1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Retrouvailles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Retrouvailles.   Lun Sep 25 2006, 22:54

[Hj : ce post est fait à la demande d'Elrohir qui a peur de s'ennuyer. La scène se déroule juste après l'entrevue avec Evangéline]

Depuis les appartements d'Evangéline

Troublé par les révélations de l'espionne royale, D'Artagnan traînait quelque peu les pieds. Non pas parce qu'il était blessé, mais qu'il avait besoin de réfléchir à tout ce qu'elle lui avait dit sur le complot au sein de même des Mousquetaires.

Il ne croisa personne dans la cour, et tant mieux car si en allant chez la belle il avait sa tête des mauvais jour, en en revenant il avait sa tête des très mauvais jours...
Rien n'allait en s'arrangeant et il se demanda en arrivant à proximité de la première batisse des parties commune du quartier des mousquetaires ce que cette journée lui réservait encore.

Arrivé à la porte de la salle de réunion il hésita.
La faible lueur qui sortait des fenêtres en verre opaque du bâtiment éclairait mollement ce sombre quatrième jour de l'hiver.
En un instant il maquilla ses traits qui de soucieux devinrent joviaux et bonhommes : dans ce nid de traitres, il importait de se donner bonne figure et de continuer à jouer les bênets de capitaine.

Il faut croire que rencontrer Evangéline avait suffit à le faire se prendre pour un comédien.

Lorsqu'il entra dans la salle, une surprise l'attendait.


[Hj : Messieurs, c'est à vous !]

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan


Dernière édition par le Mar Oct 17 2006, 23:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Retrouvailles.   Jeu Sep 28 2006, 02:54

Elrohir avait chevauché une partie de la journée avec Aramis, Athos et son fil Raoul pour venir rencontrer D'Artagnan. L'heure était grave et peu de solutions s'envisageait à ce problème. Réunir trois des quatre membres légendaires pour qui le sceau des mousquetaires était encore plus puissant que Dieu lui-même. Alors, il fallait retrouver cette bande de petits vaut rien et leur faire payer leur trop grande soif du pouvoir et de la malhonnêteté.

Ne voulant pas trop attirer l'attention en faisant rentrer ce petits groupes non-officiel, Elrohir étant lui-même dans ce rang, il décida de faire passer les hommes par une porte arrière, évitant tout regard de petit curieux.

Il entra discrètement dans la salle de réunion par la porte arrière, silencieusement pour ne pas faire de bruit. C'était aujourd'hui le 25 décembre, alors la majorité des mousquetaires étaient occupés à veiller aux festivités qui se tenaient ou bien qui se préparaient... Elrohir en n'était pas certain. Chose sûr, il n'était plus certain du temps maintenant, ayant pas dormi depuis trop longtemps.

Elrohir entra le premier et il vérifia si les lieux étaient sûrs. Une fois à l'intérieur, il fit signe aux autres d'entrer. Elrohir s'approcha de la table pour saisir une pomme et il y croqua à pleine bouchée. Il s'assit sur une chaise et il commença à penser à comment retrouver D'Artagnan. N'ayant pas vraiment de souvenir des festivités de Noël, Elrohir demanda à ses nouveaux amis:

- Messieurs, où fête le roi pendant le jour de Noël? Je pense que D'Artagnan doit être en train de veiller sur la vie de notre souverain à l'heure où l'on se parle.

Tandis qu'il parlait, Elrohir se tira une chaise pour s'y assoir. Mais la fatigue était vraiment trop grande pour lui et il n'arrivait plus à viser la chaise au bon endroit. Il tomba lourdement au sol, à coté de la chaise. Cela lui prit quelques secondes pour réaliser ce qui venait de se produire. Il s'accrocha à la table et il se releva difficilement, ayant un peu de douleur à l'abdomen.

Cette fois-ci, il prit soin de taponner la chaise avec sa main avant de s'y assoir. Il s'appuya les pieds sur la table et il attendit la réponse d'Athos ou bien Aramis.

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte de la Fère
Dramaturge


Nombre de messages : 218
rang : London Ontario, "Blois, domaine de Bragelonne"
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Retrouvailles.   Jeu Sep 28 2006, 05:36

(HJ: je vais faire comme si nous étions déjà présents dans la salle de réunion au moment où d'Artagnan arrive, je crois que c'était là le but premier big grin )

Aramis, Athos et Raoul suivirent le sous-lieutenant jusqu'aux quartiers des mousquetaires, en passant par une porte arrière. Un léger sourire flottait sur les lèvres du chevalier, tandis qu'il repassait par ce chemin qui avait été si familier, déjà. La salle de réunion était demeurée pratiquement inchangée depuis la dernière fois qu'il y était entré. Pour un peu, il se serait cru revenu à l'époque ou, lui et ses compagnons, simples mousquetaires, presque encore des cadets, obéissaient aux ordres du capitaine de Tréville.

La salle était pratiquement déserte, ce qui étonna grandement le comte et le chevalier, qui eux avaient toujours connus ces lieux grouillants de vie, d'animation, de rire.

Athos se mordit les lèvres pensivement en marchant d'un pas tranquille à travers la pièce, dont chaque meuble, chaque objet lui rappelait une multitude de souvenirs. Ici, ses compagnons d'armes se livraient à des jeux de dés et de cartes, là, dans le grand escalier, on s'affrontait allègrement dans des duels à l'épée, des jeux d'adresse...

Un léger sourire mélancolique s'étira sur son visage. Il fit lentement le tour des lieux dans cet état mi-méditatif, tandis qu'Aramis s'asseyait à une table en y déposant sa rapière pour en examiner la lame. Ils entendirent à peine les paroles du sous-lieutenant, mais ils perçurent fort bien le bruit de sa chute au sol. Aramis se leva pour venir à son aide, mais déjà Elrohir se relevait et s'assoyait presque péniblement à la table. Le chevalier secoua la tête lentement.


- Je crois que vous avez déjà donné la pleine mesure de vos possibilités, de Verchères, vous êtes littéralement brisé de fatigue. Vous devriez prendre une longue nuit de sommeil. Nous aurons évidemment du pain sur la planche, et nous ne devons rien négliger dans cette lutte que nous allons mener.

Athos hocha la tête en signe d'approbation, toujours plongé dans sa mi-rêverie. À ce moment, la porte principale de la salle s'ouvrit, et un silhouette familière apparut. Il s'avança en étendant la main vers le nouvel arrivant, un grand sourire aux lèvres, suivi de près par le chevalier.

- D'Artagnan! Ah, je suis bien heureux de vous revoir!

_________________
En souvenir des jours passés...


Dernière édition par le Ven Oct 06 2006, 02:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Retrouvailles.   Jeu Oct 05 2006, 22:53

[Hj : Elrohir faudra un jour que tu m'expliques comment on fait pour avoir mal à l'abdomen en tombant sur les fesses lol Mr. Green ]

D'Artagnan avait poussé la porte avec sur le visage une expression qui contrefaisait la bonne humeur.
Mais elle s'ouvrit totalement et qu'il reconnut le visage à peine vieilli et la belle voix noble de son vieil ami le Comte de la Fère, cette fausse bonne humeur se mua instantanément en stupeur.

L'apparition soudaine du Christ en majesté
[Hj : avec l'auréole et tout Mr.Red ] au milieu de la salle commune des Mousquetaires n'aurait pas produit sur lui un effet plus fabuleux.

Puis, suivant le cour naturel et rapide de ce torrent qu'étaient les sentiments de D'Artagnan, il se transfigura en joie.
Une joie d'abord muette qui devint bruyante, puissante, gascone...

Passée la demi seconde de surprise, D'Artagnan ouvrit les bras et se mit à crier, oubliant toute prudence :


D'Artagnan : "Mon ami ! Vous ici ! "

[Hj : je vous croyais z'au zoo ! bon je sais elle est éculée celle là mais elle me fait toujours rire Mr. Green ]

En réponse à la main gracieuse main tendue d'Athos, D'Artagnan se jetta dans ses bras pour une virile accolade, la première depuis bien longtemps, trop longtemps.

Serrant le noble Comte de la Fère contre lui les yeux fermés pour mieux goûter cet instant de félicité, il lui dit dans l'oreille :


D'Artagnan : "Quel bonheur de vous revoir en cette heure mon frère."

Il desserra son étreinte et recula mais garda dans ses mains les deux bras d'Athos. Tandis qu'il regardait la belle face fine et aristocratique de son ami, les larmes eurent presque envie de monter jusqu'à ses yeux mais il se domina.
Il lui dit tout de go :


D'Artagnan : " Après une journée si mal entamée où depuis le matin se succèdent déboires et mauvaises nouvelles, vous êtes bien l'homme qu'il me fallait rencontrer pour ne point me laisser mourir de désespoir en m'endormant ce soir. "

Et en ressentant à nouveau le besoin, il serra à nouveau contre son coeur son ami, sans même lui donner le temps de répondre.

D'Artagnan avait besoin de soutien en cette heure, celui d'une talentueuse espionne royale était bien pour ce qui était de la lutte à la cour, mais cela ne suffirait pas à affronter le danger dans sa partie à lui.
Heureusement il était dit qu'il y avait un Dieu pour ces grands parleurs de capitaines Gascons, un Dieu qui s'arrangeait toujours pour qu'ils ne fussent jamais seuls dans l'épreuve.

Et encore, tout à sa joie de retrouver Athos, absorbé qu'il était par la présence de son ami, il n'avait par encore aperçut le discret Aramis, le jeune et vigoureux vicomte de Bragelonne et surtout l'impétueux Sous lieutenant Elrohir qui gisait sur une chaise hors de sa vue immédiate.


[Hj : Bon les gars je vous le dis de suite, va falloir prolonger les embrassades parce que je n'ai pas totalement fini de développer les fondamentaux avec notre espionne favorite Razz ]

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Chevalier d'Herblay
Poete


Nombre de messages : 106
rang : Gatineau, "Fontainebleau, Herblay, Espagne"
Date d'inscription : 29/04/2006

MessageSujet: Re: Retrouvailles.   Ven Oct 06 2006, 06:09

(HJ: Nif, suis ému tears quelles retrouvailles!!!)

Aramis regarda le comte accueillir chaleureusement l'accolade de d'Artagnan, avec une émotion quasi indescriptible, et le serrer tout contre son coeur durant un bon moment, le regard brillant de joie et d'affection. La surprise et le bonheur du gascon faisaient plaisir à voir. Il n'avait absolument pas changé depuis la dernière fois qu'il l'avait vu. Tout au plus ses traits avaient-ils mûri légèrement avec l'âge. Son caractère joyeux et son esprit vif étaient demeurés intacts.

Athos, incapable de plaçer un mot entre les accolades et le babil de son jeune ami, se contentait de sourire et de le serrer contre lui. Lui aussi se rendait compte à quel point son pétillant compagnon d'armes lui avait manqué durant ces années.

Raoul n'avait pas bougé de sa place et se contentait d'observer la scène en souriant, le regard brillant d'anticipation. Aramis quant à lui, s'était accoudé à la table, silencieux et discret. Quand enfin les transports joyeux d'Artagnan se calmèrent un peu, il s'avança vers lui et le serra affectueusement contre lui.


- Vous savez bien que nous ne vous laisserions pas mourir de langueur et de détresse, seul dans les difficultés! Rappelez-vous cette devise, que vous nous aviez dictée, et qui nous était si chère dans nos jeunes années: Tous pour un, un pour tous! À nous tous, nous ne pouvons manquer de triompher de toutes difficultés, comme autrefois.

Athos, encore bien ému des retrouvailles, se contenta de hocher la tête lentement, un sourire radieux illuminant ses traits. Il fit un signe à Raoul, et celui-ci se leva de sa place et s'approcha des hommes.

- Mon bon ami, je tenais à vous présenter mon pupille, Raoul, vicomte de Bragelonne. Raoul, voici mon excellent ami le chevalier d'Artagnan, capitaine-lieutenant aux mousquetaires du roy et un des plus fiers gentilhommes du royaume de France.

Raoul s'avança et salua d'Artagnan, lui serrant la main avec une profonde joie, les yeux remplis d'admiration.

- Je suis enchanté de faire votre connaissance, Monsieur d'Artagnan. Monsieur le comte m'a souvent parlé de vous et m'a raconté, tout enfant, vos fiers exploits!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Retrouvailles.   Lun Oct 09 2006, 17:42

Elrohir, qui était resté un peu discret assis sur sa chaise, venait de se lever, se disant que c'était le moment propice pour lui parler de l'enquête. Il ne devait pas être au courant et maintenant, l'heure était de se ficher des ordres du roi et d'aller de l'avant pour sa propre sécurité.

Il se leva et il se planta à coté d'Aramis qui parlait avec D'Artagnan. Quand le regard d'Elrohir et D'Artagnan se croisèrent, on aurait dit qu'il venait de voir un fantome.

Elrohir leva le bras pour serre la main de D'Artagnan en disant:

- L'heure est grave mon ami. J'ai dû retrouver quelques anciens mousquetaires pour mener à bien notre quête. Avec vous comme supérieur, je crois que nous pourrions aller montrer à ces jeunes blancs becs à quel point l'honneur du combat peut être nettement supérieur à ce que le pouvoir et l'argent que la corruption peut apporter. Mais, je vais devoir d'abord vous expliquer ce qui se passe, car le roi m'a mandaté de ne rien vous dire, alors commençons

(HS D'Artagnan, quand tu as une blessure à l'abdomen, une balle admettons, et que tu tombes lourdement assis sur une fesse, crois moi, la douleur de l'abdomen va ressentir le contre coup Wink)

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Retrouvailles.   Sam Oct 14 2006, 00:58

[Hj : Sans doute... Mais je n'ai jamais eu de blessure par balle, le seul trou de balle que j'ai est congénital et placé précisément non loin des fesses. D'où ma confusion... Mr. Green ]

Toutes ces floppées de retrouvailles provoquèrent un flot d'émotions qui submergea D'Artagnan.

Il entendit parler Aramis et s'arracha à l'étreinte d'Athos pour courrir vers celle d'Aramis en criant comme un enfant.


D'Artagnan : "Aramis ! Vous aussi ! Rah, j'ai peine à croire que ceci soit réel."

Il commença à tapper amicale dans le dos d'Aramis avec fraternité.

D'Artagnan : "Je vous palpe mon ami. Je sais c'est fort peu digne de votre rang, mais j'ai grand besoin en ces heures de me faire confirmer la réalité par l'usage tous mes sens .
Ces derniers temps, je ne me fie plus à rien, et à mes yeux moins que tous le reste..."

Il se recula un peu, le coeur égayé par la présence de ses deux vieux compagnon. Les regardant à tour de rôle et ne voyant rien d'autre il leur dit, un bras posé sur l'épaule de chacun :

D'Artagnan : "Bienvenue, bienvenue mes amis... "

Athos lui présenta alors le Vicomte avec toute la noble verve qui le caractérisait.

Les mains toujours posées sur ses deux amis, D'Artagnan considéra un instant le jeune homme avec un oeil de vieux sergent recruteur.

Il retira ses mains pour les placer sur ses hanches après avoir rendu son salut au Vicomte, un salut qui respectait bien entendu la préhéminence de l'ainé sur le jeune homme dont la noble tournure qui sentait son futur Athos lui plut immédiatement.
Il dit :


D'Artagnan : "J'ignore ce qu'a pu vous raconter votre parrain, jeune homme, mais connaissant son amour pour moi et sa modestie naturelle, je gagerai qu'il a fort enjolivé mon importance et sérieusement diminué la sienne. Il faudra que nous revisitions ces légendes ensemble. Fort de nos deux versions, vous pourrez vous faire une idée plus juste de la vérité... La vérité... voilà un mot qui sonne plus lourd qu'un tocsin en ce moment... Enfin !"

Il se reprit et ajouta :

D'Argagnan : " Soyez le bienvenue Vicomte ! Tout ceux que le Comte de la Fère daigne faire entrer dans le cercle de ses intimes seront toujours dignes d'être ami de D'Artagnan ! Son pupille plus que quiconque !"

Il le regarda de pied en cape et s'apprêtait à poser une question sur ses talents d'escrimeur lorsqu'Elrohir intervint.

D'Artagnan fut abasourdi, lui qui s'apprêtait à le chercher partout, le voilà qui se présentait devant lui.
Lui qui parlait plus fort que tout le monde d'habitude n'eut guère la faculté d'ouvrir la bouche avant qu'Elrohir ai fini.
Il lui serra machinalement la main assailli par des pensées affolées :


*D'Artagnan : "Mordioux qu'est ce qu'il fait ici ! Je le croyais disparu et le voilà qui déballe devant tout le monde l'affaire du Roi. Dans la salle commune en plus !"*

Si D'Artagnan les aimait, il n'était pas sûrs de ses deux amis pour ce qui était du service du roi. Il n'oubliait pas leur passé de frondeurs, peut être revanchard, et il n'oubliait pas qu'Evangéline avait cité leur nom, même si c'était fantaisiste, il lui sembla tout de même qu'il fallait garder prudence et attendre un peu de jauger s'ils étaient du complot avant de leur parler.
Et voilà qu'Elrohir débalait tout ! Leur avaient-ils parlés ? Surement...
Si on en était déjà au confidence, il fallait de toutes façon s'éloigner de cette salle commune pour parler plus tranquille et mettre ça au clair : il est des endroits où les murs ont des oreilles.

Il choisit d'éluder et de faire l'âne: il rit avec un excès tout gascon.


D'Artagnan : "Ah ah ha ! Mais bien sûr Verchère ! Le roi omet de me donner ses ordres pratiquement tous les jours ! Heureusement je me débrouille tout seul.
Bon ! Mes amis vous êtes surement assoiffés, la crasse de cette salle commune est indigne de vos personnes : que diriez d'aller prendre le vin et écouter les plaisanteries de Verchère dans un endroit plus convenable : mon bureau personnel !"

Et il indiqua à tous la porte du couloir menant à son bureau en faisant une croix sur sa bouche avec son doitg pour signifier de se taire.

Suite dans le bureau de d'Artagnan

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retrouvailles.   Aujourd'hui à 01:53

Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouvailles.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: