1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'attirail du parfait écrivain !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean Racine
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 1212
Age : 30
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: L'attirail du parfait écrivain !   Mar Juil 05 2005, 21:26

Racine arriva à Paris en début d'après-midi... Il aurait aimé y revenir plus tôt mais il s'était rendormi dans la douce demeure de Cabellion s'offrant les heures de sommeil qui lui manquaient cruellement alors !

Avant d'aller à Fontainebleau , il avait fait un détour dans ce quartier pour cause de rupture de fourniture. Il ne lui restait qu'une vieille plume tout écornée qu'il avait emmenée en voyage et qui s'en trouvait fort malmenée.
Il se dirigea donc vers l'imprimeur le plus proche pour y choisir papier, plumes et encres ainsi qu'une nouvelle sacoche pour transporter le tout.

Après avoir observé longuement la devanture de la boutique, il la jugea satisfaisante et entra. Il passa alors un long moment dans les rayons touchant les fournitures et les essayant...
En effet, l'équipement ne faisait pas la tragédie mais il contribuait à la condition de son auteur.

Fort satisfait de ce qu'il avait trouvé et ayant acheté le tout pour peu de pièce, il sortit le sourire aux lèvres, portant sa nouvelle sacoche comme on protège un trésor.

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Jean Racine
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 1212
Age : 30
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: L'attirail du parfait écrivain !   Mer Juil 06 2005, 21:11

L'affaire n'était pas des moindres dans l'esprit de Racine. Chaque nouvel outil qu'il achetait représentait pour lui un nouveau départ, une nouvelle chance de prouver son talent, qui semblait-il, ne demandait qu'à être révélé au grand jour...

Cependant Racine n'avait pas encore réellement de début ni de fin pour sa tragédie. Il avait bien eut l'idée de mettre un personnage tel que Valeron qu'il avait rencontré dans la soirée : Une sorte de Prince du Peuple.
Mais l'écrivain devait penser à la notoriété d'une hypothétique oeuvre : la cour était le grand juge d'un tel travail et un héros comme Valeron ne pourrait pas attirer la sympathie des nobles... A moins que le personnage en question soit ridiculisé, ce que Racine ne voulait nullement !

Ah ! La cour et son bon-vouloir, sa manière capricieuse et ses sauts d'humeur !! Le dramaturge avait du mal à se plier à sa toute puissance qui avait droit de vie ou de mort sur la tragédie.
Son esprit s'en retrouvait bridé et il détestait ça ! Il fallait pourtant surprendre sans agacer, étonner sans désintéresser...

Cette perspective fit chuter le moral de Racine. Il lui fallait un déclic, il lui fallait une Muse.
Peut-être la trouverait-il à Fontainebleau ? Il n'en était plus certain se rendant compte que Paris regorgeait de situations surprenantes...
Mais il ne pouvait tout voir à la fois. Et son objectif étant d'abord de séduire la cour, il lui fallait observer cette cour dans son quotidien, dans ses moindres recoins : il lui fallait des intrigues, des amours malheureuses, des scandales, des emprisonnements...
Oui, Racine allait se rendre à Fontainebleau !


La suite : Le retour à Fontainebleau

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Jean Racine
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 1212
Age : 30
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: La Troupe   Dim Oct 09 2005, 11:12

La Troupe


Racine savait exactement où trouver des comédiens pour sa pièce... Ce qui paraissait presque la phase la plus difficile de ce projet était, dans la tête du Dramaturge, un jeu d'enfant ! Il parcourut donc rapidement la distance de la Place de la Fontaine jusqu'aux quartiers qu'on nommait le Marais.

Alors qu'il fréquentait la société des Lettrés lorsqu'il vivait encore à Port-Royal, il avait longtemps parcouru les rues de Paris et était tombé sur une réprésentation théâtrale : là se jouait ce qui était les débuts de l'Illustre Théâtre de Molière.
Racine qui s'interessait déjà à l'Ecriture et qui avait un goût prononcé pour l'Art de la scène, avait sagement attendu le moment propice où il pourrait échanger quelques mots avec Monsieur Pocquelin. La patience avait porté ses fruits et Molière, intrigué par ce jeune homme toujours posté devant le Théâtre, l'avait convié à l'intérieur !
L'Auteur avait été émerveillé par les décors somptueux et les dorures du lieu, les costumes et les feuilles noircies laissées là sur le bureau du maître.
La conversation avait été légère et dénuée de condescendance. Racine s'était rapidement lié d'amitié avec Jean-Baptiste qui avait plus de mâturité que lui et qu'il considérait, de ce fait, comme une sorte de Modèle...

Ils étaient, depuis lors, restés en contact et aujourd'hui, l'Ecrivain frappait de nouveau à la porte du bâtiment. Il finit par entrer comme on ne l'y invitait pas. Il trouva Molière, entouré de nombreux comédiens, en train de les faire répéter sur scène et à la fois, de réprimander les musiciens qui avaient une mesure d'avance sur l'acte en question !
Le jeune homme sourit à voir son ami si occupé : il allait encore éblouir les mondains avec sa pièce.

Il s'assit sur un des sièges destiné au public, au fond de la salle et observa Jean Baptiste à l'ouvrage. Il ne voulait pas le troubler en plein travail, il réapprit donc la patience et se plongea comme à chaque fois dans ses pensées : il y vit Desdemone, son sourire augmenta.

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Jeanne L
Invité



MessageSujet: Re: L'attirail du parfait écrivain !   Dim Oct 09 2005, 12:58

Jeanne se promena, elle savait qu'aujourd'hui serait une journee particuliere. Chaques annees une troupe venait donner son spectacle. Jeanne ne manquerait cela pour rien au monde. Si elle avait pu, elle aurait jouer une piece mais cependant son etat de misere ne put jamais l'avantager. Elle adorait se glisser dans la peau de d'autres personnages oubliant ainsi la triste realite. Tout cela lui faisait penser a ce qui s'avait passer avec Jean. Elle regrettait d'etre aussi honnete.Elle s'en voulait a ne plus finir. Lorsqu'elle arriva ,elle crut appercevoir une silhouette familliere. Elle reconnut Jean, assit l'esprit evasif. Serait-ce un bon moment pour se faire pardonner? Elle s'approcha de lui

- Bonjour Jean... euh je veux dire monsieur Racine. Rassurez-vous ce que j'ai a dire sera tres bref. Je ne vous demande pas de me pardonner, je sais que c'est perdu d'avance. Tout ce que je vous demande c'est de ne pas me tourner le dos. Vous savez tout de moi ou bien presque, vous m'avez aidez,je vous en remercie. J'ai dit quelque chose de trop et je m'en veux. Par contre j'ignore beaucoup de choses de vous. J'ignore si votre aide etait sincere ou bien s'il y avait quelque chose d'autre. J'ignore si vous etes maries et si vous avez des enfants.... je ne m'attarde pas trop sur le sujet.

Elle avait dirt plus que prevu. Elle esperait simplement de ne pas faire changer l'humeur joyeuse de Jean. Il semblait heureuzx, elle ne voulait pas l'incommoder.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Racine
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 1212
Age : 30
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: L'attirail du parfait écrivain !   Dim Oct 09 2005, 22:23

Racine attendait que Molière finisse la répétition des artistes... Soudain il sentit une présence juste derrière lui. Il se retourna vivement et découvrant le visage bienveillant de Jeanne Léonois, il eut un sursaut.
Que faisait-elle donc ici ? Le Théâtre était fermé au public, Jean Baptiste n'ayant pas encore achevé sa pièce !

Elle déblatéra une suite de mots qui ressemblait vaguement à des excuses...
L'Ecrivain assez énervée que la jeune femme vienne d'abord le distraire de ses pensées, ensuite reporter à un moment ultérieur son entretien avec Pocquelin, balaya d'un geste tout ce qu'elle venait de dire. Il se leva et dit sèchement :


- Mais qu'attendez vous de moi au juste Mademoiselle ? Que je me montre magnanime ? Mais que croyiez-vous ? Que je tenais à vous ? Que vous représentiez quelque chose ?

Lors de ces coups portés par la parole en plein visage de Jeanne, le Dramaturge n'éprouva pas l'ombre d'un remord. Elle lui avait servi pendant un temps, elle avait échoué ! L'auteur reprit sur un ton plus serein mais bien décidé à ascener son coup de grâce :

- Et en plus vous attendez que je vous parle de ma vie ? Mais voyons... Vous avez été fort agréable à un moment donné, vous avez servi ma Tragédie mais je n'ai plus besoin de vous !

Bien que tout ces propos soient fort blessants à l'endroit de la demoiselle, Racine se sentait presque soulagé d'avoir enfin avoué la réalité que dissimulait cette mascarade !

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Lun Oct 10 2005, 20:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Jeanne L
Invité



MessageSujet: Re: L'attirail du parfait écrivain !   Dim Oct 09 2005, 23:41

TOus ces mots furent blessants pour la jeune femme. Son caractere etait fragile, il versa quelques larmes sur son doux visage. Comment un homme pouvait etre aussi blessant. Dire que si elle n'avait ete aussi honnete, elle sera entrain de lui parler, de l'envier et de partager quelque peu sa vie. Mais elle apprit qu'il n'avait pas ete aussi franc qu'elle ne l'avait ete. Elle le regarda le visage maintenant mouille. Elle aurait voulu perdre conaissance, elle ne voulait pas se montrer forte, c'etait un coup trop dur a encaisser

-Je n'attend rien de vous monsieur Racine, je cherchais la raison...je l'ai trouver malheureusement. C'etait donc ca, j' etait une experience, un tentative et un malin plaisir pour vous... Comment pouvez-vous vous servir d'une personne ainsi... Je menais....

Jeanne fut si fragile tout d'un coup, elle se sentit faiblir, la ou elle se sentait forte. Elle tomba inconsciente sur le sol apres avoir fait une crise d'angoisse.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Racine
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 1212
Age : 30
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: L'attirail du parfait écrivain !   Lun Oct 10 2005, 20:06

Alors que Racine lançait ces derniers mots, il vit que Jeanne palissait et qu'elle pleurait. Elle balbutia un instant et s'affala en un bruit mat sur le sol. Cet incident eut pour conséquence d'interrompre la Troupe de Pocquelin en pleine repétition... Les violonistes, sous le coup de la surprise, portèrent leurs archets sur des cordes différentes : ce fut la cacophonie !

Molière se retourna vers le trouble fête : c'était le Dramaturge ! Il lacha sa feuille de texte et marcha à grand pas vers son ami, le visage s'éclairant de joie. Il s'arrêta un instant, considérant la jeune femme gisant au sol et dit :


- Et bien mon cher Racine ! Est-ce vous qui faites tomber les Demoiselles sur le sol même de mon théâtre ?

Racine rendit un sourire à Jean-Baptiste mais avant de le saluer convenablement, il dit aux comédiens :

- Pourriez-vous emmener cette femme dans un lit et veiller à ce qu'elle n'ait rien ?

Il s'en contrefichait en réalité et préférait vraiment qu'elle se soit évanouie : cela lui avait évité des éclats de voix et une conversation compromettante !
Molière renchérissait :


- Oui c'est cela, portez la Demoiselle et laissez moi seule avec mon Ecrivain !

L'Auteur eut enfin le loisir de donner l'accolade à son ami ! Il soupira :

- Bonjour Jean-Baptiste ! Je vois que vous vous portez à merveille ! J'avoue ne pas avoir trop le loisir de m'attarder...

Il porta son regard dans la direction où l'on emportait Jeanne. Molière, perspicace, compris tout de suite :

- Hum... Je suppose que vous ne préférez pas croiser celle-ci...

Racine ne put s'empêcher d'acquiécer. Il fallait qu'il fasse vite ! Ce n'était pas de la lâcheté mais il n'avait pas le temps de demeurer jusqu'au réveil de la jeune femme, Desdemone devait l'attendre ! Il ajouta :

- Oui, si vous pouviez la garder en vos murs jusqu'à son réveil... Mais je ne venais pas pour cela mon Cher ! Figurez-vous que l'homme que vous avez en face de vous a un projet ! Et j'ai besoin de vous !

Molière leva un visage attentif... Racine le surprenait toujours... Ce dernier continua sur sa lancée :

- En effet, j'ai en projet de porter ma Tragédie devant le Roy...

Pocquelin sursauta et interropit brusquement :

- Tragédie ? Mais enfin, Jean ! La Tragédie c'est mortellement ennuyeux, on pleure, on baille... Moi qui vous ais connu à peine mûr pour l'écriture !

Racine rit à la remarque de Jean-Baptiste, il n'en prenait nullement ombrage...

- Je crois que je me complais dans l'ennui mon Cher ! Ceci dit, les Comédiens ne tombent pas du ciel et je me demandais si...

Molière reprit :

- Vous vous demandiez si j'en avais deux trois sous la main pour votre pièce ? Ici non... disons que les miens sont des comiques et ils feraient une farce de votre écrit... Mais à deux emcabrures, vous trouverez une petite auberge fréquentée par les gens de la scène : je suis sûr que vos Comédiens sont là bas !

Le Dramaturge sourit d'aise et remercia châleureusement Molière :

- Oh ! Vous m'enlevez une sérieuse épine du pied ! Merci !

Pocquelin s'inclina et congédia son ami :

- Je vois bien que vous êtes pressé... J'aurais aimé m'entretenir plus longuement avec vous ! Mais bon, l'Oeuvre n'attend pas n'est ce pas ? Au fait comment s'appelle-t-elle ?

L'Ecrivain retrouva la complicité qui le liait à Molière, il le comprenait parfaitement. Il salua donc une dernière fois et dit alors qu'il s'en allait tout guilleret :

- Elle s'appelle Jeanne ! Une dernière chose... Evitez de lui indiquer la direction que j'ai emprunté !

Il lança un regard entendu à Jean-Baptiste et tourna les talons...

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'attirail du parfait écrivain !   Aujourd'hui à 14:06

Revenir en haut Aller en bas
 
L'attirail du parfait écrivain !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un écrivain quebecois s'en prend à Michaëlle Jean
» Un dîner presque parfait
» Un Monde Parfait
» Un dîner presque parfait
» parfait par joelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: