1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Madame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Madame
Poete


Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Madame   Jeu Jan 18 2007, 15:19

Problème pour m'inscrire en tant que Madame tout court... Tant pis j'ai du faire des fioritures! LOL!
Je préviens d'office: attention au pavé! C'est peut-être trop long d'ailleurs, mais ça ne me semblait pas inutile pourtant... Mais bon à défaut de faire concis, j'ai au moins essayé de faire clair! lol!


Nom, prénom: Henriette-Anne d'Orléans

Âge: 22 ans

Personnage incarné: Madame, épouse de Monsieur, Philippe, duc d'Orléans. Belle-soeur du Roi et de la Reine Marie-Thérèse et donc belle-fille d'Anne d'Autriche.

Histoire:

Une famille en danger

Huitième et dernier enfant du couple anglais Charles Ier et Henriette-Marie de France, petite-fille d'Henri IV, la petite Henriette commence sa vie dans des circonstances bien peu enviables. Elle est conçue lors d'une des dernières entrevues de son père et de sa mère, alors que celle-ci doit fuir les conflits opposant le roi à son ennemi, Cromwell. La reine est mal-aimée à la fois par les opposants au trône et même par les partisans de son mari, les deux camps lui imputant une influence sur Charles qui détournerait de lui beaucoup de ses sujets.

Dans cette fuite nécessaire où elle projette de regagner la France, inutile de dire qu'une grossesse apparaît plus comme une entrave que comme un don du Ciel. Le 26 juin 1644 avant même qu'elle ait pu atteindre Bristol, elle met au monde la petite Henriette. A la mi-juillet, elle embarque pour la France... seule, laissant sa fille derrière elle. Mesure de prudence? Peut-être bien, rajoutez-y pas mal d'indifférence aussi.

En 1646, sa gouvernante, lady Morton, refuse de la livrer au Parlement et elle s'enfuit avec elle, déguisée en paysanne accompagnée d'un prétendu petit garçon nommé "Peter". A Douvres, elle s'embarque pour Calais. Henriette-Marie, elle, accueille sa fille avec une joie de circonstances mais n'en blâme pas moins la gouvernante.

La reine d'Angleterre et sa suite de réfugiés qui commence à grossir de jour en jour sont pour être clair un fardeau pour la France. On ne peut évidemment pas refuser l'assistance à la tante du jeune Roi, mais elle est un poids pour le royaume et on se charge de le lui faire sentir. D'autant qu'en Angleterre les affaires de Charles Ier sont au plus mal, il ne manquerait plus qu'elle insiste pour faire intervenir la France dans les affaires désastreuses de son époux!

Avec le déclenchement de la Fronde en 1648, les affaires des deux anglaises ne s'arrangent pas. Oubliées au Louvre par la Cour en fuite, elle doivent subir le siège de Paris sans aucune ressource, au bord de la mort par la faim et par le froid. C'est à ce moment là que leur parvient avec dix jours de retard la mort de leur époux et père, décapité devant son palais royal de Whitehall.

"La fille du roi décapité"

Les exilées anglaises sont un peu plus délaissées... Henriette choisit de se retirer dans un couvent de Visitandines dont elle est elle-même la marraine tandis que sa fille est envoyée dans une filiale à Chaillot. Enfin! Celle-ci au moins sera sauvée de l'emprise hérétique! Et en effet, Henriette-Anne (pour la différencier de sa mère et en l'honneur d'Anne d'Autriche), loin de la pression paternelle, devient bonne catholique, assidue et zélée.

Même après la Fronde, les anglaises restent indésirables: Cromwell est maître de l'Angleterre et toute les tentatives de Charles II pour recouvrer son trône sont un échec. La France a besoin de l'île comme alliée et signe même avec elle un traité, au Diable les piques-assiettes!

Néanmoins, dans son couvent, Henriette-Anne grandit. Heureusement pour elle, son éducation n'en est pas négligée pour autant. Les Visitandines ne se cantonnent pas à l'instruction religieuse, elles l'initient à la condition princière qui est la sienne: chant, musique, danse, lettres, arts, rien ne lui échappe et tout est fait pour qu'elle puisse briller en société où est sa place.

D'ailleurs, la Cour elle connaît. Elle danse à maints bals costumés par convenance. Son cousin Louis se voit obligé par sa mère de l'inviter à danser, il le fait de bien mauvaise grâce. Elle a 11 onze, il en a 17, le jeune coq déclare ne pas aimer les "petites filles". Elle n'est pas dupe et garde contre lui une dent amère. Idem pour son autre cousin Philippe, qui ne manque pas de rappeller à qui veut l'entendre que ce sont eux qui les nourrissent, sa mère et elle.

Soeur d'un roi sans royaume, réduite à mendier sa subsistance _de façon toute royale qu'elle fut_ quel avenir pour la pauvresse? La Reine-Mère laisse vaguement entendre qu'à défaut de l'infante d'Espagne, elle voudrait bien Henriette-Anne pour bru... Sa mère et elle se bercent de faux espoirs. Louis raille plutôt son jeune frère: ce serait sans doute dans ses bras qu'échouerait l'embarrassante cousine...

Embarrassante... Dès 1659, elle ne l'est plus tant que ça la cousine... Cromwell est mort, son frère est sur son trône, elle devient subitement un des partis les plus prisés d'Europe. On sait l'attachement que Charles II porte à sa soeur, qu'il appelle affectueusement "Minette", ne serait-elle pas d'une grande utilité pour servir d'intermédiaire entre la France et l'Angleterre?!

Madame

16 ans et courtisée, traitée en quasi-reine par son frère, Henriette-Anne y est peu préparée malgré les efforts des Visitandines. La demande en mariage arrive de France, elle ira donc à Philippe. Il agit avec elle avec tous les empressements d'un futur époux. Un chroniqueur dira qu'il n'y manquait que l'amour. Mais elle est incapable, alors, de saisir la nuance.
Nul ne peut ignorer, pourtant, où portent les préférences de Monsieur. Rien n’a été fait pour faire obstacle à son inclination naturelle durant son éducation, bien au contraire.

La mariage a lieu le 31 mars 1661 dans la chapelle du Palais-Royal : la Cour porte le deuil de Mazarin disparu en début du même mois, on est en période de carême, bref, la cérémonie est sobre. Henriette comprend bien vite qu’à défaut d’un amour auquel elle ne s’attendait de toute façon pas, elle ne connaîtra pas non plus le respect et les égards qui lui sont dû.

La nuit de noce est repoussée à quelques jours, ce qui contrarie fortement Monsieur qui aurait souhaité être débarrassé au plus vite de cette formalité. Il faut croire qu’ils se firent assez souvent violence pour que tout au long de leur mariage, Madame se trouve presque continuellement enceinte.

La Cour, elle, est charmée par cette princesse qui lui arrive. Les compliments pleuvent à foisons. On la disait maigrichonne et sans grâce, on la trouve bien faite et « aimable » et cultivée, intelligente et spirituelle de surcroît. Certains osent s’aventurer et dire qu’elle a tout pour faire une Reine, tout ce qui fait cruellement défaut à Marie-Thérèse. Mais Reine elle ne l’est pas par le titre, alors elle s'emploiera à l’être par le fait.

Jeux de l’Amour et du Hasard

Eté 1661. Toute la Cour goûte aux plaisirs estivaux de Fontainebleau et à la paix retrouvée. Les plaisirs se succèdent : chasses, bals, baignades dans la Seine, partout Madame est présente, on ne voit qu’elle. Le Roi se plaît en sa compagnie, au point même de s’en trouver inséparable. Ils se trouvent des passions communes dans la chasse et dans la danse qui renforcent leur attachement l’un pour l’autre. Autour d’eux, les spéculations vont bon train… Les amis d’Henriette trouvent qu’elle ne s’emploie à plaire au Roi qu’à la manière d’une belle-sœur, ses ennemis eux y voient malice et « coquetterie ». Peut-être sont-ils sur le point de tomber amoureux, mais de là à dire qu’il y eut plus que séduction, il y a un grand pas que nul n'a franchit.

Henriette se voit réprimandée par Anne d’Autriche qui a entendu les doléances de sa bru enceinte, Marie-Thérèse. Des reproches de convenances, au fond, la Reine-Mère les sait tous deux assez mal-mariés pour leur en vouloir de chercher amusement et légèreté ! Néanmoins, il est certain qu’elle ne leur accordera pas le moindre faux pas : amitié oui, galanterie non ! La jeune Madame fait la sourde oreille, assoiffée de reconnaissance et de plaisirs qu’elle est ! Louis aussi, alors les deux jeune gens continuent à s’afficher.
Le désespoir de Marie-Thérèse s’accroît, l’impatience d’Anne aussi. De son côté, d’abord ravi des succès de sa femme, Philippe commence à prendre la mouche. Sa jalousie peut l’entraîner très loin et il se met en tête de rendre la vie impossible à son épouse. Il en a les moyens, lui.

Brillant esprit que celui d’Olympe de Soissons ! Pour faire taire les rumeurs, celle-ci suggéra à Henriette de mettre en avant une des demoiselles de sa maison, que le Roi feindrait de courtiser pour détourner d’eux les suspicions. On présenta trois « candidates » à Madame, elle choisit la plus timide et la plus douce. Louise de La Vallière, qu’elle s’appelle. Fraîchement débarquée de province, Madame ne devrait pas, semble-t-il, souffrir de la comparaison. Et pourtant, dès fin juillet déjà c’est elle qui doit tenir la chandelle aux tourtereaux. Elle prend très mal de se voir ainsi délaissée et connaît, elle aussi, les affres de la jalousie.

Un certain Armand de Guiche vient alors lui faire la cour. Amoureux des gestes théâtraux, du langage sophistiqué et des démonstrations bruyantes, le soupirant est terriblement voyant et gênant. Surtout qu’il est alors le favori en titre de Monsieur. Monsieur n’apprécie pas, Madame, elle, se contrefiche royalement de De Guiche, mais rien que pour voir la jalousie maladive de son époux s’emparer de lui, elle ne fait surtout rien pour décourager son prétendant.
Finalement, il est éloigné et la disgrâce frappe un peu plus Henriette qui connaît un début de grossesse qui l’épuise, déjà faible de constitution, et puis tous les regard se détourne d’elle : Marie-Thérèse vient de donner un dauphin à la France.

Bilan de ces premiers mois à la Cour: elle s’est aliéné définitivement les deux Reines et son époux lui bat froid. Seule l’amitié du Roi lui demeure et la certitude d’avoir la première place dans les événements mondains. Son frère enfin, fait d’elle une pièce importante sur l’échiquier politique, bref, Madame n’est pas prête de dégager du tableau !

Fragile Reine des fêtes…

Qu’est ce que la plus grande Cour d’Europe sans femme capable d’en assurer l’éclat ? Elle s’impose donc en protectrice des arts et des lettres, second astre des fêtes de la Cour.
C’est elle qui s’affiche aux côtés du Roi lors des réceptions données en l’honneur des souverains étrangers en visite, c’est elle que l’on admire et dont on se souvient. Lors des ballets, Louis et elle se trouvent associés dans des intrigues bien souvent amoureuses. Ses préférences ont, aux yeux des mondains, valeur de verdict. Elle aime Molière et le défend contre les attaques des bien-pensants qui entourent la Reine-Mère. Elle est la première à pressentir le génie du jeune Racine.

Pourtant, les grossesses qu’elle enchaîne sont là pour lui rappeler la place qu’entend lui octroyer son époux et sa belle-mère. Le seul point commun entre les deux conjoints sans doute : celui d’avoir un fils, susceptible, pourquoi pas, d’hériter un jour du trône. Certes, Philippe est assidu à la tâche mais elle le soupçonne même de payer ses servantes dans le but que celles-ci lui livrent avec rigueur et précision les périodes où Madame est propre ou impropre à la conception. Inutile de faire pour rien ce qui rebute tellement !

Malgré tout, Henriette n’entend pas se retirer en attendant la délivrance. Même grosse de plusieurs mois, elle continue de monter à cheval, de danser, bien au-delà des limites du raisonnable. Etant donné son naturel faible, elle tombe bien sûr malade. Elle tousse à s'en déchirer la poitrine et il n'est pas rare qu'elle crache du sang. Son état ne l’empêche pas de danser au Ballet des Arts en janvier 1662, elle met au monde sa fille, Marie-Louise, le 27 mars suivant avec un peu d’avance. Il semble que comme sa mère, le sens de la maternité ne soit pas réellement poussé en elle. En février de l’année suivante, elle fait une fausse couche.

Et nous la retrouvons ainsi, début 1664, enceinte d’un peu plus d’un mois et demi...

[suite au second post...]


Dernière édition par le Jeu Jan 18 2007, 16:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madame
Poete


Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Madame   Jeu Jan 18 2007, 15:20

[puisque j'ai été bridée... Razz]

Apparence physique:

L’enfant chétif qu’elle était a connu une véritable métamorphose jusqu’en 1661.
Il est vrai qu’elle ne sera jamais dotée de ce petit embonpoint que prisent tant d’hommes. Elle n’est pas non plus blonde comme ils les aiment. Et pourtant les peintres en déploieront des efforts pour donner des reflets clairs à ses boucles châtains. Point d’yeux clairs non plus, elle les a noirs. Son dos n’est pas non plus tout à fait droit. Non, elle ne cadre décidemment pas avec les canons de son temps!

Pourtant, les poètes font son éloge... Il faut mettre à son crédit une belle taille, une peau blanche, une bouche vermeille et des dents belles. (Si, si c’est un critère à l’époque ! Mr. Green ) Les chroniqueurs louent également son goût en matière de parure et de coiffure, alors malgré ces quelques imperfections, elle se trouve d’être, tout de même, fort séduisante.

Elle a malgré tout gardé une santé fragile et elle est sujette à de nombreux maux dans elle ne se défait jamais totalement, d’autant que le rythme avec lequel elle enchaîne les grossesses ne lui laisse guère le temps de se soigner et de se remettre convenablement. Elle ne ferme l’œil qu’à raison de pilules d’opium avalées avant le coucher, elle calme ainsi une anxiété certaine et résurgente. Il faut ajouter à cela les compromis qu’elle ne fait pas concernant son rôle dans les fêtes et les ballets, déjà épuisée, ceci l’achève sans pourtant en donner le moindre signe une fois en représentation.


Psychologie du personnage (caractère, défauts/qualités etc...):


A la vue de son histoire, sans vouloir faire de la psychologie à deux sous, certains traits de son caractère semblent trouver une explication plausible. Son enfance ne fut pas heureuse, elle emploie sa jeunesse à l’être le plus possible et ce n’est pas chose aisée entourée d’un époux qui ne la respecte pas _pas plus qu’elle ne le respecte lui, soyons clairs!_, des mignons de celui-ci qui ne se privent pas de lui lâcher quelques piques bien senties, de l’animosité qu’elle trouve en Anne d’Autriche et Marie-Thérèse, sans compter toutes les cabales qui l’intègrent.
Coquette et imprudente, c’est là qu’elle trouve tous ses malheurs. Elle ajoute de l’eau au moulin de ses soupirants, elle joue de la provocation et de l’insolence. Elle se trouve de nombreux amis en tout le monde et n’importe qui…

C'est qu'elle a tellement besoin d'être aimée. Il semble que ce soit à cette quête désespérée que soit vouée sa vie. Si jeune dans le monde sans pitié de la Cour, devenue tout aux yeux de ceux qui la voyaient comme rien.
Henriette est dans cette soif de vivre qui ne la quittera jamais. Elle a trop de choses à explorer, trop de bonheurs à vivre, elle ne supporte pas de s’en trouvée privée. Pour ceux qui ont su la séduire par des mots habiles, elle est sincère et offre son amitié et ses grâces sans détour, et parfois à ses dépens. Pour ceux qui la considèrent comme une ennemie, ennemie elle est, là aussi, pleinement.

On l’a vu, le second couple de France est bien mal assorti. Remplie d’amertume à l’égard de Philippe, les mots qu’elle lui adresse sont assassins et ne manque aucune occasion d’agir avec hauteur envers lui, sinon en public, du moins en privé. Pas d’amour, c’est certain, mais point de tendresse, ni d’attachement.
Les amants supposés ou effectifs qu’elle arbore sont comme autant de trophées qu’elle se dispute avec Philippe… D’une façon générale, pour sa réputation dans le « monde », il vaut mieux être compté parmi ses amis que ses ennemis, d’autant qu’elle a la dent dure.

Malgré toute sa superbe, elle souffre de ce train de vie impossible qu’il lui mène. Elle souffre de n’être aimée de sa belle-sœur qui ne lui pardonne pas d’avoir tenté de détourner le Roi d’elle à un moment donné. (Si tant est qu’il y eut quoique ce soit à détourner… Razz) Henriette sait que c’est peine perdue, que de s’en faire un alliée, mais elle a tant besoin de soutien, tant besoin de plaire qu’elle s'emploie toujours à agir envers sa belle-sœur avec tous les égards dont elle sait faire preuve.
Plus encore souffre-t-elle du mépris d’Anne d’Autriche, femme qu’elle admire tant, qui la rabroue à chacun de ces excès. Elle cherche dans ses yeux une approbation qu’elle n’a jamais et la considération qu’elle n’a jamais eu. L’amitié du Roi est bien ce qui lui apporte plus de réconfort. Elle se fait sa complice et sa confidente, elle n’aura jamais son amour, mais se satisfait de l’importance qu’il lui donne.

Voilà, il semble bien que ce soit son lot de n’être aimé par ceux qu’elle souhaiterait, et de n’aimer ceux qui le voudrait.

***


Allez maintenant je compte ceux qui ont tout lu jusqu'au bout?! Razz
*trois pauvres mains qui se lèvent dans l'assistance*
Un bonbon pour les courageux! big grin MDR!

Je me suis très largement inspirée du livre de Simone Bertière: Les femmes du Roi-Soleil, dont je ne peux que trop recommander la lecture! Wink Certaines tournures de phrases lui sont empruntées, je plaide coupable! Razz J'espère que ça ne rentre pas dans la catégorie "plagiat"!^^

THE END! Ouf! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athénaïs de Montespan
Dramaturge


Nombre de messages : 343
Age : 31
rang : Première Dame de la Reine Mère
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Madame   Jeu Jan 18 2007, 15:50

Madame,

plagiat, non, ma chère, même vos phrases empruntées sonnent justes. Et un plagiat avoué devient acceptable à mon regard.

Nos admin's vont surement objecter que si vous n'avez pu vous connecter sous le simple "Madame", c'est qu'il en existe une -ou qu'il a exité une - j'ai échangé quelques posts avec elle et fut même sa Première Dame, après que le Roi lui ai emprunté la boiteuse et avant que la Reine Mère me propose cette même charge.

En tout cas, en ce qui me concerne, je serais charmée de vous voir acceptée -sous réserve de la démission de l'ancienne Madame qui ne dépend pas de moi !-.

j'ai tout lu jusqu'au bout et trouve ceci fort bien écrit et plaisant... vous pouvez envoyer le bonbon Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madame
Poete


Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Madame   Jeu Jan 18 2007, 16:08

*fait passer un carambar derrière l'éventail à madame de Montespan* whistle lol!

En fait, c'est vraiment un mystère ce problème de compte puisque j'ai regardé dans les membres sur le forum et même dans le panneau d'administration (oui, allô, ici "Evangéline"! Wink) aucune Madame nulle part... Une Henriette d'Angleterre oui, mais point de Madame... Bref un mystère...

J'avais très envie de tenter quelque chose du côté de Madame et j'espère recontrer très vite sur le rp la splendide et spirituelle Athénaïs et donner pleinement satisfaction! Razz

Merci en tout cas pour l'accueil! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emelyne
Invité



MessageSujet: Re: Madame   Jeu Jan 18 2007, 17:01

Bienvenue à vous, Madame !

Flûte ! Pas de bonbon pour moi... Je n'ai lu que la partie "psychologie", ce que je lis d'habitude Dodo

Mais félicitation, car c'est très plaisant à lire Wink
A bientôt sur le rp, du moins, je l'espère...

EDIT: Je reçois quand même un bonbon pour ma franchise ? S'il vous plaîîît Madâââme !! lol
Revenir en haut Aller en bas
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Madame   Jeu Jan 18 2007, 17:22

est-ce que je dois donner mon avis ? w00t

Allez, pour la forme, check 1, of course!

L'ancienne Madame avait un tres bon RP, et c'est avec joie que je te vois reprendre le role brillamment Evy! Comme quoi, on sait ce qu'on perd, mais on sait ce qu'on gagne!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 1212
Age : 30
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: Madame   Jeu Jan 18 2007, 19:15

Ouah ! Quelle fiche et quelle écriture !

Enfin, de ta part, ça ne me surprend guère ! Tu mérites vraiment ce rôle-ci Evy, j'ai hâte de lire ton RP avec ce perso Razz

Check #2 ! Wink

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Madame   Jeu Jan 18 2007, 19:28

Ah j'oubliais !
Jusqu'ici, Henriette et moi jouions des relations assez tendues (pour cause de Lavalliere et d'intrigues), ponctuées de quelques rapprochements parfois, alors si tu veux qu'ils soient tres amis, j'y vois aucun pb, mais pour que la cohérence soit respectée, il faudrait ptêt jouer leur re-rapprochement...?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Re: Madame   Ven Jan 19 2007, 00:18

Ah Ah Ah ! Alors toi aussi tu auras désormais connu le cas de la fiche pavé qui dépasse la limite autorisée ! J'avais eu le même problème pour Lancelot, souvenez vous... Razz

Alors moi je dis : ouvrons le barrage, lâchons les eaux, que le torrent d'éloges s'abbatte sur Evy ( alias "Minette" désormais Mr.Red ) pour cette magnifique fiche de Madame.
Pour un personnage qui n'a que 22 ans, c'est une jolie fiche thumbs up

Moi j'ai tout lu, j'ai même attendu cette heure-ci pour être tranquille dans la nuit sans bruit autour de moi pour bien en profiter. (Comme avec la quête de Ness (ou l'aigre marine de Lau whistle ): le silence pour mieux savourer Wink )
ça m'a tellement plu qu'à la fin de chaque chapitre, je regardais avec angoisse le bas de la page pour voir si la fin s'approchait.
Et quand j'ai eu fini, je me suis dit "mince ! déjà fini..."
J'aurais voulu que ça continue encore et encore et encore !
Quand tu sortiras ton premier livre de chercheur en histoire Evy, je courrai l'acheter, même si le thème est débile, m'en fous Razz (y a des thèmes de recherche c spécial des fois)

Ce qui est bien en plus, c'est que c'est assez synthétique sans être squelettique. J'ai appris plein de truc sur Henriette du coup Razz

Bref, chapeau Minette Wink

Je ne suis pas habilité à valider les personnages, mais pour le plaisir je t'offre le check d'honneur de D'Artagnan :

#CHECK MORDIOUX #

(et c pas un check en bois Mr. Green )

PS : tu distribues des bonbons maintenant toi, à sucer ou à croquer... "Minette" ? Mr.Red

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Madame
Poete


Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Madame   Ven Jan 19 2007, 14:28

Je m'entraîne au changement de compte! Razz

J'ai vu le moment où j'allais devoir tout réduire comme un peau de chagrin! tears Bah moi et la logique! lool!

"Minette"... Mr. Green Je sais pas pourquoi mais je pensais bien que ça produirais son effet! Razz mdrr! En mm temps toi qui hésitais avec "Riton" ou "Ritone"... Quitte à tout prendre, vas pr Minette! lool!

Comment il y aura quelqu'un pour lire ma thèse sur l'histoire des sabotiers en Dalmatie orientale au XVIème siècle???!!!! Que je suis émue!!! Mr.Red
(Tiens pour ta curiosité, j'ai mon sujet de TD en histoire moderne: Le Levant vu par les occidentaux au XVème-XVIème siècle, je pense que ça doit être sympa! Wink)

Merci pour le check 100% gascon! thumbs up

Comment Emeline, faute avouée à demi pardonnée?! Tssss! Je marche pas moi! Surtout pas qd il s'agit de bonbons! Razz loool!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangéline
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 616
Age : 30
Date d'inscription : 25/10/2005

MessageSujet: Re: Madame   Ven Jan 19 2007, 14:33

Arf! Voilà ce que c'est, je finis par me perdre dans tous ces comptes! lol!

J'avais oublié de répondre à Eli alors je le fais tt de suite! Razz
Je prendrais le temps de lire mieux ce que tu avais fait avec l'ancienne Madame et on verra après, mais de toute façon, je suis pour la cohérence alors je n'ais aucun problème à reprendre dans les relations Chasty/Minette (adopté c'est adopté! Razz lool!) là où vous en étiez! Wink

Au fait suis pas là ce week-end alors à lundi tout le monde!^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Madame   Ven Jan 19 2007, 16:28

Non non je voulais parler en tant que Roy et non de Chasty w00t

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangéline
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 616
Age : 30
Date d'inscription : 25/10/2005

MessageSujet: Re: Madame   Lun Jan 22 2007, 15:20

*se réveille de sa longue torpeur, assimilable au coma*
Aaaaaaaaah! Ok, ok!^^ lool!
On en reparlera plus longuement alors! Très amis, ils sont pas obligés de se tomber dans les bras, mais de toute façon j'adore les relations complexes! thumbs up

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Madame   Aujourd'hui à 09:39

Revenir en haut Aller en bas
 
Madame
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Remettre en question le leadership de Madame Maryse Narcisse !
» Madame Duvivier a-t-elle un programme de gouvernement ?
» Mirlande Manigat prend position pour Madame Michelle Duvivier Pierre-Louis
» Henriette d'Angleterre, dit Madame ... [terminé]
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: INTENDANCE :: Personnages et histoires :: Fiches validées-
Sauter vers: