la suite. Donc inventer leur une excuse qui ne soit pas vérifiable. Si vous leur dites que vous allez voir votre frère et qu'ils apprennent qu'il n'existe pas... Enfin vous me comprenez. Et puis si vous voulez on peut vous financer le salaire que vous gagnez à la taverne. Si je vous demande ca, c'est parce que pour la suite de votre entrainement, il vous faudra travailler presque jour et nuit, et vous devrez être omniprésentes. Ce n'est que comme cela que vous pourrez ensuite suivre et aquérir un certain niveau. Et puis comme je le crains on aura besoin de nous plus rapidement que ce qu'on pourrait croire. Maintenant si vous n'avez rien à rajouter, allez vous entrainer au tir. (lancer de disque, les shiruken si tu vois ce que c'est lol). Et Eva merci pour votre information j'irai en faire part au haut cercle de la CL qui seront ravi de ces renseignements. Je leur dirai que vous en êtes l'auteur je vous en donne ma parole.

Il la vit s'éloigner non sans rechigner. Il est vrai qu'elle possédait un poste plus qu'intéressant. Voilà ce qu'il avait appris. Un autre groupe tentait aussi un complot. Mais là, cela touchait l'armée.

*Pauvre Louis, d'abord les bourgeois alliés à quelques nobles et aux policiers, puis maintenant l'armée et les mousquetaires. Ca doit bien être dur pour lui.*

Enfin il sait la décision que prendrait la CL puisqu'il faisait parti de ce fameux cercle. Mais comme toute bonne organisation, les chefs ne sont jamais dévoilés même devant leurs compagnons. C'est vrai qu'il était tentant de se joindre à l'autre organisation. Mais ils ne savaient pas comment l'armée avait géré cela. Cela se trouve ils ont été beaucoup moins prudent, et si on s'allie à lui, s'ils se font démasquer, la CL sera démasqué. C'est pourquoi il valait mieux ne pas intervenir, voir comment tournerait les choses par la suite. Si l'armée gagnait il supporterait encore moins le gouvernement par un général. Si le Roy gagnait il irait recruter ce qui restait encore de cette organisation. Ils pourraient toujours servir à quelque chose. Et puis pour l'instant la CL devait s'éteindre quelques instants. Les Larmes de Diane, c'est ainsi le nom qu'il donnait à sa troupe de mercenaire, devaient d'abord être au point. Recruter de nouveaux éléments. Les perfectionner. Pour qu'à la fin tout un petit réseau puisse se former apte à intervenir à n'importe quel moment face à n'importe qui.

Li-Fu repartit dans le domaine de son "demi-frère", Tcheng était déjà arriver, il pourrait enseigner. Pendant ces trois semaines, il avait enseigné aux trois femme 1 jour sur trois à peu près le reste du temps personne ne savait où il allait. Enfin il en avait trouvé 5 autres, et les voilà qu'elles avaient rentré dans l'organisation.



------------------------------------------------



1 semaine passa. Comme on l'a dit Li-Fu revenait régulièrement pour parfaire l'entrainement des nouvelles, et depuis une semaine Tcheng formait durement les trois plus anciennes. L'entrainement se déroulait comme ceci.

La journée commençait à 5 heures.
5h-7h: Sortie du repaire dans la foret et course à pied. Puis après étirement, parcours d'obstacle du genre nouveau et particulièrement compliqué. Ce ne sont pas les exercices où il faut juste sauter au dessus d'un bout de bois. Non c'est du genre sauter d'un tronc d'un arbre à l'autre, tache bien éprouvante, faire des roulades en dessous des ronces, où en éviter en faisant des roues à une main. C'est pour cette raison que Li-Fu les avait prise elles et non des hommes, pour leur souplesse. Et encaure d'autres épreuves qui se surpassent l'une l'autre en difficulté. 5 jours plus tard elles étaient prète à passer au parcours d'obstacle au niveau 2. Pour cela Tcheng avaient changé le tracé du parcours. Le tracé avait la forme d'un cercle dans la foret. Au programme les mêmes tâches mais en plus, Li-Fu et Tcheng étaient disposés au centre et lancaient des petites pierres. A elles d'éviter les tirs. Ainsi la difficulté avaient nettement accru d'autant plus que les deux maitres visaient bien et que cet exercice pouvait être très dangereux. Elles se débrouillaient tellement bien qu'aucune n'avaient été presque touchée.
7h-8h: Retour à l'intérieur et Pause
8h-10h: Théorie. Pendant ces deux heures ci. Tcheng leur apprenait au début les différents coups et ripostes. Donc en gros il leur apprenait les techniques de 1 contre 1. 6jours plus tard, elles purent passer aux techniques de 1 contre 2.
10h-12h: Pratique. Elles appliquèrent ce qu'elles apprirent à l'heure d'avant.
12h-13h: Pause.
13h-14h: Cours de détente. Dans ce cours, elles étaient toutes les trois et elles devaient apprendre à synchroniser leurs mouvements. Par exemple lorsque l'une tendait sa main droite, les deux autres devaient pratiquer ce mouvement au même moment. Pendant cette synchronisation elles passaient en revue tous leurs mouvements.
14h-16h: Théorie
16h-16h30: Pause
16h30-20h: Pratique
20-21h: Pause
21h-23h30: Activités du soir. Ici seront pratiqués tous les exercices qui nécéssitent les autres sens que la vue et plus particuièrement de l'ouîe. Les travaux varient. Le seul qui est pratiqué chaque jour c'est la reconnaissance auditive. Les élèves sont tous assises en tailleur et écoute les bruits différents que provoque le maitre. Ca peut paraitre troublant à cause de la facilité mais c'est au contraire très ardue, puisqu'il faut une bonne mémoire net dévemlopper ce sens qui ne l'est pas chez l'homme qu'est l'ouïe.
23h30-00h: Dernière sortie du repère. Ici même chose les élèves son assises en tailleur et apprennent à reconnaitre les différents bruits de l'environnement.

Voilà l'emploi du temps que doivent accomplir tous les élèves de Tcheng. Autant dire que ce n'est pas de tout repos. Elles avaient effectivement peu de temps pour dormir, mais Tcheng leur révéla que la sieste était un véritable luxe. En effet un homme dormait en moyenne entre 8 et 12heures, or il n'a besoin que d'une heure. Le véritable sommeil arrive par intervalle. Il peut y avoir 15 min à 23h, 15min à 2h, 15min à 4h et 15 min à 6h. Il leur montra qu'en dormant d'une certaine facon on pouvait réduire les intervalles et être en forme le lendemain même en ne dormant que 5 heures. Il fallait accomplir ce rituel de nombreuses fois pour que le corps prenne le réflexe et après le sommeil n'est plus un problème. Au bout d'une semaine, Li-Fu revint du manoir avec une lettre dans la main, signé CC (Casachris Cabellion). Elle donnait l'ordre de protéger un convoi de nourriture pour la ville des Rois qui se trouve encerclé par un blocus de policiers et de soldats. Une mission difficile et périlleuse. Li Fu convoqua Constance Héléna Eva et Tcheng autour de l'autel au centre. Les autres élèves de l'organisation continuaient à s'entrainer.


- Bien que je vous expose la situation.

Il déplia une carte, reims était marqué en bas à droite. On pouvait voir la ville au centre avec ses rues, et les plaines alentours.

- Voici la carte de Reims. Je vous révéle une information secrète, elle était la première cible de la CL. Des affaires troubles se sont produites. On a voulu poser le chapeau de toute cette histoire sur le gouverneur des polices de France. Même si ça a été difficile, on a plutot bien réussi. Si bien que les rémois ont vu d'un mauvais oeil le gouverneur et ses mesures ont rendu les habitants encore plus furieux. Ils ont crée une émeute il y a une semaine, et le gouverneur à décider de provoquer un blocus pour pousser la population à la famine et donc naturellement l'avoir sous la botte. Ils étaient déjà enragés mais leur privé de pain était une erreur encore plus importante. La moindre petite flammèche et ils explosent. Sauf que le gouverneur a tout emporter même la moindre petite flamme. Donc à nous de leur apporter et la flamme et le réconfort, plus le réconfort, c'est pourquoi la CL à décider d'envoyer un convoi de nourriture en direction de la ville. Cette nourriture comme vous le pensez bien n'a pas été demandé à une unique personne. Elle a été demandé à plusieurs villes voisines, qui ont accepté d'aider leur frères affamés. Les aliments ont été rassemblés ensemble et ils sont entassés dans deux charettes. Maintenant c'est à nous de le protéger. Maintenant il faut trouver un plan pour s'infiltrer sans se faire avoir. Donc on pourra recevoir de l'aide de l'intérieur mais eux n'auront pas d'armes. On peut y mettre l'argent nécessaire.

[HS Demain je ne serais pas là je réfléchirais à un plan d'action d'ici là si t'as un plan on se contacte par mp. Vaut mieux pas que tout le monde soit au courant. big grin ]

(Voici un shéma de la carte de Reims. Lassale tu me dis si cette disposition te convient.)

[img=http://img96.imageshack.us/img96/7278/reims2as6.th.png]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eva à son 2e rendez-vous   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eva à son 2e rendez-vous
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial
» rendez-vous mystérieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: