1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un début de soirée tranquille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Un début de soirée tranquille   Mer Aoû 02 2006, 15:33

Eva était accoudée sur une table, les yeux mi-clos. En ce début de soirée, quelques clients commençaient à entrer dans la taverne. L'hiver commençait et plusieurs hommes trouvaient déjà que les couvertures de leur femme ne les réchauffait pas assez. La courtisane s'occupait beaucoup de la taverne, et restait des heures éveillées. De plus, avec ses entrainements qui étaient de plus en plus demandant, son sommeil était beaucoup plus restreint. Pourtant, la fille de joie était heureuse...elle sentait qu'elle agissait pour le bien de la population, et cela lui donnait un sentiment de fierté. Elle n'avait jamais été fière d'elle et ce nouveau sentiment l'enflait d'orgueil.

Un homme entra en faisant claquer la porte violemment, ce qui sortie d'un seul coup Eva de son demi-sommeil. Il lui semblait qu'il était un homme d'arme. Le nouvel arrivant était en effet quelqu'un de droit, fier et qui avait une lueur constante de détermination qui brillait dans ses prunelles. Il s'assoya à une table, sans se soucier du vacarme qu'il avait fait, et qui avait dérangé la plupart des travailleuses.

Eva se leva et vu qu'aucune employée n'avait l'air de vouloir s'occuper de lui. Elle réajusta son corset écarlate et arrangea sa crinière noire. De sa démarche déhanchée, la fille de joie arriva devant lui et se pencha.


"Que pouvons nous vous offrir pour votre bon plaisir ce soir, monsieur?"
Revenir en haut Aller en bas
Jean Winderfield
Poete


Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 14/02/2006

MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Mer Aoû 02 2006, 15:55

Winderfield entra rapidement dans la taverne. Il avait entendu dire que les femmes ici étaient calmes et professionels. Alors, pourquoi ne pas profiter de ces qualités. Il échappa la porte et le courant d'air la referma par elle même sous un vacarme. Il remarqua que certains se plaiganaient, mais il se dit à lui-même qu'ils étaient des petits critiqueux si une simple porte pouvait leur faire autant de mal.

Il se tira un table et il regarda dans l'ensemble de la pièce. Non pas pour se chercher une femme, mais pour analyser la pièce avant, voir quelles sortes de gens s'y tenaient, s'il y avait des ennemis potentiels... quelque chose. Par la même occassion, il avait vu une femme qui s'approchait de lui, le corset bien serré. Elle arriva à sa hauteur et elle lui demanda ce qu'elle pouvait faire pour lui rendre service. Le général rit un peu et il dit:

- Je ne sais pas, n'importe quoi, tant que vous pouvez me faire oublier mes problèmes bien trop présent à mon gout avec ce petit prétentieux qui ose dire qu'il est l'envoyé de Dieu

Le regard de Winderfield était toujours froid, et il le devenait de plus en plus lorsqu'il parlait du roi. Il avait dit cette pensée toute basse, question de ne pas attirer l'attention des autres personnes de la taverne. Mais les femmes de joie étaient de vraies tombes, dites-leur ce que vous voulez et elles savent garder le silence. Quand les enquêtes des mousquetaires arrivent ici, ils frappent un mur, c'est sûr.

Il attendait maintenant que la présente quelque chose qui pourrait bien plaire à Winderfield. Il fallait dire que cette femme était forte jolie, mais les femmes de joie étaient des femmes fatales. Elles vous laissaient croire tout ce que vous voulez, vous faisant croire que c'est pour votre coeur, mais en réalité, il en n'est rien.

Parfait, cette situation plaisait fortement à Jean.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Mer Aoû 02 2006, 21:58

Le ton de l'homme était sec, froid et pressé. Un autre client qui savait ce qu'il voulait et qui ne serait probablement pas trop difficile à satisfaire. Peut-être même qu'il voudrait achever la besogne en vitesse. Eva voyait bien qu'il était tracassé et qu'il n'avait besoin qu'un peu de plaisir pour lui faire oublier ce qui le tourmentait. La fille de joie se dit qu'elle n'aurait probablement aucun problème à satisfaire ce client un peu trop énervé.

Citation :
Je ne sais pas, n'importe quoi, tant que vous pouvez me faire oublier mes problèmes bien trop présent à mon gout avec ce petit prétentieux qui ose dire qu'il est l'envoyé de Dieu

Il avait presque crié, en crachant ces mots à la jeune femme. L'envoyé de Dieu? Cela lui faisait penser à quelqu'un...son caractère curieux la poussa à vouloir que ce général n'arrête pas de parler. Elle lui sourit et lui envoya un regard plus que charmeur.

"Et bien qu'il en soit ainsi monsieur..."

Eva s'assoya sur la table, en face du général, installé sur sa chaise. Subtilement, elle remonta ses jupons jusqu'à légèrement au dessus du genou, laissant simplement quelques centimètres de sa cuisse dépasser. La jeune femme n'aimait pas se donner toute entière aussi facilement. Si le client la voulait vraiment, il oserait lui-même s'aventurer vers le paradis charnel. Elle vit les yeux de Winderfield loucher vers cette peau lisse découverte, et sourit de contentement. Elle aimait savoir qu'elle était désirée, et avait le plaisir cruel de ne pas redonner de l'amour. Tout n'était que physique. Elle fit d'ailleurs signe à une autre courtisane d'amener une chope de bière en vitesse. Après quelques secondes, l'alcool était servit, et Eva continua.

"Alors, comme ça certaines personnes trop arrogantes vous cause des problèmes messire?"

Sa main frola d'un geste calculé celle du général, qui observait la jeune femme d'un regard perçant.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Winderfield
Poete


Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 14/02/2006

MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Jeu Aoû 03 2006, 03:07

Jean regarda rapidement le morceau de peau que la femme venait de laisser découvrir. Il n'y avait pas à dire, les femmes avaient des peau qui semblait si douce, du vrai satin. Il remonta ses yeux quand la femme se commanda de l'alcool. IL fit signe à la dame qui en prendrait une aussi.

Et voila, les questions arrivèrent immédiatement après:

- Je crois que le roi est le problème de beaucoup. Mais que dis-je, je ne devrais pas dire cela puisqu'il est le roi

Alors que sa bouche était dans son verre, il dit:

- Petit imbécile

Il regarda autour et tout le monde semblait s'amuser ailleurs. Sauf cette femme qui avait les deux yeux braqués sur lui. Jean sourit en coin et il dit:

- Quoi, suis-je le premier homme à vous dire cela? Sauf votre respect mademoiselle, si c'est le cas, vous devriez sortir un peu de votre taverne.

Il but d'un trait la moitié de sa bière et il fit une grimace. Il recula la chope pour la regarder et il dit:

- Costaude cette bière sacre bleu. On comprend maintenant mieux pourquoi les anglais n'envahissent pas notre France, ils ne peuvent supporter notre alcool.

Winderfield rit de la blague de militaire qu'il venait de faire. Déplacé certe, mais tout de même, de bon gout selon lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Jeu Aoû 03 2006, 19:34

Citation :
Je crois que le roi est le problème de beaucoup. Mais que dis-je, je ne devrais pas dire cela puisqu'il est le roi

Eva perçait des yeux son interlocuteur, et voyait les flammes de haine et de colère qui envahissaient ses prunelles. Il sembla boire d'une traite sa chope de bière, et la courtisane fit comprendre à la pauvre fille qui faisait des allée-retours constants, d'aller en chercher une autre au général. D'une voix presqu'étouffée, elle murmura:

"Mais vous l'avez dit quand même..."

Cet homme était fort intéressant du point de vue de la jeune femme. Il semblait partager, au moins en partie, certains point communs avec les pensée d'Eva.

Citation :
Quoi, suis-je le premier homme à vous dire cela? Sauf votre respect mademoiselle, si c'est le cas, vous devriez sortir un peu de votre taverne.

Eva ne broncha pas. L'arrogance de l'homme ne l'atteignait pas, étant donné qu'elle-même possédait cette caractéristique de personnalité. Il voulait avoir à faire à une petite dinde qui ne savait rien? Et bien la fille de joie pouvait très bien incarner cela. Surtout qu'il se livrerait bien plus facilement à quelqu'un qui ne semble rien comprendre à ses paroles.

Jean Winderfiled passait le dos de sa main sur les jambes d'Eva, caressant cette peau si douce machinalement, en riant lui-même de sa blauge douteuse à laquelle Eva n'avait pas prêté la moindre attention. Elle ne fit qu'émettre un joli rire de sa voix sensuelle pour lui gonfler l'égo.
Elle ajouta cependant cette petite phrase, pour encourager le général à parler davantage, en attisant sa colère.


"Mais être Roy ne signifie pas être doté de bon jugement...ou d'intlelligence..."
Revenir en haut Aller en bas
Jean Winderfield
Poete


Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 14/02/2006

MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Ven Aoû 04 2006, 18:15

Jean continua de caresser la cuisse de la jeune femme quand il ajouta:

- Nous pourions croire que vous avez fait vos classes mademoiselle?

Il ne savait toujours pas son nom. Quoi qu'il en soit, dans ce métier, les noms importaient peu en général, mais cette petite excellait dans le métier de laisser paraitre son invité pour un roi, que ce soit pour les quelques instants qu'ils passèrent ensemble.

Jean termina de boire sa chope exactement au moment où la seconde arriva. Il dit à l'intention de la serveuse:

- Le synchronisme est parfait mademoiselle, vous auriez faite une bonne soldate à la guerre, toujours là quand il le faut et juste à temps

Winderfield leva son verre à Eva et il lui dit:

- Je propose que nous trinquons mademoiselle

Il attendit qu'elle lèva son verre et il ajouta:

- Pourquoi ne pas trinquer à la France. Voila un pays dans lequel tout le monde voudrait y vivre, bien qu'il y ait un petit défaut en cette perfection.

Il frappa le verre d'Eva et, contrairement aux autres fois, il ne prit qu'une petite gorgée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Dim Aoû 06 2006, 22:37

Un sourire malsain était né sur les lèvres de Winderfield, tandis qu'Eva avait prononcé cette dernière phrase. Elle en était désormais certaine, cet homme en voulait au Roy peut-être autant qu'elle. Qu'importe que leur motivations soient différentes, leur but semblait être le même. Sans lâcher la jambe de la courtisane. il engloutit d'un trait sa chope de bière. Simplement pour le fait qu'il était de son côté, la fille de joie aurait été prête à lui en donner beaucoup ce soir.

Il intercepta une bière au passage, et émit un commentaire qui intéressa particulièrement Eva.


Citation :
Le synchronisme est parfait mademoiselle, vous auriez faite une bonne soldate à la guerre, toujours là quand il le faut et juste à temps

Cette simple phrase en apprit beaucoup à Eva à propos de celui qui était en face d'elle. Ainsi donc, il était bel et bien un militaire, mais il était également très probable qu'il soit haut gradé, et même au service de Louis XIV lui-même. Le souverain avait donc des traîtres au sain de ses propres rangs? Elle sourit de satisfaction à cette idée. Ce jeune prétentieux ne semblait pas savoir s'entourer!

Le général tendit sa chope vers Eva qui pris la sienne en main. Avec un air espiègle qui en aurait fait fondre plus d'un, elle lança à la suite des paroles de l'homme:


"À la France!"

Comme lui, elle engloutit une simple gorgée de bière afin de se rafraîchir un peu. Malgré l'air hivernal qui sévissait à l'extérieur, les murs de la Teverne du Masque Rouge renfermaient une chaleur aussi douce qu'exquise. Elle descendit de la table ou elle était installée pour s'assoir directement sur les genoux de son interlocuteur. Approchant ses lèvres de son oreilles, elle lui murmura très doucement.

"Et avec qui ai-je l'honneur de partager mon verre ce soir?"
Revenir en haut Aller en bas
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Lun Aoû 07 2006, 00:10

[Allez, je viens ajouter du piment à votre révolution pour le moins... érotique thumbs up ]

Adrien, sans le savoir, prenait le même chemin que Lou qu'il venait à peine de quitter, et pas vraiment en bons termes.
Nous avons déjà dit qu’il ne s’était retenu avec Cassandre que parce qu’il comptait faire de leur relation quelque chose de sérieux. Enfin, bon, oui, chacun a sa définition du mot sérieux, et il se trouve que celle de Chasty est :

« sérieux, adj.
Qui dure longtemps.
Une relation sérieuse : relation pseudo-amoureuse où l’homme prend le temps de profiter de la veulerie féminine. »

Il est a noté que Chastignac avait également sa propre définition du « temps » et de « longtemps » :

« longtemps, adv.
Pendant une longue durée.
Jusqu’à ce que ça nous emmerde. »

En bref : il s’était empêché à grand peine de soulever les jupons de la gamine en pleine rue, et s’était donc dit qu’il méritait bien une petite récompense pour cet exploit qui lui ressemblait si peu. Il n’avait encore qu’une idée floue de cette dite-récompense, mais un petit minois se détachait de la brume de son esprit sans vraiment prendre totalement l’apparence de quelqu’un de connu.

L’éventail de Lou avait été l’illumination.

Et là, le comte se retrouvait à trépigner devant la porte de l’auberge du masque rouge, grelottant de froid… Il observa l’enseigne, puis baissa les yeux jusqu’aux vitres presque opaques à travers lesquels on devinait quelques formes humaines. Il se décida à entrer.

Le contraste entre la froideur de la nuit d’hivers et l’intimité chaleureuse, même étouffante, de la maison close le fit frissonner.
Il renifla le tabac dont les émanations envahissaient toute la pièce au point de se sentir serré par la fumée, et peut-être jusqu’à se sentir de trop… comme un cheveu dans la soupe, comme un bonhomme dans le gaz.

Il ne la remarqua pas tout de suite.

Mais lorsqu’il l’aperçut enfin (elle et son joli derrière), il slaloma sans hésiter entre les tables… mais stoppa net sans l’avoir abordé, l’observant un peu en retrait.
Il sentit un pincement à l’estomac en voyant l’autre brute la tripoter… et se maîtrisa à peine de venir lui foutre un pain dans la tronche.
Il se calma tout à fait en s’étonnant de cette crise de jalousie, et se persuada n’être point amoureux en se disant qu'il n’était jaloux que parce qu’il considérait Eva comme sa chose.

Lorsqu’elle s’assit sur ses genoux, il n’y tint plus. Il s’approcha… Tout de suite, il sentit qu’il brisait une atmosphère. Etre trois dans un jeu amoureux, ce n’était point inhabituel, mais il n’était pas le troisième, il était un intrus… un intrus qui n’avait pas l’air commode.

Il se racla la gorge pour signaler sa présence déjà bien remarquée.


-Excusez moi, je vous l’emprunte.

Et sans plus attendre, il prit la putain par le bras en l’entraînant un peu plus loin. Il avait pris garde de ne pas lui faire mal, mais de ne pas lui laisser le choix non plus, sans se soucier de sa conversation qu’il pensait d’un tout autre genre que politique…
Il arrêta de marcher lorsqu’il se sentit assez loin du militaire, dans un autre coin sombre, quoique pas tout à fait caché de Winderfield.

Il fit face à Eva, et tout d’un coup, il se sentit tout con.

Il se passa la main dans les cheveux, et bredouilla un peu avant de faire sortir de sa gorge quelque chose d’intelligible.


-Euh.. tu te souviens de moi ? Je suis pas réapparu avant… désolé… j’avais quelques problèmes…

Adrien qui s’excusait auprès d’une femme !

-Et euh sinon toi… comment ça va ?

POUAH ! Dis moi Champy, t’as de l’inspiration aujourd’hui… C’est Ronsard qui t’as appris comment aborder la conversation auprès des femmes ?
On t’avait cru plus imaginatif….

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Winderfield
Poete


Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 14/02/2006

MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Lun Aoû 07 2006, 02:35

Winderfield posa sa bière quand la femme lui posa une question. À moins que le roi avait des contacts partout, il n'avait pas vraiment de danger. Et puis d'Ailleurs, à voir son enthousiasme venant de la femme, il avait encore moins de chose à craindre. Il lui dit:

- Je suis le général Jean Winderfield, des armées de sa majesté. Nous revenons justement d'une mission à Hollande. Mais bon, qu'importe puisque la Hollande va se faire submerger par la mer dans quelques siècles.

Winderfield prit une autre gorgée de bière quand un petit con de la pire espèce vint lui prendre sa.... son.... euh... Eva. Il regarda où le petit comique allait avec Eva. Il prit bien son temps de caler une autre gorgée de sa boisson et il se leva lentement, comme un gentleman. Non mais, quel manque de savoir vivre celui-là.

Il s'approcha du coin où son ami et Eva s'étaient rendu. Il posa lentement sa main sur l'épaule d'Eva et il lui dit:

- Excusez-moi

Winderfield vit toute la terreur dans les yeux du petit blanc bec. Ce dernier fit un pas de coté pour tenter d'éviter Winderfield, mais il était déja trop tard. Winderfield lui saisit le bras et il le plaqua au mur. Ensuite, il le saisit par la gorge et il le leva de terre, en prenant bien soin de sentir ses jointures serrer la trachée du petit con. Il lui dit après quelques secondes, le temps qu'il devienne bien pourpre à son goût:

- Maintenant que j'ai votre attention, je vais vous dire quelque chose. Je ne crois pas vous avoir donner ma bénidiction pour prendre cette femme. Donc, à moins qu'elle le veuille sans qu'elle ait eu le temps de dire oui, je pense que vous venez de me prendre quelque chose de très important pour le moment. Alors, qu'en pensez-vous?

Winderfield serra un peu plus, ne voulant pas laisser de chance au petit de parler. Mais Chastignac essayait de parler, mais aucun son ne sortit de la gorge. Jean ajouta:

- Désolé mon brave, mais je ne vous comprends pas. Parlez-donc français un peu

Winderfield lacha Chastignac et il s'effondra au sol, ramassant une bonne partie de la poussière au sol en se trainant comme un vulgaire porc (Désolé, mais tu l'as cherché Eli Razz)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Lun Aoû 07 2006, 08:51

(attend tu crois vraiment que Chasty est du genre à se laisser faire ? Razz )

Pff non mais! On pouvait être tranquille nul part! Même quand il s'agissait de se ridiculiser... fallait toujours qu'on soit dérangé...

Il ne l'avait tout d'abord pas remarqué arriver, les yeux baissés par une certaine gène due à son précédent discours... Aussi, lorsque l'imposante silhouette noire arriva dans son champs de vision, c'est à dire à seulement quelques centimètres de lui, Adrien sursauta, leva la tête, et écarquilla les yeux...

L'autre sembla satisfait de ce qu'il pensait comme de la peur, aussi reprit-il bien vite contenance. Mais il était loin de s'attendre à ce qui allait arriver...

"Excusez-moi"

Adrien fit un pas de côté réflexe, non pas pour l'éviter, mais pour se dégager du traquenard où il s'était mis se plein gré, Eva en face de lui et le mur juste derrière...
Il ignorait pourquoi, mais l'air sans vie des yeux de Winderfield le faisait frissonner, et il se sentait mieux avec de la liberté de mouvement.

Malheureusement, même avec quelque peu d'air en plus, il ne put rien faire : la brute le prit par la gorge et le plaqua au mur sans ménagement. Le choc fut rude et la colonne vertébrale du comte fit écho de la vive douleur pendant quelques secondes.

"Maintenant que j'ai votre attention, je vais vous dire quelque chose. Je ne crois pas vous avoir donner ma bénédiction pour prendre cette femme. Donc, à moins qu'elle le veuille sans qu'elle ait eu le temps de dire oui, je pense que vous venez de me prendre quelque chose de très important pour le moment. Alors, qu'en pensez-vous?"

Si quelques bouffées de rage avaient envahis Adrien a la vue de Winderfield en train de tripoter Eva, cette démonstration de violence lui fit plutôt un nœud dans le ventre... Il ne pouvait plus respirer, et le monologue du militaire qui lui était adressé était bien confus pour lui, alors qu'il s'interrogeait soudainement sur la vie après la mort.
Oui, manquant d'air, tenu par la gorge par un fou furieux, le comte paniquait, pensant vraiment sa dernière heure arriver.
La seconde partie des paroles de Winderfield lui firent prendre un virage à 180° :

"Désolé mon brave, mais je ne vous comprends pas. Parlez-donc français un peu"

Il n’avait pas essayé de parler, mais simplement de prendre son souffle… et là, oui, il devint pourpre comme jamais, mais plus de rage encore que de manque d’O2.
Si un animal impassible dans sa besogne lui faisait peur, le comte se refusait d’être humilié. Dans son lit, à son réveil, à l’aube de la mort, par une femme ou par un homme.

L’humiliation, c’était pire que tout. Le général venait de faire l’erreur à ne pas commettre…
Chastignac serra les dents et ses muscles se bandèrent, ses yeux reflétant soudain une ire et une détermination insoupçonnée jusqu’alors.

L’épais le lâcha, et le comte s’effondra. A quatre pattes sur le sol, une main se massant la gorge, il reprenait son souffle qu’il venait de découvrir si précieux.
Ce moment de faiblesse ne dura qu’un temps. Sans bouger ni la tête ni les yeux, il déglutit, et changea totalement de physionomie, fronçant les sourcils et fermant la bouche.

Tout se passa ensuite en quelques secondes, la vitesse de sa réaction et la surprise empêchant quiconque de réagir…

Adrien cessa de se masser la gorge pour prendre appui sur sa main, reprenant la marche sur ses deux pieds comme l’australopithèque avait du le faire, c’est à dire après un pas d’élan à la quadrupède, et en restant courbé… C’est sûr que c’était plus simple d’être courbé pour réussir ce qu’il avait en tête.

Le heurt fut violent, là encore. Le militaire n’était qu’a un mètre de lui, et Chastignac, ça l’arrangeait bien. Il réunit dans ce mètre toute la vitesse et la frénésie qu’il put trouver et fonça droit dans l’abdomen de Jean.
Cet idiot était bien surpris de trouver de la résistance en ce qu’il avait sous-évalué… il avait crut voir un blanc-bec, il voyait un blanc-bec capable de tacler.

La poussée les envoya tous deux sur une table, fauchant au passage deux chopes et deux assiettes de viandes, dont certaines tombèrent dans un bruit de verre brisé, et dont d’autres firent un joli tapis de mousse aux deux querelleurs.
Sans prendre en compte le vacarme des protestations de la tablée brusquement dérangée, ni celle de sa gorge ou de son flanc gauche, Adrien se hissa sur Jean allongé sur le dos, s’appuyant à genoux sur les cuisses du militaire afin de l’empêcher d’avoir usage de ses jambes, tandis qu’il forçait sur ses mains, agrippées au col de cette animal.

Il savait qu’il serait projeté en moins de deux, qu’il perdrait cet avantage de la surprise et que la force reprendrait le dessus, mais la colère et la fierté criaient plus fort que la prudence et la raison.
Alors, son cœur bondissant d’une excitation nouvelle, lui donnant l’énergie souhaitée, Adrien ferma son poing et lui envoya avec toute la force dont il était capable dans l’estomac.

Plus rien n’existait autour, ni la nuit, ni la taverne, ni le brouhaha ambiant, ni le tabac, ni même Eva… Il n’y avait plus que le buffle, lui, et son poing.

Il ne remarqua pas même la chaude caresse du sang répandu de sa blessure réouverte, gâtant encore une fois une chemise, déjà bien sale de bière et de sauce.


[toi aussi tu l'as cherché whistle Mais bon, je te laisse encore la possibilité de réagir tu remarques mdrrr ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Lun Aoû 07 2006, 13:59

L'homme d'armes semblait de plus en plus enclin à dévoiler n'importe quoi à la fille de joie, qui ne manquait pas une seule de ses paroles. Général Jean Winderfield, un nom qu'elle n'oublierait pas de si tôt, comte tenu de son grade important et de son éventuelle utilité à leurs desseins. Comme pour le remercier ou le charmer davantage, Eva approchait ses lèvres de son visage d'une très douce lenteur, mais en même temps insupportable pour ceux qui attendaient le contact avec ces lèvres si alléchantes.

Pourtant, sans qu'elle ne s'y attende, un autre homme dont elle ne voyait pas le visage l'arracha à sa proie. Sa grippe était ferme sur son bras, et Eva avait presque perdu l'équilibre lorsque sont corps se détacha violemment de Winderfield. Tout en suivant son "assaillant" elle fulminait sans pourtant pouvoir se détacher. La jeune femme tourna la tête vers son client, et leur regards se croisèrent...elle espérait qu'il ne partirait pas après cet affront. Elle espérait surtout réussir à en savoir davantage.

Arrivés à destination, le jeune présomptueux fit enfin face à une Eva enragée, qui avait bien deux mots à lui dire. Mais dès qu'elle vit son visage, aucun son ne sortit de sa bouche, comme étouffée par la surprise de revoir cet ancien client dont elle n'avait pas oublié le nom: Adrien de Chastignac. Celui-ci ne la regardait d'ailleurs pas, et semblait chercher à éviter la rencontre les yeux de la catin.


Citation :
Euh.. tu te souviens de moi ? Je suis pas réapparu avant… désolé… j’avais quelques problèmes…

Son air si désemparé, mais en même temps ridicule, laissa Eva sans réponse. Malgré que son regard exprimait encore de la colère de s'être ainsi fait interrompre, ses sentiments s'étaient adoucis d'un coup. Cependant, la jeune femme se demandait bien s'il s'agissait vraiment d'Adrien. Elle l'avait connu beaucoup plus fier, arrogant, et éloquent qu'à cette seconde. Il semblait avoir perdu toute sa superbe. Ses charmes l'avaient-il bouleversé à ce point? Eva en doutait, Chastignac n'était pas homme à se faire impressioner si facilement, et encore moins par une femme.

Citation :
Et euh sinon toi… comment ça va ?

Eva allait lui répondre d'une voix douce mais tout de même froide (il faut tout de même pas que Chasty la récupère si facilement mdr) lorsque Winderfield, qu'elle avait quasiment oublié, s'imposa. Sa haute stature sortie de l'ombre d'un coup. Contre toute attente, le général empoigna Adrien par la gorge pour mieux le caler contre un mur. Horrifiée, la jeune femme ne su d'abord que faire. Non pas qu'elle n'était pas habituée par la violence, mais elle avait surtout peur que tous les clients de la Taverne ne soient témoins de cette scène, et qu'elle ne se transforme en bagarre générale. Elle en avait déjà été témoin plus jeune, et savait qu'elle n'aurait plus aucun contrôle sur l'endroit et que cela pourrait très mal tourner.

Les yeux de la fille de joie se posèrent sur le visage de Chastignac qui semblait sérieusement commencer à manquer d'air. Sans qu'elle ne sache ce qui la poussa à ce moment là, elle s'avança vers Winderfield et aggripa le bras qui retenait prisonnier Adrien. Le général sembla pourtant ne pas la voir. Eva aurait tellement voulu avoir une arme à portée de main et ainsi appliquer tout ce qu'elle savait désormais, mais elle était consciente qu'elle faisait mieux de ne pas trop dévoiler ses talents. Rester la plus discrète possible et ainsi garder la CL dans l'ombre.


Citation :
Désolé mon brave, mais je ne vous comprends pas. Parlez-donc français un peu.

Jean relâcha sa victime qui s'affaissa en bas du mur. Au même moment, Eva laissa tomber le bras du général et s'approcha pour s'assurer que Chastignac allait bien. Dès qu'elle fut assurée que c'était le cas, elle se redressa entre les deux hommes.

"Messieurs, vous allez me faire le plaisir d'arrêter cela, ou je serai obligée de vous sortir de la Tav..."

Elle ne put finir qu'Adrien s'était relevée, et avec une agilité et une force qui lui étaient jusqu'à présent inconnues, se rua littéralement sur le militaire. Ils atterrirent sur la table d'un client qui mangeait avec une courtisane sur les genoux. Lorsque les deux combattants interrompirent son repas, le client se leva brusquement pour éviter de recevoir des coups, faisant tomber la pauvre fille qui s'occuper de lui. Celle-ci lâcha un crie mêlant terreur et douleur.

Chastignac envoya un spectaculaire coup de poing à Winderfield qui semblait encore surpris de voir le petit compte s'en être pris à lui. Eva courru et aggripa Chastignac par le chandail. Elle le tira pour essayer de séparer les deux hommes qui se battait, mais elle fut rapidement tassée brusquement par le client qui venait de perdre son repas et sa courtisane. Celui-ci tenta de se mêler au conflit pour faire valoir son point de vue: il n'était pas content que sa soirée de plaisir se soit ainsi faite interrompre. Et sous les yeux d'Eva découragée, il lui semblait que la Taverne devenait un immence terrain de boxe. (lol)
Revenir en haut Aller en bas
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Lun Aoû 07 2006, 20:30

(HS Razz Je réponds demain, mais tu auras jamais vu un Chasty manger une volée de la sorte Razz:P)

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Lun Aoû 07 2006, 20:37

(bouh j'ai peur Razz Razz )

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Winderfield
Poete


Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 14/02/2006

MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Mar Aoû 08 2006, 12:40

(HS fais tes prières Chasty Smile)

Jean était surpris de voir que le petit con de noble (Smile) savait se battre. Probablement du à de la chance. Faut dire qu'il avait une gueule à taper dedans (Maudit Perez).

Winderfield était couché sur une table alors que Chastignac lui donnait de léger coup de poing, étant trop près pour pouvoir prendre son élan avec force. Jean plia sa jambe et il posa son pied sur le ventre de Chastignac. Il donna un coup et le jeune homme vola à l'autre bout de la salle. Winderfield se leva et il remarqua que Chastignac ne diminua pas dans sa vigueur. Pendant que le jeune homme courait, Winderfield cracha au sol. Il y avait un peu de sang mais rien de bien grave, il avait connu pire à la guerre.

Winderfield resta droit et Chastignac lui précipita son poing dans l'estomac. Il resta dur et ferme cette fois, n'étant guère surpris de ce coup. Winderfield lui dit:

- Attendez un peu.

Mais Chastignac ne s'arreta pas. Il tenta de lui envoyer son poing au visage, mais Winderfield évita le coup. Il ré-essaya encore, mais cette fois Winderfield lui attrapa le poing droit. Jean en profita pour envoyer son poing droit sur la tronche de Chastignac, le frappant solidement deux fois sous le menton. Chastignac essaya maintenant de la gauche, mais il se retrouva pris dans les main du général.

Le général lui donna un violent coup de pied sur le genou (brisera, ne brisera-t-il pas, à toi de voir Razz) et le jeune homme fléchit le genou de douleur. Chastignac se pencha un peu et Winderfield lui envoya son genou en plein sur la tronche (lui faisant perdre des dents? à toi de voir Razz). Pour finir, winderfield fit un tour sur lui-même et il lacha Chastignac qui alla voler violement contre le mur. Winderfield marcha vers le corps qui s'était affaisé comme une poche de patate. Il le saisit par les vêtements du dos et il le posa lourdement sur une table. Winderfield prit deux couteaux et il les planta au collet du jeune homme, l'empechant de bouger. Chastignac essaya de se débattre, mais le général le saisit par les cheveux et il fit rencontrer sa tete avec la table à laquelle il était prit au piège. On entendit les craquements de son nez sous l'impact (par contre, je garde ton nez brisé Razz). Pour être sûr de l'incapacité de l'homme, Winderfield lui envoya son coude sur la tempe, le rendant inconscient et accroché à la table

Winderfield s'éloigne de l'homme qui venait de pièger sur la table. Il cracha une dernière fois par terre, se disant qu'il s'était bien défendu ce jeune homme et que cette tête folle aurait bien plus avoir été utile au combat pour servir son pays plutot que de se servir soi-même. Il prit son chapeau et son manteau et il s'inclina devant Eva en disant:

- Mademoiselle, merci pour tout.

Il sortit cinq pièce d'or qu'il déposa sur la table. Il en sortit deux autres qui donna à Eva. Il dit:

- Pour le dérangement

Il s'inclina à nouveau et il se sortit de la taverne en s'essuyant la bouche de son sang

(HS je te l'avais dit, tu allais payer Razz et encore, je n'ai même pas sorti mon arme Razz)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Mar Aoû 08 2006, 13:17

(Hey prend moi pour plus con je ne suis Razz ptêt que Chasty aurait pas eu envie de réattaquer !
Bon je reponds gnark gnark tant pis je ferais avec demon )

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Mar Aoû 08 2006, 15:25

Non non, essaye pas, gros bébé, je vais éditer Razz:P:P
Mauvais perdant Wink

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Mar Aoû 08 2006, 16:19

(LOL! Trop tard j'ai commencé, alors édite pas!)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Mar Aoû 08 2006, 19:34

(HS Non non, j'insiste Razz)

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Mar Aoû 08 2006, 20:45

( quel gentleman ! Sauf que j'en suis à la moitié du message, alors non, non, j'insiste aussi Razz )

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Mer Aoû 09 2006, 12:16

(HS Je vais t'En faire des insistations toi, tu veux que j'édite?)

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Mer Aoû 09 2006, 19:33

(MDR! t'es insistant toi quand tu t'y mets...)

La cohue ambiante que venait de déclencher sa trop grande fierté ne fit qu’accroître sa rage… Adrien fulminait, et paradoxalement, c’était comme s’il n’avait jamais ressentit une si grande euphorie.

Il se sentit légèrement tirée par les vêtements, et se retourna pour apercevoir Eva qui tentait tant bien que mal de stopper le déraillement de la machine. Mais c’était trop tard, on ne pouvait plus rien y faire.

Malheureusement cette seconde d’inattention inutile (Eva se fit bientôt happée dans la bagarre générale) eut de bien désagréables conséquences : le client dérangé l’attrapa par le menton et tira sa tête en arrière… La gorge musclée de Chastignac se trouva offerte à toute arme, et celui-ci s’occupa donc plus de se débarrasser de ce malotru que de Winderfield, qui, en bon opportuniste, profita de la situation pour lui envoyer un bon coup de pied.

Chastignac se retrouva projeté contre le mur sans vraiment comprendre, un peu sonné… Ce qu’il comprenait, c’était sa douleur, et surtout son envie croissante d’en découdre avec le général, qu’il réattaqua sans réfléchir, enjambant Eva à terre.
Emporté par son ire, il s’essaya avec un coup de poing, et la sommation d’attendre du général ne lui donna que plus de vigueur dans son second, qu’il rata tout autant.
Et plus le général l’évitait, plus Chastignac voulait le voir la mâchoire décrochée… Il lui envoya un troisième poing encore plus violent que les deux premier, qui fut arrêté net dans sa course. Adrien fulminait, observa un instant Winderfield dans les yeux, en résistant de sa poigne le mieux possible, en vain.

En moins de deux, le comte se retrouva à terre avec une terrible douleur au menton…
Le comte se mordit la lèvre, mais ne s’avoua pas vaincu, il avait encore une main de libre, qui, sitôt fermée, se trouva elle aussi immobilisée par la poigne de fer du militaire.

Bordel ! Des coups, des coups ! Adrien poussa un cri lorsqu’il fut projeté une nouvelle fois contre le mur. Un cri viril, certes, comme un rugissement d’un lion en colère, mais un cri tout de même.

Winderfield décida de ne pas s’en arrêter là, et le plaqua contre une table, deux couteau le clouant sur place. Le comte ouvrit grand les yeux de terreur, pour finalement les refermer sur un nez cassé…

Il avait tourné de l’œil, et était incon-sang...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Ven Aoû 11 2006, 13:26

Eva réussi a s'éclipser et se séparer du troupeau d'hommes qui se battaient. Elle fulminait littéralement. Ses yeux et son corps entier avaient rarement dégagé autant de rage et de haine. Ils se comportaient tous comme de véritables animaux que ça en était dégoûtant. La fille de joie ne se souciait maintenant ni d'Adrien ni de Winderfield...elle souhaitait simplement que quelqu'un de compétent et d'assez fort puisse arrêter cette bagarre. Toutes les employées vinrent auprès d'Eva, pour savoir ce qu'il fallait faire. Celle-ci les regarda toutes et fut bien contente de voir qu'elles avaient eu la présence d'esprit de ne pas se faire prendre par cette bande de porcs.

Une grande silouhette se détacha du troupeau. Winderfield semblait en effet avoir réglé le compte de Chastignac et s'en allait avec un sourire satisfait. Eva avait du mal à admettre qu'elle aurait bien voulu qu'il ne s'éloigne pas trop vite et qu'il ne l'aide à mettre de l'ordre là dedans. Evidemment, la courtisane le savait depuis longtemps, on ne peut jamais faire confiance aux hommes!

Ils devaient environ être une dizaine à se taper dessus pour aucune raison, à par celle que tout le monde se frappait déjà. Il semblait que les cris des hommes battaient la mesure aux coups donnés. Consternée par leur bêtise animale, Eva cherchait comment elle et ses filles pouvaient mettre un terme à tout ça.

Elle s'empara d'une bouteille vide, et fit signe à la plus costaude des employées de la suivre. À deux, elles interceptèrent celui qui semblait pour l'instant être au centre de la bataille. Il semblait plus saoul que tout le monde, et provoquait les autres par des injures et des coups gratuits. Sans réfléchir, la fille de joie lui frappa la tête avec la bouteille qui se cassa sur le coup. Le verre brisé fit même quelques petites entailles sur ses doigts de fée. L'homme quand à lui, tomba raide inconscient sur le sol. Tous les autres se turent, non content d'être enfin débarassé d'un adversaire, mais également choqué de l'action d'Eva. Il aurait été imprudent pour quiconque d'essayer de la toucher, tellement elle était enragée. Elle pris une grande respiration et s'époumona.


"Maintenant, TOUT LE MONDE DEHORS! Le fête est finie! Revenez quand vous aurez appris à être moins sauvages, bande d'idiots! Mais pour ce soir, la taverne VOUS FERME SES PORTES"

À sa grande surprise, ils s'éloignèrent penauds et déconcertés de s'être ainsi fait interrompre. Tandis que le sol se dégageait de ces malautrus, ne resta que le corps de celui qui venait de se faire assomer. Eva demanda a deux filles de le sortir dans la rues. Il n'était pas mort et aurait simplement un énorme mal de crâne en se réveillant. Puis contre toute attente, elle failli trébucher sur Chastignac, évanoui sur le sol, et une partie du visage en sang. Son soeur s'emballa à la vue du comte si mal en point. Pourtant, elle fit comme si de rien était, et fit signe aux autres de commencer à nettoyer.

"Moi, je vais traîner ce blessé un peu plus loin pour qu'il ne vous gêne pas...il met sur sang partout."

Difficilement, elle réussi à éloigner Adrien et le traina dans une pièce plutôt large qui servait de garde-manger/cuisine. Elle s'empara d'un seau d'eau et l'aspergea avec. Le corps du blessé sursauta, et il se redressa d'un coup. La douleur de ses blessures pourtant, le ramenèrent à la réalité, et il émit un son entre le grognement et le gémissement. Eva le toisa du regard et bougonna:

"Oui, et bien celle qui devrait se plaindre, c'est moi! Tu viens de me gâcher une soirée qui aurait rapporté gros...cesse donc de te gémir, et tentons plutôt de nettoyer tes blessures. Faudrait pas que ça s'infecte et que j'ai un mort sur les épaules en plus de tout ça."
Revenir en haut Aller en bas
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Ven Aoû 11 2006, 15:24

-Hein ? Quoi ? Comment ?!

Adrien était assis, les yeux écarquillés, tendu comme un robot qui aurait court-circuité. Son coeur battait comme pour sauter de sa poitrine.
Mais ?! Je suis où ? Et... ah, je suis trempé!

Bah oui, il était tout ruisselant d'eau, frigorifié, et la seconde chose qu'il remarqua, ce fut le petit bout de chou d'Eva, transformée en furie noire, avec un seau vide dans les mains.
Adrien fronça les sourcils, mais ne dit rien, la douleur de son nez se ravivant soudain, en plus de celle de ses côtes... et de son genou... il finit de se rappeler totalement la bagarre précédente, et soupira.

Et dire qu'il était venu pour refaire sa nuit avec Eva, devenue mémorable... ça commençait bien! Elle n'avait pas l'air d'attaque pour quelques calins...

Il se retourna, et voyant une légère traînée de sang qui lui appartenait certainement, il tourna de l'oeil.
Il se rattrapa du coude pour ne pas tomber tout à fait dans les pommes une seconde fois.

"Oui, et bien celle qui devrait se plaindre, c'est moi! Tu viens de me gâcher une soirée qui aurait rapporté gros...cesse donc de te gémir, et tentons plutôt de nettoyer tes blessures. Faudrait pas que ça s'infecte et que j'ai un mort sur les épaules en plus de tout ça."

Ayant poussé un pitoyable gémissement, Eva qu'il avait presque oublié péta sa coche, tout à fait légitimement.

L'idée de se faire soigner par Eva ne lui déplaisait pas totalement, la proximité compensant le fait de s'être fait cogner... et pouvant amener à d'autres choses encore!

Seulement, il n'allait pas se montrer aussi faible qu'il l'était.

Il se rassit bien droit, avec précautions, et afficha un sourire qui semblait plus une grimace sous ce nez en sang.


-Bah, je suis pas si mal en point que ça...

Et pour le lui prouver, il tenta de se relever, un bras en avant pour faire contre-poid...
échec total, il retomba assis, sans pour autant d'autres manifestations de douleur qu'un rictus prononcé... suivis d'un sourire gêné...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Sam Sep 09 2006, 17:48

(mieux vaut tard que jamais...sorry blush )

Eva roula des yeux en voyant les efforts inutiles que Chastignac mettait en oeuvre pour se redresser. Il était clair qu'il n'était pas bon à grand chose pour ce soir...il ne pouvait même pas se relever! La courtisane grommela entre ses dents qu'elle n'avait pas besoin de ça en plus, alors qu'il fallait remettre la taverne en état de marche. Et tout ça à cause de qui? Elle ramena son regard sévère et furieux sur Adrien, qui évaluait les dégâts que Winderfield lui avait fait subir. Elle lâcha subitement.

"Bon, autant que je m'occupe de toi le plus rapidement possible, comme ça tu ne resteras pas trop longtemps à profiter de notre hospitalité!"

La jeune femme posa son seau vide d'eau sèchement, et tendit une main à Adrien. Avec une force rare pour une femme de sa constitution, Eva réussit à l'aider à se lever et l'appuya sur elle. Il passa son bras autour de son cou, et elle enlaça sa taille pour le soutenir. Elle lui lança un regard et le vit en train de sourire. Tout de suite, elle fit signe qu'elle le lâchait, et ainsi déstabilisé, le jeune homme fit une grimace et s'accrocha de plus belle à la catin.

"Que je ne te vois pas sourire comme ça encore une fois! Si tu penses que c'est une partie de plaisir...ça n'en n'est pas une pour toi, elle ne sera pas davantage amusante pour toi."

Chastignac ne dit rien, et suivit Eva qui l'assoya sur une chaise. La demoiselle fit signe qu'elle revenait, le laissant quelques minutes seul. Effectivement, elle revint quelques minutes après, avec un seau rempli d'eau et un tissu.

Avec une douceur qu'Adrien ne lui connaissait pas, elle commença à nettoyer les blessures du jeune homme, sans prononcer un mot.
Revenir en haut Aller en bas
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Sam Oct 28 2006, 18:45

(comme tu dis............)

Adrien fit mine de ne pas entendre les remontrances bien senties de la "douce" Eva...
Les coups reçus l'avaient plongés dans les vappes, il était... pire que stone.

Elle lui tendit la main comme le ferait un homme et sans bien comprendre Chasty la prit. Il regarda leur main liée par une force insoupsonnée dans ce corps frêle et se retrouva sur pieds en moins de deux. Il manqua trébucher dans ses bras avant de se reprendre... et de regretter s'être repris. Vrai, quoi! C'est pas parce qu'on est orgueilleux au diable qu'on se facherait être soutenu et guidé par une fille belle comme les flammes de l'enfer...

Sa priere sembla excaucée car pour marcher la demoiselle dû le porter à moitié... A ce moment là un sourire béat dû lui échapper doublé d'un regard en coin suffisemment équivoque pour la mettre en rogne.

Et quand la bête grogne, elle fait perdre la tête et l'équilibre du pauvre Adrien qui n'avait rien demandé! Ou presque...

"Que je ne te vois pas sourire comme ça encore une fois! Si tu penses que c'est une partie de plaisir...ça n'en n'est pas une pour toi, elle ne sera pas davantage amusante pour toi."

Adrien avait envie de lui répondre qu'il était tres bien! Mais bon au vu de la force de caractere et de la fore physique qu'elle semblait démontrer il se tut.
Elle le fit asseoir, et commença à le panser..
Ouch ça pique..; tu parles, il était completement obnubilé par le regard concentré de la belle de nuit.

Il finit avec effort par lui prendre le bras afin de l'empecher de le soigner plus encore. Il lui retira le chiffon humide des mains et commença, les yeux un peu dans le vague, la voix déformée d'un mec à l'ouest qui essaye de jouer les durs :

- tu veux pas panser des blessures plus profondes ? J'en ai une là... juste là...

Il posa la main sur son thorax du coté droit... oubliant que son coeur se trouvait à gauche le con...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un début de soirée tranquille   Aujourd'hui à 01:52

Revenir en haut Aller en bas
 
Un début de soirée tranquille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soirée tranquille [pv Setsuna]
» Une soirée tranquille ... ou pas. Jun lâche ce verre !!
» Une soirée tranquille [Ellen & Gabriel] {Terminé}
» O&J ~ Petite soirée tranquille
» Petite soirée tranquille [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: