1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le juste milieu...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Le juste milieu...   Dim Juil 03 2005, 13:40

Racine aimait réellement cet endroit... Dès qu'il se sentait oppressé, son esprit partant dans des réflexions trop obscures pour être clairement énoncées, il venait trouver du repos près de cette fontaine.

Il lui suffisait de regarder les passants flâner ou les domestiques porter une missive urgente pour se calmer et retrouver une attitude sereine et équilibrée.
Bien sûr, la fréquentation de la cour ne l'aidait que trop à trouver des sujets de tragédie mais pour ce qui était de l'équilibre...

Racine avait, en effet, toujours vu son métier comme une sorte de dualité, une sorte de juste milieu entre l'euphorie et le deséspoir qui lui était difficile d'atteindre.
C'était indubitablement un homme d'extrême, fort agréable parfois mais fort ombrageux également l'instant d'après ! Ce qui ne lui attirait pas que de la sympathie de ses semblables...

Ici, par contre tout était différent. Il passait pour quelqu'un d'anonyme. Il n'avait pas de jeu à jouer, il n'avait même pas besoin de penser ! Il se sentait plus libre...

Il finit par sombrer complètement dans l'inactivité et resta là, parfaitement immobile, le regard fixé sur ce qui évoluait autour de lui.

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Valeron
Invité



MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Dim Juil 03 2005, 17:38

Valeron se promenait dans la ville comme à son habitude, pour surveiller les activités de ses pus jeunes recrus. Dans ses haillons, tous le prenaient pour un des ses mandiants qui rôdent dans tout Paris.
Mais ce qu'ils ne savaient pas, c'est que celui qu'ils croisaient sans le voir, était ceui qui le soir visitait leur maison et dérobait leurs biens les plus précieux, avec dans le regard une étincelle.

Mais pour le moment sa seul pensée était pour cet homme, si bien habillé, qui était assis sur la fontaine, les yeux dans le vide et le visage fermé et sombre. Sans savoir pourquoi ce bougeois (semble-t-il ) l'intriguait, que faisait il ici a une heure si tardive? Par les temps qui courent se n'était pas prudent, un vaux rien aurait pu sans grand mal le détrousser.


" Je crains monsieur, qu'a une heure si tardive, la fontaine ne soit pas un endroit sur pour un gentilhomme de votre classe ."

[i]Cette parole partait d'un bon sentiment, pourtant Valeron la regretta tout de suite en voyant la tête que fit le gentilhomme, comme sortie d'un rêve pour revenir a une réalité bien trop dur pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Dim Juil 03 2005, 18:10

Racine mit un moment à s'apercevoir que l'on s'adressait à lui ! Il sortit de son état végétatif et les mots devinrent clairs à ses oreilles :

Citation :
" Je crains monsieur, qu'a une heure si tardive, la fontaine ne soit pas un endroit sur pour un gentilhomme de votre classe ."

Le jeune homme avait une assez fière allure malgré son acoûtrement. Il avait les yeux vifs et ne semblait pas mauvais dans l'âme. De plus, il disait fort vrai, il était tard et Racine n'avait même pas vu le soleil se coucher trop absorbé par sa contemplation...
Il mit un moment à répondre, et sa voix à ses oreilles sembla lointaine :


"Je dois vous remercier, Monsieur, de m'avoir fait remarquer que ma place n'était plus ici à cette heure. D'ailleurs, n'auriez-vous rien dit que je serai resté dans la même position toute la nuit ou presque.
Je ne suis pas fort en manière et j'oublie de me présenter : je me nomme Jean Racine, humble dramaturge..."

L'artiste n'attendait pas vraiment une réponse de celui qui lui faisait face. Si l'inconnu voulait garder son identité secrète, il n'y verrait pas d'inconvénient...

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Valeron
Invité



MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Dim Juil 03 2005, 22:11

Valeron se demandait comment un homme, sans être fou, se risquerait a rêver a une tel heure et en plein Paris. Cet homme devait être un poète ou un simle réveur. En tout cas, Valeron était intrigué par cet homme si mystérieux.

Citation :

Je ne suis pas fort en manière et j'oublie de me présenter : je me nomme Jean Racine, humble dramaturge..."

*Oh un écrivain, cela ne m'étonne guère . Mais pourquoi venir chercher l'inspiration ou le repos de l'âme dans un tel endroit, le palais serait un lieu bien plus approprié pour rêver, avec toutes ses belles femmes, ses hommes de pouvoir et ses intrigues toutes plus scandaleuses les une que les autres. Que pouvait il venir faire près de cette fontaine si banale et lugubre .*

Tandis que Valeron réfléchissait, il se dit que ce gentilhomme avait eu l'amabilité de se présenter alors que lui même était rester muet sans aucune manière .


" Enchanté Monsieur Racine. Je me présente a mon tour, même si cela ne vous intéresse guère de savoir le nom d'une personne du peuple, Valeron, Prince des pauvres de Paris et résident de ses si beaux égouts, pour vous servir !"

Il dit cela sur un ton rieur et quand il eu finit son sourire s'élargie et il rit d'un rire rauque et caverneux, avant de tourner les talons et lorsqu'il s'appéta a s'en aller, il dit en direction de Racine:

" J'espère vous revoir bientôt parmi nous monsieur, mais la prochaine fois, venez les poches vides, sous peine de vous faire dérober vos biens par un inconnu mal intentionné. "

A ces mots, Valeron jeta entre les mains de Racine une bourse, qui se trouva être celle du gentilhomme, et repartit le rire aux lèvres et l'esprit tranquille .
Revenir en haut Aller en bas
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Lun Juil 04 2005, 07:56

Racine n'en cru pas ses yeux quand il vit attérir sa propre bourse sur ses genoux ! Il ne s'était aperçu de rien, il n'avait même pas vu l'inconnu l'approcher de quelques centimètres...

Bien qu'une telle action puisse mettre un gentilhomme hors de lui, l'écrivain n'était pas de ceux là, ne pouvant s'empêcher d'être émerveillé de ce prodige !
De plus, le nom de l'inconnu était si poétique : Valeron, Prince des pauvres de Paris... Non Racine n'oublierai pas ce nom là !
Un personnage comme le prince des pauvres pourrait être excellent dans une pièce !!


Citation :
" J'espère vous revoir bientôt parmi nous monsieur, mais la prochaine fois, venez les poches vides, sous peine de vous faire dérober vos biens par un inconnu mal intentionné. "

Alors que Racine partait dans des tergiversions sur une prochaine oeuvre, il eut à peine le temps de saluer l'inconnu qui s'en allait... Il lui lança :

"Votre geste restera gravé dans ma mémoire, Monsieur. Je vous dois une faveur..."

Il regarda Valeron partir, le dos droit, avec une allure presque noble. Il savait qu'il avait entendu mais il ne se retourna pas.
Racine prit une autre direction et se dépêcha de rejoindre son cheval, qui était attaché non loin de là : Il rentrait chez Cabellion.


La suite : La dépendance de Racine

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: La Déchéance et l'Oubli...   Sam Sep 24 2005, 21:56

La Déchéance et l'Oubli...


Ce n'était pas un retour aux sources que ce passage à Paris... c'était une fuite, non de quelque chose mais plutôt de soi. Racine avait perdu ses illusions et il ne savait quand il remonterait cette pente descendante vers l'abysse insondable.

Il était donc assis sur ce banc, le même qui, quelques mois avant, l'avait recueilli : il sentait alors le vent de l'inspiration le porter vers les horizons fleuris de Fontainebleau, berceau de sa future oeuvre !
Et aujourd'hui ? Qu'en était-il de tous ces rêves qui semblaient inébranlables ?

Le Dramaturge ne savait plus sur quoi se reposer... Il était trop jeune pour avoir des acquis stables et ses frêles idéaux avaient été soufflés par la parole acerbe de Saint-Aignan. Pour couronner le tout, sa Tragédie qui commençait à prendre forme était devenue impossible à cause de la faute irréparrable de Jeanne !! Non mieux valait quitter ce monde doré et factice qu'était celui des Courtisans !

C'était ce qui avait motivé l'Ecrivain à revenir en cette Capitale où il ne connaissait personne. Mais pourtant, son regard n'arrivait plus à décortiquer les méandres des attitudes humaines, son esprit ne pouvait plus étudier méthodiquement les noirceurs de l'âme de ses semblables !
Car en fait, Racine se trouvait complètement tourné sur lui même et sur sa douleur, ce qui le rendait aveugle au monde extérieur.

La dernière fois où il avait traversé ce combat, il avait survécu grâce à ce projet qu'était sa future Tragédie...
Tout ce temps écoulé, n'avait été que perte ! François avait sûrement raison après tout ! Nous ne pouvions rien construire ni rien laisser, voué comme nous l'étions à notre mort. Et la mort, Racine la sentait très proche !

Il n'était plus dans cet état de douce folie qui pouvait le porter vers les hautes sphères de sa créativité et qui même si elle signifiait sa fin également, n'était pas douleureuse... Ce qui était dévorant, c'était cet "après" inommable, le vide de la pensée après toute une bousculade qui semblait inépuisable !

Les faux-semblants, voilà contre quoi le Dramaturge voulait se battre ! Et il s'était lui même pris au jeu, il avait cru à l'idéal et cet idéal s'était dérobé sous ses pieds, alors qu'il commençait difficilement à fouler son sentier...

Non, rien ne semblait réalisable, le jeune homme attendait que sa propre fin vienne le délivrer de ce tourment !

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Desdemon
Invité



MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Dim Sep 25 2005, 06:42

Desdemone avait suivi à la lettre les indications que l'aubergiste lui avait fourni. Elle pris à gauche après la place du marché, longea la rue, sombre et étroite, du Chat qui danse, bifurqua encore une fois à droite pour finalement déboucher près de la fontaine de la place publique. La jeune fille soupira d'aise lorsqu'elle s'aperçut qu'elle était arrivée.

"Jamais je ne me retrouverai dans les rues de Paris" pensa-t-elle encore une fois. Cela faisait partiquement une heure que la jeune fille s'était absentée mais cela lui était égale. Aujourd'hui, elle était libre de flâner dans les rues de Paris à son grè, sans contraintes.
Nina, la comédienne principale de la troupe de théâtre dans laquelle jouait Desdemone, se trouvait encore une fois indisposée. Elle s'était enfermée dans sa roulotte, refusant d'ouvrir à quiquonque, empêchant ainsi les répétitions prévues qui devaient se dérouler une bonne partie de la journée.

"Au train où nous allons, jamais nous ne parviendrons à jouer devant la cour." Desdemone soupira.
Alors que ses réflexions sur une hypothétique carrière de comédienne allaient bon train, Desdemone s'était faufilée à travers la foule afin de s'assoire sur l'un des bord de la fontaine. La jeune fille trempa sa main dans l'eau tout en ruminant ses pensées.

"S'ils pouvaient me laisser une chance...Pff, c'est impossible, Nina ne le supporterait pas et menacerait de quitter la troupe..."
Desdemone se remémora la dernière crise de la comédienne, la jeune fille en frissona. Nina était épouvantable, capricieuse, gâtée. Desdemone se jura de ne jamais devenir comme elle.
"Peut-être devrai-je quitter la troupe ? Je na vais pas rester camériste toute ma vie! Ou du moins jusqu'à ce que Nina ne soit plus en état de monter sur scène..." Mais d'ici-là, Desdemone, elle aussi, serait remplacée sans n'avoir jamais eu la possibilité de briller par son talent.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Dim Sep 25 2005, 09:02

Ce n'est pas la Grande Faucheuse qui vint cueillir Racine au coeur de son Désespoir, abandonné comme il l'était sur le banc de pierre. Pourtant, il l'avait appelée de toutes ses forces car l'inutilité dont il se sentait coupable semblait l'étouffer peu à peu.

Mais la souffrance ne devait pas avoir atteint son paroxysme, car lorsqu'il rouvrit les yeux, la lumière du jour l'aveugla... Le Soleil couvrirait encore une fois les jours du jeune homme. Il n'en était pas reconnaissant mais il croyait fortement en son Destin ce qui l'entrainait donc à subir ce nouvel air qui s'imissait dans ses poumons.

Nous disions donc, que le Dramaturge se trouvait tout aveuglé par les rayons de l'astre... Il finit par s'y réabituer comme il avait réappris à respirer : il ne savait pas combien de temps il avait plongé tout son être dans cette parenthèse mais son corps semblait déterminé à demeurer sur la voie la plus sage.

Nous ne pourrions pas dire de même de l'Esprit de l'Ecrivain qui mit bien plus de temps à sortir de sa torpeur. Mais une image sembla salvatrice à sa pensée lorsqu'elle s'imprima sur la rétine de Racine !
Il en fut encore plus ébloui que par la lumière... l'observateur ressurgissait des entrailles de la Terre !

Dieu que cette femme paraissait gracieuse avec sa tête légèrement de côté, ses longs doigts fins éffleurant la surface de l'eau et cette minuscule ride de soucis marquant son noble front ! Les reflets de sa chevelure brune venait encadrer ce tableau digne des grands maîtres italiens de la Renaissance !!

Elle paraissait plongée dans ses réflexions, ce qui donna à Racine l'avantage de ne pas être remarqué... Il ne pouvait, en effet, détacher ses yeux de la jeune femme, ce qui en soi n'était embarassant que s'il se trouvait surpris à une telle occupation !

L'Ecrivain se sentit tout à coup très léger, un sourire béat se peignit sur ses lèvres : un doux adjectif venait de résonner dans son âme et semblait dorénavant indissociable de cette image : Muse...

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Desdemon
Invité



MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Dim Sep 25 2005, 10:05

Eblouies par le soleil, Desdemone plissa les yeux et s'étira. Elle se sentait bien et aurait voulu que cela dur. Elle percevait autour d'elle les cris et les rires des gens qui se trouvaient sur la place. Elle les observa. Elle aimait ce jeu : attacher son regard sur une personne, la détailler discrètement et imaginer sa vie. Elle se demandait alors si la personne était mariée, son métier, les moments durs et heureux qu'elle avait traversé et puis son avenir, ce qui lui arriverait demain ou peut-être même dans cinq ans. Desdemone sourit.
"Je ferai mieux de m'occuper de mes affaires..." se dit-elle dans une sorte de reproche ironique.

Un enfant traversa la place puis vint trouver Desdemone. On l'appelait Pierrot, il faisait partie de la troupe de théâtre. C'était un gamin vif et malin d'environ onze ans. Il s'assit à côté de Desdemone, profitant ainsi du soleil. La jeune fille lui sourit.
"Tu n'es pas venu me rejoindre pour profiter du soleil je suppose ?" lui demanda-t-elle doucement.
"Tu t'en doutes déjà alors ?" lui demanda-t-il étonné.
"Après cinq années passées à la servir, comment ne pourrais-je pas deviner ?!"
"Elle est sortie et a annoncé qu'elle était prête à travailler. On m'a demandé d'aller te chercher. L'aubergiste m'a indiqué où tu étais."
"Très bien, pars devant, je te rejoins vite" soupira Desdemone sans entrain.
Pierrot s'en fut.
Encore une journée gâchée. Elle allait rentrer, réciter ses trois répliques, s'occuper de Nina, l'écouter se plaindre de ceci ou de cela et le soir, elle s'endormirait épuisée et pleine de colère.

"Quel sort enviable" pensa-t-elle amèrement.

Desdemone se leva, machinalement, elle glissa une main dans sa bourse pour en sortir une pièce de monnaie. Elle se tourna, dos à la fontaine et jeta la pièce par dessus son épaule en faisant voeux. Puis se retournant, elle regarda la pièce couler.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Dim Sep 25 2005, 11:08

Racine avait peur d'approcher cette femme qui pourrait être simplement le mirage qu'attendait son Esprit pour panser ses plaies...
Pourtant un petit garçon vint bientôt rejoindre la belle et il échangèrent quelques paroles : elle était bien réelle et elle avait une voix extrêmement mélodieuse !

Le Dramaturge eut tout à coup une grande frayeur ! Et si cet enfant était le sien !! Elle serait mariée donc attachée à un Destin trop différent de celui où voudrait la voir évoluer Racine !
Il essaya de se rassurer en se disant qu'elle était bien trop jeune, cet argument n'ayant aucune valeur lorsque l'on considère l'âge des mariés à cette époque...

Mais, le jeune homme restait pétrifié dans sa contemplation. Il ne savait tout bonnement pas comment engager la conversation.

Soudain, elle se leva, frêle et l'air contrarié se peignant sur son fin minois, elle s'apprêta à partir. C'est ce mouvement qui fit que Racine, sans trop savoir ce qu'il faisait, se leva de ce banc où il semblait en proie à une fossilisation certaine !
Il se retrouva donc debout, mais le fait est que ses jambes étaient encore toutes cotonneuses de la douleur qu'il avait éprouvé si longtemps. Il se retint un instant au dossier de marbre, et recouvra peu à peu ses esprits...

Entre temps, sa Muse ne s'était pas encore éloignée de la Fontaine, fort heureusement pour le mental encore fragile de l'Ecrivain ! Il exécuta donc plusieurs pas machinalement afin de se rapprocher doucement de la jeune femme... Que pouvait-il bien lui dire ?
Il essaya donc de voir ce qu'elle faisait et remarqua alors qu'elle venait de jeter quelque chose dans l'eau : une pièce !

Son âme de poète refit surface et il finit par arriver à la même hauteur que cette inconnue qui lui semblait pourtant déjà si familière. Il comença :


- Que peut donc souhaiter une femme telle que vous qui semble déjà tout avoir pour son bonheur : grâce et beauté ?

Ce-disant, Racine exécuta une légère révérence et éclaira son visage d'un sourire enjôleur :

- L'illumination me fait oublier les convenances, excusez-moi... Je m'appelle Jean Racine.

Sous cette carapace qui le faisait passer pour quelqu'un de sûr de lui, il frémissait pourtant de honte d'être venu la trouver si rapidement. Il aurait adoré l'observer durant de longues minutes encore mais la fin justifie les moyens, elle allait s'en aller et le Dramaturge n'avait pas une âme d'espion ! Il resta donc là, droit comme un i, ne pouvant détâcher son regard de son interlocutrice qui lui inspirait déjà tant de tournures de phrases...

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Desdemon
Invité



MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Dim Sep 25 2005, 12:17

Citation :
- Que peut donc souhaiter une femme telle que vous qui semble déjà tout avoir pour son bonheur : grâce et beauté ?

Desdemone sursauta puis rougit, quelque peu gênée de s'être laissée surprendre en train de rêver. Elle ne s'était pas attendue à ce qu'on l'aborde et surtout pas ainsi.
L'homme exécuta une révérence et se présenta :


Citation :
- L'illumination me fait oublier les convenances, excusez-moi... Je m'appelle Jean Racine.

Desdemone sourit à son interlocuteur puis reporta son attention sur la pièce de monnaie dont l'image était déformée par l'eau. Lentement, la jeune fille répondit :
"La grâce et la beauté sont si peu de chose, monsieur. Ce sont des choses auxquelles on ne s'attache qu'au premier regard...Cela ne peut pas rendre heureux...Du moins, je ne le crois pas."
Desdemone sourit, elle parlais d'expèrience. L'image de Nina lui vint en mémoire. Elle devait rentrer mais n'en avait aucune envie. La jeune fille haussa les épaules.
"Bah, je n'aurai qu'à dire que je me suis perdue." Desdemone savait que cette excuse ne valait rien mais ne s'en préoccupa guère.
Se rappellant la présence de Jean Racine, elle se tourna vers lui puis, à son tour, exécuta une légère révérence.

"Enchantée de faire votre connaissance, monsieur, je me nomme Desdemone Ruben."
Revenir en haut Aller en bas
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Dim Sep 25 2005, 22:48

Voyant la rougeur monter aux joues de la jeune femme, Racine se mordit la lèvre jusqu'au sang... Il se sentait encore plus coupable de cette approche assez brutale et assez dénuée de finesse !

Citation :
"La grâce et la beauté sont si peu de chose, monsieur. Ce sont des choses auxquelles on ne s'attache qu'au premier regard...Cela ne peut pas rendre heureux...Du moins, je ne le crois pas."

Le Dramaturge cessa de malmener sa bouche et écouta avec ravissement cette voix qu'il pouvait maintenant entendre plus clairement... Tout était harmonieux chez la Demoiselle, son maintien et son expression !
Oui, Racine en jurait, la grâce et la beauté pouvait rendre heureux, surtout lorsqu'on les avait à porté de son regard !! Il rétorqua :


- Certes on peut s'attacher à des images, mais Mademoiselle, la grâce est un véritable don... On peut maquiller un visage effrayant. Heureusement on ne peut enlaidir une gracieuse figure !

Il cru alors avoir gâché toutes ses chances, car elle semblait toujours sur le point de se lever et de s'évaporer, rejoignant les brumes des rues parisiennes... L'Ecrivain n'était pas fier de lui car si elle lui échappait, ce serait de son propre fait ! Il restait donc tendu, presque prêt à lever la main pour saisir la manche de sa robe afin de la retenir, bien qu'une telle attitude restait du domaine de la rêverie !

Pourtant, la Demoiselle s'attarda et se retourna afin de se présenter ! Le sourire revint instantanément sur le visage du Dramaturge ! Il avait miraculeusement réussi à la faire demeurer mais il ne savait pas comment ! Peut être était-ce simplement la curiosité qu'une insolite rencontre peut suciter...


Citation :
"Enchantée de faire votre connaissance, monsieur, je me nomme Desdemone Ruben."

Desdemone ! Quelle prénom féérique ! Digne d'une héroine d'un grand roman ou... d'une future Tragédie ! Car Racine n'en demordait pas, il avait trouvé en Desdemone Ruben la Muse qu'il recherchait tant : Cette folie douce-amère battait de nouveau dans son esprit...

Il dut rester un moment dans son propre monde. Un monde d'ailleurs habité par l'image rayonnante de la jeune femme. Il finit par balbutier quelques excuses :


- Veuillez pardonner les égarements de ma pensée... Mon inspiration me plonge toujours dans ces états béats d'admiration !

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Desdemon
Invité



MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Ven Sep 30 2005, 17:30

Desdemone s'était relevée de sa révérence. Jean Racine ne disait rien. Desdemone attendit quelques instants mais le jeune homme était déjà loin. La jeune fille allait briser le silence quand il dit :

Citation :
- Veuillez pardonner les égarements de ma pensée... Mon inspiration me plonge toujours dans ces états béats d'admiration !

Ces états béats d'admiration...Desdemone rougit. Elle ne savait si Jean Racine parlait d'elle ou pas. Elle se gourmanda intèrieurement, secouant ses lourdes boucles brunes.
"Ce n'est pas maintenant que je vais jouer à la coquette !"
Pourtant, l'un des mots de Jean Racine éveilla son attention. La jeune fille écarquilla les yeux, tourna la tête vers le jeune homme, une interrogation muette se lisait sur son visage. "Inspiration"...La jeune fille sourit puis, avec un regard malicieux, osa demander à Racine :

"Seriez-vous homme de lettres, monsieur ?"
Revenir en haut Aller en bas
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Sam Oct 01 2005, 23:19

[Excuse moi Desdemone de ne répondre que maintenant mais j'ai pris un peu de retard dans mon travail ! Surtout que t'es là que le week end ! Désolée...]

Une roseur vint effleurer les joues de la Demoiselle alors qu'il terminait sa phrase... Avait-elle devinée que l'admiration était attachée à sa personne ? Racine sentit également que son teint s'empourprait et il préféra faire comme si de rien était...
Disons qu'il avait toujours été maladroit dans ces sortes de déclarations sous-jacentes qu'il faisait à celles qui semblaient proches de son Idéal. Mademoiselle Ruben était-elle vraiment sa Muse ? Se pouvait-il, qu'après tant d'échecs et d'errance, il l'eut trouvée ?
Cela paraissait presque trop beau pour rester ancré dans la Réalité : les yeux de l'Ecrivain voyaient souvent se matérialiser les chimères qui habitaient son Esprit...

Il se sentit donc légèrement gêné par le propre climat qu'il avait instauré... Pourquoi fallait-il qu'il laisse toujours échapper ses paroles au moment même où elles prenaient forme dans sa tête ?
C'était toujours dans ces situations qui marquaient un tournant important de sa vie qu'il manquait de trébucher par inadvertance !! Décidemment la maîtrise des mots lui était plus familière lorsqu'il s'agissait de les coucher sur le papier !

Ces quelques reproches qu'il se faisait furent rapidement oubliés dès lors qu'il sentit son regard se rendre prisonnier de l'éclat qui jaillisait de l'oeil ambré de Desdemone. Une interrogation venait percer sa surface... Interrogation qui au départ muette, sortit tout bonnement de la bouche de la jeune femme :


Citation :
"Seriez-vous homme de lettres, monsieur ?"

Il en fallait peu pour faire perdre ses moyens à Racine... Il ne fallut donc que cette question qu'il prit d'emblée pour une sorte de compliment du moment où il y répondrait positivement ! Il faillit donc s'empresser de répondre OUI ! Mais il reprit sa contenance et dit simplement :

- En effet, j'essaie de servir la Littérature du mieux que je peux...

C'était cela ! Le Dramaturge était au service de ce grand mot qu'était la Littérature... Mais lui voulait bien sûr révolutionner jusqu'aux Arts entiers en portant sa Tragédie sur la scène d'un théâtre !
Etait-ce un trop plein d'orgueil de la part du jeune homme de se croire capable d'un tel acte ? En fait,sur son palais, il sentait encore le goût amer de la désillusion provoquée par la conversation qu'il avait eut avec le Premier Gentilhomme de la Cour. Une ombre voila ses yeux à ce souvenir funeste. Il se hâta donc de reporter son attention sur la jeune femme :


- Mais vous semblez attacher de l'importance à ce détail. Seriez-vous passionnée par les Arts Mademoiselle ?

Intuitivement il sentait que c'était le cas... Mais n'était-ce pas encore un mirage prêt à palier cette envie qui enveloppait son âme ?

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Desdemon
Invité



MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Dim Oct 02 2005, 06:23

[ne t'inquiètes pas, ce n'est pas grave]

Citation :
-En effet, j'essaie de servir la Littérature du mieux que je peux...

Desdemone jeta un regard en coin à Jean Racine et ne put s'empêcher de cacher un bref sourire. Le jeune homme lui plaisait vraiment beaucoup. Il était différents de tous ces jeunes pédants qui abordaient habituellement la jeune fille. De plus, il savait tourné les phrases d'une manière qui plaisait fort à la jeune fille, assez sensibles aux compliments.

Desdemone remarqua l'ombre qui était venue voilè le regard du jeune homme. Elle ne souffla mot et reporta son attention sur les gens autour d'eux. Elle s'étonna d'avoir momentanément oublié leur présence et pourtant, leurs cris et leurs rires emplissaient la place créant une cacophonie assourdissante.

Citation :
- Mais vous semblez attacher de l'importance à ce détail. Seriez-vous passionnée par les Arts Mademoiselle ?

Un éclat de rire fusa de la gorge de la jeune fille. Elle hocha la tête puis se tournant vers Jean Racine lui dit :

"Vous ne sauriez pas si bien dire monsieur, je suis comédienne."

Desdemone pensa à ses parents. Souvent lorsqu'elle parlait ouvertement de son métier, leur image lui venait à la mémoire mais la jeune fille secouait la tête comme pour la chasser. Pourtant une pointe de remord subsistait dans son coeur. Desdemone prit le partie d'en rire pourtant, ce fut avec amertume.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Dim Oct 02 2005, 08:43

Au moment même où les lèvres de Racine devinrent closes, Desdemone partit d'un rire soudain... Le Dramatuge regarda rapidement autour de lui comme pour chercher une raison à cette illarité, il ne vit rien de drôle donc pensa qu'il avait prononcé un mot qui l'était. Il rougit une seconde fois, mais finit par rire un peu bêtement avec la Demoiselle, tellement elle était communicative !
Le fin mot de cette histoire qui sauva l'honneur de notre Ecrivain, qui n'aimait pas que l'on se moque de lui, arriva :


Citation :
"Vous ne sauriez pas si bien dire monsieur, je suis comédienne."

Le jeune homme ne remarqua nullement la pointe d'amertume qui vint ternir la belle voix de Mademoiselle Ruben, tout occupé comme il l'était à se délecter de la mise en abyme d'un seul mot : Comédienne. Le bienheureux terme parcourait les coins et les recoins de la tête de l'homme de Lettres finissant par revenir sur le devant de sa langue :

- Comédienne...

Racine l'avait soufflé tout doucement afin de s'assurer qu'il était bien vrai que Desdemone fut la femme rêvée !
La Chance avait enfin ouvert son grand manteau afin d'englober l'Ecrivain et son Oeuvre naissante : elle lui avait apporté la Muse qui jouerait sa Tragédie ! La pensée appela le geste, et les convenances faisant parties de l'autre Monde et non de l'Univers que se créait le Dramaturge, il s'approcha de Desdemone et lui prit la main...
Il ne faudrait pas croire que cela représentait un élan amoureux ! Non, l'Ecrivain était alors totalement tourné vers son Art ! Il positionna donc la main de la jeune femme légèrement en avant, la face antérieure vers son visage. Ensuite il effleura sa taille afin qu'elle se retrouve parfaitement droite, enfin, d'un mouvement rapide, il éleva son menton pour qu'elle regarde plus haut que la ligne d'horizon.
Après cette mise en scène silencieuse, il revint au langage :


- Vous allez répéter après moi :

Où suis-je ? Qu'ai-je fait ? Que dois-je faire encore ?
Quel transport me saisit ? Quel chagrin me dévore ?
Errante et sans dessein, je cours dans ce palais.
Ah ! Ne puis-je savoir si j'aime ou si je hais ?

La Tragédie était en marche ! Mais laquelle ? Celle de son existence ou celle de son esprit ? Les deux étaient inextricablement liées emmenant le Dramaturge vers la Gloire ou vers la Mort... Dans les deux cas, Racine ne regarderait pas les récifs, c'était ce qui le différenciait de Saint-Aignan ! Il avait choisit sa voie, le Destin ferait le reste !

[Je n'ai pu m'empêcher de mettre quelques vers du véritable Racine ! C'est tellement beau ! Wink]

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Desdemon
Invité



MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Dim Oct 02 2005, 15:20

Citation :
- Comédienne...

Ce mot, tellement simple, soufflé par Jean Racine, prenait un tout autre sens, ne pu s'empêcher de remarquer Desdemone.
En effet, elle était comédienne mais pour ce qu'elle faisait...Desdemone ferma les yeux afin de savourer le sens profond de ce mot. Mais déjà elle reprenait pieds dans la réalité...

Tout d'un coup, la scène s'accèlera. La tête de Desdemone se mit à tourner. Jean Racine s'était rapproché, il tenait la main de le jeune fille, la saisit par la taille la maintenant droite, lui releva le menton, sans soucis des convenances ou des passants outrés qui chuchotaient et se récriaient autour d'eux. Desdemone rougit, génée, mais ce moment était tellement fort et tellement intense, qu'elle entra dans le jeu du jeune homme et répéta après lui lorsqu'il le lui intima :


Où suis-je ? Qu'ai-je fait ? Que dois-je faire encore ?
Quel transport me saisit ? Quel chagrin me dévore ?
Errante et sans dessein, je cours dans ce palais.
Ah ! Ne puis-je savoir si j'aime ou si je hais ?

Les larmes montèrent aux yeux de la jeunes filles alors que le dernier mot des vers de Jean Racine venait tout juste de franchir les lèvres de Desdemone.

- Mon Dieu, monsieur, que s'est beau ! ne put-elle s'empêcher de murmurer la jeune fille après un bref silence.

[trop beau ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Dim Oct 02 2005, 23:33

La jeune femme se plia sans sourciller à la requête de Racine. Il ne s'attendait d'ailleurs aucunement à un refus ! Il était trop plongé dans cette euphorie que lui procurait la création pour y penser !
On se doutera donc que les paroles médisantes des passants qui juraient aux grands dieux la conduite de l'Ecrivain plus qu'inconvenable, ne vinrent pas le distraire de son travail !

Enfin, Desdemone déclama... Le Dramaturge se rendait à l'évidence : c'était bien elle ! Il sentit l'émotion le faire trembler, il vit déjà sa Tragédie portée aux yeux de la Cour, il vit sa Gloire et le faste qui s'ensuivaient... Il faillit s'en pamer ! Il oubliait presque l'inachèvement de son Oeuvre.
C'est la Demoiselle qui le rappela une nouvelle fois à la Réalité :


Citation :
- Mon Dieu, monsieur, que s'est beau !

La joie éclaira le visage du jeune homme... Il était transporté vers les sphères célestes ! Il ne voyait plus que sa Comédienne, il n'entendait plus que sa voix.
Pourtant, l'esprit perfectionniste de Racine revint sur le devant de la Scène et il dit :


- Oui c'est beau... mais ce n'est pas encore magnifique ! Bien que vous embellisiez ces vers, la retenue vous empêche de faire voir au grand jour ce talent qui dort en vous !

L'Ecrivain voulait en effet pousser la jeune femme vers ses propres limites et enfin les lui faire franchir. Il continua donc à ignorer le monde qui gravitait autour de lui et en deux pas, il était monté sur la margelle de la fontaine !
C'est en équilibre sur le rebord, qu'il se mit dans la postion qu'il avait fait adopter à Desdemone un peu plus tôt. C'est donc le visage droit et l'oeil perçant, qu'il déclama une nouvelle fois ce passage de prédilection. Il laissa sa voix montrer tout l'ampleur des sentiments qu'éprouvait Hermione, ce personnage fatal et destructeur...
Il acheva et reportant son regard sur Desdemone qui se trouvait plus bas, il ajouta :


- Faites éclater votre fureur ! Fiez-vous à votre instinct... montrez-vous Comédienne et devenez la plus Majestueuse !

Le voyage ne s'arrêterait pas ici... Le chemin menait à Fontainebleau, devant le Roy ! L'Echec n'était donc pas envisageable !

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Desdemon
Invité



MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Lun Oct 03 2005, 11:43

Citation :
- Oui c'est beau... mais ce n'est pas encore magnifique ! Bien que vous embellisiez ces vers, la retenue vous empêche de faire voir au grand jour ce talent qui dort en vous !

Desdemone se sentait fièvreuse. Sa tête tournait, elle avait du mal à se tenir droite. Pourtant les mots de l'auteur la pénétraient et l'enveloppaient de tout leur sens. Jamais Desdemone ne s'était senti aussi sur d'elle, et pourtant Jean Racine avait raison, elle n'avait pas démontré l'ensemble de ses capacités.
Jean Racine était monté sur le rebord de la fontaine, au loin, Desdemone aperçut un agent de la garde se raprocher d'eux. Mais l'auteur n'y prenait guère attention, emporté par son oeuvre et son inspiration.

Citation :
Faites éclater votre fureur ! Fiez-vous à votre instinct... montrez-vous Comédienne et devenez la plus Majestueuse !

Desdemone se fit plus droite, plus fière, plus hautaine. Ses yeux brillaient d'excitation. Elle ouvrit la bouche pour prononcer de nouveaux les vers de Jean Racine :

Où suis-je ? Qu'ai-je fait ? Que dois-je faire encore ?
Quel transport me saisit ? Quel chagrin me dévore ?
Errante et sans dessein, je cours dans ce palais.
Ah ! Ne puis-je savoir si j'aime ou si je hais ?

La jeune fille chancela et descendit du rebord de la fontaine sur lequel elle s'assit. Elle leva la tête vers Jean Racine afin du quêter un quelconque compliment ou bien encore de la désaprobation. Desdemone avait donné beaucoup cette fois-ci mais pas encore tout ce qu'elle avait.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Lun Oct 03 2005, 14:37

Racine attendit, buvant les moindres mots de Desdemone afin de s'en imprégner et de graver cet instant dans sa mémoire et d'ainsi l'emporter toujours avec lui.
Il finit par applaudir, toujours perché sur le rebord de la fontaine, alors que la jeune femme, exténuée, se laissa choir à ses pieds...
L'Ecrivain allait complimenter sa Comédienne comme elle le méritait quand soudain il sentit qu'une main assez ferme se posait sur son épaule ! Il fit volte face et faillit pour ce peu tomber complètement dans l'eau et rejoindre les multiples jets qui s'envolaient de la sculpture centrale ! Il chancela et finit, en desespoir de cause par se rattraper à l'épaule de celui qui venait de le perturber dans son équilibre précaire...

Il s'aperçut qu'il posait alors la main sur l'épaule d'un membre de la police de Paris. Racine devint cramoisit, er retira vivement ses doigts alors fortement ancrés dans l'épaulette de l'homme de loi ! Il descendit rapidement de son perchoir et soutint quelque peu le regard inquisiteur de celui qui se trouvait en face de lui...
Il entendit alors l'avertissement prononcé d'une voix sèche :


- Savez-vous jeune homme que vous dérangez le calme de ce lieu et la tranquilité des passants ?

Le Dramaturge jeta un regard circulaire et vit, en effet, de nombreux visages mécontents dardant un regard assassin dans sa direction ! Il faut dire qu'il s'était laissé emporter dans son élan et qu'il avait déclamé un peu fort ! Ajoutons à cela la ferveur nouvelle et bienvenue de Desdemone !

Il prit le temps de rajuster ses manches et son col, et répondit avec bonhommie :


- Pardonnez Monsieur l'Agent, le bruit que j'ai pu faire... Mais je vous jure que de dissiper les braves promeneurs n'étaient pas mon intention. Que voulez-vous, un homme de Théâtre perd vite la notion de la vie en Société !

L'homme ne devait pas être bien à cheval sur la tenue des Parisiens et préféra oublier ce petit écart de la part de Jean... Peut être que finallement, ce personnage à l'allure rigide aimait les Arts ? Il répliqua :

- Vous faites du Théâtre ? Et bien soit ! Mais allez donc répéter ailleurs jeunes gens ! Il y a des Salles pour cela...

Racine ne se fit pas prier et entraîna sa Muse par le bras, vers une rue attenante à la place...

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Desdemon
Invité



MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Mer Oct 05 2005, 16:31

Alors que le garde avait saisi Jean Racine par l'épaule, ce dernier manqua de tomber dans la fontaine. Desdemone s'était élancée pour l'aider mais fort heureusement, le jeune homme s'était rattrapé à temps. La jeune fille ne pu retenir un soupir de soulagement. Son visage était légèrement plus pâle que quleques minutes auparavant.

Citation :
Savez-vous jeune homme que vous dérangez le calme de ce lieu et la tranquilité des passants ?

L'auteur entra alors en grand pour-parler avec l'homme de loi, répetant milles excuses. Ce dernier se laissa convaincre fort rapidement par le jeune homme, ce qui étonna quelques peu Desdemone.
"Nous avons beaucoup de chance..." ne put-elle s'empêcher de penser. En effet, si tous deux s'étaient retrouvés en face d'un agent beaucoup moins commode, ils se seraient attirés quelques ennuis.

Citation :
Vous faites du Théâtre ? Et bien soit ! Mais allez donc répéter ailleurs jeunes gens ! Il y a des Salles pour cela...

Desdemone, qui était restée pendant tout ce temps, à l'écart, remercia l'agent par un bref signe de tête et suivit Jean Racine dans une rue proche de la place de la fontaine. Cette rue était plus sombre. Les hauts immeubles masquaient le soleil. Desdemone avançait dans la rue aux côté de l'écrivain.

"Eh bien monsieur, nous pouvons nous estimer heureux d'avoir eu beaucoup de chance !"
Revenir en haut Aller en bas
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Jeu Oct 06 2005, 18:55

Racine était réellement de l’avis de la Demoiselle… Quelle bonheur d’être tombé sur un homme aussi compréhensif ! Au delà même de la compréhension qui était un don précieux, l’Ecrivain préférait échapper aux cellules humides de la Bastille !
D’un côté, il se serait laissé conduire sans éclat, car nous le connaissons bien maintenant, il aurait jugé cela comme une expérience inédite, enrichissant son imagination de quelques anecdotes drolesques !
Il respira tout de même plus librement : la peur qu’il avait eut, ce fut que Desdemone soit emmenée avec lui jusqu’au cachot ! Comment aurait-il pu se faire pardonner après l’avoir compromise de la sorte ?

Cette petite ruelle étroite et sombre plaisait au Dramaturge, elle était calme et aucun passant ne foulait le pavé à cet endroit… bref c’était une situation idéale pour faire connaissance avec la Comédienne.

Il répondit :


- Je ne sais pas si la Chance existe Mademoiselle mais il semblerait qu’elle m’accompagne beaucoup ces temps-ci …

Et ce-disant, il ne put s’empêcher de jeter un rapide coup d’œil à la magnifique chevelure ébène de la jeune femme : quelle somptueuse parure !

Comment allait-il lui faire comprendre maintenant qu’il ne souhaitait pas prendre congé d’elle ? Il ne pourrait souffrir de la voir s’en aller dans quelques endroits inaccessibles et pourtant, il ne pouvait continuer à la retenir ainsi ! Il essaya de commencer :


- Votre prestation de tout à l’heure était fort à mon goût… Il faudrait encore travailler, certes, mais vous avez du talent Mademoiselle Ruben, beaucoup de talent.

Il se remit alors à rêver qu’un tel talent puisse servir sa Tragédie bien plus qu’en l’inspirant : Elle était l'interprète qu'il fallait au personnage d'Hermione ! Quel projet merveilleux !! Il ne savait pourtant rien de Desdemone, mais il fallait absolument qu’elle demeure à ses côtés. Il joua donc le tout pour le tout, il n’aimait pas tourner autour du pot :

- Vous êtes Comédienne dites-vous ? Votre charisme prouve que vous l’êtes… Je suis Ecrivain, vous le savez, mais je ne vie que pour la Tragédie.

S’il continuait sur cette voie, il livrait une parcelle de son âme et en cela, il n’avait pas l’habitude… Il s’arrêta donc un moment, de parler et de marcher, déglutit lentement, retournant la situation en tous sens dans son esprit. Pouvait-il se dévoiler ? En valait-elle la peine ? L’âme était tout ce qui semblait inviolable pour le Dramaturge, peut être sa seule stabilité en ce Monde qu’il effaçait peu à peu afin de le colorer avec ses mots. Une phrase lui vint soudain en pensée : « La Tragédie n’admet aucune demie-mesure ; les sacrifices ne représentent pas grand chose vis à vis de l’Oeuvre de toute une vie ! » Cette phrase, il se la répétait souvent … Mais elle servait toujours d’alibi quant à la façon dont il traitait les gens, Jeanne par exemple. Tout était bon lorsqu’il s’agissait de son travail ! Et il était temps de donner un peu de soi. Racine s’y résolut :

- J’ai cherché toute ma vie une femme qui serait ma Muse, à la fois ma source d’inspiration et celle qui porterait ma pièce devant le Roy… Je crois que je l’ai trouvée…

L’Auteur avait laissé cette phrase dans un murmure, il ne parlait pourtant pas sous la contrainte ! Oh !Qu’il lui avait été difficile d’enfin prononcer à haute voix ce que lui soufflaient les méandres de son être… Racine venait de plonger dans ce précipice qui lui faisait encore peur quelques instants plus tôt, il espérait qu’elle viendrait avec lui. Car quoiqu’elle en pense, cet aveu mettait en danger tout l’équilibre mental de l'Ecrivain…

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Desdemon
Invité



MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Ven Oct 07 2005, 17:40

Citation :
- Votre prestation de tout à l’heure était fort à mon goût… Il faudrait encore travailler, certes, mais vous avez du talent Mademoiselle Ruben, beaucoup de talent.

A ces mots, Desdemone sourit de plaisir. Cela faisait fort longtemps qu'elle esperait entendre ces mots de la bouche de quelqu'un qui s'y connaissait en théâtre. Mais jusqu'à présent la jeune fille était restée effacée, toujours en retrait craignant quelques représailles de la part de Nina, comédienne principale de sa troupe.

Citation :
- Votre prestation de tout à l’heure était fort à mon goût… Il faudrait encore travailler, certes, mais vous avez du talent Mademoiselle Ruben, beaucoup de talent.

Desdemone acquiesa tout en restant silencieuse. Ses joues prirent une légère couleur rosée qui lui allait très bien. La jeune fille se sentit flotté.
"Ses mots....Cela faisait tellement longtemps que je les attendais !" se dit-elle. Cette sensation lui était agréable, même très agréable. La jeune fille sentit naître une légère chaleur au creu de ses entrailles.

Citation :
- Vous êtes Comédienne dites-vous ? Votre charisme prouve que vous l’êtes… Je suis Ecrivain, vous le savez, mais je ne vie que pour la Tragédie.

Desdemone ne répondit pas, elle attendait. Les paroles de Jean Racine l'intrigaient.

Citation :
J’ai cherché toute ma vie une femme qui serait ma Muse, à la fois ma source d’inspiration et celle qui porterait ma pièce devant le Roy… Je crois que je l’ai trouvée

"Vous voulez dire...?" interrogea Desdemone. "Vous pensez que je pourrez vous aider ?"

Les mots se perdaient au bord des lèvres de la jeune femme alors que les idées se noyées dans son esprit. Ses joues avaient désormais pris une teinte rouge brique alors que l'excitation et la peur se mêlaient et se disputaient le coeur de Desdemone.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Sam Oct 08 2005, 12:27

Citation :
Vous voulez dire... Vous pensez que je pourrai vous aider ?

Racine tourna vivement la tête vers Desdemone afin de lire sur son visage... Ses joues montraient une certaine gêne, tandis que ses yeux reflétaient un soupçon de crainte, le tout formant une sorte de trame attirant de manière irrésistible l'Ecrivain !
Il lui lança donc un regard qui signifiait une immense gratitude, les mots vinrent l'accompagner :


- Mais vous êtes la seule qui peux m'aider dans cette grande aventure...

Pour la première fois il ne tentait pas de manipuler son interlocutrice pour la convaincre, il voulait qu'elle soit consciente de ce qui l'attendait et que surtout, elle s'engage de son plein gré. Elle était trop précieuse pour qu'il lui fasse miroiter une vie de rêve pleine d'apparences trompeuses... car il ne voulait aucun miroir entre lui et sa Muse : il cherchait un lien, une émulation commune qui entrainerait la construction d'une Oeuvre dont il pourrait être fière !

Ses pupilles restaient brûlantes, il finit par baisser les yeux afin de s'éloigner d'une conduite indescente : cela ne lui ressemblait guère... Il désirait tellement cette femme, et à la fois, il l'élevait si haut dans son Esprit qu'elle représentait exactement le conflit intérieur qui habitait le Dramaturge !

Comment savoir ce qui s'ensuivit exactement dans l'âme du jeune homme pour que le désir soit plus fort que l'idôlatrie ? Toujours est-il qu'il fit quelques pas afin de se placer derrière la Demoiselle et posant une de ses mains sur sa fine taille, il murmura à son oreille :


- Je ne ne demande qu'à vous voir évoluer à la lisière de mon oeil Mademoiselle, qu'à vous entendre jouer à portée de mon oreille...

Il reposa un moment son front contre l'épaule de Desdemone et finit par relâcher son étreinte...
Cette attitude était plus qu'osée ! Pourtant, aucune rougeur ne vint souligner l'ossature du visage de Racine : une simple lueur vint habiter son regard... De la béatitude il avait évolué à la possession. Cette femme lui appartiendrait, cette lueur carnassière en était la preuve.

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Desdemon
Invité



MessageSujet: Re: Le juste milieu...   Sam Oct 08 2005, 16:26

Desdemone tresaillit. Jean Racine la tenait par la taille. Sa tête tournait, ses joues étaient encore plus rouge qu'au paravant et son coeur battait la chamade. Elle aurait aimé le repousser, et même le giffler mais ses forces semblaient la quitter, la laissant defaillante entre les bras du poète. La jeune fille sentait le souffle chaud de Jean Racine dans son coup. Il lui murmura à l'oreille :

Citation :
- Je ne ne demande qu'à vous voir évoluer à la lisière de mon oeil Mademoiselle, qu'à vous entendre jouer à portée de mon oreille...

Desdemone ferma les yeux, bercée par le son de la voix qui portait à son oreille des paroles qu'elle receuillait tel un trésor...Jean Racine deserra son étreinte. Desdemone reprit pieds dans la réalité et, brusquement, s'écarta du poète. Elle lui tournait le dos, n'osant pas le regarder tant qu'elle n'aurait pas reprit contenance. Qu'avait-elle à perdre après tout...sinon à se perdre elle-même ?

La jeune fille fit face à Jean Racine.


"D'accord..." murmura-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le juste milieu...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le juste milieu...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Suzy ~ « La fierté a rarement un juste milieu, on en a trop ou pas assez. » [TOXIC]
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Début de soirée en milieu hostile ...
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: