1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Exploration du château

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emelyne
Invité



MessageSujet: Exploration du château   Sam Jan 13 2007, 22:03

-Comme cela vous ne voulez pas que je vous accompagne chez monseigneur Colbert ?

Bastien Descartes adopta la mine du père désolé pour sa fille à qui il ne pouvait pas offrir tous ses caprices.

-Mais Miette...

-Père, on risquerait de nous entendre !

Monsieur Descartes jeta un bref regard par-dessus son épaule, comme s’il avait peur qu’en effet, quelqu’un ne les observe.
En vérité, là n’était pas le problème : dame Emelyne ne supportait plus depuis longtemps le surnom de Miette, qu’elle avait déjà du subir toute son enfance.


-Ce n’est pas que cela me plait, très chère, mais monsieur Colbert souhaite me parler en privé. Ce rendez-vous ne t’amusera pas. Deux vieux amis qui se revoient après une éternité passée chacun de son côté. Tu t’ennuierais...

Emelyne croisa les bras, l’air buté.
Elle se doutait bien que son père avait raison, mais cela ne l’empêchait pas de vouloir rencontrer le grand Colbert. Depuis qu’il avait lancé sa fameuse théorie Colbertiste, l’homme était devenu important auprès du roi, exactement ce qui attirait la jeune femme.


Finalement, elle du admettre – non sans grimace – qu’elle aurait encore toutes les occasions du monde pour rencontrer l’ami de son père. Rien ne servait d’être si pressée, au contraire, cela ruinerait sa crédibilité, or pour devenir quelqu'un de vraiment important, il fallait être réaliste, ou du moins donner cette impression au public.
Baisser les bras ainsi l’écœurait, mais il fallait bien parfois savoir ravaler sa fierté. Ne fuse que pour mordre plus tard trois fois plus fort.


-Bien. S’il en va de vos désirs, père, je vous laisserai seule avec votre ami. C’est votre droit après tout ! déclara-t-elle avec une moue toute calculée.

Bastien Descartes sembla à peine surpris du brusque changement de position de sa fille.

Il devait avoir l’habitude, depuis le temps.

-Merci ma chérie. Je te propose de visiter un peu les lieux. Après tout, ici sera ta nouvelle demeure désormais. Je me suis laissé dire qu’une salle d’art venait d’ouvrir ses portes à tous les artistes... Peut-être y trouveras-tu ton plaisir ?

Emelyne haussa les épaules, signe qu'elle en doutait.
La jeune femme évitait à tout prix de montrer à son père qu'en fait, oui, elle s'amuserait plutôt à découvrir le château et ses nombreuses salles.
Peut-être souhaitait-elle qu'il se sente coupable de l'avoir ainsi rejetée?
Et puis, une salle d’art, pour elle qui aimait la peinture, pouvait se révéler le lieu approprié pour commencer à tisser sa toile de relations... Mais oui !


-Je verrai père. Amusez-vous bien.

La jeune femme s’inclina promptement.
Gardant les yeux fixés sur son dos jusqu'à ce qu’il ait tourné à l’angle du couloir, elle haussa à nouveau les épaules.
Ayant une petite pensée pour Juliette, sa servante, qui devait être occupée de déplier les valises, dame Emelyne se sentit un peu seule.
Tout ce qu'elle avait laissé derrière elle en Suisse ! Que n'était-elle pas en train de rater là-bas ?
Secouant la tête, la jeune femme se réprimanda de l'intérieur : sa nouvelle vie commençait ici et maintenant, à Fontainebleau !
Il n'y avait guère de place pour les regrets...

Décidément, une petite visite du château s’imposait !
Revenir en haut Aller en bas
Alexei
Poete


Nombre de messages : 161
Age : 34
rang : Grand Duc
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Exploration du château   Mer Jan 17 2007, 18:14

PAF!!

Un homme s'écroula aux pieds d'Emelyne après qu'elle eut avancée dans sa visite. Il venait d'être violament giflé par un autre. L'homme à terre était fort jeune, un adolescant, charmant mais virile, ces cheveux étaient vif et son regard brillant, bien qu'en ce moment remplis de crainte.

-Votre Excellance...je suis désolé...je...

-Tu es Désolé Sergei! Mais pas autant que moi, pauvre abruti! Tu as échoué dans ta mission! Une mission pourtant si facile! Comment peux tu échouer toi un servent du Tsarévitch?

L'homme qui l'avait giflé, était un peu plus vieux, mais combien plus imposant, puissant, virile, son habit était d'une blancheur immaculé, ces cheveux coulaient sur son cou. Il n'était pas trop corpulant, mais tout son corps tendue, ressemblait à une épée, un loup, un serpent, car sa voix sifflante était froide et coupante. Il ne voyait visiblement pas Emelyne. Sergei, le jeune adolescent répondit.

- Le bijoutier à été cambriolé Votre Excellance, ces stocks sont présentement vide, et il est incapable pour l'heure de satisfaire vos demandes...il faudra attendre je crains...je suis désolé!

-Cambriolé? Il n'y a donc que des insolents et des voleurs dans ce pays? Des femmes arrogante et bien mal disciplinée? Que le bijoutier ait été volé est une chose, mais moi l'on vient de me volé l'opportunité du cadeau que je comptais lui offrir à ELLE! Que dira t'elle si je me présente à elle les mains vides, comme un vulgaire manant! Devrais-je moi aussi en être réduit à voler pour me procurer de quoi combler mes maitresses?

-Je ne sais pas Votre Excellance...je ...je...vous....

Sergei bégayait, il essayait deséperement d'appaisser la fureur du jeune Duc.

Alexei venait d'appercevoir Emelyne. Il la regarda comme un loup détaille une proie. Il leva un sourcil. Puis il lui parla.


-Triste époque n'est ce pas, madame? Oh mais ne rougissez pas d'avoir ainsi un homme à vos pieds...à en jugez par votre beauté, cela à déja du vous arriver à maintes reprise... Je punirais bien sur mon homme d'avoir osé colorer vos joues de honte par cette pauvre situation.

Sergei baissa les yeux. Il craignait tellement la fureur du Duc. Mais il accepterait la punition stoiquement. Il était un homme après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Exploration du château   Mer Jan 17 2007, 18:19

[macho macho meeeeeeeen whistle Je crois qu'Emelyne est déjà chez Madame Scarron... box1 ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emelyne
Invité



MessageSujet: Re: Exploration du château   Mer Jan 17 2007, 18:45

[Hj: oui, vous croyez bien, messire de Chastignac, mais n'ayez crainte ! Je dirais que cette rencontre se passe avant la scène chez Mme Scarron Wink
Tout rentrera dans l'ordre que les admins font tant de leur mieux à préserver whistle
Par contre, si vous pouviez supprimer le deuxième message que j'ai écrit, celui qui annonce que je m'en vais chez Mme Scarron...
(Je vous réponds demain, Alexei Wink)]


Dernière édition par le Mer Jan 17 2007, 18:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alexei
Poete


Nombre de messages : 161
Age : 34
rang : Grand Duc
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Exploration du château   Mer Jan 17 2007, 18:47

( Macho moi?? Mais je suis un grand féministe au fond! SI si ! C'est dur à croire, mais c'est vrai!

Et je ne vois pas ce qu'il y a de macho à tendre un rp à une jeune nouvelle qui ne demande qu'on s'occupe d'elle. Je suis un exemple de galenterie! looool)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Dramaturge


Nombre de messages : 343
Age : 31
rang : Première Dame de la Reine Mère
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Exploration du château   Jeu Jan 18 2007, 09:41

[galanterie ? je rêve !
Faites attention Emelyne, notre galant a souvent la main leste !
Mais cela nous fera un sujet de conversation chez Mme Scaron, Louise de Frenolec et moi même connaissont déjà le terrible Alexeï, bon moi il ne m'a pas encore frappée Wink]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emelyne
Invité



MessageSujet: Re: Exploration du château   Jeu Jan 18 2007, 18:48

Dame Emelyne se promenait tranquillement à la recherche des cuisines lorsque survint l'incident.
Au départ, la demoiselle avait décidé de visiter les salles de banquets, mais celles-ci s'étaient vite révélées des plus ennuyeuses. Les cuisines par contre, lui semblaient bien plus intéressantes.
Surtout pour elle, qui jamais de sa vie entière n'avait cuit un oeuf.

Mais voilà qu'au moment où elle croyait sentir une odeur de poulet rôti - car oui, pour donner une touche passionnante au jeu, Emelyne s'était fiée à son nez - un jeune homme atterrit à ses pieds.
La jeune femme ne s'en formalisa pas, attendant qu'il se relève et qu'il s'excuse, lorsqu'une voix terrifiante se fit entendre, cognant contre les murs et rebondissant sur les tapisseries.
Ouf, visiblement ce n'était pas après elle qu'on criait !
Reprenant son souffle, la jeune femme écouta - vu qu'elle ne pouvait pas faire autrement - et fut à nouveau frappée par la colère de l'homme. Ce pauvre garçon au sol n'y était pas par hasard... non, quelqu'un l'y avait envoyé, et pas délicatement, à ce qu'il paraissait.
C'est alors que Emelyne pu coller un visage sur la voix, car l'homme tourna au coin du couloir.
La jeune femme ne déglutit pas, mais fut cependant contrainte d'avouer que cette voix coupante et sèche méritait bien le profil de celui qui la portait. L'homme avait tout du riche, blasé, puissant et passant son temps à crier pour donner ses ordres ou pour punir.
Elle n'aimerait pour rien au monde être à la place du jeune serviteur...

Puis soudainement, les yeux du type s'arrêtèrent sur la jeune femme, qui ne s'en sentit pas très à l'aise.
Le spectacle auquel elle venait d'assister la répugnait cependant assez pour qu'elle se permette un commentaire.
Ce qu'elle fit :


-Laissez-moi vous rassurer, messire... Ce n'est pas votre jeune serviteur qui me fait rougir de honte, mais plutôt la brutalité avec laquelle son maître le traite, alors que le malheureux tente tout pour lui expliquer qu'il n'y est pour rien.

La demoiselle reprit, le souffle coupé par sa propre audace :

-C'est la peur qui se lit dans ses yeux qui me fait rougir ainsi ! Ce jeune esclave paye car son maître ne s'y est pas prit à temps pour se faire procurer ses cadeaux !

Emelyne termina en s'autorisant un sourire.
Sachant mieux que quiconque combien il fallait "s'adapter aux nobles" pour mieux entrer dans leur groupe, elle avait pourtant jeté toutes ces bonnes règles aux orties pour ne garder que la franchîse... Sans doute le payerait-elle au prix fort, mais au moins sa conscience n'en souffrirait pas.
Il fallait trouver le point positif partout, même si c'était quelques fois très dûr : il en allait du secret de la joie.

Maintenant qu'elle y était, la demoiselle ne pouvait plus faire demi-tour. Par contre, calmer l'adversaire entrait encore dans compétences, bien qu'elle ne se fasse pas trop d'illusions à ce propos.
Elle pouvait toujours essayer.

Du coup, Emelyne Descartes se radoucit et continua, d'une voix beaucoup plus amicale :


-Mais si vous le désirez, messire, je peux vous conseiller. Peut-être madame serait-elle plus heureuse d'un bouquet de fleurs cueillit de votre main et d'un mot personnel, que du plus riches des bijoux...

Puis elle se tut, attendant la réaction du jeune noble pour savoir s'il fallait tendre la main et commencer les présentations ou plutôt prendre ses jambes à son cou pour fuir...
Revenir en haut Aller en bas
Alexei
Poete


Nombre de messages : 161
Age : 34
rang : Grand Duc
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Exploration du château   Ven Jan 19 2007, 20:12

Il s'était adresser plûtot formellement à l'étrangère. Mais de la facon donc elle répondait, il n'avais pas le choix de se concentrer sur elle un instant. Sergei lui profita de cette diverstion pour s'éloigner tranquillement.

-La "Brutalité" vous fait rougir? Bien c'est le but que la brutalité recherche je dirais... bien que j'aimerais aussi voir la peur dans ces charmants yeux que sont les vôtres... La peur est délicieuse pour des prunelles féminines...

Sa voix était basse...sifflante et ensorcelante, ou il y glissait des compliments frisonnants et des idées virulantes. Il reprit avec plus de véhémance:

-Ne soyez pas trop prompte à défendre un simple serviteur... pour certains rangs cela serait se rebaisser... et pour d'autres ils pourraient partager la punition...

Elle osait le blâmer lui! Qui était-elle? Et pour qui la prenait t'il.

-Je suis le Duc Alexei...et je n'ai pas à me faire dire ce que je dois faire pour m'occuper de mes gens.

Il prit un regard sévère. Il devrait la punir plus explicitement. Mais il était un peu las de devoir remettre à leur place toute les jeunes dames arrogantes de la cour. Elles faisaient visiblement de cette arrogance une astuce pour grimper les échelons, mais elles ne réalisaient pas que ce n'était pas nécessairement la meilleur facon. Elles étaient si facile à provoquer en plus... Il riait intérieurement. Il écouta la suite de ces mots et reprit d'une voix digne et dur au début:

-Je ne vous ai pas autoriser à me conseiller madame. Mais je vais vous répondre néanmoins...pour cette fois...

-Je ne suis pas un manant ou un triste baronnet...je ne peux pas offrir des simples fleurs pour un cadeau sublime. Le cadeau doit être à l'image de ma richesse et de ma puissance, mais aussi de la grâce et de la dignité de celle qui recevra le présent.

-Je ne peux qu'offrir, qu'une pièce unique donc. De l'Art ou des Bijoux, car ces deux choses brillent continuellement tout comme la volonté et le prestige.

Il tournait légèrement autour d'elle...sa voix redevint un souffle ensorceleur et énigmatique.

-Les fleurs sont faites pour parer les cheveux...les fleurs sont faites pour parfumer la peau... les fleurs sont faites pour réfleter un regard...les fleurs sont faites carresser les joues...

Il jugea bon de s'en tenir là. Il ne fallait pas trop l'étourdir, elle n'était qu'une inconnue après tout. Que dirait-on si il murmurait pas mégard des murmures à une femme non digne. Il reprit normalement:

-Oublions les fleurs...cela ne convient pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emelyne
Invité



MessageSujet: Re: Exploration du château   Sam Jan 20 2007, 11:02

Emelyne ne baissa ni la tête, ni les bras.
L'homme - un Duc, mais à quoi donc s'était-elle frottée ? - semblait la toiser, l'observant de ses yeux encorcelants, tandis qu'elle lui rendait son regard, comme les circonstances l'y obligeaient.

Sa remarque n'avait donc pas été appréciée - c'était même le contraire à vue d'oeil. Hum, voilà qui compliquait de bien des manières les choses.
Demoiselle Descartes avait donc affaire à un jeune homme arrogant, imbu de lui-même et piqué au vif, ce dernier étant sans doute le pire des trois.


-Je ne me suis pas rabaissée en prenant la défense de votre esclave : l'épouvante inscrite dans ses yeux m'a touchée profondément, mais je n'ai rien contre vous.
C'est vous, qui en me racontant que vous le punirez d'avantage puisqu'il avait coloré mes joues de rouge, avez entraîné ma réaction récalcitrante.
Et je n'ai aucune honte à avouer que la brutalité me répugne au plus haut point.


Mais comment avait-elle fait pour s'attirer tant d'ennuis dés son premier jour au palais ?

-En tant qu'homme libre, vous faites ce qu'il vous plaît des gens qui sont à votre service. Je reconnais de bon coeur que à ce sujet je n'ai pas mon mot à dire. Tuer-les si vous jugez la punition adéquate : ils ne pourront plus vous servir.

Elle avait l'air bien maligne, elle, à tenir tête à ce Duc. Et pourtant... Connue pour être reconnaissante et gentille envers ses esclaves, la demoiselle jamais n'avait eu à souffrir d'une quelconque désobéissance, même des plus minimes.
De plus, cela entrainait le fait que ses serviteurs l'aimaient beaucoup et qu'ils faisaient d'autant plus attention de ne pas lui déplaire.
Visiblement, ce Alexei s'y prenait différemment, et peut-être était-il piqué au vif car justement, sa méthode se révélait moins efficace que celle de la jeune fille ? Emelyne n'aurait sut le dire...
C'est qu'il cachait bien ses pensées sous cet air de gros dur !


-Emelyne Descartes est mon nom.
Je comprends cependant que vous devez prouver votre valeur et votre puissance à madame de par les cadeaux que vous lui présentez. Il serait indigne d'elle de lui offrir des fleurs, qui comme vous l'avez dit, ne conviennent pas... Que radoterait-on derrière votre dos au palais ?


La jeune femme évita de dire que à ses yeux, les bijoux étaient l'oeuvre de l'homme et donc simplement humains. Les fleurs par contre, étaient d'une perfection tout à fait naturelle et ainsi dépourvues d'impureté.
De toute façon, l'homme ne voudrait rien entendre, et puis, là n'était que son humble avis de mortelle.

Le romantique de l'amour n'existait donc plus ici à Fontainebleau... Hélas, ce qui comptait était l'argent, l'argent et encore l'argent.
Même les cadeaux servaient à prouver la puissance et la richesse qu'on était en état d'offrir !

Elle-même issue d'une famille noble fortement fortunée, la jeune femme avait grandi dés sa plus jeune enfance dans le luxe complet. Or ce qui l'amusait le plus lorqu'elle était haute comme trois pommes, était de se déguiser en paysanne pour changer d'air.
Emelyne était l'amie du peuple et n'aimait pas voir son monde souffrir, quel qu'il soit.
Peut-être était-ce là une de ses meilleures qualités ?
Quoi qu'il en soit, ce qu'elle recherchait, elle, était différent. Un homme qui lui montrerait combien il tenait à elle en puisant ses idées de cadeaux dans l'originalité et non dans le fric.
Elle était un peu révolutionnaire sur les bords et devait tenir cela de son grand-père, l'inventeur du doute méthodique.


-Je ne souhaite en aucun cas vous importuner plus, messire. Remarquez que votre esclave en a profité pour s'éclipser, peut-être devriez-vous aller lui infliger cette punition qu'il mérite tant ?

Le petit soupçon d'ironie disimulé dans cette phrase n'avait pas pu échapper au Duc.
Emelyne, de son côté, était douchée dans son enthousiasme à propos de Fontainebleau, qu'avant cette scène elle idéalisait.

Dommage qu'un homme au regard si fascinant et à la voix si profonde fut si désagréable et brutal. Oui, aux yeux de la jeune femme, pas tout à fait insensible, c'était du gachis.
Revenir en haut Aller en bas
Alexei
Poete


Nombre de messages : 161
Age : 34
rang : Grand Duc
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Exploration du château   Lun Jan 22 2007, 21:33

Soyez heureuse que l'éclat de vos joues ne soient dû qu'à vos fragiles émotions et non à un mouvement triomphant de ma main. Car je vous trouve très audacieuse.

Peut-etre est-ce un certain courage? Mais je croirais plutot à de l'étourderie. Car le courage lui ne se prouve pas par des mots...

Que l'on radote ne m'effraie guère mademoiselle Descartes, car je pourfendrai ceux que je surprendrai à faire cela, et les autres ne démontrerons ainsi que leur plus grande lacheté.

Rien ne m'effraie...je suis un Tsarévtich, un homme et un serviteur de Dieu.

Il bomba le torse pour se pavaner.

Vous m'avez déja importunez mademoiselle, vous vous "écpliserez " donc seulement que sur ma permission désormais. Ne soyez pas aussi lâche que ce pauvre serf.

Il dit cela fermement.

Puisque vous vous y connaissez tant en matière de cadeau, je prendrai celui ci en inspiration de vous... si le cadeau ou le geste que vous ssuggérez déplait à ma conquête, vous recevrez donc la punition, ainsi le pauvre enfant que vous défendiez du poupre de votre visage, s'évitera la punition. Dans votre nature charitable et courageuse, cela doit vous convenir n'est ce pas?

Oh bien sur je ne sais pas que punir...je sais aussi récompenser...

Maintenant que me suggérez vous?

Il la mettait au défi. Mais en même temps il lui fallait rapidement un cadeau ou du moins quelques choses, un geste qui plairait à la Marquise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emelyne
Invité



MessageSujet: Re: Exploration du château   Jeu Jan 25 2007, 18:31

Emelyne serra les poings. Au début, elle s’était simplement imaginée qu’elle aurait du la fermer et ne pas révéler le fond de sa pensée.
Elle s’était mise dans le pétrin, et l’homme lui faisait remarquer qu’elle n’était pas à sa place. Mais voilà que maintenant, contre toute attente, la balle avait changé de camp !
Ce n’était plus elle qui se rendait coupable d’une quelconque mauvaise parole, mais l’homme qui l’insultait !
Non seulement l’effronté la menaçait d’une gifle potentielle, un acte d’une gravité importante vu qu’elle était une invitée à la cour du Roi Soleil et qu’il en allait contre toutes les lois de galanterie, mais en plus il osait lui ordonner d’obéir !

Emelyne était loin d’être quelqu’un de fier, mais laisser ainsi sa dignité se faire écraser ne lui correspondait pas non plus.
Décidant d’ignorer la menace brutale – c’était là tellement grotesque qu’y réagir était inconvenant – elle ne pouvait cependant pas « ignorer » l’ordre.


-Audacieuse, peut-être, Messire Alexei. Mais je pense qu’il vaut mieux être audacieux – même si c’est là une sorte d’étourderie – qu’orgueilleux.

Or, lui, il n’était rien d’autre qu’orgueilleux. Et fier, à un point monstrueux.
En plus de sa très haute opinion de lui-même, l’homme manquait visiblement aussi de respect envers les autres – et envers les femmes, ce qui est inadmissible.
Et ça se disait être un serviteur de Dieu ! Non mais !
Elle pouvait tout aussi bien se faire passer pour le pape, dans ce cas !

La jeune « audacieuse » voulut lui dire. Elle eut l’idée d’essayer de lui expliquer que Dieu voyait les hommes comme Ses fils, tous pareils. Qu'une prostituée avait la même valeur à Ses yeux qu’une duchesse, même si cela était absurde.
Et puis Il disait que ceux malheureux sur terre vivraient d’amour au paradis. Les mauvais se retrouveraient à souffrir en enfer. Et bien d’autres choses encore...
Peut-être vénéraient-ils chacun de leur côté un Dieu différent.

Mais elle se tut, devinant les limites de l’homme. Ce grossier merle n’était plus du tout poli, ni même courtois, et il ne fallait surtout pas le pousser plus loin !


-Désolée de vous décevoir, mais mon obéissance s’arrête là. Quitte à être lâche (elle ne voyait aucune preuve de lâcheté là-dedans) je me retirerais quand il m’en plaira.

Emelyne ne souriait plus désormais. Ses yeux ne trahissaient rien de ses états d’esprit et reflétaient un peu la même chose que ceux du Duc : la froideur.
Trouvant le défi étrange, elle décida quand même d’y tourner son attention. Ce pouvait être intéressant, et si cela aidait à apaiser la colère injustifiée du Duc, eh bien, pourquoi pas
?

-Un cadeau pour madame ? Ma foi, je ne peux me déclarer douée en matière de cadeaux vu que je ne connais pas ses goûts... Mais j’ai peut-être une idée...

La jeune femme s’interrompit, restant songeuse un instant.

-En Suisse, c’est la grande mode... Les femmes fortunées en raffolent toutes sans exception et ce n’est pas donné comme cadeau, ce que j’ai cru comprendre qui vous convenait.

Oui, l’idée avait du mérite par son originalité et pouvait plaire.
Quoique là... Elle pouvait ne pas plaire non plus.


-Je vous donne plus de détails si vous êtes intéressé : un petit animal exotique pourrait-il charmer votre conquête, pensez-vous ?

Bon, s’il disait non, elle ne pourrait pas l’aider et resterait en de mauvais termes avec lui.
Mais si Alexei demandait de plus amples renseignements, cela signifiait que son idée n’était à ses yeux pas si absurde que cela...
De plus, la jeune noble avait les moyens de prouver ce qu’elle disait. Du moins si le Duc consentait à la laisser parler une minute, ce qui n’était pas du tout sûr.
Dans le cas contraire, il n’aurait qu’à se débrouiller seul !


[Hj : je te rassure, ce n'est pas un petit singe rolling eyes mdr !]
Revenir en haut Aller en bas
Alexei
Poete


Nombre de messages : 161
Age : 34
rang : Grand Duc
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Exploration du château   Sam Jan 27 2007, 22:20

-Audacieuse? Mais de quel titre de sang vous onorgeuiller vous pour révendiquer ce privilège qu'est l'Audace? L'Orgeuil est également un sentiment réservé. Mais je vous accorde...pour le moment...le droit de me démontrer vos talents dans ce domaine...mais sachez vous bien dosez le vin et l'eau Madamoiselle Descartes.

Certes il ne supporterait pas d'outrecuidance de sa part. Qu'elle ne soit pas trop bridé dans sa conduite d'accord, mais qu'elle respecte son rang et surtout le rang d'Alexei. Sinon la menace de la gifle ne serait pas qu'une menace. Il se faisait désormai un devoir de remplacer les dames et les hommes à leur place. Enfin non à outrance, car il ne souhaitait pas la charge de contre-mâitre... il ferait ainsi dans la limite ou il y trouverait du plaisir. Et la jeune femme était une source pour ses plaisirs pervers! Il sourit. Le roi l'avait acceuilli comme son frère...ce qu'y siginifait qu'il était désormai le maître ici...de toute facon il ne pouvait en être autrement pour un Tsarévitch.

-N'osez pas me décevoir...Miss Descartes...ou sinon j'oserais me fâcher... retirez vous si vous le désirez, mais faite garde alors à ce que mon regard ne se pose plus JAMAIS sur vous, si vous choissisez cet option; mon honneur ne peut souffrir que vous quittiez ainsi...

Il était menacant et sérieux. Il était tant qu'elle cesse d'être une enfant et qu'elle accepte les dangers. Ensuite elle même pourrait alors beaucoup plus s'amuser. Elle était jeune, il décida donc d'être légerement gentil.

-Et puis si vous me quittez, mes yeux seront emplis de ce qu'on appelle des larmes je crois...je souffrirai de savoir ...votre audace...si loin de moi. Ceci étant régler... étudions donc votre idée.

Un animal exotique? Effectivement je n'avais pas pensée à cela. Je croyais les dames éprisent surtout de bijoux, et que la chasse les indisposaient généralement.

Exotique en plus! Humm cela me semble bien pensée. Je vais faire dire à mes hommes d'aller quérir le nécessaire. Il me plaira ensuite, de vous montrer le cadeau, j'espère que cela plaira.

Mais il me plairait aussi de savoir quel animal vous avez alors en tête? Bien que j'ai maintenant une idée de ce qu'il conviendrait....

Outre votre audace déplaisante et votre orgeuil insoutenable...il y a des charmantes idées derrières ce regard je crois. Je ne sais comment dire... votre allure est à la mesure de l'artiste de celui qui a réaliser la statue de l'homme nu dans le hall... ingénieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emelyne
Invité



MessageSujet: Re: Exploration du château   Jeu Fév 01 2007, 18:58

Emelyne ne tenta même pas de détromper l’homme.
Persuadé d’être dans son droit, le rustre pourrait bien se risquer à la gifler et ça, la jeune demoiselle ne l’apprécierait pas du tout. Elle serait obligée de se venger de cet affront, et l’homme, quel que soit son rang ou son droit, le regretterait amèrement.
Sauf que elle aussi risquait d’y perdre beaucoup...
Tout bien réfléchit, il ne fallait pas que cela arrive !

La jeune Descartes osa cependant continuer à regarder Alexei – aucun code de conduite ne lui demandait de baisser les yeux, cela étant même déconseillé, elle reprit, d’une voix qui se voulait neutre :


-Je ne tiens pas non plus à vous fausser compagnie en d’aussi mauvais termes, messire.

Voilà qui disait tout.
A part que ce n’était pas que la stricte vérité. Bien sûr Emelyne aurait bien aimé s’éclipser à la manière du jeune serviteur, mais cela allait à l’encontre de toutes ses valeurs.
Et elle ne voulait à aucun prix qu’on parle d’elle à Fontainebleau en tant que lâche. Visiblement ce Alexei n’était pas le seul à avoir de l’honneur en ce bas monde...


-Oh, il y a bien plus que les bijoux qui plaisent aux dames... Evidemment, j’ignore tout de votre conquête et de ses centres d’intérêts, mais je pensais à un haras.

Inspirant profondément, elle commença son histoire :

La Guyane est une colonie Sud Américaine de la France, et l’importation des perroquets en Suisse est très répandue. Ici, à la cour de Sa Majesté le Roy, je n’en ai encore vu aucun, à mon plus grand étonnement.

Emelyne fit une courte pause, guettant la réaction de son interlocuteur.
Apparemment elle pouvait continuer, ce qu’elle fit donc.


-En lui offrant ce superbe animal – je vous assure que ses nombreuses couleurs comblent les yeux, vous serez en quelque sorte un innovateur.
Votre conquête s’amusera à lui apprendre à parler, car ces animaux-là sont doués de langage. De plus, apprivoisés, ils se laissent caresser avec une simplicité enfantine. L’animal la ferra rire et lui tiendra compagnie si elle le désire...


La jeune femme se demanda si elle ne vantait pas un peu trop les mérites des haras. Evidemment, elle ne les avait pas inventés, mais peut-être sonneraient-ils faux aux oreilles du Duc ?
Elle décida donc par prudence de mettre fin à l’énumération des qualités du perroquet, et entama la partie pratique :


-Si l’idée vous tente, je peux m’en procurer un, ainsi qu’une cage de première qualité, des graines et des jeux, au plus tard dans deux jours.

Merci à son père et ses relations si utiles ! Eh oui, ce n’était pas pour rien que Bastien Descartes avait été invité à Fontainebleau en compagnie de sa fille !
Il ne fallait pas sous-estimer ce détail !

Puis la demoiselle garda le silence, ne sachant décrypter les pensées de Alexei. Au départ il semblait trouver l’idée bonne...
Espérons qu’il ne soit pas sujet aux sautes d’humeur trop fréquentes !
Revenir en haut Aller en bas
Alexei
Poete


Nombre de messages : 161
Age : 34
rang : Grand Duc
Date d'inscription : 13/12/2006

MessageSujet: Re: Exploration du château   Jeu Fév 08 2007, 22:16

-Un oiseau qui parle? Cessez donc de vous moquer miss Descartes! Je suis très sérieux.

Il était un peu cruel, la jeune femme voulait sans doute plaisanter pour alléger la conversation. Un oiseau qui parle...allons donc! Il était étranger et venait de loin, mais il n'avalerait pas n'importqu'elle stupidités!

-Si jamais je vois pareil oiseau, je veux bien aller nu sous la neige dans les jardins du chateau!

Voulait cela suffirait pour la plaisanterie...

-Un oiseau serait certes un noble animal. Mais les animaux appartiennent aux cieux, ils doivent être libre des mauvaises attentions terrestre. Aussi l'animal doit me représenter et être à la mesure de mon caractère.

-Je vous ferai chercher dans quelques jours, et je vous montrerai mon choix avant de l'offrir. Votre conseil sera précieux.

-Oh vous pouvez toujours commander la cage, j'ai bien quelques damoiselles de la cour que j'aimerais faire enfermer ainsi....

Il sourit d'une facon diabolique.

-Maintenant suivez moi, nous allons aller manger, et discuter de ces pays étranges que sont la Guyane et la Suisse. J'ai toujours aimé en apprendre plus sur les contrées éloignés. Je suis voyageur dans l'âme.

-Et puis vous me direz ce qu'un oiseau aussi bien parée que vous fait à la cour...

Il sourit, son audace était folle, il s'amusait bien en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emelyne
Invité



MessageSujet: Re: Exploration du château   Sam Fév 10 2007, 15:58

Emelyne décida de s'expliquer.
Visiblement l'homme jamais n'avait entendu parler d'un perroquet bavard.
Dommage pour lui, mais il n'était jamais trop tard que pour le mettre au courant.


-Ne dites point cela, messire ! Vous risqueriez de le regretter au moment où vous verrez ce dont je parle...
J'ai entendu de mes propres oreilles ce fameux oiseau parler. Certes, il répétait ce qu'il avait déjà entendu, mais articulait à en faire des phrases pas du tout dénuées de sens, au contraire !


Elle sourit, sûre d'elle.

-Je veux bien accepter que vous ne me croyez pas, mais attendez d'en juger par vous même. Les haras sont de bien drôles d'oiseaux...

Emelyne s'interrompit. Après tout, si l'homme voulait offrir à sa dulcinée un bête oiseau et non un perroquet bavard venu tout droit de Guyane, là était son droit.
Elle n'avait ni l'envie, ni la motivation que de se crever à persuader quelqu'un qui risquait de lui en vouloir à vie, justement pour cela.

Toutefois elle continua, histoire de finir sa phrase.


-Loiseau auquel je songe sera digne de vous, messire, croyez-moi sur ce point.
C'est le plus bel animal que je n'ai jamais vu...


Elle s'arrêta, évitant de montrer sa déception vis-à-vis de l'invitation.
Il faut dire que depuis que ses pieds infortunés l'avaient portée jusqu'au Duc, Emelyne ne rêvait que de lui fausser compagnie...

Heureusement que, élevée depuis toute petite à masquer ses émotions, la jeune femme n'en laissa rien parraître sur son visage.
Au contraire, elle semblait ravie - je dis bien : semblait...


-Ce serait un honneur pour moi de dîner à votre table, messire. Puisque vous êtes intéressé, je vous dirai tout ce que je sais sur la Guyane...

Elle se tut à propos des demoiselles que Alexei souhaitait bien mettre en cage et à propos de l'oiseau si bien paré qu'aux yeux du Duc elle était.
Il fallait éviter d'exciter cet excité...
[Hj : pas mal xD]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exploration du château   Aujourd'hui à 01:53

Revenir en haut Aller en bas
 
Exploration du château
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exploration marine, a la recherche d'un poisson.
» Le château de Fougères
» Festin au château (suite)
» [Aisne(02)] Château de Coucy
» Britany, domestique au château d'Émeraude

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: