1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La dépendance de Racine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: La dépendance de Racine   Lun Juil 04 2005, 08:08

Racine arriva hors d'haleine tellement il avait poussé son cheval au plein galop. Il aimait sentir le vent sur son visage et la nuit l'entourer comme un manteau soyeux.
Il vit alors le Manoir, les lumières étaient éteintes. Cela n'était pas étrange, il était tard !

Racine tâta la missive qu'il avait dans sa poche. Casachris Cabellion lui avait fait porté la présente lettre afin de l'inviter à demeurer près du Manoir lors de ses séjours à Paris. Le jeune homme lui en était fort reconnaissant car il n'aimait pas loger trop près de la cour. De plus, le manoir semblait hors du temps dans son coin de campagne reculé de la ville.

Il s'orienta facilement, ayant déjà logé ici autrefois... Cabellion était, en effet, un ami sur lequel l'écrivain pouvait compter.
Il arriva en face de la porte de la dépendance, très luxueuse cependant et permettant plus d'intimité qu'un logement dans le manoir directement. Cela avait étonné Casachris lorsque Racine avait fait la demande la première fois de s'installer ici plutôt que dans la demeure principale.
Le maître de maison n'avait pas émis de protestation, connaissant les goûts étranges de son hôte !

Il entra, il possédait une clé.
Alors, encore tout chamboulé des événements de la soirée, il s'endormit et sombra dans des songes mouvementés.

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Lun Juil 04 2005, 18:49

Le matin venait déjà frapper à la porte... Les doux rayons du soleil caressaient la joue de Racine qui se réveillait progressivement...

Ce matin semblable à celui qui accompagnait le jeune homme lors de son retour à Paris en 1662, lui rappela son entrée à Fontainebleau.

Racine sourit. Pour tout dire, désireux de fréquenter la cour à son arrivée et aidé par la réputation de son Ode à la convalescence du Roi, il avait alors rencontré Saint Aignan.
Le gentilhomme lui avait ainsi avoué être touché par la plume de l'écrivain et avait prononcé ces paroles :


Citation :
Vous voilà mon ami, détenteur de mon entière approbation en ce qui concerne vos allés et venues au chateau. Je sais que vous en ferez bon usage et que vous viendrez trouver à Fontainebleau l'inspiration que votre esprit exige... Mon nom vous ouvrira bon nombre de portes !

Racine était toujours extrêmement reconnaissant envers le Comte. Il le considérait d'ailleurs comme le père qu'il n'avait pas eu la chance d'avoir.
Ce souvenir lui étant fort agréable, il décida d'aller dès aujourd'hui à Paris. Peut être que ce jour serait marqué par la naissance d'une grande tragédie ! Qui sait ?

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Lun Juil 04 2005, 21:02

( Manoir de Cabellion)

Cabellion frappa à sa porte. On venait juste de l'avertir de son retour à Paris. Il avait hate de revoir son ami qu'il admirait. La porte s'ouvrit et il vit le grand dramaturge surpris de le voir. Casachris s'approcha et l'etreignit puis il le relacha.

" Mon ami, comme cela fait plaisir de vous revoir. On se demandait tous où vous étiez passé. Tout ce temps. Enfin vous etes là. Alors comment s'est passé votre voyage?"

Il savait que son language était un peu rustre à coté d'un homme comme Racine. Mais il révélait avec sincérité ses sentiments.


Dernière édition par le Mar Aoû 09 2005, 18:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Lun Juil 04 2005, 21:19

Racine fut d'abord surpris de voir Casachris rentrer et l'étraindre si vite ! Mais il fut aussi ravi que lui de ces retrouvailles !
Il n'avait pas changé, toujours aussi avide et curieux... Tant mieux, Racine aimait beaucoup se confier à Casachris.

Il rit et lui répondit :


"Vous voir me met déjà en joie à cette heure matinale. Vous seriez venu après que je serai déjà reparti pour Paris !"

Il marqua une pause et repris :

"J'avoue que ce petit séjour à Port-Royal m'a fait beaucoup de bien... L'éloignement m'était nécessaire ! Mais bon, je suis revenu ici dans le but de n'en plus bouger durant un moment !"

Il regarda son ami de haut en bas puis son visage. Il avait l'air un peu fatigué et excité à la fois. De grandes choses devaient se passer dans sa vie en ce moment, Racine n'en doutait point. Casachris se passionnait depuis longtemps de politique mais il en avait peu parlé ces derniers temps ...

"Et votre Soeur ? Se porte-t-elle bien ?"

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Lun Juil 04 2005, 21:28

Citation :
Et votre Soeur ? Se porte-t-elle bien ?

"Bah ma foi oui. Elle va tres bien. C'est vrai que cela lui change de son champs et de sa ferme. Mais bon elle commence à s'y faire. Elle part en ville faire ses emplettes. J'espere seulement qu'elle va pas me mettre sur la paille. Il fit un petit rire. Dire qu'en un rien de temps elle s'est déjà achetée une trentaine de robe. Sans compter les bijoux, la dentelle... Ah les femmes de nos jours."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Lun Juil 04 2005, 21:35

Racine ne put s'empêcher de rire avec son ami. Il imaginait très bien Mademoiselle Cabellion revenant avec son domestique, les bras chargés de paquets d'où s'échappaient moults frous-frous !

Citation :
Ah les femmes de nos jours !

Racine répondit :

"Que voulez-vous, mon ami, nous ne pouvons pas leur en vouloir de revêtir de belles robes et de s'apprêter telles de belles princesses ! Et tout cela, pour le plaisir de nos yeux émerveillés !"

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Lun Juil 04 2005, 21:56

"Enfin je suis aussi ici pour vous dire que je m'en vais. Ne vous inquietez pas juste 3 semaines. C'est quand meme bien la peine. Je dois partir le jour de votre retour. Enfin vous m'excuserez mais les affaires. Je devais faire un point sur le commerce des pays voisins. Et donc je me ferais une petite pause, loin des collines de feuilles. Je vous laisserez seul avec ma soeur. Vous apprendrez ainsi à la connaitre."

En effet Cabellion lui avait parler de sa soeur comment il l'avait decouverte et tout cela. Mais ce n'était que dans des lettres. Racine ne l'avait pour ainsi dire jamais vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Lun Juil 04 2005, 22:12

Racine fut attristé par la nouvelle du départ de Casachris... Il dit :

"J'accepte volontier de connaître votre Soeur. Nous aurons sûrement l'occasion de nous croiser même si je sens que mes allées et venues entre Paris et la campagne vont être incessantes !"

Alors il donna l'accolade à son ami. Il avait eut tellement envi de le revoir et ce fut si bref. Enfin, Casachris prétendait que des affaires l'éloignaient mais Racine supposait que 'ces affaires' étaient plus importantes que le commerce habituel du bourgeois...

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Cabellion
Epicurien
avatar

Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Mar Juil 05 2005, 08:16

(HJ Tres bien deviner, il a de la cervelle ce petit. Comparer à certains floodeurs demon lool )

Cabellion dut s'en aller son carosse était fin pret. Son départ imminent.

"Je vous souhaite donc un agreable moment en compagnie de mes amis et à la prochaine."

Puis Casachris s'en retourna et monta dans sa voiture qui l'emmenera pour un tres long voyage.

( Manoir de Cabellion)


Dernière édition par le Mar Aoû 09 2005, 18:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Mar Juil 05 2005, 08:38

Racine regarda s'éloigner le carosse dans l'allée principale. Il soulevait un incroyable nuage de poussière !
Il attendit qu'elle se soit dissipée et referma la porte. Il commit l'erreur de s'allonger une nouvelle fois sur le lit et il s'assoupit...

Quand il se réveilla, la mâtinée était déjà avancée.

Il se regarda dans le miroir : il n'avait pas vraiment fière allure... Il avait les cheveux en bataille et s'étant couché tout habillé, ses vêtements semblaient avoir été piétinés par les sabots d'un cheval !!
Il prit donc un autre habit dans son coffre de voyage : Une paire de bas de soie, un pantalon de velour, une chemise ample et un pourpoint. Il remit les hautes bottes et la cape qu'il portaient la veille...

Voilà, il était fin prêt pour son départ à Paris. Il fit sceller son cheval et grimpant en croupe, l'éperonna afin de la lancer au galop.


La suite : L'attirail du parfait écrivain

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Jeu Aoû 04 2005, 11:08

Racine rentrait tard une nouvelle fois. Le chemin du centre de Paris à la résidence de son ami Cabellion était très long. Il était de nouveau harassé et n'aurait pas détesté une bonne nuit de sommeil. Seulement l'heure n'était pas à la feignantise, car l'écrivain devait se mettre au travail !

Il n'avait pas encore pris le temps de commencer, malgré ses promesses faites à Saint-Aignan ! Ceci dit, il avait rencontré Jeanne Léonois et il en avait fait une bourgeoise. Il croisait les doigts pour le reste de cette aventure tout droit sortie de son imaginaire : comment allait-elle réagir au contact direct des Courtisans demain matin ?

Il laissa de côté ses craintes pour l'instant, sortant de sa petite sacoche de cuir, sa plume, son encre et ses feuilles de papier.
Il n'avait même pas encore le titre de son oeuvre ? Il opta pour la simplicité et vu que son actrice principale serait la jeune demoiselle, il écrivit en haut "Jeanne".
Il plaça ensuite le contexte et les autres personnages... Une histoire basée sur le mensonge le plus odieux : se faire passer pour ce que l'on est pas ! Racine en était persuadé il ne pourrait y avoir que la mort à la fin... Mais celle de qui ? De la menteuse ou de l'instigateur ?

Cela ne lui faisait ni chaud ni froid de mettre en réel danger la jeune femme qui ne demandait que le bonheur. Car il faudrait à un moment ou à un autre qu'elle retourne à sa condition de paysanne ! Comment le prendrait-elle ?
De plus, elle n'était pas habituée à la Cour et semblait avoir un caractère fragile ! Comment survivrait-elle à la cruauté des nobles ?

Racine avait hâte d'être à demain. Il devrait veiller sur elle et surtout s'assurer que tout se déroule comme prévu ! Il regarda la flamme vacillante de la bougie qui reposait sur sa tablette de travail : il y vit le destin de sa protégée... un destin incertain prêt à s'éteindre à tout moment ! Mais n'en était-il pas de même pour le destin du dramaturge ?

Il finit par s'écrouler de sommeil, délaissant l'écriture qu'il avait déjà nettement amorcée. Demain serait un grand jour !


La suite : L'instant de Vérité ...

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Mer Avr 12 2006, 22:04

Retour, Folie et Oubli...


- Monsieur... Monsieur Racine ! Réveillez-vous enfin !

Le dénommé Jean Racine ouvrit difficilement les yeux. Ses paupières semblaient peser des tonnes ! Il se trouvait dans une voiture de coche. La portière était ouverte sur le visage du conducteur, où on pouvait lire de l'anxiété et une once de mécontentement.
L'Ecrivain regarda de part et d'autre puis fronça les sourcils. Il arrêta instantanément lorsqu'il vit que ce simple mouvement réveillait un mal de tête si puissant qu'il fit rouler quelques larmes sur le visage du jeune homme.
Le cocher continuait :


- Vous vous sentez bien Monsieur ?

Racine resta agard, les prunelles dans le vague puis sembla revenir un instant à lui. Il murmura d'une petite voix enrouée :

- Où suis-je ?

Son interlocuteur le dévisagea de longues secondes et marmonna :

- Ah ! Ca pour sûr l'infirmière en chef m'avait prévenue de votre état ! Mais je savais pas que ç'en était rendu à ce point !
Vous êtes à l'Arbre de Provence, dans la campagne parisienne Monsieur Racine.


Cette information ne sembla pas sortir le Dramaturge de sa perplexité. L'Arbre de Provence ? Jamais entendu parler ! Pourquoi se trouvait-il ici et pas à Port-Royal ? Sa tante allait s'inquiéter...

- Pourquoi m'avez-vous amené ici ?

Le cocher fit un effort supplémentaire, et répondit sans perdre son calme, comme on explique à un enfant :

- Vous ne le savez pas ? Vous avez eu un accident Monsieur. Renversé en pleine ville par un carosse, devant l'Auberge ! Vous avez déliré durant des mois entiers à l'Hôtel-Dieu... Tout ce qu'on a pu comprendre c'est Arbre de Provence, Cabellion, Saint-Aignan, Tragédie et... Desdemone...

Racine était toujours immobile, assis sur la banquette. Il ne semblait pas décidé à bouger... Saint-Aignan ? C'était le nom d'une Ville ? Desdemone ? Cabellion ? Le seul mot qui avait un sens était Tragédie ! Il parla pour lui même :

- Je dois rentrer à Port-Royal. Ma famille va s'inquiéter. Et je n'ai pas fini mon Ode à la Convalescence du Roy !!

L'homme haussa les épaules, impuissant :

- Moi, l'infirmière m'a dit de vous porter là. Allez descendez maintenant...

Curieusement, Jean n'opposa pas de résistance et sortit du coche. On ne lui donna pas de bagage, même pas une lettre... Il regarda l'attelage s'éloigner et resta là, sur le bord du chemin, les bras le long du corps. Il ne serait jamais accepté à la Cour s'il ne terminait pas son Ode ! Il se désespéra et dit, tout fort :

- Mais comment je rentre à Paris moi ?

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Mar Avr 18 2006, 08:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Lun Avr 17 2006, 12:01

Racine tournait inlassablement, soulevant des nuages de terre poussièreuse avec ses pieds tout en marmonnant :

- J'ai un travail à finir, j'ai un travail à finir... Ma Tante va s'inquiéter et Marguerite qui m'attend pour la ramener du Marché ! Et puis, il faut que je rentre à Paris. Comment je vais faire sans cheval ? A pieds ? Impossible !

Il soupira pour la quatorzième fois et laissa retomber ses bras le long de son corps dans un claquement tout en fronçant les sourcils, l'air vraiment mal-aimable :

- Mais qu'est ce que je fais là ?!!

Il regarda le paysage alentour comme s'il allait soudain être frappé d'une illumination mais c'était un fait : il ne connaissait pas cette propriété... Certes, ce Manoir qui se profilait à l'horizon, derrière les quelques arbres clairsemés et ces dépendances, c'était magnifique. Mais... Inconnu tout de même !
L'Ecrivain songea un instant à aller frapper à la porte de l'imposante bâtisse mais il n'osa pas. Il ne pouvait pas se montrer chez des gens qui ne l'attendaient pas -il se regarda- dans cette tenue qui plus est !
Il leva les yeux au ciel : peut-être qu'un message divin allait lui tomber dessus avec un peu de chance !

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Ven Avr 21 2006, 23:14

-hem... monsieur?

Adrien avait posé solidement sa main sur l'épaule de Racine, avant qu'il ne refasse un tour sur lui-même, ou plutôt : l'empêchant de refaire un tour. Apparemment, le dramaturge ne l'avait pas vu arriver. D'ailleurs, Chastignac n'avait pas pu être certain, à cause de cette lumière traîtresse, chaude mais traîtresse, que ce n'était pas Cabellion jusqu'a se trouver quasiment nez à nez avec lui. Enfin... nez à dos.

-Je peux vous aider?

Le pauvre... oui, il paraissait avoir en effet besoin d'aide. Les bras ballant, la démarche incertaine, Chastignac voyait Racine comme un homme dénué de tout sens de l'orientation....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Ven Avr 21 2006, 23:25

Racine sentit qu'une main se posait sur son épaule, un peu trop fermement à son goût. Ne s'y attendant pas, il fit volte-face et dévisagea un instant celui qui venait de lui proposer son aide. C'était un homme de haute stature au visage gracieux. Une lueur malicieuse éclairait ses yeux. L'Ecrivain pencha légèrement la tête sur le côté avant de statuer : cet homme lui était parfaitement inconnu, comme le reste du paysage d'ailleurs. Il n'en fit pas moins un sourire, léger et répondit :

- Oui, je crois que vous pouvez m'aider...

Il avala sa salive, hydratant sa gorge sèche d'avoir trop respiré la poussière du chemin et continua :

- Vous êtes le maître des lieux ? Parce que figurez-vous qu'on m'a déposé là et je ne sais absolument pas pourquoi !

Il haussa les épaules, montrant le désarroi dans lequel il était plongé depuis tout à l'heure...

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Sam Avr 22 2006, 10:15

Chastignac se sentit d'un coup très mal à l'aise : Racine bondit comme une biche pour se retrouver face à lui et le comte retira vivement sa main... avait-il fait quelque chose de mal?
De mal, peut-être pas, mais d'inattendu, sans doute. Racine le dévisageait en effet d'une manière presque indiscrète, son regard se promenant de haut... en bas... en haut...
Après un regard qui semblait refléter de la déception, le jeune homme repris d'une voix chantante :


Citation :
- Oui, je crois que vous pouvez m'aider...

Adrien _ mi-figue, mi-cochon [Hrp : lolll] _ leva un sourcil et attendit le verdict avant de battre des mains tout heureux.

En effet, après avoir repris son souffle, l'homme perdu se mis à parler à une vitesse incroyable... Adrien mit un peu de temps à comprendre ce qu'il disait et parut interdit encore quelques secondes une fois le silence revenu. Enfin, une petite lueur d'intelligence illumina ses yeux: Il avait réorganisé cette foule de mots de façon logique dans sa tête.


-Non je ne suis pas le maître des lieux... il est malheureusement absent. Mais voyez-vous, il m'offre généreusement l'hospitalité et j'ose à présent appeler cette demeure la mienne...

Il désigna du grand geste de la main cette maison de style méditerranéen qui surplombait tout.
Pendant que Racine suivait cette main du regard, Chastignac, lui, dévisageait l'égaré. Quel étrange impression de déjà vu! Surtout cette voix, cette rapidité... ce regard d'enfant...
Il l'avait forcément déjà croisé quelque part.


-Excusez-moi monsieur mais... qui êtes vous?

_________________


Dernière édition par le Sam Avr 22 2006, 19:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Sam Avr 22 2006, 12:19

Racine gardait ce sourire innocent imprimé sur ses lèvres comme s'il ne pouvait pas s'en défaire. Il faut dire que pour lui, il s'agissait là simplement d'une conversation polie avec un inconnu qui était fort aimable au demeurant. En vérité, il se demandait vraiment ce qui lui arrivait. Que faisait-il donc là au milieu des fourrets avec cet homme alors qu'il aurait du être chez lui, à Port-Royal, en train de terminer cette Ode qu'il avait en projet depuis des semaines déjà !

Il fit une petite moue lorsque son interlocuteur se présenta comme simple invité de la maison. Il ne pourrait pas l'aider, c'était certain ! Et puis d'ailleurs qui le pourrait ici ? Accepterait-on de lui prêter un cheval alors qu'il n'était ni attendu, ni recommandé ? Il jeta un dernier regard furtif vers la demeure quand l'inconnu la désigna d'un geste évasif.
Il se demanda comment on pouvait avoir la présomption d'appeler une maison la sienne alors que le généreux maître vous offrait l'hospitalité... Mais il passa rapidement sur ce détail lorsqu'il sentit le regard de l'homme sur lui. Pourquoi le dévisageait-il ainsi ??

L'Ecrivain eut un léger froncement de sourcil avant de répondre :


- Je me nomme Jean Racine et vous ?

Il se fichait vraiment des formules de politesse sur lesquelles il était passé. On était loin de Paris ici et puis il n'allait quand même pas en faire trop avec les campagnards ! (Mdrrr !) Il commençait à être légèrement agacé de sa situation. Pourquoi se fichait-il toujours dans ce genre d'ennuis ? Il reprit, toujours en laissant sortir rapidement les mots de sa bouche comme s'il ne pouvait s'attarder trop longtemps. En réalité, c'était plutôt le fait que son esprit soit en permanente ébullition, l'obligeant à la fois à suivre la conversation et le fil de ses idées...

- Bon et bien, je ne sais si vous pourrez réellement m'aider... A moins que vous ayez un cheval à me remettre. Voyez-vous je dois absolument rentrer à Paris...

Il continua comme pour lui même :

- Si je ne finis pas cette Ode rapidement, elle ne me sera plus d'aucune utilité... Le Roi ne va pas rester en convalescence "Ad Vitam Aeternam" !

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Dim Avr 23 2006, 22:50

Adrien était assez déstabilisé : Racine, après l’avoir minutieusement observé, se désintéressait complètement de lui, le jaugeant d’un air méprisant lorsqu’il lui demanda son nom .
Eh quoi ! Parce qu’il n’était pas maître du logis, il n’avait pas droit au respect ? Non pas qu’on lui manque vraiment de respect… non… il était simplement devenu invisible.

La tête mobile, comme celle d’une chouette, du dramaturge fit le tour du propriétaire, puis ses yeux semblèrent s’égarer dans le labyrinthe de ses pensées.


« Jean Racine et vous ? »

C’était franc, un peu trop franc pour un gentilhomme, montrant bien tout le mépris, ou le peu de considération que le poète attachait à sa personne. Cependant, Chastignac n’y prêta pas attention. Curieux, pour un homme si pointilleux de son honneur.
Il battait son index spasmodiquement sur ses lèvres, comme si ce qu’il cherchait restait accroché à sa langue et que de battre ainsi nerveusement la mesure libérerait ce… souvenir. Mais oui ! Il l’avait déjà vu, plusieurs fois même, et son nom était déjà sorti de la bouche de Saint-Aignan. Racine… Ce fils prodigue, cet enfant gâté dont Chastignac n’avait jamais pu être jaloux… Leur protecteur ne les traitait point de la même manière cependant, mais l’idée d’envier la condition d’un poète n’avait jamais effleurer l’esprit du comte.

Alors celui-ci, tout heureux de sa (re)découverte, se présenta à Racine avec le sourire, le sourire de l’espoir presque aboutit d’être reconnu :


-Comte Adrien de Chastignac !

Mais la phrase nominale du comte ne fit pas l’effet escompté, et Jean le regarda sans comprendre…

Déçu comme on ne pourrait pas le décrire, Chastignac ne baissa les bras : c’était indigne de son nom !


-Fontainebleau… Vous-vous souvenez ? Saint-Aignan ! Notre ami commun ! La bataille dans les bois… ?

Non décidément, Racine n’en avait cure… il poursuivit, semblant ne s’être pas aperçut qu’il avait été interrompu.

« Bon et bien, je ne sais si vous pourrez réellement m'aider... A moins que vous ayez un cheval à me remettre. Voyez-vous je dois absolument rentrer à Paris... »

Adrien était trop interloqué pour se fâcher réellement, mais sûrement aurait-il fini par le devenir si son comparse ne lui en avait laissé le temps:

« Si je ne finis pas cette Ode rapidement, elle ne me sera plus d'aucune utilité... Le Roi ne va pas rester en convalescence "Ad Vitam Aeternam" ! »

Chastignac n’y comprenait plus rien… Quelle ode ? Quelle convalescence ?

-Quoi ? Mais… que ? Le Roy se porte à merveilles ! Enfin, aux dernières nouvelles…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Dim Avr 23 2006, 23:12

Adrien de Chastignac ? Un comte ? Racine se mordit la lèvre, un peu piteux d'avoir parlé si abruptement à une personne d'un plus haut rang que lui. Il balbutia, légèrement désarçonné :

- Oh... Heu... Je... C'est un honneur Monsieur le Comte.

Mais Adrien sembla tout entier à son récit. Il lui parla de Fontainebleau, de Saint-Aignan (Encore ce nom de Ville !) et d'une bataille dans les bois ! L'Ecrivain demeura un instant interloqué, les yeux légèrement écarquillés :

- Mais je ne suis jamais allé à Fontainebleau... Lâcha-t-il dans un murmure.

Il dévisagea encore un moment le Comte qui avait pourtant l'air sûr de ce qu'il avançait :

- J'avoue Monsieur que vous me plongez dans l'embarras. Etes-vous certain de ne pas me confondre avec quelqu'un d'autre ?

Le jeune homme laissa cette reflexion en suspens, tout en faisait un effort supplémentaire pour se rappeler de quelque chose. Mais rien n'y faisait ! Il n'avait jamais été introduit à la Cour du Roy ! Il ne l'aurait quand même pas oublié ça !
Alors, la dernière phrase de son interlocuteur sembla projeter toutes les foudres de Jupiter sur Racine. Il pâlit -encore plus que de raison !- et resta pétrifié sur place, les yeux ouverts sur une impression d'horreur :


- Comment ?

Sa voix se brisa sur ce mot aussi bien qu'une vaguelette sur les récifs et il secoua la tête -ne se rappelant plus que ce mouvement ravivait sa migraine- impuissant devant la dure fatalité :

- Le Roy n'est plus malade ? Mais c'est affreux !

Il mit ses deux mains devant sa bouche comme pour illustrer son propos. Il tenta, dans un ultime élan d'éspoir :

- Vous êtes sûr ??

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Lun Avr 24 2006, 00:20

Etrange… de méprisant, Racine passait à penaud… puis dérouté. Que se passait-il ? Il bafouilla ce qui ressemblait vaguement à des excuses dissimulées, tandis Chastignac, pensif, les yeux plissés, continuait d’étudier sans comprendre la manière d'agir du dramaturge.
Qu’est ce que Saint-Aignan avait bien pu trouver à cet hurluberlu ?


« Mais je ne suis jamais allé à Fontainebleau »

Bah voyons… et Chastignac était le successeur direct de Charles-quint. Il avait d’ailleurs dans l’idée d’aller réclamer le trône espagnol dès le lendemain. Trône qui lui avait été usurpé par quelques immondes fourberies qui rendaient l’actuel Roi D’Espagne légitime aux yeux de tous.

-Je n’ai cependant pas la berlue ! Je vous y ai vu !

Mais la fin de la phrase « nous avons même fort causé » fut avalée dans une moue incrédule : non, non, décidément, Racine se refusait à le reconnaître.
Chastignac n’en était pas particulièrement vexé, c’était surtout le fait que le dramaturge avait une note si convaincante dans la voix ! Plus pour se persuader lui-même qu’il n’avait point rêvé, ainsi que pour la joie qu’on reconnaisse qu’il disait vrai, le comte ne cesserait donc point ses gesticulations.
L’autre lui, ne cesserait de cligner des yeux sans comprendre, l’air ahuri.


« J'avoue Monsieur que vous me plongez dans l'embarras. Etes-vous certain de ne pas me confondre avec quelqu'un d'autre ? »

Adrien soupira, agacé. Cela ne servirait donc à rien ? Raah... quelle rage l’animait dans l’instant ! Il avait une furieuse envie de secouer le poète pour lui faire entendre raison.

-Non, non ! Il n’y a pas trente-six mille Jean Racine à Paris !

« Le Roy n'est plus malade ? Mais c'est affreux ! »

Le front de Chastignac se dérida et celui-ci stoppa toute réflexion sur la manière la plus cruelle et la plus lente d’achever Jean.
Il y avait un tel accent de vrai dans ces mots, que ça stupéfia plus le comte que ça ne le choqua. Le pire, c’est que Racine ne s’apercevait pas de ce qu’il disait, et persévérait à débiter des sottises plus que compromettantes:


« Vous êtes sûr ?? »

Adrien ne répondit pas. Il observa Racine encore une fois, plus longuement, à la recherche d’une trace de trépanation quelconque. Ah...tiens, non, on ne lui avait pas retiré de bout de son cerveau…

-Monsieur Racine je… euh… en quelle année sommes-nous ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Lun Avr 24 2006, 00:57

Mais pourquoi cet homme voulait-il absolument l'avoir vu à Fontainebleau ? Il commençait à l'agacer à la fin ! Et puis il perdait du temps ! Maintenant que le Roy n'était plus malade, il fallait qu'il change le sujet de son Ode ! Qu'allait-il bien pouvoir trouver ? Il marmonna :

- Une célébration à la Grandeur de Sa Majesté devrait suffire...

Oui il fallait absolument qu'il se presse d'obtenir les faveurs du Souverain afin qu'il soit appelé à la Cour. Ce n'est que cette pensée qui le ramena sur Terre, avec Adrien de Chastignac qui continuait à soutenir le fait qu'il s'était trouvé en sa présence au Château.
Le Dramaturge répondit, sèchement :


- Et bien peut-être que quelqu'un s'est fait passer pour moi ! Qu'en sais-je ? Mais si je vous dis que je ne suis jamais allé à Fontainebleau, c'est la vérité !

Là ! Ca suffit maintenant !
Racine eut une petit battement de cils nerveux tandis que le changement de physionomie de son interlocuteur lui échappait. Quoi encore ? Pressons, pressons...
En attendant que l'homme se décide à lui révéler la cause de ce soudain revirement d'attitude, le Lettré commença à composer quelques vers dans sa tête.

Ô Astre Solaire qui réchauffe le Monde
Qui porte tes rayons sur la Terre féconde
Attire les regards de ton peuple endormi
Caresse leur corps de ta Sagesse infinie

Cette inspiration fut interrompue par la dernière question du Comte. Racine haussa un sourcil et répliqua, sans plus attendre, impatient de retourner à sa composition spirituelle :


- En 1662, bien sûr !

Puis, se désintéressant bien vite du sujet, il se demanda quand est-ce qu'il aurait le loisir de rentrer chez lui !

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Lun Avr 24 2006, 17:10

Voilà ! A présent Chastignac avait l’impression d’importuner Jean dans ses réflexions métaphysiques. Adrien aussi, avait été agacé. A présent il était… troublé.

Jean allait lui échapper, il semblait en effet tellement à bout de sa patience qu’il fit un mouvement que Chastignac pris pour celui du départ. Il ne fallait surtout pas ! Mais un gros soupir de Racine le rassura : il restait. Exaspéré, mais il restait.

A la question du comte, Racine répondit du tac au tac, comme une évidence, pensant peut-être qu’Adrien était un fou :


« En 1662, bien sûr ! »

Apres quelques secondes où son visage se figea dans une expression de surprise indéfinissable, le comte se frappa dans les mains en riant. Il n’aurait jamais pensé son hypothèse valable, et cependant, cependant, il avait eu raison ! Depuis le début !

Jean ne devait rien y comprendre, et Adrien, maladroitement, le coupa avant qu’il ne puisse ouvrir la bouche :


-Mon cher, je crains que vous n’ayez perdu la mémoire ! Nous sommes en octobre 1663 !

Un sourire triomphant sur les lèvres, Chastignac ignorait ce que cette révélation pouvait causer à un amnésique, mais surtout à un amnésique de la trempe de Racine…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 31
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Lun Avr 24 2006, 17:30

Racine se figea et ce ne fut pas la stupeur qui se peignit sur son visage comme lorsqu'Adrien lui avait annoncé la bonne santé du Roy. Non, c'était une sorte d'arrêt sur image. Le Dramaturge était pétrifié, incapable d'articuler le moindre mot. Même son cerveau semblait s'être tout à fait engourdi. Le Comte venait de statufier le jeune homme aussi sûrement que s'il l'avait plongé dans du bronze !

Puis, une autre réaction se fit pressentir, plus brutale, plus sournoise aussi. La migraine le frappa à nouveau et il s'étrangla dans un gémissement tellement ce mal était puissant. Il ne sut pourquoi il n'avait pas vacillé sur le coup, mais il ne sentait plus ses jambes et surtout, pire que cet état physique, il crut devenir fou ! La Terre sembla s'ouvrir sur un trou béant et l'avaler. C'était certain, jamais il ne sortirait de là s'il tombait. Il resta de long moment à scruter le sol, tout entier à cette hallucination, une expression de dégoût sur le visage.

Enfin, les yeux brillant étrangement, Racine tourna lentement sa tête vers Chastignac et lui dit, d'une voix qui ne lui appartenait pas :


- Qu'avez-vous dit ?

Pourtant, de manière abyssalle, l'effroyable date s'épendait dans l'esprit de Racine. D'ailleurs, il pensa un instant avoir atterri dans un Monde où la seule phrase, pensée, ligne était réduite à "Octobre 1663". Tel un pantin, le jeune homme répéta :

- Octobre 1663, octobre 1663, octobre 1663, octobre 1663...

Une chose était certaine, la révélation trop brutale d'Adrien venait de plonger l'Ecrivain dans une espèce de transe.
La lumière s'en fut et il lança d'une toute petite voix, enfantine et douce :


- Oh... Une eclipse !

Tout à coup, il s'effondra et fut pris dans les méandres de l'inconscience.

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Lun Avr 24 2006, 19:26

Adrien n’avait pas prévu le coup, et son euphorie s’éteignit aussi vite qu’elle était née. Son sourire se glaça et il observa, effaré, la soudaine métamorphose de Racine. Figé comme une statue antique, ce masque de terreur se peignant sur sa face, l’écrivain ne prononça que ces mots, ceux d’un automate :

« Octobre 1663, octobre 1663, octobre 1663.. »

-Dieu ! murmura Chastignac.

Il n’avait point prévu cela ! Il n’avait pas voulu assister à la brusque dégénérescence d’un homme !
Bien sûr qu’il ne l’avait pas voulu, l’inconscient ! Il n’avait pensé qu’a lui-même, se fichant éperdument des conséquences de ses actes… comme toujours.

Adrien blêmit et se mordit la langue, se sentant affreusement coupable de ce revirement de situation… Ses mains s’agitaient spasmodiquement et il n’eut que le temps d’amortir la chute du jeune homme lorsqu’il s’évanouit.
Il avait en effet prestement passé sa main derrière l’épaule du pâmé et le maintint tant qu’il put, retenant sa respiration et serrant la mâchoire par l’effort. La tête de Jean ballait et se posa la première sur le sol, tandis qu’enfin, courbé en deux, Adrien put respirer.

Racine était beau dans sa défaillance, cette sorte de détresse avait quelque chose de poignant que même Chastignac, l’athée, le méprisant, ressentit, pareil à un pincement dans sa poitrine.

Il se releva en soufflant... bovinement... et s’essuya le front, quoiqu’il n’eut pas tant transpiré. Il observa ensuite sans bien savoir quoi faire le jeune homme qui respirait péniblement, la gorge offerte à quelque assassin venu du ciel.


-Je crois que nous vivons un drame, monsieur le dramaturge.

Adrien avait retrouvé son calme et savait à présent quoi faire : il emmènerait Racine chez lui et serait son « garde-malade ». Un homme parmi toutes ces donzelles ne serait pas de trop céans, même un homme amnésique.
Le comte cependant n’avait toujours pas compris la signification de ce trouble de la mémoire, et n’étant pas scientifique, le mot « amnésique » lui était totalement étranger. Pour lui, Jean n’était qu’un patient qu’il fallait garder quelques temps, le temps de la guérison.

Il se courba de nouveau et passa ses bras musclés dans le dos du frêle poète, le portant assez maladroitement sous les bras.


-Han !

De loin, alors que le soleil couchant faisait de leur corps des ombres, on aurait pu croire à une séance de marionnettistes… ou à un paysan qui soulève son épouvantail aux jambes débiles. Racine se tenait _était tenu_ en effet les bras étendus symétriquement, les mains pendantes comme une marque de mépris, la tête tombante comme celle d'un cadavre.

Chastignac, perspicace comme jamais (lol), comprit bien vite que traîner Racine jusqu'à son domicile de cette façon lui coûterait trop de temps et d’énergie. Dans un sublime effort, le comte lança alors lourdement le dramaturge, se baissa bien vite, et sentit qu'un poids qui n'avait rien de plume lui retombait sur l'homoplate.
Les jambes de Chastignac fléchirent, mais il tint bon… il poussa un gémissement caverneux (restons viril jusqu’au bout) et se remit droit, portant le dramaturge plié en deux sur son épaule.

Une étape de réussie dans ce qui sera plus tard « les douze travaux de Chastignac » : restait encore la marche… une autre paire de manches. Chastignac, prenant courage, commença sa course chancelante avec résignation…

_________________


Dernière édition par le Lun Avr 24 2006, 22:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte de la Fère
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 218
rang : London Ontario, "Blois, domaine de Bragelonne"
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   Lun Avr 24 2006, 20:28

Arrivant dans ce qu'il voyait être un charmant voisinage, le comte laissa son cheval aller au pas et il observa, approbateur, le manoir ainsi que les quelques dépendances qu'il voyait. Un tel voisinage serait parfait pour lui, qui aimait fort la tranquilité, ainsi que pour le jeune vicomte, peu habitué aux remous de la cour.

Le soleil se couchait à l'horizon, le comte se devait de trouver à se loger assez rapidement. C'est avec une pointe de déception qu'il constatait qu'il serait peu probable qu'il trouve quoi que ce soit en cette heure tardive. Il devrait retourner en ville rechercher une auberge.

Soudain, il aperçu deux hommes, qui semblaient discuter depuis un moment. L'un d'entre eux venait de s'effondrer, et l'autre paraissait peiner à le transporter vers l'une des dépendances.

- Venez, Raoul!

Le comte piqua des deux et se dirigea au galop vers les deux silhouettes. Il arriva au moment où le jeune homme basculait l'autre sur son épaule, chancelant sous le poids. Il descendit de cheval et s'approcha, l'air inquiet.

- Bonsoir Monsieur. Je suis le comte de la Fère, et voici mon pupille, le jeune vicomte de Bragelonne. Vous semblez avoir quelques difficultés. Puis-je vous aider de quelque manière?

Puis se tournant vers Raoul:

- Vicomte, donnez-moi le révulsif qui se trouve dans le sac de voyage.

_________________
En souvenir des jours passés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La dépendance de Racine   

Revenir en haut Aller en bas
 
La dépendance de Racine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jean Racine
» Jean Racine & sa cour d'admirateurs
» [UPTOBOX] Des pissenlits par la racine [DVDRiP]Comédie
» Le roi d'Halloween mange les pissenlits par la racine !
» [FOCUS] Les Archers de la Racine Noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: