1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ambassade de la Sérénissime République de Venise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ambassade de la Sérénissime République de Venise   Sam Aoû 04 2007, 21:30

Repensant aux paroles du comte à propos de l'entrainement du matin il se prit à rêver de grands combats en plaines, lui qui pourtant était pacifiste.Les romans d'amour courtois qu'il avait lu la veille avait eu le don d'aviver en lui cette amour de l'héroisme qui avait cette particularité d'attirer les donzelles.
Il fut ramené à la triste réalité par une voix tonique qui lui fit cligner des yeux .

Citation :
-"Monsieur Cavaillac, puis-je vous proposer un café? Ou autre chose?"

-Messire n'ayant pas votre distinction ,je ne bois ni café ni chocolat et ne fume pas ce cigare si prisé par vous autres nobles.Pour moi ce sera,si vous le permettez un verre de cognac ....

Sous ses airs innocents il cachait bien son jeu ,se moquant ouvertement des habitudes des grands de ce monde dans ses paroles, affichant pourtant un air angélique.

-La prochaine fois,un conseil,votre Excellence,ne réveillez pas une damoiselle qui dort par des coups d'épée ,elle en viendrait à s'affoler inutilement.Surtout face à un excité comme vous.
Bien sûr ,ne voyez pas un outrage en ce terme,je ne m'en serais pas permis.
ajouta t il un demi sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: suite   Dim Aoû 05 2007, 21:17

Le comte regarda Cavaillac et dit alors :

-"Un cognac de si bon matin!!!! Enfin soit, il s'agit de votre santé"

Le valet entra par une porte en trompe l'oeil et présenta un cognac à Cavaillac qui le but sans soif.
Le comte le regarda puis fit signe au valet d'en servir un nouveau, qu'il ingurgiteat tout aussi rapidement...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ambassade de la Sérénissime République de Venise   Sam Aoû 11 2007, 17:34

François apprécia l'iniative du comte à savoir le deuxième verre.
il honora ce verre.......cul sec.Puis regardant droit dans les yeux le comte.

-Encore heureux que dans notre pays de buveurs nous sachions tenir deux ,trois verres,sinon je vous aurais fait la même scène qu'hier.


Reprenant un ton plus sérieux.

-Mais vous ne m'avez jamais beaucoup apprécié et cela m'étonne que vous m'invitiez comme cela à boire en votre compagnie!Quoiqu'il en soit merci pour ce cognac d'une qualité extrème.Je m'en vais rassurer votre damoiselle prestamment.

François repartit en direction de la porte mais se retourna avant de la franchir

-Je pense que néanmoins elle souhaitera vous éviter quelques temps,et dans ces cas là,vous les maîtres de séduction italiens devriez savoir qu'une dame "déboussolée ",triste ou en colère repousse toutes avances mais si vous restez froid et distant avec la plus aprfaite courtoisie elle se transformera en amoureuse transie ......
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: suite   Sam Aoû 11 2007, 22:21

Le comte regarda, François sortant et parlant puis il dit :

-"François rassurez-vous j'ai connu nombre de femmes lorsque j'étais marin. En outre demain je prends la route pour quelques jours, je dois me rendre à Venise au plus tôt, je viens de recevoir des informations inquiétantes, Pietro me remplacera lors de mon absence, si Mademoiselle de Frenolec, souhaite me voir alors qu'elle aille voir Pietro, il se chargera de l'escorter jusqu'à moi, ce soir après dîner je vous remettrais un pli que vous serez chargé de lui transmettre après mon depart, je partirais demain à cinq heures de la matinée."

François sembla prendre bonne note puis ferma la porte

Le comte se retourna vers Pietro et lui dit alors :

-"Non mi piace quella storia con Monsignor Pettenon ed il Doge, temo che ci sia un grosso problema. Che ne pensi tu?"

Pietro répondit alors :

-"Non so cosa pensarne, tu mi conosci, sono un soldato, non ci ho mai capito niente di politica."

Le comte se leva alors et dit :

-"Bè dai andiamo fuori che ti nomino Commandante della Guardia."

Le comte et Pietro sortîrent alors du bureau, la trompette sonna le rassemblement, Louise regarda alors par la fenêtre qu'allait-t-il se passer, elle vit alors toute la garde répartie sur dix colonnes, Pietro sortit et se plaça en tête de bataillon puis le comte fit son apparition, il évoqua alors le courage des Vénitiens dans toutes les batailles qu'ils eûrent mené, puis il appella Pietro, il le regarda fixement et dit alors :

-"Ripeta dopo di me, In nome di San Marco, protettore della Serenissima Repubblica di Venezia, del suo leone, delle sue reliquie, nel nome della Santa Chiesa Romana Cattolica, io, davanti a quest'assemblea, giuro fedelta alla mia patria, dovessi morirne!"

Pietro répéta le serment, puis le comte prit une médaille perça le tissu puis, il fit venir un forgeron avec une estampille chauffée à blanc, Pietro releva sa manche droite, le forgeron le marqua alors on vit alors son visage se tendre, puis le comte le giffla et prononca les antiques formules :

-"Questa marca ce l'hai per sempre come le tue radici, questo schiaffo lo ricevi per essere sicuro che mai te lo dimenticherai"

Puis le comte lui remit sa nouvelle épée puis finalement tout le monde se dispersa, et le comte rentra, cependant il n'eût point vu Louise regarder à partir de sa fenêtre, il remonta alors dans son bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ambassade de la Sérénissime République de Venise   Mer Aoû 15 2007, 10:26

L'heure du diner avait sonné ,il était déjà 9 heures du soir et l'on se pliait aux moeurs du sud,le diner se faisait tardivement dans la plus pure tradition vénitienne.La baronne sentait depuis déjà cinq heures son ventre faire des siennes et réclamer une pitance.
Les choses s'étaient éclaircies sur le point Alessandro.Elle avait assisté par la fenêtre à une scène des plus désobligeantes et bien que ce soit une coutume cela aurait pu lui couper l'appétit ,mais non,elle était toujours affamée
Cette cloche qui retentissait était donc la messagère de son salut,sa sauveuse.
Se présentant dans la salle à manger elle prit place à table.Alessandro était ,pour une fois,en avance,cela l'étonna .
Ne sachant que dire,gênée,elle se racla la gorge et annonça d'une voix hésitante:

-Mon frère ,le baron est partie rejoindre une connaissance dans une auberge des bas quartiers ,il vous prie de l'excuser son manque de politesse,mais il ne se joindra pas à nous pour ce diner
François arriva alors dans la salle ,lançant au passage un petit coup d'oeil inquiet sur le couple qui semblait si malaisé .Il crut d'abord que c'était à cause de son intrusion dans la salle mais apparemment non.Il prit place sans attendre les indications du maître de céans
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: suite   Mer Aoû 15 2007, 19:13

Le comte dit alors à Louise que son frère était tout excusé puis alors que François s'asseyait il leva la main et claqua les doigts, immédiatement les portes de la salle s'ouvrirent et l'huissier annonça l'entrée :

-"Potage aux clovisses à la façon de Son Excellence le Doge"

Louise regarda le comte les yeux emplis d'une frayeur et d'une admiration puis dans le silence ils commencèrent à manger.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ambassade de la Sérénissime République de Venise   Sam Oct 06 2007, 14:22

Elle mangea même si la faim ne la tenaillait guère et puis être assis en face de LUI la malaisait,à vrai dire,elle ne connaissait pratiquement rien de lui,il venait d'une illustre famille vénitienne,était ambassadeur ,conservait la tête de son oncle dans un coffre....une partie de sa vie ,elle la connaissait,mais qu'est ce qu'une vie?Pour connaitre un être ,il faut savoir ses habitudes ,apprendre ce qui constitue un caractère,il fallait être proche.Mais ils vivaient dans un siècle ou les époux se mariaient rarement par amour et par conséquent il n'était pas nécessaire d'avoir toutes ses connaissances mais dans ce cas là autant rester vieille fille.
Elle éxécrait devoir supporter cette sorte d'indifférence que lui offrait Alessandro.
Pendant le repas,elle le dévora des yeux,un grand sourire aux lèvres,sans comprendre pourquoi.....
Roland occupait toujours ses pensées après tout le peu qu'elle aviat vécu avec lui était bien excitant,tout semblait morne avec Alessandro.ILs restaient cloitrés dans cette grande demeure et se voyaient rarement.
Elle aurait préféré l'insouciance des promenades entre deux grands amis,qu'une passion quasi inexistante comme celle là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: suite   Mer Oct 10 2007, 17:29

Le comte s'adressa alors à Louise et dit :

-"Ma très chère Louise, accepteriez-vous de m'accompagner en ma contrée? Je dois y aller pour quelques affaires mais également voir de proches amis que j'aimerais que vous connaissiez!"

Louise le regarda décontenancée, allait-elle le suivre et chercher à le connaître ou bien allait-elle ignorer sa proposition?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: suite   Jeu Juin 05 2008, 11:18

Près de quinze minutes passèrent et toujours le silence, Di Negrar se répéta :

-"Baronne, m'entendez vous?????? Désirez-vous m'accompagner??????"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ambassade de la Sérénissime République de Venise   Aujourd'hui à 03:46

Revenir en haut Aller en bas
 
Ambassade de la Sérénissime République de Venise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Installation de la Commission sur la Nouvelle Force Publique
» Affaire de vente de passeports/visas a l'Ambassade de Paris
» Le sénat haitien ; le grand mangeur de la république.
» 500 000 Haitiens vivent en République Dominicaine
» Un expert en securite publique opine sur le kidnapping

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: