1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Vêpres du 24 décembre 1663

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evangéline
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 616
Age : 30
Date d'inscription : 25/10/2005

MessageSujet: Vêpres du 24 décembre 1663   Mar Oct 24 2006, 13:41

[Je me permet de planter un peu le décor, si certains veulent y mettre leurs persos, c'est bien évidemment carte blanche!]

La chapelle était rarement aussi noire de monde. Les dominicales étaient bien fréquentées avec assiduité, mais rien à voir avec ce soir où personne n'aurait oser manquer à ses prières pour fêter l'Avénement. Tout ce que la Cour comptait comme personnages notables était là, le nez plongé dans son missel à pousser des "laudates" avec coeur, tous assis sur les premiers rangs car il est bien connu que plus près de la Croix on est, au Paradis va-t-on! La masse des autres courtisans était tassée dans le fond et sur les côtés _quand certains n'étaient pas carrément sur le parvis_ dans un amas incongru de soie, de velours, de taffetas, aux couleurs toutes différentes et bien sûr, en grand habit.

On avait commencé par les chants et puis bien sûr, la lecture de la venue à Nazareth, puis le chapelain, confesseur royal, était monté en chair et avait entamé un prêche passionné sur les égarements de l'homme, pêcheur devant l'Eternel, et son détournement de l'essentiel, de la grâce divine. Le prêche aurait pû être pour Louis XIV seul, que personne n'en aurait été plus étonné que cela et à chacune de ses phrases, les pupilles se tournaient vers le monarque qui heureusement faisait face à l'autel.

C'est ici que nous retrouvons Evangéline, quelque part fondue dans la troupe, debout dans le fond, à côté du confessionnal. Les yeux rivés sur le prêtre, elle en était à se demander si la veine qui sortait de sa tempe n'allait pas finir par exploser... Les sermonts de Noël se ressemblaient tous, c'en était affligeant. Bien sûr autour d'elle on retrouvait ses amies dont la marquise qui n'en finissait plus de raconter son dernier voyage à Bruges où elle était revenue avec 120 onces de tissus. Oui, Evangéline arrivait à suivre les deux monologues pour n'offenser personne...

Lorsque le sermont fut fini, le prêtre descendit et procéda à l'eucharistie: ce que tous attendaient recevoir l'hostie en rémission de leurs pêchés. Un luxe pour aucun...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Vêpres du 24 décembre 1663   Mar Oct 24 2006, 14:08

Elrohir devait à tout prix aller parler à Evangline. D'Artagnan lui avait dit qu'elle se faisait un sang d'encre pour lui. Alors, il avait été à sa chambre mais il se butta à une porte close. À cette heure, elle devait être surement à la messe qui se donnait à la chapelle. Elrohir avait longuement réfléchit à la possibilité d'y aller, ne voulant pas encore se faire frapper par la foudre du roi. Ah et puis merde, un serment de partenaire avec Evangéline en vallait bien le risque. Et puis d'ailleurs, c'était Elrohir qui avait inventé les foudres, alors pourquoi ne pas gouter à sa propre médecine pour une fois de plus

Il se présenta discrètement à la porte de la chapelle, saluant quelques mousquetaires qui la surveillaient. Il leur fit un sourire mais il se disait au fond de lui-même que ces petits traitres allaient bientot payer.

Il traversa facilement la ligne de mousquetaires pour entrer dans la chapelle. Il remarqua que le prêtre venait de finir son discours. Alors, c'est un Elrohir sans chapeau et sans gants qui se présenta dans la chapelle. Un peu de boue sur son uniforme... pour ne pas dire beaucoup et du sang coagulé sur son bras et son uniforme qui parassait très bien. Mais, il se dit qu'en voyant tous ces nobles et bien vêtus, il ne pouvait pas se présenter devant elle et attiser la rumeur. Elrohir manquait de sommeil, mais il espèrait que la raison allait revenir également.

Il se tourna et il vit un serviteur qui passait par là. Elrohir lui mit une main sur l'épaule et il lui dit:

- Hey, vous, j'ai besoin de vous. Allez dire à Mademoiselle de MontBerry qu'il y a un mousquetaire qui l'attend aux portes de la chapelle. Dites-lui que l'eucharistie peut attendre et que j'expliquerai au tout-puissant mon intervention. Allez, filez

D'accord, pour le fait de ne pas s'être présenté à la foule recouvert de boue, la raison semblait avoir pris le dessus. Mais par contre, ses explications donnez au serviteur... il y avait encore beaucoup de chemin à faire. Probalblement qu'une bonne journée de sommeil lui ferait du bien.

Elrohir regarda le serviteur partir et il se dirigea aux portes de la chapelle, faisant les cents pas et regardant les statues qui semblait le dévisager

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Dramaturge


Nombre de messages : 343
Age : 31
rang : Première Dame de la Reine Mère
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Vêpres du 24 décembre 1663   Mar Oct 24 2006, 15:05

Dévote, non, elle ne l'était pas ... mais bon, elle ne pouvais manquer ce qui restait un événement dans le petit monde de la cour.

Donc, paisiblement et le plus religieusement vétue possible mais luxueusement, une sublime mantille en dentelle de Calais cachant sa trop luxuriante chevelure, elle se présenta aux Vèpres.

Sa place, de première dame de la Reine Mère et son statut personnel, fille de Duc cela n'ets pas rien même s'il n'est pas de sang, elle pu entrer dans la chapelel au lieu de se geler avec le commun de la courtillaille ... elle pouffa discrétement à ce nom qu'elle trouva charmant et plein d'esprit... même s'il était pour elle seule ...

Le Roy était présent, elle ne tenta pas de retenir la Royale attention, le camouflet du jardin lui suffisait pour la semaine. Elle savait que même si la chaste robe faisait d'elle une parfaite fidèle, sa silhouette, elle aussi trop parfaite, sa gorge trop voluptueuse suffisait à faire se retourner quelques petits nobliaux égarés...

Quand le prèche commnça, elle s'apprêtait à bailler, c'était toujours si ... ennuyeux. Mais le thème semblait offensant, offensant pour Louis qui restait de marbre dans le lieu de culte... elle même se sentait mal à l'aise, combien de fois avait-elle pêché ... en intention tout du moins, jamais elle n'avait trompé le pauvre Louis, pas le Roy, l'autre, le Marquis.

Elle avait l'impression, sûrement fausse que le prèche s'adressait aussi à elle... mais non... voyons tu n'es pas le centre du monde ma belle Athénaïs... juste une courtisane de plus, un peu plus belle, un peu plus ambitieuse et ... qui, elle, a les moyens de son ambition, ou, du moins, pense les avoir.

Elle évitait les regards de certain, ne surtout pas chercher le regard de quelques vieilles pies de la cour ... elle posa ses yeux sur une "bande" de courtisanes qui papotaient ouvertement et sans retenue pendant le prêche... une désinvolture qu'elle n'atteindrait jamais... ne pas donner prise, ne pas donner prise...

Elle s'approcha de l'autel pour recevoir l'eucharistie, tâchant de rester discrète, tâchant surtout de ne pas croiser trop le regard du prêtre ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vêpres du 24 décembre 1663   Mar Oct 24 2006, 16:49

La jeune Louise de Frenolec s'était habillée de manière simple mais seyante afin de faire honneur à ce jour important de la liturgie.Elle était dévote et faisait le plus souvent qu'elle pouvait ses confessions auprès de Jean de Canteleux,elle n'avait pas pu accompagnée la duchesse d'agenois car celle ci n'était pas à ses appartements lorsque elle était passé la chercher.Elle chantait avec choeur mais lorsque le moment du sermon arriva elle preta son attention dans une toute autre direction.La marquise.Celle ci semblait vraiment s'ennuyer malgré les efforts qu'elle faisait pour avoir l'air d'etre intéressé ,cela faisait peine à voir .Puis elle se rendit compte que l'eucharistie venait de débuter alors elle se dirigea posément vers l'autel et le pretre mit délicatement l'hostie dans sa bouche après quoi elle retourna vers sa place .
Revenir en haut Aller en bas
Evangéline
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 616
Age : 30
Date d'inscription : 25/10/2005

MessageSujet: Re: Vêpres du 24 décembre 1663   Mer Oct 25 2006, 09:19

Le pauvre serviteur se demandait bien ce que ce fou avait en tête. Voilà qu'il se trouvait à basculer des marquis et des baronnes pour se frayer un chemin jusqu'à Mlle de Montberry. Et en plus voilà que celle-là commençait à entrer en procession jusqu'à l'autel! N'y tenant plus, le page osa l'impensable:

-Madame...

Il avait murmuré, toutefois assez fort pour tenter d'être entendu, mais même si les orgues de la chapelle se déchaînaient pour accompagner la communion, tous autour purent l'entendre et des "ho!" et des "chut!" à demi outragés fusèrent. Le serviteur se mortifia, mais aussi, il était tout juste arrivé à Fontaineblau depuis l'automne et on lui avait dit d'obéir à une parole de mousquetaire... Ce que l'on avait omis de lui dire, c'était que celle du sous-lieutenant De Verchères était suicidaire à suivre... (Razz)
Finalement, le chahût qu'il avait involontairement provoqué attira l'attention d'Evangéline. Lorsqu'elle comprit que c'était pour elle, elle se sentit rougir jusqu'à la racine des cheveux et s'arrêta d'avancer. Quelle honte... Le page parvint jusqu'à la courtisane et après une brève révérence _comme si c'était bien le moment à présent de se montrer defférent!_ il répèta à voix basse ce qu'on lui avait dit de dire.


Evangéline se crût partir. Un mousquetaire qui l'attendait... Ils n'auraient pas oser venir la chercher ici, à la chapelle, une veille de Noël, c'était... Son coeur battait à tout rompre dans sa poitrine et dans ses tempes, il lui semblait que l'air ne lui arrivait plus jusqu'au cerveau. Au milieu de tout ce monde, sans même la place de se retourner, il lui semblait être prise au piège alors que nombre de paires d'yeux la dévisageaient.

-Madame? Dois-je donner une réponse?

La jeune femme entendit vaguement l'oiseau de mauvaise augure et puis se redressant dans son corset, prennant tout l'air que celui-ci voulait bien lui laisser prendre, elle répondit d'une voix tout aussi basse:


-Vous direz à ce monsieur d'entendre la fin de l'office et que je ne le remercie pas de son intervention!

Travail bien difficile que d'être domestique ici! Et dire qu'enfant il aurait voulu être marin, sans doute aurait-il moins risqué sa peau! Evangéline elle se détourna et reprit sa procession vers l'autel. On ne peut pas dire que son cheminement se fit dans la pensée de Dieu. Tout du long elle se creusa l'esprit pour trouver un moyen d'échapper au couperet, si bien qu'elle fallit omettre de s'incliner devant l'hostie tendue devant elle. Une fois, le pain entre sa langue et son palais, il lui sembla avoir retrouvé un peu de courage et elle s'en retourna vers sa place.

Là, elle fut tirée de ses méditations par le changement de mélodie et en laissant son regard s'égarer du côté de la porte, elle se prit à espèrer voir celui qu'elle voulait justement à tout prix éviter. Quel était justement ce mousquetaire, peut-être que si elle avait un visage en tête, et si elle en réchappait, elle pourrait le faire coincer plus tard... Alors qu'elle se hissait sur la pointe des pieds et laissait dépasser son regard entre deux épaules, elle vit une tête famillière qui lui fit signe de venir. Evangéline se sentit bouillir de rage, c'était signé! Elle avait failli défaillir de peur et c'était à cause de De Verchères... Elle était soulagée de le voir en vie, mais franchement!
La comtesse s'excusa auprès de ses amies, qui s'inquiétèrent tout de même du manège qui se trâmait depuis quelques minutes, puis après les avoir rassurée _et avoir inventé on ne sait trop quelle prétexte_ Evangéline rasa de près le mur vers la sortie.


Arrivée à autour d'Elrohir, elle le serra par le bras et souffla:

-Bien réfléchi, vraiment! Vous auriez dû monter en chaire pour passer votre message! Avez-vous seulement la moindre idée de ce que vous venez de faire subir à mes nerfs?

Ses narines papillonaient sous l'effet de la colère et ses membres tremblaient encore de tension. Elle prit un instant pour regarder Elrohir de pied en cap, mais vraiment il devait avoir perdu tout sens commun pour prendre l'habitude de se présenter ainsi au château, par tous les Saints!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Dramaturge


Nombre de messages : 343
Age : 31
rang : Première Dame de la Reine Mère
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Vêpres du 24 décembre 1663   Mer Oct 25 2006, 12:08

dans la lente procession des futurs communiants Athénaïs sentait l'ennui la gagner ... mon Dieu -c'est le cas de le dire- que fais-je donc ici ?
Elle n'avait quasi plus le courage de détailler qui était là, qui simulait, qui ... enfin, quoi, je suis en train de perdre mon rôle se dit-elle.
quand un tumulte, léger mais étonnant en ce moment de recueillement, hypocrite pour beaucoup, mais reccueillement tout de même, vint intriguer ses oreilles.
Il semblait qu'un jeune domestique tentait de se faire remarquer d'une des dames qui parlait chiffons pendant la messe... insistant, son chuchotement arriva aux oreilles de toutes et tous... entrainant d'horribles "chut" de nombreuses bouches qui appartenaient aux plus dépravés... Intriguée, la Marquise constata que le petit avait fait mouche et que la Dame, perturbée, visiblement inquiète, cherchait d'un regard ... surement celui qui faisait passer ses messages peu discrètement...
Tiens ... un mousquetaire, uhm déjà vu celui ci, il me sembel que c'est ce petit jeune homme qui me prenait pour paranoïque il ya peu...
Athénaïs, trouvant là un cnetre d'intérêt, bien maigre, certes, mais existant, communia, rapidement, sans aucune gène... et discrétement tenta de s'approcher du mousquetaire...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Vêpres du 24 décembre 1663   Mer Oct 25 2006, 12:22

(HS Est-ce que le jeudi est arrivé avant son temps ou bien tu quittes jeudi? Je ne me souviens plus)

Elrohir sentait son coeur battre à tout rompre quand il remarqua Evangéline qui arrivait vers lui. Elle était vraiment en beauté ce soir, avec cette robe et toute la préparation qu'elle s'était faite, probablement aidé de Marie. Elrohir avait un grand sourire qui se perdit à la première intervention d'Evangéline:

- Me montrer en chaire vous dites? Bon Dieu Evangéline, je suis couvert de sang et de boue, je ne voulais pas effrayer tous ces gens. Et en plus, que diraient-ils s'il me voyait venir vous parler jusqu'à la messe? Que je ne peux controler mes pulsions animal?

Elrohir fit un demi-sourire et ajouta:

- Vous voyez, je pense à vous également, à votre réputation.

Elrohir leva sa main droite pour aller caresser rapidement avec son pouce la joue de l'espionne. Il avait fait cela furtivement pour ne pas être surpris par des gens qui les verraient. Il ajouta:

- Allez coquine, je peux comprendre votre frustration par rapport à mon arrivée ici en ces lieux. Mais bon, voila deux jours que j'ère dans les bois à la recherche de quelque chose, vous pensez que les gens apprécieront de me voir ainsi. Sans oublier que, pour le roi, je n'ai pas de mission et je suis au quartier des mousquetaires à me reposer. J'ai même perdu mon chapeau et mes gants, c'est très embarassant pour moi vous savez.

Il jeta un regard rapide dans toutes les directions pour voir si personne ne les regardais. Elrohir prit la main de la noble pour y déposer un léger baiser, quelque chose de banale comme des personnes civilisées font pour se saluer. Il dit ensuite:

- Evangéline, je serai bref. Quand je suis venu vous voir avant mon départ précipité, que je m'en excuse, il y a eut quelque chose que Maranda m'avait dit et que j'en ai eu très peur. Il m'a dit que jamais je ne pourrai vous mettre en sécurité et qu'ils vous trouveront toujours. Je sais, en général, ce genre de paroles est souvent lancer en l'air en signe de menaces, mais cette fois-ci, j'ai vraiment pris ces menaces au sérieux et j'en ai eu très peur. C'est la première fois que je laisse mes sentiments interférés dans une enquête, mes sentiments pour la vengeance que j'ai envers les autres, mais également que j'ai pour ma partenaire.

Elrohir sentit sa tension monter un peu plus vite. Il s'empressa d'ajouter:

- Mais, ne vous inquiétez pas, deux jours en forêt à de quoi rafraichir les idées. D'autant plus que la pluie s'est changé en neige. Imaginez cela, un mousquetaire dans les bois avec de la neige qui lui tombe sur la tête. J'ai dû laissé mon chapeau derrière moi, honte à moi vous savez. Mais pour le moment, j'espère que vous avez d'autre chose à me dire que des reproches? Un bonsoir aurait fait l'affaire. Ou bien un comment allez-vous?

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangéline
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 616
Age : 30
Date d'inscription : 25/10/2005

MessageSujet: Re: Vêpres du 24 décembre 1663   Mer Oct 25 2006, 15:59

[Je quittes demain pour 7 jours!^^ Enfin peut-être que j'aurais le tps de poster demain dans la matinée...]

En écoutant Elrohir parler, Evangéline se trouva à secouer la tête et laissa échapper un soupir de lassitude. Voilà qu'il disait penser à sa réputation à présent alors que justement le petit manège dont il avait été l'instigateur quelques minutes auparavant, vaudrait à Evangéline quelques piques bien senties d'ici peu...

*Laissez-moi rire!*

D'ailleurs vu l'allure du mousquetaire, la courtisane jugea qu'il ne valait mieux pas rester au vu et au su de tous ceux qui déjà, dans la chapelle, se retournaient.
Elle le força à reculer un peu et voilà qu'ils se retrouvaient à chuchotter à côté d'une statue d'Adonis nu, _oui parce que la feuille de vigne c'était à peine du luxe! Razz_ bref, l'endroit révê pour parler complot... Pour l'instant d'ailleur Elrohir ne lui parlait pas complot, mais chiffons... Il avait perdu son chapeau et ses gants... C'était pour lui dire cela qu'il l'avait fait quitter la messe?! Alors qu'il se penchait pour un baise-main, Evangéline fit claquer sa langue, agacée, et commença:


-Que m'importe---

Mais la voix du mousquetaire la coupa et au ton, elle put comprendre qu'il allait enfin parler de ce qui les intéressait. Il parla de Maranda, du dernier soir où ils s'étaient vu, de son "départ précipité" et de ses craintes.

Citation :
Mais pour le moment, j'espère que vous avez d'autre chose à me dire que des reproches? Un bonsoir aurait fait l'affaire. Ou bien un comment allez-vous?

Evangéline esquissa un sourire ironique:

-Malheureusement pour vous, si j'ai des reproches à vous faire, c'est que vous ne me laissez pas beaucoup le choix... Départ précipité! Ah ça oui, et c'est un bel euphémisme! Qu'est ce que vous avez fait pendant ces deux jours hein? Laver le sang de Maranda?

Emportée par sa colère, elle avait dit cela un peu fort et s'arrêta un peu avant de poursuivre plus bas, mais toujours aussi sèche:

-Vous l'avez tué n'est ce pas? Notre seule piste! Alors non, je ne m'inquiète pas de comment vous allez!


Evangéline et la mauvaise foi, deux soeurs jumelles... Elle s'était mortifiée concernant le sort d'Elrohir, mais puisqu'il jouait la désinvolture! C'était bien qu'elle avait eu tort de se ronger les sangs! Bien sûr qu'elle était heureuse de retrouver son partenaire entier _ou à peu près_ mais il avait de ces façons de faire qui avaient le don de la mettre hors d'elle! Elle rajouta finalement, moins agressive:

-A propos, avez-vous vu D'Artagnan?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Dramaturge


Nombre de messages : 343
Age : 31
rang : Première Dame de la Reine Mère
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Vêpres du 24 décembre 1663   Mer Oct 25 2006, 16:14

Athénaïs atténuait le doux, trop doux frou frou de sa robe d'une main leste et habile... et doucettement, en bonne dame de cour tentait de s'approcher du petit mousquetaire - en mauvais état lui semblait-il, la tenue de nos royaux soldats en ce lieu solennel laisse à désirer- et de sa compagne... elle n'entendait que quelques bribes de conversation ...
Elle ne faisait ce petit espionage que par curiosité malsaine... par amusement pur, en quelque sorte.
Elle voyait que le jolie dame était contrariée, celle ci ne le cachait pas d'ailleurs ... elle les aperçu s'enfonçant des les tréfonds de la chapelle... et suivi le plus discrétement possible, trouvant l'abri d'une forte colonne... elle cru entendre "tuer" !
Diable !
Que suis-je ne train de faire la, parlent-ils de cette pauvre oie blanche trouvée morte au pied du Soleil !
Sont ce les comploteurs tueurs de favorites en présomption ?
Là, sa curiosité était piquée au vif !
Si elle pouvait ...
Elle entendit nettement la dernière phrase, -A propos, avez-vous vu D'Artagnan? s'approchant à la limite de leurs visions à tous deux elle tendit sa si jolie et délicate oreille, habituée à épier ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Vêpres du 24 décembre 1663   Mer Oct 25 2006, 18:17

Elrohir pouvait accepter la frustration des autres, mais cette fois-ci, à cause du problème de fatigue, de la crainte de l'enquête et surtout pour les sentiments qu'il avait à ce moment précis, il n'en pouvait plus. Quand Evangéline lui demanda s'il avait tué Maranda, un déclic se fit dans sa tête. Il se remémorra le combat sous le pluie, avec la fumée qui s'échappait de leurs bouches tant il faisait froid. Les lames qui volaient, faisant éclater les gouttes d'eau de pluie et la lueur quand elles passaient dans un peu de lumière.

Il releva la tête car il regardait ses pieds honte de lui, mais plus il y pensait, plus il se disait qu'il avait fait de son mieux. Il avait même prit la peine de le frapper au bras, mais il avait du frapper trop fort car il était mort au bout de son sang. Il regarda Evangéline d'un regard froid et pour la première fois, avec de la colère réelle envers elle. Il lui murmura au début mais son ton menton un peu, jusqu'au niveau de la parole:

- Vous aurez fait mieux vous croyez? J'ai bien vu que vous puissiez faire mieux. Le seul moment que je ne suis pas là et voila, je me retrouve à parcourir Paris pour vous retrouver. Dites dont, vous oubliez vite ce genre de détail là. Depuis deux nuits que je parcours les forêts, la cabane des traitres pour essayer de retrouver les pièce sdu casse-tête. Désolé, mais moi je n'ai pas le plaisir de me servir de mon corps pour retrouver des indices (HS Oh! c'est un coup bas... pauvre Evangéline Razz)

Il donna un violent coup sur le mur. Le bruit étouffé ne fut pas grand bruit car les murs étaient fait en pierre. Subitement, il ferma les yeux et il se dit que demain, il regrettera ce qu'il venait de dire. Il fit signe de non de la tête et il dit à Evangéline:

- Désolé, mais je pensais que vous teniez à votre partenaire. Je vois que tout cela aura été de courte durée. Bon Dieu Evangéline, j'aurai anéanti une armée au complet pour ne pas qu'il vous arrive de mal, j'aurai défier les enfers pour vous éviter la moindre chose. Voila que vous m'en voulez parce que je n'ai pas su faire parler un homme qui était sur le point de mourir? Belle gratitude, merci beaucoup. Voila deux jours que je recherche à réparer ce que j'ai fait de mal, vous croyez vraiment que je me suis dit avant de tuer Maranda que j'allais tout foutre en l'air, si vous croyez cela, vous me faites une grande peine, vraiment. Je recherche de nouveaux indices et de nouveaux alliés car vous et moi seuls ne pourront venir à bout de tout cela. Il nous fallait du renfort.

Elrohir se retourna sur lui-même pour reculer de trois pas. Il se retourna à nouveau pour regarder Evangéline:

- Pour ce qui est des indices, je crois que vous avez la mémoire courte mademoiselle de Montbery. Ne vous ai-je pas confier les indices que nous avions trouvé sur le corps dans les égouts? Vous ne voyez pas que tout est lié? Il y avait le sceau des mousquetaires et ce n'était pas à cause des combats de la veille, il y a un lien. Alors, nous pouvons analyser les autres indices et continuer. Pendant ce temps, D'Artagnan, moi, Athos et Aramis iront chasser la traitrise dans les rangs des mousquetaires. Il faut bien laver ce qui est de sale avant de s'attaquer à plus haut.

Elrohir prit une respiration. Il était si fatigué. Ses genoux fléchirent et il posa une main sur son front pour revenir à lui, ou pour éloigner le mal de crâne qu'il avait. Il se remit droit sur ses pieds et il dit:

- Oui, j'ai vu D'Artagnan, il m'a même rassuré en me disant que vous vous portiez bien. J'en ai été heureux.

Elrohir était sûr de rien. Il parvenait à peine à se controler et à penser. Il se retourna sur lui-même pour partir mais il arrêta à mi-chemin. Il se retourna lentement vers Evangéline et il lui murmura:

- Dire que j'étais vous dire que durant ces deux jours, j'ai pensé longtemps à vous et que j'en suis venu à une conclusion. Maintenant tout me semble plus clair. Je vous aime Evangéline, comme un homme aime une femme. Mais à ce que j'ai pu voir, rien de cela n'est réciproque et j'en suis...

Il refit les pas qui les distançait d'Evangéline. Il la regarda dans les yeux, mais il avait perdu toute trace de colère maintenant. Le vrai Elrohir était maintenant bien présent, il avait su chassé la fatigue et la haine pour cette instant. IL avait tout de même le teint pâle, mais ses yeux ne pouvaient mentir. Il dit:

- Alors, je vous revoit demain pour travailler sur les indices. En espèrant que vous les avez toujours, Evangéline

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Dramaturge


Nombre de messages : 343
Age : 31
rang : Première Dame de la Reine Mère
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Vêpres du 24 décembre 1663   Jeu Oct 26 2006, 08:03

Dissimulée derrière sa colonne Athénaïs ne perdait pas un mot, mis à part les premiers chuchotés du mousquetaire... elle sentait qu'elle n'aviat pas à écouter, mais, maintenant, comment s'en aller sans se faire remarquer des deux protagonistes !
Finallement, ces comploteurs n'avait rien à voir avec la mort de la jeune oie blanche, elle en furt à la fois soulagée et déçue... Soluagée parce qu'ils ne représentaient à priori pour elle aucun danger immédiat, déçue parce qu'elle aurait bien confié à la Reine Mère, espérant que cela remonte à Louis qu'elel, marquise que l'on jugeait frivole avait réussit à trouver qui avait tué cette idiote...
Mademoiselle de Montbery... ainsi elle s'appelle ainsi... uhm ne l'a-t-on pas dite proche de Louis ... très proche... Mais elle ne comprennait rien à cette histoire de mousquetaires félons ... elle rougit un peu lors de la déclaration d'amour du mousquetaire ... cela devennait intime ... que fais-je ici ?
Quand le jeune homme frappa la colonne, elle eut un frémissement ... de peur... s'ils me voient ... mais non il restait, attendant, et Dieu que c'ets légitime, une réponse de la Damoiselle... Athénaïs aurait aimé s'incruster dans le mur, être mûr même et na pas plus entendre quoi que ce soit, elle n'osait bouger ... plusle moindre petit frémissement ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangéline
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 616
Age : 30
Date d'inscription : 25/10/2005

MessageSujet: Re: Vêpres du 24 décembre 1663   Jeu Oct 26 2006, 09:38

[Waaah hier j'ais fété ma première année sur 1663! Cheers!^^ Quelle émotion! Wink]

[Ca c'est vrai que ça fait pas très gentleman! Mr. Green] [Oh mais je crois que nous sommes espionnés! Razz]

Quel malotru! Plus il parlait, plus Evangéline sentait la rage monter en elle. Il en était presque à lui reprocher d'avoir été enlevée, torturée, humiliée! Puis l'insulte partit comme un coup. La peine, la honte, le mépris, elle ne sut pas ce qui retint sa main de venir rencontrer la joue d'Elrohir. De simples reproches, ils en étaient venus_ enfin lui surtout! Razz_ à des mots qui blessent sciemment, des mesquineries déplorables. Leur amitié était franche, il n'en restait visiblement plus rien pour Elrohir qui se trouvait agressé. Elle aurait pu croire qu'elle était sa pire ennemie en cette heure là. Evangéline le soutint du regard alors qu'il faisait pleuvoir sur elle toute une série de bassesses navrantes, la mâchoire serrée, elle lâcha:

-Vous avez terminé? Vous venez me chercher jusqu'ici pour me mépriser et deverser votre fiel? Je devrais supporter tout cela? Mais si ma présence vous est si inconfortable, allez-y, partez! Ca ne devrait pas beaucoup vous perturber dans vos habitudes!

Elrohir avait en effet commençer à esquisser une retraite et c'était peut-être ce qu'il y avait de mieux à faire avant que ces yeux ne lui soit arrachés. La jeune femme se sentait le besoin de se justifier et cela la mettait d'autant plus hors d'elle:

-Du renfort, il nous en faut oui! Il m'en fallait tandis que je ne vous savais ni vivant, ni mort! Pourquoi croyez-vous que j'ai tout révéler à D'Artagnan? Les indices des égoûts, ça nous les avons! Ce sont même les seuls que nous avons! Nous sommes revenus au même point, et oui, c'est votre faute, que ça vous plaise ou non! Nous aurions pu tirer beaucoup de Maranda avant qu'il ne trépasse! Mais entendez-moi bien, je ne compte pas me faire larder à coup de couteau toute les semaines, monsieur De Verchères!

Puisqu'il partait elle ne voyait pas l'intérêt de rester plus longtemps. Si c'était pour être si perfide, il aurait mieux fait d'y rester dans sa forêt et vivre comme un ours! Elle-même détournait les talons lorsque la voix d'Elrohir retentit de nouveau, cette fois assez fort pour qu'elle résonne dans le couloir vide:

Citation :
Dire que j'étais vous dire que durant ces deux jours, j'ai pensé longtemps à vous et que j'en suis venu à une conclusion. Maintenant tout me semble plus clair. Je vous aime Evangéline, comme un homme aime une femme. Mais à ce que j'ai pu voir, rien de cela n'est réciproque et j'en suis...

Plus encore que les reproches, l'espionne ne comprit pas comment une telle pierre pouvait s'être détachée ainsi du plafond de Fontaineblau. Il n'y avait plus de méchanceté dans le ton du mousquetaire et pourtant les oreilles d'Evangéline ne s'en apperçurent pas et elle crut qu'il avait dit ces mots comme tout le reste. Les injures, maintenant l'amour? A quel jeu jouait-il? Il se moquait ouvertement! Que cette révélation fut sincère, après leur échange orageux, Evangéline n'était pas en humeur de le croire et quand bien même, il devait se tromper. Elle le regarda s'approcher de nouveau en silence et ne se départit pas de son oeil sec.

-Ni demain, ni jamais, si vous persistez dans vos folies. Il y a des outrages qu'aucune femme ne saurait supporter, moi moins qu'une autre. Joyeux Noël, Elrohir.

Là dessus, elle se retourna et partit dans un bruit d'un pas vif, le bousculant presque, dans un bruit de tissu foulé, son parfum de jasmin flottant dans l'air. En passant devant la messe qui s'achevait, elle voyait trop rouge pour songer se donner de nouveau en représentation. Elle était invitée à dîner ce soir, il lui faudrait donner le change, cela suffirait bien. Grimpant les marches qui la menaient au premier étage, elle se mit d'ors et déjà à craindre les prochains jours dans la présence d'un Elrohir qu'elle ne connaissait plus. Elle priait qu'il retrouve la raison.

[C'est aussi pratique ça t'évite une semaine à attendre un réponse! Wink] [Sur ce à bientot!^^]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Dramaturge


Nombre de messages : 343
Age : 31
rang : Première Dame de la Reine Mère
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Vêpres du 24 décembre 1663   Jeu Oct 26 2006, 11:41

La jeune femme était tellement en colère qu'elle passa comme une furie dans un odeur de jasmin ... un peu forte ma fois... Athénaïs profitant du tumulte de la sortie et de l'état de stupeur du mousquetaire exquissa un doux repli ... vers le coeur de la chapelle. Seul un très léger frou-frou de soie pouvait la trahir.
La vie de cour que'lle ne voyait que comme une délicate guerre de fleurtes mouchetés lui semblait changée... Déjà cette pauvre oie blanche assassinée, des espanioles qui lancent des couteaux dans les jardins et maintenant des courtisanes qui gèrent des crimes commis par des mousquetaires amoureux !
Elle restait perplexe ... un brin déconcertée... on le serait à moins et restait là dans la chapelle où quasi seul le jeune mousquetaire assassin et croté était présent ....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliana
Invité



MessageSujet: Vêpres du 24 décembre 1663   Dim Fév 18 2007, 15:28

Elliana se dissimula plus étroitement dans le coin sombre de la chapelle. Elle qui venait faire ses dévotions en cette veille de Noël, et qui avait profité du leger tumulte provoqué par ce jeune serviteur pour se glisser dans un coin sombre, venait d'assister à de bien interressantes révélations...
Madame de Montespant, la marquise irreprochable, semblait elle aussi avoir entendu l'altercation. Voila qui semblait être un excelent point de départ pour la jeune soubrette.
C'est décidé, elle serait dame de compagnie de la Marquise de Montespant. Ainsi, proche du coeur du pouvoir, elle pourrait entammer ses projets de vengeance...
Revenir en haut Aller en bas
Madame
Poete


Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Vêpres du 24 décembre 1663   Dim Fév 18 2007, 15:36

[Lol! C'est un peu tard ça maintenant, on est déjà en janvier 1664!^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elliana
Invité



MessageSujet: Re: Vêpres du 24 décembre 1663   Dim Fév 18 2007, 18:08

(désolé je débarque moi... je vais essayer de respecter la chronologie ...)
Revenir en haut Aller en bas
Athénaïs de Montespan
Dramaturge


Nombre de messages : 343
Age : 31
rang : Première Dame de la Reine Mère
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Vêpres du 24 décembre 1663   Lun Fév 19 2007, 15:53

HJ : sachez chère Elliana, que si vous avez projet de me recontrer, les "posts" actuels ne manquent pas... celui-ci date un peu effectivement, mais rien ne dit que vous ne m'ayez pas vue à ces vèpres.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vêpres du 24 décembre 1663   Aujourd'hui à 20:21

Revenir en haut Aller en bas
 
Vêpres du 24 décembre 1663
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» WWE TLC - 13 décembre 2009 (Résultats)
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)
» Par une froide nuit de l'hiver 1663... Ou comment le passé refait surface [RP unique]
» Activité a New York en Novembre et Décembre
» Vêpres de Jérémie. Interview et revisite. Devoir de mémoire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: