1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Première approche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vérona G
Invité



MessageSujet: Première approche   Mer Oct 25 2006, 20:46

Dans l'ombre d'une ruelle, une silhouette se tenait adossée à un mur. Grande et mince, il s'agissait d'une jeune femme. La vingtaine, elle portait à ses poignets de lourds bracelets dorés que l'on aurait pu prendre pour des objets de valeur alors qu'il ne s'agissait en réalité que de vulgaires breloques au tintinement agaçant. La jeune femme portait une longue robe rosée qui se détachait de son teint hâlée. Mais étrangement, les bords de ses jupons blancs étaient salis, boueux et son corset déchiré. Ses cheveux étaient défaits et tombaient de manière éparse sur ses épaules. Les yeux noisettes de la jeune femme brillaient d'une lueur étrange tandis qu'un petit sourire flottait sur son visage. Elle passa une nouvelle fois sa main dans ses cheveux, les secoua sauvagement, saisit ses jupes à pleine main et s'élança en direction de la place publique. Ses talons résonnaient sur les pavés. Elle marchait vite, très vite et s'abandonnait dans des gestes théâtrales mais pourtant terriblement vrai !

"Ciel ! A l'aide ! A l'aide !" s'écria-t-elle.

Son regard était hagard et reflétait un sentiment de peur. Une larme perlait au coin de ses yeux sombres tandis que les commissures de sa bouche exquise tremblaient.
Surpris, les gens se retournaient sur son passage. Mais Vérona Giaccometti n'en avait cure. La jeune italienne avait déjà repéré sa proix et elle se dirigeait droit sur lui. Ses pas résonnèrent avec plus d'insistance sur le sol. Ses cheveux bruns flottaient dans son dos.
La jeune femme saisit brusquement la manche du veston d'un homme. Il était plutôt coquettement et richement vêtue. Une cible idéale ? C'était ce que Vérona espérait.


"Oh, monsieur !" s'écria-t-elle en interpellant l'inconnu.

Ce dernier lui jeta un regard étonné mais Vérona ne cilla pas. Elle connaissait son rôle sur le bout des doigts pour l'avoir répété mainte et mainte fois. La jeune femme jeta autour d'elle un regard éperdu et s'aggripa encore plus fort au bras de l'homme.

"Des bohémiens ! Oh oui, des bohémiens ! Mon attelage...Mes hommes...Mes bijoux !!"

Sa voix s'était faites de plus en plus aigue, telle une hystérique. Un sanglot s'étrangla dans sa gorge tandis que ses délicates épaules s'affaisaient, secouées de soubressauts.
Elle releva la tête et son regard rencontra celui de l'homme. Ce devait être le regard décisif ! D'un coup d'oeil discret la jeune italienne avait pu détailler la tenue de l'homme. Il était bel et bien noble, les boucles de ses souliers ou encore l'assurance naturelle qu'il dégageait ne pouvaient la tromper.


"On m'a attaqué ! Je...Je..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première approche   Lun Oct 30 2006, 15:23

Angélique se promenait dans les ruelles accompagnées de sa suivante.
Tout était calme comme à son habitude en ce mois d'hiver. seuls quelques chuchotements s'évadaient en fumée dans l'air glacial. Seuls les claquements de chaussures sur les pavés faisaient attirer quelques regards. Elle n'en tint pas compte en premier liuex mais se retourna vivement en voyant de quoi il en était question, une jeune fille dépravée courait à l' aveugle, cheveux et vêtements souillés, faisant arreter net un homme qu'elle ne pouvait reconnaitre d'ici.
Angélique ne pensait la connaitre, elle était fort jeune et sous ses aillons, se devait être une bourgeoise ou une autre de ce genre. Elle criait et pleurait tellement que toute le foule s'était arrété autour d'elle ; une folle en manque de considération pensa t elle, mais sa suivante qui avait suivi la scène depuis le début et s'était fraillé un chemin à travers la foule revint auprès d'elle les yeux aussi ronds que ceux des poissons !

Madame il faut que nous rentrions au plus vite ! des bohémiens ont attaqué cette jeune femme !

Agélique oscilla d'un sourcil, puis sourit à sa servante. Des bohémiens à cette époque de l'année ?!.. ce n'est pas à elle qu'on arrivera à lui faire croire à cela ! mais toute cette agitation l'agacait au plus au point ! elle était habitués au calme et la solitude, mais là tout ces gens parlaient radotaient se souvenant de leurs propres mésaventures, et psalmodiant contre le mauvais oeil. Angélique abbatit le capuchon de son étolle sur sa tête et tourna son visage vers la scène

si toute foi bohémien il y avait, ils tâteraient de la lame de mon couteau ! mais ne restons pas là justine tu as raison ! les mousquetaires ne tarderont pas à faire leur entrée si la scène parvient à leurs oreilles !

elle serra un peu plus les bords de son capuchon comme pour se rendre méconnaissable et se faire discrète en ces lieux. Elle prit se servante par le bras afin de partir au plus vite mais ses efforts fut vain quand à la résistance à laquelle elle faisait face

mais madame ! vous m'aviez fait promettre d'anoblir cette habitude de porter une arme sur vous !nous ne sommes plus en temps de fronde !

elle se tourna affectivement sur sa servante mais l'oeil décidé à ne point s'épencher sur le sujet

on ne pourrait changer un taureau en vache ! et si ce secret sort de ta bouche je ferai en sorte que plus aucun son n'y provienne!

elle n'avait l'habitude d'employer ce ton avec elle, mais il fallait que cela reste entre elle, il en jouait de sa vie et de celles d'autres ! aussi justine n'eut le temps de maugréer contre elle qu'elle l'empoigna par le bras, et continua son chemin à l'inverse de l'agitation, calmement et naturellement pour ne pas attirer les regards sur elles
Revenir en haut Aller en bas
Vérona G
Invité



MessageSujet: Re: Première approche   Mer Nov 01 2006, 10:17

Et Vérona continuait son cinéma. Le gentilhomme qu'elle avait abordé de prime abord s'inquieta de son état, la croyait à demi folle. Mais la rumeur d'une présence de dangeureux bohémiens se répandit aussîtôt à travers la place publique. Les femmes, d'un air apeuré, portaient tragiquement leur main à leur visage, les hommes fronçaient les sourcils et scrutaient la foule à la recherche de la garde. Le gentilhomme que Vérona avait abordé paraissait sans âge. Il avait un regard fade et ses petits yeux étaient bordés de pâtes d'oie. Il portait une perruque blanche et ajustée. Son visage était trop long et trop étroit pour qu'il puisse paraitre charmant ou d'un aspect physique non négligeable. A sa vue, Vérona ne put s'empêcher d'éprouver un certain dégout. Mais malgré cela, la jeune femme eut un comportement exemplaire s'en tenant fermement au scenario qu'elle s'était fixé. Un petit groupe de curieux s'était formé autour de la demoiselle. Une vieille femme lui avait aimablement passé autour des épaules un châle car sa robe à demi saccagée ne cachait presque plus rien de ses formes et de sa nudité. Le gentilhomme lui offrit galament le bras pour la soutenir tout en l'interrogeant sur les faits de son aggressions. La jeune femme tourna son visage vers lui. Une larme monta à ses yeux. Elle étouffa un sanglot et se mit à parler. Sa voix était empreinte d'un fort accent italien.

"J'étais en route pour la cour du Roy quand j'ai donné ordre à mon équipage de faire un détour et de passer par Paris...C'est la première fois pour moi, la France...."

Là, Vérona eut un geste évasif. Ses épaules s'affaissèrent. Mais la jeune femme sembla se reprendre et se redressa alors qu'autour d'elle, les gens murmuraient avec compassion.

"Pauvre agneau," entendit-elle.

Vérona dissimula son exaltation.


"Nous traversion je ne sais quel pont lorsque mon équipage a été arrêté...Mes hommes se sont enfuis...Les bohémiens ont volé mes coffres et mes bijoux. Je n'ai plus rien..."

"Ne connaissez-vous personne dans la région qui puisse vous aider ?" demanda le gentilhomme.

"Hélas non monsieur....Je suis italienne et de surcroit orpheline...J'allais afin de servir la reine mais comment oserai-je me présenter vêtue de mes haillons et dépossédées de tous mes biens ?"

Des murmures parcourèrent l'assemblée. Bourgeois et gentilhomme assemblaient autour d'elle murmuraient : "Pauvre enfant, il faut faire quelque chose", tandis que les villageois et les pauvres secouaient la tête et vaquaient à leurs occupations. Le gentilhomme se leva et prit la parole.

"Pauvre enfant, il faut que quelqu'un la prenne sous son aile..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Première approche   Mer Nov 01 2006, 15:12

Angélique continuait à marcher discrètement comme un chat qui ne voufdrait que sa proie ne la remarque mais cette fois ci c'était elle qui tenait le rôle de "proie" alors avec inquiétude elle cachait son visage pour qu'on ne la reconnaisse et se tourna vers sa servante pour lui dire de presser le pas, mais qu'elle ne fut pas sa surprise quand elle s'apercut qu'elle n'y étatit plus ! elle se retourna et la vit droite comme un piquet le regard farouche et le main posait sur sa hanche toute tétue qu'elle l'était ! Angélique soupira mais se vit obligée d'aller à sa rencontre

Justine, es tu sotte ou aurais tu perdu la raison ?! presses toi donc, ou les ennuis te pendront au bout du nez ..

Elle lui tira le bras mais celle ci ne fit un geste en sa direction, restant plantée là, elle n'orait osé faire cela si elles étaient chez son père le marquis, d'ailleurs une correction devra s'imposer à leur retour ! pourquoi se comportait elle ainsi comme une enfant capricieuse ?!

Madame est peut être athée, mais moi toute bonne chrétienne que je suis, il est dans mon devoir d'aider cette jeune femme !
et si conscience reigieuse n'est point, défendez au moins les personnes qui sont de même nationalité que vous ! Votre père, s'il était présent en aurait agi ainsi !


mon Père, s'il était ici, vous aurait promis une correction qui ferait trembler le pire des tirans !

qu'elle irrespect pensa t-elle ! Elle qui l'a sorti de sa misère voilà comment elle l'a remercié ! Angélique se promit de e laisser là cette histoire mais sa conscience laz faisait aintenant travailler ... et si cette jeune femme avait vraiment besoin d'aide ... cete justine était vraiment une mule !

bon viens, on va entrer dans la librairie d'en face, et tu fera passer mon message à cette jeune fille ! elle sera la seule à le comprendre si toute fois elle était italienne !

elle entrèrent donc dans une librairie mais angélique tint toujours son capuchon sur la tête . Elle demanda au propriètaire une plume et un morceau de papier ( il ne le fit gratuitement bien sûr ! ) elle écrivit une ligne surle morceau de papier que justine s'empressa à prendre pourredonner à la jeune fille déparaillée sujette maintenant au regards plaintifs des passants. Justine ne put s'empêcher de lire le mot de sa maîtresse bien sûr
signorina, non so se ciò che è detto e vero, ma se avete necessità d'aiuto venite all'hotel Rambouillet e chiedete l'angelo
mais bien vite elle vit qu'il était écrit en italien ! elle ne comprit donc mot et le remit plié dans sa main elle le placa discrètement dans celle de la jeune fille ; puis revint vers sa maitresse
angélique attendit dehors que sa suivante revienne puis repartirent à l'inverse dans une attitude qu'elle voulait naturelle
Revenir en haut Aller en bas
Vérona G
Invité



MessageSujet: Re: Première approche   Mer Nov 01 2006, 17:05

La foule commençait petit à petit à se disperser autour de Vérona. Cela n'allait pas du tout du tout du tout ! Personne ne s'était réellement interressée à elle et lui avait proposé son aide. Le gentilhomme était resté patoix, ne sachant que faire hormi crier à l'aide. Ah ces hommes ! Ne pouvaient-ils donc pas agir quelques fois au lieu de discuter ? Cela dépassait l'entendement de notre jeune italienne qui faisait de son mieux afin de cacher sa mauvaise humeur.

"Madame...N'avez-vous personne à qui vous adresser ?" demanda-t-il les sourcils froncés.

Vérona eut un haussement d'épaules tandis que le gentilhomme lui proposait de trouver asile au couvent de Paris. Le couvent ?! Il ne manquait plus que cela...C'était le bouquet. Plutôt fuir sans jeter un regard en arrière dans ce cas-là...Vérona pouvait essayer de charmer le gentilhomme mais son aspect la dégoûtait.


*S'il me touche encore une fois je hurle...* songea-t-elle.

Comme le prix d'une future réussite était fort à payer !

Soudain une petite femme se fraya un chemin jusqu'à Vérona. Pour cela, elle n'eut pas à jouer des coudes...Elle tendit à la jeune italienne un morceau de papier avant de disparaitre aussi vite qu'elle était arrivée. Discrètement, en prenant garde qu'on ne la voit pas, Vérona déplia le bout de papier et lut :


"Madame, je ne sais si cela est vrai ou pas, mais si vous avez besoin d'aide, venez à l'hôtel Rambouillet et demandez l'Ange."

Une ombre passa à travers les yeux de Vérona. L'hôtel Rambouillet ? Elle ne connaissait pas ce nom mais c'était toujours mieux que de se retrouver au couvent. La jeune femme se mordit la lèvre infèrieure. Son plan était boiteux...Elle ne s'était pas assez bien préparée. Elle tenta de scruter la foule à la recherche de la servante qui lui avait apporté ce message mais ne put la reconnaitre. Ou peut être cette dernière avait-elle quitté ces lieux ?

*Qui ne tente rien n'a rien !* songea Vérona. "Et puis...Il faut être assez aisée pour posséder un hôtel particulier...Qu'importe que cela me prenne du temps, mais un jour, j'irai à la cour et j'accèderai au Roy.*

La jeune femme se leva et posa doucement sa main blanche sur le bras du gentilhomme qui était partie sur un monologue sur les joies de la vie dans un couvent.

"Monsieur," dit-elle de sa voix claire, "connaissez-vous l'hôtel Rambouillet ? Je crois que l'on pourra m'aider là-bas !"

Trop heureux de se débarrasser de son fardeau inattendu, le gentilhomme s'inclina et lui offrit de la conduire. Son attelage n'était pas loin. Vérona lui adressa un charmant sourire et inclina la tête tandis que de lourdes mèches noires tombaient le long de sa joue.

"Je vous remercie Monsieur."

C'est ainsi que s'acheva le premier acte de Vérona.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Première approche   Aujourd'hui à 01:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Première approche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Yonkou] Première approche avec l'équipage de Morris.
» Eben&Ange • Première approche
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Première mission
» "Ne lui jetez pas la première bière..." [The Simpsons]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: