1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Intrigues et mousquetaires...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Evangéline
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 616
Age : 30
Date d'inscription : 25/10/2005

MessageSujet: Intrigues et mousquetaires...   Dim Fév 05 2006, 10:59

Il n'était que 9h du matin et l'auberge n'était plus peuplée que par les derniers ivrognes de la nuit qui cuvaient encore leurs excès. Le gérant les empoignaient sans ménagement pour les mettre dehors, sous les grognements et les protestations.
Dans l'embrasure de la porte, il bouscula une demoiselle qui voulait entrer mais qui restait pétrifiée là, hésitant à poser meme un seul pied dans ce lieu de perdition.


-Oh pardon mademoiselle! Faut pas prendre peur vous savez! Venez entrer donc... Qu'est ce que je peux faire pour vous?

Il fit de grands gestes de la main pour lui signifier de le suivre au comptoir. Les clients se faisaient rares ces derniers temps, il ne voualit surtout pas prendre le risque d'en perdre une seule... Elle prit une grande inspiration et avança:

-Mon maitre m'envoie chercher une chambre...

L'aubergiste plutot bourru en tant normal de resta pas insensible devant un si joli minois, il sourit bêtement:

-Mais bien sur ma petite! Nous avons tout ce qu'il vous faut ici! De chambres simples, doubles!

-Deux chambres simples dans ce cas...

Inscrivant dans son registre, l'auberge jubilait. Deux chambres d'un coup, c'était parfait!

-Quel nom s'il vous plait?

-Philippe de Rocroy...

Puis, en s'assurant bien que tous ceux qui étaient présents étaient trop saouls pour lever le nez, la jeune fille sortit discrètement une bourse des plis de sa cape et baissa le ton:

-Bien sur, mon maitre paye d'avance et compte etre assurer de sa tranquilité...

Elle posa la bourse sur le comptoir et celle-ci tinta de métal. Le tenancier ouvrit des yeux ronds cupides et lorsque le cordon fut légèrement desserré, les pièces de cuivre dansèrent devant ses yeux... Il devait y avoir de quoi payer un mois complet! Bredouillant d'empressement, il l'invita à le suivre à l'étage:

-Très bien, très bien! Les affaires de nos clients ne sont pas les notres vous savez... Si vous voulez bien vous donner la peine, mademoiselle... je vais vous montrer vos chambres...

D'un léger coup d'oeil, les chambres furent vite inspectées et l'affaire conclue. Avant de prendre congé, l'aubergiste sourit de plus belle et son ton se fit encore plus aimable:

-Bien je vais vous laissez vous installer confortablement...Si vous avez besoin de quoique ce soit, n'hésitez pas! Ma femme et moi sommes à votre service...

La jeune femme le regarda:

-Eh bien justement... Mon maitre est de nature discrète... Il n'aime pas se faire remarquer où qu'il aille. C'est pourquoi il a fait la demande d'entrer par votre porte de service...

La requête stupéfia l'aubergiste au moins autant que la bourse pleine de pièces... Mais il tenait à celle-ci plus qu'au reste et laissa sa curiosité de côté....

-Oh! Mais bien sur! Mais bien sur! Que votre maitre soit assuré de trouve ici toute la discrétion qu'il désire!

-Parfait! conclut simplement la demoiselle...

*******


La porte de service s'ouvrit et Marie fit un signe à la voiture qui attendait dans la ruelle sombre derrière. Evangéline en descendit et les porteurs déchargèrent ses malles.

-Tout est en ordre Madame. On ne vous verra pas arriver!

Evangéline lui sourit:

-Merci Marie! Tu as été parfaite comme d'habitude! Je commence à croire que bientot l'élève dépassera le maitre en matière d'intrigues!

Elle se hata de s'engouffrer dans l'arrière-salle dans un rire étouffé. La petite troupe emprunta un escalier de service étroit et crasseux qui arrivait à l'étage aussi bien que le principal, mais qui avait l'avantage d'etre à l'abris des regards indiscrets.
Evangéline avait toute la nuit tourné et retourné le problème dans sa tete... Elle quitterait Fontainebleau en courtisane, mais elle ne pouvait pas paraitre ainsi dans les quartiers les plus populaires... Ce genre de personnages et d'attirail attire l'oeil, les questions et les ragôts.
Et puis voir une femme entrer et ressortir en homme... Ce n'était bon qu'à trainer des ennuis...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dom Juan
Invité



MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Dim Fév 05 2006, 21:42

Venant tout droit de Chartres, où il avait fait malheur aupres des Dames, le voici arrivée au paradis. Quand il apercut les premiers villages annoncant la proximité de Paris, il était tout excité. A ses cotés se tenaient son cher valet Sganarelle. Ils étaient comme qui dirait inséparable. Le maitre était dés fois cruel envers son valet, Lui était dégouté par son maitre. Mais c'est ce dégout de l'un envers l'autre qui les rapprochaient autant... Ils arriverent ainsi tranquillement malgré la pluie, malgré les intempéries, le vent, les bourrasques, le froid... Ils avancaient inlassablement. Dom Juan était trop pressé de faire sa premiere parisienne... Ils arriverent donc au porte de Paris sous un magnifique soleil. Vu de l'extérieur, n'importe qui aurait su que c'était un noble, vu les magnifiques vetements qu'il portait. Mais d'un pauvre noble, car il n'avait que pour seul escorte un homme chétif et chose qu'il ne savait pas mais qui tombait sous le sens, d'une grande couardise.

- Ah regarde moi ca mon cher Sganarelle. As tu déjà vu autant de splendeur?
- Monsieur veut il parler de la ville ou de ce qu'il y a l'intérieur?
- Décidemment je ne peux rien vous cacher.

* Comme si ce n'était pas évident* pensa le valet. Ils entrerent dans les grands axes parisiens. Dom Juan à peine arrivée, avait déjà fait une fixation sur certaine. Il aurait voulu commencer maintenant, mais Sganarelle proposa d'une voix tremblante

- Monsieur, ne croyez vous pas qu'on devrait se restaurer. mon ventre crie famine. Et puis les femmes dans l'auberge seront plus appétissante apres un bon repas.
- Oui tu as raison dit'il en remontant sur son cheval En avant à l'auberge la plus proche...

ILs continuerent leur chemin, mais ne rencontrerent aucune auberge enfin aucune qui plaisait à Dom Juan qui voulait absolument une dinde farci à l'échalotte pimentée de quelques épices. Sganarelle grogna en lui meme à chaque fois qu'ils en croiserent une. Il aurait donné n'importe koi pour un petit bout de pain. Enfin, lassé, Dom Juan se décida pour une et s'arreta devant celle ci. Ils y entrerent en laissant leurs chevaux devant. Le valet préférait une place dans un coin, Sganarelle souhaitait se faire voir de tous et pouvoir regarder tout le monde. C'est pourquoi ils s'assirent pres du comptoir. Une serveuse arriva devant eux et leur servit leurs plats... Sganarelle s'empifrait et se régalait. Don Juan lui touchait à peine ses aliments et regardait autour de lui à la recherche d'un proie. Il fut décu de ne pas en apercevoir une à sa hauteur. Soudain la porte de l'auberge s'ouvrit et une jeune femme apparut. Il la contempla longuement du coin de l'oeil. Mais surtout il écouta attentivement sa conversation avec l'aubergiste. Ainsi il apprendrait plus sur elle. Il sut maintenant que son maitre était Philippe de Rocroy. Il eut soudainement une idée pour aller lui parler. Mais il fallait agir vite. Il sortit de table en glissant aux oreiles de Sganarelle

- Reste là, voilà l'argent pour payer le repas. Je pars en quete et pas de bruit!!!

Sganarelle dont la bouche était pleine, fit un hochement de tete.
Don Juan alla se terrer dans un coin. Il mis sur lui une cape noir. Puis deux minutes apres. Il vint voir l'aubergiste et lui dit tellement bas qu'il fallait qu'il se baisse pour l'entendre.


- Je suis Philippe de Rocroy. Ma suivante vous a fait commandé une chambre. Oui je comprends votre étonnement. Je devais passer par derriere. Mais je me suis dit que si on me repérait, cela ferait plus suspect donc voici la raison. Pouvez vous me donner le numéro de la chambre?

L'aubergiste naif s'executa et l'espagnole gravit les escaliers, pour arriver devant cette fameuse chambre. Il mit une temps avant d'ouvrir la porte. Il roula des épaules, mis en place son plus beau sourire et se tint droit pour mettre en valeur sa carrure. Il était d'un tel charme qu'une simple suivante ne résisterait pas. Il frappa à la porte et entra. Mais quelle fut sa surprise quand il vit que la demoiselle au milieu de la piece n'était pas la suivante. Mais une demoiselle d'une beauté si époustouflante, qu'il en manqua de tomber à terre. Jamais de sa vie il ne vit aussi joli minois que celui là. Il constata que son coeur battait anormalement * Mais qu'est ce qu'il se passe* se demanda t'il. Je sens mon corps antier bruler tel un brasier ardent... Ses mots tremblerent malgré lui. Jamais de sa vie il n'avait ressenti ca.

- Euh ... je , je suis désolé madame. Comment puis je me pardonner pour mon intrusion?

Lui le grand séducteur en peu de temps avait perdu toute son assurance. C'était la premiere fois qu'il perdait à un tel point ses moyens. Il avait déjà connu des cas comme ca, mais jamais à ce point là...
Revenir en haut Aller en bas
Evangéline
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 616
Age : 30
Date d'inscription : 25/10/2005

MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Lun Fév 06 2006, 17:30

Evangéline venait à peine de voir sortir ses porteurs et restait seule avec Marie pour déballer ses affaires. Avec son aide, elle se mit à étaler les vêtements dont elle aurait besoin sur le lit de la chambre: chemise à jabots, culotte de velours marron, un grand chapeau pour se dissimuler au mieux et de bottes hautes, négligemment affalées sur le parquet...

*Bien...* pensea la jeune femme *Il ne manque rien...*

Soudain, un éclair la traversa. Elle s'exclama:

-Cheval! Par tous les Saints, un cheval! Un cavalier sans monture, c'est peu commun... Et peu crédible surtout...

-Il me semble avoir vu un maréchal-ferrand dans les faubourgs, Madame... Il en aura certainement qui feront votre affaire.

Evangéline lui sourit et secoua sa tete avec un soupir résigné... La petite était devenue sa tete parfois!
Ramassant ses jupes, elle s'agenouilla sur le sol devant un coffre d'acajou, pas très grand, mais qui renfermait bon nombre de secrets...
Elle en tata le fond à l'aveuglette, saisit une légère aspérité dans le bois et souleva avec ses ongles le panneau tout entier. Là dessous se trouvaient ses "outils"... Perruques, postiches, poudres, préparations en tout genre... Tout ce qui était nécessaire à une parfaite transformation...


Le grincement de la poignet dans la porte la fit sursauter,elle lacha le couvercle qui referma le coffre dans un bruit sourd et se releva prestemment comme une enfant prise en faute.
Dans l'embrasure de la porte, un jeune homme se tenait là, interdit...
Evangéline jeta un rapide coup d'oeil décontenancé à Marie qui le lui retourna. Elle prenait conscience qu'elle venait de se faire découvrir, ce qu'elle cherchait précisemment à éviter. Tous avrboraient des mines de coupables...
L'air coit du jeune homme lui laissa l'opportunité de se reprendre et d'adopter une tenue plus mesurée et de reprendre une contenance.


Citation :
- Euh ... je , je suis désolé madame. Comment puis je me pardonner pour mon intrusion?

Ah finallement, il savait parler ce monsieur... Evangéline prit le temps de le considérer un instant. Ses vetements n'étaient pas richement ornés mais de bonne facture néanmoins. Le visage agréable et bien proportionné ainsi qu'une carrure charpentée... Elle opta pour un nobliau de province venu à la capitale pour faire ses armes...
Toujours en courtisane, et pourtant dans un de ses vetements les plus sobre, la robe fleurait bon le hors-de-prix et le cachet qui allait avec... Puisqu'elle était en grande dame... Autant jouer la grande dame...
Elle rit:


-Et bien peut etre, tout simplement, en vous assurant de bien fermer la porte en ressortant, monsieur...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dom Juan
Invité



MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Sam Fév 11 2006, 08:36

Partir il n'y pensait pas. Comment apres avoir vu tant de beauté, pouvait on partir. Sa seule envie à l'instant serait de rester avec elle pour la vie. De pouvoir rien que la contempler. Il donnerait tout son or pour la contempler ne serait ce qu'une autre fois. La lumiere de sa vie. La lumiere sur Terre... Au début il obéissait, mais à mi chemin de la fermeture, il s'arreta dans sa course et rouvrit la porte.

- Madame je ne puis. Voilà que mon coeur par mégarde ouvre une porte et s'ouvre sur le paradis, le monde que j'ai toujours cherché, la vie que j'ai toujours cherchée. Jour et nuit mon coeur n'en pouvait plus de supporter l'attente dans les ténebres. Ces ténebres m'ont fait de moi par le passé un etre cruel, je le reconnais. Il aura fallu d'un hasard, d'une chance, pour que je tombe enfin sur la lumiere. Et la lumiere céleste me demande de refermer la porte. J'aimerais vous obéir. Tout mon etre le voudrait. Le respect de cette étincelante étoile. Mais une force invisible m'en empeche.

Il se mit à s'agenouiller.

- Tant de fois j'ai révé de ce moment et je l'ai trouvé. Je me retrouve devant vous déesse de la vie. Je sais que je ne suis pas digne de vous parler. Pas digne de vous regarder. Pas digne de vous aimer. Je ne suis qu'un malheureux esclave, un grain de poussiere dans l'immensité du désert. Faites moi tout ce dont il vous plaira. Mais puissiez avoir la bonté de m'accorder l'honneur de regarder dans vos deux saphirs étincelant, tel mille feux d'orients. J'aimerais pouvoir y lire ce que vous etes vraiment. Un coeur d'or pur que tous les diamants de la planete ne suffirait pas pour égaler. Laissez moi rien qu'une fois ressentir le voile de votre ame candide.

Il était à ce moment la juste devant elle. Il avait réussi à trainer sur ses genoux jusqu'à là. Il suppliait littéralement. Il aurait voulu que la Terre lui pardonne pour tous ses péchés et qu'il puisse reprendre tout à 0. Ses yeux suppliants comme ceux d'un chien abattu, la priait pour qu'elle accede à cette requete. Mais il le savait elle essayait de se dérober. Il reprit en regardant cette fois ci à terre. Comme pour mieux juger de ses sentiments.

- Mon ame est tel un brasier ardent. Votre seul présence me permet d'alimenter ce feu qui brule en moi. Quand vos yeux se posent sur moi, j'ai l'impression de planer...

Regardant en l'air comme regardant dans le ciel

... de voler dans les airs, tel un oiseau prenant son envol.

Il repencha la tete accentuant sa soumission.

- Mais je sais vous n'avez que faire d'un misérable comme moi. Rejetez moi, n'ayez point de pitié, ne faiblissez pas. Ma seule place est dans le désert de là où je viens. Chaque jour je ne pourrais m'empecher de repenser à cette clarté. Mais la chaleur de celle ci, ne sera plus là. Je vivrias ainsi dans la froideur glacial des ténebres. Tout ne sera pour moi que souffrance... Ce ne sera plus une vie. Ce sera la mort. Je vivrais continuelle ment les ténebres diaboliques de la mort. Tout pour moi me paraitra plus sombre, comme si pour moi aucune vie n'existait plus. Dans le seul espoir de la revoir à nouveau...

Ses yeux se reposerent sur elle. Ils étaient presque larmoyant...

Mais que dis je... jamais je n'aurais le courage d'affronter un ennemi que je ne puis toucher, ni vaincre. Il ne me suffira plus que de passer dans un autre monde, dans un monde sans souffrance, où tout n'est que calme et tranquilité... Le repos...

Il se releve en se fachant intérieurement.

Mais qu'est ce qui me prend. Je m'excuse madame pour mon comportement, mais vous n'y voyez que le pale reflet de mon modeste coeur... Je vous aime il est vrai. Comme si la foudre à cet heure s'était abattu sur moi. Mais il n'est pas à moi de décider à votre place. Votre déciion je l'approuverais. Je sais que je suis idiot on vient à peine de se rencontrer que je vous déclare ma flamme, mais en ce bref instant j'ai su lire dans vos yeux la pureté de votre coeur, et je m'en tiens à la teneur de mes discours...
Revenir en haut Aller en bas
Evangéline
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 616
Age : 30
Date d'inscription : 25/10/2005

MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Mar Fév 14 2006, 16:43

[Lol! Une nouvelle petit visite express, j'ai pu me débrouiller de trouver un pc! Wink]

Evangéline n'avait pas attendu que le jeune homme s'en aille et s'était déjà retournée pour vaquer à ses occupations. Lorsqu'elle entendit la porte s'ouvrir de nouveau elle faillit sursauter une nouvelle fois.
Sans comprendre ce qui lui arrivait, elle vit cet inconnu se mettre à débiter des paroles qu'elle comprenait à peine et d'un ton passionné déconcertant.
Lorsqu'il se mit à genoux s'en fut trop. Elle jetta un coup d'oeil à Marie qui semblait tout aussi interdite qu'elle, la scène était d'une telle surprise qu'Evangéline dut se mettre la main devant la bouche pour dissimuler un sourire et se pincer les lèvres.


*Mais qu'est ce que ça veut dire...? Il est fou...*

Il lui parlait d'amour! Il avait fait irrumption dans sa chambre quelques secondes auparavant et il lui parlait d'amour! Ce ne pouvait qu'etre une plaisanterie! A moins que...
Les yeux larmoyants du jeune homme et sa posture quasi-théâtrale lui firent pencher la tete d'un air d'appréciation et lorsqu'il eut finit sa longue diatribe, elle lui sourit et faillit applaudir:


-Bravo monsieur! Je crois avoir l'oeil pour reconnaitre les gens de mon métier et je dois dire que votre jeu est époustouflant! C'est tout à fait impressionnant, vraiment!

Bien sur! Pour avoir une telle logorhée, ce garçon devait etre comédien! C'était évident! Ravie de voir s'exprimer un tel talent, elle tendit sa main pour serrer la sienne:

-Connaissez-vous Monsieur Molière? Je suis certaine qu'il saurait reconnaitre votre qualité et peut etre meme plus que moi-même...

Elle se pencha légéremment et adopta un ton amusé, ravie de faire partager son expérience à ce jeune très prometteur:

-Quelques détails à régler malgré tout... Apprenez, lorsque vous flattez une femme, à adapter votre discours... "Mes deux saphirs étincellants"? Mes yeux sont verts, mon cher... Soyez observateur!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dom Juan
Invité



MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Jeu Fév 16 2006, 18:20

Citation :
Bravo monsieur! Je crois avoir l'oeil pour reconnaitre les gens de mon métier et je dois dire que votre jeu est époustouflant! C'est tout à fait impressionnant, vraiment

- Vous croyez. Vous en avez connue beaucoup des comme moi et il est normal. Personne n'a cette formidable chance que d'etre à vos cotés.

Il se pencha pour baiser la main qui lui était tendu.

- Je ne connais point ce monsieur, madame mais si vous me faites la grace de le présenter ce sera pour moi un tel honneur.

La femme ne réagissait pas à ses belles paroles. Mais il l'aimait profondément et il ne savait pas comment le lui dire. Il lui disait franchement et elle le croyait pas. Il décida de rester avec elle pour cela il fallait rentrer dans son jeu.

- Vert vous croyez? Vous savez de mon pays les plus beaux safirs prennent une légere une teinte vert bleuté. Comme vos yeux. Maintenant c'est parce qu'on à l'habitude de dire bleu avec safire c'est tout. Mais je décris tout simplement ce qu'il y a devant moi. Bon assez jouer. Il parait que vous m'attendiez???
Revenir en haut Aller en bas
Evangéline
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 616
Age : 30
Date d'inscription : 25/10/2005

MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Lun Fév 20 2006, 13:59

[I'm back!]

Beau joueur, ce monsieur l'était assurément. Il ferait sans doute un excellent courtisant penseait Evangéline tant il dispensait avec facilité et abondance les compliments et les flatteries. S'ils la faisaient rire et l'amusaient, c'est qu'elle n'était pas femme à y prêter trop l'oreille... On attrappe pas les mouches avec du vinaigre... Mais enfin, l'importun avait au moins de la discussion et sans doute de l'esprit. Autant faire de mauvaise fortune bon coeur.
Malgré tout, l'entretien començait à durer un peu trop à son gout... Il était déjà presque 11h et le temps commençait à presser. Son contact mousquetaire devait déjà etre au courant de sa mission et de leur entrevue. Il devenait urgent de couper court...

Citation :
- Vert vous croyez? Vous savez de mon pays les plus beaux safirs prennent une légere une teinte vert bleuté. Comme vos yeux. Maintenant c'est parce qu'on à l'habitude de dire bleu avec safire c'est tout. Mais je décris tout simplement ce qu'il y a devant moi. Bon assez jouer. Il parait que vous m'attendiez???

Evangéline faillit s'étrangler. Il poussait certes la provocation assez loin... Dans des circonstances moins tendues peut etre aurait-elle pu passer outre et s'en amuser, voire meme ne pas remarquer l'étrange étincelle qui brillait dans les yeux du jeune homme, mais là... C'est qu'il ne partirait pas comme cela, le bougre... Lui faudrait-il se montrer impolie au point de le mettre à la porte?

-Vous attendre? Vous ressemblez bien peu à celui que j'espère en ce moment, monsieur... Vous devez faire erreur sur la personne. Mais, effectivement, si vous etes attendu quelque part, je m'en voudrais de vous retenir plus longtemps...

Comment etre plus polie et, à la fois, plus claire, Evangéline n'en avait aucune idée. Elle espèrait seulement que cela suffirait à faire prendre à l'inconnu le chemin du palier et, elle, la faire retourner à ses occupations les plus pressantes...
Pressantes, oui ses affaires semblaient le devenir subitement un peu plus. En bas, une rixe venait d'éclater et des éclats de voix, des bruits de tables bousculées et brisées se faisaient entendre. Rien de plus commun dans une auberge de ce genre... Pourtant, malgré l'inconnu qui semblait vouloir rester, Evangéline avait pu entendre très distinctement et reconnaitre le nom et la voix d'Elrohir de Verchères.
Elle blêmit. Grand Dieu! Il était déjà là et elle n'était pas prête... Il fallait que l'importun parte maintenant! Et vite...
Tant pis! S'il ne comprenait pas ses allusions habiles et s'il lui fallait donc se montrer impolie, elle se montrerait impolie! Elle reprit donc d'une voix plus ferme:


-Cette rencontre fortuite était tout à fait intéressante, monsieur, malheureusement j'ai fort à faire... Au plaisir...

Puis d'un pas résolu, elle se dirigea vers la porte et se tint tout à coté du battant grand ouvert et tendit de nouveau sa main à Dom Juan.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evangéline
Administrateur Adjoint


Nombre de messages : 616
Age : 30
Date d'inscription : 25/10/2005

MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Mer Fév 22 2006, 21:40

*****************************


(Après l'entrevue avec Dom Juan...)


La porte cette fois bien fermée à clef, Evangéline ne tarda pas à se remettre au travail et commença à se dévetir de ses vetement de femme, et qui plus est de courtisane, pour se glisser dans une peau totalement différente, celle d'un homme. Philippe de Rocroy, pupille du Roi et militaire dévoué... Elle espèrait de tout coeur que les mousquetaires mordraient à l'hameçon...
Après avoir enfilé sa culotte de velours et ses bottes usées, il considéra la chemise et se rendit compte du problème qu'il y avait là...


*D'étonnants atours à ce monsieur de Rocroy... Peu viril il me semble!*

Elle jeta un rapide coup d'oeil dans la pièce, elle vit un tissu de lin bien rèche qui ferait fort bien l'affaire... Dans un soupir, elle le tendit à Marie qui l'aidait à s'habiller:

-N'aie pas peur de serrer fort surtout...

Une fois ses formes féminines réduites à néant derrière l'épais bandage, et après une véritable torture, Evangéline put enfin mettre la chemise. Dieu! Elle avait bien l'habitude des corsets mais ceci était tout différent! Elle pensea un instant qu'elle ne pourrait plus jamais respirer convenablement. Si elle arrivait à ne pas syncoper, ce serait parfait! Elle ramassa ses lourdes boucles brunes au dessus de sa tete et Marie lui passa un postiche chatain coiffé en catogan. Déjà, elle n'avait plus grand chose à voir avec celle qu'elle était quelques instans auparavant... Se regardant dans la glace de façon attentive et arrangeant des mèches ça et là pour qu'elles paraissent plus négligées, elle dit à sa suivante:

-Connais-tu Elrohir de Verchères?

Marie marqua une pause, cherchant dans sa mémoire.

-Le sous-lieutenant des mousquetaires? Il me semble l'avoir déjà vu qui conduisait sa monture à l'écurie...

-Bien, tu saurais le reconnaitre donc?

Marie hocha par l'affirmative.

-Il se trouve en bas à l'heure qu'il est. Il attend le contact du Roi. Veux-tu aller lui dire, s'il te plait, que Philippe de Rocroy descend dans un instant et qu'il s'excuse de son retard?

Evangéline adressa un sourire à la jeune fille qui prit congé et s'en fut pendant que l'actrice continuait savamment sa métamorphose...


suite

_________________


Dernière édition par le Dim Juil 30 2006, 14:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Mer Mar 01 2006, 16:00

[merci d'éviter les débordements de flood dans les parties RP... J'ai tout supprimé, ce qui ne me plait pas forcément, car j'avoue que c'était ben drole!]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien


Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Jeu Avr 13 2006, 13:34

***********************************************



Recrutement Anti-mousquetaire



Par une nuit sans étoiles, un torrent glacial soufflait dans les rues ténebreuses. Le ciel gorgée de larmes ne pouvait contenir ses pleurs, qui vinrent s'abattre sur la triste capitale. Une ville, qui, à cette heure, n'est que désolation et solitude. Seuls les chats, les hommes les plus téméraires et les ombres y rodent à cette heure tardive. Et dans toute cette mélancolie, une frele lueur apparait. Une lueur bleuté perforant la noirceur des ténébres. Ce sont ces yeux. Les yeux de cet ombre qui apportent cette lumiere dans les ténébres dont il en fait parti. Son nom? Etranger. Li Fu. Un nom oriental dont on pourrait s'en moquer voir en rire. Mais lui cela n'importait peu. Ce n'est pas ce que pense les autres ou ce qu'on pense npous meme qui construit un homme, ce sont nos actes. Le but de notre vie est de trouver le pourquoi. Voilà à quoi méditait en ce moment meme cet homme. Les réponses que donnent les hommes tel que "notre mere nous a enfanté" ou " accedér à un autre monde" ne sont pas des raisons mais des moyens. C'étaient les vieilles paroles d'un ancien sage de son pays d'origine.

Mais en meme temps il marchait d'un pas léger et non pressé. Il se posait des questions sur la vie sur la sienne. Il voulait en connaitre le secret, pas pour avoir le pouvoir, parce que celui qui connait ses propres secrets serait tout puissant. Non il voudrait comprendre pour qu'il n'y ait aucune trace de souffrance. Cabellion avait sans le faire expres été d'une grande aide sur cette voie là en recrutant les alchimistes, qui travaillent également sur le raisonnement de la vie.

Enfin tel n'était pâs le but de l'ombre. Il devait rejoindre l'auberge, où il avait fixé un rendez vous très important. Il y arriva 10 minutes plus tard. En entrant, il vit les traditionnels ivrognes. Il souriait devant cette athmosphere. En effet, lorsque les hommes son enfin saoul, ils peuvent couvrir les conversations, et celles ci peuvent rester secretes. Le plus dur c'est de trouver le bon moment entre le moment où ils commencent à boire et le moment où ils sont renvoyés de l'auberge.

Il s'assit à une table dans un coin. La personne à qui il devait parler n'était pas encore arriver. Il sortit de nulle part un papier où était inscrit des noms. Il raya le premier "cavalier noir". Puis lut a voix basse le second "Eva" Il fut tout d'abord étonné qu'il n'yest pas de nom. Mais peute ter était ce un pseudo plus subtil qu'un simple prénom. Enfin il devait l'attendre. Il s'en souvenait. Son pere Mr Tcheng lui avait dit qu'elle avait participé à la premiere réunion de la CL et qu'elle était une révolutionnaire dans l'ame. Elle avait la révolutiuon et ses principes dans le sang. Voilà pourquoi Tcheng voulait la recruter. Le cavalier noir était un justicier avec un beau maniement des armes, mais n'y voyait rien en révolution. Pour Eva et son maniement il n'en savait rien mais il leur fallait quelqu'un d'entreprenant, n'ayant aucune peur. Cette femme semblait etre la personne idéale...


[HS Voilà Eva notre lieu de rencontre Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elrohir
Fils de La Fontaine


Nombre de messages : 1074
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Jeu Avr 13 2006, 17:13

(HS je n'ai qu'une seule chose à dire: héhéhéhéhéhé)

_________________
There is nothing for you here, only death

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Jeu Avr 13 2006, 18:58

(HS --- Elrohir --- rolling eyes )

Eva marchait rapidement sous la pluie, vêtue d'une robe noire et crème se mariant très bien avec sa chevelure jaie. Le lieu de son rendez vous n'était pas très loin de La Taverne du Masque Rouge, et la jeune demoiselle marchait à l'abri des bordures des toits, qui la protégeaient un minimum des torrents d'eau qui se déversaient sur la ville. Elle avait réussi à se faire remplacer pour une heure, par une nouvelle qui avait promis de garder le silence sur sa petite escapade.

Si cela n'avait pas été important, Eva ne serait probablement partie de son lieu de travail à l'heure la plus achalandée. Seulement, un homme qui s'était présenté comme membre de la CL était venu s'entretenir avec elle, et après avoir profité de ses services, lui avait remis un bout de papier. Une heure et un lieu y étaient inscrits et la courtisane était bien décidée à aller rencontrer celui ou celle qui l'attendait.

L'air était froid et la pluie glaçait la jeune demoiselle jusqu'aux os, mais elle ne s'en rendait pas vraiment compte, trop occupée à se demander ce qui l'attendrait à l'auberge de la corne d'abondace (car c'était là qu'elle était attendue) Elle marchait rapidement, et atteignit finalement la porte de l'auberge. En entrant, la température plus chaude lui fit réaliser qu'elle avait froid. Eva se fit discrète, observant la salle avec beaucoup d'attention, et détaillant chaque personne qui s'y trouvaient. La courtisane remarqua dans un coin de la pièce un homme seul. Il semblait loin de ces ivrognes. Il avait une allure rigide et calme. Il ne l'avait pas vue entrer...

Eva se dirigea vers lui d'un pas décidé, et tira la chaise qui lui faisait face. Elle ne dit qu'un mot, son prénom, et savait que si c'était la bonne personne, il la reconnaîtrait.


"Eva..."
Revenir en haut Aller en bas
Cabellion
Epicurien


Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Ven Avr 14 2006, 09:45

Son oeil regardait dans le vague. Il semblait fixer la feuille blanche qu'il tenait entre ses mains, mais son regard s'attardait sur la chaise vide devant lui. Son regard ne bougea pas d'un poil. Il méditait. Puis une silhouette vive apercut dans son champs de vision, mais son regard ne se détournait point de la chaise vide. Meme quand cette silhouette s'assit à cette chaise, son regard ne bougea point. Ce ne fut qu'au nom dEva qu'il leva doucement sa tete. Il avait enlevé son foulard mais était resté encagoulé, et l'ombre de la piece suffisait à couvrir son visage. Mais lui voyait bien, celui de la jeune femme. Elle n'avait rien à se reprocher, quant à lui, un étranger s'attire plus l'attention par sa difformité.

Son regard s'attarda sur son visage. En effet plus de la moitié de son esprit est trahi par sa tete comme le disait le vieux sage de son pays. Physiquement, elle avait des traits gracieux, il fallait l'admettre. Le nez comme il fallait. Bien sur il ne devait pas faire coimme certains grands artistes, attribuer un nez droit à un esprit juste. La preuve son nez à lui était légerement de travers et sa justice n'avait pas d'égal. Enfin ne nous attardons pas sur ses pensées de sa personne, voyons plutot celles de la ravissante femme qui était en face de lui. Malgré sa fureur on pouvait apercevoir un mince sourire au coin des levres tres faible, mais étant donné que c'est un réflexe, cela confirmait bien son identité. Il tenait devant lui une dame sachant charmé des hommes et qui surement avait du en faire un métier. Eva était bien une fille de joie comme il le savait.
Mais à la différence que son regard pénétrant, montrait non pas de la compassion ou une invitation, mais de la fureur. La fureur de vaincre, la fureur de la révolte.

Le seul nom d'Eva ne suffisait pas à donner une identité à une personne. C'est pour cela qu'un homme attentionné ne doit faire confiance qu'à ses sens et non à des simples mots. Un homme puissant est celui qui a acquis sa liberté. Un homme soumis n'est que trop faible, et la faiblesse entraine sa perte. Il ne faisait pas parti de ces hommes là, et voilà ce que devait apprendre ceux qui un jour feront parti du meme clan.

Cette évaluation de la personne ne s'est faite qu'en quelques secondes. Il commenca donc par ranger son papier là où il avait pris c'est à dire on ne sait où. Puis releva la tete et entama la conversation de son accent japonnais (d'habitude je me la joue Yoda mais là trop la flem).


- Je suis heureux de faire enfin votre connaissance.

Ce qui était faux, parce que cela lui laissait totalement indifférent. Dans son métier on ne lui apprend pas à avoir une quelconque pitié, mais à obéir et accomplir sa mission. Bien sur les missions, c'était lui qui se les imposait, et la plupart paradoxalement se basait sur la pitié des pauvres. La mission peut s'impregner de pitié, pas celui qui l'accomplit. Encore les paroles du vieux sage.

- Bien je vous ai fais venir pas pour un rendez vous galant mais pour une affaire sérieuse.

Il parlait à voix basse de sorte que seul elle pouvait entendre.

- Vous vous nommez Eva et vous avez fait parti de la premiere réunon de la CL. Bien en tant que membre il est dans votre droit de vous tenir au courant de nos agissements. Comme vous avez pu le constater, la CL a cessé de faire ses réunions depuis un certain temps. La raison, nous traversons un état de crise, les principaux meneurs sont débordés dans différentes missions, d'autres ont disparu et ne reparaitront point. De plus les mousquetaires ont repéré notre planque. Il va falloir en changer. Voilà pour nos difficultés, maintenant je vous parle de nos avancés. Nous avons tenté la communication avec les royalistes, ils refusent. Puis ensuite la personne qui a mené la premiere réunion est allé s'entretenir avec un parti qui pouvait nous rejoindre: les mousquetaires. Il a essayé de convaincre leur capitaine mais rien n'y a fait. La triste nouvelle que les mousquetaires se rangent du coté des royalistes absolutistes ne nous arrangent point. Pourtant j'ai l'impression que ce n'est pas le cas de tous. Certains sont plus proche de leur peuple que du Roy.

Enfin je ne vous ai pas fait venir pour vous parler de mousquetaires. Les fondateurs de la CL qui ne peuvent pas tout faire ont décidé de créer un nouveau clan. Un clan qui serait constitué de grands guerriers qui accompliraient quelques escarmouches par ci par là. Ils ne visent pas le nombre, mais la discrétion et l'efficacité. Nous deviendrons un clan tel les mousquetaires, sauf que nous servirons la cause des pauvres et nous serons hors la loi. Enfin hors de celle du Roy, on respectera tout de meme celle de la France...

C'est pourquoi nous avons besoin de personnes détrerminées comme vous pour accomplir des missions au nom de la France. Le choix vous en revient. Vous pouvez rester membre de la CL qui disparaitra un certain temps, ou devenir membre de ce nouveau clan. Vous pourrez agir au nom de vos idées, bien que cette nouvelle vie s'annoncera périlleuse. Mais sachez que quelque soit vos choix, nous vous en serons toujours reconnaissant et votre liberté vous pourrez toujours la garder. Bien sur si l'argent vous interesse, les fondateurs ont de quoi y remédier.

Pendant son long dicours il avait sorti une gourde en cuir de sous sa veste. Puis comme s'il avait fait un grand effort il but un grand coup attendant la réponse de cette jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Besméatix
Poete


Nombre de messages : 170
Date d'inscription : 12/08/2005

MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Ven Avr 14 2006, 21:21

Titubant en direction des deux jeunes gens, le Sous-Lieutenant fixait deux choses en alternance... le pot de sel sur la table de gauche, et le magnifique regard de la jeune femme qui avait traversé la pièce un peu plus tôt... Il parvenait maintenant à entendre quelques bribes de la conversation. Étrangement, on discutait aussi de sel... drôle de coïncidence... Mais craignant qu'on lui subtilise de nouveau sous les yeux la sablière qu'il convoitait, afin d'agrémenter le gigot qui traînait encore sur sa propre table (et que son voisin entâmait à l'instant, sans se soucier que Besméatix ait aplati le morceau de viande de son poing...) ainsi que la chope de bière qu'il tentait de tenir droite, il accéléra le pas. Ainsi, alors que son attention était fixé à deux endroits simultanément, il arriva ce qui devait arrivé : Besméatix s'étala de tout son long dans le passage, entre la jeune femme et la salière située sur la table voisine. Dommage : une chope de bière de perdue. Se relevant du mieux qu'il le put, il fit face aux deux tourtereaux.

- Si ça ne vous gêne pas, je sais que vous parlez de sel, mais j'ai traversé toute la pièce pour cette salière... seriez gentils de me la laisser. D'ailleurs, je ne comprends pas vos histoires de clans de Mousquetaire sur fond d'épice... Le sel, c'est bien, mais y'a pas de quoi former une secte autour...

Il avait mis, dans sa voix, toute la courtoisie que pouvait exprimer un homme fortement en état d'ébriété. Néanmoins, son regard fini par balancer vers la jeune femme... ou plutôt sa poitrine.

- Soit dit en passant, vous êtes très jolie Mademoiselle!

Nul doute que les forts relents d'alcool émanant de la bouche du Sous-Lieutenant atteindrait les délicates narines, qui semblaient déjà sur le point de frémir de dégoûts. Mais déjà, l'aubergiste s'avançait afin d'éviter qu'il n'y ait du grabuge...


(HRP : sel... CL... get it? Bref, désolé, mais j'avais bien envi de foutre le bordel avec mon Besmé totalement saoûl... sans rancune...! Wink)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humbre
Invité



MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Sam Avr 15 2006, 07:35

HS: bon ben commencons par là...

Humbre arreta son cheval devant l'auberge. Elle avait l'air bien entretenu et ne s'étant pas muni d'une somme d'argent rocembolesque, des prix assez bas seraient les bienvenus.
Il mit pied à terre, abillé ainsi, à ses couleurs, il se sentait à l'aise. Bottes de cuir noir à boucle d'argent, bas noir, ceinture noir à boucle simple d'argent, tunique noir avec une rose d'argent brodée sur le coeur, une cape noire à bordure d'argent, et un chapeau... noir à plume blanche.
Il rentra donc dans l'auberge, ota son chapeau, et se dirigea vers l'aubergiste.


"Bonsoir, en s'inclinant légerement, je voudrais une chambre s'il vous plais, et un repas..."

-Bien sûr, vous voulez une chambre grande? moyenne? pour combien de temps?

- Eh bien moyenne devrait suffir, et je ne sais pas pour combien de temps.
Mais des affaires devraient arriver sous peu.

-Bien monseigneur, suivais moi, je vous montre votre chambre.

Humbre dit la rose d'argent, suivit l'aubergiste dans l'escalier, et arriva devant une porte.

-Voila, c'est cette chambre, voici la clé. Oh! au fait, comment vous nommez vous messire?

-Oh, eh bien, on m'appelle La rose d'argent, et je répond à cette signature. Je redescendrais dans un moment.


Dernière édition par le Sam Avr 15 2006, 09:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Sam Avr 15 2006, 09:41

[ Vincent... LOOOOOOOOL!!!! /la rose : c'est AUberge, pas Oberge mdr]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humbre
Invité



MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Sam Avr 15 2006, 09:46

[HS: effectivement desolés, j'edit.]
Revenir en haut Aller en bas
Dom Juan
Invité



MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Sam Avr 15 2006, 10:31

Dom Juan arrivait. Il apercut la scene où l'ivrogne s'étalait de tout son long. Il était pris d'un fou rire qu'il contenait à grand peine. Il avanca tout de meme. Il était à trois metres de la table lorsque il s'exprima devant le drole de couple.

Citation :
Si ça ne vous gêne pas, je sais que vous parlez de sel, mais j'ai traversé toute la pièce pour cette salière... seriez gentils de me la laisser. D'ailleurs, je ne comprends pas vos histoires de clans de Mousquetaire sur fond d'épice... Le sel, c'est bien, mais y'a pas de quoi former une secte autour...Soit dit en passant, vous êtes très jolie Mademoiselle!

Il voyait pas de quoi il parlait à propos de ces mousquetaires et de ces épices. Mais il savait comment s'y prendre. Il voyait déjà la mine des personnes à la fois géné, et desespéré. Oui l'ivrogne était vraiment désespérant ca il pouvait le confirmer.

Il s'avanca donc derriere l'homme qui l'avait invité, et tendit devant son nez la saliere qu'il avait pris à sa table.


- La voilà votre saliere. Si vous vous étiez donner la peine de regarder vous auriez pu éviter de faire tout un détour. Mais peut etre dois je vous faire acheter une nouvelle paire de yeux.

Il prit les bras de l'ivrogne puis se pencha vers la table du couple. Il n'arrivait pas à apercevoir le visage de l'homme en capuche, mais il put voir celle de la demoiselle. D'une somptuosité, à en faire palir les plus grands artistes de leur incompétence à accomplir un si pure chef d'oeuvre. Un soleil rayonnant, et la flamme qui naissait dans ses yeux faisait fondre son coeur... Il s'adressa à eux d'une certaine facon qui faisait prendre Besméatix soit pour un enfant soit pour un fou.

- Veuillez excusez mon compagnon. Il est vraiment incorrigible (accentuant sur le "in" de incorrigible). Je ne sais plus quoi faire pour le tenir en place. Je ne sais comment vous pardonner.

Ecartant l'ivrogne de la table qui tenait enfin dans sa main la saliere, il fit un salut d'au revoir à l'homme mystérieux, puis fit un baise main à la demoiselle lui faisant un clin d'oeil que seul elle apercut et lui adressa dans un murmure de son plus beau sourire.

- Gardez toujours votre charme.

Puis il partit en compagnie de l'ivrogne. Il lui prit la maingauche de sa main gauche et sa main droite lui prit l'épaule droite. Et il marchait ainsi cote à cote vers leur table. Ils étaient encore proche de la table mystérieuse, lorsqu'il s'adressa à Besméatix comme à un abruti, de sorte qu'ils puissent écouter...

- Allez viens mon petit, tu vas venir boire un autre verre et tu me raconteras la fin de ton histoire. Et si tu veux quelque chose demande le moi ou regarde sur la table avant de déranger d'honnetes gens. D'accord?

Puis ils s'effacerent ainsi, laissant les deux révolutionnaires dans la perplexité...

[HS Tu vois moi aussi quand je le veux lol Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Besméatix
Poete


Nombre de messages : 170
Date d'inscription : 12/08/2005

MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Dim Avr 16 2006, 22:00

(HRP : désolé pour la petit incohérence temporelle... mais avouez que c'est plus drôle comme ça...! Wink)

Malheureusement, Besméatix n'eut pas le bonheur d'entendre la voix de la douce. Car, sorti de nul part, ce fut l'invité précédent du Sous-Lieutenant, et non l'aubergiste, qui vint se mêler de la partie, fourrant dans la main d'un Besméatix fort perplexe une salière sortie d'on ne savait trop où. Alors que Don Juan se livrait à ses tactiques habituelles, le Mousquetaire se grattait la tête en fixant le drôle de petit contenant de bois. En fait, le Mousquetaire tentait si fortement de comprendre qu'il n'opposa aucune résistance lorsque son élégant invité l'attrapa pour le raccompagner.

- La salière... mais vous l'avez fait apparaître?

Ils n'avaient pas encore tout à fait rejoint leur table que le Sous-Lieutenant se libéra soudainement de l'emprise de son compagnon.

- Seriez-vous un sorcier?

Et il dégaina son épé d'un geste vif... si vif, en fait, qu'il ne put, dans son état d'ébriété plus qu'avancé, contenir son propre mouvement. L'épé vola vers le haut et se planta au plafond, pendant que Besméatix, recouvrant son équilibre dans un mouvement relevant autant du burlesque que du miracle, se retrouvait dressé, au beau milieu d'une foule étonnée, le bras levé vers le haut. Surpris, il resdescendit ses mains et les regarda tour à tour...

- Mon épée... vous... l'avez... fait disparaître?

Nul besoin de spécifier que, dans le même mouvement, la salière avait volée au loin. En fait, la dite salière, qui n'avait jamais rien demandé à personne, se noyait, tête vers le bas, dans une pinthe de bière à l'autre bout de la pièce, tandis que son propriétaire observait, le visage maculé de houblon liquide, sa chope avec un regard ahuri. Cinq pièces gaspillées...

- Et maintenant j'ai plus de salière... Messire, vous êtes un vilain farceur!

Éclatant de rire, il envoya une forte claque dans le dos de Don Juan, jeune homme décidémment bien trop coincé pour savoir s'amuser comme il faut! Incapable de conserver son attention fixé sur un même point pendant plus que quelques secondes, le Sous-Lieutenant en oublia cependant le sort du jeune homme, et se redressa le visage illuminé par le souvenir.

- Et cette jeune femme qui ne m'a même pas donné son adresse...

Secouant la tête de dépit, il fit brusquement demi-tour, écrasant le pied du général qui se tenait encore au comptoir par la même occasion, et se dirigea de nouveau vers la table occupée par les deux étranges personnages. Après tout... il avait toujours besoin de cette foutue salière! Se rappelant ce détail, il accéléra le pas. Dans les faits, ceci eut pour seul résultat de lui faire parcourir une distance plus grande, alors que chaque pas semblait le déporter vers la gauche ou la droite. Il atteignit néanmoins sa destination sans trop bousculer de clients, et s'accota derechef sur la table occupé par la jeune femme et le mystérieux individu.

- Z'êtes gentils de m'avoir gardé la salière...

Il se redressa, au garde-à-vous militaire, tenta d'adopter une posture digne de son rang.

- Mademoiselle, ze vous en serai éternellement reconnaissant, et je vous le rendrai au centuple lorsque Condé ne sera qu'un mauvais souvenir pour mes narines!

De nouveau, il adopta une attitude pensive, jouant dans sa moustache avec ses doigts, le regard levé vers le plafond.

- Oui bon, j'ai aucune idée de ce que vous pourrez bien faire de cent salières... mais si votre rassemblement d'amateurs de sel compulsif est important, pourrez leur en donner chacun une!

Réalisant qu'il avait oublié l'interlocuteur de la belle, il se tourna subitement dans un mouvement qui avait toutes les allures d'un saut de kangourou miniature aux facultés affaiblies.

- Et vous aussi, monsieur... mais faudra attendre un peu... parce que deux cent salières, ça ne se trouve pas dans un buisson!

Imaginant un tas de salière dans un rosier, le Sous-Lieutenant éclata de rire, balançant la tête et tenant son ventre à deux mains. Lorsqu'il ouvrit les yeux, il faisait maintenant face à la jeune femme. Retrouvant son sérieux et enlevant son chapeau, il posa un genou au sol.

- Au fait, vous ai-je dit que vous êtes jolie, mademoiselle?


(HRP : tu ne te débarasseras pas de moi si facilement... demon )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice


Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Lun Avr 17 2006, 12:04

[HRP : MDRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR!!! La prochaine fois c'est ma mort assurée! ]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Winderfield
Poete


Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 14/02/2006

MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Mar Avr 18 2006, 20:16

Jean remarqua le soldat qui parlait à une table en compagnie du prétentieux de merde qu'il avait vu juste avant. Il y avait une femme ainsi qu'un homme sous ses vêtements. Rien de bien inquiétant.

Lorsque le petit prétentieux quitta la table seul, Jean saisit une poivrière et il la balança en lobe sur la table que les jeunes personnes parlaient. Avec du sel, il fallait prendre du poivre. Il l'avait lancé sans même se retourner, alors définir d'où provenait ce contenant était plutot impossible.

Par chance, le contenant ne s'était pas ouvert pour se répandre, si ce n'était que quelques grains rebels. Il entendait maintenant l'homme crier au meurtre.

Durant l'agitation dans la salle, Jean se leva rapidement de son banc. Il se mit à penser à ne pas quitter son but des yeux, ne pas le lacher. L'homme tentait désespéremment de calmer Besméatix mais trop tard, Jean était déjà derrière Don Juan, lui donnant un violent coup derrière la tête, et ça, au beau milieu de la foule sans aucun témoin. Don Juan tomba raide inconscient.

Jean lui donna un coup de pied sur la tempe pour être sûr qu'il soit bien dans les vapeurs et il retourna s'assoir, devant sa bière. Il regarda le spectacle, portant son attention sur le soldat et surtout le petit homme en capuche.

(HS et un Don Juan bien chaud Wink)


Dernière édition par le Mer Avr 19 2006, 13:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabellion
Epicurien


Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Mar Avr 18 2006, 20:36

[HS j'attends la rép d'Eva. Elle a tant de choses à repondre lol. Elro tu vas me payer ca Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Winderfield
Poete


Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 14/02/2006

MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Mer Avr 19 2006, 13:13

(HS désolé, il n'y a pas d'Elrohir ici)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Ven Avr 21 2006, 01:03

(Désolée d'avoir reépondu si tard...école oblige!)

Lorsqu’Eva eu donné son nom, elle fut d’abord étonnée de voir l’absence de réaction de son interlocuteur. Elle aurait pensé qu’il aurait cherché à s’assurer de son identité, alors qu’il ne fit que l’observer quelques secondes avant de baisser les yeux une nouvelle fois. Ces yeux étaient perçants, et ils étaient la seule chose que la demoiselle arrivait à discerner; le visage de l’homme était masqué. L’orage faisait toujours rage au dehors et après quelques brefs mots de salutation, il entama un assez long monologue.

Eva écoutait avec la plus grande attention chaque parole prononcée par le Japonais, et constata que les dirigeants de la CL en savait beaucoup plus sur elle, qu’elle sur eux ou du mouvement en tant que tel. Après qu’il eu terminé de parler, la courtisane ne prononça aucun mot, et resta pensive pendant quelques temps. Membre à part entière de la CL? Elle l’avait bien entendu toujours voulu depuis qu’elle connaissait l’existence de l’organisation. Elle croyait profondément en son projet et avait très envie d’en faire partie. Eva ne réfléchit pas très longtemps avant de donner une réponse positive. Son jeune âge l’entraîner sur cette voie, la jeune demoiselle était très impulsive et n’avait aucune conscience du danger. Peut-être était-elle irréfléchie et irresponsable, mais elle allait pourtant accepter la proposition quand même.


« Monsieur, je serais honorée de faire partie de cette division de la CL dont vous venez de me parler, le danger ne m’effraie pas et rien ne m’horripile plus que cette monarchie incapable et dépensière. Vous pourrez compter sur mes services… »

Elle coupa nette sa réponse, en voyant un homme imposant arriver derrière son interlocuteur. Au premier coup d’œil elle su qu’il était ivre, elle passait ses soirées et nuits avec ce genre de personnes. Il baragouinait quelques paroles incohérentes sur le sel, tout en observant avec beaucoup d’attention le décolleté de la courtisane.

Citation :
Soit dit en passant, vous êtes très jolie Mademoiselle!

Eva eut presque le réflexe de l’envoyer promener, mais elle préféra ne rien dire. Pour le bien de sa rencontre avec ce membre de la CL, la discrétion était de mise. Ce dernier ne disait rien, et son souffle était tellement bas qu’il semblait ne plus exister. Pour se débarrasser de l’ivrogne, la demoiselle étira le bras afin de lui donner la fameuse salière qu’il désirait. Cependant, un nouveau venu fut plus rapide qu’elle et s’empara de l’objet. L’éclat de ses yeux rencontra les prunelles noires d’Eva, qui ne broncha pas. Elle ne désirait rien d’autre que de continuer son entretient pour en savoir un peu plus. Ce Dom Juan était également tout un numéro. Sortant tous ses charmes et exploitant une politesse aussi parfaite qu’énervante, il tentait d’amadouer la jeune femme.

Citation :
Veuillez excusez mon compagnon. Il est vraiment incorrigible. Je ne sais plus quoi faire pour le tenir en place. Je ne sais comment vous pardonner.

Eva lui sourit gentiment, espérant qu’il s’en aille bientôt, ce qu’il fit d’ailleurs, en prenant soin de baiser la main de la demoiselle. Pourtant, le mousquetaire saoul ne semblait pas vouloir démordre de son but et revenait à la charge, mélangeant quelques paroles « charmantes » incohérente des salières. La courtisane jeta un coup d’œil furtif à son interlocuteur qui semblait rester de marbre. La situation commençait à prendre de trop grandes proportions pour revenir au calme initial. L’ivrogne se rapprochait un peu trop d’Eva à son goût…elle s’inquiétait plutôt de la discussion privée qu’elle était sensée entretenir avec le Japonais. Elle le repoussa doucement, histoire de ne pas créer de bagarre. Simplement, celle-ci sembla s’engager d’elle même, car un homme qu’elle ne connaissait pas était en train de frapper Dom Juan, ce qui sembla déclencher un émoi général. La courtisane lança un regard à l’homme en face d’elle, et tentait de savoir si oui ou non ils iraient continuer leur échange ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Cabellion
Epicurien


Nombre de messages : 516
rang : le bout du monde
Date d'inscription : 20/06/2005

MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Ven Avr 21 2006, 11:07

Drole de scene que celle ci. Ils étaient entrain de discuter de l'avenir de la France enfin peuit etre un choix qui ferait balancer la face du MONDE et voilà qu'un individu un peu trop épanché sur la bibine venait les agacer pour une poignée de sel. Il est vrai qu'il aurait bien été tenté de lui balancer la saliere en pleine face, mais son métier l'avait appris à se controler. C'est pourquoi oui il restait de marbre. Attendant que ce corbeau de mauvaise augure s'en aille. Mais voilà qu'un autre corbeau se prenait de la parti. Lui avait plutot l'air d'un vautour arrogant, et il aurait pu etre plaisant à voir ces deux oiseaux roucouler, s'il n'était pas en pleine mission. Les tuer et les faire taire à jamais? Il avait ce qu'il fallait. *Mais la mort ne résouds rien* comme le disait son vieux sage. *Et chacun à un role à jouer.* Role qui peut etre lui serait à son avantage une autre fois. Sa main s'était attardé sur ses disques de fer à pointes qu'il aurait pu les lancer sur la gorge des deux oiseaux, au moins ils lui voleraient plus dans les plumes, mais il resta tel une statue de pierre, et de son oeil percant tel un aigle, il fixa d'un regard noir ces deux petits moineaux.

Enfin le vautour, d'une tentative maladroite, réussit à raisonner son compere. Il pourrait parler en paix. Il se pencha sur la table pour lui répondre. Mais le corbeau était déjà de retour et il se remettait à parler. Une vrai pie qui faisait des avances à son doux coucou. Si ce pigeon ne dégageait pas il l'abattrait sans ménagements. Mais un autre incident se produisit derriere le corbeau. Le vautour se fit attaquer par derriere par un lache renard qui était resté depuis lors dans sa tanniere. Cette fois c'en était trop. Il voulait quitter au plus vite cette scene de ménagerie. Des ivrognes, des fous, des arrogants, et des laches. Il aurait bien aimé décimé tout le monde mais ne le fit point. Eva le regarda d'un air interoger. D'un regard commun il lui fit signe de prendre ses affaires et d'aller dehors. Le matin s'était déjà lever. Ils iraient par des petites ruelles calmes, et ils pourraient parler en paix...

Il se leva et tel un souffle de vent passa à coté de l'ivrogne comme s'il eut été invisible. Puis fixa d'un regard pénétrant le renard. Seul les ambitieux agissaient par derriere. Cet homme il était sur il le reverrait un autre jour dans des circonstances plus dramatiques et dans un autre décor. Il passa également à coté de lui tel une ombre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intrigues et mousquetaires...   Aujourd'hui à 17:09

Revenir en haut Aller en bas
 
Intrigues et mousquetaires...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les Trois Mousquetaires
» {{ MOUSQUETAIRES
» Mousquetaires
» Nouvelles intrigues [PV Natalee]
» Régiments du Roi, d'autres inspirations soldatesques que les mousquetaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: