1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ambiance boudoir décadent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Ambiance boudoir décadent   Jeu Aoû 30 2007, 03:16

Boccadoro était assise à califourchon sur un coussin richement brodés de fils aux couleurs vives et chatoyantes. Elle écoutait le débat des hommes, critiques de l’œuvre d’un dramaturge renaissant, avec un respect admiratif. La Vénus s’était vêtue en conséquence du recevoir de ses beaux messieurs : robe d’une simplicité déconcertante, d’un blanc crémeux, sous un corset lacé sur le ventre et délacé au niveau de la poitrine. La jeunesse de 22 ans demeurait indifférente aux regards qui se posaient sur le haut de ses seins découverts. Ses mamelons d’un rose pâle, perçait à travers le fin tissus diaphane de sa chemise et demeuraient à peine perceptible faute d’une certaine pudeur (ou par coquetterie?) car la demoiselle avait pris le soin de les placer sous son corset de manière à ce qu’ils soient à vue que lorsqu’elle se penchait pour ramasser sa chope de bière.

Émilie avait relevé indécemment ses jupes à la hauteur de sa mi-cuisse, dévoilant ses jambes recouvertes de bas de dentelles blanches qui lui montaient jusqu’aux genoux… et ses mi-cuisses d’albâtres nues. Ses épaules étaient également dénudées, situées entre les bretelles de son corset de bergère et les manches tombantes et bouffantes de sa chemise (qui se terminaient elle-même au coude, retenue grâce à des rubans d’un jaune délavé).

Sa chevelure d’un roux foncé était relevée en une coiffure à la mode de l’époque. Quelques rares rubans étaient noués ici et là, ajoutant un semblant de richesse à la tenue de la fille de joie.

Ces riches messieurs lui glissaient régulièrement une œillade lourde de sous-entendus. Quant à Émilie, elle caressait envieusement du regard les bourses bien garnie de piecettes de ses beaux gentilhommes.

Les autres catins rassemblées dans le salon s’étaient dispersées. La plupart d’entre elles s’étaient trouvés un genou sur lequel s’asseoir et exhiber ses attraits et ses flatteries, elles roucoulaient dans le cou des mâles enivrés de douce liqueur alcoolisée qui leur brouillait l’esprit et enflammait leurs sens. Les autres paradaient encore, entre les tables, vendant leur charme au plus offrant.

Revenir en haut Aller en bas
Jean Winderfield
Poete


Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 14/02/2006

MessageSujet: Re: Ambiance boudoir décadent   Jeu Aoû 30 2007, 12:08

Jean était assis au fond de la salle depuis un bon moment. Il observait les gens présents dans la salle. Il avait passé une commande hier aux gens de la ville situé de l'autre coté de la forêt. Entrer dans le bordel et éliminer la femme qui les avait trahi. Ça ne serait pas bien bien compliqué, Jean avait entendu dire qu'elle avait un frère qui était une pédale... ce n'était pas du tout un homme, mais qu'une demi-portion qui se promenait sur deux pattes.

Quoi qu'il en soit, le général Winderfield était venu au bordel pour voir si ces hommes respecteraient bien l'entente qu'ils avaient avec lui. Et puis, qui sait, peut-etre aurait-il le temps de se payer du bon temps avec une de ces filles.

Il avait décliné les offres de plusieurs filles, tous manquaient terriblement d'imagination. Il avait entendu 5 salut beau brun (alors que ses cheveux sont poivre et sel), 3 avec toi, je serais au 7eme ciel et 1 qui demandait si Jean voudrait lui faire mal. Il devait dire que la dernière était celle qui le déplaisait le plus. Quoi qu'il en soit, toutes ces femmes étaient reparties bredouille.

Jean regardait sa montre, se demandant bien quand les hommes allaient règler ce compte à cette petite garce. Parce que, plus il regardait les filles, plus ils se dit qu'il méritait bien une petite récompense. Bien que la majorité semblent avoir des araignées dans le siboulot, ce n'était pas seulement pour leur intelligence que Jean était venu ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ambiance boudoir décadent   Jeu Sep 20 2007, 03:29

Émilie commençait à se lasser de la conversation monotone de ces bourgeois amateurs de théâtre. D'ailleurs ceux-ci tardaient à lui demander ses services!

La fille de joie bailla. Quel ennui! Cette conversation, au début si passionnée, se répétait. L'information et les arguments demeuraient les mêmes.

Au risque de perdre ses quelques clients, la «Bouche d'Or» de la maison des plaisirs se leva de son siège, en saluant ces messieurs.

Elle erra, entre les tables, adressant un sourire ici et là à des hommes richement vêtu. Mais tous semblaient vaqués à leurs délicieuses occupations.

Émilie passa près de Jean, effleurant du bout de ses doigts le dos légèrement voûté de son hôte afin de lui signaler sa présence... La remarquerait-il seulement? Il semblait si préoccupé... Si enfouit dans les méandres obscures de ses songes...

Lui laisserait-il l'honneur de partager ses rêveries?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ambiance boudoir décadent   Aujourd'hui à 03:46

Revenir en haut Aller en bas
 
Ambiance boudoir décadent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le boudoir d'une favorite officielle - Amy of Leeds

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: