1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Emelyne Descartes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emelyne
Invité



MessageSujet: Emelyne Descartes   Dim Jan 14 2007, 19:22

Fontainebleau.
Ma vie prend peu à peu un nouveau tournant. Et ce changement, je désire le commencer par l'écriture d'un journal.
Je pense que chacun à ses questions, ses problèmes et ses idées personnelles, à gerer avec plus ou moins de bon sens.
Or moi, l'esprit trop actif et la tête trop pleine, je ne sais plus comment mettre de l'ordre à l'intérieur.
C'est Juliette qui m'a mis sur la voie. Aurais-je cru un jour que ma plus pauvre servante deviendrait ma meilleure amie ?
Elle m'a tenu à peu près ce langage :
"Dame Emelyne, peut-être devriez-vous songer à coucher vos pensées sur du papier?"
Ses conseils étant souvent fondés, j'ai tendu l'oreille... Petit à petit, il m'est venu à l'esprit qu'elle n'avait pas tout à fait tort. L'espoir d'y voir clair dans mes sentiments un jour demeure, depuis l'instant où j'ai saisi ma plume...
Je ne suis point poêtesse, ni écrivain et encore moins jongleuse de mots, cependant, je sais écrire. N'est-ce pas là une raison suffisante que pour tenir un journal ?

Dés le premier jour au palais, j'ai déjà du baisser les bras devant père. Dieu qu'il peut être exaspérant celui-là !
Ne voyant pas l'utilité de me présenter à Colbert, il m'a tout simplement demandé d'aller jouer ailleurs ! S'il m'aimait, il ne me consignerait pas de sa présence comme si je n'étais rien qu'une vulgaire servante !
Je me suis sentie trahie, et inutile de préciser que cela m'a fortement vexée...
Je ne lui en tiendrais pourtant pas rigueur car ses raisons étaient valables. Il en va de ses droits, après tout, de visiter un "vieil ami" en tête à tête.
Je ne peux pourtant pas m'empêcher d'être sceptique et soupçonneuse : qu'avait-il donc à me cacher?
S'il n'y avait rien eu, c'est le coeur joyeux qu'il m'aurait invité à prendre le thé avec Colbert !
Je connais ma beauté et je connais sa fierté : père adore se faire complimenter à mon sujet. Il devait donc y avoir à dire des mots innadaptés aux oreilles d'une jeune fille.
Je me demande ce que père mijote, mais probablement je me fais des idées pour rien.

Je me vois obligée de cesser d'écrire car l'on frappe à ma porte.
Revenir en haut Aller en bas
Emelyne
Invité



MessageSujet: Re: Emelyne Descartes   Sam Fév 10 2007, 16:20

Cher journal,
jamais tu n'imaginerais quel enfer a été ma journée !
Ce qui déjà avait mal commencé, a continué tout aussi mal...

Je t'ouvre mon coeur et mon esprit. Sur ce papier mes pensées vagabondent, libres, sans crainte d'être lues un jour par des yeux indésirables. Ainsi j'espère que mon secret sera gardé avec toute l'intimité que je mérite.
Que jamais ceci ne soit exposé aux yeux d'autrui ! C'est mon voeu. Non, l'odre que je te donne, cher journal !
Garde mes écrits précieusement, même après ma mort.
Cela m'appartient...

Je traversais le couloir principal du deuxième étage alors qu'un jeune homme heurta brusquement mes pieds. C'était un esclave que son maître avait jeté par terre.
Je pris dans mon insouciance la défense du pauvre bougre et, malheur à moi, j'avais affaire à un Duc vulgaire et conscient de sa surpuissance...
Il m'a insulté et menacé de gifle, cher journal, que j'en étais déshonnorée !
Cette brute est Russe et jouis de la protection du Roy. Mais que dirait notre seigneur s'il savait comment son invité traite les autres ?
Si ce Alexei ne s'était pas montré plus amical au fur et à mesure de notre conflict, je n'aurais pas hésité à porter plainte...

La question que je me pose depuis cette rencontre défavorable est celle-là : les hommes sont-ils tous pareils à ce grossier merle ?
L'amour existe-t-il encore ?
Qu'en est-il du romantisme ?

En fait, j'en viens à trembler comme une feuille. Existe-t-il sur la terre entière un homme qui soit digne de moi ?
Ne me comprends pas mal, cher journal, je ne me prends pas pour la Reine Mère en personne, non, j'insinue juste que les hommes sont des loups.
L'homme est un loup pour l'homme devient l'homme est un loup pour la femme !

Dans quel monde vivons-nous ?
Vers où allons-nous ?
Pourquoi la terre est-elle si grande et pourquoi y suis-je si petite !
Qui sommes-nous ?

Pourquoi me pose-je ces questions tandis qu'une autre vis, tout simplement ?

Pour en terminer avec ce Alexei, je dirai que cet homme ne m'inspire pas le moins du monde confiance. S'il désire qu'un jour nous puissions discuter en tant qu'amis, il devra faire de gros efforts pour être sociable et cesser de me dévisager de ses yeux de renard...
Revenir en haut Aller en bas
 
Emelyne Descartes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un jour à l'est d'Eden [Emelyne]
» RES PUBLICA ROMANA
» Autour d'un verre [Emelyne]
» Jeux Descartes Wagram
» Emelyne Edelweiss ~ .Laisse ta pudeur fleurir dans la nuit.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: