1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le bureau de l'officier de garde.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Le bureau de l'officier de garde.   Sam Sep 23 2006, 17:58

Depuis l'arrivée de Catharina.

Catharina fut amenée dans le bureau et placée sur la chaise en face de celle de l'officier.

La pièce était de dimensions moyennes et sobrement meublée, comme toute les pièces de fonction sécuritaire.

C'est ici que l'on interrogeait les gens suspects qui rôdaient anormalement autour de Fontainebleau. Cet endroit, attenant au bâtiment des cellules, servait en quelque sorte de poste de police.

L'officier Français entra et demanda aux gardes de rester dans la pièce, son idée étant de tranquiliser Catharina sur ses intentions après ce qu'elle venait de subir.

Il s'assit en face d'elle sans la quitter des yeux.

Il la trouva jolie, malgré le sang, les marques de coups et l'allure débrayée qu'elle avait.
En homme à l'oeil exercé, il trouva qu'elle avait les mains bien fines pour une fille du peuple. Il fallait que le lieutenant Rolland fût tout à fait fou pour ne pas s'en être aperçu.

Trifouillant les parchemins devant lui, il se donna un air sérieux et d'une voix posée et douce il lui dit :


Officier : "Si vous le désirez je puis faire venir un médecin pour vous examinez..."

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Sam Sep 23 2006, 20:22

Officier : "Si vous le désirez je puis faire venir un médecin pour vous examinez..."

A ces paroles Catharina sursauta, elle sortit enfin de sa torpeur. Elle avait mal a la tête se sentait poisseuse.
Catharina baissa la tête et vit sa chemise déchirée laissant deviner la rondeur d'un sein. Confuse et rougissante elle s'empressa de se cacher maladroitement avec ses mains.
Elle leva un regard plein de défi a l'homme assis de l'autre côté du bureau et lui dit:


Merci mais je n'ai pas besoin de medecin j'ai seulement besoin de voir cet homme tomber sous ma lame.
Je, je suis désolée mais je pense n'avoir jamais épprouvé autant de haine envers quelqun.
euh, m'a, m'a-t-il euh, enfin vous comprenez?


demanda-t-elle rougissante.
Catharina éclata alors en sanglot. Elle se sentait sale et faible. Cath avait de plus en plus mal a la tête mais elle s'en fichait. Il fallait que sa sorte. C'était trop pour Catharina.


Dernière édition par le Dim Sep 24 2006, 13:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Comte de la Fère
Dramaturge


Nombre de messages : 218
rang : London Ontario, "Blois, domaine de Bragelonne"
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Dim Sep 24 2006, 06:13

(HJ: Juste un petit rappel, Mademoiselle, le rouge est réservé exclusivement aux admines Wink )

_________________
En souvenir des jours passés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Dim Sep 24 2006, 13:46

(hj, ah bon, je ne savais pas bon ben je vais trouver une autre couleur! :S )
Revenir en haut Aller en bas
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Lun Sep 25 2006, 14:59

L’officier vit le geste de pudeur de Catharina, il détourna volontairement les yeux pour ne pas la gêner.

Son cœur se serra en voyant la jeune femme éclater en sanglots, mais il n’en laissa rien paraître, son visage rond demeurant fixe. Seule une lueur au fond de ses yeux bleux aurait pu trahir son émotion.
Que pouvait-il faire d’autre qu’attendre que les larmes passassent ? Il sentait qu’il fallait la laisser pleurer et surtout ne pas la toucher.
Il fit tout de même un petit quelque chose. Il leva le regard vers un des deux soldats vêtus de bleu qui se tenaient en faction de part et d’autre de la porte et il ordonna :


Officier : « Allez chercher un peu d’eau et une de mes redingotes. »

Immédiatement le soldat ouvrit la porte et quand il fut dans le couloir l’officier ajouta en élevant la voix pour qu'il l'entende:

Officier : « Et propre tout cela, si c'est possible ! »

Citation :
euh, m'a, m'a-t-il euh, enfin vous comprenez?


Puis comme les larmes semblaient se calmer un peu, il dit à Catharina en réponse à sa dernière question :

Officier : « Non, nous sommes arrivés juste avant. Vous aviez encore votre pantalon...»

Inspirant avec gêne, il fit un aveu qui lui coûtait :

Officier : « Vous pouvez remercier les hommes de la Garde Suisse. S’ils n’étaient pas venus me prévenir que leur lieutenant vous avait indument retenue dans son bureau, le pire n’aurait pas été évité. »

Le Sous-lieutenant Richard Mac Cliver, fils d'une noble dame française et d'un officier de la garde royale écossaise, était un homme d’honneur.
Aussi il mit en sourdine la rivalité qui opposait les gardes suisses et les gardes Françaises, dont il était officier, pour reconnaitre aux Suisses le mérite qui leur revenait dans cette affaire.
Comme tout homme d’honneur, Mac Cliver avait une excellente réputation parmi les hommes, y compris chez les Suisses ses rivaux. C’est pourquoi ils n’avaient pas hésité à venir le voir dès qu’ils avaient compris ce que leur lieutenant de Castelmarraud s’apprêtait à faire subir à Catharina.
Ne pouvant s’opposer de front à leur propre officier, les hommes avaient utilisé celui du camp d’en face.
Quand on dit que les gardes royaux sont la crème des soldats, ce n’est pas toujours un titre usurpé.

Mac Cliver poursuivit alors que le soldat était de retour avec une bassine d’eau et une redingote bleu brodée d’or:


Mac Cliver : « Pour ce qui est de l’individu ne vous inquiétez pas, je me charge personnellement de son cas. Mais avant si vous le permettez… »

Il fit signe au soldat d’apporter l’eau et de mettre la redingote sur les épaules de Catharina pour préserver sa pudeur. Elle qui en avait l’habitude, porter ce vêtement d’homme ne devrait pas trop l’incommoder…

Il dit à Catharina :


Mac Cliver : « Si vous désirez vous décrasser, je vous en prie. Et si notre présence vous gêne nous pouvons vous laissez quelques minutes le temps qu’il vous sera nécessaire.
Ensuite, nous en viendrons aux questions plus… officielles si vous le permettez. Comme par exemple la raison de votre présence en ces lieux. »

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Lun Sep 25 2006, 19:17

Officier : « Non, nous sommes arrivés juste avant. Vous aviez encore votre pantalon...»

A l'entente de ses mots Catharina fut soulagée. Elle se riqua même a sourire a l'officier.

Puis sa redingote arriva, elle s'en vêtit trempa un mouchoir dans l'eau et se le passa sur le visage.
Ensuite, elle regarda l'officier dans les yeux et lui dit:


Eh bien ma présence en ces lieux.... c'est une longue trés longue histoire.
Déja, je me présente, je suis Catharina De Bianza. Cousine du Roy d'Espagne. Je suis également, hum, en fuite.

Arrivée a Paris, j'ai recus un jour une lettre accompagnée d'une grosse somme d'argent, un admirateur m'offrait son hôtel. J'ai accepté, mais je souhaite trouver la personne qui m'a fait ce don si généreux aussi ais-je envoyé mon petit frère adoptif rencontré ici a sa recherche.

En revenant d'un entrainnement aux armes chez les mousquetaires, mon cohcer m'a apprit que Pierre, mon petit frère adoptif, avait suivi mon admirateur ici. Aussi me suis-je précipité pour le retrouver, on ne sait jamais ce qui peut arriver....
Revenir en haut Aller en bas
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Lun Oct 02 2006, 22:12

En dépit de ce qu'il était en train d'entendre, le visage rubicon piqué de tâches de rousseur du lieutenant Mac Cliver demeurait impassible.
Pourtant se trouver en présence d'une femme affirmant être cousine du Roi d'Espagne, ça ne se voit pas tous les jours.
En jugeant sur l'aspect extérieur de la jeune femme, d'autres auraient sûrement éclater de rire devant l'énormité des dires, mais certainement pas le lieutenant Mac Cliver.
Il écoutait calmement, prenant soin de notter mentalement pour analyser chaque propos tenu, sans en exclure ou en négliger aucun, en bon officier chargé d'une fonction de police.

Il resta silencieux quelques secondes, le temps de réfléchir puis dit finalement :


Lieutenant Mac Cliver : "Señorita Catharina De Bianza, j'entends bien ce que vous me dites et je ne demande qu'à vous croire. Mais comprenez que votre apparence extérieure peut prêter quelque peu à confusion...
C'est que la tenue masculine n'est pas le vêtement le plus usuels des filles des grands d'Espagne.
Je regrette d'avoir à vous le demander et je suis bien conscient que cela puisse vous offenser, mais il faudrait que vous me donniez..."


Mac Cliver hésita, il cherchait un autre mot mais il n'en trouva pas.

Lieutenant Mac Cliver: " ...une preuve, quelque chose qui établisse de manière indubitable votre bonne foi.
Vous avez peut-être un parent proche à la cour qui pourrait vous reconnaître et confirmer votre identité ? "


Mac Cliver n'oubliait pas que la demoiselle disait être en fuite et l'histoire de l'entrainement des mousquetaires l'intriguait : qu'est ce qu'elle pouvait bien y fabriquer ? Et puis si elle était cousine du Roi d'Espagne, pourquoi avoir tenté de forcer les portes de Fontainebleau ? Il suffisait de venir le voir en équipage et il lui aurait fait ouvrir les portes.

Tout cela était peu clair et pour l'instant Mac Cliver préférait attendre de savoir à qui il avait vraiment affaire avant de creuser ces questions. Il n'avait aucune raison de penser que Catharina était une affabulatrice et malgré son visage fermé, il n'était pas insensible à son charme et à certaines de ses manières dans lesquelles il reconnaissait une éducation noble.

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Lun Oct 09 2006, 05:58

Catharina rigola. Elle s'attendait a cette question.
Elle reprit son sérieux et dit:


Pout ce qui est de mon apparence, J'ai chez moi une bonne dizaine de robe corsets et jupons en tout gennre qui m'attendent.
Je préfère, pour les entrainnements aux armes, les vêtements masculins plus confortable.


Catharina fit une pose puis fouilla dans son pantaon, là où était caché le médaillon. Elle le sortit et le gard au creux de sa main quelques instants, nostalgique. Puis se secouant elle le donna a l'officier intrigué.

Voyez, il est en or, des plus fins.
Sur son recto sont gravées les armoiries de nôtre famille. Sur le recto il y a écrit, en Andalous," Pore Catharina, mi chicass del mis corazin. " Celà veut dire: pour Catharina, la fille de nos coeur.

Enfin, ouvrez le pendentif en appuyant sur le mot "corazin". Il y a les portraits de ma mère et de mon père, le plus récents. N'y a-t-il pas un petit air de famille?


Catharina, en effet, ressemblait admirablement a sa mère. Femme d'une trés grande beauté connue de toute l'Espagne. Elle avait cependant les yeux verts en amende de son père. Le même caractère que lui, déterminée. Prête a tout. Et fière, trés fière.
Revenir en haut Aller en bas
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Sam Oct 14 2006, 15:39

Mac Cliver fit tout ce que Catharina lui disait. Il observa attentivement le médaillon et compara le portrait de sa mère à Catharina elle même.
Malgré le visage égratigné de Catharina et la différence de coiffure, il reconnut en effet une resemblance frappante.

Il ne s'y connaissait que trop peu en armoirie pour pouvoir reconnaître celles gravées sur médaillon, mais elles lui semblèrent authentiques.


Mac Cliver : "Fort bien... Fort bien..."

Il lui rendit son médaillon. Voilà qui lui permettait d'avancer un peu. Cette jeune femme n'était effectivement pas une complète affabulatrice, tout au moins elle était peut-être bien de souche noble. Mais Mac Cliver étant un homme aussi prudent que consciencieux, il voulait en savoir un peu pour accepter de se laisser convaincre totalement.
Sa question suivante fut posée dans cet esprit :


Mac Cliver : "Bien. Admettons : vous êtes en effet Espagnole et de haute famille.
Vous me didiez que vous vous entrainiez aux armes chez les Mousquetaires ?
Cela n'est pas là une activité habituelle des femmes nobles... Non pas de fréquenter les mousquetaires qui sont fort galants et de compagnie agréable. Mais il plus rare de voir des femmes fréquenter leurs entrainements... Qu'y faisiez vous au juste ? Vous brettiez ?"

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Dim Oct 15 2006, 17:48

Mac Cliver : "Bien. Admettons : vous êtes en effet Espagnole et de haute famille.
Vous me didiez que vous vous entrainiez aux armes chez les Mousquetaires ?
Cela n'est pas là une activité habituelle des femmes nobles... Non pas de fréquenter les mousquetaires qui sont fort galants et de compagnie agréable. Mais il plus rare de voir des femmes fréquenter leurs entrainements... Qu'y faisiez vous au juste ? Vous brettiez ?"


Catharina ne s'étonna pas le moins du monde a cette question. Elle esquissa un petit sourire amusé avant de reprendre son serieux pour répondre.

C'est une bien longue histoire que j'ai a vous conter. Commencant par ma naissance.
Je naquit dans une famille heureuse et aimante. Je suis fille unique, et, mes parents étant de riches propriètaires terriens dans le sud de l'Espagne, je suis donc fortement dotée.
Une tante éloignée tenta plusieurs fois de me fiancer a son fils. Tout deux sont des personnages abominables: calculateurs, sans scrupules, froids, et assoiffé de pouvoir.

Mon union avec ce cousin éloigné leurs assurerait une place a la cour, mon père étant l'un des frères cadets du Roy, et la possibilité d'accomplir le sombre complot d'attentat dans lequel ils baignaient.


Tout en parlant catharina s'était levée et marchait lentement vers la fenêtre. Le regard vague, nostalgique.

Mon père refusa evidement. Elle les fit assassiner devant moi par ses sbires. J'avais alors 6 ans. Par je ne sais quel subterfuge elle obtiens d'être mon tuteur.
Elle me guarda séquestrée un peu plus de 10 ans.

Durant ces dix ans je me lia d'amitié avec le capitaine de la garde. toutes les nuits nous partions chez lui, et il m'entrainnais aux armes, il m'instruisait, payait en secret des professeurs. Ce fût comme un deuxième père. Et ces grâces a lui que je réussi a m'enfuir. Et je réussie a survivre toute seule face aux briguands car il m'avait appris a me battre.

Et j'aime me battre, même si ce n'est pas conventionnel, je ne l'ai jamais été. Aussi, j'ai voulu continnuer a m'entrainner pour ne pas perdre la main.


Catharina se retourna vers l'officier et lui sourit gentilment.
Revenir en haut Aller en bas
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Jeu Oct 19 2006, 18:10

Le lieutenant avait écouté le récit sans ciller.

Il laissa quelques secondes s'écouler, autant pour réfléchir que parce que ce qu'il venait d'entendre l'étonnait.

Il se dit que cette histoire ressemblait plus à un conte pour enfant qu'à une véritable histoire de jeunesse.
Tous les ingrédients y était : la marâtre, le père brave mais naïf, la pauvre et trpp jolie jeune fille qu'on cherche à exploiter. Il n'y manquait plus que le loup ou un ogre pour que le tableau fût complet.

Mac Cliver se résolut quand même à admettre ce que Catharina lui racontait malgré les protestations de sa raison. Il se dit simplement qu'on voyait tellement de choses étranges de nos jours, alors pourquoi pas une cousine germaine du Roi d'Espagne en habits d'homme en train de forcer la porte de Fontainebleau...

Au terme de ses réflexions, il finit par dire, conservant un flegme plus britanique que véritablement écossais :


Mac Cliver : "Les Espagnols ne font rien comme les autres..."

Puis ajouta immédiatement :

Mac Cliver : "Bon que vous sachiez vous battre c'est une chose intéressante, mais ce n'était pas ma question. Ma question était comment se faisait-il que vous vous trouviez chez les Mousquetaires ? Ils n'ouvrent pas leur entrainement à n'importe qui - vous n'êtes pas n'importe qui, je l'ai compris- mais alors qui vous a introduit chez les Mousquetaires ? Donnez moi un nom que j'ai quelqu'un qui puisse se porter garant de votre parole..."

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Dim Oct 22 2006, 09:14

Catharina regarda a nouveau vers la fenêtre fière et élégante, mais songeuse.
Devait-elle dénoncer son ami De Verchères?! Lui arriverait-il quelque chose?!
Catharina soupira. Elle se devait de jouer la carte de la sincérité avec cet officier si elle voulait qu'il la croit.

Elle se retourna vers l'officier et prit l'un des deux pistolets posés sur son bureau pour lui montrer l'insigne des mousquetaires dessus.

Catharina dit alors,


Hier, j'était sur le pas de ma porte dans mon hôtel particulier, et j'ai appercut un homme qui me regardait.
Je lui dit de venir pour savoir ce qu'il me voulais, voyant qu'il était mousquetaire en civil, il me semble.

Je l'ai invité a prendre un thé ce qu'il accepta.
Nous discutâmes et convaincu de ma bonne foi et de mon désir de m'entrainner, il me proposa de venir m'entrainner avec lui chez els mousquetaires et il me prêtta une paire de mousquet.

Il me dit qu'il était venu sur vôtre ordre, aussi si je vous révèle son nom aucune sanction ne sera prise a son égard lieutenant!!?


Catharina leva un sourcil interrogateur en plantan son regard vert dans celui de l'officier.

voyant que celui-ci esquissa un petit signe d'affirmation elle dit alors dans un souffle,
David De Verchères...
Revenir en haut Aller en bas
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Mer Oct 25 2006, 11:20

Citation :
Il me dit qu'il était venu sur vôtre ordre, aussi si je vous révèle son nom aucune sanction ne sera prise a son égard lieutenant!!?

Cette phrase fit sourire Mac Cliver. Visiblement la belle Catharina était ignorante de la hierarchie militaire.
Mac Cliver était lieutenant des gardes Françaises, Verchère était mousquetaire, deux corps de l'armée bien distincts : il n'avait donc aucune autorité sur lui.


[Hj : A chaque fois je pense à Tini Rossi : "Oh Catalinettabella tchi tchi !" Razz ]

Il lui était donc très facile d'acquiescer quant à l'absence de sanction sur un mousquetaire.

Au nom de David de Verchère, il tiqua un peu. Comme témoin de moralité, on pouvait trouver mieux que le frère Verchère, surtout avec la réputation de l'aîné en ce moment. Sa disgrâce n'était un secret pour personne même si les causes réelles en étaient méconnues de la plupart.

Mais ce qui gênait le plus Mac Cliver, c'était ce que Catharina avait raconté juste avant.
Il était manifeste dans le récit que David de Verchère n'en savait pas plus long que Mac Cliver sur Catharina :


Citation :
" Hier, j'était sur le pas de ma porte dans mon hôtel particulier, et j'ai appercut un homme qui me regardait.
Je lui dit de venir pour savoir ce qu'il me voulais, voyant qu'il était mousquetaire en civil, il me semble."

Ils avaient fait connaissance hier... Un peu court pour juger quelqu'un. Mais le mieux était à venir :

Citation :
Nous discutâmes et convaincu de ma bonne foi

Il ne doutait pas, vu ce que l'on connaissait de Verchère cadet, qu'un joli minois qui parle bien eût pu suffire à le convaincre de se trouver en présence d'une héritière potentielle du trône de Charlequint.
Mais pour l'austère et mathématique esprit du lieutenant Mac Cliver, il en fallait plus.

Il se résolut quand même à prendre ce qu'on lui donnait, après tout même un petit mousquetaire c'est mieux que pas de mousquetaire du tout.

Il dit :


Mac Cliver : "Bon et bien nous allons faire venir Monsieur de Verchère et nous verrons s'il confirme ce que vous dites."

Restant assis à son bureau, il s'adressa à un des gardes en faction de part et d'autre de la porte :

Mac Cliver : "Allez au quartier des Mousquetaires et trouvez moi David de Verchère. Qu'il vienne ici. S'il rechigne dites lui "affaire de dame", il viendra. "

Le garde sortit et Mac Cliver revint à Catharina :

Mac Cliver : " Voilà, c'est déjà un début... S'il y a une autre personne de la cour qui vous connait, n'hésitez pas à le dire : cela facilitera considérablement ma tâche et vous évitera des désagréments.
A ce propos...
Vous disiez tout à l'heure avoir rencontré de Verchère en bas de chez vous.
Chez qui logez-vous ? Si vous êtes une malheureuse héritière en fuite j'ose supposer que vous ne disposez pas d'un hôtel particulier à Paris ni même d'un logement à Fontainebleau.
Votre logeur pourrait peut-être témoigner de votre rang..."

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Jeu Oct 26 2006, 12:17

Mac Cliver : "Bon et bien nous allons faire venir Monsieur de Verchère et nous verrons s'il confirme ce que vous dites."

Catharina redressa la tête fierement, mais se reprocha ce geste de courroux. Aprés tout, elle n'avait que de bien maigres preuves.

Mac Cliver : "Allez au quartier des Mousquetaires et trouvez moi David de Verchère. Qu'il vienne ici. S'il rechigne dites lui "affaire de dame", il viendra. "

Catharina retourna s'asseoire sur le fauteuil et pose ses mains sur ses genoux.

Mac Cliver : " Voilà, c'est déjà un début... S'il y a une autre personne de la cour qui vous connait, n'hésitez pas à le dire : cela facilitera considérablement ma tâche et vous évitera des désagréments.
A ce propos...
Vous disiez tout à l'heure avoir rencontré de Verchère en bas de chez vous.
Chez qui logez-vous ? Si vous êtes une malheureuse héritière en fuite j'ose supposer que vous ne disposez pas d'un hôtel particulier à Paris ni même d'un logement à Fontainebleau.
Votre logeur pourrait peut-être témoigner de votre rang..."


Catharina rougit, puis répondit:

Hum j'ai un hôtel particulier, hum c'est assez compliqué. Avec mes maigres économies je m'était loué une chambre dans la taverne la corne d'abondance. Un matin je me suis réveillée et j'ai vu sur la table une bourse ainsi qu'une lettre. Curieuse j'ouvris la lettre.

Catharina sortit alors la lettre qu'elle avait reçus et la tendit au Lieutenant:

Citation :
Chère Damoiselle Catharina,
Je ne vous ais jamais parler et de vous ne connait que le prénom, la grâce et la beauté parfaite de vôtre visage.
Je vous ait appercut dans une rue de Paris avec un petit enfant, vôtre frère peut-être?
En tout cas c'est grâce a lui que je connais vôtre doux prénom, Catharina, et la chambre que vous occupez a l'auberge.

A cette heure-ci je viens de me retirer de vôtre chambre où je suis entrée par effraction afin de vous donner ce parchemin accompagné de la somme de 5 000 Louis d'or.

Je sais que vous cherchez un hôtel particulier a acheter.
Je vous offre le mien pour 2 000 Louis d'or. Les 3 000 restant seront pour l'acquisition de domestiques, de vêtements que sais-je encore.... 5 000 autre Louis d'or vous parvindrons plus tard.

Je vous supplis d'accepter cet argent, non pas que je veuille vous acheter, loin de moi cette idée, je veux seulement vous aider.
Acceptez je vous en supplit ma mie.
Cet hôtel ne sera que plus beau en vôtre possession. Pour ce faire contacter maître Horace Burr.

Peut être nous reverrons nous dans les rues de Paris ou bien peut être a la cour.

Je vous aime,


Le chevalier X, mousquetaire du Roy.


J'ai accepté, étant dans le besoin mais je me suis juré de le retrouver, et c'est pour ce faire que j'ai envoyé Pierre sur les traces de ce chevalier. La suite je vous l'ai déja racontée.

Catharina fit une pause avant de reprendre:

Je, Un jour, je me suis décidée a aller me ballader dans les jardins de fontainnebleau. J'y est rencontré un homme qui était malheureux, je lui ets remonté le moral en discutant avec lui sur un banc. Nous nous sommes liés d'amitié, c'est le Comte Alessandor Di Negrar. Actuellement il est en italie je crois. Mais si vosu l'interroger, je suis sûre qu'il vous répondra.
Revenir en haut Aller en bas
David de Verchères
Poete


Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Jeu Oct 26 2006, 13:40

David était en train de s'entrainner quand un mousquetaire vint le chercher en lui disant que c'était important. Il rangea son arme et il suivit l'homme qui allait d'un pas rapide.

Il entra dans le chateau et il se dirigea vers le bureau de l'officier. Bon Dieu, que lui vallait toute cette attention. IL entra dans la pièce, prenant soin de l'inspecter avant de bien entrer. Il remarqua Catharina qui était assise en position de prisonnière.

En entrant, David mit la main sur son front et il se demanda ce qu'elle avait bien pu faire pour mériter cela. Avait-elle encore essayer de s'entrainer dans les murs du chateau.

Il se tourna vers le lieutenant Mac Cliver et il lui fit un salut. Il dit:

- Vous m'avez fait demander, Lieutenant.

Il détourna du regard pour Catharina. Il se demandait toujours ce qu'il avait à faire ici. Il reporta son attention sur le lieutenant. Un dur que l'on disait, un homme qui n'avait pas froid au yeux et qui punissait les hommes pour un oui ou pour un non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Dim Oct 29 2006, 02:19

[Hj : faut que je vous explique un petit truc à tous les deux :
Le pnj "Lieutenant Mac Cliver", est lieutenant des "Gardes Françaises" mais ce n'est pas un mousquetaire.
Autour du roi il y avait trois types de soldats : les Mousquetaires, les gardes Suisses et les gardes Françaises. Chacun avait sa propre hierarchie et la rivalité était grande entre eux, mais les Mousquetaire dominaient tous les autres, car considérés comme l'élite, alors que les Français eux avait la prééminence sur les Suisses.
Les gardes françaises assuraient la police autour des résidences royales et la sécurité en général.
Ils finiront d'ailleurs par dominer tout lorsque les mousquetaires disparaitront.
Voilà, j'espère que c'est plus clair. Wink ]

Mac Cliver prit la lettre et la relut plusieurs fois. Son visage ne laissa passer aucune émotion mais lorsqu'il eut fini, il leva les yeux et dit à Catharina :

Mac Cliver : "Et bien dites moi, 5000 Louis d'or... Simplement sur votre frais minois.
Bigre ! Si j'avais le quart de cette somme j'aurai de quoi m'établir où je veux en France."


Passé les exclamation, la raison revint au galop :

Il avait de plus en plus l'impression étrange qu'on se moquait de lui.
Cette histoire d'hôtel particulier et de généreux mousquetaire était tout à fait rocambolesque et surtout encore une fois ne prouvait rien quand aux origines aristocratiques de Catharina.
Mais on avançait un petit peu quand même.
Il ne connaissait qui soit assez riche pour posséder un hôtel particulier en propre. La plupart des mousquetaires étaient des fils cadets de nobles familles qui n'avait aucun autre bien que la solde que le Roi leur versait.
Si le donnateur prétendait être mousquetaire, c'était un menteur à moins qu'il n'ai fait fortune depuis ou un riche héritage.
Cela était quand même peu probable, rares étaient les mousquetaires assez raisonnables pour accumuler du bien : la plupart étaient criblés de dettes à l'image de leur capitaine, passant leur temps à dépenser la solde dans les tavernes ou chez les filles des bordeaux de Paris.

Si l'individu était vraiment Mousquetaire, il serait facile à retrouver...

Il dit en continuant d'oberver la lettre qu'il avait posé sur son bureau :


Mac Cliver : " Ce mousquetaire est bien généreux... et bien riche aussi...
Et ce maître Horace Burr ? On pourrait peut-être lui demander qui est ce mystérieux mousquetaire, il le sait forcément.
Je pense qu'il ne pourra pas refuser l'information à la fille d'un grand d'Espagne..."


A ce moment David de Verchère entra en compagnie du soldat.

Citation :
- Vous m'avez fait demander, Lieutenant.

Mac Cliver se leva et regarda le mousquetaire. Il lui dit d'une voix neutre :

Mac Cliver : "En effet monsieur. Pardonnez moi de vous avoir fait déranger au milieu de vos importantes occupations, mais nous absolument besoin de votre aide pour éclaircir une certaine affaire.
Je vous remercie par avance de votre collaboration.

Tout d'abord, reconnaissez vous cette jeune femme."


Il désigna de la main la chaise où se tenait assise Catharina.

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan


Dernière édition par le Ven Nov 10 2006, 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
David de Verchères
Poete


Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Dim Oct 29 2006, 17:11

(HS Merci de l'éclaircissement capitaine Wink)

David se retourna vers Catharina et il se retourna ensuite vers l'homme qui lui avait posé la question et il lui dit:

- Oui monsieur, il s'agit de Catharina, la propriétaire de l'hotel... désolé ce nom m'échappe, mais je l'ai rencontré il n'y a pas si longtemps de cela pour une affaire de mousquetaire. J'espère que rien de grave ne s'est passé

David se retourna à nouveau vers Catharina pour lui faire un sourire subtil. Il espèrait vraiment qu'elle n'avait rien fait de grave cette fois-ci. Il avait eut sa parole qu'elle se tiendrait tranquille, alors pourquoi diable devait-il venir répondre aux gardes.

Il se retourna ensuite vers l'interrogateur et il lui demanda à nouveau:

- Elle n'a blessé personne j'espère? Aux dernières nouvelles, le seul qui fut blessé de sa main aujourd'hui ce fut moi. Je fut blessé dans mon orgueil quand je me retrouva au tapis en combat loyal. Elle fut invité à prendre part à nos entrainnements, cela va de soit monsieur.

David ne dira jamais à Catharina qu'il avait fait cela volontairement. Il savait comment bâtir la confiance des jeunes recrues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Ven Nov 10 2006, 19:53

Catharina muette, se contentait, parfois, de hausser un sourcil ou d'esquisser un sourire. Elle attendit tout comme David de Verchères la réponse du Lieutenant qui se faisait tardive.

Catharina commencais a avoir peur, et si on l'obligeais a retourner en Espagne, qu'adviendrais-t-il d'elle?!

Elle soupira mais se ressaisit bien vite. Son jolie regard vert allant du lieutenant a David de Verchères
Revenir en haut Aller en bas
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Ven Nov 10 2006, 23:12

[Hj : je ne traîne pas, j'attends que tu répondes. Chacun son tour c'est quand même mieux non Wink ]

Mac Cliver écouta le récit de David de Verchère, le visage toujours aussi imperturbable.

Il opina de la tête à la fin et dit d'une voix dans laquelle pointait un légère l'ironie :


Mac Cliver : "Vous invitez qui bon vous semble à vos entrainements monsieur...
Mais pour ce qui est de pénétrer dans Fontainebleau, les règles sont un peu différentes...

Non elle n'a blessé personne, mais mademoiselle a tenté de s'introduire en force dans le château.
C'est la raison de sa présence dans ce bureau."


Le lieutenant inspira.

Mac Cliver : "Ce que vous dites ne me semble pas en contradiction avec les déclarations de mademoiselle, mais bien des zones troubles demeurent...
Rester encore un instant Monsieur de Verchère je vous prie."


Il soupira fortement.

Mac Cliver : " Il y a une chose que je ne m'explique pas mademoiselle...
Puisque vous êtes une cousine de sa très catholique majestée espagnole, vous auriez pu vous présenter auprès des gens de la suite de la Reine...
Vous n'êtes pas sans ignorer que sa majesté la Reine est Espagnole et fille du Roi d'Espagne.
Vous êtes donc quelque peu... parentes...
Ce serait tout de même plus simple que de s'en remettre à la générosité de mystérieux mousquetaire..."


Ses yeux glissèrent furtivement sur David de Verchère.

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Sam Nov 11 2006, 10:34

Catharina rougit promptement. Certes elle y avait pensé mais, elle n'avais jamais osé approcher la reine.

Elle inspira avant de répondre:


C'est que euh, Je, je n'ai pas osé. J'avais peur que, qu'elle me renvoie en Espagne. Je ne veux plus être de nouveau sous le joug de ma tante.
Si je retourne en Espagne, c'est comme si vous m'envoyez a l'échaffaud. Je réussais peut être a survivre 6 mois, 1 an, mais tôt ou tard elle se vengerais...
La France est le seul pays qui peut m'aider, car, justement la Reine est Espagnole.


Catharina soupira.

Je ne sais plus quoi vous dire pour vous convaincre de ma bonne foi.

Catharina, penaude, se demandais qu'est-ce qu'elle avait bien pu faire au bon dieu pour mériter tant d'acharnement. Elle soupira et sentit les larmes montées mais elle redressa la tête et d'un battement cils les éffaca. Elle ne se laisserais pas abattre si facilement, elle allais se battre, jusqu'a son dernier souffle s'il le fallais!
Revenir en haut Aller en bas
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Mar Nov 14 2006, 13:58

Mac Cliver tappotait la table de ses doigts en regardant Cathatina avec un air pensif.
Sans doute jaugeait-il autant les paroles que l'apparence extérieure de la jeune femme. Il lui fallait prendre une décision.


Au bout de longues secondes il dit :

Mac Cliver : " Vous renvoyez en Espagne ne relève pas de mes fonctions, pour la prison par contre...
Mais je pense avoir assez d'éléments et je juge votre récit assez troublant pour ne pas en arriver là.

Je ne puis dire si vous êtes ce que vous prétendez, mais il y a des gens à la cours qui le peuvent.
Je vais vous envoyer vers les gens de la suit de la Reine. Ils seront mieux qualifié que moi pour reconnaître les armoiries de votre médaillon par exemple.
Vous obtiendrez certainement une audience auprès de sa majestée la Reine.
Si vous êtes venue quérir aide et protection en France, il n'y a qu'elle qui puisse vous aider."


Il tourna son oeil bleu vers le mousquetaire.

Mac Cliver : "Messire de Verchère, vous semblez apprécier mademoiselle aussi me permettrez vous de vous la confier.
Escortez madame de Bianza jusqu'à Monsieur de .... ...., chevalier de la chambre aux deniers de la reine.


[Hj : je laisse à Marie Thérèse le soin de nommer cet officier de sa maison à sa guise Smile ]

Je le connais, il saura vous introduire auprès de la Reine et il connait mieux l'Espagne et les Espagnoles que moi."

Il triffouilla dans son bureau pour en sortir un papier sur lequel il inscrivit quelques mots de formalités.
Puis il dit au Mousquetaire :


Mac Cliver : "Signez moi cette décharge, je vous remets officiellement la prisonnière. Ses armes resteront ici, nous n'y toucherons pas. Elle pourra bien entendu venir les récuppérer quand son identité sera définitivement établie."

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Mar Nov 14 2006, 17:15

A l'entente de ces paroles Catharina leva des yeux émus sur l'homme qui l'interrogais depuis un certain temps.

Non seulement il venais de lui avouer a demi-mots qu'il la croyais mais de plus il lui offrais la chance de rencontrer la reine et de plaider sa cause auprés de celle-ci. Démarche qu'elle n'aurais jammais osé lancer de par elle-même.

Le sourire aux lèvres elle se leva et attendit que le mousquetaire De Verchères la prenne par le bras comme il était d'usage avec les prisonniers. Radieuse, elle était radieuse.
Son coeur battais plus vite, certes ce n'était qu'une trés mince victoire. Mais celle-ci la remplissait de joie!

Catharina souria a l'officier Mac Cliver. D'un sourire éblouisant, un de ces sourires auxquels on ne résiste pas. Elle planta ensuite son regard vert sur la porte, symbole des futurs obstcles a franchir avant qu'elle soit enfin tranquille. Qu'elle vive enfin sans crainte d'être renvoyé en espagne, renvoyée a une mort certaine.
Revenir en haut Aller en bas
David de Verchères
Poete


Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Sam Nov 18 2006, 01:39

David sentait sa tête courir à cent milles à l'heure... la cousine de la reine de l'Espagne? Quoi!! Elle lui avait caché tout cela et David avait comme un demeuré dit qu'il s'agissait de sa cousine. Cette petite lui cachait bien des surprises on dirait. Mais bon, maintenant il avait plein pouvoir sur elle.

Il prit le papier que le garde lui tendit de façon peut diplomate et un peu sous la colère. Escorter des prisonniers... ce n'était pas cela le devoir des mousquetaires. Mais, maintenant qu'il n'avait pas le choix, il devait obéir. Il venait de mentir délibérément à un homme pour les beaux yeux de la femme... quelle chose étrange dans cette vie.

David prit doucement le dessous de Catharina et il l'attira vers l'extérieur de la chambre, prenant soin de refermer la porte derrière lui. Une fois dans le corridor, il lui lacha le bras et il regarda à gauche et à droite pour savoir s'ils étaient seuls. Il dit:

- Cousine de la reine d'Espagne? Auriez-vous oublié de me le mentionner Dame Catharina? Je viens de paraitre pour un petit menteur aux yeux de MacCliver alors que je représente les mousquetaires, la droiture et la loyauté... Je suis chanceux de ne pas avoir eu de suspension, voir meme pire encore.

David regarda à nouveau pour s'assurer qu'ils étaient toujours seuls et il ajouta:

- J'ai bien envie d'aller vous conduire moi-même au cachot maintenant. Avec les rumeurs des mousquetaires traitres, je ne veux pas du tout me retrouver dans le même bateau qu'eux. Je ne suis pas avec ces traitres mais contre eux. Voila que je viens de paraitre pour étant le contraire et la seule personne que je peux remercier c'est vous.

Si les yeux de David avait été des fusils, Catharina serait probablement déjà morte. Mais il laissa tout de même place aux doutes dans toute cette histoire. La raison pour laquelle il attendait des explications
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Dim Nov 19 2006, 21:05

Catharina prit la mouche. Elle n'aimais pas du tout mais alors aps du tout qu'on lui parle ainsi. Aussi, fidèle a son tempérament fougueux elle se mit en colère, trés en colères. Dans ses beaux yeux, l'émeraude avait fait place au noir de la colère qui grondait en elle.

Elle se redressa fièrement les jues rouges, le regard flamboyant prête a mordre.


C'est vrai, j'allais tout vous dévoiler, vous dévoiler qui j'étais dés le premier coup d'oeil! Je ne vosu connaissais pas et je ne savais pas s je pouvais vous faire cnfiance ou non.

Je n'ai aucune excuses a vous faire, et si je devais recommencer je recommencerais exactement comme je l'ai fais. Si vous n'êtes aps content et bien tant pis!


Catharina reprit son souffle pusi pointa un index accusateur sur la poitrine de De Verchères.

Personne, ni même ma tante, n'a osé me parler come vous venez dele faire! Pour qui me prenez-vous ? Pour la dernière des chiennes d'un bordel miteux?!
Pour qui Vous prenez-vous? Pour le Roy du monde?!

Certes, vous pouvez être vexé, en colère. Mais jamais, au grand jamais vous ne me reparlerez comme vous venez de le faire!


Catharina s'arrêtta alors le souffle court. La bataile menée précedement avec le garde qui avait voulu la violer l'avait mit dans un sale état. Ses longs cheveux tombaient dans son dos enmélés. Une griffure lui barrait la joue droite et sa lèvre inférieur saignait.

La chemise qu'elle portait était tachée de sang au niveau de l'épaule gauche, et bien trop ample.

Tout celà, rendait la jeune femme encore plus ravissante et désirable. Sa colère la rendait plus belle et attirante. Mais aussi piquante qu'une rose, il était bien dur de l'approcher a un moment ou sa fureure atteignait son comble, comme a présent.
Revenir en haut Aller en bas
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Lun Nov 20 2006, 00:58

[Hj : un dernier post pour rassurer notre ami David de Verchère : Mac Cliver n'a relevé aucun mensonge de Verchère, le mensonge par omission n'est pas comtabilisé à la cour Mr. Green ]

Mac Cliver fut plus que content de pouvoir transmettre cette étrange affaire à d'autres personnes que lui. Il était d'autant plus content de confier cela à la garde d'un mousquetaire qui après tout était mieux qualifié que lui pour traiter des affaires concernant la famille royale.

Il rangea la décharge dans un coffre de son bureau et se remit à vaquer à ses autres affaires qui étaient nombreuses.


[Hj : pour la suite de ton affaire Catharina, il faut voir avec Marie Thérèse/Mme de Montespan, désormais c'est elle qui est concernée Wink ]

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Aujourd'hui à 03:45

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bureau de l'officier de garde.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» latte d'officier de grenadier à cheval
» De la Hierarchie au sein de la Garde Episcopale
» Garde impériale
» 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.
» Bureau du maire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: