1663 : Face aux Feux du Soleil

Changez l'Histoire de France, personnifiez votre héros...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Chambre du comte de Saint-Aignan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Ven Juin 17 2005, 15:12

( le cabinet du Roy )

Saint-Aignan pénétra doucement dans son luxueux appartement dû a son statut de favori. Il n'avait pas non plus ommis de souffler quelques mots de la venue d'un grand seigneur au palais aux personnes qu'il avait rencontré. Ces simples mots échappés ne lui feront que prendre du galon dans son statut d'informateur.

Il s'assit sur sa chaise, se reposant quelques minutes. Il n'était plus tout jeune, et déjà ses jambes étaient fatiguées. Il réfléchissait à son costume.

Soit, les attributs, rien de plus simple. Une lyre, bien sûr, une plume d'oie accrochée a son pourpoint, symbolisant la poésie.
Ensuite, il metrait un habit gris argent, couleur qui plaisait tant à Athénaïs...

François restait songeur, quand on frappa a la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Sam Juin 18 2005, 14:08

( Du matin jusqu'au bal. )

Chastignac n'avait frappé que par pure convenance. Il avait besoin de parler a son ami quelques secondes avant de repartir vaquer a ses occupations. Mais Adrien ne pouvait paraitre au bal sans connaitre quelques détails sur le mousquetaire qu'il était à peu pres sûr de rencontrer à nouveau. Et seul Saint-Aignan avait assez sa confiance pour qu'il soit sûr qu'il n'aille dévoiler au mousquetaire ses interrogations.

Nous avons donc dit que Chastignac n'avait frappé que pour signaler sa présence, congédiant le valet de chambre, il entra sans même attendre la réponse.

La vue de son ami le réjouit tout de suite. Cette homme calme et réfléchi l'appaisait toujours, aussi par sa subtilité.

-Alors, François, tu n'as donc pas commencé de quatrains pour ce soir ?

Adrien s'assit sans aucune genes sur le lit, et, mine de rien, commença son inquisition :

-Ce Mousquetaire, que vous appelez lieutenant.... qui est-il ?

Chastignac feignit s'interresser a quelques parchemins étaler dans un désordre complet sur le bureau...
*Ark, encore des poemes*
Mais il gardait toujours un oeil sur Saint-Aignan, signe qu'il se souciait vraiment de ce mousquetaire.

_________________


Dernière édition par le Mer Juil 13 2005, 22:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Sam Juin 18 2005, 15:04

François soupira a la vue de son "pupille". Il serait surement plus facile a congédier qu'un courtisans inconnu. Car oui, Saint-Aignan voulait se retrouver seul, loin des sarcasmes sur son Athénaïs tant aimée, loin des moqueries de Chastignac. Oui, certes, ce n'était pas vraiment méchant, et Chastignac affirmait même que c'était pour son bien. Mais là il n'était pas d'humeur a pouvoir supporter sans rien dire, et tant pis si il devait le mettre a la porte en le blessant dans son orgueuil.

Citation :
-Alors, François, tu n'as donc pas commencé de quatrains pour ce soir ?

-Non, Adrien, j'attends toujours de voir l'évenement avant de faire un poeme dessus... je ne suis pas devin.

Citation :
-Ce Mousquetaire, que vous appelez lieutenant.... qui est-il ?

Aaahh... Saint-Aignan commençait a comprendre. Le jeu de scene d'Adrien n'était pas encore assez bon pour cacher son interête quant au mousquetaire. Ou peut-être voulait-il expédier l'affaire autant que lui-même ? A la bonne heure ! Il serait ainsi plus vite débarrasser de son ami, et se retrouverait plus vite seul.

François arracha ses poemes des mains de Chastignac, agacé qu'il fouille dans ses affaires. Si au moins Adrien avait été un peu poete, il aurait compris, mais rien a faire, celui-ci s'obstinait a ne pas vouloir comprendre la beauté des mots et des sons, la beauté des métaphore et des allégorie ect... comment pouvait-il ensuite faire un bon courtisan ?

François frappa du pied d'impatience en le dissimulant a peine.

-Mais voyons, c'est un mousquetaire, c'est tout.

Il prit la main de son ami, esperant lui faire comprendre qu'il ne désirait pas sa présence pour l'instant. Mais en même temps, il jouissait de le faire rager a son tour, en ne lui donnant aucune information sur d'Artagnan.

Chastignac se leva, contrarié, mais le coeur généreux de Saint-Aignan ne pouvait laisser son ami ainsi enragé.

-Chastignac, ne vous méprenez pas, je vous aime toujours autant, tel mon frere... mais a présent il me faut me préparer pour le bal. Et je crois que vous devriez en faire de même... apres une petite visite a Mlle de Louvois.

Avant de fermer la porte derriere lui, Saint-Aignan lui souffla :

-C'est M. D'Artagnan, un grand seigneur qui n'est pas de votre temps. Il est en bonne avec le Roy. Ne vous asardez pas trop non plus avec lui. Il a acquit l'expérience de bonne guerre, et sait bien lire au fond des coeurs, vous vous feriez découvrir.

Saint-Aignan lançait ses avertissements en esperant que Chatignac les écoute, connaissant son manque de dissimulation quant à ses sentiments. Quoique François ne lui avait rien appris de plus que ce que lui aurait dit tout courtisan, mais il voulait laisser a Chastignac le temps de se faire ses propres opinions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrien de Chastignac
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 1895
Date d'inscription : 04/06/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Sam Juin 18 2005, 15:23

Adrien compris qu'il était de trop ici. Vite, il compris. Saint-Aignan, qui savait être extremement subtil parfois, ne le ménageait pourtant pas aujourd'hui. Bien, il se vengeait, il lui rendait la pareil. Bien, bien. Qu'il le fasse, il verrait bien quel mauvais tour il pourrait lui arriver. Adrien sourit en coin. Oh, rien de bien méchant, mais .... il avait une idée derriere la tête.

Citation :
-Chastignac, ne vous méprenez pas, je vous aime toujours autant, tel mon frere... mais a présent il me faut me préparer pour le bal. Et je crois que vous devriez en faire de même... apres une petite visite a Mlle de Louvais.

-Qui vous a dit que je remettait vos sentiments pour moi en cause ?

Il avait dit cela d'une façon tellement froide, qu'il sentit Saint-Aignan s'écraser, vaincu par cet exces de mesquinerie alors qu'il tentait de radoucir l'atmosphere. Chastignac regretta, et prit le bras de son ami.

-Bien, je pars. Quand a aller voir Mlle de Louvais...

Il vit Saint-Aignan se pincer les levres. Pourtant François devrait être habitué a le voir dédaigneux de ses propres maîtresses !

Citation :
C'est M. D'Artagnan, un grand seigneur qui n'est pas de votre temps. Il est en bonne avec le Roy. Ne vous asardez pas trop non plus avec lui. Il a acquit l'expérience de bonne guerre, et sait bien lire au fond des coeurs, vous vous feriez découvrir.

Chastignac baissa la tête et s'en fut presque en courant. Il avait eut toute les informations dont il voulait être détenteur, et maintenant il n'avait plus qu'à flaner dans les couloirs. Il lui restait encore au moins 5h à se préparer. Donc deux heures au moins perdues. Il ne mettait jamais autant de temps pour sa toilette, puisqu'il s'y prenait toujours à l'avance quant il s'agissait de préparer son costume.

( --> les appartements de Zelamir de Noailhac )

_________________


Dernière édition par le Sam Jan 27 2007, 18:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Dim Juin 19 2005, 17:55

Le coeur de Saint-Aignan se serra. Il avait dû vexer son pauvre ami, qui n'avait déjà pas eut de chance depuis le lever.

François retourna sur sa chaise d'un pas las, et sonna son valet.
Celui-ci apparut immédiatement, mais Saint-Aignan feignit de ne pas l'avoir remarqué, occupé comme il était a remettre en ordre ses pamphlets sur les ennemis du Roy, et ses versets mielleux sur lui et ses amours.

Enfin il se retourna. Son valet, fidel a son poste, n'avait pas bougé, même pas bronché.

-Occupe-toi de me sortir mon habit de cérémonie gris argent, ainsi que ma grande perruque et mes chaussures neuves.

Saint-Aignan avait particulierement en horreur qu'on touche a ses chapeaux. Aussi s'en occupa-t-il lui-même, y ajoutant une magnifique plume bleue et vaporeuse. Mais François reposa le chapeau sur son bureau. Non pas parce qu'il était satisfait de son oeuvre, mais plutot parce qu'il n'était pas satisfait de lui-même.

François frappa du pied de colere, son valet, affairé a brosser son vetement, sursauta.

-Bon Dieu ! dit-il pour lui-même. Ce n'est pas parce que je n'ai pas de chance en amour que je dois maltraité mes amis !

Et sur ce, apres avoir laisser des dernieres recommandations sur son costumes, François sortit.

( l'entrée de la cour )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Lun Juin 27 2005, 11:07

¤~°~retour du bal~°~¤

( le bal)

Saint-Aignan revint dans sa suite le coeur amer de cette soirée qui lui avait tant apporté en vérité, semblait-il, mais de bien dure a admettre.

Il se laissa tomber dans son fauteuil, tandis que des valets s'afferaient a le déshabiller. Qu'il regrettait le temps où La Montespan n'était encore que Mlle de Tonney-Charente ! Il l'avait entendu alors murmurer des choses sur son compte, l'admirant comme danseur, le flattant dans son égo. Il avait supris cette conversation avec Mlle de La Valliere. Elle n'avait pas démenti... peut-être avait-elle su que François se trouvait derriere ? Elle aurait donc jouer avec lui depuis le début, comme le chat joue avec la souris ?

François poussa un soupir lourd de sens en enfilant sa chemise de nuit. Adieu les illusions, il avait compris. Malgré tout une nuance d'espoir perçait encore.... Peut-être qu'elle ne lui accordait aucun regard parce qu'elle lui en voulait d'avoir surpris sa conversation ? Mais cela datait pourtant de quelques années...

L'amour aveuglait bien le pauvre Saint-Aignan, qui cherchait en vain des excuses au comportement de La Montespan. Assurément, c'était de sa faute, à lui. Ou alors était-ce un jeu ? On ne regarde jamais l'interessé, comme lui avait pensé a danser avec toute exepté Athénaîs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Jeu Juin 30 2005, 08:37

Decidemment François n'arrivait pas a dormir. Il avait trouvé la raison du dédain de La Montespan. Enfin, il y en avait surment plusieurs. Mais la principale était sans nul doute son age. Les bras de Saint-Aignan retomberent le long de son corps, il était abattu. Il n'était plus qu'un vieux croutons dont la vie avait fini par passer....

François se leva et se rhabilla. Pourquoi ? Même lui ne saurait le dire.... une idée de suicide ? hum.... peut-être. Peut-être pensait-il mourir ce soir, mais dignement.

Quoique ce n'était pas le genre de François de mourir pour une femme. Sinon il serait mort depuis longtemps. Peut-être pensait-il qu'on lui avait ouvert les yeux en le rejetant... ce n'était qu'un vieux, et les vieux n'ont plus leur place parmis la nouvelle génération. Même la reine mere était rejetée, bien que sur son lit de mort.

Ou peut-être que François n'avait aucune envie de mourir... c'était surement plus probable, ce bon homme n'était pas sujet aux déprimes si profondes... pourtant il veillissait !
Justement, François allait se prouver a lui-même que la mort n'avait qu'a ronger son frein ! Zut alors, ou comme dirait Henri IV "Ventre-saint-gris !" il était peut-être agé, mais pas moribond ! Il allait montrer a ces petits courtisans de pacotille ,avec autant d'expérience a la cour qu'un poussin sortit de l'oeuf, que la chaire n'était pas encore avariée ! On avait besoin de lui, ici, et pas question de se laisser abattre!

François sortit en trombe de la chambre, mais se calma aussitot sortit. La tête sur la poitrine, il philosophait sur la philosophie....


-Ah ! Qu'il est dur d'être philosophe ! On se pose des questions sur tout, souvent sans réponses, parfois avec plusieurs... mais les seules que l'on trouve sont toujours de mauvaise augure... c'est à se bruler la cervelle d'un coup de mousquet ça !

Et Saint-Aignan continua son chemin, rencontrant Mr de Montespan au passage.

(suite : la grande salle-->l'antique renait)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 30
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Jeu Juil 07 2005, 15:42

La garçonnet ayant rempli parfaitement son devoir, se vit gratifié de quelques piécettes et abandonna devant la porte un Racine encore rêveur...
Il finit par se demander ce qu'il faisait là ! En effet, traversant pièces et couloirs, observant peintures et tapisseries, le jeune homme avait oublié ce qui l'avait amené ici.
Il lui arrivait souvent de se retrouver dans un endroit et pensant à autre chose, il ne savait plus ce qu'il y était venu chercher.

Il réfléchit un instant, se grattant le menton et finit par réaliser qu'il était devant l'entrée de la chambre du Comte de Saint-Aignan. Il se sentit un peu sot de rester planté là sans rien faire et il se décida à frapper...

Sur ce, il attendit qu'on veuille bien lui ouvrir.

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 12:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Jeu Juil 07 2005, 19:08

Saint-Aignan avait en effet aperçut Racine sur son cheval, toujours avec ce regard dans le vide... lui même était acoudé a sa fenêtre et presque aussi rêveur que lui a ce moment.
Il avait supposé que le jeune homme se perdrait dans les couloirs, et avait envoyé son garçon de chambre le prévenir qu'il l'attendait pour déjeuner.

En vérité avant la venue de Racine, François n'avait vraiment eut aucune envie de manger. Il n'avait presque pas dormi de la nuit, et ses idées étaient au noir. Il laissait le temps passer en se déplacant a peine, ne s'intéressait a rien, et n'avait même pas assisté au petit lever du Roy. A présent, il devait se terminer, le grand lever devait commencer. De toute façon, dans les rares personnes qui auront assisté au petit, le Roy n'aura pas remarqué son absence....

Le courtisan c'était dit que de voir un homme plus torturé qu'il ne l'était ne pourrait lui faire que du bien, et Racine avait un esprit particulierement torturé. Non a cause de personne tierse, comme Saint-Aignan, mais par sa propre faute. C'était tres caucasse, et François en avait rit plusieurs fois en lui-même. Mais là, il n'avait pas le coeur a rire.

En attendant son invité, il s'assit nonchalement sur la chaise devant son bureau, et promena ses yeux vide de vrai regard sur les parchemins éparpillés. Lorsqu'il son regard se posa sur un parchemin fraichement déroulé, une plume encore noir d'encre au bout... C'était le poeme a La Montespan. Saint-Aignan soupira. Il avait peut-être été un peu dur avec elle, c'était si difficile de comprendre qu'on ne plaisait pas comme on l'aurait voulu. Il relut son ode pour y faire quelques modifications...

Sous les étoiles qui meurent
Une nymphe blonde comme l'épis
Elle qui toujours demeure,
danse voilée dans la nuit...

Des yeux aux ardents de milles lueurs
D'un dragon endormi
Veillent sur elle chaque heures
Occit amis, ennemis

Gare si tu lui donnes ton coeur
Comme a la lune qui luit
Comme a blanche fleur Peu lui importe sa chaleur
Sans te le rendre gratitude, elle te l'a pris.

Enfin on frappa a la porte. François sursauta, il avait presque oublié Racine. Dans la précipitation, il lacha sa plume sur le parchemin qui fit une tache noire-bleue de la forme d'un... rien du tout. Une tache a la fin du parchemin. Saint-Aignan se hata de retirer la plume et de ranger les parchemins comme il put, et se leva enfin pour aller lui-même ouvrir a son protéger.
Son garçon de chambre de son coté installait une petite table au milieu du cabinet, deux chaises et deux bols de bouillons chauds aux opposés.

François ouvrit la porte et tendit une main lasse et molle a Racine. Il n'en avait pas moins le sourire au levres.


-Entrez, Mr le poete.

Il aimait beaucoup l'appeler par le même adjectif qu'on le nommait lui-même parfois. Il trouvait que Jean le méritait surement plus que lui. Et puis, il aimait entendre ce mot, même s'il pensait Racine meilleur, il se flattait a ouïr cette distinction, comme si on l'enscensais a chaque fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 30
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Jeu Juil 07 2005, 21:29

Racine patienta un moment avant que la tête de Saint-Aignan n'émerge de l'ouverture de la porte.
Le comte n'avait pas changé, il était toujours aussi soigné et apprêté comme son rang l'éxigeait. Cependant, il avait en lui une sorte de raffinement, quelque chose de précieux qui le faisait rentrer dans la classe des artistes.
D'ailleurs Racine sourit en voyant que le Comte avait une tâche d'encre sur la manche, vestige de quelque poème écrit tout fraîchement... Car oui, Saint-Aignan avait le talent de la poésie : c'était peut-être ce qui rapprochait le Comte de Racine.

Il entra et vit la table du déjeuné préparée par les soins d'un garçon de chambre. La pièce était aux couleurs du château, richement décorée, mais l'agencement relevait d'un goût plus exquis qu'à l'acoûtumée.
Racine était véritablement enchanté d'être invité dans des lieux d'une telle noblesse, lui qui n'avait pas encore la tenue des gens de la cour.

Il observa rapidement le bureau du Comte : quelques parchemins avaient été entassés à la va-vite, le Comte était bel et bien en train d'écrire ...
Racine aurait aimé avoir l'audace de demander ce dont il était question mais cela n'aurait pas été convenable.


Citation :
- Entrez, Mr le poete.

Racine aimait être appelé ainsi. Bien que la poésie ne soit pas sa discipline préférée, elle illustrait pourtant bien son état d'esprit, Racine étant un éternel rêveur...

Après avoir légèrement incliné la tête comme il convenait avec un ami, Racine remercia châleureusement son protecteur :


- Mon cher Comte, je ne sais comment qualifier l'honneur que vous me faites en me recevant à nouveau dans vos appartements...

Il s'interrompit soudainement, réalisant l'heure qu'il était. Il reprit :

- J'espère au moins que je ne vous dérange pas... Il me semble sans pour autant y attacher grande importance, que vous devriez vous trouver au lever du Roy...

En effet, Racine n'était pas de ceux qui suivait Sa Majesté dans tous ses déplacements quotidiens qui étaient si répétitifs qu'ils l'ennuyaient... L'écrivain n'était pas un courtisan à proprement parler ! Il profitait des avantages du lieu mais ne souhaitait pas vraiment rallier le cortège qui accompagnait le Roy à tout moment de la journée.
Cependant, un homme de l'importance de Saint-Aignan avait tout à fait sa place dans ce cérémonial.

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Ven Juil 08 2005, 07:02

Saint-Aignan remarqua le regard rêveur de Racine se ballader dans la piece, avec ce pétillement comme... de l'admiration. Rien n'échappa au dramaturge : mur, sol, fenetre, table, bureau... parchemins.
Le courtisan se pinca les levres en esperant que son invité retienne sa curiosité pour une fois. Il soupira de soulagement quand Racine lui parla de tout autre chose.


Citation :
- Mon cher Comte, je ne sais comment qualifier l'honneur que vous me faites en me recevant à nouveau dans vos appartements...

François sourit, Racine était toujours aussi galant...

-Qualifier ? Mais n'est ce pas votre travail, monsieur le poete, que de qualifier les choses indéfinissable ?

François avait retrouvé un peu de sa réthorique, cela le fit rire. Il savait qu'il n'avait pas offensé Racine, tout deux aimait parfois se confronter avec leur mots. La plupart du temps, Jean le battait haut la main, mais ne pouvait s'empecher de l'enscenser pour son ardeur au combat... la consolation des perdants.

-Appelez ça du vent. En ce moment, il n'y a aucun honneur a être invité par Saint-Aignan vous savez. Les poulets de cours doivent déjà se railler de ma personne....peut-être de la votre, qui sait.

Ca n'était pas dans l'habitude de Saint-Aignan que de se moquer des courtisans, lui-même en faisant parti. Parfois, en tant que poete, il faut savoir faire des exceptions, mais là, ça n'avait rien a voir. Il était juste de mauvaise humeur.

Citation :
- J'espère au moins que je ne vous dérange pas... Il me semble sans pour autant y attacher grande importance, que vous devriez vous trouver au lever du Roy...

François haussa les épaules.

-Le soleil peut bien se passer d'une planete pendant une heure ! Elle reviendra, elle tourne sans fin....

Il lui venait un autre exemple a l'esprit : "le phacochere peut bien se passer d'une de ses mouches, il en a tellement". Mais rien qu'a l'idée d'insulter le Roy de phacochere, François en transpirait.

-Je penses que cela vous fera plaisir que d'assister a la promenade du Roy, je me trompe ? Ce sera l'occasion pour moi de me faire pardonner mon absence. Pour vous de rencontrer toutes ses planetes plus coquettes les unes que les autres, et qui gravitent a en avoir le vertige. Ce pourra être le sujet d'une autre piece, peut-être. Ou alors une occasion de vous faire de nouveaux fonds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 30
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Ven Juil 08 2005, 08:34

Saint-Aignan avait l'air maussade ce matin... Racine se demandait ce qui n'allait pas chez le Comte. Il était en général toujours joyeux ou en tout cas ne laissait pas paraître son agacement. Cela devait être grâve aux yeux de son ami et la curiosité du dramaturge était piquée au vif. Pourtant, il se retint de formuler toute allusion, cela n'était ni le moment ni l'endroit !

Les soupçons de Racine trouvèrent fondation quand Saint-Aignan parla des "poulets de cours", l'analogie était belle mais le Comte dénigrait rarement son propre environnement. Enfin, Racine ne pouvait pas lui reprocher sa franchise !


Citation :
-Je penses que cela vous fera plaisir que d'assister a la promenade du Roy, je me trompe ? Ce sera l'occasion pour moi de me faire pardonner mon absence. Pour vous de rencontrer toutes ses planetes plus coquettes les unes que les autres, et qui gravitent a en avoir le vertige. Ce pourra être le sujet d'une autre piece, peut-être. Ou alors une occasion de vous faire de nouveaux fonds.

Racine ouvrit de grands yeux après cette proposition. Il fallit refuser car comme nous l'avons expliqué plus haut, il n'était pas homme de cortège royal, préférant les recoins où personne ne pouvait le voir ni l'atteindre...
Et Saint-Aignan savait que Racine répugnait à ce genre de sortie mais là où le Comte marquait un point, c'était que l'inspiration dont avait besoin l'écrivain se trouvait sûrement dans ce rassemblement de nobles.
Il voulait trouver des situations typiques de la cour, des mots bas, des commentaires... Il allait être servi car en plein-air, le Roy n'entendait pas tout !! De plus, cela ne ferait pas de mal à Racine de se dégourdir un peu les jambes... Enfin, ce serait l'occasion parfaite de savoir ce qui tracassait son ami. Ce dernier point le décida tout à fait, il était plus curieux que la moyenne.

Il finit par répondre :


- Je vous accompagnerai volontier lors de la promenade du Roy et non comme vous l'avez souligné dans un but lucratif mais seulement professionnel !

Racine espérait seulement que personne ne s'aperçoive réellement de sa présence, la solitude commençant déjà à le haper avec envie. Enfin, il ferait semblant de trouver cela à son goût : n'était-ce pas cela, la cour ?

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Ven Juil 08 2005, 10:07

François vit son ami réflchir un instant avant de répondre. Ses sourcils se fronçaient comme si un combat de deux partis tres acharnés se passait dans sa tête. Finallement, il ouvrit la bouche :
Citation :
- Je vous accompagnerai volontier lors de la promenade du Roy et non comme vous l'avez souligné dans un but lucratif mais seulement professionnel !

François ne put s'en empecher, il rit de bon coeur. Il ne savait si Racine cherchait a se donner des excuse pour rester fidel a sa réputation "d'homme libre", ne suivant jamais le Roy, ou s'il trouverait vraiment un sujet de piece dans cette promenade.

-La poesie, mon cher, ce n'est pas une profession, c'est une passion. On rit, on pleure, on soupire a travers ces lignes. Ces mots enferment tout nos sentiments, tout notre être ! C'est notre âme bien plus que notre gagne-pain.

Saint-Aignan, apres ce petit discours qu'il savait compris par son ami, tira une chaise et s'assit, en faisant le geste a Racine, afin qu'il fasse de même.

A chaque minutes un peu plus de clarté envahissait la piece, au grand dame de François qui appréciait beaucoup cette atmosphere sombre mais fraiche, une ambiance d'intimité entre lui et le peu d'être déjà éveillé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 30
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Ven Juil 08 2005, 11:14

Au moins Racine avait-il eut le mérite de faire rire Saint-Aignan, il ne s'en trouvait que plus heureux lui même.
Il était plutôt dans un bon jour finalement, prêt à rire des plaisanteries et à parler plus qu'à l'accoûtumée... De plus, se retrouver auprès de son protecteur avait un effet bénéfique sur l'écrivain. Il se sentait à l'aise, pouvant parler d'égal à égal, n'ayant plus de courbette et de convenance à opérer. Bref, le naturel lui siait mieux que le masque courtois ...


Citation :
-La poesie, mon cher, ce n'est pas une profession, c'est une passion. On rit, on pleure, on soupire a travers ces lignes. Ces mots enferment tout nos sentiments, tout notre être ! C'est notre âme bien plus que notre gagne-pain.

Après avoir pris place en face du Comte, Racine pris une cuillérée de son bouillon et la savoura un moment. Il finit par confier à Saint-Aignan :

- Voyez-vous, mon Cher, si je vous parlais de profession tout à l'heure, c'est que j'ai pris une grande décision aujourd'hui... Je me remets entièrement entre les main de la tragédie et lui donne mon âme. Je ne vivrais que dans ce but.

Racine regarda dans les yeux Saint-Aignan afin de signifier que ce qu'il venait d'annoncer était on ne peut plus sérieux. En effet, il n'était jusqu'alors pas vraiment sûr de sa place dans le monde. Certes, l'écriture lui avait apporté un énorme bénéfice que peu de gens comme lui pouvait toucher. Oui, Racine n'était pas un noble, il n'avait aucune particule et n'avait pas été recueilli par quelqu'un en mesure de lui donner un nom illustre... Pourtant, aujourd'hui, il se retrouvait à Fontainebleau en train de discuter avec l'homme que tous connaissait comme le premier gentilhomme du Roy. Et, malgré tout, il s'y sentait plutôt bien, ce qui était totalement nouveau pour lui !

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Ven Juil 08 2005, 17:22

Saint-Aignan touchait a peine a son bol, plongé comme il l'était dans la conversation silencieuse de Racine. Il semblait vouloir dire quelque chose qu'il l'importait beaucoup... il cherchait ses mots, semblait-il. C'est fou ce qu'on peut être expressif sans parler.
Citation :
- Voyez-vous, mon Cher, si je vous parlais de profession tout à l'heure, c'est que j'ai pris une grande décision aujourd'hui... Je me remets entièrement entre les main de la tragédie et lui donne mon âme. Je ne vivrais que dans ce but.

François posa son bol et fixa son ami, les yeux exorbités.
Cette information qui pouvait paraitre entierement dérisoire a quelqu'un de terre-à-terre était d'une tout autre ampleur pour François. Il savait ce qu'était la tragédie. Outre les cinq actes en vers, outre les contraintes énormes, la tragédie c'était aussi la fatalité, le destin qui rattrape les hommes, la mort. La tragédie c'est quelque chose de tellement fort pour celui qui croit la comprendre, qu'il peut en devenir dépressif, las, vide, illuminé ou même suicidaire. Il fallait donner sa force a la tragédie sans s'offrir a elle, sans ne penser que pour elle, sans croire a ses propres pieces.


-Malheureux ! Vivez par elle, mais ne vivez surtout pas pour elle ! Conservez votre âme pour vous ! Je vous connait, vous êtes surffisemment tourmenté comme cela, gardez vous de vous prendre pour un des héros de vos pieces !

Saint-Aignan ne bougeait plus, presque pétrifié. Il attendait la réponse de Racine, qui donnait l'impression d'être surpris d'une telle réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 30
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Ven Juil 08 2005, 22:24

La réaction de Saint-Aignan fut des plus troublantes... En effet, le Comte se montra non seulement très intéressé par la résolution de Racine mais voulait visiblement le mettre en garde contre la passion qui l'habitait.
Bien sûr, Racine avait pensé à toutes les conséquences que l'écriture de la tragédie pourrait amener sur le cours de sa vie. Il savait bien les dangers qu'il courrait n'ayant pas à la base un esprit stable et étant enclin à la dépression !


Citation :
-Malheureux ! Vivez par elle, mais ne vivez surtout pas pour elle ! Conservez votre âme pour vous ! Je vous connait, vous êtes surffisemment tourmenté comme cela, gardez vous de vous prendre pour un des héros de vos pieces !

Saint-Aignan semblait réellement inquiet : l'expression de son visage s'était figé, il avait complètement délaissé son bouillon et il triturait un de ces couverts, le tournant et le retournant sans cesse entre ses doigts, signe d'une certaine nervosité.
Cette réponse émut le jeune homme. Certes, le Comte voulait le préserver de la folie qui pouvait le gagner mais Racine ne voyait alors son salut que dans cette folie. Il la sentait tout au fond de lui, gagner du terrain chaque jour et ce sentiment qui aurait pu inquiéter la plupart des gens mettait l'écrivain dans une sorte d'effervescence journalière... Il le savait bien, cela durerait jusqu'à ce que son esprit ce soit entièrement consumé... Mais il voyait déjà cela comme une fatalité et qui dit fatalité dit fondement de la tragédie !

Il finit par avouer :


- Je comprends ce que vous voulez signifier et je sais le risque que j'encours. Mais ce que je sais également, François, c'est que je ne trouverais la paix que si je me jette à corps perdu dans cette entreprise ! Et dans mon cas, cette paix, je vous l'accorde, pourrait se matérialiser comme une folie dévastatrice...

Il s'arrêta tout en faisant un travail énorme sur lui même. Il ne pouvait garder tout cela en lui. Il fallait qu'il avoue l'état de tourment qu'il avait atteint ces derniers temps :

- Je sens déjà que je ne m'en remettrai pas... Une recherche comme celle-ci me coûtera certainement tout ce que je possède. Et malgré le péril de mon âme je ne peux me soustraire à devenir complètement acteur de l'oeuvre que je souhaite accomplir. Justement, je ne recherche pas d'échappatoire, je ne resterais pas spectateur !

Tout en avouant, il avait enfin réussit à formuler clairement ce qu'il ressentait et il en ressortit libéré.
Il ne voulait pas inquiéter son ami outre mesure mais comment ne pas être honnête avec son protecteur ? Un homme d'une telle sensibilité était le seul capable de comprendre...

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Sam Juil 09 2005, 08:44

Un autre que François aurait crut Racine completement fou, mais lui comprenait plus que son ami était un passioné, un idéaliste. Il le savait déjà, mais il pensait avant cet instant que Jean tenait un peu a sa vie, a à sa santé mentale, enfin, un peu.
Le comte ne toucha plus a son bouillon. Il entrevoyait Racine comme un pendu qui s'en va souriant au gibet, poussant ses bourreau pour aller plus vite. Durant une seconde, il se prit même a penser *le fou !*. Durant une petite seconde de réflexion.... avant de prendre a nouveau la parole. Un peu moins agité, mais toujours las :


-Vous en réchapperez Racine. Je veillerais a cela. Je veillerais a se que vous ne vous noyez pas, même si je dois vous assomer pour cela.

Saint-Aignan refusait l'idée de suicide, et, en quelque sorte, l'idée de Jean en était un. Ce n'était peut-être pas la mort au bout, tout du moins la démence. Jamais son protéger n'avait fait les choses a moitié, et c'était parfois tres regrétable.

Avant que Racine n'ai pu ajouter quelque chose, on entendit frapper, et le valet partit ouvrir.
C'était un messager de Sa Majesté, qui venait s'enquérir de la santé de François. Prétexte idiot, Louis voulait s'assurer de la docilité de son favori.
François se leva et vint répondre lui même au valet.


-Je me sens on ne peut plus mieux a présent. Ce n'était qu'un coup de fatigue. Allez prévenir le Roy que je serais a sa promenade, et demandez lui, si, en sa bonne grace, il accepterais d'introduire Mr Jean Racine, mon invité.

Le valet partit prévenir Louis, apres une petite révérence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 30
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Sam Juil 09 2005, 10:09

La bienveillance de Saint-Aignan était un vrai soulagement pour Racine. C'est vrai qu'il n'avait pas réellement peur de sombrer dans la folie ou de mourir mais il était vraiment heureux d'avoir trouvé un allié à la cour...
Quelqu'un qui le comprenait et ne le méprisait pas ! L'écrivain faisait rarement ce genre de rencontre... et quand c'était le cas il fallait en être reconnaissant au destin !


Quand Saint-Aignan promit de veiller sur son protégé, Racine ne put s'empêcher de rire... Bien sûr qu'il voulait bien qu'on veille sur lui, personne ne l'avait jamais réellement fait ! De plus, dans sa chute vers ce gouffre qui l'appelait sans cesse, il saurait dorénavant qu'une personne le rattachait à la vie. Il accepta avec bonhomie :

- Alors je vous serai doublement redevable mon ami, mais j'accepte avec plaisir l'aide que vous me proposez.

La conversation fut interrompue par l'irruption d'un valet envoyé par le Roy. Il voulait savoir comment se portait le Comte ou plutôt souligner que Sa Majesté n'avait pas été aveugle sur l'absence de Saint-Aignan ce matin. Il soulignait de ce fait qu'il devait se rendre à la Promenade afin de contenter le monarque et d'ainsi se faire pardonner.

La sourire de Racine se figea. Il n'aimait pas trop cette manière d'agir : faire d'une visite de courtoisie une sorte d'ultimatum... Mais bon, il fallait que le jeune homme s'y fasse, car le cour était comme cela.
Une fois le messager sorti, Racine ne put s'empêcher d'ajouter :


- Et bien, c'est ce qui s'appelle être clair même si les moyens sont détournés ! François, je vous admire, vous avez une résistance peu commune à ces mises en scènes ! Vous avez l'air de prendre la chose toujours avec bonne humeur...

D'un côté, Saint-Aignan n'avait pas vraiment intérêt à montrer ses états d'âme en présence du Roy ou de quiconque lui étant attaché.

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Sam Juil 09 2005, 16:45

Saint-Aignan était quelque peu déconcerté d'avoir provoqué le rire là où il pensait trouver résistance. Racine acceptait son aide en riant, comme un malade qui désire être soigné, et non comme un fou qui refuse de sortir de sa bulle. Quelque part, c'était rassurant.

Un fois qu'il eut refermer la porte, le comte se retourna vers Racine, celui-ci paraissait assez consterner de cette scene pourtant si anodine, et il ajouta d'une voix contrariée :


Citation :
- Et bien, c'est ce qui s'appelle être clair même si les moyens sont détournés ! François, je vous admire, vous avez une résistance peu commune à ces mises en scènes ! Vous avez l'air de prendre la chose toujours avec bonne humeur...

François pris peur et feignit une forte quinte de toux, en poussant sa chaise avec grand bruit comme pour couvrir la voix de Jean.
Lui avait tout entendu, et une fois que Racine eut fini son discours, la toux de François stoppa miraculeusement. Il resta dans la postition penchée sur sa chaise, pres de son protéger, et murmura :


-Taisez vous voyons ! Le valet écoute peut-être à la porte !

François se retourna vers celle-ci, revint sur ses pas et l'ouvrit, il n'y avait personne. Le courtisan soupira de soulagement, s'appuyant sur la poignée et essuyant la sueur de son front.

-Le Roy est sur ses gardes en ce moment. Tres suspicieux, a la limite de la paranoïa, tout ça a cause de ce vicomte...

Saint-Aignan se retint de l'insulter, serra les dents, puis continua :

-S'il nous prenait a parler en mal de lui ou de sa cour, nous pourrions être jugé pour trahison ! C'est la décapitation pour moi et le gibet pour vous Racine !

Sur cette derniere phrase, il avait fait volte face afin de croiser le regard de son ami. Il voulait l'appuyer, montrer la gravité de la situation du moment.

-C'est pour cela qu'il est primordial de vous faire bien voir de sa Majesté et de la cour.... vous comprenez ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 30
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Sam Juil 09 2005, 17:04

Racine passa de la couleur rouge à l'extrême paleur... Il était à mille lieues de penser que ses paroles auraient pu être dangereuses pour lui ou encore plus grâve, pour Saint-Aignan.
C'était d'ailleurs souvent le problème avec l'écrivain qui, n'étant pas habitué à une comédie permanente, laissait parfois échapper ses pensées...

Il se pencha en avant, comme pour mieux écouter, lorsque le Comte évoqua l'humeur du Roy en ce moment. Il se demandait ce que le Vicomte en question pouvait avoir fait pour provoquer les foudres de sa Majesté quoiqu'il en fallait peu pour arriver à contrarier le Roy. C'était la folie des puissants !

Enfin, Racine, remis de ses émotions ou plutôt de sa honte, palpable dans toute la pièce, articula difficilement :


- Je ne voulais pas vous causer tort, veuillez pardonner ma maladresse... J'ai encore beaucoup à apprendre de vous François. Tout ceci -il fit un geste ample du bras tout autour de lui- me parait si étranger !
Mais je resterais sur mes gardes et ferais en sorte d'être bien vu ou pas vu du tout d'ailleurs...

Racine baissa les yeux comme un petit garçon prit en faute. Jamais il n'aurait supporté être la cause d'un quelque mal touchant son bienfaiteur, qui quelques minutes avant lui avait offert de l'aide.
Son malaise se dissipa complètement et il retrouva sa bonne humeur, il dit :


- Je vous promets que cela ne se reproduira plus car je ne tiens pas vraiment au gibet alors que je n'ai encore pas écrit une seule ligne de ma tragédie !

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Dim Juil 10 2005, 08:06

Saint-Aignan se calma un peu, voyant que Racine avait retenu "la leçon". Ce qui était sûr a présent, c'est qu'il réfléchirait a deux fois avant de parler en mal du Roy. Tant mieux.

Citation :
- Je vous promets que cela ne se reproduira plus car je ne tiens pas vraiment au gibet alors que je n'ai encore pas écrit une seule ligne de ma tragédie !

-En effet. Vous n'aurez d'ailleurs que la malchance de vivre un drame ! Ce serait pathétique, n'est ce pas ?

Il s'assit de nouveau et avala d'un trait le reste de son bouillon, traces de son malaise précédent.

-Allons, il faut faire impression. Avez vous d'autre vêtements ? De la soie, de la dentelle de Chantilly ? Du brocart ?

Il se dirigea vers son armoire, l'ouvrit, laissant entrevoir une multitude de vêtement de couleurs plus voyantes les unes que les autres, riche de dentelle, de broderies et de tissus fins.

-Je peux vous en trouver un pour une heure. Ce ne sera pas difficile.

Il sourit montrant l'armoire qu'il venait d'ouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 30
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Dim Juil 10 2005, 10:35

Racine se leva et regarda son reflet dans le miroir le plus proche. Qu'est-ce qu'ils avaient ses vêtements ? Dire qu'il s'était changé ce matin pour être en accord avec la mode de la cour !
Mais ce à quoi l'écrivain n'avait pas songé, c'est qu'en un an, tout ce faste avait eu le temps d'évoluer et depuis sa dernière visite, il était clair que le pourpoint qu'il portait alors sur sa chemise simple, sans agrément, avait l'air archaïque !!

Il fit une moue dubitative. Décidemment, il ne s'y ferait jamais ! Enfin, peut être qu'il n'aurait pas à changer ses bas de soie...

Il dit à Saint-Aignan, l'air accablé :


- Non, je dois vous avouer que je n'ai que mon habit de voyage et celui que vous voyez sur moi... Je crois que vous allez encore devoir me sauver ! Car je crains n'avoir guère le temps de retourner dans Paris et de faire tailler un costume adéquat.

Il s'approchat donc de l'armoire que désignait son ami et il fut émerveillé de tant de tissus précieux, de tant de broderies et de matières différentes...
Et dire qu'il portait sur lui un banal velour !

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Dim Juil 10 2005, 18:25

François remarqua le visage désappointé de son ami lorsqu'il lui proposa de se changer. Oh, pour une fois, Saint-Aignan n'avait pas été tres subtil.

-Je vais vous sauver, oui. Votre habit est bien pour tous les jours, Jean. Mais ici, il ne nous fait pas être beau, il nous faut être superbe !
Devant tous les paons qui font la roue, le coq parait bien ridicule, vous savez....

Il sourit en coin, esperant dérider son ami, esperant s'être assez rattraper de sa maladresse.

-Je vous laisse vous changer. Vous ne devez pas être de taille si différente de la mienne...

Il jeta un regard inquisiteur sur la morphologie de Racine. Il était un peu plus grand et mince. Rien de bien méchant, on pourrait encore rajuster si nécessaire.

-Gardez vous de vous faire plus brillant que le soleil.

Dit-il en prenant lui-même un vêtement pourpre et, faisant un clin d'oeil, il partit se changer dans une autre piece.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean Racine
Administrateur Adjoint
avatar

Nombre de messages : 1212
Age : 30
rang : Dramaturge
Date d'inscription : 02/07/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Dim Juil 10 2005, 21:13

Racine resta un moment indécis devant l'armoire ouverte. Il y avait tellement de choix qu'il n'arrivait pas à se décider !
Il finit par opter pour une chemise blanche avec un col brodé et des manches amples. Il choisit également un pantalon de brocart vert ainsi qu'un pourpoint assorti.

Comme il l'avait prévu, il garda ses bas de soie ainsi que ses bottes de cuir souple...
Il observa le changement dans le miroir et fut satisfait. Il ne ferait pas ombre au Roy certes, mais il ferait plus belle impression qu'avec son habit quotidien !

Il ne sut quoi faire de ses habits qu'il venait de quitter. Il se résolut donc à les laisser dans la chambre du Comte. Il repasserait les chercher en partant...

Les vêtements de Saint-Aignan lui allaient à ravir. Son ami avait eu une bonne idée, comme toujours.
Il se rassit afin d'attendre que François revienne paré de ses nouveaux atours et son esprit commença à vagabonder... Il leva la tête et fixant les yeux sur le plafond ouvragé de la pièce, il commença à entrevoir une bribe de sa tragédie. Les paroles de son ami retentirent une nouvelle fois à ses oreilles :


Citation :
-Gardez vous de vous faire plus brillant que le soleil.

Oui, il était très mauvais de rivaliser avec les astres... Son héros ferait certainement une faute comme celle-ci. Mais pourquoi ? L'écrivain ne l'avait pas encore décidé.
Racine sourit. Il était finalement bénéfique de fréquenter Fontainebleau !

_________________
"L'amour n'est pas un feu qu'on renferme en une âme :
Tout nous trahit, la voix, le silence, les yeux ;
Et les feux mal couverts n'en éclatent que mieux.
"

Avatar by Golden Fish


Dernière édition par le Ven Aoû 26 2005, 11:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://btvs.forum2jeux.com
Saint-Aignan
Dramaturge
avatar

Nombre de messages : 337
Date d'inscription : 15/06/2005

MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   Lun Juil 11 2005, 16:17

Saint-Aignan pensait a la promenade, au role qu'il fallait encore jouer, a celui auquel il était habitué, et qui lui plaisait apres tout.
Tout en enfilant ses bas, en se les faisant enfiler en réalité, il pensait aussi a son ami laissé seul dans son cabinet. Allait-il fouiller ses parchemins ? Non.... il pouvait avoir une totale confiance en son ami.

Il passa son pourpoint mauve, et machinalement, attacha les boutons. Que lui apporterait cette journée ? Elle commençait a peine....

Enfin, une fois habillé, il rentra dans la piece principale, Racine l'attendait déjà, pomponné et tout joyeux comme un pinson. C'est vrai qu'il n'était pas mal avec ses vêtements.

François regarda sa montre; il était presque onze heure.


-Allons-y; le Roy ne va pas tarder a entrer aux jardins. Il faut être prêt a le saluer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Chambre du comte de Saint-Aignan   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Chambre du comte de Saint-Aignan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un pot de Chambre, signé Jean Erich René
» Chambre des députés / Fin de Mandat / « Qu’ils partent », soutiennent la société
» Démission de la vice présidente de la Chambre de commerce
» ROCKY - 11 ans - SPA Saint-Etienne Loire (42)
» Relation entre Haiti et Saint Domingue :Point de vue d'un américain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1663 : Face aux Feux du Soleil :: ARCHIVES :: 1663 V1-
Sauter vers: