1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre de la Marquise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Alexei
Poete


Nombre de messages : 161
Age : 34
rang : Grand Duc
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Rencontre de la Marquise   Sam Jan 27 2007, 20:44

Comme prévu le baiser à François avait regaillardi l'homme. Il avait forcé sa fraternité naturelle à l'égard du masculin, et ainsi éveillé des émotions typiquement virile.

-Vous croyez que vous n'aurez pas besoin de courage, "mon frère", pour défendre ainsi le bras de la Marquise?

-Dans ma jeunesse, mon mentor, le chef Cosaque Stenka Razine, m'a fait visité des contrées au sud-ouest de la Dnierp, ou vivent des peuples sauvages, farouches, des infidèles égalements qui occupent les anciennes cités des chrétiens, une région dangereuse. Et je peux vous dire que là bas, pour une femme comme la Marquise ,une perle de voluptés, les princes, les barbares et les chefs tribaux, ferait tout pour l'obtenir comme leur concubines; guerres, intrigues, pêchés. Certains mêmes possèdent plusieurs femmes et nomme cela :Harem.

-Lorsqu'on le tiens ainsi le bras d'une femme aussi sublime, on ne peut que défier le danger! Pour protéger il faut être courageux.

-Je ne doute pas que votre protégée ait d'autre puissants protecteurs, voir qu'elle à plut au Roi... mais toute cette gloire attira des convoitises...

Il s'était rapprocher d'elle. Et lui murmura.

-La convoitise, le désir...tout est adroitement lié.

-Un geste d'esprit pour éloigner les dangers dites vous Duc? Oui hier...mais demain il faudra un geste virile pour les mêmes résultats.

-Je ne doute pas que notre chère dame soit éprise d'esprit, mais je crois qu'elle appréhende aussi la virilité pure...dure...mûre...crue...nu...

Des sifflements destinées à l'étourdir. Alexei avait repris confiance...il était tombé dans une morosité mélancolique un instant...il avait accordé tant d'importances à sa passion pour la Marquise, qu'un moment il était devenu esclave de ses émotions. Mais il s'était ressaisi... l'amour était une chose frivole après tout, les femmes des êtres emplis de faiblesses...alors que lui, il était ALEXEI, prince permis les hommes et les loups. Et s'y il aurait voulu, rien ne l'aurait empecher de rouer de coups le vieux protecteur de la marquise, ensuite de lui arracher ses vêtements et en se saoulant, de la faire gémir, ici dans cette pièce, et si Miss d'Angennes oseraient s'interposer, il l'aurait prise également par dessus le marché! Cela aurait fait scandale...voir une tempête... mais rien qui ne pouvait l'abattre lui. Il était très sur de lui même.

Oh il aurait pu accomplir ce scénario...si la Marquise n'étais pas de rang si noble...non par sa naissance pensa t'il... mais par l'élégance et la pureté qui émanait d'elle, et qui la rendait désirable, au point de ne pas être une seule conquête de passage, mais bien plus... elle n'était pas qu'une nourriture pour le corps et le sexe... mais pour l'esprit et le coeur, et cela la brutalité ne l'obtiendrais pas, mais seulement d'autres émotions et actes d'une noblesse équivalentes et gracieuses. Il fallait agir autrement, mais surtout il fallait éviter de tomber prissionnier des premières impressions qu'elle avait fait naître.


-Le feu ne peut souffrir du feu...il ne peut qu'en être plus brulânt.

Répondit t'il à l'incendie évoqué par le Duc. Et il y avait toujours un mot ou deux pour chercher à ravir un regard ou un soupir d'Athénaïs. Alexei commencait à comprendre les jeux de la séduction..et qu'on pouvait sédurie juste pour s'amuser! C'était étrange et choquant néanmoins, mais cela semblait l'une des activités préférées des membres de la Cour de France. Mais il n'y avait rien d'un jeu désormai entre lui et la délicate Athénaïs, chaque regard d'Alexei envers elle, était une sorte d'agression amoureuse... "Allons monsieur "mon frère" vous pouvez la protéger de mes avances, mais commet empêcher les regards" Pensa t'il. Le vieux courtisan aurait fort à faire si il voulait poursuivre sa mission!

Alexei le plaint un moment...comment un homme aussi noble...pouvait t'il en être réduit à un role si ingrat...alors que son titre de Pair lui aurait permis les lauriers de la gloire et d'être un loup ! Protégée une dame était un geste noble...mais pour un homme si bien né, il fallait protéger la foi et la gloire...les choses temporelles pouvait être laissés aux serviteurs ou à la noblesse de second rang.

-Permettez un moment que je vous délaisse de votre fardeau, monsieur le Duc de Saint-Agnan. Vous n'avez aucune crainte à avoir, ma protection et mon honneur est d'une nature divine.

Il tenait à lui signaler qu'il n'agirait pas comme un voleur ou un barbare, et qu'il ne porterait pas atteinte à l'honneur du Duc...n'y sa personne ou celle de la Marquise...pour le moment...

Oui c'était vrai, tout les Tsarévitchs avaient été baptisés et éduquée dans la ligne de la vrai foi. La foi issus de Rome et de Constantinople, transmise jusqu'à Moscou, ou le Grand Patriache représentait les volontés de dieu. La Russie était le centre du monde de la foi. "Mais dieu ne m'a t'il pas maudit? "pensa Alexei? "Non...il s'agit plutot du Diable..." Il pensait ainsi au mal mystérieux donc il souffrait quelques fois.

Il sépara donc la Marquise du Duc, et prit la main de la Marquise. À comme il était doux de sentir à nouveau sa peau dans sa main. Il l'aimait encore plus songea t'elle. Inconsiamment elle lui avait fait ouvrir les yeux sur de nouveaux horizons. Mais comment la remercier? Un homme ne remerciait jamais une femme, car un homme ne pouvait être en situation de détresse devant une femme. Un Tsarévitch ne remerciait pas...il démontrait qu'il appréciait.


-Je brûle à nouveau de pouvoir tenir votre main...

Il lui embrassa donc la main doucement, et alors que ces levres touchaient à sa peau, dans ce baise main courtois mais légèrement brusque, il lui mordilla légèrement la peau de la main, sensuellement etlégèrement, afin d'y laisser sa marque, dans un geste discret et sournois. Voyons comment elle réagirait, il la regardait d'un oeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Dramaturge


Nombre de messages : 343
Age : 31
rang : Première Dame de la Reine Mère
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Rencontre de la Marquise   Lun Jan 29 2007, 15:57

Athénaïs était maintenant en confiance, sure de son chevalier servant, sure de sa victoire sur le Tsarévitch, puisque elle était certaine qu'elle lui plaisait et lui avait notifié un refus d'aller plu sloin. Quiconque à la Cour de France eut accordé une jolie victoire à la belle Marquise et elle s'apprêtait à ranger Alexeï dans le chramant rayon des amoureux éconduits, éternels souirant à la moindre faveur... Rayon peu garni, certes mais peuplé de personnes dotées de très hautes qualités.
La tirade sur les contrées barbares lui laissa un goût étrange dans la bouche, ce genre de vie ne concernait pas une Mortamart, certes elle n'était pas la concubine en présomption d'un vague price des steppes... Mais, cela la troublait, un tout petit moment elle s'imagina enlevée dans la steppe par un barbare russe... et ne savait si elle devait en rire ou en frémir de désir. Il va de soit qu'Alexeï eut préféré la seconde solution, mais elle ?
Le murmure de fil sdu Tsar eut plus d'effet, malgré elle elle ne put dissimuler un léger trésaillement, de désir ? de peur ? elle ne pu l'analyser... elle repris contrôle, le bras de fraçois restait ferme et elle même avait pris sa décision, jamais elle ne ferait partie d'un "harem" d'un prince russe si tentant fut-il !

- Le désir, la convoitise n'est que pour roture ou pour fauve des bois... la virilté du fauve n'impressionne qu'en steppe, pas en salon votre excellence... lui murmura-t-elle, tout sourire, fausse candeur et un brin d'ironie.

Elle voulu réagir au "fardeau" mais se dit que François le ferait... Fardeau, était-elle charge poour François, en ce moment précis, certainement, elle devait peser sur les épaules du Pair de France !

Quand il l'arracha à François, sa superbe se terni... elle tenta du regard de dire à François un "non", tenta de rencontrer une aide dans celui de mademoiselle d'Angennes... pas de panique pensa-t-elle !
En effet, que pouvait-il lui arriver, dans un salon de Fontaibleau, en présence de temoins, et d'un témoin Pair de France et ami ? Rien.
Mais elle avit été troublée, encore, prise dans ce sentiment mitigé de désir et de peur ... peur du loup des contes d'enfance, désir que celui ci vous croque !

Le baiser, mitigé de morsure delicate et sensuelle fit le même effet, la laissant perplexe, dans ce délicat chavrement léger, qui lui donnait deux envie, se laisser aller et rabrouer le Prince comme un écolier qui mal se conduit... la première solution n'était aucunement envisageable, pas ici, pas avec Monsieur de Saint-Aignan et témoin d'abondon, la seconde mettrait le feu aux poudres, certainement... Donc ne pas frémir, se faire de glace, laisser un prince russe modilller sa douce main, un peu de contrôle de soit, un soupçon de il ne se passe rien, une pincée de cela ne me fait rien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre de la Marquise   Lun Jan 29 2007, 16:34

Angélique ne comprennait pas trop ce qu'il se passait, elle n'était que spectatrice d'une scène pour tout dire comique.
Contre toute attente le duc mit fin ( peut être pas entièrement ) à toute mésentente qui régnait entre lui et le duc de st aignan en l'embrassant respectueusement pour un russe mais fort outrageusement pour un français noble de surcoit !

Tentative d'approche surement, il essayait peut être de le compter à ses amis. rien n'est inutile lorsqu'il s'agit d'approcher la considération de la marquise, même s'il fallait pour cela en passer par ses proches.

Mais le duc était habile est savait marcher sur un fil tantôt sage et complaisant, tantôt ardent et audacieux comme à l'instant où il prit la marquise à parti pour lui faire un baise main des plus érotiques;
elle semblait paniquer tout d'abord cherchant l'astuce pour s'enfuir des griffes de ce prédateur, mais semblait ensuite tout à fait maîtresse d'elle même;

Quoi qu'il en soit Angélique se demandait bien dans quel jeu elle s'était trouvé et ce qu'elle venait faire dans toutes ces histoires
elle attendit droite sagement que la discussion se poursuive tranquillement guettant les moindres mots, gestes et ressentis des personnes présentent dans cette pièce
Revenir en haut Aller en bas
Saint-Aignan
Dramaturge


Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: Rencontre de la Marquise   Mar Fév 06 2007, 17:17

Aux menaces de François, Alexei répondit sans se démonter. Ce jeune homme était bien trop sûr de lui-même pour qu’on – simple – duc et pair puisse l’impressionner.
Saint-Aignan n’eut pas le temps de répliquer à nouveau, car la marquise s’en chargea, et le fit très bien. En vérité, il aurait dit la même chose… ça ne pouvait donc être qu’excellent.
Cependant, malgré le fait que Beauvillier attache tant d’importance aux mots, aux répliques et aux piques, il ne faut pas s’y méprendre : il voyait parfaitement tout le sérieux qui se dissimulait sous la conversation badine. Il prenait le tout si bien au sérieux qu’il n’avait jusque là pas réussi à se dérider.

Alexei faillit même lui arracher une moue en lui arrachant la marquise : il sentit son bras délicat glisser du sien comme la douce caresse d’un voile de soie, et tous deux croisèrent quelques secondes leurs regards désorientés et inquiets. La Montespan n’était pas plus tranquille que lui de se faire ainsi ‘capturer’ par son russe.
C’est vrai, cependant, il n’y avait rien à craindre… dans l’immédiat.

Il lui fit un baise-main, et pendant ce temps François chercha le moyen de revenir sur le devant de la scène, afin qu’il délaisse un peu la pauvre Athénaïs. Mais là, à moins de paraître totalement impoli, il ne pouvait se permettre de se mettre en avant.
Aussi, il s’appuya sur sa badine et attendit dans la suite des évènements, le moment propice afin de sauver sa belle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Dramaturge


Nombre de messages : 343
Age : 31
rang : Première Dame de la Reine Mère
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Rencontre de la Marquise   Mer Fév 07 2007, 08:38

Athénaïs constata que François, après un élégant baise main, sans morsure sensuelle, se mettait en réserve, non de la République, cela n'était pas encore le moment, mais en réserve défensive.
A elle, donc, de faire front. Faire front en salon, lancer une réplique mordante, ça elle savait faire mais faire front à une violence physique éventuelle, cela depassait ses compétances de dame de cour. Elle espérait que la présence de deux témoins dissuaderait la Tsarévitch, tiens je pense Tsarévitich et plus Alexeï se dit-elle, d'en arriver à la violence. En fait, elle croyait lire dans le regard du loup des steppes un désapointement, une blessure... Mais à quoi pouvait-il donc s'attendre de plus, à ce qu'elle cède face à cette sur-virilité affichée et que son corps prenne le dessus sur son esprit ? A ce qu'elle affiche une liaison dangereuse pour sa réputation avec un noble, soi de haut rang, mais étranger, liaison qui risquerait de la compromettre, de faire d'elle une femme à la réputation entâchée ?

Il est vrai qu'il ne savait comme la Cour peut être mesquine, qu'il ne savait combien une femme avait à perdre à se compromettre... Quelque part, au fond d'elle, elle était touchée par la désarmante naïveté du si jeune homme... Touchée par son désir aussi, désir pour toute femme, certainement, un tant soit peu désirable, mais pour elle ... aussi. Touchée et aussi flattée. Car il est flatteur à la Cour d'avoir des soupirants, il est malheureusement aussi flatteur qu'ils soient éconduits. Un seul ne peut l'être, et c'est ce seul là qu'elel attendait en embuscade, c'est à ce seul là qu'elle se donnerait s'il le lui demandait. Car là, sa réputation ne serait pas entâchée, bien au contraire, elle deviendrait la Maîtresse, l'officielle, celle dont on parle et dont on craint l'influence.

Ambitieuse ? Oui... mais pour jouer un rôle, un grand rôle, parce qu'elel savait qu'elle serait utile à la cause des femmes, car elle savait que sous son minois si plein de grace il y avait une intelligence ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexei
Poete


Nombre de messages : 161
Age : 34
rang : Grand Duc
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Rencontre de la Marquise   Jeu Fév 08 2007, 01:40

Plus personne ne disait mot depuis un moment... La marquise venait de sous-entendre qu'il n'était guère impressionnant...!

Était-ce un commentaire déguisé réellement, ou une remarque que pour égayer la conversation. Peu importe...il était temps de démontrer qu'y il était...lui Alexei...le fauve. Il avait chassé la Marquise, mais à trop chasser parfois, la proie finit par se détourner. Il avait assez donné, à elle maintenant de se rapprocher... Il laissa aller sa main.

-Retirez le désir et la convoitise du coeur des hommes, et vous n'y trouverez qu'une envellope vide... et malgré ce que vous en disez, je sais qu'il couvre en vous le goût de ses pulsions sauvages. Quant à la virilité du fauve, prenez garde, un animal est un animal, peu importe ou il se trouve... Craignez son regard et sa griffe...

Il fit quelques pas en direction de miss Angélique. Puisque Athénaïs préfere le bras d'un vieux soupirant, à son bras emplis de passion et de puissance, qu'elle garde son "protecteur"! Alexei était décu et quelques peu fâchés. Et il ne viendrais pas mendier ses faveurs et ses attentions! Jouer au soupirant n'était pas pour lui...conclut-il.

-Peut-être avez vous raison, ce salon est guère approprié pour que je puisse démontrer mes talents de fauve....donc voila... dans trois jours... sur les bords de la Seine, vous, et tous les courtisans de la Cour de France, qui voudrons constater de leur propres yeux, l'audace, le courage, et la puissance de la Sainte Russie dont JE suis le représentant, démontrerai que la bravoure n'appertient qu'aux hommes de passions.

Il se tourna vers Saint-Agnan.


-Vous êtes aussi invité "mon frère"... et j'espère que vous pourez aussi préservez aussi bien l'honneur de la noblesse française que celle de votre charmante protégée... et que vous serez capable de répéter mon geste.

Il le mettait carrément au défi. Évincons ce belâtre , montrons à la Marquise, que l'homme malgré tout sa jolie éloquance et son esprit, est totalement vulnérable aux rigeurs des dangers et qu'il ne sera jamais en mesure de rivaliser avec la virilité d'Alexei.

-J'ose compter sur votre précense Mme de Montespan... n'oubliez pas votre foulard, le temps est froid, et vous êtes souffrante légèrement je crois...

Le mystère qu'il laissa planer autour de cet étrange défi, suffirait à attisser la curiosité de tous, et en défiant son protecteur, qu'elle avait par sa faute placer dans cette situation difficile, elle n'aurais pas le choix que d'assister au défi.

Il prit la main d'Angélique et l'embrassa. Non pour que la Marquise soit jalouse cette fois ci. Mais pour son propre plaisir et pour montrer qu'on avait avantage à plaire au Grand Duc, qu'à déplaire. Simple règle de cour bien entendu. Il soulignait à la Marquise que sa position ne l'obligait nullement à chercher à plaire pour sa part, et que toutes ses attentions soupirantes envers elle, était vraiment significative. Il demanda à Angélique.

-Et si vous nous serviez à boire ma chère amie?

Tout cela lui avait donné envi d'alcool bien entendu!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Dramaturge


Nombre de messages : 343
Age : 31
rang : Première Dame de la Reine Mère
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Rencontre de la Marquise   Jeu Fév 08 2007, 08:57

Ah... pensa-t-elle voici venir la déception, c'était attendu, et elle préférait cela à la violence.
Elle reposa, paisiblement, et avec dignité son bras sur celui de François, pour se rassurer elle même mais surtout pour lui exprimer une fois encore ses remerciements pour son soutien, courageux.

-Oh, votre excellence, sachez que je crains le griffe, sachez qu'on ne m'a pas élevée en prévision de violence physique ou de tentation de virilité exacerbée... Vous pouvez considérer ceette éducation comme anesthésante, je peux la considérer comme un apaisement, une sérénité civilisée et bienvenue. Nos points de vue diffèrent, n'y voyons pas raison de conflit, cela me fâcherait. Et je n'aimerais pas vous quitter ce jour fâchée ...

Son regard se voulait maternel, comme si les quelques années de différence entre eux s'accentuaient ...

Quand il lança son défi... elle le regarda avec apréhension, défier François de Saint Aignan... un défi physique au "vieux" Duc était ridicule, il avait passé l'âge des démonstrations de ce genre et sa fonction le posait elle aussi dans une autre dimension de démonstration de pouvoir. Elle avait envie de lui dire qu'elle se choissirait un autre champion pour ce genre de démonstration mais elle ne voulait pas vexer son protecteur et surtout ne voyait pas qui pourrait pour elle relever le gant...

Elle laissa donc François donner sa propre réponse au jeune fauve des steppes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saint-Aignan
Dramaturge


Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: Rencontre de la Marquise   Jeu Fév 08 2007, 17:01

"Monsieur le Grand Duc, enfin, je suis un homme de lettres"

Rassuré par la main de madame de Montespan posée à nouveau sur son bras, François osa se rebiffer face au défi.
Un défi aussi ridicule que c'était possible. S'il avait été un jeune homme fringuant, prêt à tout pour se faire remarquer de la Cour, pourquoi pas... mais non seulement il aurait honte de dévoiler son corps à tous (on pouvait supposer que la proximité de la rivière impliquerait de se dénuder), mais il n'avait nul besoin de se faire remarquer de qui que se soit à la Cour.
Si ce n'est de la marquise...
Il lui jeta un coup d'oeil, et elle sembla l'approuver. Aussi, ce n'était pas par une démonstration de force qui se terminerait forcément d'une façon humiliante pour lui qu'il arriverait à ses fins.


"Je peux vous relever tous les défis de danse, de poésie, ou même de mousquèterie que vous voudrez, mais j'ai passé l'âge des luttes que vous semblez affectionner."

Il pensa que la Cour, elle, serait néanmoins friande de ce genre de divertissement, et que s'il insistait pour absolument se battre avec quelqu'un, il pourrait bien organiser la rencontre publique... avec quelqu'un d'autre, cela va de soi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexei
Poete


Nombre de messages : 161
Age : 34
rang : Grand Duc
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Rencontre de la Marquise   Jeu Fév 08 2007, 21:49

Alexei les tenaient. Ainsi le protecteur de la Marquise se relevait faillible. Quel mauvais choix Athénaïs pensa t'il... vous n'aviez pas besoin de protecteur d'ailleurs puisque j'aurais pu être celui-ci. Mais cela il refusa de le dire à voix haute. Il voulait la faire regretter, mais maintenant qu'il voyait le vieil homme désempérer il ressentit un peu de honte. À vaincre sans péril on triomphe sans gloire... et pourquoi s'en prendre à un humble ainé, d'ailleurs il avait déja déclarer sa faiblesse.

-Un homme de lettres? De la Danse, de la Poésie? Mais monsieur ces domaines d'exercices là sont réservés aux femmes...

Cela se pouvait t'il qu'un homme si bien né soit effiminé? Certes il n'avait plus l'âge des exercices viriles, mais de là à se réfugier ainsi dans la dentellle...

-Rassurez vous néanmoins il ne m'est jamais venu à l'esprit que nous en venions à un confrontation de lutte ou ce genre de violence, il existe d'autres facon de prouver son courage que de se battre. Il ne s'agissait que d'une épreuve d'habilité et de courage.

L'homme ne souhaitait pas révéler le défi. Alexei n'inisterai pas. Mais il irait quand même à la rivière puisqu'il avait dit qu'il irait. Cela serait aussi bon pour l'esprit.

-J'irais donc à la rivière seul puisque c'est ainsi... Peut-être y rencontrerais-je un jeune homme intéressé à prouver sa valeur.... Passez le mot je vous prie...si cette personne réussirait à m'égaler, elle aurait le privilège de m'accompagner à la chasse avec le Roi et moi.

Il fallait être généreux, c'était une maxime de son pays, récompenser les actes de bravoure et de dévotion.

Elle reprit le bras du vieux soupirant. Comment pouvait elle revenir au bras d'un homme qui se dérobait ainsi au premier signe de danger? Il avait pourtant d'autre corde à son arc. Quel protecteur ironisa t'il. Devrait t'il apprendre lui aussi la poésie et les lettres pour s'attirer les grâces de la Marquise? Brrrr il fut parcourut d'un grand frisson. Non, Jamais!

Elle s'affichait lointaine, maternelle, seraine malgré tout. Il pensa à sa mère... un esprit trempée identique, bien que la Tsarista avait en elle un feu plus dévastateur... Étais-ce pour cela qu'il ressentait une attirance envers la Marquise, pour cette recherche d'affection maternelle? Ridicule! Songea t'il. Il chassa ces pensées dangereuses et qu'il jugait d'une grande faiblesse.

La violence il restait toujours cette solution pour la contrainte...cela serait facile, il en avait l'habitude. Mais quelques choses lui disait qu'il en serait incapable envers elle... pourquoi donc? Et cela renforca encore sa mauvaise humeur! Et la vodka tardait! Le comble! Le désastre!

Oui maintenant qu'elle se refusait, il ne lui restait plus qu'à s'enivrer...


-Vous n'avez pas besoin de me quittez faché, je le suis déja sufficament!

Il ne cacherait pas ces émotions décida t'il. Néanmoins ses interlocuteurs n'avaient pas suivi son raissonement mentale, et trouverait sa dernière réplique déconcertante. Qu'importait...deux femmes et un homme faillible. Ce qu'il l'irritait le plus, c'était toute la puissance en lui qu'il possédait, et qu'en cet instant il était incapable de libérer.

Il réalisa qu'il serrait très très fort la main d'Angélique, celle ci devait même en souffrir, il relacha. Hum il avait déja propulsé le vase de fleur sur le mur, il n'avais pas d'autre projectile à portée de sa main... dommage.... Il cherchait du regard des munitions. Ahrrrggg ces yeux revenaient se poser sur la poitrine et la taille d'Athénaïs inévitablement! Il se maudit lui même!

Toute ces émotions commencaient à l'épuiser. Il désirait s'assoir... Mais il ne pouvait s'assoir le premier, il démontrerait une faiblesse... Il souffla et reprit calmement et plus posément.

-Oh mais je suis vilain hôte...je menace la dame qui comble mes yeux et (détruit? )ravit mon coeur, et je lui parle de déferlement de passion. Et je défit (maladroitement? non jamais ce mot!!) légèrement un homme qui de toute évidence par son rang et ses relations n'a plus rien à prouver, sinon que de jouir des lauriers de sa gloire. Et j'ennui posément la très jolie Angélique qui doit me trouver bien ...frivole.

Il sourit à sa propre ironie. Oui tout cela était un peu frivole, que de trop insister pour conquérir une jeune dame. Après tout il avait tellement de jeunes femmes avec qui il pourrait appaiser cette passion fiévreuse . Son front était si chaud.

-Assisez vous madame, mademoiselle, monsieur je vous prie... Oh pas par là monsieur, il y a des éclats de verre, de la jarre que j'ai tantôt détruite... Je n'aimerais pas voir ces mains délicates qui manie si bien la plume, endommagée par ma faute. Madame de Montespan m'en gourmanderait pour sûr!

Un autre homme qu'Alexei aurait sans doute prétendu qu'il s'agissait d'un domestique ou autre. Mais Alexei était plus direct.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre de la Marquise   Ven Fév 09 2007, 16:07

Alexei recommençait à parler de la littérature avec une sorte de misogynie dans la voix
toutes ses valeurs et ses passions, ce cher duc les piétinait comme s'il s'agissait d'une honte qu'il ne fallait laisser pour nourriture qu'aux " femmes " choses aussi petites à ses yeux
Elle décida de prendre la parole un instant assez court pour mieux disparaître ensuite, mais le laisser parler ainsi serait comme ignorer sa propre personne
elle le regarda donc la main toujours tenue par la sienne


permettez moi messire, mais vous parlez d'habileté ..
manier la plume aussi bien que le fleuret n'est il pas faire preuve d'une grande habileté ?! et je ne pense que monsieur le duc de st aignan me contredirait.

La sagesse est éternelle alors que la force dépérit avec le temps, et savoir l'utiliser à son propre plaisir est une certaine forme de réussite et de pouvoir
Aussi je serai admirablement étonnée de vous voir briller à cette manière monsieur le duc, un défi à la hauteur de son nom, vous qui aimez tant vous surpasser à chaque instant

elle retira délicatement sa main de son étau un petit sourire en coin
elle ne voulait le froisser bien au contraire, d'ailleurs elle s'enquit de ne rien ajouter
et rebondit sur la proposition de s'asseoir afin de s'éclipser au plus vite et laisser là son impression d'étouffer


Pendant que vous prenez place je vais de ce pas chercher de quoi vous désaltérer

Quelque chose ... il fallait qu'elle trouve autre chose que de l'alcool ! elle savait qu'alexei voulait de la vodka mais si elle ramenait quoi que ce soit de ce genre, les esprits s'échaufferaient bien trop vite ! Aussi elle ne demanda à aucun des serviteurs présents, ils ramèneraient sans nul doute une de ses innombrables bouteilles en réserve !
Elle s'empressa de s'enfuir vers l'autre pièce, des chocolats chauds ou du thé feront l'affaire !
Revenir en haut Aller en bas
Saint-Aignan
Dramaturge


Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: Rencontre de la Marquise   Mar Fév 13 2007, 17:40

[désolé...]

François, à l'entente de la déception expressive du russe, se sentit hautement insulté. Mais il comprit bien vite qu'Alexei dénigrait tout aussi bien les poètes que le genre féminin, genre auquel il était très attaché (discret coup d'oeil à la marquise). Il sut néanmoins rester digne devant tant de morgue, et accepta la gifle la tête et la truffe haute, comme il l'avait toujours su faire.


-Je n'ai nul besoin de prouver ni mon habileté ni mon courage, mon seigneur. J'ai suffisamment batailler dans ma jeunesse au service de mon Roy, risquant ma vie cent fois, pour profiter à présent de plaisirs raffinés et moins dangereux.

Angélique prit alors la parole et le défendit comme elle put. Tel le gentilhomme qu'il était, François s'inclina le discours de la demoiselle fini : il la remerciait.

St Aignan comprit que le prince avait de plus en plus de mal à se maîtriser, aussi ne rallongea-t-il pas cette révérence, et se refit de suite statue de pierre.
"Mon frère" n'aura pas duré longtemps...


Citation :

Et je défit (maladroitement? non jamais ce mot!!) légèrement un homme qui de toute évidence par son rang et ses relations n'a plus rien à prouver, sinon que de jouir des lauriers de sa gloire.

François désira caresser dans le sens du poil :


-Vous n'en restez pas moins un hôte de marque pour autant, et quoique vous fassiez, jamais l'on ne pourra vous en tenir rigueur...

Une flatterie, c'était si vite sorti...
Etriller Fauvel ne sembla pas être si efficace que cela pourtant, car Alexei fit une nouvelle allusion à son état d'écrivain en se gaussant... Boarf, St Aignan avait l'habitude avec Chastignac, mais là tout de même, c'était un duc à qui l'on ne pouvait se permettre un bon mot pour lui clouer le bec.
François changea de fauteuil, donc, pour se pas s'abîmer les mains de paresseux, semblait-il penser...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Dramaturge


Nombre de messages : 343
Age : 31
rang : Première Dame de la Reine Mère
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Rencontre de la Marquise   Lun Fév 19 2007, 09:08

Athénaïs se plaçait hors du débat, François tirait fort bien à fleuret moucheté et la damoiselle Angélique avait bien résumé sa propre pensée... Elle se contentait de soutenir du ragard François, appuyant d'un battement des cils ses répliques ...

Elle regardait le bel Alexeï se débattre, se contentant vis à vis de lui de regards attendris, ayant noté aque son attitude presque maternelle, comme une dame regarderait un petit garçon peu sage le déconcertait ... le plaçant de fait dans une attitude d'infériorité.

Elle ignora donc les piques diverses du Tsarévitch... mais gentillement, toute de grâce et de légèreté pris place dans un fauteuil, loin du troubalnt joli vase éclaté... elle aussi se sentait porcelaine face à la fureur possible du rustre ... Elle les regarda donc, ces débris de ce qui fut une oeuvre d'art, surement produite dans la manufacture royale sise peu loin de ce château... Quel dommage, pensa-t-elle.

Puis ses yeux se posèrent sur Angélique qui semblait chercher quelque chose à boire, Aléxeï avait surement prévu ce qui ne convenait pas, il semblait avoir le chic pour cela... elle eut un sourire furtif qui chassa ses idées noire, ses idées d'oeuvre brisée... elle avait envie de partir d'ici mais restait de marbre face à tous.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre de la Marquise   Aujourd'hui à 20:21

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre de la Marquise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» ANGÉLIQUE___ «Marquise des Anges »[5%]
» Révérie [Marquise de l'Epine Dorée]
» Laissez passer la marquise ... (en cours de réalisation !)
» Gabrielle Rochechouart de Mortemart, Marquise de Thianges [Terminééée]
» Marquise Du Parc-L'art de plaire est l'art de tromper

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: