1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le bureau de l'officier de garde.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Lun Nov 20 2006, 06:56

[hj: a vos ordres mon commandant! victoire ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Marie Thérèse d'Autriche
Poete


Nombre de messages : 19
rang : Reine de France
Date d'inscription : 13/11/2006

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Lun Nov 20 2006, 12:18

[hj: son Altesse Royale n'attend que d'être informée de cette affaire]

Marie Thérèse, Reine de France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Lun Nov 20 2006, 21:45

[hj: sa majesté pourra-t-elle patienter le temsp d'une dispute?! ^^ blush ]
Revenir en haut Aller en bas
Marie Thérèse d'Autriche
Poete


Nombre de messages : 19
rang : Reine de France
Date d'inscription : 13/11/2006

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Mar Nov 21 2006, 09:22

[si c'est pour unè bonne dispoute y ai saurai attendre... ça va pas être possible d'écrire comme ça ! Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Mar Nov 21 2006, 12:14

[ lol, oui je confirme, sa va être bien dure d'écrire comme ca! ^^ Et puis, c'est pas une bonne mais une affreuse dispute^^ big grin ]
Revenir en haut Aller en bas
David de Verchères
Poete


Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Jeu Nov 23 2006, 04:34

David repoussa doucement du revers de la main l'index que Catharina lui pointait sur la pointrine. Il fit un pas par en avant pour s'approcher d'elle et il se baissait un peu pour bien planter ses yeux dans les siens (étant naturellement plus grand qu'elle). Il dit doucement:

- Je vais alors devoir vous parler plus poliment je crois, puisque vous ne semblez pas comprendre ce que je dis. Écoutez moi bien ma petite dame, parce que je ne le répèterais pas, la sécurité de la France pourrait être affecter. La moitié des mousquetaires ne répondent aux ordres directs du roi et la seconde moitié l'ignore toujours. Il y a des morts à cause de cette trahison et la couronne est menacée. Une poignée d'homme tente d'empecher tout cela, mais serait-ce suffisant? À qui pouvons nous nous fier pour accorder notre confiance maintenant?

Il étira son bras au coté de lui et il remonta la manche de son uniforme pour montrer une blessure qu'il a reçut lors d'une visite nocturne d'un mousquetaire traitre. La pansement était bien évident et la plaie saignait encore. Il dit:

- Alors, à qui pouvons nous confier notre confiance maintenant? Est-ce que MacCliver va me donner la sienne ou bien il me mettra dans le panier des traitres? Est-ce que je verse mon sang pour sauver ce qui reste de la France pour quelque chose ou bien votre simple mensonge vient de m'envoyer directement vers la mort? Croyez-moi, dans notre monde, il n'y a pas toujours la justice qui prone et encore moins de procès pour ceux qui osent trahir la couronne. J'espère seulement que jamais MacCliver entendra parler de traitres au sein des mousquetaires sinon je suis dans le trouble jusque par-dessus la tête parce que j'aurai des attaques de tous les cotés.

Il se releva et il remarqua qu'il était vraiment bien plus grand que Catharina. Il ajouta, toujours dans le plus grand calme, n'étant trahi par son regard qui cherchait à transpercer la vérité au fond des yeux de Catharina:

- Alors, qui est le plus égocentrique maintenant? Celle qui a menti au mousquetaire qui lui a confié sa confiance, lui confiant des armes pour qu'elle vienne s'entrainner avec lui dans la cours des mousquetaires et ayant été le plus aimable avec lui ou bien celui qui tente d'empecher des terroristes de prendre la couronne en versant de son sang pour la protéger?

Il remit son chapeau et il enleva son manteau pour le mettre sur les épaules de Catharina. Il faisait froid dans les couloirs du chateau et il fallait dire que David commençait à avoir chaud avec toute cette discussion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Jeu Nov 23 2006, 06:56

Catharina regarda De verchères, elle était d'ailleurs obligée de levée la tête pour pouvoir le voir. Lorsqu'il eut finit il lui mit son manteau sur les épaules. C'est vrai qu'il faisait froid ici.
Catharina avait, de plus, trés mal a son épaule et en la bougeant lors de la dispute la plaie c'était réouverte. Elle sentait son sang coulé le long de son bras et sur sa poitrine. Aussi enleva-t-elle le manteau du mousquetaire afin de ne pas le tâcher. Elle le lui rmeit entres les mains.


Merci, mais je n'en ai pas besoin. mentit-elle rougissante.

Et pour en revenir a la sécurité de la France, comment aurais-je pu savoir que parmis les mousquetaires se trouvaient des traitres?! Premièrement, je vient d'arriver il y a seulement 1 mois. Et deuxièmement suis-je tenue au courant de toutes les affaires de trahison envers la couronne?!

Demanda-t-elle ironique.

Et puis, je ne voulais dire a persone qui j'étais, j'en ai été obligée aujourd'hui, voilà ou celà m'a mené:
Elle lui montra son visage tuméfié, et ouvra le haut de sa chemise pour lui montrer son épaule.


Voilà! J'ai failli être violée, je me suis battue, avec l'un de vos soi-disant noble gardes-suisses ou je ne sais quel autre régiment!

Sur ce Catharina retint un sanglot. Elle serra les dents. "Bon sang! J'ai déjà pleurer une fois ca suffit! " se dit-elle.

Elle regarda David de Verchères, attendant sa réponse qui ne manquerait pas de venir, tout en refermant le haut de cette chemise bien lâche, devenue poisseuse avec le sang qui continnuait de couler.
Revenir en haut Aller en bas
David de Verchères
Poete


Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Jeu Nov 23 2006, 13:08

David posa sa main sur le bras de Catharina qui allait cacher sa plaie. Il voulait la regarder, mais surtout arrêter le saignement. Il prit son manteau et il en déchira un lambeau. Catharina semblait un peu surprise du geste, mais David n'y preta pas attention. Il s'approcha d'elle et il mit le lambeau sur son épaule et il contourna le bras. Tout en faisant un simili-pansement, David lui dit:

- Vous savez, quand nous sommes dans l'armée et au beau milieu de nul part à combattre l'ennemie, nous trouvons des moyens pour guérir nos blessures. Ils sont certes moins efficaces, mais ils peuvent tenir un moment pour que nous ayons les soins appropriés. Oh désolé

David vint de faire un noeud peut-etre un peu trop fort car Catharina avait fait une grimace de douleur. Il replaça le chandail une fois qu'il finit pour voir s'il avait fait du bon travail. Il dit:

- Avec votre caractère, je comprends très bien pourquoi vous n'avez que seulement été violée sans l'être. Vous avez dû lui mettre une de ses raclées qu'il a dû fuir le plus rapidement possible qu'il a changé de pays je crois.

Il se pencha pour ramasser son manteau déchiré qu'il avait mit au sol. Ce n'était pas très grave car le régiment allait lui en donner un autre. Il le déposa dans un coin du corridor et il continua:

- Vous êtes arrivée depuis peu, j'en suis bien conscient. Mais soyez honnête avec vous-même et puis, ai-je la tête d'un traitre du Roi? Une tête de violeur fou détraqueur tueur assoiffé de sang? Ai-je la tête d'un Espagnol qui n'aura son heure de gloire seulement quand il aura réussi à débusquer une princesse espagnole en fuite qu'en la ramenant auprès de sa tante tueuse détraqueuse assoiffée de sang? Et puis, je ne vous aurai pas manqué dans votre hotel, je ne vous aurai pas invité dans le quartier des mousquetaires. Il faut parfois abaisser sa garde pour analyser la situation et saisir les occassions qui se présentent à nous

David savait très bien que ce n'était pas facile à faire et que cela prenait du temps. La jeune Catharina n'était pas très agée et n'avait certe pas eu le temps de développer un radar comme celui de David. Il avait dû payer lourdement le prix de cette expérience en étant pratiquement tué un jour. Mais maintenant qu'il était au point, il savait de quoi il parlait. Il avait analysé Catharina le jour qu'il l'avait rencontré et puis il n'avait pas vu en elle une parcelle d'ombre de folle tueuse détraqueuse assoiffée de sang... loin de là il devait avouer.

Malgré le fait que son regard était porté sur la femme, tous ses sens analysaient en même temps le reste du couloir pour ne pas être interrompue ou bien épié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Jeu Nov 23 2006, 16:48

Catharina était étonnée de la gentillese de david envers elle aprés ce qu'elle lui avait fait. Elle se laissa faire sans broncher. Elle serra fort les dents lrosqu'il fit le noeud final du semblant de pansement qu'il venait de réalsier. Il dut remarquer la crispation de son visage puisqu'il s'excusa.

Catharina tout en marchant dans le corridor écoutait avec attention le récit de son geolier. Elle sourit a quelques expressions.

Une fois le "sermont" finit, Catharina regarda David de ses yeux émeraudes qui avaient reprit leurs clartés habituelle.


Je, je voudrais m'excuser. C'est vrai que j'aurais du vous faire confiance, mais comprenez-moi. Je venais de débarquer dans un pays qui m'était totalement étranger, sans personne, seule. Je doit bien avouer que j'étais térrifiée, le moindre marraud qui s'approchait de moi se voyait occire sur place.

[hj: Ce n'est qu'une expression, cath ne l'a pas vraiment fais! ^^]

Elle s'arrêtta de marcher et se mit face a lui.

Je n'oublirais jamais ce que vous avez faitpour moi, et sachez que si un jour vous avez besoin de mon aide, je vosu l'offrirai sans discuter.
Malgré ce que vous devez certainnement penser de moi actuellement, je suis une femme d'honneur.
Revenir en haut Aller en bas
David de Verchères
Poete


Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Jeu Nov 23 2006, 23:12

David comprenait ce que la jeune femme avait dû subir depuis son arrivée ici. Mais c'était tout de même dommage que dans cette descende aux enfers, elle s'était aggripée à David et qu'elle avait commencé à l'entrainer vers le fond. Heureusement que David avait agit rapidement et qu'il avait réuissi à les sortir de là tout le deux.

Maintenant, elle parlait d'honneur et de services qu'elles pourraient rendre à David en temps voulu. C'était rare qu'une femme face une requête du genre à un homme. En général, c'Est plutot l'inverse qui se produit. David avait les yeux plantées dans ceux de la femme. Il avala sa salive et il dit après quelques secondes de réflexion:

- Honneur vous dites? Voila un mot qui ne veut plus dire grand chose dans notre monde. L'honneur est passée en coup de vent et maintenant il n'est plus qu'un mumure à peine audible. Je ne doute pas de votre bonne volonté ni de votre bon vouloir, mais quand il s'agit de tuer des gens qui le méritent, je ne peux demander cela à une personne qui n'a pas les mains déjà tachées de sang, sinon ça serait moi qui perdrait mon honneur en vous demandant cela.

Le soleil était maintenant très bas à l'horizon. Tellement bas que sa lumière ne parvenait plus à éclairer l'obscurité de la nuit. Le vent avait commencé à se lever et des fenetres près de la porte de sortie claquaient. Mais quand l'attention de David parvint à la porte, il remarqua qu'elle n'était pas enclenchée. Elle frappait le cadre de la porte à force des coups de vent. Il se retourna et il remarqua qu'il n'y avait personne, pas de gardes dans tout le couloir.

Sans avertissements, David sortit son épée de son fourreau sous un bruit métallique d'une lame qui frotte sur le métal. Il avança à pas lent vers la porte, la seule voie d'entrée ou de sortie entre eux et l'extérieur du chateau. Il continua à avancer et fit un geste à Catharina de demeurer loin de lui.

Il était maintenant à quelques pas de la porte. Il tenta de regarder dehors mais il ne parvint pas à voir, le soleil était trop descendu et il faisait trop sombre. Soudain, la porte ouvrit d'un coup et elle frappa sa main. David en fut si surpris qu'il en échappa son épée et alla glisser au pas de Catharina.

David avait eut le temps de faire un bond en arrière pour ne pas recevoir la porte sur son front. Trois hommes habillé en noir et portant un masque entrèrent dans le couloir. David avait eu le réflexe de saisir ses dagues mais deux hommes se précipitèrent sur lui trop rapidement. Il bondit sur le coté droit pour éviter l'attaque du premier et il se pencha pour éviter celle du deuxieme. Quand on tenta de le frapper à nouveau, David attrapa le bras de l'homme qui voulait le frapper et il s'en servit pour bloquer deux coups de l'autre avec lui. Il donna un violent coup de coudes dans l'abdomen de cet homme et il se retourna sur lui-même pour enchainner avec un second coup de coude dans le visage du même homme. Celui-ci recula un peu sonné, mais toujours avec une bonne poigne sur son arme.

Le premier homme revint à la charge et le troisième commença son attaque. David plongea sur ses mains au sol et il se servit de cette vitesse de chute pour se faire pivoter sur les mains, avec les deux jambes parallèle au sol. Il heurta les jambes des hommes qui tombèrent au sol. Quand David se releva, il eut à peine le temps de voir la lame du second homme qui s'approchait vers lui à grande vitesse. Il évita l'attaque et il saisit le rideau pour entourer la main de l'homme, l'empechant de le frapper à nouveau. David sauta à reculon pour donner un violent coup de pied au mur. Cette force lui permis d'arriver plus vite vers le premier homme qui venait de se lever pour lui donner un violent coup de pied sous le menton. Alors qu'il tenait toujours le second par le rideau, avant de retomber au sol, il continua à tourner avec la force du coup de pied et il projeta l'homme vers le mur opposé qui tombait lourdement. Les rideaux se décrochèrent et se déchirèrent.

Maintenant, deux hommes étaient au sol et le troisième se leva devant lui. David prit le temps de saisir ses dagues accrochées derrière son dos et il marcha vers l'homme.

(HS. Un peu d'Action, on ne peut pas cracher sur ça Wink)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Ven Nov 24 2006, 06:50

Honneur vous dites? Voila un mot qui ne veut plus dire grand chose dans notre monde. L'honneur est passée en coup de vent et maintenant il n'est plus qu'un mumure à peine audible. Je ne doute pas de votre bonne volonté ni de votre bon vouloir, mais quand il s'agit de tuer des gens qui le méritent, je ne peux demander cela à une personne qui n'a pas les mains déjà tachées de sang, sinon ça serait moi qui perdrait mon honneur en vous demandant cela.


A ces mots Catharina exprima un petit sourire mais elle n'eut pas le temps de répliquer que David lui fit signe de se taire et s'vanca a pas lents dans le corridor. Aussitôt aprés, trois hommes masqués et vêtuts de noir arrivèrent et attaquèrent David.
Catharina regarda le spectacle fascinée.
Elle voyais que David menait sur les trois hommes.

"Peste que l'on m'ait retiré mes armes" fulmina-t-elle

David aprés avoir assomé deux bohnomes sortit sa dague pour se battre avec le troisième. Catharina vit alors dans son dos les deux autres se relever.
Dans un éclair de lucidité elle sortit de sa botte un petit poignard qu'elle lanca. Celui-ci frola David de Verchères et alla se planter entre les deux yeux de l'homme qui s'appretait a le poignarder.

Elle baissa les yeux et vit l'épée de david, ele s'en saisit.
Voyant que celui-ci s'en sortait bien avec son adversaire, et l'homme dérrière David c'était approché d'elle, elle n'avait d'autre choix que de s'en servir.
Elle commenca a croiser avec cette homme. C'était un bourin manquant de technique mais pas de force. Catharina était plus agile que lui, aussi parait-elle les coups avec facilité. Plus elle parait plus l'homme s'acharnait, il commencait d'aileur a fatiguer.

Catharina regarda ses yeux, des yeux noir, le tour de l'oeil était mate.

"Un Espagnol! Un sbire de ma tante!" pensa-t-elle.

Catharina décida alors qu'elle avait assez joué avec lui pour aujourd'hui. Elle enchainna deux bottes qui désarmèrent l'homme. Elle mit son épée sur sa gorge et le fit se mettre a genoux.


David, Ce sont des espagnols. Ils ont donc entendut toute nôtre conversation.

No no! Señora!

Allons donc! Tu mentiras jusque sur ton lit de mort! Traitre! Qui t'envois?!

Catharina voyait des gouttes de sueur perler au frond de l'homme et autour de ses yeux.

No, No lo sé señora!

Mais bien sûr! De toute manière je le sais déja!

Catharina enfonca son épée dns l'artère de l'homme. C'était ainsi qu'on traitait les mercenaires en Espagne.
Elle se retourna alors vers david pour voir où il en était de son combat.
Revenir en haut Aller en bas
David de Verchères
Poete


Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Sam Nov 25 2006, 01:24

Quand David entendit la femme crier derrière lui, il ne comprit pas ce qu'elle avait dit et il la pensait en danger. Mais il se tourna une fraction de seconde pour vérifier et quand il reporta son attention sur l'homme qu'il combattait, il reçut un coup de poing sous le menton. David recula de deux pas et il échappa ses dagues. De toute façon, il avait blessé l'homme à la main et il avait échappé son épée

Il finit par reprendre pied et quand ce fut fait, l'homme se précipita sur lui. David l'évita et l'homme fonça tête première dans le mur. David le saisit par un pied et il tourna sur lui-même pour envoyer l'homme valser sur l'autre mur. Après, il le ramassa au sol et il le prit par le collet avant de l'envoyer par la fenetre vers l'extérieur, entrainant au passage un torche. David ne voyait plus l'homme. Il avança en direction de la pénombre et quand il fut près de sortir, il entendit une détonation. Son premier réflexe fut de tourner pour voir si Catharina allait bien, ce qui fut le gars. Il se retourna ensuite vers la pénombre et il avança. L'homme se jeta sur lui et il le frappa violement sur l'épaule. David vint de comprendre, la balle lui avait traversée l'épaule. La douleur commençait à apparaitre et David saisit l'homme derriere la tete pour le faire pencher rapidement. En même temps, son genou monta et alla le frapper sous le menton. Ensuite, il se pencha pour rammasser la torche et il le frappa sur le front. Un bruit métallique se fit entendre et la peau du brigand se brula.

Comme si ce n'était pas assez, l'homme tenta à nouveau de frapper David, mais au ralenti. Alors David saisit le bras qui venait le frapper. Il tourna sur lui-même et il frappa directement sur le coude de l'homme pour le faire plier à l'envers. Un crac se mit entendre suivit d'un cri de douleur. Alors David continua sa tourniquette pour allez saisir l'homme sous le menton et il lui tordit le cou pour lui casser. Un second crac se fit entendre mais les gémissements de l'homme cessèrent. David lacha son captif qui tomba lourdement au sol, sans vie et sans souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Sam Nov 25 2006, 09:35

Catharina, rendue folle de rage par l'ttaque des Espagnols, ne put rien fair pour aider David.
Aprés avoir tué les deux qui l''enquiquinait elle vit David aux prises avec l'homme qui semblait être le chef de l'expedition.
Elle vit David faire tournoyer l'homme puis l'envoyer par la fenêtre.
L'homme dans sa chute entrainant une torche et quelques autres tombèrent par terre et s'éteignirent.
Catharina sentit son coeur s'ccélérer, elle avait toujours eu horreure du noir.
Elle se pétrifia quand elle entendit une détonation puis de nouveau une lutte.
Catharina tremblais, ne voyant rien de la lutte elle s'imaginais le pire.

A tatons, dans la pénombre, elle dressait l'oreille pour tenter de se dirriger vers le lieux de bataille.
Sa main tomba sur une torche éteinte. Catharina s'en saisit et l'alluma a l'aide d'une autre beaucoup plus loin encore allumée.

Elle revint donc au pas de course voir ce qu'il se passait et vit David assis par terre en train de panser son épaule. A côté de lui gisait l'homme sans vie qui s'acharnait contre lui.

Elle posa la torche et s'agenouilla auprés de lui.
Elle toucha son épaule et puis son visage, sa lèvre saignait.


"Je, J'ai eu trés peur pour vous lorsque j'ai entendit le coup de pistolet." Dit-elle simplement, ne sachant quoi dire.

A ce moment elle baissa la tête et vit que son épaule, pendant sa lutte avec l'home tout a l'heure, s'était réouverte et le pansement réalisé apr David ne servait plus a rien.
La chemise Blanche qu'elle portait avant était devenue poisseuse et rouge sang. Elle lui collait a la peau révélant sans aucune pudeur les formes de Catharina.
Celle-ci rougit et tenta tant bien que mal de se cacher.
Revenir en haut Aller en bas
David de Verchères
Poete


Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Mer Nov 29 2006, 13:01

David serra son poing de son bras blessé et constata qu'il était encore capable de le faire bouger sans trop d'effort. Il entendit Catharina qui vint à sa rencontre pour s'enquérir de son état. Quand elle lui parla du coup de pistolet, David se retourna vers elle et il lui dit:

- Si seulement les espagnols savaient viser, peut-etre que je serai mort. Mais bon, faut croire qu'il me reste des choses à faire sur cette terre avant que Dieu me fasse venir à lui.

David s'était fait un pansement bien modeste avec des lambeaux de vêtements de sa derniere victime. Il se releva et il regarda Catharina toujours afaisé au sol. Il lui tendit la main et il dit:

- Il faudrait que nous passions à vos appartements vous changez avant. Imaginez la tête de votre hote si vous deviez vous présenter de la sorte. Une membre de la famille royale espagnole ne devrait pas avoir la grâce et la délicatesse d'un oiseau qui vient se poser sur une branche pour siffler ses airs pour annoncer que le printemps est arrivé? Un mousquetaire peut se promener moins bien vêtu, car après tout, non sommes nous pas des barbares pour certains et des guerriers pour d'autres, alors qu'est-ce qui nous empeche de nous comporter comme tel?

Combien de fois depuis son arrivé il y a six mois il avait entendu, malgré lui, des conversations de noble qui critiquaient les accoutrements mal placé des mousquetaires, des chapeaux trop penché, des gants souillés de boue... bref, combien de fois il avait entendu l'ingratitude des gens dont leur vie dépendant en grande partie des talents de combats de ces gens qu'ils insultaient? Et voila que maintenant David était coincé entre un complot de mousquetaires qui visait la tête du roi et un second complot espagnol qui vise la tête d'une princesse en quelque sorte qui ne veut que partir de son pays sans rien demander. Dieu que la vie était souvent injuste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Mer Nov 29 2006, 15:18

Louise était en train de discuter avec la jeune étrangère qui venait d'arriver ,dehors dans la cour.Elle avait entrepris une discussion sobre et peu intéressante mais cette discussion malgré tout la mettait mal à l'aise ,peut être parce qu'elle ravivait une foule de sentiments au plus profond de son coeur.rRoland!Quand pourrait elle le revoir et reviendrait il seulement un jour à Paris?Cela n'était pas sur.Louise en était à ces réflexions lorsqu'elle entendit un cri aigue jaillir d'une pièce située au rez de chaussée qui donnait directement sur la cour et qui était si sombre que nul ne pouvait apercevoir ce qui se tramait à l'intérieur elle.Elle accourut donc pour savoir si elle pouvait aider ,ouvrit la porte bruyamment et vit un jeune homme fringuant en costume de mousquetaire accompagné d'une séduisante jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Mer Nov 29 2006, 16:14

Catharina sourit a la remarque de David sur les Espagnols qui ne savent pas tirer mais ne répliqua pas. Elle accepta la main tendue de son ami et se releva. Lorsqu'il fit une remarque sur sa tenue elle rougit.
Sa chemise poisseuse de sang lui collais a la peau désagréablement. De plus elle empestait la sueur et le sang.
Catharina demanda alros a David,


Je, je vais me rendre chez la Reine aujourd'hui?! Mais, n'est-elle pas au chevet de la reine-mère Anne d'Autriche qui se meurt?!

Catharina tout en marchant d'un pas vif pour sortir de la galerie se posait énormément de question. Cette cousine, la reine de France, elle ne l'avait jamais vu. Peut être lorsqu'elle était enfant mais c'était tout. Elle ne s'en souvenait plus.
Catharina sentait son estomac faire des bonds dans son ventre.

"Bon Dieu, pourvu qu'elle me reconnaisse...." pria-t-elle anxieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Mer Nov 29 2006, 16:18

Apparemment ces deux jeunes gens étaient en train de discuter mais la jeune femme avait une blessure ou bien portait sur ses vetements le sang de quelqu'un ce qui était peu ragoutant à voir.Elle sortit donc discrètement de la pièce et se faufila dans l'étroite galerie afin de rejoindre la cour du cheval blanc.Et bien elle n'était pas au bout de ses surprises que de péripéties en ces lieux!
Revenir en haut Aller en bas
David de Verchères
Poete


Nombre de messages : 91
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Mer Nov 29 2006, 21:25

David aida la jeune femme à se relever jusqu'à ce qu'elle lui parle du chevet de la reine-mère. Il arrêta net au milieu de l'allée et il pensa:

- Mais vous avez raison... qu'importe, allons vous changer pour le moment, car vous n'êtes pas très présentable et puis d'ailleurs, le sang sur vos vêtements ne vous va pas très bien. Votre hotel n'est pas très loin d'ici je crois, alors pourquoi ne pas y aller. Nous reviendrons vite et personne ne remarquera notre abscence.

David sentait un peu plus la douleur dans son bras car le stress était tombé, tout comme l'adrénaline. Par contre, la crainte d'une nouvelle attaque se faisait très présent pour lui. Il tenait la jeune femme assez près de lui et son regard analysait chaque détail de l'environnement. Il avait prit le temps de ramasser ses armes et de dire quelques instructions aux serviteurs pour ramasser les corps. Maintenant, il parti avec la jeune femme en direction de son hotel pour la mettre plus présentable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Catharin
Invité



MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Jeu Nov 30 2006, 06:51

Catharina sentait David, tout prés d'elle, tendus et anxieux. Redoutait-il une nouvelle attaque? ele ne le savait mais c'est avec soulagement qu'ils arrivèrent dehors.
Elle héla une voiture et donna l'adresse de son hôtel particulier. Ils en auraient pour un quart d'heure.

Catharina était songeuse dans la voiture. Elle remarqua que la nuit commencait a tomber, elle se mordit la lèvre inférieure inquiète.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bureau de l'officier de garde.   Aujourd'hui à 09:42

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bureau de l'officier de garde.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» latte d'officier de grenadier à cheval
» De la Hierarchie au sein de la Garde Episcopale
» Garde impériale
» 03. Prends garde ! Spider Cochon est là.
» Bureau du maire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: