1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Charles de Batz Castelmore alias D'Artagnan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Old_D'Artagnan
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 2227
Age : 38
rang : Capitaine des Mousquetaires
Date d'inscription : 10/06/2005

MessageSujet: Charles de Batz Castelmore alias D'Artagnan   Jeu Fév 26 2009, 03:55

[Charles de Batz Castelmore]

alias

[Capitaine D'Artagnan]

¤¤¤

I-Me, myself & I


Date de naissance et âge
Charles de Batz Castelmor est né le 26 février 1618 [HF: Comme par hasard... ], il a donc exactement 45 ans.

Origines
Gascogne, Royaume de France

Classe sociale
Petite Noblesse Provinciale

Métier/Titre
Capitaine des Mousquetaires du Rois

¤¤¤

II-Racines


Famille
Son père de noblesse récente était Bertrand de Batz-Castelmore, seigneur de la Plaigne, une petite seigneurie de Gascogne. Sa mère s'appelait Françoise d'Artagnan et était une fille de la famille de Montesquiou, de plus haute noblesse. [Comme c'est choux, il a pris le nom de sa maman !]
Charles est le cadet d'une fratrie de 4 frères et 3 sœurs, tous plus ou moins bien ancrés dans leur région d'origine.(*) Il sera le seul à faire carrière à Paris, même s'il conserve des contacts avec sa famille provinciale.

Histoire
L'enfance du jeune Charles fut semée de drames. Il perdit d'abord son frère ainé qui eut un accident de cheval. Ce qui est certain c'est que ce ne fut point aussi terrible que la mort de sa mère que la septicémie emporta après qu'elle eut mangé des champignons trop cuits. Il était très jeune et cela constitua certainement le traumatisme majeur de sa vie qui lui donna la volonté de réussir. A moins que ce ne fut ce petit canari qu'il appréciait tant, que son grand père dont la tête avait été arrachée (sous ses yeux c'est important) par une aile de moulin un jour de tempête, que le chat de la maison avala avant de s'étouffer lui même avec les plumes jaune, car le jaune c'est très salissant. Pauvre enfant obligé de porter une livrée jaune après, quel traumatisme ! Il devrait y avoir des lois contre ça. Que fait la protection de l'enf...

STOP !
Ce n'était pas ça du tout, reprenons Mr.Red


En quoi peut bien consister l'enfance d'un cadet d'une famille aussi Gasconne que celle des Castelmore ? Et bien une enfance que l'on peut qualifier d'heureuse, celle d'un enfant à l'énergie débordante faisant les quatre cent coups. On imagine guère d'Artagnan rester bien sage à apprendre sa leçon, et en effet il préféra longtemps aller faire le coup de poing avec les garçons de ferme, activité dans laquelle il excellait, que de déchiffrer sa version latine.
S'il ne montrait pas beaucoup de talent en Latin, il eut assez de cervelle pour ne pas négliger l'intégralité de l'étude. En fait ce fut une ruse de son précepteur qui l'y poussa. Un jour il lui fit lire un extrait d'un livre de récit des guerres d'Italie du bon roi François Ier. Il fut emballé et comprit quelle serait sa vocation: la guerre et le service des Rois.
Bayard se doutait-il qu'en servant François il avait aussi, par les ricochets de sa légende, servi un Louis plus illustre encore ? Le vieux chevalier peut jubiler et sa tombe vibrer d'aise: même mort il sert encore la France !
Charles dévora des volumes entiers de récits guerriers et de traités de roi et de Stratège que lui permettait la fortune familiale et la bonne grâce du précepteur, un abbé gascon défroqué (avait-il jamais vraiment été froqué ?) ayant gardé une filière livresque avec son ancienne abbaye.
Son père lui enseigna l'escrime, ajoutant à cela son talent naturel et zou ! Voici le bouillant jeune Charles à la lame et à l'esprit aiguisé prêt à tenter sa chance à Paris !

Il a environ 20 ans et nous sommes dans les années 1640

Et justement, les temps font bien les choses car si les relations de la famille de sa mère lui permettent assez rapidement d'entrer en qualité de Cadet chez les gardes Françaises, les derniers remous de la guerre de trente ans lui offrent de belles occasions de s'illustrer sur les champs de bataille par sa bravoure et son sens de la tactique.
La guerre, c'est un fait connu, déchire des hommes pour en lier d'autres. Les liens qu'il crée alors avec des compagnons d'arme au moins aussi braves que lui sont les plus indestructibles qui se puissent imaginer, car le mortier dont ils sont faits est mêlé de sang. Les plus remarquables d'entre eux sont le Comte de la Fère (Athos), Aramis, et Porthos, mousquetaires du Roi Louis XIII, au service duquel Charles, qui se faisait appeler d'Artagnan depuis son arrivée à Paris, entrera vers 1642.

C'est alors que son sort se lia à un homme qui serait le grand artisan de sa fortune: le Cardinal de Mazarin. A peine un an après son admission chez les
Mousquetaires, D’Artagnan est remarqué, avec Besméatix, un ami gascon,
par le rusé Cardinal qui, encore dans l'ombre de Richelieu, recherchait déjà des hommes de confiance chez les mousquetaires pour tisser son fameux réseau d'espionnage.
Leur première entrevue est un modèle du genre:
Ayant entendu dire le plus grand bien du fier Gascon par ses séides, le cardinal avait fait mander d'Artagnan dans son cabinet de travail pour le voir de ses yeux.
Le Gascon se présenta à la porte mais il n'y avait personne pour lui ouvrir, l'huissier était absent, certainement parti se soulager quelque part d'une envie pressante.
Trouvant la porte non fermée à clé d'Artagnan entra sans bruit et vit le Cardinal le nez dans ses papiers, sans doute affairés à compter les deniers qu'il venait de ne pas dépenser.
Trouvant le jeu amusant, il s'approcha sans faire le moindre bruit, Mazarin ne le remarquant toujours pas. Puis arrivé à un mètre de lui il se mit à crier un peu plus fort qu'il n'était nécessaire:
" Mousquetaire D'Artagnan, à votre service Monsieur le Cardinal "
L'autre sursauta et manqua de peu d'avoir une attaque (ce qui à quelques années près aurait bien arrangé certains). Il lui dit:
" Diable de Gascon, en voilà du bruit ! Comment êtes vous entré ?"
Feignant d'être piqué il répondit:
" Éminence, un Gascon entre toujours par la porte. Le diable je ne sais pas... Pardonnez moi, mais je suis confus. Je ne sais trop ce que je dois regretter le plus: lorsque j'ai fait du bruit ou... lorsque je n'en ai point fait."
Le Cardinal, vite remis de son émotion, lui sourit avec malice.
"Vous êtes pardonné et surtout ne regrettez rien: c'est exactement ce qu'il me faut."

Et leur alliance était scellée.

Dès lors il ne quitta plus le service de son éminence jusqu'à la mort de ce dernier. Il lui servit d'yeux et d'oreilles, et surtout de messager. Le cardinal avait instantanément compris la plus grande qualité de d'Artagnan: il cachait sa finesse et son intelligence derrière des allures de Gascon hâbleur et fanfaron. Pendant longtemps, nul ne se doutait de qui il servait, la noblesse frondeuse, déjà trop parisienne, ne voyait en lui qu'un paillard de soldat parmi les autres, assez bon pour les amuser un temps, mais trop fruste pour mériter leur estime.
Lorsqu'ils s'aperçurent de leur méprise, il était trop tard. Cela commença lorsque Louis XIV, encore enfant, ainsi que la famille royale furent contraints de fuir Paris en 1649. C'est d'Artagnan qui commandait le peloton de mousquetaires qui protégea discrètement sa fuite.
Mazarin l'avait choisi parce qu'il était alors à peine connu et donc idéal pour cette mission délicate.
Pendant que les officiers des Mousquetaires et le gros de la compagnie paradaient toute la nuit dans les couloirs et les jardins pour faire croire à la présence du Roy, un détachement de recrues, commandé par un Gascon encore fougueux, emmenait le Roy loin des murs de Paris et de la menace des Grands.
Ce fut à partir de là que d'Artagnan entra véritablement au service de ce roy qu'il allait servir jusqu'à sa mort et qu'il devint définitivement un homme en qui Mazarin avait pleine confiance. La dureté de cette expérience, dont on sait les conséquences qu'elles eurent sur sa manière de gouverner plus tard, que le jeune Louis partagea avec D'Artagnan pour protecteur, tissa entre eux le lien qui fera du Gascon l'homme du Roy.

Puis la Fronde fut maté et la victoire de Mazarin complète. D'Artagnan lui servit beaucoup d'estafette à cette période: les messages secrets envoyés à l'un ou l'autre parti dans le but de diviser, flatter, affaiblir et détruire. Les habiles et forts complexes circonvolutions des manoeuvres mazarines achevèrent la formation de maître-es complot de d'Artagnan.
A la mort du Cardinal, d'Artagnan qui le connaissait, se vit recommandé par lui à Colbert, lui même recommandé au Roy.
Ses beaux et loyaux efforts furent récompensés par le grade de Capitaine des Mousquetaires de sa Majesté, sur la recommandation (et l'aide pécunière) du futur Grand ministre.
En contrepartie il se vit confier la délicate mission d'arrêter un autre grand ministre, un surintendant des finances qui avait un peu confondu surintendance et tendance et qui pour un château trop beau perdit sa précieuse liberté.

Et maintenant?
[Que vais je faireuuu de tout ce temps Mr. Green] D'Artagnan est au faîte de sa carrière. Capitaine des Mousquetaires du Roi, homme respecté et craint. Il a même eut récemment une amourette avec une jeune Dame, Delphine de Valentinois qui hélas n'a guère eu de suite: Noblesse et intrigue royale obligent.

¤¤¤
III-Etats d'âme


Traits de personnalité
Loyal envers le roi et rusé comme un renard. Il est fier et hâbleur aussi : c'est un Gascon.
Pourtant, le sang bouillant de sa jeunesse a quelque peu tiédi dans ses veines après vingt années à arpenter les allées glauques et glaciales du pouvoir politique français.
Intriguant, il l'est. La longue fréquentation de Mazarin lui en a donné le goût. Il fait souvent office d'agent du contre espionnage, on ne se méfie pas trop de ce Capitaine des Mousquetaires qui parle un peu trop fort. Il aime à passer pour plus Gascon qu'il ne l'est : si l'on pense que vous êtes ici, cela vous donne tout loisir d'être là sans qu'on vous voit. La DST a eu ses ancêtres...

Bien sûr, malgré le polissage de cour, il n'en a pas moins gardé une haute estime de lui même, noblesse oblige !

Ambitieux aussi et depuis toujours. Mais comme il est intelligent, il dispose d'une qualité très utile à la cour : il sait parfaitement où est sa
place. Il ne l'évalue ni trop au dessus, ni trop au dessous de ce qu'elle est réellement.
Il est sans doute un des premiers à avoir compris qui était le Roy et ce qu'il voulait. Cela lui permet d'exceller dans la gymnastique complexe que l'on pratique à la cour : s'élever tout en restant à sa place.

[HR : sacrée gymnastique Razz ]

Cependant ne le faisons pas plus calculateur que nécessaire et disons le franchement: il aime le Roy. Quoi qu'il soit en train de devenir, lorsque ses yeux se posent sur lui il y voit toujours quelque chose de ce petit garçon de 11 ans qu'il prit dans ses bras par une froide nuit de 1649.


Aujourd'hui d'Artagnan est un homme mûr, circonspect, c'est à dire un véritable atout pour le Roy, à condition que ce dernier sache s'en servir...

Bien entendu, au caractère de d'Artagnan s'ajoute l'amour de la guerre et des hommes sous ses ordres. Il est le meilleur des chefs et le plus apprécié des compagnons, se servant de sa poigne de fer autant pour frapper que pour donner des bourades à ses camarades de beuveries.
En cela il est demeuré Gascon.

Chose heureuse pour ses amis, Mazarin ne lui a pas transmis son avarice : d'Artagnan est un homme généreux de ses deniers, pour ses amis et tous ses serviteurs. La solde de Capitaine des Mousquetaires n'y suffit souvent pas.

Goûts
D'Artagnan aime la bonne chère, les jolies femmes même s'il a tout de même gardé un faible pour les filles à soldats. Ses amis bien entendu, ses compagnon d'arme. L'or et les honneurs bien entendu, mais par dessus tout: servir son Roy en usant de sa finesse et de son intelligence. Ne le nions pas non plus: il a le goût de l'intrigue.
Il ne goûte guère au théâtre et aux frivolités de cour. Rien ne lui semble plus barbant que de se voir contraint de regarder le roi danser pendant une heure: quelle perte de temps !

¤¤¤
IV-Etre et paraître


Caractéristiques générales
D'Artagnan n'est pas beau, soyons honnête. Il est assez banal physiquement. Il n'est pas très grand, un léger embonpoint commence à se laisser voir sous la livrée (c'est que 45 ans, il faut les porter !). Ce qui est remarquable ce sont ses yeux verts qui pétillent de malice lorsque son cerveau toujours bouillonnant y fait tourner quelques bonnes ruses ou que quelques plaisanteries ou bons mots s'y façonnent avant de sortir de sa bouche.
Il porte le bouc et la barbiche à la mode du temps de Louis XIII.

En détails
Comme souvent les gens au physique banal, toute la beauté et l'expressivité que les traits du visage n'ont pas pris se concentre dans les yeux. C'est ainsi que son regard tient tout à la fois du chien affectueux, du lion qu'on trouvait jadis en Italie et du singe malicieux.
La vie de patachon à la cour, les hectolitres de bons (et moins bons) vins ingurgités et la
nourriture trop riche en viande rouge commence à faire sentir légèrement ses effets sur ce roc d'homme.

Habitudes
Ses coqueteries résident dans ses costumes de Capitaine des Mousquetaires, mais demeurent assez sobres. Il peut lui arriver de faire toute une histoire pour un fil d'or se détachant de sa tunique, mais un bon coup d'épée a en général vite fait de régler le problème. S'il suit à peu près la mode vestimentaire de son temps, il est en revanche intraitable sur sa barbe Louis XIII.

¤¤¤

V-La vie en société


D'Artagnan est un homme qui aime amuser et surprendre. Les plus anciens des courtisans savent ce que cache cet homme et savent aussi ses liens avec Colbert du fait de leur ancienne allégeance au Cardinal.
En dehors de la cour, il vit comme tout homme de son temps: chasse, vacances (rares) au pays.

Le reste de ce qui est à savoir est dans la section consacrée aux traits de caractère !

¤¤¤

VI-Et puis le reste...


Prénom
Alexandre

Age
31 ans

Expérience et niveau RP
De beaux débuts dans Star Wars, une bonne continuation dans le seigneur des anneaux en passant par les chevaliers et la légende du roi Arthur.
Allez, ça fait au moins 4 ans que je fais du RP, donc expérience:
Non négligeable Mr.Red

Présence sur le forum
Quand la thèse le permet (et elle le permettra)

Comment l'avez-vous connu?
J'ai des relations moi monsieur, qu'est ce que vous croyez. Je connais du monde à la cour Mr. Green

Mot magique
Et bien... Et bien... Essayons: tuob titep emia't ej
Je suis sûr que ça marche whistle
[Ahaaaaah ! On essaye de corrompre une admin !! Allez, dans ma très graaande magnanimité love Ok]

(*) Source: http://favier.theatre.free.fr

_________________
Charles de Batz Castelmor

de son petit nom :

Capitaine d'Artagnan


Dernière édition par D'Artagnan le Jeu Fév 26 2009, 03:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
 
Charles de Batz Castelmore alias D'Artagnan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Charles de Batz-Castelmore d'Artagnan
» Les Hommes d’Épée [6/6]
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» Echange Charles Baker/ Himler Rebu autour du CEP
» AVANT PROJET DE LOA DU SENATEUR FETICHEUR MOISE JEAN CHARLES !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: Profils des anciens joueurs-
Sauter vers: